Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Livres à lireRecensionsTinajero Araceli, Historia cultur...

Livres à lire
Recensions

Tinajero Araceli, Historia cultural de los hispanohablantes en Japón

New York, Escribana, 2019, 305 p.
Héloïse Elisabeth Ducatteau
p. 359-360
Référence(s) :

Tinajero Araceli, Historia cultural de los hispanohablantes en Japón, New York, Escribana, 2019, 305 p.

Texte intégral

1La présente monographie se concentre sur un phénomène ignoré par beaucoup d’hispanistes : l’immigration latino-américaine au Japon à partir des années 1990. Malheureusement, le titre ne précise pas la période historique, il faut se reporter à la quatrième de couverture pour l’apprendre. De même, il annonce des hispanophones sans spécifier qu’ils et elles venaient essentiellement d’Amérique latine, plus précisément à 70 % du Pérou, et très peu d’Espagne. Pour les deux populations, les pratiques socioculturelles sont similaires donc le livre ne les sépare pas. Comme l’explique l’introduction, une première grande vague d’immigration hispanique s’est produite jadis : des missionnaires espagnols ont en effet rejoint le Japon au xvie siècle. Pendant les deux siècles et demi qui suivirent, le pays du Soleil levant a entretenu des rapports nettement plus limités avec l’étranger. L’ère Meiji (1868-1912) permit de nouveaux échanges notamment par la multiplication d’écoles et facultés où l’espagnol était enseigné. Dans les premières décennies du xxe siècle, un grand nombre de Japonais·e·s avaient émigré au Brésil et au Pérou pour des raisons financières. En 1991, la loi relative aux étranger·ère·s et aux réfugié·e·s autorisa les nippo-descendant·e·s jusqu’à la troisième génération (appelé·e·s nissei 二世 pour la deuxième génération et sansei 三世 pour la troisième) à revenir définitivement au Japon. Cela n’a concerné qu’une partie de la diaspora japonaise dénommée nikkeijin 日系人. L’étude oscille entre macro-analyses plus quantitatives et micro-analyses qualitatives fondées sur des entretiens conduits auprès de chercheur·e·s, de traducteur·rice·s et d’écrivain·e·s (Elena Gallego Andrada, Silvia Lidia González, Marcela Lamadrid, Alberto Emilio Bainotti, Juan Alberto Matsumoto, Gregory Zambrano). La division du livre en quatre chapitres, un premier sur les intellectuel·le·s, un deuxième sur les moyens de communication, un troisième sur les arts musical et chorégraphique et un dernier sur le secteur du livre, est tout à fait appropriée.

2Le premier chapitre est consacré aux intellectuel·le·s, présenté·e·s comme des médiateur·trice·s culturel·le·s entre le monde hispanophone et le Japon. Une attention toute particulière est donnée à Montse Watkins, journaliste d’extraction catalane décédée prématurément en 2000. Elle a traduit pour la première fois des chefs-d’œuvre japonais écrits entre autres par Miyazawa Kenji 宮沢賢治 et Koizumi Yakumo 小泉八雲. Elle a également consacré quelques livres sur l’immigration hispanique au Japon, et a dirigé des anthologies où elle a inclus des œuvres d’autres écrivain·e·s établi·e·s comme l’Américano-japonaise Karen Tei Yamashita et l’Argentin Gustavo Gregorio. Le deuxième chapitre traite des médias. Le premier journal hispanophone au Japon est International Press, créé en 1994. L’actualité est organisée en rubriques (sport, télévision, poésie) et, un an après sa création, un supplément culturel, ZERO, est lancé. D’autres ont suivi et, assez logiquement, se sont imposés par la voie numérique. Le troisième chapitre rassemble la musique, la danse, les festivals et les associations. Il fait part d’événements comme le festival du Pérou et celui de Wakaba qui se tiennent à Tokyo, ou encore la fête nationale de Bolivie, toujours dans la capitale nippone. Le quatrième et dernier chapitre nous informe sur la littérature et les bibliothèques. La littérature est étudiée thématiquement, en cohérence avec le Japon : nature, technologies, solitude, suicide, nostalgie, discrimination, ville, prostitution. L’approche est résolument contemporaine puisque les lettres japonaises sont aussi abordées sous le prisme des blogs littéraires à l’instar du blog Hikikomori. L’auteur Alberto Olmos y a diffusé sa nouvelle Trenes hacia Tokio. Chaque chapitre se termine par des photographies, concrétisant ainsi le discours. La conclusion nous invite à découvrir des blogs d’information transculturelle qui renseignent sur des thématiques très variées comme les otaku (les fans). L’autrice, à la fois mexicaniste et japonologue, invite les chercheur·e·s à se pencher sur des aspects non considérés dans son livre. La gastronomie, le baseball, l’art ne sont que des exemples cités parmi tant d’autres qui mériteraient chacun un chapitre sans que l’autrice ne le justifie dans le texte ou la bibliographie. Pour finir, une école bilingue pour enfants, Mundo de Alegría (Monde de Joie), est également décrite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Héloïse Elisabeth Ducatteau, « Tinajero Araceli, Historia cultural de los hispanohablantes en Japón »Ebisu, 60 | 2023, 359-360.

Référence électronique

Héloïse Elisabeth Ducatteau, « Tinajero Araceli, Historia cultural de los hispanohablantes en Japón »Ebisu [En ligne], 60 | 2023, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/8989 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.8989

Haut de page

Auteur

Héloïse Elisabeth Ducatteau

Professeure d’allemand
Sciences Po Paris (campus de Nancy)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search