Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88Les réfugiées acadiennes dans l’A...

Les réfugiées acadiennes dans l’Atlantique français : des voix effacées

Acadian female refugees in the French Atlantic – erased voices
Adeline Vasquez-Parra
p. 31-51

Résumés

Les réfugiées acadiennes exilées dans l’Atlantique français n’ont pas beaucoup attiré l’attention. Ces femmes ont pourtant été en première ligne de la relance coloniale française au lendemain du traité de Paris (1763). La France ayant perdu la majeure partie de son empire en Amérique du Nord, entrevoit ces femmes comme de potentielles nouvelles colonisatrices. Certaines sources montrent qu’elles agissent sur leur situation de vulnérabilité sociale et économique notamment dans les ports français où elles sont réfugiées à partir de 1758, décentrant le récit du « Grand Dérangement » où elles apparaissent en filigrane.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Les réfugiées acadiennes
La correspondance des Acadiennes : recréer des espaces de proximité
« Le poids des femmes » : bienfaisance et prises en charge d’État
La Martinique et Saint-Domingue
Un effacement transnational ?

Aperçu du texte

Du rôle des réfugiées acadiennes déportées en 1755 par les troupes britanniques, rien n’a été écrit en dehors des textes littéraires ayant cristallisé leurs souffrances tels le roman d’Antonine Maillet, Pélagie-la-Charrette (1979), ou Évangéline (1847). Ce poème de l’écrivain américain Henry Wadsworth Longfellow représente la réfugiée acadienne sous les traits d’une victime façonnée par la catastrophe, Évangéline Bellefontaine, alors que se développe à la même époque l’histoire du « peuple acadien » (RAMEAU DE SAINT-PERE 1859). Figure mythique, Évangéline devient au XXe siècle, l’étendard d’une culture acadienne diasporique et mémorielle (MAGORD 2003, THERIAULT 2013).

Les femmes acadiennes sont déportées en août 1755 à la veille de la guerre de Sept Ans (1756-1763) entre la France et la Grande-Bretagne, en raison de suspicions quant à leur allégeance à la Couronne britannique. C’est le « Grand Dérangement ». Les Britanniques administraient l’Acadie, située à l’Est du Canada actuel, d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adeline Vasquez-Parra, « Les réfugiées acadiennes dans l’Atlantique français : des voix effacées »Études canadiennes / Canadian Studies, 88 | 2020, 31-51.

Référence électronique

Adeline Vasquez-Parra, « Les réfugiées acadiennes dans l’Atlantique français : des voix effacées »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 88 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/eccs/3292 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.3292

Haut de page

Auteur

Adeline Vasquez-Parra

Adeline Vasquez-Parra est docteure en histoire de l’université libre de Bruxelles, qualifiée maître de conférences section 11 et membre associée au groupe pluridisciplinaire de recherches sur les Amériques, AmericaS (ULB). Ses recherches portent sur les groupes acadiens en Amérique du Nord et leurs rapports à l’État moderne. Elle a consacré plusieurs articles à cette question dont le dernier est paru dans la Revue Historique (numéro 685) : « Les empires français et anglais du XVIIIe siècle face aux Acadiens ». Son ouvrage : Aider les Acadiens ? Bienfaisance et déportation 1755-1776 a été publié chez Peter Lang en 2018. Depuis 2019, elle est responsable de l’entrée « Grand Dérangement » pour le projet numérique La France aux Amériques de la Bibliothèque nationale de France.

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search