Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Avant-propos

Texte intégral

1Ce numéro 92 renoue avec la tradition de la revue de publier une sélection d’articles issus du Congrès annuel de l’Association française d’études canadiennes. Elle s’est malheureusement interrompue lorsque le 44e Congrès, prévu en juin 2020 et organisé par l’Université de Caen Normandie sur le thème « Régions et régionalisme au Canada – construire et gérer l’espace politique, social et culturel », a dû être annulé alors que la pandémie de Covid-19 battait son plein. Il s’est finalement tenu en visioconférence en juin 2021 et nous sommes donc heureux de pouvoir présenter huit articles issus des interventions présentées à distance à cette occasion.

2La thématique « Régions et régionalisme » avait été choisie pour permettre un large éventail d’approches disciplinaires. En choisissant le concept de régionalisme, on avait invité les spécialistes en études canadiennes à se pencher sur la question du territoire et de s’interroger sur la genèse de ces espaces politiques, qui sont parfois en concurrence, sur la manière de les gouverner, et sur le lien entre les espaces politiques et le sentiment d’appartenance sociale des citoyens.

3Dans un premier temps, aborder le concept de région demandait aux chercheuses et chercheurs d’étudier l’interaction et la concurrence entre différents niveaux de gouvernement au sein du fédéralisme canadien, afin de mieux cerner et évaluer des évolutions dans les rapports de force entre les provinces et le gouvernement fédéral. Mais cette première piste en appelait d’autres, car parler de régions et du régionalisme obligeait les spécialistes à dépasser le seul horizon du fédéralisme classique pour s’interroger aussi sur les ensembles qui manquent de reconnaissance sur le plan administratif formel, que ce soit le territoire acadien, par exemple, ou le fait d’évoquer « l’Ouest », dont on parle comme une région officielle quand il s’agit de nommer les juges à la Cour suprême, mais qui englobe plusieurs provinces et davantage de sous-divisions territoriales, et au sein de laquelle on trouve plusieurs cultures politiques distinctes. Ces interrogations de base qui avaient marqué le point de départ du projet se situent clairement à la confluence des disciplines de géographie et des sciences politiques. Toutefois, très vite nous avons réussi à dépasser ce cloisonnement, car les sociologues trouvaient facilement un point d’ancrage à notre thématique « Régions et régionalisme » en ouvrant sur les questions d’appartenance et du lien social. Les historiens n’étaient pas en reste : on les avait invités à explorer les particularités régionales, et la mise en place d’allégeances politiques et sociales à travers le temps. Les modèles qui confrontent la métropole et l’arrière-pays, connus en anglais sous le nom de Metropolitan-Hinterland Thesis, sont-ils toujours pertinents pour appréhender les forces centripètes/centrifuges en jeu au Canada ? Enfin, notre numéro s’enrichit aussi des travaux des chercheur.euse.s en art et littérature.

4Parler du régionalisme au Canada aujourd’hui nécessite de prendre en compte la dimension idéologique des changements majeurs qui se sont opérés dans les modes de gestion du territoire au sein des États-nations. Ainsi ce numéro de la revue a permis d’ouvrir un débat sur la question de la « gouvernance » des territoires, pour reprendre un terme dont l’usage s’est progressivement imposé au Canada, mais qui reste tout de même chargé idéologiquement. Le Canada, tout comme les autres pays occidentaux, subit depuis des années 1980 l’influence de la globalisation, et la prédominance de politiques d’inspiration néolibérale. Cet ensemble de politiques, qui cherche à réduire la capacité des gouvernements à intervenir et à réguler, préconise aussi la décentralisation à l’intérieur des États-nations. Comment cet ensemble d’initiatives a-t-il modifié l’équilibre des pouvoirs au Canada ? A-t-il eu un impact sur la construction des identités ? Peut-on repérer des évolutions dans les relations sociales, notamment à travers les questions de pouvoir et de justice ? À une époque où l’adage « Penser globalement, agir localement » est devenu un slogan courant, ce glissement vers le local a-t-il modifié durablement le sentiment d’appartenance sociale et la conception de la citoyenneté ? A-t-il eu un impact sur la question du ou des pouvoirs ? Autant de questions soulevées dans ce numéro de la revue qui font un lien entre idéologie dominante et gestion de l’espace politique.

5Nous avons voulu réserver une place de choix aux spécialistes en études autochtones. L’attachement à un territoire étant central pour les peuples autochtones, il importe d’étudier à quel point le fonctionnement du fédéralisme canadien aurait freiné de nouvelles initiatives, ou au contraire permis d’accommoder leurs demandes de gouvernement autonome. Comment in fine appréhender la construction du territoire dans le contexte canadien ? Quels outils conceptuels pour penser l’ensemble des dimensions sociales, culturelles, politiques qui se cristallisent sur des échelles de référence spatiales ? Comment des notions spatiales de territoire, de région, de nations, etc., issues historiquement des contextes européens, ont-elles été (ou doivent-elles être) reconstruites dans les contextes canadiens, notamment au prisme des appartenances (communautés, nations, etc.) ? Autant de questions auxquelles le Congrès à l’origine du présent numéro espérait apporter un début de réponse.

6La sélection d’articles présentés dans ce numéro et issus du 44e Congrès de l’AFEC s’ancre dans différentes approches disciplinaires, reflétant ainsi la diversité des contributions que la thématique « Régions et régionalisme » a inspirées. Le point de départ étant clairement la géographie, le numéro s’ouvre par un article de Benoît Raoulx, géographe et l’un des organisateurs du Congrès, qui propose une réflexion théorique sur les mots « région » et « territoire » dans le contexte canadien. Cette réflexion est d’autant plus nécessaire que ces notions, incontournables pour rendre compte de la pluralité canadienne, différent dans les deux langues officielles.

7Nous continuons avec un deuxième article, écrit par Antoine Huerta, spécialiste de l’histoire et de l’épistémologie de la géographie, qui s’intéresse au géographe français Pierre Deffontaines et à sa pratique géographique dans les contrées canadiennes à partir de 1948. Sa connaissance singulière du terrain et son réseau d’informateurs universitaires canadiens lui ont permis d’élaborer une géographie régionale revisitée du Québec, centrée sur son analyse du rang d’habitat comme fait géographique total, ainsi que sur la question hivernale et ses implications géographiques.

8L’histoire régionale continue à être à l’honneur avec l’article de Sheena Trimble sur l’intérêt des Franco-Québécoises pour les questions d’immigration entre 1946-1955, à travers la polémique sur l’arrivée au Québec de l’ancien milicien français Jacques Dugé de Bernonville, et la nécessité, ou pas, de son expulsion. Leur implication à cette occasion contraste avec le silence habituel des Franco-Québécoises sur ce sujet, qui représente une caractéristique régionale. Ce cas particulier semble confirmer qu’au lieu de s’engager activement dans la question de l’immigration en général, à l’instar d’Anglo-Canadiennes au Québec et dans les autres provinces, les Franco-Québécoises ont tendance à s’en préoccuper uniquement lorsqu’elle s’invite dans leur sphère d’intérêt.

9Le numéro se poursuit dans le domaine de la science politique, avec un article de Frédéric Boily et Timothy Van Den Brink, qui se penchent sur les manifestations récentes du régionalisme dans la politique de l’Ouest canadien. Ils expliquent que le régionalisme est un concept imprécis, dont l’imprécision même lui permet d’être utilisé à des fins de mobilisations politiques, en particulier à travers l’idée que cette région est injustement traitée dans le jeu politique canadien. Les auteurs montrent comment cette idée a été exploitée par de petites formations politiques lors de l’élection fédérale de septembre 2021, pour tenter de capter le mécontentement régional.

10Nous revenons à la géographie, avec une focalisation sur la géographie de l’énergie et la géographie économique, avec l’article d’Emmanuelle Santoire sur la signification de l’Accord Économique et Commercial Global entre l’Union européenne et le Canada pour la régulation énergétique et son organisation à différentes échelles territoriales. En effet, au Canada, l’AECG implique pour la première fois la responsabilité des échelons fédéral, provincial et municipal, avec pour conséquence une redéfinition des schémas de gouvernance dans le domaine énergétique. Ce cas éclaire donc l’impact des accords commerciaux libéralisés dans les constructions territoriales.

11Après cette première partie consacrée aux sciences humaines, le numéro propose une deuxième partie composée d’articles sur la littérature et les arts. Elle s’ouvre par un article de Johanne Melançon qui interroge la notion de littérature régionale en Ontario français à travers l’étude de Louis Patrick Leroux. Elle conclut que la focalisation sur la dimension identitaire régionale qui a caractérisé cette littérature minoritaire à partir des années 1970 est remise en question par de jeunes auteurs qui valorisent la dimension esthétique et revendiquent une révolte générationnelle.

12L’article suivant, de Chris Reyns-Chikuma, présente le roman graphique Helem de Stanley Wany. Si ce dernier est un représentant éminent de la BD québécoise, il en est un membre atypique, qui mêle dans son œuvre différentes influences artistiques, comme le surréalisme, et culturelles (en connectant son afro-canadianité avec les traditions africaine et afro-américaine) pour lui donner un sens qui reste ambivalent.

13Enfin, le numéro se clôt sur la transcription d’une conversation entre Lorie-Anne Rainville, l’une des organisatrices du 44e Congrès de l’AFEC et Jane Urquhart, l’une des écrivaines les plus célèbres du Canada, conférencière invitée. Les « allégeances géographiques » de Jane Urquhart sont multiples. Plus qu'une écrivaine régionale, Jane Urquhart est une écrivaine des régions. Son écriture nous entraîne souvent dans une région spécifique, puis au-delà de ses frontières dans une autre région, et souvent au-delà des frontières du Canada. Dans cette conversation, elle discute des thèmes qui animent ses œuvres de fiction et évoque certains souvenirs d’enfance pour parler de son attachement à des régions particulières de l’Ontario.

14Nous souhaitons terminer en remerciant les organisateurs du 44e Congrès de l’AFEC, les intervenants, et les contributeurs de ce numéro d’avoir permis de garder la recherche sur le Canada vivante pendant cette période difficile du Covid-19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrew Ives et Laurence Cros, « Avant-propos »Études canadiennes / Canadian Studies, 92 | 2022, 5-8.

Référence électronique

Andrew Ives et Laurence Cros, « Avant-propos »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 92 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/eccs/5472 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.5472

Haut de page

Auteurs

Andrew Ives

Université Caen Normandie

Articles du même auteur

Laurence Cros

Université Paris Cité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search