Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Livres à lireComptes rendusOgino Fujio 荻野富士夫, Yomigaeru senj...

Livres à lire
Comptes rendus

Ogino Fujio 荻野富士夫, Yomigaeru senji taisei. Chian taisei no rekishi to genzai よみがえる戦時体制―治安体制の歴史と現在 (La Renaissance d’un régime de guerre. Passé et présent du système de maintien de l’ordre public)

Tokyo, Shūeisha 集英社, 2018, 270 p.
Morvan Perroncel
p. 318-322
Référence(s) :

Ogino Fujio 荻野富士夫, Yomigaeru senji taisei. Chian taisei no rekishi to genzai よみがえる戦時体制―治安体制の歴史と現在 (La Renaissance d’un régime de guerre. Passé et présent du système de maintien de l’ordre public), Tokyo, Shūeisha 集英社, 2018, 270 p.

Texte intégral

  • 1 La loi de 2013 prévoit jusqu’à dix ans d’emprisonnement pour la divulgation d’informations secrètes (...)

1Nombreux sont les ouvrages, depuis une dizaine d’années au moins, consacrés aux années 1930 et annoncés comme porteurs d’enseignements pour notre époque. Ogino Fujio 荻野富士夫 s’inscrit dans cette tendance, mais plus résolument que d’autres. Il entreprend de montrer qu’un ensemble de lois votées ou projetées depuis les années 2000 visent à reconstruire un système répressif comparable à celui qui avait disparu au lendemain de la guerre. Ce nouveau « régime de guerre » ne se résume pas à l’interprétation de l’article 9 de la Constitution qui sert depuis 2015 à légitimer le déploiement des Forces d’autodéfense hors de l’Archipel, ou à la révision de cet article, espérée par le Parti libéral-démocrate et promue notamment par Abe Shinzō 安陪晋三 (1954-2022) lors de ses deux cabinets (2006-2007, 2012-2020). Il inclut en outre les lois qui, selon l’auteur, doivent faciliter cette révision de la Constitution en permettant de réprimer les mouvements qui s’opposeraient au recours à la guerre, c’est-à-dire notamment la Loi sur la protection des secrets spéciaux (Tokutei himitsu hogo hō 特定秘密保護法), votée en 2013, et la Loi sur le crime de conspiration (Kyōbōzai hō 共謀罪法) de 20171.

  • 2 Shoki shakai shugi shisōron 初期社会主義思想論 (Les Idées du premier socialisme [japonais]), Tokyo, Fuji shu (...)
  • 3 Shisō kenji 思想検事 (Les Procureurs idéologiques), Tokyo, Iwanami shoten 岩波書店, 2000. Gaimushō keisatsu (...)

2Né en 1953, connu des spécialistes de l’ère Meiji pour son travail sur les débuts du socialisme2, Ogino Fujio s’est consacré principalement à l’histoire de la répression politique et a mené de nombreuses recherches dans ce domaine. Son mérite est d’en avoir restitué tous les aspects, c’est-à-dire l’action non seulement de la Police politique (Tokkō keisatsu 特高警察) et de la Police militaire (Kenpeitai 憲兵隊), qui avaient marqué durablement la mémoire collective, mais également d’autres acteurs, dont le rôle a été plus vite oublié. Il a étudié en particulier celui des procureurs chargés des « crimes idéologiques » (shisōhan 思想犯), fonction créée en 1928 par le ministère de la Justice, ainsi que ceux des ministères de l’Éducation et des Affaires étrangères3.

3Les deux premiers chapitres du livre offrent une vue d’ensemble de l’histoire du « régime de maintien de l’ordre public » avant et pendant la guerre. Tout en confirmant que la Police politique fut bien l’agent principal dans le contrôle des opinions (genron tōsei 言論統制) et la lutte contre les idéologies jugées menaçantes pour l’État impérial, ne serait-ce par l’importance de ses effectifs (elle employa jusqu’à 10 000 personnes au début des années 1940, soit 10 % de l’ensemble des effectifs policiers), ils nous renseignent aussi sur ses relations avec les autres administrations et suggère que la dynamique de la répression s’est nourrie d’une rivalité entre les différents acteurs impliqués, chacun ayant à cœur de montrer le plus de zèle dans la défense de la Maison impériale. Ogino souligne que le rôle personnel de Hirohito 裕仁 (1901-1989) fut important, avant même que celui-ci ne devienne empereur, par les marques de reconnaissance qu’il prodigua et par l’attention qu’il porta aux nominations dans les ministères de la Justice et de l’Intérieur.

  • 4 La Loi sur le maintien de l’ordre public (Chian iji hō 治安維持法), adoptée en 1925 et modifiée en 1928, (...)

4Alors que la lutte contre le Parti communiste avait largement atteint son objectif, vers le milieu des années trente, la répression ne diminua pas pour autant. Elle prit un caractère de plus en plus préventif et de dissuasion. Elle se tourna aussi vers les mouvements religieux et, après le début de la guerre sino-japonaise, vers les « entraves à la production », derrière lesquels on voyait encore la main de communistes cherchant à saboter l’effort industriel. Quoique la guerre sino-japonaise ait pu servir à justifier la poursuite de la répression, cette réorientation lui est antérieure. Ogino insiste sur la grande continuité de l’entreprise, conduite avec les mêmes moyens depuis la fin des années 1920 jusqu’en 1945. S’il est vrai que le dispositif juridique fut alourdi peu après l’attaque de Pearl Harbor, une importante révision de la loi de 1925 avait été adoptée dès mars 1941, en réponse à la demande des procureurs idéologiques. Ceux-ci estimaient en effet que même l’interprétation très large de la loi de 1925 sur laquelle ils s’étaient fondés jusqu’alors, ne permettait pas de lutter contre toutes les formes de sédition4. Il fallait élargir la définition des actes visés tout en simplifiant les procédures. La plupart des arrestations effectuées au cours des années de guerre ne concerna que des actes individuels, sans lien avec une idéologie définie mais considérés comme portant atteinte à l’État impérial : marché noir, manquements à la discipline dans les usines ou manifestations d’indifférence quant à l’issue de la guerre.

  • 5 Sur ce point, on pourra consulter sa passionnante étude, « Sen.i » no suii. Kokumin no sensō shiji, (...)

5Ogino Fujio s’est beaucoup intéressé à l’évolution de l’opinion au cours de ces années. À partir d’enquêtes réalisées par l’armée, par la police et par le ministère de l’Éducation, il montre que le soutien à la guerre a connu trois pics, après l’invasion de la Mandchourie, après le début de la guerre sino-japonaise et après Pearl Harbor, suivis de trois phases de déclin. Que conclure du fait que le dernier pic fut le plus élevé, et que le soutien à la guerre ne déclina que tardivement ? Bien que tout son exposé tende à démontrer qu’il y avait là le résultat prévisible d’un patient travail de réduction au silence des oppositions, Ogino se garde d’y voir un effet mécanique. L’adhésion, explique-t-il, fut bien réelle, même si l’indifférence et la lassitude des derniers mois de la guerre ont pu le faire oublier par la suite5.

  • 6 Deux seulement furent démis, sur un total de soixante-dix-huit.

6Le troisième chapitre, consacré à l’immédiat après-guerre, rappelle que la loi de 1925 ne fut abolie et la Police politique supprimée que sous la pression de l’occupant. Oubliés dans la directive du Grand quartier général d’octobre 1945, les procureurs idéologiques ne furent pas inquiétés6. La lutte contre le communisme revenant à l’ordre du jour, à partir de 1948, certains d’entre eux continuèrent même à essayer d’obtenir des conversions jusqu’au début des années 1950. Cependant, malgré la continuité des personnels et des idées, malgré la convergence des autorités avec l’occupant dans l’anticommunisme et la recréation progressive d’un système de surveillance et de contrôle de l’opinion, le fait dominant de l’après-guerre est bien l’échec des tentatives de remettre sur pied un système comparable à celui d’avant 1945. Jusqu’aux années 1970 environ, le souvenir de ce qu’avait permis la loi de 1925 fit obstacle à des projets de lois contre l’espionnage, comme celui que présenta Kishi Nobusuke 岸信介 (1896-1987) en 1958 et qui rencontra des oppositions au sein même du Parti libéral-démocrate, ou contre le terrorisme, comme celui qu’Ikeda Hayato 池田勇人 (1899-1965) tenta de faire passer à la Diète en 1962 mais dut retirer face au mouvement de contestation qu’il avait provoqué.

  • 7 « Il n’est guère envisageable, certes, de déployer les Forces d’autodéfense en Asie sur la seule in (...)

7Le quatrième chapitre montre qu’une nouvelle période s’est ouverte dans les années 1980. Le Parti libéral-démocrate, encouragé par le gouvernement américain, cherche à rendre possible l’action des Forces d’autodéfense hors du territoire national en invoquant la nécessité de contribuer à la protection des lignes maritimes commerciales, puis en contournant l’article 9 de la Constitution au moyen du principe d’autodéfense collective, qui reste fort controversé, mais aussi en recourant à des formules qui brouillent le sens du projet. Ainsi les promoteurs du « pacifisme actif », qui, depuis la fin des années 1990, mettent en avant un devoir du Japon de participer plus directement aux actions internationales de maintien de la paix, laissent-ils entendre à l’opinion qu’il n’est pas question d’engager directement les Forces d’autodéfense dans des opérations militaires à l’étranger, alors que tout montre par ailleurs que tel est bien le but poursuivi7.

8Le cinquième et dernier chapitre s’attache aux lois adoptées sous le second cabinet Abe, dont le but affiché est de lutter contre le terrorisme et l’espionnage. Ogino souligne la réticence des concepteurs de ces lois à encadrer rigoureusement leur usage et à empêcher des interprétations extensives à travers lesquelles des manifestations citoyennes pourraient être assimilées à du terrorisme, ou qui conduiraient, de nouveau, à une surveillance générale de la société de nature à dissuader l’expression d’opinions contraires à celles du gouvernement. Les lois qui existaient avant la guerre, insiste-t-il, servirent bien davantage à espionner la population qu’à lutter contre l’espionnage au profit de pays étrangers. Mais le souvenir de ces abus et des souffrances qu’ils causèrent tend à s’effacer, au point qu’il est devenu possible pour des ministres de la Justice de minimiser la malignité de la loi de 1925, ou de se déclarer incompétents pour juger du passé. Conscient que son inquiétude et le rapprochement avec l’avant-guerre sembleront excessifs, Ogino Fujio veut rappeler ce que déclarait, sans doute sincèrement, le ministre de l’Intérieur et futur Premier ministre Wakatsuki Rejirō 若槻礼次郎 (1866-1949), défendant le projet de la loi sur le maintien de l’ordre public en 1925 : « Il n’est absolument pas question d’opprimer les mouvements prolétariens qui resteront dans la légalité. »

Haut de page

Notes

1 La loi de 2013 prévoit jusqu’à dix ans d’emprisonnement pour la divulgation d’informations secrètes relatives à la défense, la politique extérieure ou la sûreté publique par des fonctionnaires, et jusqu’à cinq ans pour leur diffusion par des personnes n’appartenant pas à l’administration publique. La loi de 2017 élargit la définition des actes poursuivables en lien avec la prévention et la répression du terrorisme. Elle vise en particulier l’aide apportée à la préparation d’actes jugés menaçants pour la sûreté publique.

2 Shoki shakai shugi shisōron 初期社会主義思想論 (Les Idées du premier socialisme [japonais]), Tokyo, Fuji shuppan 不二出版, 1993.

3 Shisō kenji 思想検事 (Les Procureurs idéologiques), Tokyo, Iwanami shoten 岩波書店, 2000. Gaimushō keisatsushi 外務省警察史 (Histoire de la Police du ministère des Affaires étrangères), Tokyo, Asekura shobō 校倉書房, 2005 ; Senzen monbushō no chian kinō 戦前文部省の治安機能 (Le ministère de l’Éducation et le maintien de l’ordre public avant la guerre), Tokyo, Asekura shobō, 2007. Une synthèse en six volumes a commencé de paraître en 2021, Chian iji hō no rekishi 治安維持法の歴史 (Histoire de la Loi de maintien de l’ordre public), Tokyo, Rikka shuppan 六花出版.

4 La Loi sur le maintien de l’ordre public (Chian iji hō 治安維持法), adoptée en 1925 et modifiée en 1928, interdisait les activités et la diffusion d’idées mettant en cause le régime impérial et la propriété privée. Elle prévoyait des sanctions allant jusqu’à l’emprisonnement à perpétuité et la peine de mort.

5 Sur ce point, on pourra consulter sa passionnante étude, « Sen.i » no suii. Kokumin no sensō shiji, kyōryoku 「戦意」の推移―国民の戦争支持・協力 (L’Évolution de « l’ardeur belliqueuse ». Soutien et participation de la nation à la guerre), Tokyo, Asekura shobō, 2014.

6 Deux seulement furent démis, sur un total de soixante-dix-huit.

7 « Il n’est guère envisageable, certes, de déployer les Forces d’autodéfense en Asie sur la seule initiative du Japon, mais la probabilité grandit de les voir associées à des actions militaires américaines, en application du droit à l’autodéfense collective, et entraînées finalement dans une guerre » (p. 234).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morvan Perroncel, « Ogino Fujio 荻野富士夫, Yomigaeru senji taisei. Chian taisei no rekishi to genzai よみがえる戦時体制―治安体制の歴史と現在 (La Renaissance d’un régime de guerre. Passé et présent du système de maintien de l’ordre public) »Ebisu, 60 | 2023, 318-322.

Référence électronique

Morvan Perroncel, « Ogino Fujio 荻野富士夫, Yomigaeru senji taisei. Chian taisei no rekishi to genzai よみがえる戦時体制―治安体制の歴史と現在 (La Renaissance d’un régime de guerre. Passé et présent du système de maintien de l’ordre public) »Ebisu [En ligne], 60 | 2023, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/8887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.8887

Haut de page

Auteur

Morvan Perroncel

Maître de conférences à l’université Chūkyō

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search