Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Livres à lireComptes rendusCastellvi César, Le dernier empir...

Livres à lire
Comptes rendus

Castellvi César, Le dernier empire de la presse. Une sociologie du journalisme au Japon

CNRS Éditions, 2022, 301 p.
Adrienne Sala
p. 347-352
Référence(s) :

Castellvi César, Le dernier empire de la presse. Une sociologie du journalisme au Japon, CNRS Éditions, 2022, 301 p.

Texte intégral

1César Castellvi propose dans cet ouvrage tiré de sa thèse de doctorat, une sociologie du journalisme au Japon à la lumière des transformations de la société japonaise et du monde du travail salarié depuis les années 1980 jusqu’à la fin des années 2010. L’approche adoptée par l’auteur croise la sociologie du travail et des professions avec une étude des médias et du journalisme, et prend comme objet d’analyse l’évolution du métier de journaliste au sein des entreprises de presse japonaises. En centrant l’analyse sur l’individu pour rendre compte du fonctionnement organisationnel et institutionnel de l’industrie de la presse japonaise, cet ouvrage contribue également aux travaux sur le capitalisme japonais à travers une investigation détaillée de ce secteur d’activité dont « les dimensions et les effectifs sont parmi les plus importants au monde » (p. 13). L’originalité de l’étude réside dans le fait d’aborder la profession de journaliste sous l’angle du statut de salarié d’entreprise qui permet ainsi à l’auteur, d’une part, d’illustrer les caractéristiques du modèle d’emploi typique des grandes entreprises japonaises en s’appuyant sur le secteur des médias et plus particulièrement de la presse, jusqu’à présent rarement étudié dans les travaux en langue française, et d’autre part, de mettre en lumière les particularités de la profession de journaliste. L’enquête a été menée principalement à partir d’entretiens, de plusieurs observations ethnographiques dont une observation participante de longue durée au sein de l’un des cinq quotidiens de presse nationale, l’Asahi shinbun, et d’observations non participantes au sein de plusieurs quotidiens et de la rédaction de la chaîne de télévision publique NHK.

2L’ouvrage est composé de six chapitres. Le premier chapitre (p. 35 à p. 64) dresse un panorama général de l’industrie de la presse quotidienne japonaise au sein de laquelle la presse d’information généraliste occupe une place majeure. Cinq quotidiens de presse nationale représentent en effet plus de la moitié du tirage total quotidien avec au minimum un million d’exemplaires par jour pour l’édition du matin seulement, ce qui leur assure une position dominante dans les classements mondiaux. L’auteur rappelle que, depuis le milieu du xxe siècle, la stratégie de ces entreprises de presse est de cibler un lectorat le plus large possible pour atteindre une diffusion de masse, évitant ainsi de suivre une ligne éditoriale trop partisane.

3La presse régionale est également très développée puisque la quasi-totalité des 47 départements du pays propose son journal. Ces quotidiens de presse entretiennent une situation de quasi-monopole régional en comparaison des acteurs de la presse nationale qui sont soumis à une compétition sévère pour conserver un lectorat vieillissant et déclinant. Le premier chapitre propose également une analyse des conglomérats médiatiques dans lesquels ces quotidiens de presse sont intégrés, et dont les activités économiques dépassent largement la production d’information, contribuant de ce fait à la stabilité financière et à la force économique de la presse japonaise. Aussi, bien que les crises économiques et financières des dernières décennies aient eu un impact sur la diminution des effectifs dans la presse quotidienne, les effectifs des salariés du pôle édition sont restés, quant à eux, relativement stables, nonobstant des différences entre la presse régionale et la presse nationale, cette dernière enregistrant une baisse plus importante mais toujours moindre en comparaison internationale (p. 54).

4Le deuxième chapitre (p. 65 à p. 100) porte plus précisément sur les carrières des journalistes au sein d’un quotidien de presse national où le marché du travail interne et les parcours professionnels sont très similaires à ceux des grandes entreprises et de la haute fonction publique. L’entrée dans la profession commence au moment de l’embauche par une entreprise de presse, cette dernière prend ensuite en charge la formation professionnelle tout au long de l’évolution de la carrière du journaliste. Une des caractéristiques du journalisme japonais, soulignée par l’auteur, réside en effet dans l’absence d’institutions censées donner aux journalistes une visibilité, une reconnaissance et une légitimité en tant que groupe professionnel. Par exemple, les écoles professionnelles, qui représentent à la fois des lieux de formation et de socialisation, y sont inexistantes. Par conséquent, le processus de recrutement au sein des entreprises de presse se déroule par la voie d’un concours d’entrée ; les nouvelles recrues sont généralement diplômées d’une filière en sciences humaines et sociales et de l’une des universités prestigieuses du pays, sans compétences préalables en journalisme. Cette analyse du modèle managérial et organisationnel des entreprises de presse, qui rejoint le modèle typique des grandes entreprises japonaises, est complétée par une étude plus fine des éléments qui relèvent d’une logique de métier propre à l’activité journalistique telle que la place des journalistes dans l’organisation, le rôle des pairs dans l’évaluation du travail et la double dimension de la socialisation – interne et externe à l’entreprise – qui se construit à la fois au contact des vétérans chargés de la formation des nouvelles recrues et des collègues des autres organes de presse (p. 89-98).

5Dans le chapitre trois (p. 101 à p. 136), l’auteur développe son analyse de la place et du rôle central de l’entreprise dans l’exercice du métier de journaliste en portant la focale sur les clubs de presse japonais (kisha kurabu 記者クラブ). Ces associations autonomes composées de journalistes ont pour objectif de « couvrir les principaux organes publics et autres organisations importantes du pays » (p. 103). L’auteur les compare à des « systèmes de cogestion de l’usage de l’information basés sur la coopération de tous » (p. 104), dont l’importance est proportionnelle à celle de la source qu’ils couvrent. Ces clubs de presse contribuent à l’établissement d’une forme de monopole sur l’information dont l’accès est donné en priorité aux reporters salariés de la presse quotidienne et de la télévision. L’impossibilité pour les pigistes, les reporters de la presse magazine et les nouveaux médias d’information en ligne de bénéficier d’un accès institutionnel aux sources considérées comme majeures, joue donc en leur défaveur sur le marché très concurrentiel de l’information. C’est l’une des raisons pour laquelle ces clubs de presse suscitent de nombreuses critiques relatives à la liberté d’accès à l’information au Japon. Toutefois, l’auteur met également en évidence le rôle et la fonction de ces clubs par rapport aux caractéristiques de l’organisation et des conditions de travail, en particulier les mutations fréquentes auxquelles sont soumises les reporters. On comprend dès lors que le recours aux clubs de presse garantit un accès aux institutions et à leurs représentants qui permet de contourner les contraintes liées à la (re)constitution des réseaux à chaque nouvelle affectation. Ce dernier point met en lumière un argument central de la thèse de l’auteur en montrant que l’accès à l’information du reporter dépend largement des objectifs et des stratégies de la hiérarchie qui l’emportent sur celles du salarié.

6Le chapitre quatre (p. 137 à p. 178) décrit les conditions de travail difficiles et contraignantes auxquelles sont confrontés les reporters japonais en termes de temps de travail excessif, de déplacements fréquents, d’affectations en région, mais aussi de subordination au pouvoir de la hiérarchie, et de leur faible autonomie pour orienter les choix de carrière et les parcours professionnels. Pour l’auteur, ces conditions de travail représentent l’une des raisons principales de la diminution de l’intérêt des jeunes pour travailler au sein d’une entreprise de presse malgré la stabilité de l’emploi et le niveau de salaire élevé en comparaison notamment des autres professions intellectuelles (p. 146).

7Le chapitre cinq (p. 179 à p. 214) s’inscrit dans la continuité du chapitre précédent en traitant la question de la féminisation des carrières à l’épreuve des conditions de travail typiques des organisations japonaises. Si les difficultés de concilier le travail et la famille ont été soulignées dans le cas des journalistes masculins, celles-ci sont présentées clairement comme un frein à la carrière des femmes journalistes. Pour autant, l’auteur montre une évolution de la proportion de femmes dans l’ensemble des recrutements au cours des trente dernières années. Reste à déterminer l’influence de cette féminisation du journalisme sur l’évolution des conditions de travail.

8Le dernier chapitre (p. 215 à p. 250) s’intéresse à une autre forme de changement de paradigme de la presse japonaise : le passage tardif mais rapide d’une logique d’anonymat à l’incorporation de la signature individuelle des journalistes. On comprend que ce changement est un révélateur des bouleversements de l’industrie de la presse des dernières années en réponse, entre autres, aux critiques portées à la trop forte dépendance des journalistes à leur entreprise, et à leur manque d’autonomie vis-à-vis de leur hiérarchie. L’auteur indique que signer un papier, en devenant un moyen de responsabiliser le journaliste, conduirait à une forme d’autorégulation de la profession, à laquelle s’ajoute une forme de gratification et de reconnaissance du travail qui va de pair avec une plus grande individualisation des carrières. La diffusion de cette pratique n’est pas sans équivoque. Elle peut en effet se heurter à la protection des sources, ou encore à la dimension collective du travail dans l’organisation japonaise. Quoi qu’il en soit, cette pratique permet une mise en avant des journalistes par rapport à l’entreprise, renforcée par les transformations récentes de la production de l’information telles que la digitalisation et les réseaux sociaux.

9Ainsi, si à la différence de la France, les entreprises de presse japonaises sont restées à l’abri de la captation du pouvoir par les actionnaires issus du monde industriel ou de la finance, on comprend à l’issue de la lecture de cet ouvrage que l’autonomie des journalistes japonais est, en revanche, largement contrainte par d’autres facteurs liés aux structures organisationnelles du marché du travail et de l’entreprise, ainsi qu’à l’accès institutionnalisé aux sources. L’auteur propose néanmoins de nuancer l’image d’une profession journalistique inexistante qui réduirait le journaliste à un salarié, en montrant que l’organisation n’entrave pas complètement la possibilité d’une autonomie du journaliste au sein de l’entreprise. Cette autonomie aurait pu être, selon nous, analysée de manière plus approfondie en interrogeant, en contexte japonais, le terme de « vocation » qui fait l’objet du quatrième chapitre.

10En effet, la « crise des vocations » mentionnée par l’auteur renvoie, dans l’ouvrage, à l’inacceptation croissante des conditions de travail caractérisées par une perméabilité entre vie familiale et carrière professionnelle. Il est ainsi difficile de distinguer ce qui différencie la « crise des vocations » dans le secteur de la presse, de la remise en question plus générale des conditions de travail dans les autres secteurs d’activités, posant la question de savoir ce qui fait la spécificité de la profession journalistique. Une analyse sociologique du terme « vocation » aurait pu contribuer à éclaircir cette question de fond. Par exemple, lors des nombreuses enquêtes menées par l’auteur, il aurait été intéressant d’interroger les motivations, les « croyances » ou encore les aspirations qui ont précédé leur choix de carrière. Cette approche sociologique de la « vocation » aurait permis de nuancer plus finement la distinction formelle et dominante entre journalistes et salariés d’entreprise en mettant en lumière l’existence d’aspirations spécifiques à exercer ce métier en sus du niveau de salaire et de la stabilité de l’emploi. En outre, repenser cette « vocation » à l’épreuve du temps et des générations à travers la subjectivité des journalistes permettrait de questionner la permanence apparente de la profession journalistique en la confrontant à des facteurs exogènes tels que l’essor des réseaux sociaux et d’Internet.

  • 1 Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Liber-Raisons d’agir, Paris, 1996.
  • 2 Titre original : Manufacturing Consent: The Political Economy of the Mass Media, New York, Pantheon (...)

11Plus généralement, se pose la question de savoir comment le cadrage effectué par l’auteur, en portant essentiellement sur le fonctionnement interne des entreprises de presse, vient compléter les travaux en sociologie des médias qui analysent le traitement de l’information, la construction journalistique de l’événement, du problème social, de la cause et in fine la construction sociale de la réalité telle que l’a mis en lumière Pierre Bourdieu dans son analyse du champ journalistique contraint par la logique du marché1. En effet, si l’auteur présente ces organes de presse comme de véritables piliers du système capitaliste japonais, il ne développe que très peu le lien entre l’industrie des médias et la fabrique de l’opinion publique. On pense pourtant aux travaux réalisés dans les années 1980 sur l’industrie des médias par Edward Herman et Noam Chomsky dans leur livre La Fabrication du consentement2. Cet ouvrage de référence a mis en lumière le lien entre les médias de masse et la fabrique de l’opinion publique par l’analyse des facteurs structurels du traitement de l’information tels que la double dépendance des entreprises médiatiques : dépendance financière à l’égard des annonceurs publicitaires et dépendance institutionnelle à l’égard des administrations publiques et des groupes industriels pour l’accès aux sources d’information. En France aussi, parmi les nombreux facteurs de la « crise du journalisme », l’augmentation de la place des revenus provenant de la publicité a entraîné un transfert du pouvoir vers les annonceurs au dépend d’une certaine autonomie des entreprises de presse dans la production de l’information. Qu’en est-il du Japon ?

12Enfin, si l’auteur aborde le vieillissement de la population sous l’angle, à la fois d’une contrainte économique liée à la baisse du lectorat et d’une opportunité au regard du rééquilibrage des rapports de force en faveur des jeunes entrants sur le marché du travail dans le contexte de réduction de la population en âge de travailler, la question se pose de savoir quelle est l’influence de ce facteur démographique sur le travail des journalistes dans leur manière de traiter, classer et hiérarchiser l’information à destination d’un lectorat de masse vieillissant. En conclusion, cet ouvrage confirme, selon nous, l’intérêt d’étudier la profession de journaliste et du travail journalistique pour questionner plus généralement et de manière approfondie la compatibilité entre le capitalisme et la démocratie.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Liber-Raisons d’agir, Paris, 1996.

2 Titre original : Manufacturing Consent: The Political Economy of the Mass Media, New York, Pantheon Books, 1988 (rééd. 2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrienne Sala, « Castellvi César, Le dernier empire de la presse. Une sociologie du journalisme au Japon »Ebisu, 60 | 2023, 347-352.

Référence électronique

Adrienne Sala, « Castellvi César, Le dernier empire de la presse. Une sociologie du journalisme au Japon »Ebisu [En ligne], 60 | 2023, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/8955 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.8955

Haut de page

Auteur

Adrienne Sala

Professeure assistante à l’université Waseda et chercheure associée à l’Ifrj-Mfj

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search