Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Livres à lireComptes rendusMaruyama Masao, Le fascisme japon...

Livres à lire
Comptes rendus

Maruyama Masao, Le fascisme japonais (1931-1945), trad. de Morvan Perroncel

Paris, Les Belles Lettres, 2021, 304 p.
Jacques Joly
p. 313-317
Référence(s) :

Maruyama Masao, Le fascisme japonais (1931-1945), trad. de Morvan Perroncel, Paris, Les Belles Lettres, 2021, 304 p.

Texte intégral

  • 1 « Caractéristiques du nationalisme japonais », trad. de Hidaka H. & Iwashima Y., France-Asie, 165, (...)
  • 2 Essais sur l’histoire de la pensée politique au Japon, trad. Jacques Joly (tome I, PUF, 1996 ; text (...)

1Il est certes navrant que Maruyama Masao (1914-1995), l’une des principales figures de la pensée politique japonaise, reste moins connu dans notre pays que chez nos voisins. En effet, malgré l’article paru sous la direction de René de Berval en 1961 : « Caractéristiques du nationalisme japonais »1, aucune traduction d’envergure à son sujet ne vit le jour avant celles des Essais sur l’histoire de la pensée politique au Japon, partielle en 1996 puis complète fin 20182. On peut dire que la France manqua son rendez-vous avec Maruyama.

  • 3 Morris Ivan (dir.), Thought and Behaviour in Modern Japanese Politics, Oxford, Oxford University Pr (...)

2L’ouvrage réalisé par Morvan Perroncel comble un peu le retard : il consiste en la traduction de trois articles sur l’ultranationalisme au Japon (connus du public anglo-saxon depuis près de 80 ans3), suivie d’un glossaire et d’un article explicatif, le tout réuni sous le titre Le fascisme japonais (1931-1945).

3Le premier, « Logique et psychologie de l’ultranationalisme (mai 1946) » propulsa Maruyama dans le monde intellectuel de l’époque car, écrit quelques mois après la reddition du Japon, il s’appliqua à cerner « la nature de la contrainte psychologique qui a imprégné les organes de pouvoir et entraîné dans une certaine direction les pensées et les actes des Japonais ».

4L’auteur remarque d’abord qu’il manque à l’État japonais un trait essentiel à sa modernité : la neutralité. Loin d’avoir jamais reconnu, comme l’ont fait les États modernes occidentaux, la valeur formelle de son rôle, « l’État japonais, depuis sa fondation, n’a jamais cessé de fonder sa domination sur l’idée qu’il constituait lui-même la valeur essentielle ». Se voulant « corps national » (kokutai 国体), il accapara « les valeurs en soi que sont le vrai, le beau et le bien, [et] la loi éman[a] alors d’une instance étatique tenue pour la valeur absolue ». La vertu se ramenant à l’expansion de cette quintessence de l’État impérial, rayonnant vers le monde, pouvoir et morale s’interpénétrèrent : la morale s’apprécia donc à l’aune de sa puissance pratique (en lien avec le pouvoir), et non des valeurs qui l’inspirent et ainsi, « l’État impérial ne pouvait, par définition, commettre le mal ».

5Par suite, ce n’est plus le souci de la légalité qui régla les rapports sociaux (le droit « n’est qu’un moyen d’exercer une domination concrète à l’intérieur d’une hiérarchie »), mais le sentiment de faire plus ou moins corps avec le pouvoir d’État, bref, la proximité relative avec l’empereur, « la valeur de chacun étant inversement proportionnelle au dénivelé qui le sépare de l’autorité ultime ».

6Or, montre Maruyama, « une telle idéologie n’est nullement apparue avec la vague du totalitarisme : elle était inhérente et structurelle à l’État japonais lui-même » : une telle fusion du pouvoir (auparavant dévolu aux shōgun et à l’autorité [impériale]) a ses actes fondateurs – notamment le Rescrit sur l’éducation –, les années l’ont simplement exacerbée.

7Ainsi, « l’armée japonaise a fourni un modèle quasiment parfait des différents phénomènes pathologiques entraînés par cette inclination à être plus fier d’une dépendance verticale directe vis-à-vis de la substance ultime », l’empereur, dont les soldats imaginaient tirer une supériorité en toute forme de valeur, en vertu, en savoir… « En l’absence de subjectivité libre […] chacun étant déterminé par l’existence d’un supérieur […] ce qui appar[ut] à la place d’une dictature est un phénomène qu’on pourrait appeler de préservation de l’équilibre psychologique par transfert de l’oppression […] de proche en proche, du haut vers le bas […] de telle sorte que l’équilibre de l’ensemble est systématiquement maintenu ». Et quand on est simple soldat à l’étranger, c’est le prisonnier qu’on opprime. En cela rien d’exceptionnel comme l’affirme Fukuzawa Yukichi, cité ici dépeignant la société d’Edo : « Dépouillé par Pierre, on s’en prend à Paul […] on se paie de l’humiliation subie par le plaisir prochain de celle qu’on fera subir, et ainsi se liquident les rancœurs ». Car « minable » dans son pays, la position est « infiniment supérieure une fois à l’étranger : soldat de l’empereur, on est du côté de la valeur suprême ».

8Et l’empereur ? Lui non plus n’est ni libre ni indéterminé et ne crée aucune valeur mais « règne d’après les enseignements hérités de ses ancêtres fondateurs de l’Empire ». La Constitution de 1889 n’était qu’une « conformation aux lois ancestrales du gouvernement ». Ainsi, « si l’on représente le peuple, ceux qui assistent l’empereur, par des cercles concentriques disposés autour et plus ou moins distants de lui, ce n’est pas un point qui occupe le centre, mais un axe vertical qui le traverse perpendiculairement au plan des cercles concentriques. L’effusion illimitée de la valeur irradiant à partir du centre est en somme garantie par l’infinitude de cet axe vertical, autrement dit, par “la prospérité du Trône impérial, contemporain du Ciel et de la Terre” ». C’est pourquoi « ce qui s’est passé il y a 2 600 ans est comme le premier cerne d’un arbre qui n’a cessé de croître ». « Depuis les guerres de l’époque de Meiji jusqu’à la guerre du Pacifique […] le cercle a pris la forme d’une spirale ascendante », cela jusqu’au 15 août 1945, date où libérés du kokutai, « les Japonais sont devenus libres et autonomes pour la première fois de leur histoire », conclut Maruyama qui répondit aux critiques dans un Post-scriptum en 1956 où il relativisa sa description en n’en faisant « qu’une abstraction historique ».

9Le second article, « L’idéologie et les mouvements fascistes au Japon (juin 1947) » (une meilleure traduction du titre aurait été : « Idéologie et dynamique ou évolution du fascisme au Japon »), peut se comprendre comme un complément au premier sur un plan plus factuel : il s’agit d’une analyse générale du fascisme comme mouvement dont il offre une périodisation, avant d’en dégager les spécificités idéologiques (familialisme, agrarisme et panasiatisme) puis organisationnelles faisant apparaître un fascisme radical « chimérique et idéaliste ». Comparé avec l’Europe, le fascisme japonais n’a pas amené de révolution… « Ce sont les forces politiques déjà en place (l’armée, la bureaucratie, les partis) qui, de l’intérieur de l’appareil, ont amené l’État à se transformer […] en un régime fasciste. » Aussi, « se développa-t-il au contraire dans la légalité […] sans heurts, depuis le cœur du pouvoir et des institutions ».

10Tous les membres du Tribunal militaire international pour l’Extrême-Orient, sur les minutes duquel se base le dernier article, « Le profil psychologique des dirigeants de guerre japonais », furent abasourdis par l’impréparation, l’absence totale de plan au moment de l’entrée en guerre : « Cependant, tous poussés par une force mystérieuse, ils ont fini par se jeter en avant, les yeux fermés mais tremblants à l’idée du désastre. Ont-ils souhaité la guerre ? Oui. Ont-ils souhaité l’éviter ? Oui encore. Ils ont cherché à l’éviter tout en la désirant… Là se cache la pathologie la plus profonde du “régime” japonais ». Aussi Maruyama nous décrit-il des êtres « minuscules et pitoyables », velléitaires, manipulés par une classe de hors-la-loi. Leur ethos apparaît mieux en suivant les justifications que les intéressés ont données de leurs comportements : soumission aux faits accomplis (« les coups de force tramés dans l’ombre par des hors-la-loi étaient ainsi promus au rang de politique ») et fuite dans une sphère de compétence limitée.

11Ainsi, Maruyama nous restitue-t-il « à grands traits le gigantesque système d’irresponsabilité que fut le pouvoir fasciste », système dont il dégage « trois types fondamentaux : le Palanquin sacré qui représente l’autorité, le bureaucrate qui représente le pouvoir [en portant le premier] et le hors-la-loi… qui représente la violence [et n’a de cesse de bousculer le bureaucrate] ».

12Ces trois textes (d’autres, certains cités, auraient pu d’ailleurs être ajoutés) nous sont offerts dans une traduction claire et précise, performance eu égard au style recherché de l’auteur. Relevons quelques erreurs inévitables dans un travail de cet ordre en nous limitant au premier article : nombre d’expressions, telles que hakkō ichiu 八紘一宇 ou Pathos der Distanz ne figurent pas dans le glossaire. De même, deux phrases ne sont pas traduites, page 36, ce qui est dommage car le niveau de traduction à la fin de l’article est excellent.

13Heureuse surprise avec cette publication des Belles Lettres : les notes sont placées en bas de page et non reléguées en fin de volume et la lecture est moins fastidieuse, comme cela fut le cas pour les Essais sur l’histoire de la pensée politique au Japon.

14Un glossaire où on regrettera l’absence du terme kokutai (traduit par « l’État impérial », puis « corps national » : mais le lecteur non japonisant ne peut savoir qu’il s’agit du même mot) et généralement de termes japonais (qui ne sont jamais présentés dans tout l’ouvrage qu’en traduction française) précède une bibliographie du glossaire, où les titres des ouvrages en japonais auraient, eux, mérité d’être traduits.

15L’ouvrage se termine par un article conséquent et détaillé de Morvan Perroncel : « Maruyama Masao et l’ultranationalisme japonais », très utile au lecteur, dont la place nous manque pour en discuter. Il aurait peut-être été mieux situé au début de l’ouvrage, comme une magistrale introduction. Ajoutons que le titre donné au livre nous semble ambigu : Le fascisme japonais est le thème de l’ensemble, non le titre d’un article. Écrits sur le fascisme japonais, par exemple, eût été moins équivoque.

16Il n’en reste pas moins que nous avons affaire à un remarquable travail concernant Maruyama qui occupera sans nul doute une place de choix dans les études sur le Japon, d’autant que la réflexion menée par cet auteur est plus que jamais d’actualité : ne nous invite-t-elle pas à méditer sur certaines ressemblances avec les protagonistes des événements tragiques actuels, et partant, à tenter d’y découvrir certaines clés de compréhension ?

Haut de page

Notes

1 « Caractéristiques du nationalisme japonais », trad. de Hidaka H. & Iwashima Y., France-Asie, 165, Tokyo, 1961 : 1621-1633.

2 Essais sur l’histoire de la pensée politique au Japon, trad. Jacques Joly (tome I, PUF, 1996 ; texte entier : Les Belles Lettres, 2018).

3 Morris Ivan (dir.), Thought and Behaviour in Modern Japanese Politics, Oxford, Oxford University Press, 1963. La traduction en anglais du premier servit de texte-source pour : « Théorie et psychologie de l’ultra-nationalisme », Le Débat, 21, sept. 1982 : 105-130. Une analyse fouillée de ces trois articles a été précédemment menée par Brice Fauconnier : « La critique de la modernisation du Japon chez Maruyama Masao : assistance au tennō, ultranationalisme et fascisme dans les essais des années 1946‐1949 », Cipango, 23, 2020 : 249-296.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Joly, « Maruyama Masao, Le fascisme japonais (1931-1945), trad. de Morvan Perroncel »Ebisu, 60 | 2023, 313-317.

Référence électronique

Jacques Joly, « Maruyama Masao, Le fascisme japonais (1931-1945), trad. de Morvan Perroncel »Ebisu [En ligne], 60 | 2023, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/8877 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.8877

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search