Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Livres à lireComptes rendusGonon Anne & Galan Christian, Occ...

Livres à lire
Comptes rendus

Gonon Anne & Galan Christian, Occupy Tokyo. SEALDs, le mouvement oublié

Lormont, Éditions Le Bord de l’eau, 2021, 212 p.
Adrienne Sala
p. 331-336
Référence(s) :

Gonon Anne & Galan Christian, Occupy Tokyo. SEALDs, le mouvement oublié, Lormont, Éditions Le Bord de l’eau, 2021, 212 p.

Texte intégral

1Si, depuis 2011, les nombreux mouvements sociaux qui ont bousculé les sociétés à travers le monde ont suscité un fort intérêt, force est de constater que le mouvement japonais appelé SEALDs, Students Emergency Action for Liberal Democracy, n’a pas fait l’objet de l’attention qu’il méritait. L’ouvrage d’Anne Gonon et de Christian Galan, Occupy Tokyo. SEALDs, le mouvement oublié, apporte donc un éclairage bienvenu sur ce phénomène social dont l’initiative a été portée par une partie de la jeunesse japonaise. L’un des objectifs de l’ouvrage est de montrer que le Japon n’est pas exempt de luttes citoyennes et de mobilisations de la jeunesse en dépit du silence des médias traditionnels et du désintérêt de l’opinion publique. Aussi, grâce à une analyse richement documentée de travaux en langues japonaise, anglaise et française, et étayée de nombreux entretiens, ces deux auteurs, spécialistes du Japon, contribuent de manière significative aux travaux sur l’histoire des mobilisations sociales et l’histoire intellectuelle du Japon de ces cinquante dernières années.

2L’ouvrage, divisé en deux grandes parties composées de cinq chapitres au total, propose d’analyser comment l’exigence démocratique des SEALDs s’est exprimée en faveur d’une participation plus directe des citoyens, et en particulier des jeunes citoyens, aux décisions politiques. La première partie (p. 11 à p. 60) intitulée « La dynamique s’enraye » est composée de deux chapitres, et présente une mise en contexte politique, économique et sociale du mouvement, donnant ainsi toutes les clés de compréhension à un lectorat non spécialiste de l’histoire sociale et politique du Japon.

  • 1 Voir par exemple le numéro spécial d’Ebisu « 2011-2021 : crises, ruptures et nouvelles dynamiques. (...)

3Dans le premier chapitre (p. 11 à p. 26), les auteurs passent en revue la succession de vagues de réformes des quatre dernières décennies au terme desquelles la perception des inégalités s’est progressivement accrue au sein de la société japonaise. Ils font ainsi le constat selon lequel, face aux successions de crises, plutôt que des mouvements de protestation, on observe au Japon un renforcement des mécanismes d’auto-responsabilisation des individus. Ces mécanismes résultent de la coordination entre une approche descendante du pouvoir, conformément à l’orientation politique d’inspiration néolibérale, et une approche ascendante comme le montrent les nombreuses initiatives citoyennes depuis la fin des années 1990. Cependant, la triple catastrophe de Fukushima de 20111 a ébranlé l’acceptation de cette « nouvelle » réalité économique et sociale qui faisait, en outre, déjà l’objet de remises en question par une partie de la société civile, plus exigeante à l’égard du manque de transparence des dirigeants politiques et économiques. La défiance à l’égard du gouvernement a été exacerbée à la suite du vote en 2013 de la Loi sur le secret-défense pour protéger le secret d’État, et en 2015-2016 d’un projet de loi pour autoriser le gouvernement à impliquer le Japon dans des opérations militaires lors de conflits internationaux. Ces lois sont apparues comme le point de non-retour vers la révision de la Constitution japonaise et suscitèrent à ce titre de vives protestations. C’est dans ce contexte que des étudiants ont formé le mouvement SEALDs le 3 mai 2015, jour anniversaire de la Constitution promulguée en 1947.

4Le deuxième chapitre (p. 27 à p. 60) propose une analyse sociohistorique de la jeunesse japonaise et du système éducatif pour mettre en lumière la démarche des jeunes SEALDs. En effet, l’initiative de ces jeunes contraste avec le faible intérêt généralement exprimé par les jeunes générations japonaises à l’égard de toutes formes d’activisme (p. 57). Après avoir mis en exergue les facteurs et le contexte socioéconomiques dans lequel ces jeunes ont pris conscience des limites du régime politique de la représentation, les auteurs approfondissent, dans une seconde partie, comment ces interrogations démocratiques se sont exprimées dans la sphère publique.

5Cette seconde partie (p. 61 à p. 166) intitulée « Le mouvement des SEALDs » se structure en trois chapitres et propose d’analyser les différents aspects de ce mouvement social. Le chapitre trois (p. 61 à p. 96) porte sur les facteurs déclencheurs de l’engagement de ces jeunes en explorant la concomitance entre la reconstruction des régions dévastées par la catastrophe de Fukushima, qui a ébranlé le mythe de la sécurité, et le projet de lois « bellicistes » du gouvernement Abe, qui constitue une menace supplémentaire en révisant les principes de la sécurité nationale inscrits dans la Constitution. En effet, la catastrophe de Fukushima a entraîné un retour dans le débat public de nombreux intellectuels mobilisés « en faveur de la défense des idéaux politiques de démocratie directe, de reconnaissance de la parole ordinaire et de sécurité individuelle » (p. 81-82). Ce « retour » des intellectuels a été comparé à l’effervescence des débats sur les valeurs démocratiques qui ont caractérisé les années de l’après-guerre. En mettant en évidence l’influence que ces débats ont eu sur la réflexion et l’engagement des jeunes SEALDs, les auteurs lient l’histoire de ce mouvement à l’histoire intellectuelle du Japon. On comprend ainsi pourquoi les SEALDs sont devenus un enjeu de luttes au sein du monde intellectuel et politique dont une large partie n’a pas hésité à exprimer son refus de reconnaître que des jeunes puissent formuler une réflexion autonome sur la/le politique.

  • 2 Dewey, J., La Formation des valeurs, trad. Alexandre Bidet, Louis Quéré et Gérôme Truc, Paris, Les (...)

6Dans le chapitre quatre (p. 97 à p. 126) les auteurs proposent d’explorer le sens que ces jeunes ont donné à leur engagement en s’appuyant en particulier sur les travaux de John Dewey2. Ils analysent notamment trois des caractéristiques du mouvement telles que l’apprentissage par l’action, l’auto-analyse, ou encore l’usage des réseaux sociaux. Comme d’autres mouvements récents l’ont montré, le recours aux technologies du numérique a joué un rôle fondamental dans l’organisation des mobilisations ainsi que dans la communication et les échanges entre les membres. Les auteurs soulignent qu’à la différence des mouvements d’occupation des places publiques dans d’autres pays, l’appropriation par les citoyens de l’espace public est limitée dans les villes japonaises transformant ainsi les réseaux sociaux en lieu virtuel d’échanges démocratiques. Dans la continuité du mouvement antinucléaire, les jeunes SEALDs ont choisi des lieux associés au symbole démocratique et au pouvoir représentatif comme la résidence du Premier ministre, la Diète, ou les ministères concernés, sans investir les espaces publics qui sont pourtant plus propices à l’expression de leurs aspirations pour une démocratie plus directe. Les lieux de mobilisation ont été réduits à des lieux de passage (une partie du trottoir) peu favorables aux rassemblements.

7Dans le dernier chapitre (p. 127 à p. 156), A. Gonon et C. Galan passent en revue les différents répertoires d’action afin de mettre en lumière les difficultés que le mouvement a rencontrées pour faire entendre son exigence d’une « véritable démocratie ». Le mouvement revendiquait concrètement une participation plus directe des citoyens aux décisions politiques. Cette revendication doit se comprendre en réaction au processus législatif qui a été mis en œuvre pour l’élaboration et le vote des lois sur le secret d’État et la sécurité nationale. Parmi les différents répertoires d’action utilisés, l’usage des réseaux sociaux a joué un rôle central. Or, en entraînant une simplification du contenu des échanges et des messages diffusés, l’usage des réseaux sociaux a aussi nourri les critiques d’une partie de la classe politique et des intellectuels, qui ont dressé le portrait d’une jeunesse sans réelles revendications et incapable de structurer une pensée complexe. En revanche, si à ses débuts le mouvement s’était surtout formé autour d’idées et de concepts abstraits, tels que la paix et la démocratie, dans le contexte politique des élections sénatoriales de juillet 2016, il a rejoint un think tank baptisé ReDEMOS dans le but de constituer une plateforme à destination des citoyens pour l’élaboration de propositions destinées aux électeurs et aux politiciens. L’objectif était de repenser la politique et ses relations avec l’économie afin d’envisager des voies de sortie face aux enjeux de société telle qu’une meilleure redistribution des richesses vers les plus précaires. Cependant, ces actions ont eu peu de retentissement. Perçus à gauche, voire à l’extrême gauche de l’échiquier politique, les SEALDs ont fait l’objet de nombreuses critiques à cause du soutien, réel ou présumé, du Parti communiste. Certains observateurs ont, en outre, qualifié le mouvement de « populiste » ou encore de « mouvement élitiste » en référence au milieu social d’appartenance de ces jeunes issus de la « classe moyenne », ajoutant un peu plus de confusion à une analyse déjà contradictoire qui reflète la volonté de ses détracteurs de le disqualifier (p. 137-146).

  • 3 Cervera-Marzal M., Nouveaux désobéissants : citoyens ou hors-la-loi ?, Lormont, Le Bord de l’eau, 2 (...)

8En revanche, Gonon et Galan montrent également comment ces jeunes sont néanmoins parvenus à la formation d’un collectif, voire d’une communauté politique, qui représente, selon les auteurs, l’aspect du mouvement à la fois le plus intéressant et le plus mal compris. En effet, ils rappellent que le terme de communauté fondé sur « des relations égalitaires entre individus est étranger à la tradition sociale et politique japonaise » (p. 149), en conséquence l’expérience des jeunes SEALDs, en revendiquant l’idée d’une égalité entre tous les membres, est belle et bien novatrice. À la manière des gilets jaunes, ces jeunes ont refusé de parler pour les autres, conformément à leur remise en cause du système représentatif dans son fonctionnement actuel. Enfin, en distinguant l’action extra-légale de l’action illégale3, Gonon et Galan signalent que les SEALDs ne se sont pas « opposés aux lois mais au légalisme, estimant qu’il y avait des lois injustes auxquelles il fallait s’opposer au nom d’une certaine conception de la justice démocratique » (p. 163).

  • 4 Israël, L., L’arme du droit, Paris, Presses de Sciences Po, 2020.

9La contribution de cet ouvrage est donc double, à la fois dans le champ des études japonaises et des mouvements sociaux, elle permet de contextualiser le mouvement SEALDs tout en développant une réflexion plus générale sur les procédés de création d’un espace de questionnement sur le fonctionnement démocratique des institutions japonaises et sa réception par la classe politique et la société dans son ensemble. Il serait intéressant, dès lors, d’approfondir l’analyse des raisons pour lesquelles les jeunes SEALDs n’ont pas occupé les espaces publics comme les parcs ou les places devant les gares, comme ce fut le cas dans le passé lors de l’occupation du parc Hibiya en 1905, ou plus récemment en 1968 lors de l’occupation de la gare Shinjuku et des universités par les mouvements étudiants. Les affrontements entre les membres de ces mobilisations et les forces de police ont peut-être représenté un frein à l’occupation des espaces publics par les jeunes SEALDs, qui se voulaient non-violents pour dénoncer le passage en force des lois « bellicistes » par le gouvernement Abe. Or, Gonon et Galan ont souligné le manque de référence aux grandes luttes passées et en particulier à celles des années 1960 dans les propos et réflexions de ces jeunes (pp. 100-101). On peut dès lors se demander si l’occupation restreinte de l’espace public et, in fine, l’absence de confrontation avec les autorités publiques, n’a pas contribué à « l’oubli de ce mouvement ». Cette question est notamment évoquée par les auteurs dans la conclusion lorsqu’ils soulignent que le refus de recourir à des actes de désobéissance civile a peut-être réduit la portée politique du mouvement, restreinte à l’expression d’un simple mécontentement (p. 164). Ce dernier point pose donc des questions de fond quant à l’élaboration des stratégies d’actions en fonction, à la fois, des objectifs et des revendications portées par le mouvement, et du contexte politique, social et institutionnel dans lequel il s’est organisé. La littérature sur les mouvements sociaux a mis en lumière l’importance que revêt la capacité d’un mouvement à susciter une menace pour les formes du pouvoir en place. Cette menace est protéiforme et dépend des stratégies mobilisées (mobilisation de masse, manifestations, grèves, procès, médiatisation, lobbying parlementaire, entre autres). Il semblerait dès lors que le mouvement SEALDs n’ait pas été en mesure de constituer une véritable menace malgré les dysfonctionnements démocratiques qu’il a dénoncés, et suscite à ce titre un renouveau de l’intérêt pour l’analyse de l’influence politique des différentes formes de mobilisations sociales et des stratégies adoptées en contexte japonais. Une mise en parallèle sociohistorique des formes de recours à la désobéissance civile et des cas de mobilisation du droit et de la justice au Japon nous semble particulièrement intéressante pour approfondir, par exemple, l’analyse de l’utilisation ascendante du pouvoir judiciaire – de l’arme du droit4.

  • 5 Ogien, A., Laugier, S., Pourquoi désobéir en démocratie ?, Paris, Éditions La Découverte, 2011.

10En effet, si les principes d’organisation de ces deux formes de mobilisation sont distincts, ils sont néanmoins appropriés à une cause identique. Ogien et Laugier (2011) expliquent notamment que la désobéissance civile regroupe des actes au moyen desquels un individu ou un groupe d’individus manifeste en son/leur nom propre, ou au nom d’une association, sa/leur détermination à obtenir ou à défendre un droit, et de préciser que ce droit « devrait normalement échoir aux membres d’une collectivité, mais que les instances politiques établies (syndicats ou partis) ont cessé de trouver opportun de revendiquer » (Ogien et Laugier, 2011, p. 165). L’analyse en parallèle de ces deux formes de mobilisation distinctes du droit permet de (re)considérer la place et le rôle du contentieux dans les luttes sociales au Japon en inscrivant ces mobilisations dans une temporalité plus longue que celle qui est donnée à voir dans l’espace public.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le numéro spécial d’Ebisu « 2011-2021 : crises, ruptures et nouvelles dynamiques. Dix ans après la triple catastrophe du 11 mars », n°58, 2021.

2 Dewey, J., La Formation des valeurs, trad. Alexandre Bidet, Louis Quéré et Gérôme Truc, Paris, Les Empêcheurs de tourner en rond, 2011.

3 Cervera-Marzal M., Nouveaux désobéissants : citoyens ou hors-la-loi ?, Lormont, Le Bord de l’eau, 2016.

4 Israël, L., L’arme du droit, Paris, Presses de Sciences Po, 2020.

5 Ogien, A., Laugier, S., Pourquoi désobéir en démocratie ?, Paris, Éditions La Découverte, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrienne Sala, « Gonon Anne & Galan Christian, Occupy Tokyo. SEALDs, le mouvement oublié »Ebisu, 60 | 2023, 331-336.

Référence électronique

Adrienne Sala, « Gonon Anne & Galan Christian, Occupy Tokyo. SEALDs, le mouvement oublié »Ebisu [En ligne], 60 | 2023, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/8932 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.8932

Haut de page

Auteur

Adrienne Sala

Professeure assistante à l’université Waseda et chercheure associée à l’Ifrj-Mfj

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search