Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59Livres à lireComptes rendusOguma Eiji 小熊英二, Nihon shakai no ...

Livres à lire
Comptes rendus

Oguma Eiji 熊英二, Nihon shakai no shikumi. Koyō, kyōiku, fukushi no rekishi shakai-gaku 本社会のしくみ 雇用・教育・福祉の歴史社会学 (Les mécanismes de la société japonaise. Sociologie historique de l’emploi, de l’éducation et de la protection sociale)

Tokyo, Kōdansha 談社, 2019, 579 p.
Xavier Mellet
p. 423-426
Référence(s) :

Oguma Eiji 熊英二, Nihon shakai no shikumi. Koyō, kyōiku, fukushi no rekishi shakai-gaku 本社会のしくみ 雇用・教育・福祉の歴史社会学 (Les mécanismes de la société japonaise. Sociologie historique de l’emploi, de l’éducation et de la protection sociale), Tokyo, Kōdansha 談社, 2019, 579 p.

Texte intégral

1Pourquoi la société japonaise fonctionne-t-elle aujourd’hui selon des mécanismes qui lui sont propres ? Le sociologue Oguma Eiji, professeur à l’université Keiō, spécialiste des mouvements sociaux et de la citoyenneté au Japon, propose un ouvrage dont l’ambition, en apparence démesurée, est de dresser un portrait des « mécanismes de la société japonaise ». Ce qu’il parvient à faire grâce à une approche comparative et pluridisciplinaire, mêlant économie, sociologie et histoire, dont les résultats se répartissent en huit chapitres. Rendons compte ici des idées centrales de l’ouvrage, en distinguant ses apports sur le modèle japonais d’emploi, ses origines, les spécificités du syndicalisme qu’il a induit, ainsi que les effets et enjeux du système éducatif qui s’y rattachent.

2Oguma Eiji commence par distinguer dans un premier chapitre trois types d’emploi ou « manières de vivre » (mittsu no ikikata つの生き方) présents au Japon depuis l’après-guerre : un « type grande entreprise » (daikigyō-gata 企業型) fait d’« employés à vie » à la situation stable et protégée (26 % des emplois en 2017) ; un « type local » (jimoto-gata 元型) qui concerne les personnes intégrées aux communautés locales du pays (36 %) ; et un « type résiduel » (zan.yo-gata 残余型) pour tout ce qui ne correspond pas aux deux premiers types (38 %), principalement des emplois non réguliers dans les villes. L’auteur explique que l’on s’est focalisé à tort sur l’emploi à vie comme marqueur d’une vie normale (futsū no kurashi ふつうの暮らし) et symbole du « modèle japonais d’emploi » (Nihon-gata koyō 本型雇用), alors qu’il n’a concerné qu’environ 30 % des travailleurs dans des proportions stables depuis les années 1960. Selon lui, le principal changement des trente à quarante dernières années a consisté dans le passage massif du « type local » au « type résiduel » : le premier était largement majoritaire dans les années 1960-70, à l’acmé d’un modèle fondé sur des solidarités organiques qui permettaient de limiter la pauvreté, de garantir un standard de vie et de renforcer l’égalité. L’égalitarisme caractéristique du modèle était donc principalement dû à cette prédominance du « type local » plutôt qu’au « type grande entreprise », qui n’a toujours concerné qu’une minorité d’actifs.

3Le chapitre suivant compare les formes de l’emploi au Japon, en Europe et aux États-Unis, pour souligner que le modèle japonais se caractérise par une « double structure » (nijū kōzō 重構造) qui oppose les grandes entreprises aux petites et moyennes (daikigyō to chūshō kigyō 企業と 中小企業). À l’inverse, le modèle dominant dans les pays occidentaux se caractérise par trois couches (sanjū kōzō 層構造), réparties selon les types d’emploi : cadres supérieurs (jōkyū shokuin 級職員), personnel de bureau inférieur (kakyūshokuin 下級職員), travailleurs de terrain (genba rōdōsha 場労働者). Cette différence dans la manière de distinguer les travailleurs se réalise dans deux types d’égalité de traitement : une « égalité des employés » (shain no byōdō 員の平等) au Japon, où le type d’entreprise auquel appartient un employé détermine son traitement, et non la fonction qu’il y occupe ; et une « égalité des fonctions » (shokumu no byōdō 務の平等) en Occident, où la nature du travail demandé et des compétences requises détermine le traitement reçu, au-delà du type d’entreprise.

4Les trois chapitres suivants remontent aux origines du modèle japonais d’emploi et à ses évolutions structurelles. Oguma Eiji montre qu’avant les années 1950 existait une triple structure, non pas fondée sur les types de fonction (shokumu ) comme en Europe et aux États-Unis, mais sur le type de parcours éducatif (gakurei ) (chapitre 4). Ce dernier a primé sur le contenu de l’emploi dans un contexte de modernisation rapide où les employés qualifiés manquaient : le diplôme s’est substitué aux attributs de la classe guerrière de l’époque d’Edo (1603-1868) comme principe d’identification sociale au sein de la nouvelle bureaucratie de l’État moderne (chapitre 5). Le manque originel d’employés qualifiés a donné naissance à des postes aux attributions larges, non clairement définies, organisées en sections aux contours flous, dans des bureaux ouverts de type open space (ōbeya 部屋), demeurés une norme aujourd’hui. Dès lors, les nouveaux entrants sont recrutés selon leur niveau de diplôme, puis sont promus non pas selon leurs compétences, mais selon leur ancienneté. C’est donc dans ce contexte que sont nés les principes d’« avancement à l’ancienneté » (nenkō joretsu 功昇進) et de correspondance entre éducation et entreprise. Ces structures ont été initiées par le secteur public, puis imitées par les grandes entreprises elles aussi demandeuses d’employés qualifiés.

5L’auteur montre en parallèle comment ces évolutions structurelles ont conféré des spécificités au mouvement ouvrier japonais. Dans les pays européens et aux États-Unis, l’« égalité des fonctions » a été obtenue par des syndicats négociant à l’échelle nationale et ayant un impact sur l’ensemble des employés d’un secteur (chapitre 3). À l’inverse, de telles normes extérieures à la cellule de l’entreprise n’ont pas pris racine au Japon, où les syndicats se sont structurés par entreprise, et focalisés sur une « égalités des employés » en leur sein. Cette singularité japonaise s’est affirmée durant les années 1950-1960, à partir d’un contexte d’après-guerre où la pauvreté était forte et l’inflation avait nivelé les inégalités, conduisant les syndicats à se battre pour un salaire garanti, stable et égal entre les employés d’une même organisation (chapitre 6). L’avancement à l’ancienneté, combiné à la difficulté de licencier, est ainsi devenu la norme dans les années 1960, ayant pour conséquence la création de la « double structure » évoquée précédemment, accentuant l’écart entre ceux qui font partie d’une grande entreprise et ceux qui n’y ont pas accès, du fait notamment de leur manque de diplôme.

6Parallèlement, la massification de l’éducation (shingakuritsu no jōshō 学率の上昇) à partir des années 1960 s’est traduite au Japon non pas par une pression à la hausse des qualifications requises, comme en Europe ou aux États-Unis, mais par une intensification de la compétition entre universités, à travers les examens d’entrée (chapitre 7). Les entreprises se sont adaptées à la massification de l’éducation par l’extension au niveau des travailleurs de terrain des principes d’égalité des employés et d’avancement à l’ancienneté, en partie du fait des revendications syndicales. Il s’est alors mis en place une structure pyramidale organisée selon le niveau de diplôme, qui détermine l’entrée dans le monde du travail, tandis que la promotion à l’ancienneté permet aux plus bas de monter progressivement. L’ancienneté est devenue le critère privilégié pour évaluer les mérites. Cette structure a eu pour effet d’augmenter la motivation des travailleurs en leur promettant une évolution fréquente des salaires, ainsi que leur fidélité à une seule entreprise.

7Le dernier chapitre poursuit et conclut la réflexion liant massification de l’éducation et double structure de l’emploi en présentant les évolutions consécutives au choc pétrolier de 1973 et à la fin de la Haute croissance, vers ce que l’auteur nomme une « nouvelle double structure » (aratana nijūkō 新たな二重構), fondée sur le passage du « type local » au « type résiduel ». Les années 1970 se caractérisent par une prédominance du mode de vie local et la capacité d’y vivre décemment. Le sentiment d’appartenir à une « classe moyenne de 100 millions de personnes » (ichiokusō chūryū 億総中流) était fondé sur un écart faible de salaires entre les régions et une pauvreté faible du fait des solidarités locales. Petites entreprises et indépendants survivaient sans trop de difficultés grâce à la distinction forte qu’opérait la double structure entre les deux mondes : quasi-impossibilité de passer d’une petite à une grande entreprise, désavantage à sortir de son entreprise.

8Cependant, la tendance au démantèlement du « local » s’accentue à partir des années 1980. Les entreprises s’adaptent à la hausse de l’emploi salarié en conditionnant davantage les progressions de carrière à une évaluation des performances, et en créant des nouveaux types d’emploi extérieurs au système d’« égalité des employés », massivement occupés par les femmes. Ceux qui deviennent salariés à la ville ne peuvent obtenir une rémunération à la hauteur du coût élevé de la vie citadine. Le « type résiduel » s’insère mal dans les mécanismes de l’emploi. Les années 1990 voient émerger de nouveaux problèmes dans le recrutement des « baby-boomers juniors » (dankai junia sedai 塊ジュニア世代), dus au décalage croissant entre une augmentation continue du nombre de diplômés et une stagnation des emplois en CDI disponibles. Les changements majeurs se sont donc produits en dehors de « l’emploi à la japonaise », sans que ses principes internes n’aient été remis en cause.

  • 1 Lechevalier Sébastien (dir.), La Grande Transformation du capitalisme japonais, Paris, Presses de S (...)

9En conclusion d’une démonstration convaincante, l’auteur rappelle que le modèle japonais d’emploi est le résultat d’évolutions structurelles encore prégnantes aujourd’hui, et souligne les difficultés à en modifier les principes, alors que se développent de plus en plus d’emplois qui n’entrent pas dans ses canons, phénomène que l’on observe d’ailleurs dans d’autres pays. L’ouvrage s’insère ainsi pleinement dans la littérature récente qui analyse le « modèle japonais » sous l’angle de sa remise en cause par les évolutions des structures économiques et sociales, et du contexte politique, intervenues lors des trois dernières décennies, représentée en France par les travaux de Sébastien Lechevalier sur la transformation du capitalisme japonais1. L’ouvrage ne propose toutefois pas directement de projets pour répondre aux enjeux socioéconomiques de la société japonaise, son objectif étant de dresser un constat à la fois complexe, précis et clair du modèle et de ses évolutions, aidé en cela par de nombreuses comparaisons internationales.

Haut de page

Notes

1 Lechevalier Sébastien (dir.), La Grande Transformation du capitalisme japonais, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Mellet, « Oguma Eiji 熊英二, Nihon shakai no shikumi. Koyō, kyōiku, fukushi no rekishi shakai-gaku 本社会のしくみ 雇用・教育・福祉の歴史社会学 (Les mécanismes de la société japonaise. Sociologie historique de l’emploi, de l’éducation et de la protection sociale) »Ebisu, 59 | 2022, 423-426.

Référence électronique

Xavier Mellet, « Oguma Eiji 熊英二, Nihon shakai no shikumi. Koyō, kyōiku, fukushi no rekishi shakai-gaku 本社会のしくみ 雇用・教育・福祉の歴史社会学 (Les mécanismes de la société japonaise. Sociologie historique de l’emploi, de l’éducation et de la protection sociale) »Ebisu [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 15 mars 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/7630 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.7630

Haut de page

Auteur

Xavier Mellet

Maître de conférences à l’université Waseda (School of International Liberal Studies)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search