Navigation – Plan du site

Fuir les États-Unis pour le Canada. Lectures géographiques d’un refuge littéraire américain

Fleeing the United States: Geographical readings of an American literary refuge
Marie-Laure Poulot
p. 143-163

Résumés

Cet article souhaite interroger, à travers la mise en récit du Canada dans trois romans étatsuniens – Canada de Richard Ford, Nœuds et dénouements d’Annie Proulx et Une prière pour Owen de John Irving – les archétypes géographiques continentaux qui fondent la construction du Canada comme refuge dans la littérature américaine. Si le Canada dans ces romans dévoile un espace inhospitalier et difficile à s’approprier, sa fonction de miroir réfléchissant les dérives et les aspects négatifs du pays que les héros ont quitté le dote finalement de qualités susceptibles de faire advenir leur rêve américain. Il constitue à la fois une frontière et un front pionnier, un monde des possibles qui suscite des appartenances ambiguës, faites de proximité et de distance, et conduit à sa reconnaissance.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Le Canada entre exil et refuge : fuir les États-Unis
Les raisons de la fuite : le Canada comme alternative
Les États-Unis, entre nostalgie, fascination et repoussoir
Le Canada comme frontière : border, boundary et frontier
La frontière comme ligne de passage
La frontière comme ailleurs
La frontière comme front : froid et immensité
Le Canada comme espace vécu : territorialisations et appartenances
Habiter Terre-Neuve : une territorialisation dans l’effort et le long terme dans Nœuds et dénouements
Des espaces d’appartenances multiples dans Canada et Une prière pour Owen
Le Canada comme possible espace de réalisation du rêve américain ?
Conclusion

Aperçu du texte

La représentation du Canada comme terre d’asile, en opposition aux États-Unis, n’est pas nouvelle et le Canada a accueilli à plusieurs reprises des vagues d’immigrants fuyant le pays voisin. Ainsi, entre 1833 (abolition de l’esclavage par le Parlement britannique pour l’ensemble de l’empire) et 1865 (abolition aux États-Unis par le 13e amendement), plusieurs milliers d’Afro-Américains aidés par des abolitionnistes ont emprunté l’underground railroad (chemin de fer souterrain), soit des routes clandestines pour fuir le sud des États-Unis et s’installer au Canada (HENRY 2018). De même, la période de la prohibition aux États-Unis entraîne des mobilités importantes entre les deux pays et des trafics en tout genre, notamment d’alcool : cabarets, boîtes de jazz ou clubs de strip-tease se développent ainsi dans le Red Light de Montréal, qui devient « un refuge des plus grands musiciens de Harlem » et où une « multitude d’Américains [peuvent] ainsi, et pour un court répit, échapper aux affr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Poulot, « Fuir les États-Unis pour le Canada. Lectures géographiques d’un refuge littéraire américain », Études canadiennes / Canadian Studies, 85 | 2018, 143-163.

Référence électronique

Marie-Laure Poulot, « Fuir les États-Unis pour le Canada. Lectures géographiques d’un refuge littéraire américain », Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 85 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/eccs/1535 ; DOI : 10.4000/eccs.1535

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Poulot

Marie-Laure Poulot est maitre de conférences en géographie, Université Montpellier 3 – Paul Valéry, UMR ART-Dev. Elle a réalisé sa thèse sur la production de l’espace urbain au prisme du cosmopolitisme à Montréal. Ses recherches portent sur les problématiques patrimoniales et la diversité culturelle dans les espaces publics urbains au Canada et en Europe.

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals