Navigation – Plan du site

AccueilNuméros87Avant-propos

Avant-propos

Foreword
Laurence Cros, Cécile Fouache et Lorie-Anne Rainville
p. 5-7

Texte intégral

1Ce numéro thématique de la revue est né d’une idée originale de nos rédactrices invitées, Cécile Fouache (Université de Rouen Normandie) et Lorie-Anne Rainville (Université de Caen Normandie). Après les célébrations du cent-cinquantième anniversaire de la Confédération en 2017, et en ces temps de quête nationale pour la réconciliation avec les Premières Nations, elles ont souhaité apporter de nouvelles perspectives et des lectures innovantes autour du concept de solitude au Canada, via le prisme de la littérature et des arts.

2Le concept de solitude a souvent été évoqué pour qualifier les interactions culturelles et linguistiques, ou leur absence, entre les deux peuples « fondateurs » du Canada, comme en témoigne le titre du célèbre roman de Hugh MacLennan, Two Solitudes. Toutefois le concept ne saurait se limiter aux solitudes « fondatrices », et à la façon dont le Canada francophone et le Canada anglophone se décrivent mutuellement (ou non) dans la littérature et les arts. Il permet également d’interroger la représentation des peuples autochtones, souvent désignés comme étant la « Troisième Solitude » du Canada, particulièrement à travers les œuvres d’écrivains et artistes autochtones canadiens. Il est tout aussi central dans les œuvres littéraires et artistiques qui explorent d’autres solitudes du pays, celles vécues par les communautés arrivées plus récemment, qui partagent avec les peuples autochtones et les groupes historiques des préoccupations similaires, ayant trait à l’identité culturelle. Ces préoccupations soulèvent des questions relatives à la reconnaissance de l’Autre, à l’inclusion, au dialogue, et la perception de limites et de catégories ; elles contribuent à entretenir ou au contraire à « briser les solitudes », pour reprendre la devise choisie par Michaëlle Jean lors de son installation au poste de gouverneur général du Canada en 2005.

3Ce numéro s’ouvre par une introduction de Lorie-Anne Rainville qui se livre à un travail de réflexion permettant de problématiser le concept de solitude au Canada. Partant de ses lectures, mais aussi de son expérience personnelle et familiale, elle montre que le sujet reste d’actualité en dépit de la vague transnationaliste.

4Pour partir du concept classique des « deux solitudes » et pour mieux en mesurer la pérennité, nous proposons ensuite un article d’André Dodeman qui revisite la thématique de l’isolement historique des deux communautés francophone et anglophone du Québec à la lumière de deux romans : celui de Hugh MacLennan (1945) et Blackbird de Michel Basilières (2003). Les deux romans montrent que cette image de solitude, traditionnellement associée à la division et la fragmentation sociale, a profondément évolué dans la littérature anglo-québécoise ; l’auteur tentera d’évaluer si elle est toujours pertinente à la lumière des changements qu’a connus le Québec depuis les années 1940.

5Nous continuerons avec l’article d’Annika McPherson sur la série télévisée Frontier, qui propose une représentation contemporaine de l’interaction des peuples canadiens dans l’histoire du Canada. La série évoque l’Amérique du Nord à la fin des années 1700 et met en scène des colonisateurs anglais, irlandais, écossais, français et américains qui coopèrent avec les nations autochtones et les instrumentalisent pour saper le monopole du commerce des fourrures de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Par sa représentation des Noirs et des peuples autochtones, la série redonne leur place aux autres solitudes canadiennes.

6L’article suivant, proposé par Virginia Harger-Grinling, élargit la perspective pour inclure le Québec, le Canada anglophone et l’Alaska et s’intéresse au personnage de l’individu marginalisé et de sa solitude. Ces personnages, isolés par leur différence et parfois leur interaction avec la nature sauvage du nord, expriment une critique de la société moderne et un regret pour un passé dont les valeurs sont perdues.

7Nous continuons avec un article de Johanne Melançon qui montre que la chanson populaire constitue un moyen privilégié pour revoir l’image que nous avons construite des Premiers Peuples, mais aussi pour redéfinir les relations entre Autochtones et Allochtones. C’est ce que démontre un parcours de la chanson populaire québécoise de 1960 à 2019, qu’il s’agisse de chansons d’Allochtones (Gilles Vigneault, les Séguin) ou de chansons d’Autochtones, surtout à partir du succès de Kashtin au début des années 1990, de Chloé Sainte-Marie qui choisit de chanter en innu-aimun, ou du métis Samian dans les années 2000.

8Nous proposons ensuite deux articles consacrés aux écrivaines autochtones, dont la parole est particulièrement importante en cette année 2019 où a été publié le rapport de l’Enquête Nationale sur les Femmes et Filles Autochtones Disparues et Assassinées. Isabelle Eloy-Carriat s’intéresse plus particulièrement à Jeannette Armstrong et Maria Campbell. Isolées à double titre en tant que Femmes et Autochtones, elles vont réussir à briser cette solitude, intensifiée par le métissage pour Maria Campbell. Après l’expérience du militantisme et de la transmission de leurs valeurs, elles découvrent une forme de thérapie à travers l’affirmation de leur identité et elles aspirent à la réconciliation de tout un peuple. Elizabeth Willis s’intéresse elle aussi au processus thérapeutique qui permet aux femmes autochtones de trouver la place et le pouvoir dont elles ont été historiquement privées : l’article montre comment la guérison peut être trouvée en se réconciliant avec son fantôme intérieur, celui de l’adolescente brimée et méprisée, dans le roman Ourse Bleue de Virginia Pésémapéo Bordeleau.

9Nous concluons ce dossier thématique avec l’article de Savannah Kocevar qui ouvre une perspective intéressante sur la question de l’hybridation culturelle dans le Canada actuel. Dans son analyse de la pièce Yukonstyle de la dramaturge québécoise contemporaine Sarah Berthiaume, elle interroge l’hétérophonie culturelle à l’œuvre dans la pièce grâce à la représentation des différentes solitudes canadiennes et la mise en lumière d’univers discursifs hétérogènes et hybrides visant à revendiquer une culture polymorphe.

10Enfin, dans un tout autre registre, la rubrique Varia nous permet de proposer à nos lecteurs une analyse de l’actualité canadienne. En effet, l’article de Pierre Martin présente le résultat des élections canadiennes du 21 octobre 2019, qui ont permis au Premier ministre libéral Justin Trudeau de conserver le pouvoir à la tête d’un gouvernement minoritaire. L’analyse détaille les facteurs qui ont aidé les libéraux à limiter leurs pertes en sièges et argue que le Bloc québécois est le seul véritable vainqueur de ces élections.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Cros, Cécile Fouache et Lorie-Anne Rainville, « Avant-propos »Études canadiennes / Canadian Studies, 87 | 2019, 5-7.

Référence électronique

Laurence Cros, Cécile Fouache et Lorie-Anne Rainville, « Avant-propos »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 87 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/eccs/2854 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.2854

Haut de page

Auteurs

Laurence Cros

Laurence Cros (LARCA-UMR 8225, Université de Paris) est docteur en études canadiennes et agrégée d’anglais. Elle est maître de conférences à l’UFR d’Études Anglophones de l’Université de Paris où elle enseigne l’histoire et la civilisation des États-Unis et du Canada. Ses recherches portaient au départ sur l’interaction entre écriture de l’histoire et réflexion sur l’identité nationale au Canada. Elle travaille aujourd’hui sur la façon dont cette identité continue à s’exprimer à travers la politique publique et la politique étrangère du Canada. Elle développe également un nouveau projet autour de la fiction historique, en particulier la représentation du Canada dans la fiction grand public.

Articles du même auteur

Cécile Fouache

Cécile FOUACHE (ERIAC, Université de Rouen Normandie) est maître de conférences au département d’études anglophones de l’université de Rouen où elle enseigne principalement la traduction, la littérature des pays anglophones et les cultures postcoloniales. Membre de l’Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles, elle est co-responsable de l’Institut Pluridisciplinaire d’Études Canadiennes de l’université de Rouen (IPEC), pour lequel elle a organisé plusieurs colloques internationaux, notamment le colloque de l’AFEC 2003 sur les peuples du Canada. Ses recherches portent sur la littérature canadienne anglophone contemporaine, sur les littératures des pays anglophones, ainsi que sur les sociétés multiculturelles des pays du Commonwealth et les questions autochtones.

Lorie-Anne Rainville

Lorie-Anne RAINVILLE (ERIBIA, Université de Caen Normandie) is an Associate Professor in the English Department at the Université de Caen in Normandy. Besides a monograph on James Joyce (James Joyce: Dubliners and A Portrait of the Artist as A Young Man, Paris: Ophrys, 2005), she has published articles on Canadian literature (Margaret Atwood, Jane Urquhart, Joseph Boyden, Alice Munro) where her research interest now lies.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search