Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88Le rôle des femmes dans le dévelo...

Le rôle des femmes dans le développement des pratiques chorégraphiques expérimentales à Montréal dans la seconde moitié du XXe siècle

Women’s contributions to the development of experimental choreographic practices in Montreal in the second half of the 20th century
Josiane Fortin
p. 269-299

Résumés

Durant la seconde moitié du XXe siècle, les femmes ont grandement contribué au développement des pratiques chorégraphiques expérimentales au Canada central, notamment en valorisant la prise de risque et en rejetant l’académisme en art, en créant des compagnies phares en danse moderne et contemporaine avec lesquelles elles ont développé des signatures chorégraphiques distinctives, parfois féministes, et en fondant des institutions de formation et de diffusion en danse qui seront capitales dans l’expansion de l’art chorégraphique canadien. Malgré l’importante contribution de ces femmes et la vitalité de leurs activités chorégraphiques, peu d’écrits historiques mettent en lumière le rôle crucial que les femmes ont joué dans le milieu de la danse, et plus spécifiquement à Montréal, ce à quoi cet article tentera de remédier, en retraçant leur parcours depuis le Refus global en 1948 jusqu’à l’aube des années 2000.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Françoise Sullivan et le Refus global
Françoise Riopelle et le Groupe de danse moderne de Montréal
Jeanne Renaud et le Groupe de la Place Royale
Martine Époque et le Groupe Nouvelle Aire
Elizabeth Langley et sa contribution à la formation universitaire en danse
Dena Davida : Tangente, l’Agora de la danse et le Festival international de nouvelle danse
La place des femmes chorégraphes dans l’histoire de la danse au Québec
Les chorégraphes indépendantes des années 1980 et 1990
Ginette Laurin et O Vertigo : risque, péril et égalité des tâches
Marie Chouinard : ses solos post-féministes et la Compagnie Marie Chouinard
Jocelyne Montpetit : danse-état (butai) et création de la compagnie Jocelyne Montpetit Danse
Danièle Desnoyers et Louise Bédard : chorégraphes explorant la plurivocité des archétypes féminins
Louise Bédard : danseuse et chorégraphe donnant une visibilité aux femmes dans l’ombre et cofondatrice de Circuit-Est
Lucie Grégoire et Danièle Desnoyers : états nomades et migratoires et renouvellement de la relation danse-musique
Lynda Gaudreau : danse et arts visuels
Hélène Blackburn, Hélène Langevin et le développement de la danse jeune public
Manon Oligny : recherche autour de l’identité féminine et d’enjeux liés à la société contemporaine
Catherine Tardif : processus d’improvisation révélant des états profonds
Fin du XXe siècle et tournant du XXI: diversité des approches chorégraphiques
Conclusion

Aperçu du texte

Les femmes ont joué un rôle capital dans le développement des pratiques chorégraphiques expérimentales à Montréal dans la seconde moitié du XXe siècle, notamment en tant que chorégraphes et créatrices d’institutions en danse à Montréal. La contribution de ces femmes sera étudiée ci-après, de même que la place qu’elles occupent dans l’histoire de la danse au Québec.

Françoise Sullivan et le Refus global

D’abord, il peut être souligné que trois danseuses et chorégraphes montréalaises : Françoise Sullivan, Jeanne Renaud et Françoise Riopelle ont contribué à l’avènement de la modernité en danse au Canada. Toutes trois créatrices, elles ont valorisé des démarches expérimentales en danse, en incluant notamment dans leurs œuvres de l’abstraction, de la spontanéité, de l’improvisation et des collaborations artistiques. Elles ont fait partie du cercle des artistes automatistes durant les années 1940 à Montréal (LINDGREN 2003 ; SMART 1998), groupe rassemblé autour de l’artiste Paul-Émile Bordua...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josiane Fortin, « Le rôle des femmes dans le développement des pratiques chorégraphiques expérimentales à Montréal dans la seconde moitié du XXe siècle »Études canadiennes / Canadian Studies, 88 | 2020, 269-299.

Référence électronique

Josiane Fortin, « Le rôle des femmes dans le développement des pratiques chorégraphiques expérimentales à Montréal dans la seconde moitié du XXe siècle »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 88 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/eccs/3738 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.3738

Haut de page

Auteur

Josiane Fortin

Josiane Fortin est une chorégraphe, danseuse, enseignante et chercheure en danse basée à Montréal. Elle poursuit présentement un Doctorat en études et pratiques des arts, qui porte sur l’histoire de la danse, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Sa recherche doctorale est financée par une bourse d’études supérieures du Canada Joseph-Armand Bombardier du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH). Sa thèse porte plus spécifiquement sur les pratiques chorégraphiques montréalaises et sur les dimensions sociopolitiques de la « nouvelle danse » au Canada central, des années 1980 jusqu’au début du XXIe siècle. Au cours des dernières années, Josiane Fortin a travaillé en tant que chercheure à la Bibliothèque de la danse Vincent-Warren et comme assistante de recherche, auxiliaire d’enseignement et chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal. Elle a présenté son travail chorégraphique sur différentes scènes, entre autres à Tangente, au Gesù et au Festival Quartiers Danses. Elle est détentrice d’une maîtrise en danse de l’UQAM, où elle a étudié la création chorégraphique en relation avec la philosophie.

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search