Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88Relire les Chroniques du Nouvel-O...

Relire les Chroniques du Nouvel-Ontario : portrait critique de la situation des femmes dans la colonisation du nord de l’Ontario grâce à Hélène Brodeur

A new reading of Chroniques du Nouvel-Ontario: a critical portrait by Hélène Brodeur of the status of women during the colonization of Northern Ontario
Johanne Melançon
p. 95-113

Résumés

Près de quatre décennies après la parution des Chroniques du Nouvel-Ontario d’Hélène Brodeur, il est temps de poser un nouveau regard sur cette œuvre qui a surtout été lue à l’aune d’un horizon d’attente identitaire à cause de son sujet, soit la colonisation du nord de l’Ontario, et de son appartenance à une littérature de l’exiguïté. Ce faisant, la réception critique a laissé dans l’ombre un aspect important de cette saga historique en trois tomes, alors qu’Hélène Brodeur y fait un portrait critique de la colonisation du Nouvel-Ontario, en particulier du rôle du clergé et de la situation des femmes dans une société en pleine évolution.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

L’œuvre et sa réception critique ou comment la grille identitaire s’est imposée
Perspective critique I : la colonisation et le rôle du clergé
Perspective critique II : réflexion critique sur la situation des femmes
Conclusion

Aperçu du texte

1970. C’est l’année charnière qui, dans le contexte de la Révolution tranquille et de l’éclatement du Canada français suite à l’affirmation nationale québécoise, marque le début d’une littérature franco-ontarienne — et non plus canadienne-française — contemporaine. Comme les autres francophones habitant à l’extérieur du Québec, les Franco-Ontariens — ou les « Ontarois », comme on les nommait à la fin des années 1970, sans que ce nom se soit imposé — doivent redéfinir leur identité, ce qu’ils feront par des pratiques artistiques, en particulier le théâtre, la chanson et la littérature, puisque l’option politique, comme au Québec, n’était guère possible. Comme le formule Fernand Dorais, il fallait « [c]ompenser l’espace physique par l’espace culturel » (DORAIS 1984a, 68). C’est donc le moment d’une prise de parole — et ce n’est pas un hasard si c’est le nom de la première maison d’édition franco-ontarienne qui est fondée à Sudbury en 1973 — qui se fera d’abord par le théâtre et la poé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johanne Melançon, « Relire les Chroniques du Nouvel-Ontario : portrait critique de la situation des femmes dans la colonisation du nord de l’Ontario grâce à Hélène Brodeur »Études canadiennes / Canadian Studies, 88 | 2020, 95-113.

Référence électronique

Johanne Melançon, « Relire les Chroniques du Nouvel-Ontario : portrait critique de la situation des femmes dans la colonisation du nord de l’Ontario grâce à Hélène Brodeur »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 88 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/eccs/3416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.3416

Haut de page

Auteur

Johanne Melançon

Johanne Melançon est professeure titulaire au Département d'études françaises de l'Université Laurentienne où elle enseigne la littérature et la chanson de l’Ontario français et du Québec. Ses publications et ses recherches portent sur l'œuvre de poètes, romanciers et dramaturges franco-ontariens, sur l'institution littéraire franco-ontarienne, ainsi que sur la chanson au Québec et en Ontario français. Chercheure associée à la Chaire de recherche sur les cultures et les littératures francophones du Canada, elle a co-dirigé avec Lucie Hotte une Introduction à la littérature franco-ontarienne (Prise de parole, 2010, mention Prix Champlain).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search