Navigation – Plan du site

D’Androgynie à Élisabeth II : l’évolution des œuvres exposées dans la salle de bal de Rideau Hall et de leur pouvoir symbolique

From D’Androgynie to Elizabeth II : the evolution of the works of art exhibited in the Rideau Hall ballroom and of their symbolic power
Josée Desforges
p. 45-75

Résumés

La salle de bal de Rideau Hall est un lieu de rassemblement pour toutes sortes de cérémonies dont la plus notoire est l’assermentation des membres du cabinet du premier ministre. Les œuvres d’art qui se sont succédé dans ce lieu médiatisé — parmi lesquelles se trouvent plusieurs portraits de rois et de reines britanniques — ont été choisies par les gouverneurs généraux pour légitimer le rôle de la monarchie dans la constitution du pouvoir exécutif canadien. Or, l’insertion d’œuvres qui rompent avec la tradition stylistique et iconographique des portraits royaux exposés à cet endroit engendre une instabilité qui demande de revisiter le pouvoir de substitution et de légitimation de la représentation du monarque tel que défini par Louis Marin.

Haut de page

Notes de l’auteur

J’aimerais remercier Mme Fabienne Fusade, planificatrice en interprétation et expositions au Bureau du secrétaire du gouverneur général, pour son aide précieuse.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

La salle de bal de Rideau Hall et la cérémonie d’assermentation
Les pouvoirs des œuvres exposées dans la salle de bal
Avant 1967
Entre 1967 et 2000
Les années 2000
2012 à aujourd’hui
Conclusion

Aperçu du texte

En 2008, le tableau Androgynie (1983) de l’artiste anishinabé Norval Morrisseau est accroché dans la salle de bal de Rideau Hall. L’oeuvre représente un oiseau tonnerre bleu azur aux ailes déployées sur un fond jaune doré. La demande de l’accrochage provient de Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada en fonction entre 2005 et 2010. En raison de l’emplacement qu’occupe la toile, Jean a annoncé qu’elle deviendrait l’une des œuvres les plus visibles au pays (figure 1).

Rideau Hall est la résidence du gouverneur général du Canada, le représentant de la couronne britannique. Depuis la Confédération, celui ou celle qui occupe cette fonction siège au sommet de l’organisation politique canadienne. Parmi toutes les pièces de Rideau Hall, la salle de bal est l’une des plus connues puisqu’elle sert à la tenue de nombreuses cérémonies officielles très médiatisées. Elle accueille, entre autres, la remise de nombreux prix d’excellence décernés à certains individus par le gouverneur général ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josée Desforges, « D’Androgynie à Élisabeth II : l’évolution des œuvres exposées dans la salle de bal de Rideau Hall et de leur pouvoir symbolique », Études canadiennes / Canadian Studies, 84 | 2018, 45-75.

Référence électronique

Josée Desforges, « D’Androgynie à Élisabeth II : l’évolution des œuvres exposées dans la salle de bal de Rideau Hall et de leur pouvoir symbolique », Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/eccs/1193 ; DOI : 10.4000/eccs.1193

Haut de page

Auteur

Josée Desforges

Récipiendaire d’une bourse Joseph-Armand-Bombardier, Josée Desforges est étudiante au doctorat en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Sa thèse porte sur les substitutions iconographiques effectuées par les gouvernements canadiens depuis la confédération jusqu’au départ du parti conservateur de Stephen Harper en 2015. Elle s'intéresse également à la caricature canadienne dans plusieurs articles et chapitres de livre en plus d’être la commissaire de l’exposition virtuelle 150 ans | 150 œuvres : l’art au Canada comme acte d’histoire.

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals