Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88« A woman who has done such excel...

« A woman who has done such excellent work for imperial unity » : Clementina Trenholme Fessenden et sa quête de reconnaissance

“A woman who has done such excellent work for imperial unity”. Clementina Trenholme Fessenden’s quest for public recognition
Marcel Martel
p. 53-71

Résumés

En 1908, Clementina Trenholme Fessenden demande une reconnaissance officielle au premier ministre canadien pour son activisme dans la création de l’Empire Day. Le succès populaire de l’Empire Day atteste du sens politique de Trenholme puisque les liens avec l’Empire britannique sont considérés comme des composantes indispensables de l’identité canadienne à l’époque. Pourtant, le premier ministre Wilfrid Laurier et ses successeurs refusent de reconnaître Trenholme comme la fondatrice de l’Empire Day. Cet article porte sur le rapport genré à la reconnaissance publique. En dépit du succès de l’Empire Day, Trenholme ne reçoit aucune reconnaissance de la part de l’État canadien, ce qui la relègue aux « angles morts de l’histoire ».

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur remercie les évaluateurs pour leurs commentaires et suggestions sur une première version de cet article. Cet article s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche, subventionné par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et auquel participe Joel Belliveau. Ce projet porte sur une histoire comparée des fêtes nationales au Canada de 1845 à 1982. L’auteur remercie également Enrico Moretto pour la cueillette de documents dans les correspondances des premiers ministres à Bibliothèque et Archives Canada.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Créer une nouvelle fête nationale au Canada à la fin du dix-neuvième siècle
Les limites de la reconnaissance publique
Conclusion

Aperçu du texte

En 1908, Clementina Trenholme Fessenden écrit au premier ministre Wilfrid Laurier. Dans sa lettre, elle demande une reconnaissance pour son rôle dans la création de l’Empire Day en 1899 (TRENHOLME 1908a). Au moment où Trenholme envoie sa lettre à Laurier, son initiative connaissait déjà un succès populaire, puisque les activités, organisées chaque année dans le cadre de cette journée de célébration, valorisent les liens du Canada avec l’Empire britannique. À cette époque, maintenir les liens avec l’Empire britannique fait partie de la définition de l’identité canadienne. Pourtant, sa demande ne connaît pas de suite. Le premier ministre Wilfrid Laurier, puis ses successeurs, refusent de reconnaître cette femme comme la fondatrice de l’Empire Day.

Cet article traite de trois thèmes : le genre, les fêtes nationales et le processus de construction des nations ou le nation-building au dix-neuvième siècle. Reprenons chacun de ces éléments en commençant par le dernier. À la fin du dix-neuvi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Martel, « « A woman who has done such excellent work for imperial unity » : Clementina Trenholme Fessenden et sa quête de reconnaissance »Études canadiennes / Canadian Studies, 88 | 2020, 53-71.

Référence électronique

Marcel Martel, « « A woman who has done such excellent work for imperial unity » : Clementina Trenholme Fessenden et sa quête de reconnaissance »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 88 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/eccs/3341 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.3341

Haut de page

Auteur

Marcel Martel

Marcel Martel est professeur à l’Université York où il occupe la chaire Avie Bennett d’histoire canadienne. C’est un spécialiste de l’histoire canadienne contemporaine. Ses recherches portent sur les questions de l’État, des politiques gouvernementales en matière de régulation sociale et linguistique, des droits des groupes minoritaires et de la commémoration. Ses récentes publications incluent Canada the Good ? A Short History of Vice Since 1500 (Waterloo, Ontario : Wilfrid Laurier University Press, 2014) publié en français sous le titre d’Une brève histoire du vice au Canada depuis 1500 (Québec : Presses de l’Université Laval, 2015) et en édition de poche en 2019. Mentionnons également Langue et politique au Canada et au Québec (Montréal : Boréal, 2010) avec Martin Pâquet et traduit en anglais Speaking Up. A History of Language and Politics in Canada and Quebec (Toronto: Between the Lines, 2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search