Navigation – Plan du site

AccueilNuméros86-2Chapitre III : Les immigrants fra...Les journalistes d’origine frança...

Chapitre III : Les immigrants français et l’univers culturel au Québec

Les journalistes d’origine française au Québec au XIXe siècle

French journalists in Quebec in the 19th century
Fernande Roy

Résumés

Les immigrants français ont été relativement nombreux au XIXe siècle à sinsérer comme rédacteurs ou collaborateurs dans la presse canadienne-française. On les retrouve dans la presse dopinion politique ou religieuse, tels Alfred-Xavier Rambau ou Auguste-Eugène Aubry; dautres collaborent aux feuilles culturelles et littéraires, comme Henri-Émile Chevalier ou Émile de Fenouillet. Dans la presse daffaires montréalaise, on ne peut négliger lapport de Louis Dagron-Richer et de Charles Savary. Enfin, certains sillustrent dans les grands quotidiens libéraux : par exemple Marc Sauvalle à La Patrie et au Canada, Jules Helbronner à La Presse ou Henri Lefebvre dHellencourt au Soleil et à La Presse font assurément partie des journalistes importants du tournant du XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1En tentant de retracer le parcours personnel et professionnel des immigrants français dans la presse bas-canadienne et québécoise, deux questions émergent : pourquoi viennent-ils ? Quel a été leur impact dans la presse ?

2Dentrée de jeu, on peut indiquer que les Français ne quittent pas leur pays avec lintention de devenir journalistes au Canada. Une seule exception peut-être serait limprimeur Fleury Mesplet, au XVIIIe siècle, qui avait manifestement pour projet de faire carrière dans le monde de limprimé. Installé à Montréal, il fonde en 1778 La Gazette du commerce et littéraire, second périodique de la colonie et premier journal rédigé uniquement en langue française, avec laide dun autre Français, lavocat Valentin Jautard. À la fin du XVIIIe siècle, Mesplet et Jautard ont participé à la contestation de larbitraire politique et social et à la diffusion didéaux de liberté et dégalité (GALARNEAU 1980). Par la suite, quelques Français ont émigré parce quils étaient en butte au pouvoir politique, après la Révolution de 1848, par exemple; mais certains se sont plutôt enfuis à cause de problèmes personnels ou économiques. Toutefois, en général, les sources sont peu bavardes sur les motivations des uns et des autres.

3Le journalisme étant un métier encore mal défini à lépoque, il est assez facile dy entrer. En faire un gagne-pain durable savère une tout autre affaire. Certains immigrants sessaient au journalisme en attendant de trouver une autre occupation plus stable, et on perd rapidement leur trace. Dautres y font carrière. Tout au long du XIXe siècle, linfluence de ces journalistes, relativement importante, sexerce, par ailleurs, dans des directions idéologiques fort diverses, de même que dans divers types de presse. On les retrouve dans la presse dopinion, politique ou religieuse. Parfois, ils collaborent aux feuilles culturelles et littéraires. Ils contribuent aussi à lessor de la presse daffaires montréalaise. Dautres, enfin, sillustrent dans les grands quotidiens libéraux.

4Mieux connaître le rôle des immigrants français dans la presse est aussi un moyen de saisir leur insertion dans la société canadienne-française. Même si la majorité arrive dans la seconde moitié du XIXe siècle, il est intéressant de rappeler la présence de leurs prédécesseurs.

Le journal dopinion ou journal politique

5Le premier XIXe siècle est marqué par lémergence de la presse politique et par la création dun véritable espace public de discussion au Bas-Canada. Mais qui dit espace public, dit enjeu politique. Les journaux sont ainsi créés en opposition les uns aux autres et ne cessent de polémiquer. Les Canadiens français comprennent rapidement le rôle de la presse dans le nouveau système politique et, très tôt après la venue des institutions parlementaires, ils perçoivent celle-ci comme un rouage essentiel de la « démocratie ». Au nom de leurs droits de sujets britanniques, ils revendiquent la liberté de presse. La joute partisane entre le gouverneur et le parti tory, dun côté, et le parti canadien, puis patriote, de lautre, se poursuit dans la presse.

6Dans ce contexte politique, où se trouvent les journalistes venus de France au cours de cette période ? À droite, je dirais, tout près des sulpiciens, dont les dirigeants à Montréal sont tous des Français dorigine. En voici quelques exemples.

7Né en 1810 dans un milieu de tradition légitimiste, Alfred-Xavier Rambau quitte la France dans la jeune vingtaine, pour lItalie dabord, et ensuite pour New York, aux États-Unis; enfin, en 1833, il arrive au Bas-Canada où il va sétablir à demeure et fonder une famille (SYLVAIN 1985). Son premier emploi de journaliste est à LÉcho du pays, propriété du seigneur Pierre-Dominique Debartzch, alors membre du Parti patriote, mais dans la frange conservatrice. Au bout de quelques mois, Rambau est engagé comme rédacteur en chef de LAmi du peuple, de lordre et des lois, une feuille récemment lancée par le chef de la police montréalaise, Pierre-Édouard Leclère, et par John Jones, imprimeur du roi. En réalité, Leclère et Jones ne sont que des prête-noms, les sulpiciens ayant la haute main sur cet hebdomadaire dont le titre révèle déjà les intentions. À lépoque, ces derniers sont en train de négocier à Londres la reconnaissance de leurs droits de propriété au Canada (ils sont seigneurs de lîle de Montréal) et, conséquemment, ils font montre dun loyalisme appuyé à lendroit de la Grande-Bretagne. Quoi de mieux alors quun périodique francophone prêchant la modération et la vertu en opposition à la presse patriote? Les dirigeants sulpiciens savèrent bien aises de confier leur journal à un compatriote comme Rambau, qui le dirigera jusquà la fin, en 1840.

8Rambau y défend trois thèses : tout dabord, le peuple nest pas malheureux; ensuite, lindépendance du Bas-Canada est une absurdité; et, enfin, lunion éventuelle avec les États-Unis serait un suicide collectif (BEAULIEU & HAMELIN 1973, I : 74). La volte-face de Rambau, qui, malgré son conservatisme, avait fait son entrée journalistique chez les Patriotes, suscite la colère et le mépris. En juillet 1834, La Minerve publie cette chanson :

Nous avons pris pour patron
Saint-Jean le Baptiste.
Quoi qu
on dise de ce nom
Nul de nous n
est triste.
Nous préférons celui-là
A celui de renégat
D
intrigant ou dapostat.
Qui quitte nos rangs,
Et se met aux rangs,
Aux « rangs beaux », aux beaux rangs
De ceux qu
on méprise [...]
(Cité par FAUTEUX 1934,149-150).

9La plume habile, mais caustique de Rambau et leffervescence politique des années 1830 lui auront valu dêtre alors mêlé à quelques affaires de duel. Son journal est certainement influent, dautant plus que la répression de la rébellion décimera la presse patriote. À la fin de la décennie, LAmi du peuple... occupe presque tout lespace médiatique en français à Montréal.

10Durant les années 1840, on perd la trace de ce publiciste qui, semble-t-il, poursuit à ce moment des études de droit. Il est admis au barreau en mars 1848. On sait aussi quil devient membre de lInstitut canadien, à partir de 1852, une institution culturelle quil estime pourtant trop dominée par les Rouges, le parti qui a succédé aux Patriotes. En 1854, Rambau retourne à la presse politique en fondant La Patrie, « journal politique, commercial et dannonces », un bi-hebdomadaire qui soutient vivement les conservateurs. Dans les débats entourant labolition du régime seigneurial, il reste fidèle à ses convictions et met sa plume au service des seigneurs. Cest son chant du cygne : il meurt en octobre 1856. Peu apprécié des Patriotes et des libéraux, Rambau a néanmoins participé à la presse de lépoque de manière soutenue et cohérente. Son impact sur la société canadienne-française nest pas négligeable. Le deuxième exemple nest pas un journaliste aussi sérieux.

11Hyacinthe-Poirier Leblanc de Marconnay est un aventurier parti chercher fortune outre-Atlantique, à lâge de 40 ans. Membre de la franc-maçonnerie, il sétait essayé au théâtre à Paris, avant de venir au Bas-Canada où il fera jouer une comédie en un acte, Valentine ou la Nina canadienne, au Théâtre royal de Montréal. En septembre 1834, il est rédacteur à La Minerve, le principal journal patriote. Il y fait léloge du courage et de la ténacité des Canadiens français et il défend leurs droits de conserver leurs institutions autonomes et dobtenir une juste part du pouvoir politique. Il semble très convaincu et son appui paraît très net. Mais, bientôt, il se dispute avec son patron, Ludger Duvernay, laccusant publiquement de lui devoir de largent, ce que, bien sûr, Duvernay dément.

12Marconnay change alors complètement dallégeance. En 1836, il publie un pamphlet intitulé La petite clique dévoilée... où il sen prend à certains dirigeants patriotes, tels Louis-Hippolyte LaFontaine, Edmund B. OCallaghan et Louis Perrault; il les traite dhypocrites, daboyeurs et de démocrates forcenés. Il semble surtout furieux davoir été mis de côté par les chefs du Parti (GALARNEAU 1977). Au temps fort de la rébellion, il se tourne vers les adversaires des Patriotes et devient rédacteur au Populaire, une feuille fondée en avril 1837 et qui durera jusquen novembre 1838. Le publiciste français se dresse contre le chef des Patriotes, Louis-Joseph Papineau, en prenant parti, se justifie-t-il, pour la masse des habitants qui se laissent égarer par les agitateurs. Après léchec des rébellions, Papineau, en exil à Paris, fait paraître en 1839 une Histoire de linsurrection au Canada, un plaidoyer pro domo, bien sûr. Marconnay sempresse de publier une réfutation de cet écrit (même si celle-ci est parfois attribuée à Sabrevois de Bleury). Il cherche manifestement à se rapprocher du pouvoir. En août 1839, Rambau lengage au journal des sulpiciens, LAmi du peuple, de lordre et des lois et, en 1840, Marconnay devient rédacteur de LAurore des Canadas. La même année, il retourne en France. De là, le 23 octobre 1841, il offre ses services au gouverneur Bagot : il a été, écrit-il, « dans les confidences de tous les partis et il retournerait volontiers au Canada si on lui offrait un poste convenable » (GALARNEAU 1977). Il ne reviendra pas... Il meurt à Paris en février 1868.

13Il est difficile de savoir si Marconnay a joui dune véritable influence dans la joute politique des années 1830 au Bas-Canada. Cependant, ce quon peut affirmer sans crainte, cest que cet arriviste, transfuge de surcroît, était cordialement détesté. Je nai trouvé aucun écrit pour lui reconnaître la moindre qualité.

14Un autre Français connaîtra son moment de gloire dans la presse catholique : il sagit dAuguste-Eugène Aubry. Né en 1819 dans une famille de militaires ruinée, Aubry étudie le droit et entame une première carrière davocat. En février 1855, il rencontre labbé Thomas-Étienne Hamel, du séminaire de Québec, qui est alors en quête dun troisième professeur de droit pour la jeune Université Laval. Labbé Louis-Jacques Casault, recteur de luniversité, recherche un « bon légiste » et un « bon chrétien » (SYLVAIN 1970, 195). Bien quil jouisse de lappui de plusieurs prêtres, Aubry na pas de doctorat en droit, condition sine qua non. Quà cela ne tienne, il se met au travail et soutient sa thèse à Paris à la fin de 1856. « Je le crois un homme capable, mais de talents ordinaires [...] », écrit Hamel, qui le recommande tout de même à Casault (SYLVAIN 1970, 199). Aubry sembarque immédiatement pour Québec afin dassurer son cours de droit romain à partir de janvier 1857. Sa femme et ses cinq enfants le rejoignent au printemps.

15Lhistorien Philippe Sylvain a bien montré que cétait en espérant senrichir rapidement quAubry avait traversé lAtlantique. Cet immigrant fort endetté sera vite désillusionné. Il sen plaint à Hamel : « [...] toutes mes espérances nétaient quun rêve »; « [...] tout me faisait croire que je pourrais, en peu de temps, me créer à Québec une bonne et brillante clientèle », ajoute-t-il (SYLVAIN 1970, 201). Mais il ne peut faire partie du barreau, qui exige plusieurs années de cléricature auprès dun avocat canadien. Pour augmenter ses revenus, Aubry donne un cours public dhistoire universelle. Apprécié par plusieurs de ses collègues, il provoque le sarcasme chez dautres : « Ce cher homme se croit la science infuse et serait prêt à se charger de tous les cours si on voulait les lui donner en payant bien », écrit labbé Elzéar Taschereau à labbé Hamel (SYLVAIN 1970, 207).

16Dans ce contexte, Aubry est enchanté de se voir offrir le poste de rédacteur en chef du Courrier du Canada, au départ de Joseph-Charles Taché en octobre 1859. Il sétait certainement montré « bon chrétien » pour quon lui confie la direction de ce journal ultramontain, organe officieux de larchevêché de Québec. Aubry restera quatre ans à la tête de ce trihebdomadaire. Il y défendra avec ferveur lexistence des États pontificaux contre lunification italienne, affrontant de pied ferme la presse libérale qui, bien sûr, pense tout autrement. Sur un autre plan, il souhaite resserrer les liens entre la France et le Canada et, notamment, que les Français émigrent davantage. Lorsque, alléguant des raisons de santé, il quitte ses fonctions de journaliste, pour ne conserver que son poste de professeur, la conservatrice Minerve lui rend cet hommage davoir constamment et vaillamment soutenu « le catholicisme et la nationalité » (SYLVAIN 1970, 13).

17Aubry continue denseigner à lUniversité Laval jusquen juin 1865. Toujours déçu du niveau de ses revenus, il rentre en France. Mais cette raison affichée en cacherait peut-être une autre, selon lhistorien Philippe Sylvain, qui souligne que le nouveau recteur Taschereau nappréciait guère les sympathies gaumistes dAubry. Cest ainsi quon désignait les intransigeants qui voulaient éliminer la présence dauteurs classiques gréco-latins païens dans lenseignement; cette querelle faisait alors rage à luniversité, divisant même les rangs des catholiques sur la place publique, dans Le Courrier du Canada notamment.

18La carrière journalistique dAubry rappelle un peu celle de Rambau : les deux se sont retrouvés dans une presse catholique et conservatrice et au milieu de polémiques acerbes. Dans ce groupe, on peut aussi ajouter Adrien de Bonpart qui, entre 1874 et 1876, rédige le Nouveau monde, alors organe officieux de lévêque Bourget de Montréal. Ce Français né en 1820 dune famille royaliste avait dabord émigré aux États-Unis en 1858. En tant que journaliste, il défend vigoureusement lultramontanisme de Bourget qui le remercie en lui offrant un poste de littérature et dhistoire à lÉcole normale Jacques-Cartier dès 1875, poste que de Bonpart occupera jusquà son décès en 1892 (LEMIRE & SAINT-JACQUES 1999, 133 et 135).

19Enfin, quelques prêtres dorigine française ont participé à la presse catholique. Ainsi, le sulpicien Adam-Charles-Gustave Desmazures écrivait dans LÉcho du cabinet de lecture paroissial, lancé en 1858, tandis que le jésuite Édouard Hamon collaborait à La Vérité et à LÉtendard, deux publications ultramontaines fondées respectivement par Jules-Paul Tardivel en 1881 et François-Xavier Trudel en 1883 (LEMIRE & SAINT-JACQUES 1999, 137-138). Cependant, dune manière générale, lÉglise préférait laisser le journalisme à des laïcs fervents et fiables, comme Tardivel et Trudel, justement.

La presse culturelle

  • 1 On pourrait également mentionner quelques noms d'origine française rencontrés dans la presse d'opin (...)

20Au milieu du XIXe siècle, la presse dopinion est à son apogée, mais, sauf les quelques exceptions mentionnées1, ce nest pas dans ce créneau quon rencontre des immigrants français. Ces derniers sont plus nombreux dans la presse spécialisée, culturelle ou daffaires. Ils viennent de tous les horizons idéologiques.

21En voici un premier exemple, très conservateur : Hypolite-Joseph Mille, né en 1807, et dont la chute de Louis-Philippe et la révolution de 1848 auraient causé la ruine (CYR 1985). En 1851, il séjourne à Cologne, puis à Bonn, doù il envoie une série darticles sur lart et sur des questions religieuses au journal ultramontain LUnivers de Louis Veuillot. En 1854, il émigre au Bas-Canada et, sous le pseudonyme dÉmile de Fenouillet, il devient rapidement rédacteur au Journal de Québec, propriété de Joseph-Édouard Cauchon, un ministre conservateur, et organe des « bien-pensants », disait-on à lépoque (BEAULIEU & HAMELIN 1973, I : 123). Il y reste un peu plus dun an et sa contribution porte surtout sur lart, la littérature et la religion. Parallèlement, il collabore au Journal de linstruction publique, fondé par le surintendant de lÉducation, Pierre-Joseph-Olivier Chauveau. Lamitié de Chauveau lui vaudra aussi dêtre nommé professeur de grammaire et de littérature françaises à lÉcole normale de Québec à partir de mai 1857. Cétait également un ami du poète Octave Crémazie, à qui il prodiguait des conseils et qui a composé un poème en son honneur (LEMIRE & SAINT-JACQUES 1996, 125).

22Fenouillet, le critique dart, devait vraiment plaire au clergé catholique de lépoque. Ses critiques sont édifiantes. Par exemple, dans un article paru dans le Journal de linstruction publique en 1857, il sinsurge contre les peintres qui représentent sur le visage du Christ « lidéal de la laideur ». Selon lui, même sur la croix, le Christ doit refléter « le type éternel du beau », véritable objectif de lart (VALLÉE 2010, 69). Fenouillet meurt en 1859 et les notices nécrologiques rendent hommage à cet « homme instruit, honorable et bon » (CYR 1985).

23Henri-Émile Chevalier a quitté la France pour des raisons opposées à celles de Fenouillet. Après quelque temps dans larmée, il avait tâté du journalisme et cest la venue de Napoléon III qui chasse ce jeune journaliste républicain de 21 ans. Il arrive à New York en 1852 où il collabore durant quelques mois au Courrier des États-Unis. Quand celui-ci opte pour le bonapartisme, Chevalier préfère venir à Montréal. Dès 1853, G.-H. Cherrier lui confie la direction de la revue quil a fondée, La Ruche littéraire, un mensuel en principe consacré aux œuvres canadiennes, mais qui, très vite, fait une bonne place à la littérature française et aux traductions douvrages étrangers.

  • 2 À cette époque, on rencontre un autre immigrant français dans la presse rouge : il s'agit de Pierre (...)

24Quelques mois plus tard, le titre de la publication est modifié pour La Ruche littéraire et politique et Chevalier se met carrément du côté du Parti rouge. Il devient membre de lInstitut canadien de Montréal et même bibliothécaire de lInstitut. Il y assumera un cours de 18 leçons sur lhistoire et la littérature françaises (LEMIRE & SAINT-JACQUES 1996, 154). En juin 1859, il est rédacteur en chef du Pays, lorgane des Rouges à Montréal. Il ne cachait pas ses opinions : « Ce que je suis ? Un républicain socialiste. Ce que je veux ? Des réformes socialistes. Ce à quoi jaspire ? À labolition des nationalités. » (LA TERREUR 1972) Cétait sans doute trop pour les Rouges qui, malgré leur nom, ne sont pas des socialistes, mais des libéraux, parfois anticléricaux et la plupart du temps nationalistes. Lentente naurait pas duré2. Chevalier va pourtant échapper au conflit entre les Rouges et lévêque Bourget de Montréal (qui condamnera Le Pays et lInstitut canadien). En effet, alors quil venait à peine de prendre la direction du journal des Rouges, Napoléon III accorde lamnistie aux exilés politiques (en août 1859) et Chevalier rentre en France en mars 1860.

25Cest à peu près à ce moment quarrive à Montréal Auguste Achintre. Né à Besançon en 1834, Achintre essaie dabord larmée, puis il étudie la littérature à Paris. Il suit aussi des cours de déclamation « pour perdre son accent du Midi », écrit-il. Sa vie est ensuite rocambolesque. Parti en vacances aux Antilles, il y séjournera plutôt durant cinq ans (DÉSILETS 1982). Il fonde des journaux en Haïti et y publie quelques livres; la littérature frôlant souvent la politique, Achintre est emprisonné, puis condamné à mort. Toutefois, en 1859, la République étant restaurée, il est gracié et nommé ambassadeur dHaïti auprès des États-Unis. Nouvelle péripétie: il fait naufrage et lorsquil arrive enfin à New York, la République haïtienne a déjà été renversée et Achintre a forcément perdu son poste. Il sengage alors dans une troupe de théâtre française en tournée en Amérique et cest ainsi quil aboutit à Montréal où il opte pour le journalisme.

26Il collabore à La Minerve et à LÉvénement, à La Presse et au Pays, des journaux relativement modérés dans les années 1860. En 1875, il devient rédacteur en chef de LOpinion publique, une publication illustrée quil voulait « artistique et littéraire ». Cependant, son style un peu terne ne convient pas longtemps au propriétaire George-Édouard Desbarats et Achintre perd son emploi. Il rentre en France en 1876. Ça ne va pas là non plus et il revient à Montréal où il mourra en 1886. Au Québec, Achintre est davantage connu comme auteur plutôt que journaliste. On lui doit un essai intéressant intitulé Manuel électoral : portraits et dossiers parlementaires du premier parlement de Québec, une étude sur lîle Sainte-Hélène et le libretto de deux opéras, notamment.

27Avec des trajectoires aussi variées, il est difficile de discerner, au-delà de lapport individuel, un impact collectif des Français dans les médias culturels. Il en va tout autrement dans la presse dédiée aux affaires.

La presse daffaires

28Plusieurs immigrants dorigine française ont, en effet, exercé une réelle influence sur la presse daffaires à Montréal, du moins à ses débuts. À quelques exceptions près, cette presse spécialisée commence avec Le Moniteur du commerce en 1881. Louis Dagron-Richer a débuté dans ladministration et la diplomatie françaises, avant de se fixer à New York où il soccupe dentreprises commerciales. En 1872, vers lâge de 50 ans, il sétablit au Canada avec sa famille. Occasionnellement, il publie des articles déconomie politique dans divers journaux et il enseigne aussi quelque temps la géologie à lÉcole polytechnique du Plateau. De 1881 à 1886, il a imprimé sa marque en tant que rédacteur au Moniteur du commerce. Pourtant, il ne sentend pas toujours très bien avec ses patrons qui, à deux reprises, décident de se passer de ses services. Clément-Arthur Dansereau, alors propriétaire et rédacteur en chef du Moniteur, le met à la porte en septembre 1884; cependant, le nouveau propriétaire, F.-D. Shallow, le réembauche deux mois plus tard, pour le renvoyer en juillet 1886. À chaque occasion, Dagron-Richer déclare avoir démissionné pour ne pas se soumettre à la censure des propriétaires. Shallow réplique durement et publiquement : il a remercié son rédacteur parce que ses articles étaient bâclés, en retard ou simplement traduits dautres publications. La qualité du journal baisse, en effet, dans la deuxième moitié de lannée 1886. Cest tout de même une triste fin pour ce journaliste sérieux et compétent qui meurt en juillet 1887, âgé de 65 ans (ROY 1988, 92-93).

29Pendant une année ou deux, Dagron-Richer est assisté par Jules Helbronner, arrivé au Canada en 1874, à lâge de 30 ans. En mauvais termes avec le nouveau patron du Moniteur, Shallow, il est remercié de ses services en 1884; il prétendra également avoir démissionné. Là encore, la querelle est publique et les deux hommes en conserveront une tenace rancune mutuelle. Par dépit, Helbronner fonde avec un autre Français, J.-B. Monier, un nouveau journal daffaires, Le Prix courant, qui se pose en rival du Moniteur. Cependant, il en laisse rapidement lentière propriété à Monier, qui dirigera cet hebdomadaire pendant plusieurs années. Je reviendrai dans la prochaine section sur le parcours ultérieur de ces deux journalistes.

30Succédant à Dagron-Richer au Moniteur du commerce entre 1886 et 1888, Charles Savary a dû, littéralement, senfuir de France. Né en 1845, Savary est docteur en droit à 21 ans. Il fréquente les cercles libéraux parisiens et entreprend une carrière politique (1871-1881) comme député au Parlement français et sous-secrétaire au ministère de la Justice. Carrière oscillante ou opportuniste puisquon constate que Savary, à travers une succession de ministères, se retrouve toujours du côté du parti au pouvoir. Il fonde quelques journaux éphémères, Le Globe, LÉcho universel, avant de se lancer, en 1877, dans le monde de la banque et de lindustrie. Ses diverses entreprises financières, pour le moins aventureuses, se termineront par la faillite de la principale banque établie en 1881 par Savary, la Banque de Lyon et de la Loire, ce qui déclenchera lannée suivante le krach de lUnion générale. Le banquier et ses collègues sont poursuivis pour pratiques frauduleuses et, en 1884, Savary est condamné à cinq ans de prison. Pour esquiver ce verdict, il senfuit au Canada où on le retrouve journaliste au Canadien de Québec, sous le nom de Charles Quénault. Son passé est rapidement découvert et il en portera lourdement le poids puisque ce nest que deux ans après sa mort que la Cour de cassation française annulera, en 1891, le jugement rendu contre lui. Sa carrière canadienne nest pas vraiment facile. À la suite dun article de Savary publié à lautomne de 1887, Le Moniteur du commerce est poursuivi par la Banque dHochelaga et la Banque Jacques-Cartier pour libelle diffamatoire (le procès sera ultimement gagné par les banques en 1895). Cest peut-être ce qui explique le départ de Savary pour Ottawa en janvier 1988, où on le retrouve fonctionnaire au bureau fédéral de la statistique. Il meurt en septembre de lannée suivante (ROY 1988, 94-95). Malchanceux, malhabile, voire malhonnête, ce journaliste a suscité diverses réactions négatives. Il avait pourtant des admirateurs, au moins celui qui signe du pseudo « Canadien », cet éloge dithyrambique, dans Le Réveil du 26 octobre 1895 : « [...] Savary, une étoile, le plus fort génie qui ait touché terre au Canada [...]. Savary, dans son séjour de six ans parmi nous, a plus fait pour la jeune génération que deux siècles de Sulpiciens et de Jésuites. »

31Comme il arrive souvent dans les lieux dimmigration, les immigrants se regroupent et sentraident vraisemblablement. Cétait le cas, on la vu, dans la presse catholique. De la même manière, et ça ne peut être dû au hasard, au moins trois autres Français ont participé à la presse daffaires à Montréal : Paul Dumas, Paul Dupuis et Michel Vidal. Dumas collabore au Moniteur en 1884, mais cest tout ce que je connais de lui. Paul Dupuis, dont le véritable nom est marquis de la Sallèles, est arrivé au Canada vers 1880. Son parcours étonne. En 1882, il fonde La Semaine religieuse de Montréal, quil revendra lannée suivante et qui deviendra lorgane de larchevêché de Montréal. En 1890, il est associé à la fondation de Canada-Revue, un hebdomadaire radical où il rédige des articles fort critiques sur le rôle du clergé canadien-français dans léducation, sujet quil traite semblablement dans Le Moniteur du commerce. Il meurt en janvier 1892. Michel Vidal, enfin, collabore lui aussi à Canada-Revue, avant quelle soit condamnée par lévêque de Montréal, de même quau journal libéral La Patrie et, finalement, au Moniteur du commerce en 1894 et 1895.

32Au total, au cours des deux dernières décennies du XIXe siècle, les Français ont fourni à la presse daffaires montréalaise une contribution précieuse et de haute qualité. Ces immigrants apportaient des connaissances et des expériences variées. Sur le plan idéologique, cétaient en général des libéraux modérés, partisans de la libre entreprise, de la propriété privée. Convaincus de limportance de léducation pour lépanouissement individuel et social, ils se joignent aux hommes daffaires canadiens-français pour réclamer des améliorations dans ce domaine. Ils savèrent aussi des partenaires dans la mise sur pied dassociations daffaires. Enfin, ils partagent une même croyance dans le développement économique quils assimilent au progrès.

La presse dinformation

33À la fin du XIXe siècle, la presse subit une profonde transformation : sans disparaître complètement, la presse dopinion cède de plus en plus le pas aux grands quotidiens et aux hebdomadaires dinformation. Les immigrants dorigine française participent à cette presse à grand tirage, et plusieurs savèrent des journalistes de premier ordre.

34Tout dabord, Paul-Marc Sauvalle. Si Achintre était perçu comme un journaliste trop modéré, presque terne, ce nest certes pas le cas de Sauvalle. Né en 1857, ce dernier a dabord fréquenté lÉcole militaire de Saint-Cyr, où il obtient le grade de lieutenant en 1878. Deux ans plus tard, il quitte abruptement larmée pour venir en Amérique, en Louisiane, puis à Cuba et au Mexique, avant darriver au Québec à lâge de 27 ans. Entre 1885 et 1906, il occupe successivement les fonctions de rédacteur en chef à La Patrie dHonoré Beaugrand, puis de rédacteur à La Presse et au journal Le Canada, trois quotidiens reliés au Parti libéral. En récompense de son travail de publiciste politique, Sauvalle obtient un poste de traducteur au ministère des Mines à Ottawa, où il réside jusquà son décès en 1920.

35Journaliste provocateur, il adore polémiquer avec ses confrères de la presse catholique intransigeante. Il se trouve ainsi mêlé à divers procès. Il est assez piquant de voir cet anticlérical notoire poursuivre en diffamation le journaliste ultramontain Jules-Paul Tardivel qui, en 1892, lavait « accusé » dêtre méthodiste. Il gagne sa cause, le juge soutenant quil pouvait être préjudiciable pour un catholique de passer pour un protestant dans le Québec de lépoque (PERREAULT 1986,169-170). Ébranlé, Tardivel se vengera dans son roman Pour la patrie, en caricaturant son adversaire sous les traits de Montarval (LEMIRE & SAINT-JACQUES 1999,135).

  • 3 Une dizaine d'années plus tard, Édouard Charlier, un jeune « libre-penseur » français aura aussi ma (...)

36Sauvalle collabore aussi à quelques journaux éphémères, tels La Bataille et La Libre parole illustrée. Alors quil en assume la rédaction (juillet 1892-septembre 1893), Canada-Revue est condamnée et mise à lIndex par lévêque Fabre de Montréal3. Le propriétaire, Aristide Filiatrault, intente alors un procès en dommages contre lévêque. Cependant, il a mal présenté sa cause et ce procès retentissant sera finalement perdu par les journalistes, le juge estimant cette fois, au nom de la liberté religieuse, que lévêque avait bien le droit de prêcher ce quil voulait à ses ouailles et quil pouvait interdire à ses fidèles certaines lectures, même si les conséquences pouvaient être dommageables à un éditeur... (ROY 2000, 348-349).

37Entretemps, Sauvalle, sous le pseudonyme de « Duroc », poursuit son combat pour la liberté dexpression. Il réclame notamment lélimination du clergé de la politique, la suppression des exemptions de taxes dont jouissent les communautés religieuses et, enfin, léducation laïque et obligatoire. Si plusieurs libéraux sont daccord avec lui, Sauvalle sème tout de même la consternation par la manière dont il attaque le clergé, la « clique noire », comme il lappelle. Par exemple, il sétend longuement sur une ou deux histoires scabreuses impliquant un curé et sa gouvernante... Ce goût de Sauvalle pour le sensationnalisme limite son influence et ses amis du Parti libéral lui ont probablement recommandé de mettre la pédale douce. Toutefois, je nen ai aucune preuve sinon le ton nettement plus modéré de ses articles dans Le Canada à partir de 1903.

38Défendre la liberté dexpression dans le Québec de la fin du XIXe siècle était déjà un apport intéressant, mais des travaux récents ont révélé un autre aspect de la riche contribution de ce « cosmopolite canadien-français », tel quil se désignait lui-même (LÜSEBRINK 2004). Sauvalle, en effet, ne sest pas contenté de polémiquer avec le clergé ou avec les conservateurs. Il a aussi partagé avec ses lecteurs son expérience panaméricaine. En 1891, il publie à Montréal le récit de ses aventures dans un ouvrage intitulé Louisiane – Mexique – Canada. Lauteur paraît fasciné par la transculturalité, tout en observant lhégémonie étatsunienne sur lAmérique centrale (à vrai dire, sur les Amériques). Les descriptions de Sauvalle saccompagnent toujours dune réflexion politique. Voici un extrait de son livre à propos de Cuba :

Le temps est beau à La Havane, trop beau peut-être, car il ne peut durer. Depuis un demi-siècle, le sol de lîle gronde sous les colères accumulées et trop longtemps maintenues. Limplacable Espagne a poussé à bout la patience des Cubains, qui lèvent chaque jour létendard de la révolte. Abattue chaque fois, elle se relève chaque jour triomphante, et malheureusement aujourdhui, à laide des Américains. Là, comme au Mexique, on se sent encore en face des progrès menaçants des États-Unis dont les races latines ne peuvent que redouter et combattre laccaparement (p. 241, cité par LÜSEBRINK 2004, 88).

39Tout au long de sa carrière journalistique, Sauvalle continuera décrire sur lAmérique latine. Cest ainsi que les Canadiens français pourront avoir de la guerre hispano-américaine de 1898 un point de vue plus nuancé sur les États-Unis, que le reste de la presse décrivait unanimement comme progressistes et libérateurs. Au Québec, Sauvalle a nettement joué un rôle de précurseur dune perception interculturelle de laméricanité. Pour reprendre lexpression de Lüsebrink, il fut un traducteur linguistique, mais aussi culturel.

40Dautres Français ont aussi enrichi la presse dinformation, comme Jules Helbronner et J.-B. Monier. On a vu plus haut que ces deux journalistes avaient fondé le deuxième journal daffaires montréalais en 1887. On ne sait pas à quel moment Monier quitte la rédaction du Prix courant, mais il y est encore en 1892, alors quil assume en même temps la fonction de secrétaire à lAssociation immobilière de Montréal. De 1900 à 1904, il est aussi secrétaire de la Chambre de commerce française de Montréal. Il a alors abandonné le journalisme daffaires pour la presse quotidienne dinformation : il est, en effet, à lemploi de La Presse, puis, de 1905 à 1909, on le retrouve au journal Le Canada (ROY 1988, 98).

41Pour sa part, son ex-associé Helbronner a également diverses occupations. Entre 1884 et 1894, il tient une chronique ouvrière au journal La Presse, sous le pseudonyme évocateur de « Jean-Baptiste Gagnepetit ». À travers près de 350 articles, il dénonce les injustices subies par la classe ouvrière. Il fait campagne sur des thèmes précis, comme une réforme du système de perception de la taxe deau qui pèse trop lourdement sur les quartiers ouvriers; il réclame la diminution des heures douverture des commerces ou encore des meilleurs salaires pour les travailleurs dusine. En même temps, il exhorte à lépargne et à la prévoyance. Dune manière générale, il cherche « diverses solutions qui favoriseraient la promotion matérielle, intellectuelle et morale des ouvriers » (HARVEY 1978, 54). Il milite au sein dorganisations syndicales, tels les Chevaliers du travail. De 1887 à 1889, il fait partie de la Commission royale denquête sur les relations entre le capital et le travail. Il signe un rapport minoritaire, qualifié de « capitaliste ». Helbronner savère un libéral modéré, sensible aux besoins de la classe ouvrière, mais partisan de lharmonie et non de laffrontement entre le capital et le travail. Il pouvait ainsi tout à la fois tenir une chronique ouvrière et être membre actif de la Chambre de commerce de Montréal. En 1889, il est délégué du gouvernement canadien à lExposition universelle de Paris où il étudie « la condition ouvrière dans les différents pays représentés à la section déconomie sociale » (DE BONVILLE 2005).

42Sans séloigner de la cause ouvrière, Helbronner reste près de la communauté daffaires dorigine française. En 1904, il est président de la Chambre de commerce française de Montréal et agent officiel du gouvernement français pour le commerce. En même temps, il préside un organisme de bienfaisance, lUnion nationale française, de 1901 à 1909. Il est honoré du titre de chevalier de la Légion dhonneur en 1906.

43Entre 1892 et 1908, il occupe le poste de rédacteur en chef de La Presse, alors le plus important quotidien du Québec. Cela ne va pas sans interruption, à la suite de quelques disputes avec ses patrons, en 1904, puis en 1908. À cette époque, Helbronner, qui avait toujours manifesté un vif intérêt pour les questions municipales, réclame avec insistance la mise sur pied dune commission denquête sur ladministration de la ville de Montréal, malgré lopinion contraire de la direction du journal (DE BONVILLE 2005). Il doit le quitter et, lannée suivante, on le retrouve chargé des affaires municipales pour un autre quotidien important, La Patrie. En 1916, il laisse Montréal pour Ottawa où il travaille comme fonctionnaire, puis rédacteur en chef de La Gazette du Canada jusquà sa mort en 1921.

44Helbronner était dorigine juive et il eut quelques fois à se défendre contre les préjugés de certains ultramontains attardés. Mais, il intenta de nombreux procès en diffamation « à des journalistes de tous les horizons du spectre politique » (DE BONVILLE 2005). Malgré ce tempérament peut-être chicanier, Helbronner a été un journaliste apprécié et reconnu dans sa société dadoption.

  • 4 Outre Jules Helbronner et Louis-Joseph François, trois autres immigrants d'origine française se dés (...)

45Moins connus savèrent Louis-Joseph François et son épouse, Juliette François, qui animent lhebdomadaire Les Nouvelles, fondé à Montréal par Urbain Lafontaine en septembre 1895. Ce journal du dimanche veut procurer des « lectures intéressantes et instructives », peut-on lire dans le premier numéro. Axé sur linformation, ce périodique porte bien son nom et il mériterait sans doute une étude. En cette période de transformation de la presse, il se démarque, en effet, des hebdomadaires dopinion du XIXe siècle. Les nouvelles sportives sont toujours placées en une, avec des nouvelles municipales ou judiciaires. On y publie aussi le calendrier des réunions des sociétés ouvrières, ainsi que, de manière irrégulière, une « Chronique de la mode », signée « Juliette ». Le journal sintéresse à la littérature, au théâtre ainsi quaux sciences; on y trouve, souvent en feuilleton, des textes dAlphonse Daudet, de Gustave Comte et de François Coppée, mais aussi de Canadiens français, tels Benjamin Sulte et Hector Garneau (BEAULIEU & HAMELIN 1977, III, 348). Il cesse de paraître le 6 février 1898, sans avertissement. Jignore ce quest devenu le couple François, même si lon sait quils habitent Montréal en 1901 et que le mari est toujours journaliste4.

46Les médias dinformation font aussi place à des collaborateurs qui animent des chroniques particulières. Cest le cas de Léon Ledieu et dHenri Roullaud. Né en 1845, Ledieu est venu à Montréal en 1872 comme touriste. Mais il décide de rester. Il étudie le droit à luniversité McGill et passe le barreau en 1879. Lexercice de cette profession ne devait pas être très rentable puisquil accepte un poste de traducteur à lAssemblée législative en 1888, tout en assumant, durant une quinzaine dannées, une chronique hebdomadaire dans Le Monde illustré. Intitulée « Entre nous », cette chronique mondaine a paru de 1884 à 1888. Ledieu meurt à Québec en 1907 (LEMIRE & SAINT-JACQUES 1999,135 et 273-274).

47Pour sa part, Henri Roullaud, né en 1856, sinstalle à Montréal en 1890 où il exerce plusieurs métiers liés à lécriture, dont la rédaction de discours. Mais il est plus connu comme critique de théâtre à Canada-Revue. Jusquà sa mort en 1910, il aurait collaboré aussi à La Presse, à LAvenir du Nord et au Pays, entre autres périodiques (LEMIRE & SAINT-JACQUES 1999, 139 et 452-453).

48Le dernier journaliste de cette recherche sappelle Henri Lefebvre dHellencourt. Comme Sauvalle, cest un ex-saint-cyrien, sous-lieutenant, puis lieutenant dans larmée française de 1883 à 1890. Survient un grand amour : dHellencourt rencontre Louise Bellard et veut lépouser. Or cette femme est divorcée, ce qui déplaît à larmée et, surtout peut-être, à la mère de dHellencourt, une catholique janséniste qui manifeste son désaccord en déshéritant son fils. Celui-ci démissionne alors de larmée et le couple senfuit ou sexile à Montréal où, en août 1891, les tourtereaux se marient clandestinement devant un pasteur protestant.

49Quelques mois plus tard, ils se trouvent au Manitoba dans un patelin où ne passe même pas le chemin de fer. DHellencourt essaie de se transformer en gentleman farmer, mais sans succès. Sa mère a fait en sorte que le curé du coin apprenne son mariage non orthodoxe, ce qui leur vaut dêtre quasi ostracisés socialement (PÉNISSON 1986).

50À la fin de 1897, dHellencourt et sa femme se lassent et ils quittent leur ferme pour Winnipeg (qui nest pas alors une très grande ville, mais une ville tout de même). DHellencourt semble particulièrement intéressé par la vie politique et il se voit bientôt confier la rédaction de LÉcho du Manitoba, un organe libéral dont il deviendra le propriétaire en 1901. Sans entrer dans les détails, rappelons que Wilfrid Laurier, alors premier ministre libéral du Canada, a maille à partir avec le clergé catholique manitobain, lequel met tout son poids du côté des conservateurs. Sa situation matrimoniale lempêchant à toutes fins utiles de devenir député, dHellencourt consacre toutes ses énergies à son rôle de publiciste libéral. Au journal, sa femme tient la page féminine sous le pseudonyme de « Louisette ». Féministe, Louisette plaide pour léducation des femmes. Elle remplace aussi son mari à la direction du journal lorsquil sabsente pour suivre les campagnes politiques.

51DHellencourt se fait aussi le propagandiste de limmigration au Canada. En 1901, il effectue une mission officielle en France et en Belgique. À son retour, il espère être nommé agent dimmigration à Paris, mais ça ne vient pas et son zèle ralentit. Il estime avoir bien servi le Parti libéral et il demande (sa femme aussi !) à être « rapatrié » au Québec. Finalement, après un court passage au journal Le Temps dOttawa, il devient, en 1906, rédacteur en chef du journal Le Soleil, le principal quotidien libéral au Québec. Il assume cette fonction avec compétence. Sous sa direction, Le Soleil résiste remarquablement bien aux assauts de son concurrent LAction catholique, organe officieux de lévêque de Québec. DHellencourt est rompu à la lutte contre les catholiques conservateurs et il manœuvre avec doigté, pour le plus grand bien du Parti libéral.

52En 1920, un changement de chefs chez les libéraux amène son « transfert » en quelque sorte au quotidien montréalais La Presse, où il est chargé de la section « Politique étrangère ». Un peu à la manière de Sauvalle, dHellencourt contribue ainsi à ouvrir le lectorat québécois sur le monde. En 1928, il rentre en France et on perd sa trace. Il se serait réconcilié avec sa maman... avant de mourir en 1941.

Conclusion

53De ce panorama se dégagent quelques conclusions. Tout dabord, on ne quitte évidemment pas la France dans le but de devenir journaliste au Québec, ce serait absurde ! On quitte pour différentes raisons et, parfois, on fuit la France : à cause dune mauvaise conjoncture économique, par goût de laventure, peut-être, ou encore, à loccasion dun changement de régime politique, pour séviter la prison ou pour suivre sa dulcinée... Les motivations sont fort diverses. Cest seulement une fois sur place que ces immigrants, généralement instruits, cherchent à gagner leur vie dans la presse. Leurs carrières ont été variées et, comme pour leurs confrères canadiens-français, le journalisme a souvent servi de tremplin vers une autre profession. À plusieurs reprises, un poste de professeur est venu récompenser le travail des journalistes catholiques, tandis que les rédacteurs de journaux liés au monde politique obtenaient un poste de fonctionnaire pour leurs bons et loyaux services.

54On peut remarquer aussi que plusieurs de ces immigrants sont passés par les États-Unis, lAmérique centrale ou lOuest canadien avant de sinstaller au Québec. Ces diverses expériences étrangères ont nourri leurs lecteurs. Si lon pose la question de linfluence de ces journalistes sous langle des transferts culturels, lapport savère très riche, particulièrement dans le dernier tiers du XIXe siècle. Les Sauvalle et dHellencourt ont certainement joué un rôle de passeurs culturels. Dans un autre registre, les journalistes daffaires dorigine française ont transmis à leurs lecteurs francophones une expérience occidentale en économie politique, nommément le libéralisme.

55En revanche, plusieurs Français ont rejoint la presse conservatrice, voire ultramontaine. Cette immigration sélective, de droite, sexplique probablement par la situation politique. Les autorités britanniques ne veulent pas de révolutionnaires français dans la colonie et laccès est sûrement beaucoup plus facile à travers le réseau catholique. Ainsi, des années 1830 aux années 1870, à tout le moins, les journalistes dorigine française ont surtout conforté les pouvoirs colonial et clérical, qui, pourtant, nen avaient pas vraiment besoin.

Haut de page

Bibliographie

BEAULIEU, André et Jean Hamelin, dir. 1973-1990. La presse québécoise des origines à nos jours. Sainte-Foy : Les Presses de lUniversité Laval. 10 vol.

BERNARD, Jean-Paul. 1977. « Guitté, Pierre-Joseph ». Dictionnaire biographique du Canada. Sainte-Foy : Les Presses de lUniversité Laval.

CYR, Céline. 1985. « Fenouillet, Émile de ». Dictionnaire biographique du Canada. Sainte-Foy : Les Presses de lUniversité Laval.

De BONVILLE, Jean. 2005. « Helbronner, Jules ». Dictionnaire biographique du Canada. Sainte-Foy : Les Presses de lUniversité Laval.

DÉSILETS, Andrée. 1982. « Achintre, Auguste ». Dictionnaire biographique du Canada. Sainte-Foy : Les Presses de lUniversité Laval.

FAUTEUX, Aegidius. 1934. Le duel au Canada. Montréal : Éditions du Zodiaque.

FILOT, Ingrid. 1995. « Les immigrants français à Montréal 1850-1901. Étude des Français présents à Montréal lors du recensement de 1901 ». Mémoire de maîtrise en histoire.Université de Lyon II Lumière.

GALARNEAU, Claude. 1977. « Leblanc de Marconnay, Hyacinthe-Poirier ». Dictionnaire biographique du Canada. Sainte-Foy, Les Presses de lUniversité Laval.

GALARNEAU, Claude. 1980. « Mesplet, Fleury ». Dictionnaire biographique du Canada. Sainte-Foy, Les Presses de lUniversité Laval.

HARVEY, Fernand. 1978. Révolution industrielle et travailleurs. Une enquête sur les rapports entre le capital et le travail au Québec à la fin du 19e siècle. Montréal : Boréal Express.

LA TERREUR, Marc. 1972. « Chevalier, Henri-Émile ». Dictionnaire biographique du Canada. Sainte-Foy : Les Presses de lUniversité Laval.

LEMIRE, Maurice et Denis Saint-Jacques dir. 1999. La vie littéraire au Québec. Sainte-Foy : Presses de lUniversité Laval. vol. IIII : 1840-1869; vol. IV : 1870-1894.

LÜSEBRINK, Hans-Jürgen. 2004. « Interculturalités américaines. La trajectoire de Paul-Marc Sauvalle, cosmopolite canadien-français ». Globe. Revue internationale détudes québécoises. vol. 7, no 2. p. 81-99.

PÉNISSON, Bernard. 1986. Henri dHellencourt, un journaliste français au Manitoba, 1898-1905. Saint-Boniface, Man. : Éditions du blé.

PERREAULT, Claude-Élizabeth. 1986. « Paul Marc Sauvalle, un journaliste rebelle ». La Petite revue de philosophie, vol. 8, no 1 automne. p.163-189.

ROY, Fernande. 2013. « Lefebvre dHellencourt, Henri ». Dictionnaire biographique du Canada. Sainte-Foy : Les Presses de lUniversité Laval.

ROY, Fernande. 2000. « Les intellectuels canadiens-français du siècle dernier : les journalistes ». Dans BRUNET Manon et Pierre Lanthier, dir. L’inscription sociale de l’intellectuel. Sainte-Foy : Les Presses de l’Université Laval / L’Harmattan. p. 341-350.

ROY, Fernande. 1988. Progrès, harmonie, liberté. Le libéralisme des milieux daffaires francophones à Montréal au tournant du siècle. Montréal : Boréal.

SYLVAIN, Philippe. 1970. « Auguste-Eugène Aubry, 1819-1899 ». Les Cahiers des Dix, 35. p.191-223.

SYLVAIN, Philippe. 1985. « Rambau, Alfred-Xavier ». Dictionnaire biographique du Canada. Sainte-Foy : Les Presses de lUniversité Laval.

VALLÉE, Anne-Élisabeth. 2010. Napoléon Bourassa et la vie culturelle à Montréal au XIXe siècle. Montréal : Leméac.

Haut de page

Notes

1 On pourrait également mentionner quelques noms d'origine française rencontrés dans la presse d'opinion politique, comme Paul de Cazes, beau-frère d'Honoré Mercier, qui écrit dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe et dans L'opinion publique, notamment, ou Léon Lorrain qui collabore au Franco-Canadien de Félix-Gabriel Marchand. Mais ces deux « journalistes » gagnaient surtout leur vie comme avocats liés à la politique provinciale et municipale. Moins connu, Gaston-P. Labat, arrivé au Canada vers 1880, aurait travaillé notamment à L'Événement et au Monde illustré (LEMIRE & SAINT-PIERRE 1999, 135 et 138).

2 À cette époque, on rencontre un autre immigrant français dans la presse rouge : il s'agit de Pierre-Joseph Guitté, à la fois imprimeur et éditeur de journaux. On le connaît peu. On sait qu'il est imprimeur de L'Écho des campagnes de Berthierville. En 1853, avec Alexandre Grandpré, il fonde Le Courrier de Saint-Hyacinthe, un hebdomadaire dont il devient l'année suivante l'unique propriétaire jusqu'en septembre 1860. Après avoir vendu cet hebdomadaire, il en fonde un autre, un an plus tard, Le Journal de Saint-Hyacinthe qu'il conserve jusqu'en 1863. En 1866, on le retrouve copropriétaire du Défricheur avec Wilfrid Laurier. Avec la fermeture de ce dernier journal en mars 1867, on perd la trace de Guitté (BERNARD 1977).

3 Une dizaine d'années plus tard, Édouard Charlier, un jeune « libre-penseur » français aura aussi maille à partir avec le successeur de Fabre à l'évêché de Montréal. Bruchési condamne, en effet, la petite feuille radicale Les Débats que dirige Charlier entre janvier et octobre 1903 (BEAULIEU & HAMELIN 1979, IV, 100-101).

4 Outre Jules Helbronner et Louis-Joseph François, trois autres immigrants d'origine française se désignent comme journalistes à Montréal, selon le recensement de 1901 : Firmin Fuset, Gaston Legrand et Louis Famelart. Comme Louis-Joseph François, ils ont immigré dans les années 1880, alors âgés entre 25 et 27 ans. On ne connaît cependant rien de leur carrière dans le journalisme (FILOT 1995, ch.4).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fernande Roy, « Les journalistes d’origine française au Québec au XIXe siècle »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 86-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 01 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/eccs/2356 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.2356

Haut de page

Auteur

Fernande Roy

Fernande Roy est professeur émérite au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal. Spécialiste de l’histoire culturelle et intellectuelle du Québec aux XIXe et XXe siècles, elle a publié plusieurs articles sur l’histoire de la presse et quelques livres sur d’autres sujets, dont Histoire de la librairie au Québec (Leméac) et Histoire des idéologies au Québec aux XIXe et XXe siècles (Boréal).

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search