Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Livres à lireRecensionsLachaud François & Nogueira Ramos...

Livres à lire
Recensions

Lachaud François & Nogueira Ramos Martin (dir.), D’un empire, l’autre : premières rencontres entre la France et le Japon au xixe siècle

Paris, Éditions de l’École française d’Extrême-Orient, 2021, 402 p.
Bernard Thomann
p. 353-355
Référence(s) :

Lachaud François & Nogueira Ramos Martin (dir.), D’un empire, l’autre : premières rencontres entre la France et le Japon au xixe siècle, Paris, Éditions de l’École française d’Extrême-Orient, 2021, 402 p.

Texte intégral

1Cette belle publication est issue d’un colloque organisé à la Maison franco-japonaise de Tokyo, le 20 novembre 2018, à l’occasion des 160 ans du Traité d’amitié et de commerce entre la France et le Japon. Ce numéro de la collection « Études thématiques », publiée par l’École française d’Extrême-Orient, offre une analyse minutieuse et précieuse du regard que chacun de ces deux empires se sont réciproquement porté au moment de l’ouverture japonaise au monde au milieu du xixe siècle. Il ne s’agit d’ailleurs pas que de l’empire du Japon et de l’empire napoléonien, puisqu’un des intérêts de ce volume est de remonter assez loin en amont de la restauration impériale de Meiji en 1868, et même du traité de 1858, pour explorer l’état des connaissances respectives qui existaient avant l’ouverture des relations diplomatiques.

2L’article très fouillé et original de Christophe Marquet, qui ouvre le volume, traite ainsi des connaissances européennes sur le Japon de l’époque d’Edo, qui parvinrent en France grâce à l’importation de livres de quelques érudits tels qu’Isaac Titsingh (1745-1812), Julius Klaproth (1783-1835), Johannes G. F. van Overmeer Fisscher (1800-1848) ou Philipp F. von Siebold (1796-1866). Dans sa contribution, Keisuke Nomura montre lui que les connaissances que la France avait déjà pu acquérir à l’égard du Japon étaient d’autant plus importantes, immédiatement après la signature du traité de 1858 par Jean-Baptiste Louis Gros (1793-1870), qu’il fallait aux premiers diplomates français présents au Japon pendant les dernières années du shogunat, Gustave Duchesne de Bellecourt (1817-1881) et Léon Roche (1809-1900), comprendre la nature du conflit qui se déroulait sous leurs yeux entre les partisans du tennō et ceux du shogun, et prendre parti. Les Français ne se contentèrent pas d’observer. Masaya Nakatsu revient sur la figure à la fois « mythique et historique » de Jules Brunet (1838-1869), le « samouraï aux yeux bleus » qui participa à la guerre de Boshin aux côtés des derniers fidèles du shogun. Grâce au recours systématique aux sources primaires, fil rouge de la méthodologie exigeante de l’ensemble des contributions de ce volume, l’auteur éclaire d’un jour nouveau, au-delà du mythe romantique, l’action de Brunet. Il montre en particulier comment ce dernier fut surtout au service des intérêts de la France malgré son aura de désobéissance qui contribua fortement au mythe.

3Dans le sens inverse, des Japonais de la fin de l’époque d’Edo, confrontés à la pression grandissante des puissances russes et britanniques et à une atmosphère de remise en cause du statu quo politique, virent en Napoléon une figure inspirante. Comme le souligne François Lachaud dans son article, cette admiration de Napoléon Ier se prolongea en direction de son neveu, continuité entre l’époque Tokugawa et l’ère Meiji totalement ignorée jusqu’à cette publication.

4Après la révolution de Meiji, qui survient dans un Japon déjà assez bien connu de la France, comme le montrent les auteurs, les relations gagnèrent en intensité. Deux contributions nous offrent ainsi un regard sur des phénomènes de circulation culturelle de natures très différentes. La constitution de réseaux savants par le biais de la Société de langue française et la réception renouvelée de la foi chrétienne dans les communautés rurales, deux réalités qui offrent au lecteur une vision nuancée des conséquences culturelles de l’ouverture du pays. Ainsi, d’un côté, Noriko Teramoto analyse comment se tissèrent des échanges directs entre des intellectuels français et japonais au sein d’une structure qui allait être à l’origine de la Société franco-japonaise, puis de la Maison franco-japonaise. De l’autre, Martin Nogueira Ramos remarque, qu’au niveau le plus local, l’introduction renouvelée du christianisme n’eut, dans un premier temps, que peu d’influence sur la manière dont les anciens chrétiens cachés vivaient leur foi.

5Ce volume n’oublie pas que les bouleversements ayant précédé et suivi la restauration de Meiji se déroulèrent à la lisière de l’immense empire des Qing. Thomas P. Barett montre que le phénomène des « conseillers étrangers » concerna aussi bien la Chine (yangyuan) que le Japon (oyatoi gaikokujin 御雇外国人). Son étude du rôle de l’Écossais Halliday Macartney (1833-1906), conseiller auprès de l’empire Qing, lors des pourparlers informels avec la France pendant la guerre franco-chinoise (1884-1885), souligne la nécessité d’une recherche plus large sur les Occidentaux au service des pays d’Asie orientale, à cette époque de confrontation avec les puissances coloniales occidentales. Enfin, Michel Wasserman nous fait partager le regard aiguisé que porte Paul Claudel (1868-1955), futur ambassadeur de France à Tokyo, depuis ses postes diplomatiques en Chine de 1895 à 1909, sur le nouvel empire du Japon et son positionnement géopolitique après sa victoire de 1895 sur l’empire des Qing.

6Même si certains aspects de l’influence française sur les politiques de modernisation du Japon de l’ère Meiji n’ont pu être développés, notamment dans les domaines des technologies industrielles, du droit ou de la médecine, cette collaboration entre cette institution plus que centenaire qu’est l’EFEO et la Maison franco- japonaise qui aura bientôt elle aussi cent ans, montre la richesse, l’exigence et l’originalité de la recherche historique en français sur une période fondatrice de la relation privilégiée que les deux pays continuent à entretenir aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Thomann, « Lachaud François & Nogueira Ramos Martin (dir.), D’un empire, l’autre : premières rencontres entre la France et le Japon au xixe siècle »Ebisu, 60 | 2023, 353-355.

Référence électronique

Bernard Thomann, « Lachaud François & Nogueira Ramos Martin (dir.), D’un empire, l’autre : premières rencontres entre la France et le Japon au xixe siècle »Ebisu [En ligne], 60 | 2023, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/8969 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.8969

Haut de page

Auteur

Bernard Thomann

Directeur de l’Ifrj-Mfj et professeur à l’Inalco

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search