Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92De la « région » au « territoire ...

De la « région » au « territoire » ? Quelques repères pour penser la mise en mots de l’espace canadien1

“Region” to “Territory”? Constructing the Canadian Space through language
Benoît Raoulx
p. 9-39

Résumés

Cet article propose quelques repères pour construire une grille de lecture de l’espace canadien. Beaucoup d’auteurs ont souligné la difficulté de construire une « analyse régionale » à l’échelle du pays. La notion de « territoire » et les mots dérivés de ce substantif sont à cet égard plus pertinents pour comprendre la pluralité du Canada. Or, les notions en français et anglais diffèrent, tant dans les dimensions académiques que culturelles et politiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : les mots à l’épreuve de l’espace canadien

  • 1 L’auteur remercie les évaluateurs et/ou évaluatrices de l’article pour leurs remarques constructive (...)

1Le premier ministre canadien William Lyon Mackenzie King avait remarqué lors d’un discours à la Chambre des Communes en juin 1936 que si « certains pays avaient « trop d’histoire », les difficultés pour gouverner le Canada trouvaient leurs origines dans un « excès de géographie ».

2Par l’évocation de la « géographie », Mackenzie proposait une vision de l’espace canadien marquée par l’immensité, le faible peuplement, rendant difficile la création et le fonctionnement d’un pays considéré comme « neuf » par opposition à la « vieille Europe ».

3Aujourd’hui, il est nécessaire d’insister sur la pluralité de l’espace pour souligner non seulement la diversité du Canada, mais aussi la complexité liée à la construction politique et culturelle de ce pays, où les identités et les échelles de référence sont multiples, parfois en tension et en renégociation. La pluralité renvoie aussi à considérer l’espace d’abord comme une production sociale (FREMONT et al. 1984).

4Cet article a pour objectif de proposer une réflexion concernant la recherche d’une grille de lecture adaptée à la production de l’espace canadien. Deux concepts sont souvent mobilisés pour rendre compte de l’espace d’un pays à l’échelle infra nationale : « région » et « territoire ».

5Le concept de région renvoie au sens le plus large, à une entité intermédiaire, un entre-deux faisant référence en creux à une échelle nationale ou continentale « en haut » et à une échelle locale « en bas ». Le territoire ne renvoie pas nécessairement à une échelle, mais au registre de l’appropriation ; contrairement à la région il peut être décliné à différentes échelles géographiques, du micro-local au global. Comment peut-on manier ces deux concepts dans le contexte canadien ? Quelle place pour les transferts de part et d’autre de l’Atlantique ? Quelles évolutions ?

6Dans cet article, nous proposons non pas de faire une sorte de nomenclature de l’espace canadien, mais de discuter, à partir de quelques repères, de la définition et de l’usage de ces mots érigés en concepts qui dépassent largement le champ disciplinaire géographique et le monde académique. Nous pensons que cette approche peut nourrir les réflexions sur la mise en mots de l’espace au-delà d’un champ disciplinaire, à partir d’un point de vue à l’intersection de la tradition de la géographie sociale française et de la sociolinguistique urbaine (BULOT 2004 ; BULOT et VESCHAMBRE 2006). Cette réflexion doit beaucoup aux liens établis entre la géographie sociale et la sociolinguistique urbaine à partir de la fin des années 1990. Si la dimension intra-urbaine a largement fait l’objet d’attention de recherches nombreuses, tant en France qu’au Canada, la sociolinguistique urbaine a pu élargir son propos au contact de la géographie sociale en prenant plus largement en compte les dimensions spatiales (devenant ainsi une sociolinguistique spatialisée). Cette acculturation réciproque a eu des effets aussi en géographie sociale : la production langagière de l’espace et les enjeux sociopolitiques, y compris dans la circulation des mots entre différents registres, font aujourd’hui davantage l’objet d’attention dans la recherche et l’enseignement en géographie sociale.

  • 2 Par dimensions spatiales (ou spatialités) nous entendons tant l’espace matériel qu’idéel produit pa (...)

7La « mise en mots » de l’espace varie entre les mondes linguistiques, mais aussi entre les sociétés, chaque société produisant ses propres espaces et dimensions spatiales2, tandis que les concepts voyagent entre différents mondes académiques. Le double ancrage – anglophone et francophone – du Canada complique la façon d’aborder cette question, mais offre aussi l’occasion de les confronter directement. Dans une certaine mesure, dans la discipline géographique francophone, plus précisément française, le terme de territoire a supplanté celui de région comme un objet central de la géographie. Dans la géographie anglo-saxonne, en revanche, la question de la région semble avoir été moins centrale que dans la géographie francophone, du moins dans son acception classique. De même, le terme de « territory » n’a pas connu en anglais une expansion sémantique, à la différence du français. Or, la traduction de « territoire », comme le rappelle le traductologue Michaël Oustinoff (2019) est complexe, car traduire implique des décontextualisations et recontextualisations multiples. De plus, ces ancrages linguistiques se conjuguent avec les caractéristiques de chaque société, la langue n’étant pas en surplomb d’une société. Par exemple, la façon de mettre en mot l’espace n’est pas la même au Québec qu’en France puisque le contexte institutionnel, politique et culturel est différent, ce qui n’empêche pas une circulation des mots (y compris ceux érigés en concepts) au sein d’un même ensemble linguistique. Ces termes sont donc polysémiques ; ils peuvent s’inscrire dans des paradigmes différents (KUHN 1962), y compris au sein de chaque champ disciplinaire en sciences humaines et sociales.

8Nous proposons ici un essai d’application de cette perspective aux mots « régions » et « territoire » qui relèvent tant du registre savant (et qui sont des concepts au cœur de l’objet de la discipline géographique) que commun. Nous examinerons d’abord la question de la région, puis celle du registre du territoire, qui lui succède largement.

9Pour cela, nous évoquerons notamment un corpus réduit de références ayant une fonction didactique (géographies universelles, manuels de géographie régionale, dictionnaires). Ces documents nous semblent intéressants car ils sont situés à l’articulation entre le champ académique et un champ plus large (étudiants, non-spécialistes). Ces publications sont commentées à la lumière de l’approche définie ci-dessus, en nous basant sur un certain nombre de références bibliographiques concernant cette thématique et qui nous renseignent sur la façon dont les sociétés définissent leurs rapports à l’espace par la langue, langue qui elle-même contribue à produire l’espace. La comparaison entre des références francophones et anglophones nous permet de mieux cerner les différences.

10Nous sommes conscients de la nature exploratoire de cette analyse et notre objectif est d’abord de proposer quelques idées directrices et repères. Cette réflexion peut être ainsi réappropriée par différentes disciplines en sciences humaines et sociales. La diversité des contributions lors du colloque de l’Association Française d’Études Canadiennes (AFEC), « Régions et régionalisme au Canada. Construire et gérer l’espace politique, social et culturel », tenu à l’Université de Caen Normandie en juin 2021, dont les contributions de ce numéro sont issues, amène en effet à s’interroger plus largement sur les façons de mettre en mots l’espace.

La région : deux exemples de « géographies universelles » (1935 et 1992)

11La question de la pertinence d’une « géographie régionale » à l’échelle du Canada n’est pas nouvelle : « Dans un pays aussi démesuré́ et aussi peu densément peuplé que le Canada, il est permis de se demander si une géographie régionale, au sens classique du terme, est encore possible. » : c’est ainsi que le géographe français André-Louis Sanguin (1988), comme en écho à l’expression de Mackenzie King, décrivait la tentative des géographes français d’appliquer des grilles de lecture, généralement inspirées de la géographie classique, au Canada.

12La définition de l’objet région dans la géographie classique est associée à la réflexion de Paul Vidal de la Blache (1845-1918), un des fondateurs de la géographie académique, qui a ensuite été légitimée par l’historien Lucien Febvre (1922). Dans la conception classique de la géographie, la région est d’abord vue comme un ensemble où dominent les caractéristiques physiques, qui, combinées, forment un milieu. Les groupes humains composent avec les contraintes et les possibilités de ce milieu ; l’ensemble constitue un élément délimité dans l’espace, stable, homogène, en équilibre avec des éléments naturels dans la longue durée : la région. Cette dernière est caractérisée par une « personnalité » qui la distingue des régions voisines, contigües. La difficulté à transposer cette grille de lecture a été manifeste dans le cas des travaux du géographe français Raoul Blanchard (1877-1965), qui a eu une forte influence au Québec, ainsi que dans la Géographie universelle des années 1920-1930 qui s’inscrit dans le paradigme proposé par Vidal de la Blache. Les Français pensaient pouvoir appliquer le prisme régional dans les espaces du « Canada français » : le Canada a longtemps fasciné les géographes français, à la fois par ses héritages culturels français – leurs travaux ont longtemps porté presque exclusivement sur le Québec – et par sa modernité, contrastant avec l’Europe (AUGUSTIN et BERDOULAY 1997).

13La difficulté à construire une géographie régionale à l’échelle du Canada transparaît à différentes époques. Les « géographies universelles », typiques de la tradition encyclopédique française, sont à cet égard intéressantes. Nous nous focaliserons sur deux géographies universelles reconnues, produites par des géographes académiques.

  • 3 L’auteur présente une conception racialiste courante à cette époque (« race américaine » où il réun (...)

14Le tome XIII en deux volumes de la Géographie universelle sur l’Amérique septentrionale, qui concerne exclusivement l’actuel Canada et les États-Unis, a été rédigé par le géographe français Henri Baulig (1935). Cet ouvrage commence par des généralités (« Le continent », partie 1, 1-184, du chapitre I au chapitre X) : il présente successivement les configurations physiques, minérales puis biologiques (du chapitre II au chapitre VI), les populations autochtones (« Les Indiens », chapitre VII) enfin la colonisation (« Les découvertes maritimes et les fondations coloniales », chapitre VIII ; « La formation territoriale et le peuplement » des États-Unis puis du Canada, chapitres IX et X). Le plan reflète une perspective évolutionniste appliquée aux espaces et sociétés, vision européocentrique courante à l’époque. Les populations autochtones sont rejetées hors de l’Histoire, en les plaçant du côté de la Nature et sont vouées à disparition3 ; c’est la colonisation qui forme le « territoire ». L’auteur découpe l’Amérique septentrionale selon les limites politiques. Après les généralités, il aborde successivement dans ce volume la partie septentrionale de l’Amérique du Nord : Terre-Neuve et le Labrador, le Canada, l’Alaska ; il s’agit d’un espace marginal par rapport aux États-Unis, marqué par le faible peuplement et un passage à des ensembles bioclimatiques marqués par le froid. La deuxième partie, qui correspond à un autre volume, traite exclusivement les États-Unis. Pour les États-Unis, l’auteur propose des découpages en essayant d’y appliquer les principes régionaux – avec grande difficulté. Le Canada, lui, est organisé à partir du chapitre XII selon le découpage des Provinces, de l’est vers l’ouest, regroupées entre les Provinces-Maritimes, les Provinces Laurentiennes – partie logiquement la plus étoffée –, les Provinces des Prairies et les Territoires du Nord-Ouest, l’Ouest Canadien (qui comprend la Colombie-Britannique, puis le Yukon, brièvement présenté). Terre-Neuve (avec le Labrador), alors dépendance britannique en dehors du Canada, fait l’objet d’un chapitre à part, ainsi que l’Alaska. Chaque ensemble est organisé classiquement selon le « plan à tiroirs », des éléments physiques aux éléments humains.

15Quant aux espaces des hautes latitudes, ils sont encore considérés comme des marges et inaptes à décliner l’objet région, puisqu’ils sont situés en dehors de l’œkoumène – l’espace habité et habitable associé à l’agriculture. Il s’agit d’étendues marquées d’abord par l’emprise du milieu naturel. En dehors d’une courte présentation dans le chapitre consacré aux Prairies et à l’évocation du Yukon, elles sont placées dans un autre tome consacré aux « États scandinaves et régions polaires boréales », sous la direction de Maurice Zimmermann (1933). L’Arctique canadien – alors en phase d’appropriation par le Canada– n’est pas identifié en tant que tel. La seconde partie de ce tome, consacrée aux régions polaires, évoque peu les espaces de l’Arctique canadien et focalise davantage sur les espaces arctiques européens et le Groenland ; les références au Nord canadien apparaissent essentiellement dans un chapitre sur les « archipels polaires » qui regroupe tout le pourtour de l’océan arctique. C’est une vision circumpolaire que propose l’auteur (COLLIGNON et STASZACK 1997) qui repose sur l’identification de grands domaines bioclimatiques. Dans cette perspective, la partie canadienne de l’Arctique est peu évoquée, sans doute du fait de ses sources bibliographiques, largement consacrées aux espaces liés directement aux pays européens. L’Arctique montre encore plus que les autres espaces la difficulté d’appliquer une grille de lecture régionale au Canada.

16A partir des années 1950-1960, les géographes formulent un certain nombre de critiques contre ce type de géographie et développent de nouvelles approches.

17La géographie régionale classique s’intéresse plus aux spécificités qu’aux régularités et néglige le fait urbain, à la différence de l’« analyse spatiale » modélisante, qui va lui succéder, plus précocement en Amérique du Nord, et au Québec notamment, qu’en France (PUMAIN 1974), et qui s’intéresse à la polarisation de l’espace par les villes. À partir des années 1960, des géographes repositionnent la discipline comme science sociale en invitant à considérer l’espace comme production sociale et à étudier les rapports sociaux, éludés dans l’approche régionale classique (FREMONT 1976 ; FREMONT et al. 1984). Enfin, Yves Lacoste, qui a contribué à réhabiliter la géopolitique, a mené un réquisitoire contre la géographie dite vidalienne, qui a restreint le champ de la « géographicité » en rejetant en dehors de la géographie les dimensions politiques de l’espace (LACOSTE 1976).

18La vision classique de la région est largement issue du contexte français, où les sociétés paysannes sont héritières d’une longue durée pré-capitaliste, bien qu’étant en phase de mutations lorsque cette géographie a été structurée. Ce modèle est difficilement transposable dans les espaces de l’Amérique du Nord, où l’échange commercial puis industriel constitue la base de l’occupation européenne et des transformations de l’espace (MITCHELL and GROVES 1990).

  • 4 Il s’agit du géographe français Gérard Dorel, qui a enseigné aux États-Unis, de géographes suisses  (...)

19Le projet encyclopédique se retrouve au début des années 1990 avec une nouvelle Géographie universelle sous la direction du géographe français Roger Brunet (1992). Le tome sur l’Amérique du Nord, qui est composé de deux livres, le premier sur les États-Unis, le second sur le Canada, est confié à quatre géographes, un Québécois et trois autres géographes européens ayant vécu en Amérique du Nord4. L’introduction générale essaye de trouver la focale pour aborder l’espace de l’Amérique du Nord et la place du Canada aux « marches de cet « empire sans frontières » » que sont les États-Unis (12). Les auteurs du livre second, consacré au Canada (Jean-Bernard Racine et Paul Villeneuve), proposent une lecture de l’espace par des entrées thématiques comme « à la recherche de la canadianité » (Première partie, 234-264) (par rapport aux États-Unis, renvoyant à des formes standardisées de l’espace) ; en introduction, le Canada y est présenté comme une « géographie inachevée (232). Ils soulignent ainsi, dans la deuxième partie, intitulée « Une architecture mobile » (268-331), l’importance du fait urbain métropolitain (chapitre 8, 319-330) : le poids des grandes villes, qui structurent l’espace (région polarisée), est, en effet, caractéristique de l’Amérique du Nord. Ensuite, de façon a priori surprenante, ils reprennent un canevas basé sur les provinces (Troisième partie, « Des provinces comme régions », 342-433). Le plan proposé est dans cette partie un plan classique, que l’on trouve souvent, nonobstant quelques variantes, de l’Est à l’Ouest, puis le Nord, ordre qui rend compte implicitement de l’histoire de l’appropriation par les Européens de l’espace actuel du Canada, des côtes atlantiques à celles du Pacifique, puis aux espaces arctiques. Cet ordre structure toujours la géographie mentale du Canada. Sont abordées successivement les provinces atlantiques, le Québec, l’Ontario, les Prairies, la Colombie-Britannique ; enfin, en dernier, le Nord : « l’Arctique et nordicité ». Les auteurs, toutefois, « modernisent » la réflexion. Ils insistent sur la production économique et idéologique de l’espace, dont le modèle est étatsunien. Des régions/provinces sont mentionnées en référence aux États-Unis : « contre-Californie » pour les Maritimes (344-356), « Californie canadienne » pour la Colombie-Britannique (403-415). L’ouvrage se termine sur la dynamique entre les flux et les lieux (Quatrième partie, 436-458) tension qui caractériserait l’espace canadien.

20Il en résulte un portrait du Canada en proie à des questions existentielles (Conclusion : Régions d’Amérique 459-465) dont on peut se toujours se demander si la focale régionale est pertinente.

La région : des exemples de géographies régionales canadiennes anglophones

21Les ouvrages sur les régions du Canada relèvent surtout d’une production anglophone. Cette dernière montre une géographie dont les références sur le Canada, y compris sur le Québec, sont (presque) exclusivement en anglais. Il s’agit donc avant tout d’un regard anglophone sur le Canada.

22Du côté anglophone, la difficulté de construire une géographie régionale est aussi manifeste, depuis les tentatives du géographe de Vancouver John Lewis Robinson (1956) d’adapter le modèle classique de la région au Canada. Toutefois, en dépit des réserves sur la pertinence du découpage en régions du Canada, les géographes canadiens anglophones ont essayé de construire des grilles de lecture intégrant dans cet exercice classique d’autres dimensions. Ces ouvrages de synthèse ont généralement une fonction didactique (ils sont destinés principalement à un public d’étudiants qui constitue un marché potentiel plus important que du côté francophone et certains connaissent plusieurs rééditions).

23L’ouvrage de Robert M. Bone (2021) essaye de moderniser la démarche en y intégrant ce qui a longtemps été éludé dans l’approche régionale : les clivages (« faultlines ») qui produisent l’espace canadien notamment autour des questions aujourd’hui incontournables des relations autochtones/non-autochtones, ou encore la place du Québec.

24L’ouvrage Heartland/Hinterland. A Regional Geography of Canada (MCCANN and GUNN 1998), quant à lui, relève les difficultés de trouver un cadre conceptuel pour le Canada, in fine défini comme un « archipel constitué d’îles », ces dernières étant composées des endroits polarisés, plus denses, urbanisées, comme le corridor Windsor-Québec et les quelques métropoles canadiennes : « an island archipelago spread over 7200 east-west kilometers » (395).

25Le géographe vancouverois Brett McGillivray, qui a aussi rédigé un ouvrage sur le Canada (2006), considéré comme un « ensemble de régions », a proposé une lecture régionale à l’échelle intra-provinciale. Ainsi, son ouvrage sur la Colombie-Britannique (MCGILLIVRAY 2000) aborde la province du Pacifique comme un contenant de régions (le chapitre 1 est intitulé « A Region of Regions ») ; il offre une démarche similaire à celle entreprise à l’échelle du Canada. L’auteur identifie, à partir de critères physiques et humains, huit régions géographiques qui regroupe des espaces plus vastes que les découpages administratifs des 27 Regional Districts actuels. Ces découpages administratifs, introduits dans les années 1960, ont pour vocation organiser les services et l’aménagement à l’échelle intra-provinciale (GOVERNEMENT OF BRITISH COLUMBIA 2022). Dans le livre de McGillivray, le lecteur retrouve les principes de la géographie classique, avec une forte dimension historique, en phase avec l’importance du champ de la géographie historique au Canada. L’auteur accorde une place significative aux Premières nations, généralement éludées du champ de la géographie régionale, en s’inspirant de l’ouvrage de Cole Harris, The Resettlement of British Columbia: Essay on Colonialism and Geographic Change (1997). Cela constitue une évolution intéressante : l’ouvrage aborde des questions politiques souvent éludées dans ce genre d’ouvrage. En revanche, le phénomène urbain n’est pas approfondi alors que la région métropolitaine de Vancouver regroupe environ 51 % de la population de la province en 2001.

Figure 1 : Un découpage régional à l’échelle infra-provinciale : la Colombie-Britannique (MCGILLIVRAY 2000, 6).

Figure 1 : Un découpage régional à l’échelle infra-provinciale : la Colombie-Britannique (MCGILLIVRAY 2000, 6).

Titre original : Regions of British Columbia

  • 5 Par exemple, le découpage des fuseaux horaires. Une partie du nord-est de la Province de Colombie-B (...)

26Ce dernier biais est caractéristique de nombre d’approches de « géographie régionale ». En effet, ces dernières tendent à découper des surfaces à une échelle donnée en insistant sur des espaces physiques, et de ce fait sous-estiment largement les villes, dont la superficie est faible, mais dont l’effet de structuration, moins visible, est pourtant important sur l’espace. Or, il est nécessaire de pratiquer une approche multiscalaire (articulation d’échelles spatiales) pour analyser des situations, des enjeux sociaux et politiques qui sont souvent révélés à l’échelle intra-urbaine. De plus, la géographie régionale inspirée du paradigme classique conçoit l’espace comme un puzzle (SANGUIN 1988), c’est-à-dire que chaque pièce – la région – doit s’intégrer à une autre, délimitée précisément, y compris par les frontières avec d’autres espaces. Les gradients, le flou, la marge (la « non-région ») sont donc en général absents de ces exercices de synthèse. Enfin, l’auteur « dépolitise » la production de l’espace, ce qui constitue un autre reproche fait à la géographie régionale classique, ne s’interrogeant ni sur les continuités/discontinuités entre la Colombie-Britannique, l’Alberta5 et le Yukon, ni sur les frontières avec les États-Unis.

27Du côté des géographes francophones, c’est le Québec qui fait l’objet de géographies régionales, mais elles sont peu nombreuses aujourd’hui. On peut toutefois relever la publication récente sous forme d’un atlas d’une géographie du Québec destinée un public d’étudiants et de non spécialistes (BROUSSEAU et MERCIER 2018). Les géographies régionales à l’échelle du Canada relèvent surtout d’un regard de géographes français et plusieurs ouvrages ont été publiés dans les années 1980, en particulier à l’occasion des concours de l’enseignement secondaire (SANGUIN 1988). En France, ces concours, qui mettent au programme des ensembles régionaux, contribuent au type de géographie proposée et guident l’activité éditoriale de certains éditeurs.

  • 6 L’auteur remercie Martin Simard pour ces informations (2022).

28L’ouvrage maintes fois réédité de Robert M. Bone (la première édition est de 2000 et la dernière, la huitième, date de 2021) a fait l’objet d’une bonne réception au Québec (BEDARD 2001 ; SIMARD, 2019) mais n’a pas fait de traduction en français en dépit d’une proposition6.

De la région à l’aménagement du territoire

29Le mot région évoque aussi les problématiques d’aménagement du territoire. En France, l’expression « aménagement du territoire » a d’abord renvoyé à l’organisation d’un espace par un acteur, l’État (dans un contexte centralisé et de forte intervention étatique) en vue d’accompagner la croissance industrielle et démographique en tentant de limiter le poids de Paris. Dans les pays anglo-saxons, on utilise l’expression « regional planning » ; implicitement, cela fait référence à des modalités d’intervention moindre de l’État au profit d’acteurs locaux.

  • 7 Les modalités d’action en France ont changé avec l’effacement du rôle de l’Etat, dans un contexte d (...)

30L’expression en France a été consacrée par la création en 1963 de la Délégation à l’Action Régionale et à l’Aménagement du Territoire (DATAR) qui a joué un grand rôle jusque dans les années 19707. L’expression « aménagement du territoire » se retrouve au Québec dans un contexte d’intervention publique différent, où l’intervention centrale est moindre au profit de l’échelle locale, à l’exception, notable, du secteur stratégique de l’énergie (infrastructures de la Baie James) dans l’« espace ressource » du nord. Le Québec a eu la singularité au sein du Canada de développer une politique d’aménagement pour les régions périphériques, à l’écart des métropoles, avec le Bureau d’Aménagement de l’Est du Québec (BAEQ), au cours des années 1960, et qui a concerné le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et les îles de la Madeleine. Cette action montre une volonté politique de gérer, d’organiser et de renforcer les liens au sein du Québec dans une période de mutations.

31Ces actions publiques se sont appuyées sur la notion de « région polarisée », fortement mobilisée en Amérique du Nord à partir des années 1960, analyse spatiale qui repose sur une lecture économique de l’espace (les villes sont hiérarchisées par un réseau et organisent des espaces alentour en fonction de leur importance). Dans la longue durée, l’essor métropolitain a contribué à la structuration du corridor Windsor-Québec, véritable cœur économique du Canada (YEATES 1998). Si la notion de « heartland/hinterland » est ancienne (elle est attribuée du côté canadien anglophone à l’historien Harold Innis (1930) et concerne les liens entre le Royaume Uni et le Canada), elle place les métropoles au centre de la production de l’espace économique. Elle peut être lue à la lumière de la dynamique centre/périphérie, paradigme appliqué au Canada par John Friedmann (1973). Toutefois, des espaces et des thématiques échappent à cette grille de lecture : espaces marginaux non intégrés dans ces dynamiques, enjeux sociopolitiques révélés à l’échelle intra-urbaine, par exemple.

32La diversification des échelles de références, la multiplication des perspectives (analyse spatiale, géographie sociale, géographie culturelle, géopolitique, etc.) ont largement effacé la place centrale de l’objet région, même s’il reste toujours présent dans les boîtes à outil des géographes, notamment dans une perspective aménagiste. Du côté francophone, et en particulier en France, la notion de « territoire » a connu un engouement à partir des années 1980 et a suscité un certain nombre de débats. Par ailleurs, dans une certaine mesure, les débats autour de la pertinence du terme de région se retrouvent dans les questions liées au territoire car les deux termes peuvent se recouper (une région peut être considérée comme un « territoire »).

Le Canada, entre structuration plurielle et structuration « dyscalaire »

33La géographie régionale tend à imposer une focale qui rend souvent difficile l’analyse de situations très diverses. On relève la pluralité des échelles spatiales et collectives de référence pour penser le Canada, entre les revendications territoriales autochtones, les formes spécifiques de la territorialité/espace-vécu acadiens, la construction du Québec vu par les souverainistes comme un territoire national…Tout cela amène à relativiser les échelles d’analyse de l’espace. Lorsque les tensions sont vives en raison des multiples clivages (faultlines pour reprendre l’expression de Bone), nous proposons l’expression de structuration « dyscalaire », c’est-à-dire constituée de hiatus dans les échelles de références, liés à des points de vue différents. Le Québec, dont la région de la capitale provinciale est, depuis 2000, dénommée officiellement Région Capitale-Nationale, peut être identifié comme un tout, un espace « autoréférentiel » alternatif au Canada. La « région » comme le « territoire » se construit, en effet, d’abord en référence au Québec conçu implicitement comme un État, même s’il n’en a pas toutes les attributions.

34En quelque sorte, le Québec serait une référence d’échelle équivalente à celle du Canada vu du côté fédéral et des autres provinces. C’est ainsi que le « régionalisme » en tant qu’attitude ou discours politique peut être appliqué à certaines provinces, mais n’a guère de pertinence, dans ce registre, pour aborder le Québec contemporain dans ses relations avec l’État fédéral ou les autres provinces canadiennes.

35C’est donc à l’échelle intra-Québec que la région a aujourd’hui une certaine pertinence. La question de la région est ancienne ; dès le XIXème siècle le terme y est utilisé, notamment pour désigner les espaces en cours de colonisation (SÉnÉcal 1992) et cela a amené à des propositions de découpages régionaux avant la création de régions administratives, diffusées dans la géographie scolaire (FRÈRES MARISTES 1923).

Figure 2 : Les régions administratives du Québec (Carte reprise de SIMARD 2016).

Figure 2 : Les régions administratives du Québec (Carte reprise de SIMARD 2016).

36On remarque sans surprise les différences fortes de superficie : espaces denses le long du Saint-Laurent (pôles urbains), vastes étendues peu peuplées du nord et de l’est du Québec. Enfin, en Côte-Nord (09), on remarque le litige frontalier avec le Labrador (qui date de 1927, la frontière ayant été fixée à l’époque en fonction de la « ligne de partage des eaux », peu évidente dans cet espace boréal).

  • 8 Cette expression a été utilisée en France en amont de la réforme territoriale de 2015.
  • 9 D’abord circonscriptions d’action de l’État dans les années 1950, elles deviennent des entités admi (...)

37L’organisation administrative du Québec constitue une forme de « millefeuille administratif »8. Les régions québécoises ont été créées en 1966 et on en dénombre aujourd’hui, après plusieurs divisions d’entités, dix-sept. Contrairement à la France, où les régions, de création récente9, sont devenues des collectivités territoriales depuis la décentralisation (1982), les régions québécoises restent des entités administratives.

38Au Québec, la « région » est un niveau mal identifié, difficile à placer, montrant les hésitations du gouvernement provincial depuis une cinquantaine d’années et la difficulté par les habitants de se les approprier, en dépit de réformes institutionnelles (PROULX 2016 ; SIMARD 2016 ; HULBERT 1997). Certes, l’action publique est fortement territorialisée par la création de découpages sectoriels, comme la santé par exemple, mais il n’y a pas de « cristallisation » à une échelle régionale précise au niveau infra – Québec. Les Municipalités Régionales de Comté (MRC), ou des territoires équivalents assumant leurs prérogatives, ont été introduites en 1979 avec des fonctions d’aménagement et de développement ; elle ne constituent pas des collectivités, mais ces formes supramunicipales se rapprochent plutôt de formes d’« intercommunalité » avec la possibilité de prendre en charge certains services. Elles sont placées de façon différenciée au niveau inférieur des régions, ou comme dans le cas de Montréal, au sein de la Communauté Métropolitaine de Montréal. La fusion des municipalités à l’initiative du gouvernement – alors péquiste – en 2000-2003 a renforcé le niveau local et a nourri des conflits à certains endroits (le gouvernement libéral suivant a permis des défusions). La réforme territoriale a abouti par ailleurs à la création de 14 municipalités locales qui exercent des compétences des MRC (MAMH 2019). À Montréal, cette question a été particulièrement sensible dans l’articulation entre les différentes échelles (fusions, défusions, niveaux d’intervention) (DOUAY et ROY-BAILLARGEON 2016). L’histoire récente a montré la nécessité d’une analyse multiscalaire ; les clivages linguistiques à l’échelle intra urbaine (forte présence d’une minorité anglophone dans le « West Island » en particulier) s’ajoutent à ceux politiques et sociaux du territoire métropolitain, oscillant entre « régionalisme » à l’échelle métropolitaine et « localisme » (BOUDREAU 2003 ; TOMÀS 2013).

  • 10 Le champ de l’économie spatiale et régionale est très actif au Québec, ce qui dépasse le champ de n (...)

39Au Québec, la région a suscité et suscite encore un grand nombre de réflexions en géographie (DUGAS 1986), mais aussi dans le champ des « sciences régionales » ou de l’économie spatiale (LAFONTAINE 2012), à partir des problématiques d’aménagement, d’organisation et de gouvernances des « territoires »10, qui sont perméables à des comparaisons et à des circulations de modèles.

Le territoire : quelles définitions ?

40Si la pertinence du terme de région peut être interrogée dans le contexte canadien, la notion de territoire paraît a priori plus pertinente, car elle suggère plus directement une appropriation politique et s’affranchit de la place attribuée à la région, qui est définie par les niveaux d’échelles inférieur (le local) et supérieur (le national ou un ensemble de pays). La racine du mot latin « territorium » se retrouve dans un certain nombre de langues européennes et désigne un pouvoir d’un groupe, d’une institution, en particulier l’État, sur un espace. La notion de territoire a été utilisée depuis longtemps dans ce sens en géographie : elle désigne surtout des espaces sous contrôle de l’État, mais est aussi mobilisée pour désigner l’appropriation d’un espace par des groupes culturels sans État (par exemple des populations nomades, comme les Inuits), appropriation dont les modalités renvoient aux dimensions culturelles des rapports à l’espace.

41Le mot « territoire » a connu un grand succès dans la géographie française à partir des années 1980, jusqu’à devenir pour le « totem » de la géographie, autrement dit son fondement épistémologique et sa légitimité vis-à-vis des autres disciplines (RÉSEAU DE GÉOGRAPHIE SOCIALE 1992). Cette extension sémantique n’est pas convergente avec celle du Canada, anglophone en particulier. La géographie québécoise, toutefois, a questionné le lien citoyenneté/territoire, certains regrettant que cette dernière dimension soit insuffisamment mise en avant (LAURIN, KLEIN et TARDIF 2001, introduction).

  • 11 Raffestin utilise le terme « énergie » pour désigner l’idée d’entropie associée au pouvoir.

42Pour le géographe suisse Claude Raffestin, qui propose une forme de modélisation, la notion de territoire se distingue de l’espace : l’espace préexiste au territoire qui, lui, renvoie à une forme de socialisation de l’espace, mettant en jeu du « pouvoir » et de l’« énergie »11 (RAFFESTIN 1980). La décentralisation menée en France en 1982 – les régions sont récentes et émergent progressivement à partir de l’action de l’État durant les années 1950 pour faciliter l’aménagement du territoire – a été renforcée par la suite et a donné plus d’importance aux régions, érigées en collectivité territoriales, ce qui a contribué très largement à la diffusion du mot « territoire ». Les champs médiatique, publicitaire, politique usent du mot territoire : par exemple, l’expression « dans les territoires » désigne symboliquement un ancrage, une légitimation de l’action, une proximité affichée du politique ; elle constitue aussi une métonymie commode pour évoquer les habitants de façon consensuelle. Cette profusion explique les critiques du courant des « géographes sociaux » qui considèrent, d’une part, que le terme de territoire n’est pas nécessaire (puisque l’espace est d’abord une construction des sociétés), et que, d’autre part, cette notion élude les questions sociales (FOURNIER 2007 ; HERIN 2007 ; KEERLE et SECHET 2007). Toutefois, l’usage du mot territoire dans la société peut être aussi étudié « au second degré », par les discours, le langage contribuant aussi à produire l’espace.

43Pour essayer de mettre de l’ordre dans la profusion sémantique actuelle, nous proposons trois acceptions du territoire souvent utilisées (RAOULX 2014), qui s’appuient sur les registres politique, éthologique et culturel.

441) Le premier registre, politique, désigne une entité administrative dépendante de l’État (les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut, le Yukon au Canada), plus largement un espace contrôlé par l’État, délimité par des frontières (le territoire national). Il n’y a pas d’État sans territoire ou sans revendication de territoire ; le territoire est donc consubstantiel à la notion d’État. Ce sens restreint lié à l’Etat est utilisé tant en français qu’en anglais. Le territoire peut correspondre dans les espaces colonisés à un premier stade avant un autre statut, comme cela a été le cas aux États-Unis avant la ratification par le Congrès de la création d’un état fédéré, une fois un seuil de population atteint et le contrôle effectif par les colonisateurs de l’espace revendiqué. Au Canada, dans le champ de la géographie régionale anglophone, Robert M. Bone (2021) évoque le « Territorial North », finalement défini comme une non-région, the « last Frontier ».

45Toutefois, le registre politique est aujourd’hui élargi à celui des revendications d’un territoire ou de l’utilisation du territoire comme outil stratégique de lutte, par l’occupation d’un espace, permettant de mobiliser l’effet médiatique. On peut proposer la figure du contre-territoire, combat pour l’établissement d’une reconnaissance territoriale, soit comme finalité, soit comme moyen de reconnaissance : occuper un espace pour en faire un territoire est une figure récurrente des mouvements politiques dans des contextes très différents, à l’exemple des actions environnementalistes contre les « coupes à blanc » menées par l’industrie forestière en Colombie-Britannique (à Clayoquot, en 1993, sur l’île de Vancouver) ou encore les protestations actuelles (2021) contre la construction de l’oléoduc Trans Mountain de l’Alberta vers la côte de Colombie-Britannique.

462) La deuxième définition renvoie à une vision éthologiste du territoire ; elle est fréquente dans la définition anglo-saxonne du territoire en géographie et fait référence aux comportements territoriaux de certains animaux qui défendent leur territoire. Cette acception se retrouve dans l’article de Robert Sacks (1983), qui pose les bases d’une géographie élaborée à partir du registre du territoire. L’ouvrage didactique de Peter Haggett (1983), bien connu des géographes, part de cette notion éthologique pour introduire et justifier l’usage du terme de territoire en géographie. Cette définition éthologique – qui ne relève pas d’une vision biophysique, cette dernière renvoyant plutôt au registre de la région pose évidemment problème dans la mesure où cela peut justifier des actions d’appropriation sociale et politique en les considérant comme innées (BRUNET, FERRAS et THÉRY 1993). On peut toutefois s’intéresser au recours à la figure de la « défense du territoire » dans les discours politiques ou de collectifs d’habitants, que l’on peut déconstruire pour en analyser les ressorts idéologiques et politiques.

473) Le troisième registre renvoie à une appropriation culturelle. Le géographe français Joël Bonnemaison, qui a travaillé sur l’exemple de l’île de Tanna dans l’actuel Vanuatu, affirme dans un article général sur la notion de territoire, que :

[…] traduit en termes d’espace le concept de culture renvoie immanquablement à celui de territoire. L’existence de la culture crée en effet le territoire et c’est par le territoire que s’incarne la relation symbolique qui existe entre la culture et l’espace. L’espace devient alors un « géosymbole » c’est-à-dire un lieu, un itinéraire, un espace, qui prend aux yeux des peuples et des groupes ethniques une dimension symbolique et culturelle, où s’enracinent leurs valeurs et se conforte leur identité. (BONNEMAISON 1981)

48Or, le terme de territoire a été largement transféré dans la géographie française et les sociétés dites occidentales jusqu’à devenir omniprésent et à se substituer au mot « espace » : le simple transfert d’un contexte à l’autre demande toutefois de redéfinir les dimensions symboliques et culturelles et leurs expressions spatiales. Le territoire renvoie souvent, dans la géographie française, à la géographie dite culturelle, voire culturaliste, longtemps opposée à la géographie sociale. Dans certains cas, à la jonction de la géographie sociale et culturelle (DI MÉO 2001) le recours au territoire permet d’insister sur les dimensions idéelles du rapport à l’espace, se substituant aux « catégories socio-spatiales » (formes cristallisées d’un rapport social dans un espace bien identifié), de telle sorte que l’on peut s’interroger, toutefois, sur la nécessité de multiplier les concepts pour rendre compte des relations sociétés/espaces. Ce clivage dimensions culturelles/ dimensions sociales n’a pas été significatif au Québec et il s’est par ailleurs en partie estompé en France.

Le registre du territoire, un outil pertinent pour prendre en compte le rapport à l’espace des populations autochtones

49Au Canada, la notion de territoire est souvent évoquée, au croisement du politique et de la culture. Elle peut renvoyer à la revendication par un groupe vis à vis de l’État ou d’un gouvernement provincial d’un espace ou d’une reconnaissance par l’espace. Cette définition plus large est bien adaptée au Canada où les revendications à différentes échelles sont multiples.

50Au niveau fédéral, la création en 1999 du territoire du Nunavut, dont la majorité de la population est Inuit, marque un tournant. À un autre niveau, plusieurs accords tripartites ont été signés dans des provinces ou territoires, par exemple au sein de la province de Terre-Neuve-et-Labrador concernant le territoire des Inuit, créé en 2005 et dénommé Nunatsiavut. Le cas du Traité Nisga’a, conclu en 2000 entre la nation Nisga’a, le gouvernement provincial de Colombie-Britannique et l’État fédéral après un long processus de négociation en Colombie-Britannique, représente alors le seul traité moderne dans cette province avec une population autochtone, et constitue le quatorzième négocié au Canada depuis 1976 (MCGILLIVRAY 2000 ; NISGA’A NATION 1998). Au Québec, les revendications autochtones passent toujours par le territoire, comme le soulignait le chef Innu Ghislain Picard (BOUCHARD, CARDINAL et PICARD 2007), afin d’instaurer un autre rapport avec les populations non-autochtones au Québec. La création du Nunavik, établi au nord du Québec, a été rendu possible par la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975 pour l’espace au nord du 55èmeparallèle. Ce dernier constitue un exemple précoce et inédit au Canada d’accord au niveau provincial entre un gouvernement et des revendications autochtones, en l’occurrence d’abord des Cris et des Inuits. Depuis, au sein du Québec, une autre forme de gouvernance a été conclue en 2014 pour créer le gouvernement régional de l’Eeyou Istchee Baie-James au sud du Nunavik, caractérisé par sa forme biculturelle (autochtones et « blancs ») et qui s’exerce sur un territoire (SIMARD et BRISSON 2020). La région administrative Nord-du-Québec est ainsi constituée sur l’essentiel de son territoire de deux types de gouvernements originaux, l’Eeyou Itschee Baie James étant le seul gouvernement québécois à avoir un qualificatif de « régional ».

  • 12 Cette crise a été marquée par des violences et l’intervention finalement des forces canadiennes. L’ (...)
  • 13 Les terres relèvent alors officiellement de la Couronne.

51Toutefois, si ces formes de revendication territoriale ont abouti dans le cadre d’espaces peu peuplés et périphériques, où les populations autochtones sont en général majoritaires, le territoire prend une autre dimension dans les espaces urbanisés. L’exemple d’Oka dans la région de Montréal en 1990, qui fait suite aux projets d’extension d’un golf et d’un complexe résidentiel sur des terres revendiquées par les Mohawks de Kanesatake/Oka, est à cet égard significatif12. Le territoire fait alors référence à la résistance dans la longue durée à la colonisation européenne, la dépossession des terres occupées par les populations autochtones amenant à une fragmentation des terres, qui dans ce cas précis n’ont pas été constituées en réserve13: Pierre Lepage remarque à ce propos que « la communauté mohawk de Kanesetake se retrouvait, elle, parmi les communautés qui avaient le moins de droits » (LEPAGE 2009).

52L’intérêt de la prise en compte du territoire est donc de porter attention aux populations autochtones, qui sont souvent laissées de côté dans une lecture régionale, même si l’on y accorde aujourd’hui davantage d’importance, en essayant d’insérer ces problématiques dans une lecture héritée de la géographie régionale classique. De plus, la « région polarisée », qui met l’accent sur les métropoles et les fonctions économiques, élude dans sa définition originelle les logiques sociales et culturelles ; les espaces autochtones constituent des « angles morts », des marges, y compris les réserves indiennes, souvent fragmentées au sein des régions métropolitaines. Les populations autochtones peuvent, soit s’insérer dans des logiques métropolitaines (exemple des lotissements sur des terres Musqueam dans l’ouest de Vancouver, tirant profit de la localisation dans une partie socialement privilégiée de la ville), soit être rejetées. Cela peut amener à des conflits liés au renforcement de l’espace métropolitain (le blocage du pont Mercier à Montréal durant la crise d’Oka montre ainsi la volonté, par l’établissement d’un contre-territoire temporaire, de perturber le fonctionnement urbain pour faire entendre les revendications). Toutefois, nous pouvons proposer la figure du non-territoire ou a-territoire, la marge, lorsque l’espace vécu des individus se construit en dehors de lieux reconnus comme autochtones, à l’exemple de populations marginalisées du Downtown Eastside de Vancouver, le quartier le plus pauvre de la ville, qui viennent de tout l’Ouest du Canada. Cet a-territoire peut devenir contre-territoire dès lors qu’une revendication devient suffisamment reconnue par la société dominante, par l’occupation et /ou un effet médiatique.

Une comparaison des termes de territoire en français et en anglais

53Les questions d’équivalence des concepts en français et anglais est manifestée par les usages différents des mots dérivés du terme de « territoire ». Dans le monde anglophone, le mot « territory » n’a pas connu le succès qu’a eu « territoire » dans la société française à partir des années 1980.

54La comparaison de dictionnaires est à cet égard pertinente. Nous choisirons deux dictionnaires de référence, l’un en français, l’autre en anglais.

  • 14 Les auteurs relèvent 6 sens différents du mot territoire (environ une page pour ce mot). Les autres (...)

55Le dictionnaire Les mots de la géographie, dictionnaire critique de la géographie (BRUNET, FERRAS et THÉRY 1993) nous semble intéressant par son rapport aux mots, par la « volonté de les placer en perspective » et « de les mettre en situation » (6), ce qui amène à relever leurs multiples usages. Il détaille fortement le terme de territoire en montrant différentes acceptions (480-481) ; il propose aussi les mots dérivés de territorialisme (481) et de territorialité (481)14.

  • 15 Dans la première édition, de 1992, ce terme était simplement mentionné à la fin de la définition du (...)

56L’approche éthologiste du territoire et de la territorialité conduit à ce que ces géographes français dénomment « territorialisme » (BRUNET, FERRAS et THÉRY 1993), expression dont la portée heuristique et pédagogique est intéressante15. Ce terme n’existe pas en anglais. Le territorialisme trouve sa forme la plus explicite et achevée dans les idéologies l’extrême-droite. Il renvoie, en effet, à une idéologie qui essentialise le territoire et les identités, l’un et l’autre étant associés de façon quasi-consubstantielle. Cette idéologie aboutit à une sacralisation de l’espace qui permet de distinguer un « nous » (relevant souvent d’une conception nativiste du groupe) des autres, « eux », ceux qui menaceraient cet ordre immuable (les étrangers). Toutefois, on peut se demander où commence le territorialisme. Doit-on considérer comme territorialistes des formes de contre-pouvoir, liées par exemple à la lutte contre des dominations coloniales, et qui contribuent à l’affirmation d’un sujet collectif ? Dans ce cas, il s’agirait plutôt d’un contre-territorialisme, terme qui n’est pas proposé dans le dictionnaire mentionné plus haut : le territoire constitue un outil stratégique de mobilisation de population dominées, la force des faibles, plutôt qu’une fin en soi… mais, de façon dialectique, le contre-territorialisme, en reprenant une rhétorique essentialiste, peut devenir territorialiste.

57Enfin, le terme de territorialité, qui est beaucoup moins développé que les précédents dans ce dictionnaire, relève soit du registre juridique (lois et règlements s’appliquant aux habitants d’un territoire donné) soit des rapports individuels et collectifs à un territoire déjà approprié. Il est assez peu utilisé dans la géographie francophone française, contrairement à celle du Canada.

  • 16 Le mot « territory » ne fait l’objet que d’un seul paragraphe ; « territoriality » est développé en (...)
  • 17 Par exemple dans l’ouvrage de Steve Herbert, Policing space, Territoriality and the Los Angeles Pol (...)

58Le dictionnaire de géographie en anglais de Johnson et al. (JOHNSON et al. 2000), qui connaît des rééditions régulières depuis 1981, montre des différences significatives. Il met en avant le sens restreint de « territory », l’associant avant tout à la dimension classique du politique (l’État) (824) ; la notion de « territoriality » (823), en revanche, est largement développée16, à l’inverse du dictionnaire français. Le terme de « territoriality » renvoie plutôt de fait au territoire comme modalité d’appropriation17.

59Dans l’usage francophone au Canada, on note ainsi que les travaux mobilisent plus volontiers le terme de territorialité que de territoire, ce qui est lié aux références théoriques nord-américaines, mais aussi aux problématiques canadiennes. La question des Métis est ainsi exemplaire, car elle pose la relation au territoire dans la construction du groupe. Étienne Rivard (2001 ; 2021) mobilise le mot territorialité pour exprimer le rapport des Métis à un espace, par l’ethnogenèse du groupe au XIXème siècle. On peut comprendre la territorialité comme la construction symbolique du territoire dans sa dimension mémorielle, ce qui contribue à construire l’identité du groupe (la nation Métis) et sa reconnaissance, tant interne qu’externe. Dans ce type de construction, les cartes contribuent à cette territorialité/territoire, en particulier les « cartes médiatiques » (RAOULX 2006) qui circulent dans la sphère médiatique et contribuent à structurer le débat public. Ainsi, la carte proposée par le Ralliement National des Métis (Métis National Council) et largement diffusée par les médias (MONKMAN 2018), a cristallisé la question de l’appartenance Métis entre une vision culturelle, associée au moment et lieux de l’ethnogenèse, et une définition qui est indépendante de cette référence spatiotemporelle, notamment avec l’émergence de revendications de groupes et individus s’autodésignant Métis à l’Est du Canada. Cette carte a été aussi été contestée par des Premières nations en raison de la délimitation de cette étendue, interprétée comme une velléité d’appropriation de territoires d’autres groupes. Cet exemple montre comment une icône (image représentée sur une surface), la carte, contribue en retour à construire et à délimiter (« frontiériser ») des identités dans un processus de légitimation (AGNEW 2003). Dans le cas des Métis toutefois, il ne peut s’agir d’une revendication territoriale au sens strict, mais d’une demande de « légitimité territoriale » (RIVARD 2021).

Figure 3 : Le territoire (« homeland ») de la nation Métis largement diffusée par les médias. Source : MONKMAN 2018.

Figure 3 : Le territoire (« homeland ») de la nation Métis largement diffusée par les médias. Source : MONKMAN 2018.

Le symbole et la couleur du fond font référence au drapeau de la nation Métis qui est bleu.

60Dans cette perspective, le terme de territorialité devient proche de l’acception du « territoire » au sens culturel, mais il a l’intérêt d’interroger plus directement les modalités du lien produit avec un espace, lien qui peut activer une dimension mémorielle. On se rapproche alors de la notion élaborée en géographie sociale d’« espace vécu » qui renvoie tant aux pratiques qu’aux sentiments et à la mémoire, aux dimensions subjectives et sensibles associées à l’espace (FRÉMONT 1974 ; 1976). Une approche à la confluence de territorialité et d’espace vécu pourrait être déclinée pour traiter d’autres formes mémorielles à l’espace, comme celles des Acadiens (CLARKE 1990).

  • 18 Dans le dictionnaire mentionné plus haut (JOHNSON, 2000), le terme de « place » fait l’objet de hui (...)

61Si territory est moins développé en anglais que le mot territoire, quel serait l’équivalent en anglais ? Il semble que le terme de « place » soit le plus approprié ; ce mot a connu un engouement très fort dans la géographie anglophone18, en particulier dans le courant de la cultural geography anglo-saxonne (DUNCAN et LEY 1993), différente de la géographie culturelle francophone. Ce mot a aussi connu une forte extension sémantique et s’appuie sur l’opposition entre les formes standardisées de l’espace (« space ») souvent mises en avant concernant l’Amérique du Nord, et qui relève du système économique et idéologique dominant, et « place » qui renvoie à l’appropriation d’un espace et aux différences locales des sociétés nord-américaines (AGNEW and SMITH 2002). Par exemple, dans la traduction anglaise de l’ouvrage sur les Inuinnait du Territoire du Nord-Ouest, intitulé « Les Inuit, ce qu’ils savent du territoire » (COLLIGNON 1996) », la traductrice a traduit par le titre suivant : « Knowing places. The Inuinnait, Landcapes, and the Environment » (2006), pour adapter et expliciter le sens de territoire pour le lecteur canadien anglophone.

62Dans cette acception, toutefois, la notion de « territoire » / « place » se rapproche aussi davantage de la notion d’espace vécu… la première (territoire) étant plus usitée par la géographie dite culturelle, la seconde expression (espace vécu) étant issue du courant de la géographie sociale. L’analyse des situations, les transferts d’une langue et d’un contexte à un autre, la pluralité de l’espace canadien, nous amènent ainsi à penser les notions de façon davantage « syncrétique ».

Conclusion

63Le concept de région rend difficilement compte de la pluralité de l’espace à l’échelle canadienne. La région constitue une figure du territoire parmi d’autres, à une échelle infra- provinciale et métropolitaine. De nouvelles acceptions émergent pourtant. Il serait intéressant d’étudier la diffusion de formes naturalistes comme la « biorégion » (bioregion) concept issu surtout des milieux environnementalistes militants de la côte ouest du Pacifique, de Californie notamment (BERG and DASMANN 1977) et qui a trouvé un certain écho en Colombie-Britannique (BERLIN, 1997). Ce concept militant ne constitue pas une résurgence de la région classique dans la mesure où la biorégion propose une forme de relocalisation de la société sur la base des capacités et des limites biophysiques d’un espace ; il se rapproche d’une vision transcendantiste de la nature. Or, on constate aujourd’hui un transfert de ce concept du Pacifique vers l’Europe (ROLLOT 2018) où il devient à la mode, dans la réflexion sur l’aménagement du territoire : cela pose la question de sa pertinence dans le contexte européen.

64Du fait de sa malléabilité, le registre du « territoire » apparaît approprié à la pluralité de la production de l’espace au Canada. Cependant, les mots dérivés de « territoire » offrent un intérêt heuristique et pédagogique supérieur au « territoire », car ils permettent de le déconstruire et de s’interroger sur les processus et stratégies sociopolitiques à l’œuvre : mots concernant l’idéologie (« territorial-isme »), les processus (« territorialisa-tion » ou « re-territorialisation »), les qualités et modalités (mots en -ité : « territorialité »). Les formes composées que nous avons proposées de « contre-territoire » (contestation qui s’appuie sur la revendication ou l’occupation d’un espace) et de « a-territoire » (la marge) nous apparaissent pertinentes pour nommer les rapports à l’espace de groupes qui contestent l’ordre dominant ou qui sont placés à l’écart. Cette multiplication des dérivés n’a pas d’équivalent en anglais où le terme de « territoriality » est plus central que « territory » : d’ailleurs, le territoire peut être désigné de façon plus spécifique par « homeland » (ainsi est désigné le territoire Métis qui renvoie à la fonction mémorielle du territoire ou de l’espace), les revendications territoriales par « land claims ». Les processus de « territorialisation » et de « déterritorialisation » peuvent s’appliquer à la violence du processus de colonisation envers les Autochtones et à la démarche proposée par Cole Harris (1997) pour évoquer le « resettlement » de la Colombie-Britannique évoqué dans l’ouvrage de géographie régionale de McGillivray (2002).

65La diffusion de mots en dehors de leur contexte d’énonciation contribue à des glissements sémantiques. Ainsi, on remarque l’usage du terme de « territory » en anglais dans nombre de résumés d’articles ou d’appels à colloque français en particulier : le terme est souvent littéralement traduit du mot « territoire », approximation qui peut contribuer à le diffuser dans le champ académique.

66Enfin, aborder les notions de « région » ou de « territoire » interroge les modalités linguistiques dans le champ lexical de l’espace. Par exemple, le mot « landscape » en anglais, souvent traduit par « paysage » (mais ce terme désigne parfois simplement des espaces ou l’espace), connaît une multitude de dérivés à partir de -scape (« cityscape », « housescape »… voire « mediascape »), constructions qu’on ne trouve pas en français… mais à l’inverse le mot territoire peut se décliner facilement en de multiples dérivés, d’autant que le radical -« terre » se retrouve aussi dans un grand nombre de mots (« terrain » et « terroir » ne relèvent-ils pas aussi d’une appropriation ?).

67Il n’y a donc pas un « excès de géographie », pour citer à nouveau l’expression célèbre de Mackenzie King à propos du Canada. La pluralité de l’espace et des rapports à l’espace se manifestent par la difficulté à trouver des mots communs. Ainsi le Canada, pays officiellement bilingue, multilingue, composé de fait de plusieurs sociétés, paraît offrir un laboratoire tout à fait pertinent pour appréhender les mises en mots ou plutôt la production linguistique et langagière de l’espace, y compris dans le registre académique.

68L’espace, est, sans doute, d’abord, un rapport à la langue.

Haut de page

Bibliographie

AGNEW, John. 2003. Geopolitics. Re-visioning the world politics. London: Routledge.

AGNEW, John and SMITH, Jonathan M. 2002. American Space/American Place: Contemporary Geography of United States. New York: Routledge.

AUGUSTIN, Jean-Pierre et BERDOULAY, Vincent.1997. Modernité et tradition au Canada. Paris : L’Harmattan.

BAILLY, Antoine, DOREL Gérard, RACINE Jean-Bernard et VILLENEUVE Paul. 1993. Tome États-Unis, Canada. Dans Géographie universelle, dirigé par Roger Brunet. Paris/Montpellier : Hachette/Reclus.

BAULIG, Henri. 1935. L’Amérique septentrionale, Première partie : généralités, Canada. Tome XIII de : La géographie universelle, dirigé par Paul Vidal de la Blache et de Lucien Gallois. Paris : Armand Colin.

BAULIG, Henri. 1959. « Géographie générale et géographie régionale ». Cahiers de géographie du Québec 3 (6) : 47–52.

BEDARD, Mario. 2001. Compte rendu de [Bone, Robert M. (2000) The Regional Geography of Canada. Toronto et New York, Oxford University Press, 507 p. (ISBN 0-19-0541095-5)]. Cahiers de géographie du Québec 45 (124) :168–170.

BERG, Peter, DASMANN, Raymond. 1977. “Reinhabiting California. The Ecologist 10 (7): 399-401

BERLIN, Susan.1997. Ways We Live. Exploring community. Gabriola Island: New Society Publishers.

BIGOTEAU, Monique et LE ROY Fabienne (dir.).1999. Territoires. Séminaire le lien social. Nantes : MSH Ange Guépin.

BONNEMAISON, Joël. 1981. « Voyage autour du territoire ». L’espace géographique 10 (4) : 242-262.

BOUDREAU, Julie-Anne. 2003. “The politics of territorialization: Regionalism, localism and other isms. The case of Montreal.” Journal of Urban Affairs 25 (2): 179‑199.

BONE, Robert M. 2021. The Regional Geography of Canada. Toronto: Oxford University Press.

BOUCHARD, Denis, CARDINAL Éric et PICARD Ghislain. 2008. De Kebec à Québec, 5 siècles d’échanges entre nous. Montréal : Les Intouchables.

BROUSSEAU Yves et MERCIER Guy. 2018. Le Québec d’une carte à l’autre, Québec : PUL.

BRUNET, Roger, FERRAS Robert et THÉRY, Hervé. 1993. Les mots de la géographie, dictionnaire critique. Paris : Reclus/La documentation française.

BULOT, Thierry (dir.). 2004. Lieux de ville et territoires : perspectives en sociolinguistique urbaine, Volume 1 et 2. Paris : L’Harmattan,

BULOT, Thierry et VESCHAMBRE, Vincent. 2006. « Sociolinguistique urbaine et géographie sociale : articuler l’hétérogeneïté des langues et la hiérarchisation de l’espace ». Dans Penser et faire la géographie sociale : contribution à une épistémologie de la géographie sociale, dirigé par Raymonde Sechet et Vincent Veschambre, 305-324. Rennes : PUR.

MONKMAN, Lenard. 2018. “Map showing Métis homeland boundaries sparks online conversation.” CBC News, December 1. https://www.cbc.ca/news/indigenous/map-showing-m%C3%A9tis-homeland-boundaries-sparks-online-conversation-1.4928401. Dernière consultation, 6 mai 2021.

COLLIGNON, Béatrice et STASZAK, Jean-François. 1997. « Évolution du discours géographique : l’Arctique canadien dans trois « géographies universelles ». Dans Modernité et tradition au Canada, dirigé par Jean-Pierre Augustin et Vincent Berdoulay, 154-173. Paris : L’Harmattan.

COLLIGNON, Béatrice. 2006. Knowing places, The Inuinnait, Landscapes and the Environment. Calgary: Circumpolar Research Series 10. CCI Press. (traduction de 1996. Les Inuits, ce qu’ils savent du territoire. Paris : L’Harmattan).

CLARKE, Patrick D. 2000. « Régions et régionalismes en Acadie. Culture, espace, appartenance ». Recherches sociographiques 41 (2) : 299–365.

CLAVAL, Paul. 1998. Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours. Paris : Nathan.

DOUAY, Nicolas et ROY-BAILLARGEON, Olivier. 2016. « De la communauté métropolitaine de Montréal aux métropoles françaises : retour sur 15 ans d’expériences ». Métropolitiques. 15 février 2016. http://www.metropolitiques.eu/De-la-communaute-metropolitaine-de.html

DI MÉO, Guy.1998. Géographie sociale et territoire. Paris : Nathan.

DUEZ, Philippe. 2011. « La place de l’économie des territoires dans la construction d’une théorie générale intégrant l’espace ». Revue d’Economie Régionale et Urbaine (RERU) 4 : 735-764.

DUGAS, Clermont. 1986. « Région et régionalisation au Québec depuis Raoul Blanchard ». Cahiers de géographie du Québec 30 (80) : 189–202.

DUNCAN, James and LEY David.1993. Place/Culture/Representation, London: Routledge.

FEBVRE, Lucien. 1922. La Terre et l’évolution humaine. Paris : La Renaissance du livre (rééd. 1970, Paris : Albin Michel).

FOURNIER, Jean-Marc. 2007. « Géographie sociale et territoires. De la confusion sémantique à l’utilité sociale ? ». ESO Travaux et documents 26 : 29-35.

FRÉMONT, Armand. 1974. « Recherches sur l’espace vécu ». L’espace géographique 3 3 : 231-238.

FRÉMONT, Armand. 1976. La région, espace vécu. Paris : Fayard.

FRÉMONT, Armand, CHEVALIER, Jacques, HÉRIN, Robert et RENARD Jean. 1984. Manuel de géographie sociale. Paris : Masson.

FrÈres Maristes (Les). 1923. Atlas-Géographie. Étude physique - Politique, Économique du Canada et de la Province de Québec. Montréal : Granger Frères Ltée.

FRIEDMANN, John. 1973. Urbanization, Planning and National Development. Beverly Hills: Sage.

GOVERNMENT OF BRITISH COLUMBIA. Local Government Systems in B.C. - Province of British Columbia. https://www2.gov.bc.ca/gov/content/governments/local-governments/ (dernière consultation 4 juin 2022).

HAGGETT, Peter. 1983. Geography, a Modern Synthesis. New York: Harper and Row.

HARRIS, Cole. 1997. The Resettlement of British Columbia: Essay on Colonialism and Geographic change. Vancouver: UBC Press.

HÉRIN, Robert. 2007. « À propos du territoire et des réticences qu’il suscite ». ESO Travaux et documents 26 : 17-28.

HULBERT, François. 1997. « Les découpages du territoire au Québec ou l’identité territoriale mise en pièces ». Revue de géographie de Lyon 72 (3) : 223-232.

INNIS, Harold. 1930. The Fur Trade of Canada: An Introduction to Canadian Economic History. New Haven: Yale University Press.

JOHNSON, R.J, GREGORY Derek, PRATT, Geraldine and WATTS, Michael. 2000. The Dictionary of Human Geography. London: Blackwell. (première edition : 1981)

KEERLE, Régis et SÉCHET, Raymonde. 2007. « Petite histoire de nos délicatesses avec le territoire ». ESO Travaux et documents 26 : 17-28.

KUHN, Thomas S. 2018. La structure des révolutions scientifique. Paris : Flammarion (première édition originale en anglais : 1962).

LACOSTE, Yves. 1976. La géographie ça sert, d’abord, à faire la guerre. Paris : Maspéro.

LAFONTAINE, Danielle. 2012. « L’émergence et l’évolution des études et science régionales au Québec (1908-2008). Des liens et des lieux ». Revue d’Économie Régionale et Urbaine 4 : 555-575.

LAURIN, Suzanne, KLEIN, Juan Luis Klein et TARDIF Carole (dir.). 2001. Géographie et société. Sainte-Foy : PUQ.

LEPAGE, Pierre. 2009. « Oka, 20 ans déjà ! Les origines lointaines et contemporaines de la crise ». Recherches amérindiennes au Québec 39 (1-2) : 119-126.

MCCANN, Larry and GUNN, Angus (ed.). 1998. Heartland/Hinterland. A Regional Geography of Canada. Scarborough: Prentice-Hall Canada.

MCGILLIVRAY, Brett. 2000. Geography of British Columbia, People and Landscapes in Transition. Vancouver: UBC Press.

MCGILLIVRAY, Brett. 2006. Canada. A Nation of Regions. Toronto: Oxford University Press

MAMH (Ministère des Affaires Municipales et de l’Habitation). 2019. La municipalité régionale de comté, compétences et responsabilités. Québec.

NISGA’A NATION. 1998. Understanding the Nisga’a Treaty. www.nisganation.ca (dernière consultation 5 janvier 2022).

MITCHELL, Robert D. and Paul A. GROVES. 1990. North America: The Historical Geography of a Changing Continent. Savage: Rowman and Littlefield

OUSTINOFF, Michaël. 2019. Le mot territoire à l’épreuve des traductions ». (2ème session atelier des territoires, novembre 2019). Nice : www.citego.org/bdf_fiche-document-1589_html. (dernière consultation 15 avril 2021).

PROULX, Marc-Urbain. 2016. « La réforme territoriale progressive au Québec ». CIST2016 Proceedings - En quête de territoire(s) ? Collège International des Sciences du Territoire (CIST), mars 2016, Grenoble, France. 398- 403. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01353664/document

PUMAIN, Denise.1974. Histoire de la géographie au Québec. Thèse soutenue à Paris 1, Département de géographie.

RAFFESTIN, Claude. 1980. Pour une géographie du pouvoir, Paris : Litec.

RAOULX, Benoît. 2006. « De l’espace-miroir à l’espace-écran : vers un effet médiatique ? » Dans Penser et faire la géographie sociale aujourd’hui, dirigé par Raymonde Sechet et Vincent Veschambre, 149-172. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

RAOULX, Benoît. 2014. « En quête du territoire : du territoire politique au territoire de l’artiste ». Dans Stratégie d’enquête et de création artistique. Résidences d’artistes, de chercheurs et de pédagogues de rue en expédition, dirigé par Romain Louvel et de Nolwenn Troël-Sauton, 185-203. Paris : L’Harmattan.

RÉSEAU DE GÉOGRAPHIE SOCIALE. 1992. Le territoire et la géographie sociale. École d’été́ -Vallée d’Aspe, 31 août - 03 septembre 1992. Caen : CERA/Université de Caen.

RIVARD, Etienne. 2002. « Territorialité métisse et cartographie du Nord-Ouest canadien au XIXe siècle : exploration cartographique et toponymique ». Cahiers franco-canadiens de l’Ouest 14 (1-2) : 7-32.

RIVARD, Etienne. 2021. « L’enclave métisse : le morcellement (post)colonial des territorialités autochtones ». Dans Autochtonie, regards croisés sur les territorialités et les territoires des peuples autochtones, dirigé par Éric Glon et de Bastien Sepúlveda, 65-85. Rennes : PUR.

ROBINSON, John Lewis. 1956. “The problem of Geographical Regions in Canada”. Le géographe canadien/The Canadian Geographer 2 (7): 46-47.

ROLLOT, Mathias. 2018. « Aux origines de la « biorégion ». Des biorégionalistes américains aux territorialistes italiens ». Métropolitiques, 22 octobre. https//metropolitiques.eu/Aux-origines-de-la-bioregion.html

SACK, Robert D. 1983. “Human territoriality: a theory.” Annals of American Geographers 73: 55-74.

SANGUIN, André-Louis. 1986. « Le paradigme régional, la pensée géographique et l’œuvre québécoise de Raoul Blanchard ». Cahiers de géographie du Québec 30 (80) :175–188.

SANGUIN, André-Louis. 1988. « La géographie du Canada vue par des géographes français ». Cahiers de géographie du Québec 32 (85) :49-59.

SÉnÉcal, Gilles. 1992. « Les monographies des régions de colonisation au Québec (1850-1914) : genre et tradition géographiques. École nationale ? » Cahiers de géographie du Québec 36 (97) : 33-60.

SIMARD, Martin. 2019. Revue de l’ouvrage « Bone, R. M. (2018) The Regional Geography of Canada (7e éd.) ». Le géographe canadien / The Canadian Geographer 63 (3): 22-23.

SIMARD, Martin. 2016. « Régions, régionalisation et développement au Québec : quel bilan 50 ans après les premiers découpages administratifs ». Organisations et Territoires 25 (2) : 5-17.

SIMARD, Martin et BRISSON, Carl. 2020. « Les enjeux et défis de la gouvernance biculturelle : l’exemple du gouvernement régional de l’Eeyou-Istchee-Baie-James ». Etudes Canadiennes/Canadian Studies.89 (2) : 355-379.

TOMÀS, Mariona. 2013. Montréal : une histoire de réformes territoriales. Métropolitiques, 22 mars. https://metropolitiques.eu/Montreal-une-histoire-de-reformes.html

YEATES, Maurice. 1998. The North American City. New York: Addison-Wesley.

Haut de page

Notes

1 L’auteur remercie les évaluateurs et/ou évaluatrices de l’article pour leurs remarques constructives, ainsi que les échanges avec les collègues français et canadiens autour de la question du « territoire » et de la « région ».

2 Par dimensions spatiales (ou spatialités) nous entendons tant l’espace matériel qu’idéel produit par les sociétés (imaginaires, idéologies, discours) à toutes les échelles. Dans cette perspective, le langage constitue une dimension spatiale.

3 L’auteur présente une conception racialiste courante à cette époque (« race américaine » où il réunit les différentes cultures, les « Esquimaux » -Inuit- et les « Indiens »). Il hiérarchise les « genres de vie » associés au milieu naturel. Le métissage amènerait ces populations à se fondre dans la « population blanche » (138).

4 Il s’agit du géographe français Gérard Dorel, qui a enseigné aux États-Unis, de géographes suisses : Antoine Bailly, qui a étudié et enseigné au Canada et Jean-Bernard Racine, qui a longtemps vécu et enseigné au Canada, et du géographe québécois Paul Villeneuve. L’ouvrage a aussi bénéficié de contributions d’autres auteurs.

5 Par exemple, le découpage des fuseaux horaires. Une partie du nord-est de la Province de Colombie-Britannique est rattachée à l’heure des Rocheuses en hiver, un angle au sud-ouest y est rattaché toute l’année, et non à l’heure du Pacifique. Cet indicateur illustre de façon simple des espaces vécus plus tournés vers d’autres provinces.

6 L’auteur remercie Martin Simard pour ces informations (2022).

7 Les modalités d’action en France ont changé avec l’effacement du rôle de l’Etat, dans un contexte de mutations économiques (crise de l’emploi industriel de certains secteurs), et la montée, d’une part, de l’instance européenne, et, d’autre part, de la décentralisation.

8 Cette expression a été utilisée en France en amont de la réforme territoriale de 2015.

9 D’abord circonscriptions d’action de l’État dans les années 1950, elles deviennent des entités administratives au cours des années 1960 puis constituent, avec la décentralisation de 1982, des collectivités territoriales. La réforme de 2015 a réduit le nombre de régions métropolitaines de 22 à 13, suscitant nombre de débats concernant leur délimitation et la localisation du siège régional.

10 Le champ de l’économie spatiale et régionale est très actif au Québec, ce qui dépasse le champ de notre contribution. On remarque aussi l’affirmation du concept de « territoire » et des « sciences du territoire » dans les travaux tant au Québec qu’en France (DUEZ 2011).

11 Raffestin utilise le terme « énergie » pour désigner l’idée d’entropie associée au pouvoir.

12 Cette crise a été marquée par des violences et l’intervention finalement des forces canadiennes. L’État fédéral a acquis les terres concernées et le projet a été abandonné. Cet évènement très médiatisé a marqué considérablement la décennie 1990 et a laissé des traces profondes dans la relation entre Autochtones et les autres communautés.

13 Les terres relèvent alors officiellement de la Couronne.

14 Les auteurs relèvent 6 sens différents du mot territoire (environ une page pour ce mot). Les autres mots, territorialisme et territorialité, sont moins développés : respectivement environ une colonne (2 paragraphes) et un peu plus d’une demi-colonne (2 sens proposés, 3 paragraphes).

15 Dans la première édition, de 1992, ce terme était simplement mentionné à la fin de la définition du mot territorialité. En revanche, dans la troisième dernière édition de 1993, largement augmentée, il figure comme entrée.

16 Le mot « territory » ne fait l’objet que d’un seul paragraphe ; « territoriality » est développé en quatre paragraphes. Notons que l’adjectif « territorial » est utilisé pour deux autres entrées : « territorial justice » et « territorial sea ».

17 Par exemple dans l’ouvrage de Steve Herbert, Policing space, Territoriality and the Los Angeles Police Department (1997) on traduirait volontiers « Territoriality » par territoire, voire territorialisme, si on insiste sur la dimension idéologique des rapports de la police à la population par le contrôle de l’espace.

18 Dans le dictionnaire mentionné plus haut (JOHNSON, 2000), le terme de « place » fait l’objet de huit paragraphes (582-584), ce qui contraste singulièrement avec le terme « territory ». Plusieurs entrées combinant « place » sont aussi répertoriées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Un découpage régional à l’échelle infra-provinciale : la Colombie-Britannique (MCGILLIVRAY 2000, 6).
Crédits Titre original : Regions of British Columbia
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 2 : Les régions administratives du Québec (Carte reprise de SIMARD 2016).
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5475/img-2.png
Fichier image/png, 125k
Titre Figure 3 : Le territoire (« homeland ») de la nation Métis largement diffusée par les médias. Source : MONKMAN 2018.
Légende Le symbole et la couleur du fond font référence au drapeau de la nation Métis qui est bleu.
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5475/img-3.png
Fichier image/png, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Raoulx, « De la « région » au « territoire » ? Quelques repères pour penser la mise en mots de l’espace canadien »Études canadiennes / Canadian Studies, 92 | 2022, 9-39.

Référence électronique

Benoît Raoulx, « De la « région » au « territoire » ? Quelques repères pour penser la mise en mots de l’espace canadien »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 92 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/eccs/5475 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.5475

Haut de page

Auteur

Benoît Raoulx

Benoît Raoulx est maître de conférences Habilité à Diriger des Recherches (HDR) en géographie, à l’Université de Caen Normandie (équipe de recherche Eso 6590 CNRS). Ses recherches en géographie sociale portent notamment sur la marginalité et l’espace en Europe et au Canada ; il a réalisé plusieurs films documentaires dont Traplines In Vancouver (2003) et dirige un programme de recherche interdisciplinaire Film et recherche en Sciences Humaines et Sociales (FRESH), soutenu par différentes institutions.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search