Navigation – Plan du site

Le Canada : un refuge anti-Trump en mutation ?

Canada, a changing anti-Trump refuge?
Pierre-Alexandre Beylier
p. 11-28

Résumés

Depuis 2016, le Canada fait face à un afflux de demandeurs d’asile qui traversent la frontière Canada/États-Unis entre les points d’entrée officiel. Ce phénomène est largement documenté dans la presse nationale et internationale pour présenter le pays comme une « terre s’asile ». Toutefois, si ces flux migratoires s’insèrent dans une tradition de refuge de la part du Canada, ils inquiètent aussi une partie de l’opinion politique qui voit en eux le signe d’une « crise migratoire » que le Canada peine à résoudre. Cet article reviendra sur l’image traditionnelle du Canada afin d’analyser ensuite les statistiques concernant l’arrivée de réfugiés pour présenter la combinaison de facteurs qui expliquent ce phénomène et notamment le rôle joué par l’élection de Donald Trump à la présidence américaine.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Le Canada, refuge historique
Les Loyalistes de la Révolution Américaine
Le Chemin de fer clandestin
Le Canada, sanctuaire pour déserteurs
Les « réfugiés Trump », nouvelle vague d’immigration politique ?
L’ampleur du phénomène
Les facteurs au cœur de ces migrations
La géographie des migrations
Une « guerre » rhétorique
Conclusion

Aperçu du texte

Parce qu’une frontière est une limite entre deux souverainetés (Pradeau 1994, 290), entre deux systèmes politiques (Gay 2004, 55 ; Amilhat-Szary 2015, 5), de nombreux géographes identifient, parmi ses différentes fonctions, un rôle de protection des réfugiés (Reitel et als 2018, 98). Michel Foucher souligne le fait que « si le franchissement illégal d’une frontière est passible de poursuites, le réfugié politique peut le faire sans autorisation et trouver secours à travers une ligne protectrice » (Foucher 2007, 20). Pradeau décrit, quant à lui, le « passage d’une frontière » comme « une fuite vers la liberté ». En raison de son ambivalence, la frontière véhicule donc un double rôle : elle enferme et protège à la fois (Pradeau 1993, 198). Elle constitue un « refuge » (GaY 2004, 60-61 ; Considère et Perrin 2017, 15) pour les populations qui fuient un pays pour « se mettre à l’abri » dans un autre (Gay 2004, 60-61). Lorsqu’il prend une certaine ampleur, ce phénomène voit apparaître dan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Alexandre Beylier, « Le Canada : un refuge anti-Trump en mutation ? », Études canadiennes / Canadian Studies, 85 | 2018, 11-28.

Référence électronique

Pierre-Alexandre Beylier, « Le Canada : un refuge anti-Trump en mutation ? », Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 85 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eccs/1414 ; DOI : 10.4000/eccs.1414

Haut de page

Auteur

Pierre-Alexandre Beylier

Pierre-Alexandre Beylier est actuellement maître de conférences en études nord-américaines à l’université Grenoble-Alpes. Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Cachan et Agrégé d’anglais, il a effectué une thèse à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, portant sur les mutations qu’a connues la frontière Canada/États-Unis depuis le 11 septembre 2001, pour laquelle il a obtenu, en 2014, le prix de thèse de l’Association française d’études canadiennes. Une version remaniée de cette dernière a été publiée aux Presses Universitaires de Rennes : Canada/Etats-Unis : les enjeux d’une frontière. Ses recherches portent désormais sur les villes-frontières ainsi que les communautés frontalières et plus particulièrement les questions d’identité, de représentations et de pratiques. Il est responsable de l’axe transversal « Migrations, frontières et relations internationales » au sein de son laboratoire l’Institut des Langues et Cultures d’Europe, d’Amérique, d’Afrique, d’Asie et d’Australie (ILCEA4).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals