Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Livres à lireComptes rendusEbersolt Simon, Contingence et co...

Livres à lire
Comptes rendus

Ebersolt Simon, Contingence et communauté : Kuki Shūzō, philosophe japonais

Paris, Vrin, collection « Histoire de la philosophie », 2021, 304 p.
Eddy Dufourmont
p. 323-326
Référence(s) :

Ebersolt Simon, Contingence et communauté : Kuki Shūzō, philosophe japonais, Paris, Vrin, collection « Histoire de la philosophie », 2021, 304 p.

Texte intégral

1Les recherches sur l’histoire de la philosophie japonaise menées ces dernières décennies ont connu un développement certain en langue française et elles ont donné la part belle à Nishida Kitarō 西田幾多郎 et l’École de Kyoto (Kyōto gakuha 京都学派). L’ouvrage dont il est question est issu d’une thèse soutenue par Simon Ebersolt à l’Inalco, en 2017, et couronnée de quatre prix. L’auteur est, depuis, postdoctorant et chargé de cours dans cette même institution. En choisissant Kuki Shūzō 九鬼周造 (1888-1941), la thèse soutenue par Simon Ebersolt, à l’origine du présent ouvrage, a pour mérite de traiter non seulement d’un philosophe relativement délaissé par les recherches mais aussi de s’intéresser à un personnage en contact avec les mondes intellectuels français et allemand. Issu de l’université impériale de Tokyo, Kuki étudia en effet, de 1921 à 1929, tout d’abord à Heidelberg, auprès de Heinrich Rickert, puis en France, où il découvre Bergson, avant de revenir en Allemagne et de suivre les cours de Husserl et Heidegger. Enseignant de philosophie à l’université impériale de Kyoto, Kuki publie une série d’ouvrages qui assureront sa célébrité, notamment La structure de l’iki (Iki no kōzō 「いき」の構造, 1930), Le problème de la contingence (Gūzensei no mondai 偶然性の問題, 1935) et L’homme et l’existence (Ningen to jitsuzon 人間と実存, 1939).

2D’une longueur moyenne (304 pages), l’ouvrage s’articule en trois parties d’inégale ampleur (52, 104 et 70 pages) qui découpent en autant d’étapes la trajectoire de Kuki.

3La première partie traite de la période formatrice du philosophe, au Japon, en France et en Allemagne qui, de 1905 à 1928, fait découvrir à Kuki Bergson et la phénoménologie allemande, au moment où le Japon connaît une contestation sociale nouvelle dans le cadre de la « démocratie de Taishō » (Taishō demokurashī 大正デモクラシー). Cette période est aussi fondatrice pour Kuki car elle pose chez lui la question de l’universel, qui ne cessera de traverser son œuvre.

4La deuxième partie discute d’un instant de « retour au Japon », en 1929-1930, à la veille du basculement progressif du pays dans le « fascisme » et la guerre. Kuki se confronte au « nous », au nationalisme ethnique et structure sa pensée notamment autour de la notion d’iki, terme difficile à traduire en français par un seul mot puisqu’il allie les termes d’élégance, de charme et d’entrain (p. 115). Les notions de rencontre et de contingence (gūzensei 偶然性) participent elles aussi à la maturation intellectuelle de Kuki, dans un dialogue avec les thèses de Heidegger.

5La dernière partie porte sur les dernières années, durant lesquelles s’opère une systématisation de la réflexion de Kuki entre 1931 et 1935, année où paraît son œuvre maîtresse, Le problème de la contingence, après laquelle Ebersolt ne voit plus de grandes évolutions dans sa pensée (p. 197). Une introduction pose les bases de cette étude tandis que la conclusion traite des dernières années de Kuki (1936-1941), qui correspondent à la période fasciste et l’entrée dans la guerre totale. L’ensemble est complété par une bibliographie ainsi que par deux index.

6Notre commentaire portera moins ici sur la remarquable analyse du système conceptuel mené par Simon Ebersolt que sur les autres aspects relatifs à l’histoire intellectuelle. L’état de l’art dressé par M. Ebersolt est tout à fait convaincant. Les études sortent de l’oubli Kuki dans les années 1980 et ne se développent vraiment que dans les décennies récentes. L’auteur entend apporter ce qui manquait jusqu’alors, une monographie prenant en compte l’œuvre entière de Kuki, rassemblant dans une même analyse les différents aspects qui ont intéressé les commentateurs. L’auteur entend d’ailleurs proposer plus largement un « essai concret d’histoire de la philosophie japonaise » (p. 26). L’approche se réclame de l’histoire de la philosophie, définie comme l’alliance de l’histoire intellectuelle et du travail conceptuel (p. 24). Sans les citer, Simon Ebersolt trouve ici l’intuition des avancées récentes de l’histoire intellectuelle qui propose d’allier l’analyse interne des œuvres à leur analyse externe, par laquelle les aspects les plus divers entourant la production d’une œuvre sont envisagés (la trajectoire individuelle de l’auteur, ses réseaux de sociabilité, son éventuel engagement politique ou encore ses moyens matériels et éditoriaux). À ce sujet, on pourra consulter par exemple l’ouvrage de Chloé Gaboriaux et Arnaud Skornicki, Vers une histoire sociale des idées politiques, Presses universitaires du Septentrion, 2017.

7Le terme de « contexte », fondamental pour l’histoire intellectuelle contemporaine, apparaît avant tout au sujet de la période formatrice de Kuki : Ebersolt retrace le développement de la philosophie au Japon depuis 1868 pour montrer que l’attrait de Kuki pour Bergson s’inscrit dans une réaction aux mouvements antimétaphysiques, d’abord anglais puis allemand, qui domine dans la jeunesse de Kuki. Ce dernier alliera à l’intuitionnisme bergsonien un autre courant neuf dans le champ philosophique de l’époque, la phénoménologie, que Kuki va connaître directement auprès de Husserl et Heidegger. Dans ces deux attraits, Ebersolt montre bien que Kuki n’est pas une exception mais qu’il marche au contraire sur le chemin inauguré par son aîné Nishida Kitarō. Si Kuki a été indéniablement original par la structuration de sa pensée autour des notions d’iki et de contingence, la mise en contexte pourrait être enrichie par une étude des réseaux dans lequel s’est inscrit Kuki, ainsi que par une comparaison avec d’autres intellectuels des années 1920-1930. En effet, l’intérêt de Kuki pour la culture japonaise s’inscrit dans un mouvement plus large où le souci pour l’individu sous l’ère Taishō laisse place aux discours sur la culture et l’« esprit japonais », à passer donc du « moi » à un « nous » compris en terme d’identité nationale. Hasegawa Nyozekan 長谷川如是閑 ou Mushanokōji Saneatsu 武者小路実篤 pourraient être quelques exemples de comparaison.

8Par ailleurs, il semble que davantage pourrait être dit sur la trajectoire de Kuki dans le contexte de montée du fascisme et de mainmise du pouvoir sur le monde intellectuel et sur les universités, à commencer par celle où il enseignait, l’université impériale de Tokyo. Des figures bien différentes y œuvraient, que ce soit Tsuda Sōkichi 津田左右吉 ou Nanbara Shigeru 南原繁 chez les libéraux, Tanaka Yoshitō 田中義能, Kakehi Katsuhiko 筧克彦 ou Hiraiuzumi Kiyoshi 平泉澄 chez les extrémistes de droite. Cet aspect est discuté surtout en épilogue, pour les années 1935-1941. L’enjeu n’est pas mince puisque certains des chercheurs qui l’ont précédé, tels que Leslie Pincus, ont pu qualifier de fasciste Kuki sans connaître ses idées ou sans les contextualiser. Simon Ebersolt s’attache à montrer qu’il serait hâtif de déceler dans la pensée de Kuki un rapprochement avec les critiques antimodernes qui mettent alors en avant des « caractéristiques proprement japonaises ». S’il n’y a pas de réelle évolution dans ce contexte de fascisation du Japon, Ebersolt souligne cependant l’existence de prise de position, par des écrits ou par des actes. Son analyse interne permet à l’auteur de voir dans la philosophie de Kuki un nationalisme culturel mais qui ne se veut aucunement un retour à une tradition inventée, comme cela sera en vogue chez les romantiques des années 1930, et encore moins un fascisme. Il n’y a pas davantage chez lui une critique de la modernité et de l’Europe, qui aboutit en 1942 au fameux débat sur son dépassement.

9Cette démonstration sur le plan de l’analyse interne est convaincante mais gagnerait à être complétée par des éléments d’analyse externe. Cela nous paraît d’autant plus intéressant que la mort de Kuki en 1941 n’implique pas nécessairement que l’entrée en guerre et le désastre qu’elle entraîna aurait plongé le philosophe dans l’oubli : son récit parisien Pari shinkei 巴里心景 est à nouveau publié en 1942 et Le problème de la contingence en 1948, preuve que Kuki avait des fidèles et des lecteurs au milieu des ruines. Au final, le lecteur francophone aura tout intérêt à lire l’étude de Simon Ebersolt, qui marque une avancée majeure dans les études sur la philosophie japonaise contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eddy Dufourmont, « Ebersolt Simon, Contingence et communauté : Kuki Shūzō, philosophe japonais »Ebisu, 60 | 2023, 323-326.

Référence électronique

Eddy Dufourmont, « Ebersolt Simon, Contingence et communauté : Kuki Shūzō, philosophe japonais »Ebisu [En ligne], 60 | 2023, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/8897 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.8897

Haut de page

Auteur

Eddy Dufourmont

Maître de conférences HDR à l’université Bordeaux Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search