Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60VariaMigrer dans un pays idéal ? Démoc...

Varia

Migrer dans un pays idéal ? Démocratisation de la migration japonaise vers la France

在仏邦人の今日的特徴に関する一考察:日本人の国際移動の一般化を背景として
Migrating to an Ideal Country? Democratization of Japanese Migration to France
Miyako Hayakawa
p. 227-254

Résumés

Depuis quelques années, on observe une nette augmentation du nombre de Japonais vivant en France. Alors que seule une minorité privilégiée pouvait autrefois faire le voyage vers cette destination prisée, on assiste aujourd’hui à une diversification de la population japonaise en France, constituée massivement de classes moyennes et non plus seulement d’une élite. Basé sur une enquête ethnographique, cet article porte sur la démocratisation de l’accès à la mobilité vers la France pour les Japonais. Une attention particulière est accordée à la dégradation du statut des expatriés, à l’investissement des Japonais dans leurs études en France, ainsi qu’à l’aspiration à vivre à la française.

Haut de page

Texte intégral

I. Une destination de rêve

  • 1 Yosano Akiko, une des plus grandes auteures du début xxe siècle, a notamment nommé son fils Auguste (...)

1L’Europe, plus particulièrement la France, fait rêver beaucoup de Japonais depuis fort longtemps. Dès la Restauration de Meiji survenue en 1868, de très nombreux artistes, poètes, écrivains, créateurs et philosophes japonais ont éprouvé un vif intérêt pour la France. Ce pays si lointain et si différent, perçu comme sophistiqué, était alors synonyme de civilisation, de culture et d’émancipation, et il fut une source d’inspiration pour beaucoup (Capponcelli 2017). Durant la période de modernisation du Japon, des artistes et des intellectuels comme les peintres Kuroda Seiki 黒田清輝 et Yamamoto Hōsui 山本芳翠, le marchand d’art Hayashi Tadamasa 林忠正, l’écrivain Nagai Kafū 永井荷風, le poète et romancier Shimazaki Tōson 島崎藤村 et la poétesse Yosano Akiko 与謝野晶子1 le visitèrent. Cette phase d’engouement des élites pour l’Hexagone au cours des années 1920 est qualifiée par Ferrier (2003) de « tentation de la France ».

  • 2 Yatabe parle ici des Japonais en général et non de ceux qui migrent en France en particulier.

2Tachibana souligne « l’occidentalisme » des intellectuels de l’époque, « difficile à comprendre pour les Européens », qui ignorent souvent que « l’Europe a longtemps fait l’objet d’un exotisme au Japon » (Tachibana 2004 : 273). Le fantasme de l’Autre et le rêve d’exotisme ne sont ainsi pas l’apanage des orientalistes européens : de même que les Occidentaux ont pu fonder leur vision de l’Orient sur des considérations coloniales et biaisées qui ne correspondaient pas à la réalité (Said 1978), « on peut parler de l’occidentalisme du Japon » (Tachibana 2004 : 273), qui fantasme une France humaniste aux représentations hautement idéalisées. Selon Yatabe, « les Japonais s’accordent, de façon consciente ou inconsciente, à voir dans la modernité occidentale un univers supérieur au leur2 » (Yatabe 2015 : 117).

3Cette vision, forgée au cours du xxe siècle, semble aujourd’hui encore influencer la migration japonaise en France. Cette dernière est-elle toujours élitiste, minoritaire et marquée par l’attirance pour la France ? Quelles sont les particularités et les réalités quotidiennes des ressortissants nippons actuellement présents dans l’Hexagone ? Le Japon ayant accédé au rang de puissance économique mondiale, les déplacements entre celui-ci et la France constituent désormais un mouvement entre deux nations développées et sont souvent qualifiés de migrations privilégiées ou de mobilités Nord-Nord. Ce genre de migration est la plupart du temps réalisée à des fins d’avancement de carrière personnelle. Quels facteurs conduisent les ressortissants japonais à se rendre en France ? Dans quel cadre professionnel s’y installent-ils et, surtout, dans quelle mesure le fantasme de la France influence-t-il encore aujourd’hui les mentalités ?

  • 3 Peu de recherches ont été consacrées à la migration japonaise en France (Dubucs 2009 ; Komatsu 2014 (...)

4L’objectif de cet article consiste à présenter une tendance actuelle de la migration japonaise en France, en se concentrant sur les réalités quotidiennes3. Cette étude met en lumière une nouvelle caractéristique : la quasi-totalité des Japonais présents en France sont issus de la classe moyenne. Malgré une même appartenance sociale, ils conservent néanmoins des motifs migratoires hétérogènes et les expériences de la migration diffèrent d’un individu à l’autre.

  • 4 J’ai mobilisé plusieurs canaux pour recruter des enquêtés : commerces japonais (épiceries, salons d (...)
  • 5 Technique d’échantillonnage où l’enquêteur utilise le réseau de ses premiers enquêtés pour en renco (...)

5Cette recherche s’appuie essentiellement sur deux types de données empiriques recueillies sur le terrain : les statistiques publiées par les autorités publiques (Ministry of Foreign Affairs of Japan 2018 ; OCDE 2018) et les récits et témoignages collectés au cours de quarante entretiens individuels réalisés dans plusieurs villes en France (Paris, Lyon, Aix-en-Provence, notamment4). Dans la grande majorité des cas, les enquêtés ont été recrutés selon une logique dite de « boule de neige5 ». Chaque entretien a duré de deux à trois heures environ et a pu être renouvelé lorsque l’enquêté souhaitait bénéficier de plus de temps.

6L’article s’organise en quatre parties. Dans un premier temps, je vais retracer quelques éléments historiques de la migration des Japonais dans le monde et en France, avant de présenter leurs spécificités socioprofessionnelles, en m’attachant à distinguer les notions de « migration » et d’« expatriation ». Dans un deuxième temps, je m’intéresserai au profil le plus représenté dans la population japonaise en France : les étudiants. Après avoir présenté différents parcours universitaires ou culturels, la troisième partie de l’article abordera la vie quotidienne des expatriés (mutés en France par leurs employeurs), qualifiés de kaigai chūzaiin 海外駐在員. La quatrième partie, enfin, s’intéressera au « syndrome de Paris » (Pari shōkōgun パリ症候群), phénomène qui touche de nombreux Japonais aux motifs migratoires indéterminés.

II. Évolution de la migration japonaise vers la France

  • 6 Depuis la Restauration de Meiji en 1868, un grand nombre de ressortissants japonais se sont install (...)
  • 7 Il existe ainsi une communauté de plus de 1 600 000 Japonais au Brésil (Center for Japanese-Brazili (...)

7La question de la mobilité internationale des Japonais occupe une place importante dans les sciences sociales. Nombreux sont ceux qui s’intéressent aux migrations d’avant-guerre, étudiant par exemple celles qui ont lieu en Asie (Hammouche et al. 2013 ; Tanno 2016) ou vers des destinations plus lointaines comme les États-Unis (notamment Hawaii), le Brésil, le Pérou, la Bolivie, etc.6 (Endoh 2010 ; Maruyama 2010). Cette vague migratoire d’avant la seconde guerre mondiale était caractérisée par les difficultés économiques des Japonais, qui s’installaient définitivement dans les pays d’accueil7.

8Les travaux consacrés à la mobilité plus récente mettent en lumière des phénomènes nouveaux : l’émergence de l’expatriation de type kaigai chūzai 海外駐在 (poste de stationnement à l’étranger) est ainsi directement liée à la croissance économique survenue dans les années 1960. Avec l’expansion de l’industrie électronique et automobile qui a fait du pays un des grands exportateurs mondiaux, les entreprises japonaises ont eu besoin d’envoyer leurs effectifs dans le monde afin de pouvoir gérer des missions sur place (Goodman et al. 2003 ; Sedgwick 2001). Les recherches sur cette époque sont nombreuses, notamment sur les aspects économiques et managériaux de l’expatriation, tels que la pratique des ressources humaines pendant/après la mutation des employés (Gao 2015 ; Shiraki 2006).

9Certains chercheurs s’intéressent aux dimensions plus générales de l’acculturation des ressortissants japonais, telles que les réseaux de compatriotes développés dans plusieurs pays (Niwa et al. 2016 ; Takamaru 2013). D’autres travaux, enfin, se sont intéressés à des aspects plus intimes de la migration, tels que le mariage international ou le travail émotionnel des épouses d’expatriés japonais (Kurotani 2005 ; Nukaga 2012), constituant ainsi les débuts d’une littérature sur les enjeux des femmes japonaises dans la migration.

10Par ailleurs, une recherche effectuée dans les numéros de la Revue du Cercle du Panthéon, qui rassemblait des œuvres et des récits des intellectuels japonais installés à Paris vers 1900, montre que ces derniers constituaient déjà une micro-communauté (Panthéon kai zasshi kenkyūkai 2004). La migration japonaise en France rassemblait alors des personnalités issues de l’élite, exerçant des professions artistiques ou à responsabilité : hommes politiques, juristes, ingénieurs, fonctionnaires, militaires, scientifiques, etc. Plus tard, dans les années 1920, Paris est devenu un lieu symbolique pour les artistes nippons, notamment en raison du pouvoir d’attraction de l’École de Paris. Parmi eux, Léonard Tsuguharu Foujita, peintre naturalisé français, rencontra un vif succès à Paris. Il fréquenta les grandes figures artistiques de l’époque – Pablo Picasso, Amedeo Modigliani et Chaïm Soutine – et reçut les insignes de la Légion d’honneur en 1925. Quelques particularités caractérisent le profil socioéconomique des individus membres de la population nipponne de l’époque : ils étaient tous des hommes, boursiers du gouvernement japonais ou d’une autre institution publique, avec des domaines de compétences variés. Ce mouvement migratoire d’intellectuels fut suivi par la venue d’autres artistes plus jeunes et moins élitaires (Hayashi 2005), ce qui augmenta le nombre de ressortissants en France au cours du début du xxe siècle, jusqu’aux deux guerres mondiales.

  • 8 Les informations sur l’évolution du nombre des ressortissants japonais en France m’ont été communiq (...)
  • 9 Lorsqu’un ressortissant fait son inscription au registre consulaire des Japonais (zairyū todoke 在留届 (...)

11Après une baisse brutale, l’immigration japonaise en France reprit avec les échanges entre les deux pays. En 1968, lorsque le gouvernement du Japon procéda à la recension du nombre de ses ressortissants à l’étranger, on en comptait déjà 3 226 en France. Le flux de la migration japonaise est demeuré constant depuis lors8. À la date du 1er octobre 2018, on comptait 44 261 Japonais dans l’Hexagone (fig. 01), dont 9 008 résidents permanents et 35 253 non permanents9 (fig. 02).

Fig. 01. Évolution du nombre de ressortissants japonais en France.

Fig. 01. Évolution du nombre de ressortissants japonais en France.

Source : Ministry of Foreign Affairs of Japan (2018).

Fig. 02. Part des migrants japonais par statut de résidence en octobre 2018.

Fig. 02. Part des migrants japonais par statut de résidence en octobre 2018.

Source : ibid.

12Quel est le profil des ressortissants japonais en France aujourd’hui ? De nos jours, la mobilité des Japonais vers la France n’est plus une migration économique classique. Ces derniers ne viennent pas s’installer en France pour obtenir de meilleures conditions de vie (Yatabe 1993). Dès lors, peut-on les qualifier d’expatriés ?

13Les définitions des termes « expatrié » et « migrant » demeurent mouvantes. Dans le langage courant, « expatrié » renvoie à des personnes hautement diplômées et qualifiées, dotées de ressources financières, qui se déplacent d’un pays à l’autre pour effectuer des missions fortement rémunératrices, dont l’image est souvent associée à l’histoire de la colonisation et à la blanchité. Plusieurs travaux montrent qu’un emploi biaisé du terme est courant : alors que les Occidentaux qui s’installent à l’étranger pour raisons professionnelles sont naturellement considérés comme des expatriés, les personnes originaires du reste du monde sont a priori perçues comme des migrants.

14Or, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) propose une définition bien plus large. Selon elle, un « migrant » désigne « toute personne [qui] quitte son lieu de résidence habituelle pour s’établir à titre temporaire ou permanent et pour diverses raisons, soit dans une autre région à l’intérieur d’un même pays, soit dans un autre pays, franchissant ainsi une frontière internationale10 ». Au sens strict du terme, aucune connotation négative n’est donc associée aux motifs migratoires. Le pays de départ et celui d’arrivée n’entrent pas en considération et il n’est par ailleurs pas nécessaire de franchir une frontière pour être considéré comme tel. La durée du séjour n’est pas non plus prise en compte. Les ressortissants japonais installés en France pour quelque raison que ce soit – qu’il s’agisse d’une mutation professionnelle ou d’une migration volontaire sans rattachement institutionnel par exemple – peuvent ainsi très bien être qualifiés de migrants.

15Un autre fait qui complexifie l’usage de ces termes est que l’on assiste aujourd’hui à des phénomènes migratoires « multisites » (Marcus 1995) : allers-retours multiples, frontières internationales franchies à plusieurs reprises et individus maintenant des liens avec leur société de départ et conservant leurs pratiques sociales d’origine tout en s’appropriant les nouveaux espaces de vie et les valeurs du pays d’accueil. Le processus migratoire n’est donc jamais un simple mouvement linéaire d’un pays vers un autre, il constitue plutôt un univers complexe de « déterritorialisation » (Aterianus-Owanga & Musso 2017).

  • 11 D’après une enquête réalisée par JILPT (The Japan Institute for Labour Policy and Training), 40 % d (...)

16Cette complexification des migrations est confirmée par mes propres enquêtés. Ceux qui travaillaient pour une entreprise ou pour le gouvernement japonais avaient généralement une durée de mission préalablement fixée. Pourtant, ce préavis n’est pas toujours respecté et plusieurs enquêtés ne connaissaient ni la durée exacte de leur séjour, ni leur destination suivante11. Certains employés ont ainsi multiplié les séjours dans plusieurs pays étrangers sans jamais retourner au Japon, tout en conservant au quotidien leurs pratiques sociales d’origine, telles que l’alimentation et l’éducation des enfants. Parmi ceux qui n’étaient pas mutés en France par une institution japonaise, beaucoup ont souhaité prolonger leur séjour. Un restaurateur a par exemple décidé de s’installer définitivement en France lorsque l’opportunité d’ouvrir son propre restaurant s’est présentée à lui.

17De plus, de nombreux travaux soulignent qu’une nouvelle tendance migratoire, qualifiée de raifu sutairu ijū ライフスタイル移住 (Nagatomo 2015) ou de lifestyle migration (Satō 2001), s’observe chez les jeunes ressortissants japonais. Ces derniers accordent une grande importance à la « qualité de vie », en particulier à l’articulation du travail et de la vie privée. Les motifs migratoires se révèlent donc plus individualistes. Peut-on constater ici une réelle démocratisation de la mobilité internationale, contrairement à la mobilité élitaire des Japonais durant la modernisation du pays ?

18En tenant compte de ce contexte global, j’ai décidé de faire un choix pragmatique pour désigner mes enquêtés : je les qualifie ainsi d’expatriés lorsqu’ils sont rattachés à une institution japonaise (entreprise ou fonction publique) et de migrants lorsqu’ils sont embauchés sur place. Ce faisant, j’essaie de mettre en avant la temporalité de leur séjour, car dans le cas des expériences migratoires, c’est le seul élément qui permet de différencier ces deux groupes de population, en fonction d’un éventuel retour au Japon. Cela peut également témoigner de leur degré d’implication dans l’intégration à la société française.

  • 12 Voir l’étude détaillée de Nakagawa (2013) sur la communauté japonaise à Düsseldorf pendant les péri (...)
  • 13 Yatabe signale notamment que leur séjour est temporaire, avec une durée moyenne de 3 à 5 ans.

19Qui sont ces migrants japonais installés en France aujourd’hui12 ? La migration contemporaine est tout d’abord caractérisée par la démocratisation de l’accès à la mobilité dans le monde et notamment en France pour les Japonais, observée dès 1993 par le sociologue Yatabe13. Même si un grand nombre d’entre eux possédaient un diplôme de l’enseignement supérieur (69,5 %), on assiste à cette époque à la disparition d’une population issue de l’élite intellectuelle japonaise qui caractérisaient surtout les migrations de Japonais en France du siècle précédent (Yatabe 1993 : 197).

  • 14 Ce nombre comprend également les individus dépendants de leur famille.

20Cette tendance continue à s’accentuer aujourd’hui. Les statistiques publiées par le ministère japonais des Affaires étrangères nous fournissent des informations détaillées sur les profils socioéconomiques des résidents japonais non permanents en France. En 2017, la catégorie professionnelle la plus représentée est celle des enseignants-chercheurs-étudiants, avec 11 505 individus14, soit environ un tiers de la totalité de ces résidents et un quart de la migration japonaise totale (Ministry of Foreign Affairs of Japan 2018). La deuxième catégorie est constituée par des professions « autres » : divers métiers qui n’entrent pas dans la classification des statistiques, avec 9 166 individus. Les employés du secteur privé forment la troisième catégorie (7 815 personnes), suivis par les professions libérales (4 245 personnes), les fonctionnaires (1 395 personnes) et les journalistes (223 personnes) (fig. 03).

Fig. 03. Profils des migrants japonais (résidents non permanents) en 2017.

Fig. 03. Profils des migrants japonais (résidents non permanents) en 2017.

Source : Ministry of Foreign Affairs of Japan (2018).

III. Études non universitaires des étudiants japonais en France

21Contrairement aux destinations privilégiées comme les pays anglo-saxons, le milieu universitaire français compte peu de chercheurs japonais. Qui sont ces migrants de la recherche et de l’enseignement ? Même si la langue japonaise est enseignée dans un grand nombre d’établissements en France et que les cours sont donnés par des natifs, elle occupe une place marginale dans l’ensemble de l’apprentissage des langues étrangères. De plus, les chercheurs d’origine japonaise sont peu visibles dans le milieu académique en France, en dehors du domaine linguistique.

  • 15 Taux de 2013. En 2011 et 2012, les taux étaient respectivement de 3,7 % et 1,3 % (JASSO 2014).

22Deux raisons semblent expliquer cette situation. Premièrement, un grand nombre d’étudiants japonais viennent passer quelques mois à quelques années en France sans avoir forcément l’intention d’obtenir un diplôme universitaire français. Une étude réalisée par l’OCDE confirme en effet que le nombre d’étudiants japonais ayant intégré un cursus universitaire en France en 2017 est faible : 1 649, contre 24 788 Chinois et 2 275 Sud-Coréens (OCDE 2018). Ce résultat est confirmé par d’autres travaux : d’après une recherche menée auprès des agences d’études à l’étranger, le taux d’étudiants japonais – dont 37,5 % restent moins de trois mois – entrant en France en vue de l’obtention d’un diplôme universitaire ne représente que 1,8 % de l’ensemble des étudiants étrangers15. En d’autres termes, les étudiants japonais viennent en France pour étudier le français dans une école de langue, mais pas pour étudier en français.

23La seconde raison est que beaucoup de jeunes Japonais souhaitent exercer des disciplines non universitaires. Leur passage par l’université n’est qu’un détour temporaire, qui leur permet d’acquérir rapidement le niveau de français nécessaire à leurs projets. Comme le décrit Dubucs, certains étudiants japonais s’inscrivent dans la tradition culturelle et artistique d’avant la seconde guerre mondiale (Dubucs 2009 : 129), attirés essentiellement par le rayonnement de la France. On en voit ainsi beaucoup s’installer en France pour étudier la musique, l’art, la danse, ou encore la restauration, la pâtisserie et la mode, d’autres domaines emblématiques de la France, reconnus dans le monde entier.

  • 16 On peut citer par exemple le CNSMP, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de P (...)

24Tandis que certains intègrent directement une école spécialisée grâce à un niveau avancé de compétences acquises avant leur arrivée en France, comme un conservatoire ou une école de cuisine16, la plupart des étudiants commencent par s’inscrire dans une école de langue. Au fur et à mesure que progresse leur niveau de français, ceux-ci se dirigent soit vers une école spécialisée soit vers un stage professionnalisant. Ainsi, alors que certains viennent en France pour apprendre la langue, d’autres n’envisagent son apprentissage que comme une simple étape transitoire, nécessaire pour poursuivre l’approfondissement de compétences déjà acquises.

25Au cours de mon enquête de terrain, j’ai rencontré et interviewé de nombreuses personnes qui suivent ce parcours. L’une d’entre elles, Minami, travaille comme fromagère en région parisienne. Elle a débuté sa carrière en tant qu’apprentie boulangère dans le Kyūshū, à l’ouest du Japon, et a quitté son emploi à l’âge de 23 ans pour réaliser son rêve de venir en France pour apprendre la véritable boulangerie française. Elle a d’abord intégré une école de langue, suivie de plusieurs stages et formations, avant de s’orienter vers le métier de fromagère. Elle ne connaissait pas un mot de français avant de venir, mais elle le parle aujourd’hui couramment. Une autre enquêtée, Shizuka, a commencé son séjour en France en intégrant une école de langue. Son voyage s’inscrivant dans le cadre d’un Programme Vacances-Travail, elle était employée dans un restaurant de sushi parallèlement à ses études. Diplômée dans le domaine des arts, elle voulait poursuivre sa carrière en tant que peintre et tenter sa chance en France. Le restaurant de sushi et l’école de langue ne représentaient qu’une période éphémère de sa vie, car la France était pour elle une destination idéale pour la réalisation de ses projets artistiques.

26Contrairement à ces deux femmes qui ont fait un passage temporaire dans une école de langue en arrivant en France, certains de mes enquêtés ont directement intégré une école spécialisée. Ces derniers sont néanmoins relativement minoritaires, car rares sont ceux qui ont déjà une solide connaissance du français en arrivant. Son apprentissage n’est pas du tout répandu au Japon au niveau primaire et secondaire et il ne débute la plupart du temps qu’à l’université. Par conséquent, les migrants qui ont déjà les compétences linguistiques nécessaires pour intégrer un établissement spécialisé sont ceux qui ont étudié le français ou la littérature française à l’université ou ceux qui se sont investis par eux-mêmes dans l’apprentissage de la langue, en plus de leurs activités principales.

27Qu’ils soient inscrits à l’université, dans une école de langue ou dans un établissement spécialisé, les étudiants ou futurs étudiants, issus de la classe moyenne et même parfois d’une classe plus populaire et modeste, se rendent en France avec des projets variés, contrairement à la migration élitaire de l’époque précédente.

28Minami par exemple, la fromagère que j’ai rencontrée par l’intermédiaire d’une autre enquêtée, est issue d’un quartier populaire de Kyūshū, où ses parents tenaient un petit restaurant coréen. « Tenir un restaurant en famille n’était pas facile », racontait-elle. Comme leur lieu d’habitation était très limité du fait de son emplacement (l’étage au-dessus du restaurant), aucun membre de la famille n’avait d’espace personnel. Ils ne recevaient pratiquement jamais de visites d’amis ou de voisins. « Ce n’était pas du tout le genre de foyer où on invitait des gens, il n’y avait pas la place pour ça chez nous », racontait Minami. Ses parents ont encouragé leurs deux enfants, Minami et son frère cadet, à trouver d’autres activités, plutôt que de reprendre l’entreprise. Lorsqu’elle est partie en France, c’est elle qui a entièrement financé les frais de son voyage et de sa vie sur place. Les récits qu’elle fait de cette période consacrée à l’épargne témoignent d’une volonté acharnée : elle commençait sa journée à l’aube en tant qu’apprentie boulangère, enchaînait, de l’après-midi jusqu’au soir, avec un travail de vendeuse dans une autre pâtisserie et, à partir de 23 h, elle travaillait dans un karaoké jusqu’au lendemain matin. « Mais quand dormiez-vous ? », lui ai-je demandé. À cette question très simple, elle m’a répondu : « Je ne sais pas trop, sans doute pendant les pauses et le dimanche, mon seul jour de repos ». Elle travaillait dans l’unique but de réaliser son rêve et ne comptait pas ses heures. L’épargne qu’elle est ainsi parvenue à constituer lui a permis de rester un an et demi en région parisienne. À la fin de son séjour, elle est retournée au Japon et a logé chez ses parents pendant huit ans, dans l’idée de faire des économies pour retourner en France dès que possible.

IV. La vie ordinaire des kaigai chūzaiin

29Avec l’augmentation de la proportion d’étudiants dans la migration du Japon vers la France, on constate une démocratisation de l’expatriation, qui s’accompagne d’une certaine baisse du niveau de vie des expatriés japonais en France. Malgré plusieurs rencontres et entretiens dans des grandes villes, notamment à Paris, j’ai rarement rencontré des expatriés qui profitaient réellement des privilèges classiques des kaigai chūzaiin, qui ont commencé à décroître dès les années 1990.

  • 17 Maisons de commerce. Ce sont de grandes entreprises japonaises qui s’engagent dans des activités de (...)

30L’enjeu principal de ces expatriés est avant tout économique. En général, ils disposent d’un large éventail de prestations spécialement proposées par leur employeur. Ces dispositifs offrent par exemple une aide au logement, une allocation pour l’éducation des enfants, voire un remboursement des frais de scolarité si l’enfant va dans une école japonaise, une prise en charge des frais médicaux, etc. À cela s’ajoute parfois un congé sabbatique en famille, les frais de transport étant à la charge de l’employeur. Tandis que les institutions de certains secteurs comme les banques et les sōgō shōsha 総合商社17 proposent des indemnités généreuses à leurs expatriés, certaines sont moins prodigues. Les témoignages de ceux qui ont dû se débrouiller plus ou moins seuls sur place révèlent ainsi un autre quotidien, peu documenté jusqu’à présent : lorsque tous les frais ne sont pas couverts par l’employeur, il n’est pas évident de vivre dans une ville grande et chère comme Paris.

31Nanako, épouse d’expatrié, m’a permis d’entrevoir une partie de son quotidien, contrairement à d’autres blogueurs comme elle, contactés via leur site Internet. Elle avait déjà une première expérience de mobilité internationale dans un autre pays européen. Sans activité professionnelle, elle s’occupe de ses deux enfants en bas âge.

  • 18 J’ai modifié son pseudonyme en essayant de garder sa connotation.

32Nanako alimente son blog par des récits où, d’une façon tout à fait manifeste, sa vie à Paris, entourée de Parisiennes, est idéalisée et embellie. La page d’accueil, de couleur rose, est ornée de clichés : la tour Eiffel, l’Arc de triomphe, la Seine, les fameux macarons Ladurée, des brasseries, etc. Le pseudonyme qu’elle a choisi pour préserver l’anonymat est également révélateur de sa passion pour la capitale française : « Paris Madame Élégance18 ». Ainsi, elle raconte sa vie, pleinement modifiée, de tous les jours : petites anecdotes quotidiennes avec ses deux enfants, voyages en famille, informations pratiques sur Paris, expérience d’un accouchement dans un hôpital parisien, etc. Bien qu’elle mentionne parfois les difficultés auxquelles elle a dû faire face directement ou indirectement, sa posture est loin d’être critique envers la France, dont elle fait continuellement l’éloge. Son admiration va particulièrement aux Parisiennes, les mères des camarades de ses enfants : « Je passe mes journées avec des Parisiennes et elles m’ont beaucoup appris. Leurs réflexions sur la vie sont de véritables perles pour moi. […] Quand vous connaissez la France, vous pouvez y vivre plus libre ! Être maman peut être tellement amusant ! »

33Après avoir lu les longues pages du blog de Nanako, je me suis donc rendue dans un café du 16e arrondissement de Paris, le quartier où elle habitait. Au bout d’une dizaine de minutes d’entretien à peine, j’ai réalisé que sa vie ne correspondait pas du tout à ce que j’avais imaginé. Alors que son blog mettait en avant le luxe parisien, elle menait une vie plutôt moyenne et il lui arrivait d’avoir de petits soucis financiers. En effet, elle vivait dans un quartier chic, mais son appartement de type F2 comptait une seule chambre, où dormait donc toute la famille. « Chez nous c’est très petit, nous n’avons qu’une chambre » m’a-t-elle dit en fronçant les sourcils. De plus, elle préparait un bentō 弁当 (pique-nique à la japonaise) tous les matins pour le déjeuner de son mari, afin de faire des économies, quotidien dont on peut dire qu’il est loin de l’image donnée par l’idée de « profiter pleinement de son séjour dans un quartier chic de Paris ».

34Se livrer ainsi au sujet de ses tâches domestiques l’a amenée à parler de charge mentale, sujet déjà abordé au début de l’entretien. J’avais vaguement évoqué le fait que ma recherche portait notamment sur le genre. Le sujet l’a intéressée car, vivant à Paris, elle était quotidiennement frappée par les différences culturelles entre la France et le Japon, notamment dans la vie des femmes, et elle cherchait à comprendre comment les Françaises « pouvaient vivre si librement » et « s’épanouir tout en étant maman ». Impressionnée par la manière de vivre des mères parisiennes, elle comparait énormément la charge mentale des femmes japonaises et françaises sur son blog, et concluait toujours à la « surcharge des femmes japonaises ». Selon elle, ces dernières assumaient « trop » de tâches domestiques et consacraient trop de temps au care de la famille par rapport aux mères françaises. « Si l’on prépare un bentō », écrivait-elle dans son blog, « un simple sandwich que l’on peut préparer en deux minutes, comme le font les Parisiennes, est bien suffisant ». J’ai été un peu déconcertée, car elle venait de me raconter qu’elle préparait le bentō de son mari, mais elle s’est empressée de se justifier et de me montrer qu’elle ne faisait pas partie des femmes subissant une charge mentale :

MH : Vous préparez pourtant un pique-nique pour votre mari.
Nanako : Oui, mais vous savez, je ne le fais pas vraiment dans les règles de l’art, je décongèle simplement des restes. Par exemple, je mets parfois dans le bentō de l’algue noire mijotée hijiki ひじき que l’on a mangée plusieurs jours avant. Mon mari rit car il retrouve par exemple dans son bentō les raviolis chinois achetés et mangés la veille (rire). Ce n’est pas quelque chose que je confectionne soigneusement. C’est un bentō négligé.

35Elle a continué à insister sur le fait qu’elle ne consacrait pas beaucoup de temps à la préparation du bentō. Pourtant, ce n’était pas cela qui m’avait frappée mais plutôt la cohabitation des classes qui s’observait chez elle, en commençant par son lieu de vie. Bien qu’ils fréquentent des Parisiens apparemment aisés, leurs voisins et les parents français des amis de leurs enfants, qui emploient des baby-sitters (qu’ils emmènent parfois avec eux lorsqu’ils partent en vacances à l’étranger), Nanako et son conjoint n’ont jamais fait appel à un employé pour les aider à s’occuper de leurs enfants. C’est comme si Nanako appartenait à deux classes sociales différentes : la première, bourgeoise, permettant de s’offrir des vacances luxueuses et de déléguer une partie du travail domestique à des employés étrangers au cercle familial ; et la seconde, moyenne, au budget familial limité obligeant à mettre un peu de côté à la fin de chaque mois. En d’autres termes, l’expatriation ne lui avait pas permis de bénéficier d’une élévation du niveau de vie. Il est resté le même qu’au Japon, mais dans un décor qui la faisait rêver et avec la possibilité de réaliser des expériences intéressantes et dépaysantes.

  • 19 Lors de l’accouchement, seule une indemnité couvrant une partie limitée des frais est accordée. La (...)

36Cette cohabitation des classes s’observe notamment dans la gestion des frais médicaux et de scolarité des enfants, couverts seulement en partie par l’employeur. Nanako témoignait du fait que son assurance médicale prenait en charge environ 70 % de la totalité des frais médicaux lorsqu’il s’agissait de simples rhumes par exemple, mais que ceux liés à la grossesse et à l’accouchement en étaient complètement exclus. Elle a accouché de son deuxième enfant à Paris, dans un hôpital privé, comme la plupart des épouses d’expatriés japonais. Le couple a donc dû assumer l’intégralité de ces frais : « une énorme dépense », m’a-t-elle dit. En effet, ils ont payé l’équivalent du prix d’une voiture neuve. La Sécurité sociale japonaise ne couvrant en général pas les frais de maternité19, l’employeur du conjoint – la fonction publique japonaise – applique les mêmes règles pour ses employés mutés à l’étranger.

37En comparant l’expérience de Nanako avec les témoignages d’autres enquêtés, on constate qu’elle n’est pas un cas isolé. Si les expatriés travaillant dans le secteur privé semblent plus avantagés et plus protégés que ceux de la fonction publique, les frais d’éducation des enfants, remboursés partiellement, peuvent tout de même constituer une charge financière importante pour eux. En général, quel que soit leur secteur d’activité, les kaigai chūzaiin mutés en France ont trois possibilités. L’option la moins coûteuse demeure l’école publique car les foyers n’ont pas besoin de prévoir une charge supplémentaire. Pourtant, ce choix n’est pas adapté à toutes les familles, particulièrement lorsque la durée de mission en France est relativement courte, ou lorsque des adolescents envisagent de continuer leurs études. De plus, l’enseignement étant prodigué en français, il peut être très difficile pour les parents d’accompagner l’apprentissage de leur enfant.

  • 20 En France, l’Institut culturel franco-japonais (École japonaise de Paris) est le seul établissement (...)
  • 21 D’après Nakamura (2013), 60 % des entreprises recensées utilisent le montant des frais de scolarité (...)

38Pour ceux qui résident à Paris ou dans ses environs, il existe une seconde option, l’École japonaise de Paris – le seul établissement en France proposant un cursus prodigué entièrement en japonais –, dont les frais annuels s’élèvent à 4 080 euros20, choix classique des kaigai chūzaiin. L’aide financière prodiguée par les institutions est donc plafonnée sur la base des tarifs de l’École japonaise21, laissant les foyers assumer les dépassements éventuels s’ils choisissent un autre établissement privé. Une autre option s’offre aux expatriés mutés en dehors de Paris : inscrire leurs enfants dans une école internationale où l’enseignement se fait en anglais.

39Cette troisième option s’avère d’autant plus avantageuse que la maîtrise de l’anglais est un atout pour les enfants lors de leur retour au Japon. Pourtant, la charge financière peut peser lourdement sur les foyers : par exemple, une année dans une école internationale coûte 15 120 euros au niveau primaire et 20 800 euros au niveau secondaire, ce qui dépasse largement le plafonnement de l’aide d’entreprise22. Par conséquent, si les couples ont plusieurs enfants – par exemple deux enfants scolarisés, l’un dans le primaire, l’autre dans le secondaire –, ils peuvent avoir à payer chaque année de 22 000 à plus de 33 000 euros.

40Naomi et son mari, expatriés, ont dû assumer seuls la totalité des frais de scolarité de leurs deux enfants, inscrits dans une école internationale privée. Habitant dans une grande ville de province, ils n’avaient pas la possibilité de les inscrire à l’École japonaise de Paris. Comme la mission du conjoint devait durer 3-4 ans, les parents ont choisi d’inscrire leurs enfants dans une école internationale. Ils voulaient également les mettre à la garderie après l’école pour qu’ils progressent le plus vite possible en anglais, mais ils n’ont pas pu le faire car les tarifs étaient « exorbitants ».

Lorsque j’ai découvert le tarif trimestriel [de la garderie], je n’ai pas compris à quoi il correspondait. J’ai cru que c’était pour l’année, mais non ! [C’était pour un trimestre seulement]. J’ai été très surprise, cette école est tellement chère […]. L’entreprise de mon mari ne prend pas en charge les frais de scolarité des enfants, c’est nous qui payons tout.

41Le conjoint de Naomi était un kaigai chūzaiin de type classique – il travaillait comme cadre supérieur pour une entreprise pharmaceutique japonaise de grande taille. Il est vrai que le loyer de leur appartement était pris en charge par l’employeur, toutefois, la charge des frais de scolarité des deux enfants n’étant guère négligeable, leur vie était loin d’être celle de riches expatriés.

  • 23 D’après l’enquête de JILPT (2008), 45,5 % des expatriés japonais ne reçoivent leur ordre de mission (...)

42En multipliant les entretiens et en observant avec attention le quotidien des expatriés japonais en France, notamment les enjeux financiers, on se rend compte que leurs conditions de vie, modérément avantageuses, sont étroitement liées au système du travail japonais et à sa gestion des ressources humaines. Ce n’est pas pour augmenter leurs revenus que les expatriés viennent en France. Leur assignation à l’étranger a été déterminée par leur employeur, qui peut décider de la mutation de ses employés, quelles que soient la localité et la durée de la mission. Les kaigai chūzaiin ne disposent pas d’un pouvoir de négociation sur les conditions migratoires, même si celles-ci se révèlent parfois contraignantes. En effet, ils sont a priori destinés à rester dans leur entreprise toute leur vie. Le principe de recrutement au Japon, fondé sur « l’emploi à vie » et « l’adhésion à l’entreprise » (Hamaguchi 2011) fait qu’une mutation à l’étranger ne constitue qu’un déplacement parmi beaucoup d’autres mobilités domestiques qui permettent de monter – ou de conserver sa place – sur l’échelle hiérarchique de l’entreprise. Quelle que soit l’opinion des employés sur leur expatriation, une fois qu’ils ont reçu un ordre de mission, il est difficile, voire impossible, de le refuser. En effet, il n’est pas courant d’exprimer sa volonté auprès de son employeur (Sakai 2013). Ce manque de visibilité concernant la durée de la mission, ainsi que le caractère inattendu de la mutation – en général, les entreprises japonaises ne communiquent leur décision à leurs effectifs qu’à la dernière minute23 – peuvent parfois compliquer la situation financière des expatriés, car ils doivent être non seulement prêts eux-mêmes à un éventuel retour au Japon à tout moment, mais préparer leurs enfants également, pour qu’ils ne soient pas perdus et retardés sur le plan scolaire.

V. Caractère flou du séjour en France : « le syndrome de Paris »

  • 24 D’après une étude réalisée par Ōta Hiroaki sur dix-huit pays européens, 57 % des cas de troubles ps (...)

43Outre la démocratisation de l’accès aux études en France pour les jeunes Japonais et une certaine dégradation de la situation des expatriés kaigai chūzaiin, d’autres phénomènes distinguent la mobilité Japon-France contemporaine de celle, élitaire, du début du siècle. L’un de ces phénomènes se nomme « le syndrome de Paris », appellation forgée par le psychiatre Ōta Hiroaki 太田博昭. Il s’agit d’un ensemble de troubles psychologiques observés notamment dans les années 1980, tels que des hallucinations, des étourdissements, une dépression ou de l’anxiété, qui se manifestent chez des Japonais séjournant à Paris. Touristes, étudiants ou expatriés, un grand nombre de Japonais sont victimes de ces symptômes, liés à un choc culturel, selon le psychiatre24. Dans son ouvrage Le syndrome de Paris, paru en 1991, il écrit que ces symptômes proviennent du décalage entre l’image que ces migrants et visiteurs se font de Paris avant leur venue et la réalité effective de la capitale.

  • 25 https://ameblo.jp/nakamura-eriko/ (dernière consultation en avril 2021).
  • 26 Le premier volume date de 2014 et cette série en compte douze jusqu’à présent.

44Les représentations idéalisées de la France, véhiculées surtout par les émissions de télévision et les campagnes publicitaires des grandes marques, sont en effet omniprésentes au Japon. Les célébrités japonaises résidant à Paris encouragent également cette attirance, des jeunes femmes surtout, pour le pays. Nakamura Eriko 中村江里子, par exemple, une ancienne présentatrice de télévision japonaise mariée à un Français issu d’une famille aisée, est devenue célèbre par la vie distinguée qu’elle mène à Paris. Elle raconte quotidiennement ses expériences sur son blog25, tout en publiant des livres sur « le style parisien ». Les titres de ses livres sont éloquents : Eriko Royal Paris Guide (Tokyo, Kōdansha, 2003), Eriko Paris Style (Tokyo, Magajin hausu, 2006), ainsi qu’une série de guides nommés Saison d’Eriko26. La plupart de ses publications en japonais portent un titre français alors qu’elles s’adressent à des lectrices non-francophones et montrent à quel point la vie à Paris a une valeur commerciale au Japon.

45Remplis d’admiration, les Japonais arrivent en France avec ces clichés à l’esprit, mais au fur et à mesure que leur séjour se prolonge, ils tombent dans un état dépressif. Le psychiatre Ōta décrit ce processus :

Nombreux sont ceux qui souhaitent vivre en France en croyant trouver un « monde idéal ». Ceci n’est évidemment qu’une illusion, pourtant, il y a des personnes qui continuent à vivre dans l’imaginaire même s’ils se heurtent à la dure réalité. [...] Tôt ou tard, rien ne va plus, et leur vie « irréelle » provoque des troubles psychiatriques et psychologiques. (Ōta 1991 : 118)

46Ainsi, conclut le psychiatre, il existe un grand nombre de Japonais résidant à Paris dont le motif migratoire reste flou, surtout chez les « soi-disant étudiants et artistes » (Ōta 1991 : 16), qui ne s’engagent pas dans de véritables activités académiques ou artistiques.

47La linguiste Komatsu Kuri fait écho aux observations d’Ōta, en s’appuyant sur la notion de jibun sagashi no tabi 自分探しの旅, « le voyage en quête de soi ». Il s’agit d’un « processus par lequel les jeunes gens essaient de comprendre qui ils sont réellement. Pour cela, ils ont tendance à faire quelque chose d’inhabituel, comme un nouveau travail, un voyage ou des études à l’étranger » (Komatsu 2014 : 55). Dans ce contexte, l’auteure précise que l’apprentissage du français est devenu une sorte de quête de soi pour la jeune génération japonaise, qui vient en France pour rechercher son identité réelle plutôt que pour étudier le français. Et cette attitude ambiguë s’observe déjà parmi ceux qui apprennent le français au Japon : le motif à l’origine de leur démarche est flou, ils ne sont pas tout à fait déterminés à mener sérieusement leur apprentissage de la langue. La linguiste cite le directeur de l’Alliance Française de Nagoya : « contrairement aux étudiants chinois qui apprennent le français en vue d’étudier à l’université en France, les Japonais apprennent le français comme un loisir, s’intéressent à la culture et à la gastronomie française, mais ne désirent pas améliorer leur français au-delà du niveau B2 » (Komatsu 2014 : 57).

  • 27 « Syndrome japonais : ces Nippons deviennent fous à Paris », Le Monde, 21 octobre 2011 : https://ww (...)

48Parmi les migrants japonais, surtout chez ceux qui ont un certain âge, ce « syndrome de Paris » est un terme relativement connu, car l’ouvrage d’Ōta, publié en 1991, a fait l’objet d’un grand nombre d’articles de presse, non seulement au Japon mais aussi en France, dans Le Monde et dans Libération27 notamment. Malgré tout, j’ai rarement rencontré de personnes dont le motif migratoire était flou. L’invisibilité des individus atteints du « syndrome de Paris » provient sans doute du fait que je cherchais des enquêtés dont la durée de séjour était relativement longue. Puisque les résidents à long terme et ceux de passage ne vivent pas les mêmes temporalités et spatialités, ils ne se fréquentent pas forcément au quotidien.

49Akari est l’une des rares personnes souffrant du syndrome de Paris que j’ai rencontrées sur le terrain. Enseignante-vacataire et célibataire âgée de 39 ans, elle était venue en France pour une durée de six mois et s’était inscrite dans une école de langue. Depuis qu’elle avait visité le pays avec une amie trois ans plus tôt, elle souhaitait résider en France sur du long terme et profiter d’un congé sabbatique pour faire un séjour linguistique.

50Un soir, la mère de la famille d’accueil qui hébergeait Akari durant son séjour linguistique m’a appelée. Elle était apparemment très contrariée car elle ne pouvait communiquer ni en français ni en anglais avec Akari, et ne parvenait pas à lui expliquer qu’elle allait s’absenter pour le week-end avec le reste de la famille d’accueil. Ils lui ont donné un petit texte rédigé en anglais où étaient mentionnées les dates de leur départ et de leur retour, en vain. Lors d’un précédent entretien, je lui avais laissé mon numéro de portable. Elle ne semblait pas heureuse et disait avoir parfois des problèmes de compréhension. Quelques jours plus tard, elle m’a en effet appelée pour me demander de traduire ce que sa famille d’accueil essayait de lui dire.

51C’est à ce moment-là que j’ai mesuré son niveau réel de français. Pendant l’entretien, elle me disait qu’elle n’était pas sûre de bien parler français et que c’était difficile, mais je croyais qu’elle faisait preuve de modestie et d’humilité. En général, on ne dit jamais qu’on parle bien une langue étrangère au Japon – un tel comportement serait interprété comme une attitude arrogante et orgueilleuse –, seules les personnes qui ont longtemps séjourné à l’étranger le font.

52Or, en traduisant le message de sa famille d’accueil au téléphone, je me suis souvenue que certains aspects de son entretien m’avaient paru étranges. Avant de venir en France pour son premier long séjour à l’étranger, Akari n’était pas du tout déterminée à apprendre le français (seulement quelques cours de type échange avec un Français dans un café). Contrairement à la fromagère Minami, qui a multiplié les visites et les stages en France pour pouvoir exercer le métier de ses rêves, la posture d’Akari me semblait plus nonchalante et sur le plan pragmatique, son séjour ne me semblait pas répondre à des fins concrètes : non seulement sa profession actuelle n’avait rien à voir avec le français ou la culture française, mais en plus elle ne s’intéressait pas particulièrement à la France.

53La posture d’Akari m’a intriguée, car un voyage en France représente un énorme investissement, notamment financier. J’ai également ressenti un vide dans son discours et dans ses attitudes par rapport à la France et à la langue française. Cette indifférence, qui m’a sauté aux yeux dès notre première rencontre, avait peut-être été perçue par la mère de la famille d’accueil, car elle aussi semblait intriguée. Lorsque je l’ai croisée avant l’interview d’Akari – nous nous sommes dit bonjour et avons échangé quelques mots – elle m’a dit que ce séjour en France était un très grand « challenge » pour Akari en précisant qu’elle ne comprenait pas vraiment sa motivation.

54L’attitude d’Akari semble correspondre à la description du « syndrome de Paris » qui affecte les jeunes Japonaises, comme le décrit le psychiatre Ōta (1991 : 131). Le français étant plus difficile qu’elle ne l’imaginait, Akari n’était pas heureuse de son séjour. L’une de ses frustrations venait du fait qu’elle était la seule Japonaise dans son école, alors qu’elle aurait souhaité rencontrer un compatriote avec qui faire du tourisme. Le véritable objectif de son séjour consistait sans doute à vivre quelque temps en France, sans faire de l’apprentissage du français une nécessité. Le cas d’Akari et le « syndrome de Paris » en général montrent à quel point l’accès à la migration vers la France pour les Japonais a connu une démocratisation. S’il est vrai que les intellectuels du début du siècle avaient également une représentation biaisée de la France, dans la plupart des cas, leur venue était financée par l’État et était soigneusement préparée. Même si les différences culturelles d’un pays à l’autre pouvaient parfois conduire à une crise identitaire, un tel trouble n’aurait pas pu se produire car les Japonais des premières migrations avaient la force mentale suffisante pour surmonter les difficultés (Ōta 1991 : 128).

VI. Conclusion

55Cet article s’est intéressé aux caractéristiques actuelles de la migration des Japonais en France, tout en mettant l’accent sur la démocratisation de leur mobilité internationale. L’étude de leurs profils permet de montrer que leur venue s’est tellement généralisée que même les Japonais originaires d’un milieu relativement modeste – pas spécialement intellectuel ni aisé – arrivent aujourd’hui à s’offrir un séjour en France.

56Ce déplacement des migrants japonais, qualifié de mobilité Nord-Nord, ne peut plus être envisagé comme un projet migratoire linéaire. Sakai souligne cette diversification et observe qu’il s’avère de plus en plus difficile de faire la distinction entre les déplacements en vue d’un éventuel retour et les migrations définitives, en raison de l’augmentation des séjours de longue durée des ressortissants japonais (Sakai 2000 : 318). Les parcours des enquêtés présentés ici en sont tout à fait représentatifs.

57En parallèle de la démocratisation de l’accès à la migration, avec des Japonais qui s’installent en France de leur propre fait, sans avoir été envoyés par une institution, un autre courant de popularisation s’observe aussi chez les expatriés qui, après une implantation des entreprises japonaises en France, ont vu leurs conditions d’expatriation se détériorer. Le statut de kaigai chūzaiin, n’est plus synonyme de privilège financier et d’avenir radieux. La diminution des prestations fournies par l’employeur, notamment en matière de frais médicaux et de scolarité, a un impact considérable sur les conditions de vie des expatriés.

58Cette recherche s’est employée à mettre en lumière des expériences hétérogènes de migrants/expatriés japonais, jusqu’alors peu racontées et analysées. Cette mobilité ordinaire de la classe moyenne entre deux pays développés, qui n’est pas associée à une véritable ascension sociale sur le plan financier, est encore fortement liée au fantasme de la France. Bien qu’elle soit devenue un pays plus accessible par rapport à la période de modernisation du Japon, elle demeure une destination idéale pour un grand nombre de Japonais qui rêvent de pouvoir y passer quelques années.

Haut de page

Bibliographie

Aterianus-Owanga Alice & Musso Sandrine 2017
« Introduction. Anthropologie et migrations : mises en perspective », Lectures anthropologiques, 3, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02998638 (dernière consultation en mai 2022).

Capponcelli Luca 2017
« Yosano Akiko no ōshū ryokō to sonogono tenkai ni tsuite : kokusaiteki seishin to teikoku shugi (shō tokushū nihon kingendai bungaku, sono kōtsū to kōsa) » 与謝野晶子の欧州旅行とその後の展開について:国際的精神と帝国主義(小特集 日本近現代文学・その交通と交差) (Le Voyage en Europe de Yosano Akiko et son retour : l’esprit international et l’impérialisme [Dossier spécial la littérature japonaise moderne, sa circulation et son intersection]), Kokugakuin zasshi 國學院雑誌, 118 (1) : 18-36.

Dubucs Hadrien 2009
« Habiter une ville lointaine. Le cas des migrants japonais à Paris », thèse de doctorat en géographie, Poitiers, université de Poitiers.

Endoh Toake 2010
Exporting Japan: Politics of Emigration to Latin America, Urbana, University of Illinois Press.

Ferrier Michaël 2003
La Tentation de la France, la tentation du Japon, Arles, Éditions Philippe Picquier.

Gao Ruihong 高瑞紅 2015
« Kaigai chūzaiin no yakuwari to kadai : senkō kenkyū no kentō » 海外駐在員の役割と課題:先行研究の検討 (Les missions et les enjeux des expatriés : l’état de l’art des travaux), Keizai riron 経済理論, 381 (septembre) : 1-20, https://doi.org/info:doi/10.19002/AN00071425.381.1 (dernière consultation en mai 2022).

Goodman Roger, Peach Ceri, Takenaka Ayumi & White Paul 2003
« The Experience of Japan’s New Migrants and Overseas Communities in Anthropological, Geographical, Historical and Sociological Perspective », in Goodman Roger, Peach Ceri, Takenaka Ayumi & White Paul (dir.), Global Japan: The Experience of Japan’s New Immigrant and Overseas Communities, London, RoutledgeCurzon : 1-20.

Hamaguchi Keiichirō 濱口桂一郎 2011
Nihon no koyō to rōdōhō 日本の雇用と労働法 (L’emploi au Japon et le droit du travail), Tokyo, Nihon keizai shinbun shuppansha 日本経済新聞出版社.

Hammouche Abdelhafid, Le Bail Hélène & Mori Chikako 2013
« Le Japon, pays d’immigration », Hommes & migrations, 1302 (avril) : 7-11, https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2455 (dernière consultation en mai 2022).

Hayashi Yōko 林洋子 2005
« “Panthéon kai zasshi kenkyūkai hen”, Pari 1900 nen, Nihonjin ryūgakusei no kōyū : Panthéon kai zasshi shiryō to kenkyū (Buryukke, 2004 nen) » 「パンテオン会雑誌」研究会編 『パリ1900 年・日本人留学生の交遊―『パンテオン会雑誌』資料と研究』:(ブリュッケ、二〇〇四年) (« Groupe de recherche sur la Revue du Cercle du Panthéon », Paris en 1900, Sociabilité des étudiants japonais : documents et recherches sur la Revue du Cercle du Panthéon, Buryukke, 2004), Hikaku bungaku 比較文学, 47(0) : 160-164.

Higuchi Naoto & Inaba Nanako 2013
« Travailleurs latino-américains au Japon. Vingt années perdues », Hommes & migrations, 1302 (avril) : 23-31, https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2461 (dernière consultation en mai 2022).

Ishimaru Kumiko 石丸久美子 2012
« Nichifutsu ni okeru jiko, tasha sutereo taipu : “Pari shōkōgun” ni tsuiteno kiji bunseki kara 1 » 日仏における自己・他者ステレオタイプ:「パリ症候群」についての記事分析から(1) (Stéréotypes du soi-même et de l’autre en France et au Japon : analyse des article sur le « syndrome de Paris » 1), Kenkyū ronsō 研究論叢, 80 : 65-79.

JASSO 2014
« Heisei 26 nendo “Nihonjin kaigai ryūgakuseisū ni kansuru chōsa” chōsa hōkokusho » 平成26年度「日本人海外留学生数に関する調査」調査報告書 (Rapport sur une étude sur le nombre d’étudiants japonais à l’étranger datant de 2014), https://hermes-ir.lib.hit-u.ac.jp/hermes/ir/re/29041/0491700501.pdf (dernière consultation en mai 2022).

JILPT 2008
« Chōsa shirīzu No. 40 dai 7 kai kaigai haken kinmusha no shokugyō to seikatsu ni kansuru chōsa kekka » 調査シリーズNo. 40第7回 海外派遣勤務者の職業と生活に関する調査結果 (Cycle d’études n°40, le septième sondage des professions et la vie des expatriés japonais à l’étranger), https://www.jil.go.jp/institute/research/2008/040.html (dernière consultation en mai 2022).

Komatsu Kuri 2014
« Vivre en français en France : des Japonais qui se cherchent. Entretiens avec Sa et Shu, étudiants japonais », Éducation et sociétés plurilingues, 37 : 55-66.

Kurotani Sawa 2005
Home Away from Home: Japanese Corporate Wives in the United States, Durham, Duke University Press.

Marcus George E. 1995
« Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography », Annual Review of Anthropology, 24 : 95-117.

Maruyama Hiroaki 丸山浩明 2010
Burajiru nihon imin : hyakunen no kiseki ブラジル日本移民百年の軌跡 (La migration japonaise au Brésil : trajectoire de cent ans) , Tokyo, Akashi shoten 明石書店.

Ministry of Foreign Affairs of Japan 2018
« Annual Report of Statistics on Japanese Nationals Overseas », https://www.mofa.go.jp/mofaj/toko/page22_003338.html (dernière consultation en mai 2022).

Morgan David D. 2008
« Snowball Sampling », in Given Lisa M. (dir.), The SAGE Encyclopedia of Qualitative Research Methods, Thousand Oaks, Sage Publications : 815-816.

Nagatomo Jun 長友淳 2015
« Raifusutairu ijū no gainen to senkō kenkyū no dōkō : ijū kenkyū ni okeru rironteki dōkō oyobi Nihonjin imin kenkyū no bunmyaku o tōshite » ライフスタイル移住の概念と先行研究の動向移住研究における理論的動向および日本人移民研究の文脈を通して (Conceptualizing Lifestyle Migration: A literature Review in Migration Studies), Journal of international studies, 4 (1) : 23-32.

Nakagawa Shinji 中川慎二 2013
« Doitsu no Nihonjin komyuniti : dyusserudorufu o megutte “katarareru monogatari” to “rekishiteki jijitsu” » ドイツの日本人コミュニティデュッセルドルフをめぐって「語られる物語」と「歴史的事実」 (La communauté japonaise en Allemagne : « l’histoire racontée » et « les faits historiques » de la communauté de Düsseldorf), Ekusu : gengo bunka ronshū エクス言語文化論集, 8 : 29-60.

Nakamura Masaharu 中村雅治 2013
« Kaigai funinsha no taidō shijo kyōiku hiyō no kigyō futan : kokunaigai no kōheikan o ikani tamotsu noka » 海外赴任者の帯同子女教育費用の企業負担 国内外の公平感をいかに保つのか (La charge de l’employeur sur les frais de scolarité des enfants des employés expatriés : comment garder l’équité entre les employés au Japon et à l’étranger), Gurōbaru keiei グローバル経営, 12 : 10-13.

Niwa Takahito 丹羽孝仁, Nakagawa Satoshi 中川聡史 & Thelen Timo テーレン ティモ 2016
« Henyō suru kaigai de hataraku nihonjin : genchi saiyōsha ni chakumoku shite » 変容する海外で働く日本人現地採用者に着目して (Changing of Japanese Working Abroad: Focused on Locally Hired Young Japanese), Saitama daigaku kiyō (kyōiku gakubu) 埼玉大学紀要(教養学部), 51 (2) : 205-222, https://doi.org/info:doi/10.24561/00016014 (dernière consultation en mai 2022).

Nukaga Misako 2013
« Planning for a Successful Return Home: Transnational Habitus and Education Strategies among Japanese Expatriate Mothers in Los Angeles », International Sociology, 28 (1) : 66-83, https://doi.org/10.1177/0268580912452171 (dernière consultation en mai 2022).

OCDE 2018
« Education at a glance », https://www.oecd.org/education/education-at-a-glance/ (dernière consultation en mai 2022).

Ōta Hiroaki 太田博昭 1991
Pari shōkōgun パリ症候群 (Le syndrome de Paris), Tokyo, Toraberu jānaru トラベルジャーナル.

Panthéon kai zasshi kenkyūkai (『パンテオン会雑誌』研究会), Takashina Shūji 高階秀爾, Imahashi Eiko 今橋映子, Campbell Robert, Mabuchi Akiko 馬渕明子 & Yamanashi Emiko 山梨絵美子 2004
Pari 1900 nen, Nihonjin ryūgakusei no kōyū : Panthéon kai zasshi shiryō to kenkyū パリ1900年・日本人留学生の交遊―『パンテオン会雑誌』資料と研究 (Paris en 1900, sociabilité des étudiants japonais : documents et recherches sur la Revue du Cercle du Panthéon), Tokyo, Buryukke ブリュッケ.

Said Edward W. 2003 [1978]
Orientalism, Londres, Penguin Classics.

Sakai Chie 酒井千絵 2000
« Nashonaru baundari niokeru kōshō : Hong Kong de hataraku Nihonjin no katari kara » ナショナル・バウンダリーにおける交渉香港で働く日本人の語りから (Negociation at the National Boundaries: Narattives on the Working Experience of Japanese in Hong Kong), Shakaigaku hyōron 社会学評論, 51 (3) : 314-330.

Sakai Chie 2013
« Shanhai no tabunka kazoku : chūgokujin haigūsha to shanhai de kurasu nihonjin josei o chūshin ni » 上海の多文化家族中国人配偶者と上海で暮らす日本人女性を中心に (Familles multiculturelles à Shanghai : les femmes japonaises mariées à un conjoint chinois), Kansai daigaku shakai gakubu kiyō 関西大学社会学部紀要, 45 (1) : 47-72.

Satō Machiko 2001
Farewell to Nippon: Japanese Lifestyle Migrants in Australia, Melbourne/Portland, Trans Pacific Press.

Sedgwick Mitchell W. 2001
« Positioning “Globalization” at Overseas Subsidiaries of Japanese Multinational Corporations », in Befu Harumi & Guichard-Anguis Sylvie (dir.), Globalizing Japan: Ethnography of the Japanese Presence in Asia, Europe, and America, London, Routledge : 43-51.

Shiraki Mitsuhide 白木三秀 2006
Kokusai jinteki shigen kanri no hikaku bunseki : « Takokuseki naibu rōdō shijō » no shiten kara 国際人的資源管理の比較分析「多国籍内部労働市場」の視点から (Analyse comparative de la gestion des ressources humaines internationales : au prisme du « marché de l’emploi intérieur des firmes multinationales »), Tokyo, Yūhikaku 有斐閣.

Tachibana Hidehiro 2004
« Quelques aspects de la modernité au Japon : Horiguchi Daïgaku et Kobayashi Hideo », in Katō Haruhisa (dir.), La Modernité française dans l’Asie littéraire (Chine, Corée, Japon), Paris, Presses universitaires de France : 259-280.

Takamaru Rika 高丸理香 2013
« Kaigai taidō haigūsha (chūzaiin tsuma) no yūjin / chijin nettowāku keizei purosesu » 海外帯同配偶者(駐在員妻)の友人・知人ネットワーク形成プロセス (Process of Forming Friendship Network by Japanese Expatriate Housewives), Ningen bunka sōsei kagaku ronsō 人間文化創成科学論叢, 15 : 281-289.

Tanno Isao 丹野勲 2016
« Meiji/Taishō/Shōwa shoki no Nihon kigyō no nan.yō shinshutsu no rekishi to kokusai keiei » 明治・大正・昭和初期の日本企業の南洋進出の歴史と国際経営 (L’histoire de l’implantation des entreprises japonaises dans l’océan Pacifique Sud et la gestion internationale), Kokusai keiei fōramu 国際経営フォーラム, 27 : 51-91.

Yatabe Kazuhiko 1993
« Des Japonais en France : adaptation et ethnicité », in Cobbi Jane (dir.), Pratiques et représentations sociales des Japonais, Paris, Éditions L’Harmattan : 196-217.

Yatabe Kazuhiko 2015
« Le “dépassement de la modernité” et la sociologie japonaise », Socio, La nouvelle revue des sciences sociales, 5 : 115-138.

Haut de page

Notes

1 Yosano Akiko, une des plus grandes auteures du début xxe siècle, a notamment nommé son fils Auguste en hommage au sculpteur Rodin.

2 Yatabe parle ici des Japonais en général et non de ceux qui migrent en France en particulier.

3 Peu de recherches ont été consacrées à la migration japonaise en France (Dubucs 2009 ; Komatsu 2014 ; Yatabe 1993).

4 J’ai mobilisé plusieurs canaux pour recruter des enquêtés : commerces japonais (épiceries, salons de coiffure, etc.), écoles de langue et réseaux d’anciens étudiants japonais.

5 Technique d’échantillonnage où l’enquêteur utilise le réseau de ses premiers enquêtés pour en rencontrer de nouveaux. Voir Morgan (2008) pour la définition.

6 Depuis la Restauration de Meiji en 1868, un grand nombre de ressortissants japonais se sont installés en Amérique latine.

7 Il existe ainsi une communauté de plus de 1 600 000 Japonais au Brésil (Center for Japanese-Brazilian Studies) : https://cenb.org.br/articles/index_en (dernière consultation en mai 2022). Ces Nikkeijin 日系人 (littéralement « personnes d’origine japonaise »), ont été nombreuses à regagner le Japon après 1990, suite à la réforme de la Loi sur l’immigration accordant un statut privilégié aux descendants de migrants japonais. Pour les détails voir Higuchi & Inaba (2013).

8 Les informations sur l’évolution du nombre des ressortissants japonais en France m’ont été communiquées par le ministère des Affaires étrangères du Japon, dans un message électronique, le 3 juillet 2020.

9 Lorsqu’un ressortissant fait son inscription au registre consulaire des Japonais (zairyū todoke 在留届), il lui est demandé de préciser s’il prévoit un éventuel retour au Japon. Ceux qui souhaitent définitivement rester dans le pays d’accueil se déclarent eijūsha 永住者 (résidents permanents) et ceux qui ont l’intention de retourner un jour au Japon, chōki taizaisha 長期滞在者 (résidents non permanents).

10 https://www.iom.int/fr/who-migrant (dernière consultation en mai 2022).

11 D’après une enquête réalisée par JILPT (The Japan Institute for Labour Policy and Training), 40 % des employés japonais mutés à l’étranger ignorent la temporalité de leur séjour ou ne sont pas prévenus à l’avance lorsque leur mission dépasse la durée préalablement définie par l’employeur (JILPT 2008).

12 Voir l’étude détaillée de Nakagawa (2013) sur la communauté japonaise à Düsseldorf pendant les périodes d’avant-guerre et d’après-guerre.

13 Yatabe signale notamment que leur séjour est temporaire, avec une durée moyenne de 3 à 5 ans.

14 Ce nombre comprend également les individus dépendants de leur famille.

15 Taux de 2013. En 2011 et 2012, les taux étaient respectivement de 3,7 % et 1,3 % (JASSO 2014).

16 On peut citer par exemple le CNSMP, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.

17 Maisons de commerce. Ce sont de grandes entreprises japonaises qui s’engagent dans des activités de négoce et interviennent comme intermédiaire dans de nombreux secteurs du commerce international et de l’import-export japonais.

18 J’ai modifié son pseudonyme en essayant de garder sa connotation.

19 Lors de l’accouchement, seule une indemnité couvrant une partie limitée des frais est accordée. La prise en charge totale ne s’effectue qu’en cas de médicalisation, pour une césarienne par exemple.

20 En France, l’Institut culturel franco-japonais (École japonaise de Paris) est le seul établissement agréé par le gouvernement japonais, qui dispense l’enseignement du cursus officiel entièrement en japonais, pour les enfants de 6 à 15 ans : http://www.parinichi.com/index.php (dernière consultation en mai 2022).

21 D’après Nakamura (2013), 60 % des entreprises recensées utilisent le montant des frais de scolarité d’une école japonaise comme référence de plafonnement.

22 Tarifs de l’International School of Lyon pour l’année 2020-2021 : http://www.islyon.org/ (dernière consultation en mai 2022).

23 D’après l’enquête de JILPT (2008), 45,5 % des expatriés japonais ne reçoivent leur ordre de mission que deux mois avant leur mutation à l’étranger. Le délai moyen est de 3-4 mois avant le départ. Environ 40 % des expatriés ne sont pas informés de la durée de leur séjour, ou ont déjà dépassé la durée préalablement fixée par l’employeur.

24 D’après une étude réalisée par Ōta Hiroaki sur dix-huit pays européens, 57 % des cas de troubles psychiques ont été signalés en France (Ōta 1991 : 16).

25 https://ameblo.jp/nakamura-eriko/ (dernière consultation en avril 2021).

26 Le premier volume date de 2014 et cette série en compte douze jusqu’à présent.

27 « Syndrome japonais : ces Nippons deviennent fous à Paris », Le Monde, 21 octobre 2011 : https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2011/10/21/syndrome-japonais-ces-nippons-qui-deviennent-fous-a-paris_5988125_4832693.html (dernière consultation en mai 2022) ; « Des Japonais entre mal du pays et mal de Paris », Libération, 13 décembre 2004 : https://next.liberation.fr/vous/2004/12/13/des-
japonais-entre-mal-du-pays-et-mal-de-paris_502663
(dernière consultation en mai 2022). Ishimaru (2012) présente une analyse exhaustive des articles sur le syndrome.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 01. Évolution du nombre de ressortissants japonais en France.
Crédits Source : Ministry of Foreign Affairs of Japan (2018).
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/8604/img-1.png
Fichier image/png, 69k
Titre Fig. 02. Part des migrants japonais par statut de résidence en octobre 2018.
Crédits Source : ibid.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/8604/img-2.png
Fichier image/png, 22k
Titre Fig. 03. Profils des migrants japonais (résidents non permanents) en 2017.
Crédits Source : Ministry of Foreign Affairs of Japan (2018).
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/8604/img-3.png
Fichier image/png, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miyako Hayakawa, « Migrer dans un pays idéal ? Démocratisation de la migration japonaise vers la France »Ebisu, 60 | 2023, 227-254.

Référence électronique

Miyako Hayakawa, « Migrer dans un pays idéal ? Démocratisation de la migration japonaise vers la France »Ebisu [En ligne], 60 | 2023, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/8604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.8604

Haut de page

Auteur

Miyako Hayakawa

早川美也子

Miyako Hayakawa est postdoctorante de l’université libre de Bruxelles, docteure en anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS. Ses travaux portent sur la migration japonaise, la migration privilégiée, notamment les enjeux liés au genre dans le processus migratoire.

早川美也子 : ブリュッセル自由大学ポストドクトラル・フェロー。2021年にフランス社会科学高等研究院で博士号取得(社会人類学・民族学)。主な研究分野は日本人移民、先進国間の国際移動、移住プロセスにおけるジェンダーの諸問題。

Miyako Hayakawa is a postdoctoral researcher at the Université Libre de Bruxelles. She received her Ph.D. from EHESS. Her research focuses on Japanese migration, privileged migration and, in particular, gender issues in the migration process.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search