Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Livres à lireRecensionsAsanuma-Brice Cécile, Fukushima d...

Livres à lire
Recensions

Asanuma-Brice Cécile, Fukushima dix ans après

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021, 220 p.
Philippe Pelletier
p. 357-358
Référence(s) :

Asanuma-Brice Cécile, Fukushima dix ans après, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021, 220 p.

Texte intégral

1Au Japon, lors des événements du 11 mars 2011 (séisme, tsunami, accident dans la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi), Cécile Asanuma-Brice interrompt ses travaux sur l’urbanisme japonais pour diffuser des informations en français au jour le jour sur ce qu’il se passe. Aidée de sa maîtrise de la langue japonaise et de sa connaissance du pays, elle met désormais ses compétences de chercheuse au service de cette question majeure qu’est le désastre nucléaire.

2Le livre qui en résulte est appuyé sur de nombreuses sources, la plupart japonaises, beaucoup étant originales (plusieurs entretiens menés auprès d’habitants, de savants ou du Premier ministre alors en exercice, Kan Naoto 菅直人). Il se déroule en huit parties. Après le récit introductif du vécu personnel de ces moments-là puis du choix à la fois intellectuel et éthique qui en a découlé, à savoir mettre de côté ses recherches en urbanisme, il se concentre sur les faits : l’incroyable cafouillage politique et institutionnel au cours des jours suivant l’accident ; l’organisation et l’auto-organisation des secours ; la mise en place du relogement des personnes qui ont été évacuées ; les conséquences sanitaires de la catastrophe ; la communication sur le risque ; les vertiges de la reconstruction ; une conclusion qui mêle bilan des politiques et des activités citoyennes aux histoires de vie des réfugiés et résidents.

3Dix ans après le drame, il ne s’agit pas seulement d’un rappel salutaire, mais d’un outil de réflexion à portée universelle sur cette question du nucléaire qui concerne une région entière qui a été touchée (Fukushima), un pays (le Japon) et le reste du monde (les impacts radioactifs hors du Japon, la gestion de cette industrie dans les autres pays). Plusieurs choses sont frappantes. L’absence quasi totale d’un plan en cas d’urgence met à mal le mythe de la sécurité. Elle transforme en incantation tout le discours sur la supposée préparation en amont. L’incroyable seuil d’incompétence de certains dirigeants de la sûreté du nucléaire illustre le haut degré du principe de Peter atteint par la bureaucratie japonaise selon lequel tout employé, au sein d’une hiérarchie, s’élève finalement à son niveau d’incompétence et devient incapable d’assumer la responsabilité de son poste, notamment au sommet. La volonté, un temps, de l’entreprise d’électricité Tepco d’évacuer et donc d’abandonner la centrale nucléaire à son sort en pleine crise témoigne de l’irresponsabilité d’une grande entreprise privée.

4Les populations se sont retrouvées otages de la catastrophe et des atermoiements initiaux des autorités publiques comme des cadres de Tepco. Le logement provisoire des populations évacuées s’est accompagné d’un grand stress social, culminant en alcoolisme, en suicides ou en drames familiaux, tandis que la politique de retour sur place voulue par l’État s’avère être un échec malgré les incitations déployées, à part pour les personnes âgées qui, quitte à en finir, préfèrent revenir mourir dans leur région natale.

5L’élément crucial est la question de l’information. Comme le souligne d’emblée Cécile Asanuma-Brice, c’est davantage l’omission que le mensonge qui règne dans cette affaire où le cynisme le dispute à l’hypocrisie.

6Au-delà de la restitution de plusieurs témoignages poignants, le livre, par son alignement presque brut des faits, rend le propos plus fort qu’un récit fondé sur le pathos. Dans ce capharnaüm d’experts plus ou moins compétents et de contre-experts parfois courageusement improvisés, l’auteure livre ce qu’on attend de la recherche savante : découvrir les informations, donner les clefs d’analyse et laisser réfléchir le lecteur ou la lectrice. Elle nous montre le vrai visage du Japon contemporain de la haute technologie et de son organisation quasi militaire : un mélange de savoir-faire pointu et de failles béantes, une hiérarchie rigide brisée par les événements, laissant la place à l’improvisation des individus à la base comme au sommet de la société, et une soumission, finalement, à des solutions souvent techniciennes venues d’en haut. Mais cette réalité, avec ses conséquences douloureuses, reste manifestement encore invisible dans le monde, au Japon y compris largement, puisqu’après le fameux no more Hiroshima, presque personne ne crie no more Fukushima.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Pelletier, « Asanuma-Brice Cécile, Fukushima dix ans après »Ebisu, 60 | 2023, 357-358.

Référence électronique

Philippe Pelletier, « Asanuma-Brice Cécile, Fukushima dix ans après »Ebisu [En ligne], 60 | 2023, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/8982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.8982

Haut de page

Auteur

Philippe Pelletier

Professeur émérite à l’université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search