Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59Livres à lireComptes rendusLévy Christine & Lefèvre Brigitte...

Livres à lire
Comptes rendus

Lévy Christine & Lefèvre Brigitte (dir.), Parcours féministes dans la littérature et dans la société japonaise de 1910 à 1930. De Seitō aux modèles de politique sociale

Paris, L’Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2017, 284 p.
Kanae Sarugasawa
p. 419-422
Référence(s) :

Lévy Christine & Lefèvre Brigitte (dir.), Parcours féministes dans la littérature et dans la société japonaise de 1910 à 1930. De Seitō aux modèles de politique sociale, Paris, L’Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2017, 284 p.

Texte intégral

1« Comment situer la place de la revue Seitō [] dans le surgissement des féminismes au xxe siècle ? » (p. 17) Telle est la question structurant l’ouvrage dirigé par Christine Lévy et Brigitte Lefèvre. Paru dans la collection « Des idées et des femmes » de l’Harmattan, qui ouvre ainsi ses parutions aux sociétés asiatiques, ce livre approfondit deux travaux coordonnés et dirigés par Christine Lévy : le dossier spécial « Naissance d’une revue féministe au Japon : Seitō (1911-1916) » publié en 2012 dans le no 48 de la revue Ebisu. Études japonaises et l’ouvrage Genre et modernité au Japon. La revue Seitō et la femme nouvelle, sorti en 2014 aux Presses universitaires de Rennes dans la collection « Archives du féminisme ». Fruit de la contribution de onze spécialistes, cet ouvrage réunissant analyses littéraire, historique, sociale, politique ou encore juridique éclaire les parcours et créations des autrices de la revue Seitō ainsi que leur émancipation à travers l’écriture et leurs engagements.

  • 1 Sur la notion d’individu au Japon, voir Galan Christian & Giraud Jean-Pierre, Individu-s et démocra (...)
  • 2 Voir également Dodane Claire, Yosano Akiko : poète de la passion et figure de proue du féminisme ja (...)
  • 3 Voir les contributions de Konomi Imai (p. 145-160), de Christine Lévy (p. 51-69) et de Marion Sauci (...)

2Les dates de publication de la revue Seitō correspondent aux premières années de l’ère Taishō (1912-1926), une période qui vit la figure de l’individu se détacher peu à peu du cadre familial1. Comme le souligne Christine Lévy, positionnements, idées, objectifs féministes variés cohabitaient déjà alors (p. 17). Situer cette revue dans le panorama social de l’époque, marqué par un intérêt croissant pour la sexualité, permet de comprendre que les féminismes japonais sont parties prenantes de mouvements universels dans le contexte de la circulation transfrontalière des idées. S’inspirant de féministes occidentales telle Ellen Key, Hiratsuka Raichō 平塚らいてう, la fondatrice de la revue, revendiquait la reconnaissance de la maternité comme fonction sociale (p. 62) et ainsi la rémunération par l’État de chaque mère, cela avant même que la notion de « travail reproductif » ne fût créée durant les années 1970, notion qui valorise des tâches jusque-là assurées gratuitement par les femmes. Ce débat se poursuivit en 1918 notamment avec la poétesse Yosano Akiko 謝野晶子 qui estimait qu’une femme devait disposer de moyens économiques avant de devenir mère2 et la socialiste Yamakawa Kikue 川菊 qui reconnaissait la nécessité d’une couverture sociale tout en dénonçant la division sexuelle des tâches défendue par Key3. Dans le sillage de la revue, fut créée en 1919 l’« Association des femmes nouvelles » (Shinfujin kyōkai 婦人協会) pour laquelle Hiratsuka s’inspirait du modèle de la Hull House fondée par Jane Addams. Comme le précise Anne Gonon, on perçoit dans cette entreprise une « attention [portée] aux vulnérabilités individuelles et sociales » (p. 162), bien avant que la notion de care ne s’impose dans les études de genre comme un outil conceptuel. Tout au long de cet ouvrage, nous constatons ainsi les postures pionnières des féministes japonaises des années 1910-1930.

3L’ouvrage s’organise en trois parties. Dans la première, consacrée à la création et à la littérature, après avoir montré en quoi Seitō constituait une étape transitoire vers l’écriture de l’éveil à la question féminine, Claire Dodane expose les modalités d’expression du sentiment amoureux d’une autrice représentative des années 1910, Tamura Toshiko 田村俊子. Brigitte Lefèvre apporte un éclairage sur les conditions de production et les apports des autrices de Seitō à travers le cas de Nogami Yaeko 上弥生子, qui imposa un style éloigné de l’intimisme dans un champ littéraire alors marqué par une dichotomie entre écrivains à la posture idéaliste dite « masculine » et à la posture émotionnelle « féminine » (p. 101). Tomomi Ota rappelle le rôle des revues destinées aux adolescentes de l’époque – « véritables modes d’emploi indiquant aux lectrices comment se faire aimer » (p. 89) – pour ensuite cerner les textes de Yoshiya Nobuko 屋信 sur « l’amitié romantique » entre deux femmes.

  • 4 Voir également Konuma Isabelle, « Karyūbyō danshi no kekkon seigen to hōritsukon ni miru koseki no (...)

4À ce sujet, dans la deuxième partie de l’ouvrage, Aline Henninger analyse Seitō en tant que première revue féministe évoquant la question du lesbianisme de façon politique : puisque cette sexualité exclut les hommes, elle remet en cause tant la domination masculine que la maternité comme destin de la femme (p. 136). En effet, les collaboratrices de cette revue étaient engagées dans divers projets politiques et idéologiques. Analysant la polémique de 1915 sur la prostitution, Marion Saucier confronte la vision de Yamakawa Kikue condamnant cette pratique dite « esclavagiste » à celle d’Itō Noe 藤野 qui préférait défendre le moyen d’existence des prostituées (p. 187) : malgré la divergence d’opinions, toutes deux se plaçaient du point de vue des concernées que méprisaient les femmes de l’association chrétienne « Ligue de tempérance ». Quant à l’analyse d’Isabelle Konuma sur les débats des juristes autour des pétitions visant à interdire le mariage aux hommes atteints d’une maladie vénérienne déposées par l’Association des femmes nouvelles en 1920 et 1921, elle explicite le rapport complexe de cette dernière à l’eugénisme, ainsi qu’au traitement de la prostitution sous le prisme de sa relation avec la santé publique4. Konomi Imai, elle, pointe le défaut de la loi de 1937 relative à la protection maternelle et infantile qui finit par adopter un caractère d’assistance et non de système universel pour toutes les mères (p. 159).

  • 5 Sur plusieurs visions de la famille japonaise mises en place à partir de la fin du xixe siècle, voi (...)

5La dernière partie, qui élargit l’analyse aux publications hors du cercle de la revue, nous permet de comprendre davantage cette période marquée par les diverses conditions de « la vie moderne ». À travers l’analyse de Sandra Schaal sur les écrits du sociologue Gonda Yasunosuke 田保之助, les lecteurs se rendent compte que, dans la société japonaise d’alors déjà fondée sur le modèle capitaliste, l’apparition du prolétariat – « les masses dépourvues de temps et d’argent » (p. 234) – a eu pour conséquence « l’avènement d’une société urbaine superficielle » qui repose sur une « abstraction de l’activité productive » (p. 236-237). La contribution de Momone Kuwabara, elle, met en lumière l’écart entre la conception du « mariage idéal » d’une partie de la population féminine instruite de l’époque – en l’occurrence, des lectrices du quotidien Yomiuri shinbun 売新聞 – et celle des membres de Seitō : pour les premières, le mariage devait être une union de deux personnes fondée sur l’amour mais aussi et surtout sur l’approbation de la part des parents5 ; pour les dernières, le critère ultime était la volonté réciproque de deux partenaires (p. 201).

  • 6 Tanaka Sumiko fut une des initiatrices du mouvement contre la discrimination faite aux parents non (...)

6À travers cet ouvrage, la vision des contributrices de Seitō apparaît de façon évidente. En dépit des différences individuelles et malgré certaines limites, elles ont dénoncé, chacune à sa manière, la hiérarchie des sexes et le modèle imposé de la « bonne épouse, mère avisée » (ryōsai kenbo 妻賢母). Les avancées juridiques récentes en matière de famille et d’égalité n’ont été obtenues autrement qu’à l’issue de luttes de longue haleine dont elles ont « ébauché les points de départ » (p. 37). Derrière l’abolition en 2013 des inégalités en matière d’héritage entre un enfant né de parents mariés et un enfant né hors mariage, il existe la lutte de la militante Tanaka Sumiko6. Celle-ci déclare s’être inspirée de Hiratsuka Raichō, l’une des premières femmes au Japon à avoir explicitement articulé ses convictions féministes au choix de refuser le mariage et de mettre au monde un enfant « illégitime ».

7Fort d’une approche interdisciplinaire, cet ouvrage révèle la richesse des perspectives que nous offre aujourd’hui encore la revue Seitō, entièrement gérée et publiée par des femmes il y a pourtant déjà plus de cent ans. Le tout, en démontant avec force les discours souvent réducteurs, voire culturalistes, sur la supposée soumission des « femmes japonaises ».

Haut de page

Notes

1 Sur la notion d’individu au Japon, voir Galan Christian & Giraud Jean-Pierre, Individu-s et démocratie au Japon, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2015.

2 Voir également Dodane Claire, Yosano Akiko : poète de la passion et figure de proue du féminisme japonais, Paris, Publications Orientalistes de France, Bibliothèque japonaise, 2000.

3 Voir les contributions de Konomi Imai (p. 145-160), de Christine Lévy (p. 51-69) et de Marion Saucier (p. 183-195).

4 Voir également Konuma Isabelle, « Karyūbyō danshi no kekkon seigen to hōritsukon ni miru koseki no hōteki yakuwari : Shinfujin kyōkai to Hozumi Shigetō o chūshin ni » 花柳病男子の結婚制限と法律婚にみる戸籍の法的役割新婦人協会と穂積重遠を中心に (La restriction au mariage des hommes porteurs d’une maladie vénérienne et le rôle juridique de l’état civil dans le mariage légal, à travers l’association des Femmes nouvelles et de Hozumi Shigetō), in Mitani Hiroshi 谷博 & Hirose Midori 瀬緑 (dir.), Kindai Nihon to Ajia : chiseigakuteki apurōchi kara 代日本とアジア地政学的アプローチから (Le Japon moderne et l’Asie : approche géopolitique), Tokyo, Bensei shuppan 誠出版, 2016, p. 165-186 ; Lévy Christine, « La Shinfujin kyōkai : le féminisme confronté à l’eugénisme », in Cadot Yves, Fujiwara Dan, Ota Tomomi & Scoccimarro Rémi (dir.), Japon Pluriel 10, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2014, p. 229-237. Sur le rapprochement entre l’eugénisme et les mouvements pour l’abolition de la prostitution, voir Fujime Yuki 目ゆき, Sei no rekishigaku の歴史学 (Histoire de la sexualité), Tokyo, Fuji shuppan, 1997.

5 Sur plusieurs visions de la famille japonaise mises en place à partir de la fin du xixe siècle, voir Galan Christian & Lozerand Emmanuel (dir.), La Famille japonaise moderne (1868-1926) : discours et débats, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2011.

6 Tanaka Sumiko fut une des initiatrices du mouvement contre la discrimination faite aux parents non mariés et leurs enfants, en intentant en 1988 un procès auprès du tribunal régional de Tokyo, afin de faire disparaître les distinctions de statut entre les enfants dits « légitime » et « illégitime ». Depuis 2004, il n’existe plus de différence de terme utilisé entre enfant issu du mariage et un enfant né hors mariage dans les documents administratifs. Voir Lévy Christine, « Focus – Vers l’élimination des discriminations à l’égard des enfants nés hors mariage », Informations sociales, vol. 168, no 6, 2011, p. 90-93 ; Sarugasawa Kanae, « Le refus du mariage : le cas des mères non mariées », in Martine Julien & Malinas David-Antoine (dir.), Japon pluriel 11, p. 221-229.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kanae Sarugasawa, « Lévy Christine & Lefèvre Brigitte (dir.), Parcours féministes dans la littérature et dans la société japonaise de 1910 à 1930. De Seitō aux modèles de politique sociale »Ebisu, 59 | 2022, 419-422.

Référence électronique

Kanae Sarugasawa, « Lévy Christine & Lefèvre Brigitte (dir.), Parcours féministes dans la littérature et dans la société japonaise de 1910 à 1930. De Seitō aux modèles de politique sociale »Ebisu [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 15 mars 2022, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/7619 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.7619

Haut de page

Auteur

Kanae Sarugasawa

Maîtresse de conférences à Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search