Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Le castor et le goupillon. Pierre...

Le castor et le goupillon. Pierre Deffontaines et le Canada, ou appréhender l’espace politique, social et culturel par la géographie humaine

Beavers and Borders. Pierre Deffontaines and Canada, or Understanding Political, Social and Cultural Space Through Human Geography
Antoine Huerta
p. 41-67

Résumés

La pratique géographique de Pierre Deffontaines dans les contrées canadiennes à partir de 1948 se fonde sur une connaissance singulière du terrain ; la géographie régionale qu’il met alors en place lors de ses missions successives en porte la marque. Sa relation au Canada et spécialement au Canada français, « repose sur sa capacité d’émerveillement » sur toutes les caractéristiques politiques, sociales et culturelles des espaces qui l’entourent : rien de ce qui est humain ne lui est étranger. Ce texte propose de traiter la façon dont le géographe utilise ses réseaux catholiques pour mener à bien ses recherches et obtenir des renseignements. Ses informateurs, rencontrés en compagnie de divers collègues de l’université Laval à Québec, dont Luc Lacourcière, constituent sa source scientifique première. Appréhender la construction du territoire dans le contexte canadien de l’après Seconde Guerre mondiale passe par la compréhension de certains des hommes qui en écrivirent la géographie : Deffontaines fait partie de ceux-là. Alors même que ses travaux sur le rang d’habitat comme fait géographique total sont relativement oubliés, il apparaît néanmoins qu’ils représentent une géographie humaine et régionale canadienne tout à fait particulière que nous présenterons.

Haut de page

Texte intégral

1Selon le grand géographe québécois Louis-Edmond Hamelin « la géographie est probablement la discipline qui, au Canada français, s’abreuve le plus aux sources de la France » (HAMELIN 1962, 144). Il commentait ainsi l’œuvre de Deffontaines dans son « Histoire de la géographie à l’université Laval en termes bibliques ». « Côté enseignement, ce dernier n’est rien de moins qu’une vraie lumière qui fait descendre la grâce de la géographie humaine sur les apôtres », nous dit-il (HAMELIN 1999, 128). Et il est vrai que l’état d’esprit de Deffontaines n’était pas celui attendu d’un scientifique classique, mais bien plutôt celui, au sens premier, d’un géographe « fanatique », c’est-à-dire inspiré par la divinité1Pourtant, son œuvre canadienne, en général, et le rôle qu’il joua dans la structuration de la géographie québécoise, en particulier, présentèrent une approche bien spécifique du fait régional canadien et eurent une influence non négligeable dans l’approche de ce dernier.

2La pratique géographique de Pierre Deffontaines dans les contrées canadiennes à partir de 1948 se fonde sur une connaissance singulière du terrain ; la géographie régionale qu’il met alors en place lors de ses missions successives en porte la marque. Sa relation au Canada et spécialement au Canada français, « repose sur sa capacité d’émerveillement » sur toutes les caractéristiques politiques, sociales et culturelles des espaces qui l’entourent : rien de ce qui est humain ne lui est étranger. Son rapport au terrain repose d’une part sur une description fine et attentive, « il décrit cette société nouvelle avec un grand souci du labeur des hommes qui l’ont édifiée et une connivence profonde avec les acteurs de ces efforts heureux ou malheureux » (BIAYS 1997, 68).

  • 2 Il s’agit de la période la plus importante pour ce périodique. « Au cours des années quarante, le q (...)

3Cette perspective questionne à la fois la façon dont on pense les identités et les relations sociales dans cette géographie, mais aussi la place accordée aux informateurs dans une logique d’analyse historienne des particularités régionales que rencontre Deffontaines et qui lui font produire sa littérature. En effet, l’exemple significatif de la frontière du Labrador permet de cerner l’état d’esprit de Deffontaines quand il arrive à Québec, face à ce qu’il estime être un vide géographique. Dès son arrivée à Québec, Deffontaines prend part à la vie sociale. Il publie un article dans un journal, L’Action catholique2 ; nous y reviendrons. Très vite, Deffontaines met en place une géographie régionale revisitée et s’implique politiquement sur diverses questions. Enfin, c’est pour lui l’occasion de développer dans ses recherches et ses enseignements une géographie bien particulière qui s’éloignait des canons de la géographie classique française mais trouva un écho particulier sur les terres québécoises.

4Précisons dès lors ce que Deffontaines entend mettre en place comme cadre régional d’étude. Ses travaux portent essentiellement sur le Québec, et en particulier sur la région du Saint-Laurent. C’est ainsi la région laurentienne, pour reprendre ses termes, qui est principalement mise en avant. Dans son ouvrage majeur sur la question, il en va de même et le géographe indique qu’il a :

[…] choisi comme terrain de cette lutte un des coins de la Terre où la saison froide est la plus dure, ce Canada oriental des rives du Saint-Laurent, où l’hiver est à la fois long, inattendu, instable, humide et neigeux, véritable golfe de froidure et de glace, descendu de l’Arctique jusqu’à des latitudes insolites. (DEFFONTAINES 1957, tiré à part de présentation).

5La région laurentienne fait également l’objet d’un texte portant sur le rôle de la forêt dans la géographie humaine du « long et dur hiver du Canada du·Saint-Laurent » (DEFFONTAINES 1956, 153).

6Quelle approche privilégie ici Deffontaines pour aborder un fait régional centré autour de la question hivernale et de ses implications géographiques ? En effet, si les écrits de Deffontaines décrivent la fin d’une époque, ils font peu de place à l’urbanisation et à l’industrialisation galopante de Montréal, à cette époque. « Le processus d’industrialisation bouleverse la société traditionnelle, ancrée dans un monde rural plus ou moins autarcique » (LINTEAU 1999, 78). Dans le cas précis qui nous intéresse, il s’agit de la phase ayant lieu « pendant la Deuxième Guerre mondiale et l’après-guerre » (LINTEAU 1999, 78). Même si le phénomène est alors déjà bien engagé, et s’il « est indéniable que les évêques québécois ont cherché à résister aux bouleversements de la société traditionnelle entraînés par l’industrialisation et l’urbanisation » (LINTEAU 1999, 84), Deffontaines les suivait en cela. Le géographe présentait en effet un goût certain pour les milieux ruraux, mais beaucoup moins d’intérêt pour les villes. Il n’est donc pas étonnant qu’il ait préféré croquer ce monde déclinant plutôt que le nouveau qui apparaissait alors sous leurs yeux. L’ethnologue Jean-Pierre Pichette rappelait cette volonté : il fallait réunir des informations, car « plus que jamais le folklore [était] menacé dans ses sources vitales, c’est-à-dire dans le peuple lui-même, par cette sorte de réduction à l’uniformité que les inventions modernes font subir aux traditions les plus riches et les plus saines » (PICHETTE 2004, 25).

7Ce travail se propose de traiter la façon dont Deffontaines utilise ses réseaux catholiques pour mener à bien ses recherches et obtenir des renseignements auprès des informateurs rencontrés en compagnie de collègues de l’université Laval à Québec, dont Luc Lacourcière, sa source scientifique première. Appréhender la construction du territoire dans le contexte canadien de l’après Seconde Guerre mondiale passe par la compréhension de certains des hommes qui en écrivirent la géographie : Deffontaines fait partie de ceux-là. Alors même que ses travaux vus comme un fait géographique total sont relativement oubliés, il apparaît néanmoins qu’ils représentent une géographie humaine et régionale canadienne tout à fait particulière que je vais présenter brièvement.

1. Écrire le fait régional dans une géographie jeune

8Réfléchir à l’influence des géographies étrangères dans la construction du fait régional québécois revient à poser une première question pour comprendre l’apport de Deffontaines : est-il pertinent de parler d’une pensée géographique québécoise ? Hamelin en doutait en 1963 : « Malgré des adaptations à la situation nord-américaine, la géographie d’ici reste une projection assez fidèle de la géographie occidentale avec ses qualités et ses insuffisances » (HAMELIN 1962, 137-138). Les influences françaises, anglaises et américaines se croisèrent en effet au Canada. Denise Pumain insistait sur ce métissage géographique : « Le problème [n’était] donc pas tant celui de l’originalité d’une géographie québécoise que celui de la rencontre, dans ce milieu nord-américain, des influences française et anglaise, puis états-unienne » (PUMAIN 1974, 3). Nous questionnerons plus précisément ces processus de métissage dans le cas de Pierre Deffontaines.

9La géographie canadienne apparaît en premier lieu comme une géographie du milieu américain. André Siegfried l’énonçait clairement dans Le Canada, puissance internationale : « Au début, au milieu et à la fin de toute étude sur le Canada, il faut répéter que le Canada est américain » (SIEGFRIED 1939, 5). Denise Pumain précisait et étoffait ce constat initial : « Pour un Européen, certains caractères de la géographie pratiquée au Québec apparaissent immédiatement comme autant de traits américains. Les uns sont à attribuer à la civilisation nord-américaine, d’autres à l’influence directe des États-Unis et d’autres relèvent du milieu géographique proprement dit. Ces adaptations et modifications visibles des traditions européennes de la géographie ont d’ailleurs été tantôt inconscientes et progressives, tantôt délibérément voulues » (PUMAIN 1974, 82). Influencée par les géographies étrangères comme nous allons l’illustrer, c’est une géographie également marquée par le milieu :

Enfin on peut essayer de voir dans quelle mesure le milieu étudié a pu influencer les géographes québécois et modifier les méthodes et concepts et hérités de la tradition européenne. Les auteurs se plaisent à rappeler les traits permanents de ce milieu : ‘immensité, monotonie des paysages, caractère sporadique du peuplement... Le Canada c’est d’abord l’Amérique’. (PUMAIN 1974, 85 citant CORBEL 1957, 197)

10Appréhender l’émergence de la géographie au Canada au prisme des relations culturelles permet d’insister sur les influences et les apports étrangers, dont ceux de Pierre Deffontaines (PUMAIN 1974, 48). Ces influences permettent-elles de résumer l’évolution de la géographie québécoise en disant des divers courants de pensée géographiques qu’ils sont venus comme d’autres « se fondre harmonieusement dans le creuset canadien, ce carrefour des cultures européennes et américaines ? » (DAGENAIS 1953, 3 ; cité par PUMAIN 1974, 50). Pour Denise Pumain, « il est certain qu’en géographie, les influences étrangères ont profondément marqué la province » (PUMAIN 1974, 50). Ces influences sont permises par le fait que la géographie canadienne apparaît comme étant une science jeune. Pierre Dagenais le soulignait déjà en 1953 :

Les principaux responsables des tendances données à l’enseignement géographique sont relativement jeunes, en grande partie des moins de quarante ans. Ils n’ont pas l’avantage de s’appuyer sur les travaux accomplis ou amorcés par la génération précédente. Avec le prosélytisme du jeune apôtre, ils dépensent une bonne partie de leur énergie à combattre des préjugés, à vaincre des difficultés matérielles, à poser les fondements de l’édifice et à former des successeurs qui assureront la pérennité de la discipline. Ils sacrifient souvent du même coup la délicate satisfaction personnelle et l’auréole que seuls des travaux de recherche d’envergure peuvent apporter aux scientifiques (DAGENAIS 1953 ; cité par PUMAIN 1974, 51).

11C’est donc une géographie jeune avec peu de travaux d’envergure, comme le révélait Louis-Edmond Hamelin en 1957.

12À cela s’ajoute des lacunes en matière d’analyse et production démographique et cartographique. Les documents de base manquent. Sur cette question de la production de savoir géographique, l’apport de Pierre Deffontaines nous semble central. En 1958 par exemple, seulement 20 % de la superficie du Québec était couverte par des cartes géologiques (BERGERON 1958, 25 ; cité par PUMAIN 1974, 54). Néanmoins, notait Denise Pumain, cette jeunesse n’était pas toujours vécue comme un handicap, et ce pour deux principales raisons. D’une part, du fait de l’adoption d’emblée de techniques modernes, notamment pour les cartes topographiques, avec une utilisation directe de photographies aériennes après la guerre (PUMAIN 1974, 85). D’autre part, les études apparaissaient comme étant stimulées par la nouveauté : « C’est surtout dans les pays neufs que la géographie offre un intérêt pratique, on a besoin de connaître les ‘suggestions de la nature’ et le géographe devient un ingénieur-conseil qui prépare la connaissance et l’humanisation des régions vierges » (PUMAIN 1974, 53). Hamelin nous dit à ce propos que :

[...] malgré les travaux fondamentaux de Raoul Blanchard sur l’Est, le Centre et l’Ouest du Québec méridional, nombreux sont encore les problèmes géographiques canadiens qui attendent leur première génération de chercheurs. Il en est particulièrement ainsi dans le Québec qui n’est pas laurentien, c’est-à-dire à la fois le Québec central ou subarctique et le Québec Nord ou Arctique. Pour ces régions, aucune synthèse géographique ; l’on en est encore soit à la simple reconnaissance de grandes régions à l’aide des photographies aériennes – soit à l’examen d’un site local ou d’une question précise. (HAMELIN 1957, 87)

13Après avoir dessiné les lignes principales de ce tableau de la géographie canadienne, comment pouvons-nous caractériser cette influence étrangère et que nous apprend-elle sur cette géographie ? On peut saisir cette influence à travers plusieurs critères. Les premiers professionnels de la géographie québécoise ont étudié en France et les fondations des départements de géographie de Montréal et d’histoire et géographie de Laval sont l’œuvre de Français. De manière générale, l’organisation même du système universitaire s’inspire beaucoup du modèle français, « mais c’est surtout l’encadrement universitaire qui garde longtemps une forte coloration française » (PUMAIN 1974, 55). Cette influence est « encore plus remarquable et permanente » selon Denise Pumain si on regarde le nombre de cours dispensés. En effet, pendant plusieurs années à Montréal, « plus des trois quarts des crédits donnés par le département correspondaient à des cours assurés par des Français ou des Canadiens formés en France » (PUMAIN 1974, 56). À Laval, « l’influence française mesurée au nombre des enseignants d’origine française ou formés en France est tout aussi considérable – on doit souligner en particulier le rôle de Pierre Deffontaines » (PUMAIN 1974, 57). Enfin dans ce contexte d’une géographie influencée, il est nécessaire de souligner le rôle de Blanchard et de Deffontaines :

Si l’on peut mettre en évidence le rôle directeur de Raoul Blanchard et de Pierre Deffontaines sur les deux premières générations de géographes québécois, les ‘filiations’ suivantes sont plus difficiles à établir entre les individus, pour les raisons déjà évoquées de petites différences d’âge entre les géographes et de rareté des chefs d’école. (PUMAIN 1974, 58)

14Ce constat de Denise Pumain confirme la pertinence de notre approche visant à éclairer les caractéristiques de cette géographie québécoise afin de mieux comprendre les apports de Pierre Deffontaines.

15Selon Hamelin, cité par Denise Pumain, « la présence dans les départements de géographie d’une majorité de professeurs français ou formés en France a longtemps retardé ‘la vente des idées canadiennes françaises’ » (PUMAIN 1974, 60). Les jeunes diplômés canadiens français ont perçu « quelquefois péniblement la concurrence des envoyés de la France, parfois peu au fait du milieu québécois et accusés de ‘colonialisme’ ». Cela révèle « l’attitude ambiguë des Québécois envers les Français, dont l’existence est ressentie à la fois comme une garantie et une menace pour l’identité québécoise » (PUMAIN 1974, 60). Denise Pumain évoque l’ambivalence de cette influence, à la fois moteur et frein. De même, si les initiateurs ont pu avoir un rôle moteur, ils n’ont pas toujours réussi à faire prendre la greffe. Hamelin le constate pour Québec :

[...] d’un côté, ils ont enrichi nos étudiants, jeté du prestige sur l’Institut de géographie de l’université Laval (IGUL) et ils ont fourni aux collègues canadiens des interlocuteurs appréciés ; de l’autre... l’enseignement des visiteurs n’a pas eu de fortes résonances au plan des recherches ; en fait, aucun de ces invités n’a dirigé de thèse en géomorphologie ni servi dans un jury ; peu ont publié d’importants articles dans les revues laurentiennes. (HAMELIN 1966 ; cité par PUMAIN 1974, 61).

16Cette histoire des relations culturelles internationales au prisme de la géographie se révèle donc très riche entre la France et le Québec. De ce terreau purent naître certaines spécificités dans les voyages de cette discipline d’une rive à l’autre de l’Atlantique Nord, qui permirent à Deffontaines de découvrir les marges boréales du nouveau monde et de saisir géographiquement ce terrain singulier.

2. Le Québec et la découverte d’une entité régionale nouvelle

17Lors de son premier séjour au Canada, qui se déroula du 7 septembre 1948 au 19 janvier 1949, Pierre Deffontaines avait laissé sa famille à Barcelone et tint seul un livre de raison. Ce texte est pour nous une véritable carte d’État-major. Il facilite la compréhension de sa prise en compte de la géographie du pays, en même temps qu’il nous fait voyager dans ses réseaux. Le premier de ses réseaux au Québec est le réseau catholique. Celui-ci émane tant des relations de Robert Garric (son mentor des équipes sociales nées dans l’entre-deux-guerres), que des siennes propres, forgées aux facultés catholiques de Lille, notamment par le truchement d’anciens élèves canadiens ayant étudié dans la capitale nordiste.

18Peu de temps avant sa belle mission, Pierre Deffontaines reçoit un courrier de Georges-Henry Lévesque, ancien élève canadien ayant suivi ses cours à Lille, en 1930 :

Vous vous souvenez sans doute d’un jeune dominicain canadien-français qui suivait vos cours de géographie humaine à Lille en 1930. Il est devenu doyen de la Faculté des sciences sociales de l’université Laval, et c’est lui qui a le plaisir de vous écrire aujourd’hui. J’ai appris avec grande joie la nouvelle de votre venue à notre université. Comme je serai heureux de vous revoir ! (LEVESQUE 1948)

19Que cet ancien élève se satisfasse de la venue de Deffontaines, rien de moins étonnant, à titre sentimental. Mais c’est le programme administratif qu’il propose à Deffontaines qui est le plus intéressant. Il compose un véritable plan de gestion de la formation d’élite à Québec, et notamment du jeune Louis-Edmond Hamelin, pour lequel Deffontaines est souhaité comme professeur. On lui demande :

Pourrions-nous compter sur votre dévouement pour accepter cet étudiant comme élève très spécial que vous pourriez préparer vous-même de façon qu’il puisse faire de meilleures études. Nous vous confierions le soin de l’orienter vers l’institution universitaire française que vous jugeriez la meilleure. Ce jeune homme pourrait peut-être aussi vous servir d’aide dans les travaux et voyages que vous accomplirez chez nous. (LEVESQUE 1948)

  • 3 Voir Archives de l’université Laval (Fonds Luc Lacourcière P178/D3), la série intitulée : Le profes (...)

20Nous voyons bien à partir de ces éléments l’importance que revêtent ces échanges franco-canadiens et le rôle des anciens élèves dans les travaux américains de Pierre Deffontaines en tant qu’administrateur d’une géographie naissante. Par ailleurs Auguste Viatte (son beau-frère), professeur de lettres dans la même université, avait pris soin d’établir une liste de contacts utiles pour qu’il puisse cheminer dans le pays3.

21Parmi les enseignants figure Luc Lacourcière, avec qui il organisa de nombreuses excursions et avec qui il maintint des liens durant de longues années. Luc Lacourcière avait connu dans un premier temps Auguste Viatte, lorsqu’il était professeur de littérature française au collège Saint-Charles de Porrentruy en 1936-1937. Par la suite, au Canada, il enseigna le latin au collège, avant d’être invité en 1938 par Monseigneur Alphonse-Marie Parent, recteur de l’université Laval. Enseignant tout d’abord la littérature, il se dirigea rapidement vers les études de folklore dont il devint un éminent spécialiste. Pierre Deffontaines le rencontra donc par l’intermédiaire d’Auguste Viatte (1954). Lacourcière était suffisamment proche de la famille ; il écrivit le 12 août 1939, une longue lettre à Madame Claro lui faisant part de ses sincères condoléances en évoquant les souvenirs qu’il avait de sa fille Marie-Louise. Les liens avec la famille persistèrent et on note dans la correspondance de Lacourcière un échange en 1954 entre Jean-Claude Viatte et le professeur, afin de solliciter l’obtention d’une bourse d’étude pour étudier le folklore au Canada. Ce dernier lui accorda son soutien par lettre et l’encouragea à poursuivre cette voie de recherche. Lorsque le géographe entreprit d’accompagner Luc Lacourcière dans ses récoltes de termes folkloriques, dès 1948, c’était une pratique déjà connue au Québec (BARBEAU 1959, 118). Lacourcière, professeur à l’université Laval, en fut l’animateur principal, aux côtés de Mgr Félix-Antoine Savard notamment.

22Deffontaines se montra un amateur éclairé par tous les contacts présentés par Lacourcière. La littérature orale qu’il compila avec son collègue le conforta dans son rapport tant aux hommes qu’aux territoires. Lacourcière établit pour lui la liste des excursions où il entraîna, à plusieurs reprises, « Deffontaines en enquête de folklore » : on relève dans les notes d’enquête du géographe, souvent volantes, des mentions qui ne pouvaient être parlantes que pour leur auteur : « Charlevoix, St-Siméon, Baie-des-Rochers, Port-au-Persil (anecdote Thomas Bouchard), même handicap ; Thomas Dallaire - ‘j’ai gardé mon poil = manteau de fourrure’ ; Beauce et Dorchester, (chez M. Fontaine) ; Lothinière, herse ronde ; dater d’après mes cahiers de notes d’enquête » (note volante, Fonds Deffontaines). Sans aucun doute, ces notes accompagnaient sa mémoire. Voilà ce qu’il appelait le pompage géographique : recueillir des éléments matériels, culturels et ethnographiques pour écrire la géographie de ces régions. La géographie mise en place au Québec est une pratique, très liée aux hommes, sur le terrain, et ce à tous les niveaux.

23Toujours avide de réunions pour diffuser ses conceptions géographiques, Deffontaines donna des conférences et multiplia les entretiens dans une certaine « frénésie » de contacts dont nous vous épargnons la liste.

24Les relations avec Lacourcière ne furent pas uniques, on pourrait multiplier les exemples qui témoignent à la fois de la convivialité de Deffontaines et de la disponibilité de ses interlocuteurs. Le Canada est surtout, pour lui, la source d’une grande attente scientifique et tous ces canaux lui permettent de diffuser une vision des régions canadiennes. Le cas de la frontière du Labrador est un exemple des lacunes que Deffontaines croit voir dans la géographie canadienne et de ses attentes scientifiques.

2.1. Premières publications sur le rang d’habitat

25Très vite, le la fut donné pour la partition qui devait se jouer sur l’air nord-américain : un des premiers articles de Deffontaines parut aux Archives de folklore, revue promouvant la collecte de données ethnographiques liées à la vie dans un Canada français traditionnel en train de disparaître. Nous l’avons vu, son association avec l’ethnologue Luc Lacourcière fut féconde. Un autre texte du géographe, là encore, posa une pierre décisive dans l’édification de son œuvre québécoise. Deffontaines revint alors sur le peuplement du Canada français par le « rang » (voir dessin ci-dessous).

Figure 1 : Le rang vu par Pierre Deffontaines.

Figure 1 : Le rang vu par Pierre Deffontaines.

Source : Fonds Deffontaines. Bibliothèque nationale de Catalogne, Barcelone.

26« Le rang [nous expliquait-il] désigne au Canada l’ensemble des concessions aboutissant à la même voie, il s’applique aussi au groupe d’habitants qui y demeuraient » (DEFFONTAINES 1953, 12). Pour le géographe, ce mode de peuplement était un élément majeur pour comprendre le pays. Ne disait-il pas : « En tout le Canada français, sur la carte, comme sur le terrain, domine le rang » ; « Le rang domine la toponymie de peuplement » ; « Le rang a constitué l’unité sociale primordiale » ; « Le rang constitue une des armatures du Canada français » (DEFFONTAINES 1953, 20-21). Cette étude fut suivie d’une série sur le même thème avant la publication d’un travail de fond sur l’hiver et les genres de vie au Canada, comme nous allons le voir. Si ces publications marquaient les inclinations géographiques de Deffontaines, comme les thèmes qu’il développa par la suite, elles ne recelaient aucune tentation téléologique. Nous ne prétendons pas ici expliquer son œuvre au vu de ces seuls premiers travaux. Nous faisons plutôt l’hypothèse que Deffontaines, sur ce terrain d’étude attendu, vint avec son cadre d’analyse déjà en place et qu’il n’eut qu’à récolter les matériaux nécessaires à son déploiement. Un tableau de ces publications, mineures par la forme mais non par le fond, devrait permettre de concevoir plus précisément ce que nous évoquons. Louis-Edmond Hamelin notait à propos de l’influence française au Québec deux aspects : outre l’ouverture pour le Québec à l’espace francophone, une québécisation des travaux grâce notamment aux études de Pierre Deffontaines sur le rang (HAMELIN 2006b, 35). Voyons en quoi Deffontaines, par le rang, a québécisé sa géographie. Si Pierre Deffontaines a une forte proximité avec ses terrains, il n’en demeure pas moins que le langage cartographique est peu utilisé dans ses œuvres. Ses traductions de l’espace passent alors par d’autres vecteurs : le récit, la photographie, le dessin. Nous voudrions, cependant, proposer une lecture cartographique permettant à la fois de restituer son travail dans l’espace qu’il analyse et de montrer comment elle se présenterait (figure 2).

  • 4 Cet essai de carto-fiction se base sur le travail de Pierre Deffontaines sur le rang (1953). Par co (...)

27Un tel exercice présente a priori plusieurs avantages. Le premier est de visualiser, géographiquement, les analyses qu’il promeut dans le cadre des relations culturelles avec le Québec et les Canadiens. Le deuxième est de montrer les axes structurant ce produit qu’est la géographie humaine, afin de révéler la force et les faiblesses de ses analyses. Nous proposons donc ici de combler cette lacune relative par un schéma modélisé de ce qu’aurait été la géographie de Deffontaines une fois cartographiée4. Précisons ici que notre démarche méthodologique s’appuie sur un travail de traduction visuelle de l’article de Pierre Deffontaines. Il s’agit alors de considérer l’article comme source et terrain de notre travail de traduction cartographique.

28Ce schéma modélisé de sa géographie nous permet donc de comprendre comment Deffontaines, en québécisant sa géographie, pour reprendre le mot de Louis-Edmond Hamelin, trouva une porte d’entrée vers le Canada français. Dans le même temps, nous pouvons observer combien ce terrain d’étude fut propice au déplacement de ses savoirs et permit de renouveler une partie de sa géographie.

Figure 2 : Carto-fiction : Le rang selon Deffontaines.

Figure 2 : Carto-fiction : Le rang selon Deffontaines.

Source : Antoine Huerta, OpenStreetMap, SRTM. Carto : Gaelle Sutton, 2022.

2.2. La frontière du Labrador selon Deffontaines : un exemple de régionalisation

  • 5 Les notes infra de ce texte sont les nôtres.

29Un autre exemple significatif est celui de la frontière du Labrador qui permet de cerner l’état d’esprit de Deffontaines quand il arrive à Québec, face à ce qu’il estime être un vide géographique. Dès son arrivée à Québec, Deffontaines prend part à la vie sociale. Il publie un article dans L’Action catholique, pour prendre position en faveur d’une réécriture de la frontière du Labrador. « Il y a eu des erreurs géographiques qui ont eu la vie dure et qui ont provoqué parfois de singulières incidences politiques5 » (DEFFONTAINES 1948). Il se propose alors de réparer l’erreur dénoncée et considérée par Deffontaines comme le résultat d’un déficit de géographie. Il relève certaines :

[...] erreurs géographiques [qui] n’ont pas eu toujours la même fortune. Il en est une qui a régné avec une omnipotence particulière à la fin du siècle dernier et dont l’influence se poursuit encore de nos jours. C’est celle qui affecte à tous les bassins fluviaux un encadrement de relief bien dessiné avec une ligne de crête marquant nettement la séparation des versants. C’est la théorie dite de la ligne de partage des eaux. (DEFFONTAINES 1948)

30Il regrette ici que les frontières soient, bien trop souvent, fondées sur une théorie qu’il considère faible et c’est en quelque sorte une hypnose des vieilles théories, nous dit Deffontaines :

  • 6 Pierre Deffontaines évoque la géographie des animaux, « une géographie des abeilles, des fourmis, d (...)

[…] malheureusement pour le Canada, les pays labradoriens étant encore peu connus et difficiles à explorer, l’évidence de la fausseté de la règle ne put s’affirmer. La théorie triompha sur la réalité méconnue ; c’est aujourd’hui seulement qu’apparaît son irréalité. Il est absolument anti-géographique de prendre comme principe de délimitation dans une zone jadis occupée par de grands glaciers de plateau la ligne de partage des eaux, pour la bonne raison qu’elle n’existe pas ; il y a autant de bassins lacustres fermés, de marais bourbeux sans écoulement que de zones qui s’écoulent vraiment et quand le drainage existe, il suit des indentations extravagantes et instables qu’une frontière saine et logique ne peut accepter. Il suffirait d’un barrage de castors6 pour changer une frontière » (DEFFONTAINES 1948)

31Face au manque criant de géographie dans ces contrées nordiques, Deffontaines se pose en révélateur d’une vérité apportée par la science.

32La mention du castor peut ici sembler saugrenue, mais c’est sans compter sur la propension de Pierre Deffontaines à faire feu de tout bois en matière de géographie, comme le montre ses considérations en matière de géographie animale. Un aspect étonnant de son œuvre est donc la présence régulière d’animaux dans sa géographie : géographie humaine, géographie animale. « C’est la différence principale entre cette géographie de l’espèce humaine et les géographies qu’on pourrait aussi légitimement faire pour les autres espèces vivantes, une géographie des abeilles, des fourmis, des hirondelles ou des éléphants... » (DEFFONTAINES 1958, 118). Les animaux, tout comme l’homme, marquent donc la terre de leur empreinte. » (HUERTA 2019, 235). C’est une géographie bien spécifique qu’il porte et sur laquelle il appuie son analyse du fait régional.

33Il se fait, très ambitieusement, porte-parole de tous les géographes :

Il serait facile de faire une consultation actuelle des géographes du monde qui reconnaîtraient tous sans hésiter l’absurdité du principe dans de telles conditions physiques ; maintenant que les lois de la géographie glaciaire nous sont beaucoup mieux connues, il est évident pour tous que les anciennes calottes glaciaires appartiennent aux nombreuses zones de la terre où la fameuse ligne de partage est inopérante. Il est donc inutile de chercher à l’appliquer, il faut de toute évidence, changer de système. (DEFFONTAINES 1948)

34Il suggère donc d’utiliser une méthode géographique de terrain pour le Québec et les terres du Labrador : « N’est-il pas temps pour la frontière labradorienne qu’on adopte une solution plus réaliste, tenant compte des grandes uniformités qui caractérisent toutes les anciennes calottes glaciaires ? Les séparations réelles s’établissent sans doute sur les rebords de telles surfaces et non au centre même du plateau ». Il est dans cette mesure clairement inconcevable d’appliquer une telle règle à cette zone. Et par conséquent, « il paraît indispensable, avant de préciser des frontières utiles, de mieux connaître la géographie de tout ce Nouveau Québec, si plein d’intérêt et de promesses. Des missions géologiques, botaniques et ethnologiques ont déjà été envoyées, mais il faudrait surtout une connaissance géographique » (DEFFONTAINES 1948). Il propose donc, en creux, que l’université Laval, avec son tout jeune département de géographie, se charge de ce travail.

35Deffontaines dresse donc ici un constat à titre personnel et scientifique. Il rappelle donc avoir indiqué, selon son point de vue de géographe, « en toute bonne foi, la voie du bon sens et de la vérité géographique » (DEFFONTAINES 1948), vérité pour laquelle le géographe se sent en droit d’intervenir dans la vie de la cité. Nous voyons bien avec cet exemple que le terrain canadien peut fournir au géographe l’occasion de diffuser une forme de savoir scientifique au service du politique. Nous retrouvons donc ici une des fonctions premières de la géographie, à savoir tracer des frontières ou tout au moins déterminer les moyens de le faire. Un tel exemple permet de saisir l’étendue des attentes de Deffontaines : construire et développer la géographie québécoise, lui donner une valeur sociale et politique. L’objectif est bien de participer à la vie de la cité, de découvrir de nouvelles terres et de saisir un nouveau terrain. Il put le faire, en partie grâce à la forte implantation de la géographie française.

3. Le Canada français pour Deffontaines : géographie et luttes hivernales

  • 7 Les informations contenues dans cet essai cartographique, sous forme de croquis, proviennent princi (...)

36Lorsque, depuis la France, nous pensons au Canada, nous évoquons spontanément l’hiver. L’hiver se pose, assez aisément, comme le meilleur moyen de définir un pays où, en effet, il est parmi les plus rudes du globe. D’ailleurs, Gilles Vigneault, poète et chansonnier québécois, rappelait dans l’une de ses chansons, « Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver ». Ici nous parlerons beaucoup de l’hiver canadien, non de ses vents, de ses neiges, de ses glaces ou de ses froids, mais la façon dont il fut représenté par Deffontaines dans son ouvrage L’homme et l’hiver au Canada (1957). L’hiver y est présenté comme un ennemi central pour les populations québécoises. Cette lutte est fortement dramatisée dans ses textes, et un exemple contemporain issu de la littérature nord-américaine permet de se rendre compte des potentialités dramatiques de cette saison. Dans le cycle de roman de Fantasy de George R. R. Martin, A Song of Ice and Fire, « Winter is coming » est la devise de la maison Stark, sur le continent de Westeros où se déroule principalement l’action. Dans une société féodale pleine de magie, des maisons nobles s’y entre-déchirent afin d’accéder au trône, une reine déchue cherche à faire de même et, dans les terres gelées, l’hiver est synonyme de mort et de désolation (MARTIN 1998). Les exemples pourraient se multiplier quant à l’imaginaire liés à l’hiver (WALTER 2013), et ce depuis l’époque médiévale (KUCAB et PINEL 2016), mais ce point est important pour comprendre la synthèse de la vision des luttes de l’homme au Canada selon Deffontaines. Si cet exemple peut paraître trivial, il permet néanmoins d’affirmer que l’hiver est une saison qui fascine, par sa dangerosité et par la lutte que les humains engagent contre lui. « Que la réalité de la ‘mauvaise’ saison soit plus riche et plus variée que la série d’images stéréotypées qui encombre nos imaginaires justifie amplement qu’on en fasse un objet d’histoire » (WALTER 2013, quatrième de couverture) ou de géographie, pourrait-on ajouter. Un croquis imaginé à partir des travaux de Deffontaines qui n’en réalisait pas, ou très peu, devrait permettre de se faire une idée (figure 3)7.

37Pour Deffontaines, tout est ici question de luttes des humains contre les éléments. En revenant sur les avancées de l’architecture canadienne il envisage tout d’abord le front de l’habitation et du chauffage (DEFFONTAINES 1977, 61-63). Ensuite, le front des cultures forme la seconde avancée décisive que Deffontaines met en avant, évoquant les claires et les traits carrés qui sont aujourd’hui complètement déboisés et qui font dire au géographe : « le Canadien a gagné totalement sa bataille contre l’hiver » (1977, 63-64).

38Si nous évoquons cet article mineur, c’est afin de bien insister sur le fait que le Canada marque profondément et durablement Deffontaines d’une part, mais également que son souhait est de rendre lisible sa géographie. Son histoire, son conte canadien, doit être terminé. Il cherche à lui mettre un point final. Le Canada, en cela aussi, a fourni un terrain d’étude marquant pour sa géographie.

39Lorsqu’il définit la situation continentale de la région, Deffontaines parlait d’un « continent entre une glacière et une bouilloire » (DEFFONTAINES 1957, 18). Grande ouverte sur les mers arctiques et sur le golfe du Mexique, cette terre subit les influences d’un hiver très rude et d’un été très court. Son ouvrage publié en 1957 visait à étudier et à démontrer le rôle de l’hiver dans la structuration de la société et des espaces canadiens. Ce texte se voulait très intimement lié à l’histoire du Canada français. Il s’agit pour nous de voir à travers les représentations iconographiques et discursives du géographe français, comment se matérialisa à ses yeux une guerre perpétuelle – du moins un conflit de violence – entre l’homme et l’hiver.

Figure 3 : Carto-fiction : « Les Champs de bataille » selon Deffontaines.

Figure 3 : Carto-fiction : « Les Champs de bataille » selon Deffontaines.

Source : Antoine Huerta, OpenStreetMap, SRTM. Carto : Gaelle Sutton, 2022

3.1 L’hiver canadien : élément perturbateur du discours ?

40Comment, dans le fond comme dans la forme, apparaît l’hiver dans le discours scientifique de Deffontaines, son texte démontrant la violence d’une saison qui ne semble jamais finir ? L’expérience canadienne a été, pour le géographe, l’occasion de diffuser une géographie très narrative dont L’homme et l’hiver (1957) est un exemple typique. Le livre est divisé en quatre parties, si l’on compte l’introduction et la conclusion. La différence en taille des dites parties est considérable : en effet, après une introduction de dix pages, la première et principale partie s’étale sur plus de deux cents pages. Elle est divisée en dix chapitres traitant chacun d’un sujet particulier (habitation et hiver, vêtements et hiver, hiver et genre de vie, etc.) ; derrière cette longue partie vient la seconde. Elle fait, avec ses quarante pages, modeste figure et concerne l’hiver dans les autres régions du Canada. L’auteur essaie ensuite une comparaison avec l’hiver islandais et l’ouvrage se termine sur une conclusion d’une quinzaine de pages. Le décompte des pages écrites par le géographe pour le développement de son propos principal suffit à mettre en exergue la partie qui l’a le plus intéressé : elle traite, presque exclusivement, de la géographie humaine de l’hiver du Canada français.

41Le travail de Deffontaines sur l’hiver et les hommes au Canada français se structure autour de deux axes majeurs : un premier présente de façon générale les différents éléments de l’acteur principal du récit, à savoir l’hiver. Un second temps sert à proposer une étude sur les différentes problématiques de l’hiver en lien avec les hommes. Le premier temps de l’étude correspondant à un état initial et le second développant une dynamique d’action. Entre ces deux moments se place une transition incluant l’homme dans le discours. Dans ce texte, le récit initial sur les manifestations physiques de l’hiver, est perturbé par l’insertion de l’homme dans le discours.

42En effet, chez Deffontaines, cette transition connaît un aspect violent incontestable, d’ailleurs, le titre de la sous-partie faisant office de passage ne laisse aucune place au doute : « Terreurs de l’hiver pour les hommes ». C’est un aperçu d’environ deux pages s’appuyant sur les récits des voyageurs, servant de preuve à l’idée développée par l’auteur, que « la première adaptation des hommes au climat du Canada fut de mourir » (1957, 47-49). Ainsi, Deffontaines intègre les hommes dans son discours par le récit des hivers du XVIe siècle qui venaient griffer et creuser le visage des hommes, provoquant des épidémies de scorbut, et tuant, en masse, les colons téméraires à l’assaut d’une nouvelle terre. Ce retour historique était plus qu’un procédé rhétorique, il constituait le fond de son discours où il expliquait comment, à travers l’histoire, l’homme européen parvint à maîtriser et à surmonter les hivers les plus rudes, les plus longs et les plus meurtriers qu’il connût. L’hiver, présenté chez Deffontaines, comme l’élément principal, perturbe et modifie de fait la vie des Canadiens.

3.2 L’hiver pour Deffontaines, un élément perturbateur de la vie des hommes du Canada et un élément narratif fort

Figure 4 : « Maison de bûcheron, en troncs d’arbre non équarris à Saint-Martin-de-Beauce. (Province Québec). (Dessin Pierre Deffontaines) ».

Figure 4 : « Maison de bûcheron, en troncs d’arbre non équarris à Saint-Martin-de-Beauce. (Province Québec). (Dessin Pierre Deffontaines) ».

Source : DEFFONTAINES 1957, Pl. IV, 65.

43L’hiver, chez Deffontaines, est le principal élément à comprendre et à analyser pour étudier la vie des hommes du Canada, la structure des habitations, le peuplement, les genres de vie, etc. En effet, pour le géographe, les colons français ont été forcés d’innover afin de s’adapter à la dureté particulière de l’hiver canadien. Parvenus à surmonter les difficultés du climat sur ces terres glaciales, l’hiver modifiait encore considérablement leurs modes de vie. Déjà, dans sa nature même, selon Deffontaines, l’hiver canadien ne pouvait que perturber la vie des hommes, tant son arrivée était brutale et rude. Il était en conséquence un élément perturbateur annuel. Il imposait de fait une nouvelle temporalité : le temps du repos, de la lenteur, tranchant avec le travail continu de l’été qui se faisait dans l’intensité et la rapidité afin d’assurer une production correcte pour passer l’hiver ; il obligeait également à un nouveau genre de vie, réunissant la communauté et réglant la vie autour de la solidarité et de la fête ; il commandait, dans une certaine mesure, l’absence des hommes devant quitter la communauté pour aller travailler dans d’autres régions ; il rendait nécessaires la mise en valeur de nouvelles routes, la préparation des moyens de transports sur neige (traîneau, autoneige, etc.). Une nouvelle vie s’imposait alors, faite de nouvelles obligations et occupations, d’une nouvelle temporalité et d’une nouvelle organisation. Une vie faite aussi de solitude, où la période « d’encabanement » conduisait les hommes à rester cloîtrés chez eux tant le froid était vif. L’hiver, Deffontaines le concédait volontiers, était aussi le temps de la fête et de l’entraide.

3.3 L’homme et l’hiver au Canada : une iconographie entre violence et chaleur

44L’analyse iconographique autour du texte de Deffontaines cherche à renforcer son idée force de bataille contre les rigueurs de l’hiver canadien. Que ce soit par le truchement de ses dessins ou de ses photographies, il cherche à administrer la preuve de son discours. Ainsi, la tonalité chromatique de la photographie utilisée sert-elle à poursuivre et à approfondir son idée d’un hiver violent, d’un hiver hostile à la vie des hommes. Si les couleurs sont complètement absentes de l’iconographie, on ne peut pas pour autant parler de noir et blanc, tant c’est, finalement, le gris qui domine. D’autre part, l’environnement est singulièrement dépouillé, la maison trône souvent seule, la végétation est quasiment inexistante. De plus, les images utilisées par Deffontaines ne donnent que très peu de place aux hommes, alors que ces derniers sont, paradoxalement, le sujet principal de son discours. Sur vingt-six photographies ou dessins, on ne voit que deux êtres humains : une femme qui sort de chez elle et une autre qui marche au loin dans les rues enneigées de Québec. Encore une fois, cette absence est particulièrement significative, elle renforce encore plus l’idée d’un hiver rigoureux où les hommes sont réduits à des empreintes dans la neige. La totalité de l’iconographie canadienne de Deffontaines répond à cette forme : des hommes absents, une tonalité sombre, des couleurs réduites aux différentes nuances de gris, un environnement dépouillé, voire hostile.

Figure 5 : L’homme et sa maison au Canada, selon Pierre Deffontaines.

Figure 5 : L’homme et sa maison au Canada, selon Pierre Deffontaines.

À gauche : « Vieille Maison à même le sol, sans « solage » surélevé, grand toit sans mansarde, trois grosses cheminées de pierre. Le mur exposé au nord-est est couvert de tuile de bois. Maison Taillon à Saint-Pierre. (Cliché inventaire des œuvres d’art. Secrétariat. Province de Québec.). Source : DEFFONTAINES 1957, Pl. I, 48.
À droite : « Vieille maison en moellons de pierre à larges lits de ciment blanc, de type breton. Perron-galerie de bois pour séparer la maison de la neige et surtout du dégel ; grandes cheminées de pierre aux pignons ; doubles fenêtres et double porte. À Pierrefonds près Montréal. (Cliché Service de Ciné-photographie de la province de Québec.). Source : DEFFONTAINES 1957, Pl. II, 49.

45Cette forme sert à renforcer l’idée d’un hiver rude, d’un hiver violent, d’un hiver repoussant les hommes, hors de l’espace public. En ce sens son texte est certainement daté, figé dans les années cinquante, période où le progrès permettait sans nul doute de survivre à ce cycle glacial, mais où l’hiver n’était pas encore totalement maîtrisé. D’où très certainement la représentation d’un hiver hostile à l’homme, véritable lieu de bataille entre lui et la dureté du climat, comme aimait à le répéter le géographe français : « La lutte contre les hivers est un des fronts principaux de la bataille de la caravane humaine contre la nature terrestre ; l’hiver a été une des grandes difficultés durables qu’a rencontré l’humanité ; elle a aiguisé l’ingéniosité de son intellect […] l’hiver a été sans doute une des principales causes du perfectionnement des techniques, une des premières écoles du progrès des hommes. Il [méritait] donc pleinement une étude géographique » (DEFFONTAINES 1977, 282-283).

46Cette étude, Deffontaines put la faire car le Canada lui fournit une terre et un climat à la mesure de sa foi et de ses ambitions géographiques. Cette géographie participa pleinement de la vision qu’il fournit aux Canadiens de leur propre pays, avec plus ou moins de succès. En retour le Canada lui permit de mettre en place un système d’échanges culturels bien spécifiques.

Conclusion : L’homme et l’hiver, ou la recherche d’une explication régionale et d’une caution canadienne

47Pour reprendre les termes de l’appel, in fine, cette étape de la construction de la géographie canadienne permet d’appréhender la construction du territoire dans le contexte canadien, en ce qu’elle permet de comprendre comment les discours sur les régions se structurent. Les outils conceptuels utilisés par Deffontaines pour penser l’ensemble des dimensions sociales, culturelles, politiques qui se cristallisent à différentes échelles. Ainsi, certaines notions spatiales issues des travaux européens ont pu, à leur mesure participer à la création d’une certaine identité canadienne. L’exemple du rang, micro-territoire aux caractéristiques si spécifiques en est un exemple typique.

48Cette pratique de Deffontaines s’inscrivait dans une filiation par rapport au travail de Jean Brunhes, son mentor, et de la fille de ce dernier, Mariel Jean-Brunhes Delamarre, avec qui il collabora longuement, formant un exemple d’investissement familial autour de la géographie et de l’ethnographie (HUERTA 2020). Il faut ici noter, en incise, l’importance grandissante de la nouvelle géographie américaine qui caractérise cette période et « l’abandon progressif des études régionales » (PUMAIN 1973, 675). Pourtant, Deffontaines y reste relativement sourd, perpétuant l’héritage de son maître à penser, Jean Brunhes. Insensible à ces sirènes, Deffontaines creuse son sillon géographique, dans l’ombre de Jean Brunhes.

  • 8 Il publie très tôt, dès 1926, sur cette question et ne se défait guère par la suite de cet intérêt (...)

49Ce fut notamment le cas lorsqu’il aborda les questions vernaculaires et les aspects du travail8. Rodolphe De Koninck notait « le profond idéalisme de la géographie, au sens hégélien du terme, au sens où ce sont les idées qui produisent la réalité. C’est sans doute chez Jean Brunhes (1913) qu’on en trouve les meilleures illustrations » (DE KONINCK 1978, 125), et André-Louis Sanguin après lui considérait les géographes humanistes dans cette droite ligne : « Ainsi, la pensée de la géographie humaniste apparaît foncièrement idéaliste » (SANGUIN 1981, 568). Louis-Edmond Hamelin qui connaissait également bien et l’homme et l’œuvre évoquait cet « idéalisme géographique » que Deffontaines, comme Blanchard d’ailleurs, pratiquaient (HAMELIN 1986, 138).

50Enfin, Deffontaines met aussi en avant une géographie réellement narrative, parfois presque plus que descriptive et qui, nous l’avons vu ne s’inscrit, bien souvent, que difficilement dans l’espace de la carte. Pour expliquer cet aspect narratif de l’œuvre de Deffontaines, étendons-nous quelque peu sur ce que peut être le discours géographique. Deffontaines considérait que sa fonction était davantage liée au conte et à l’histoire, qu’à la description géographique des faits. La bataille de l’homme contre l’hiver au Canada français en est un exemple particulièrement poignant, puisque les héros y sont des hommes du commun face à un ennemi démesuré. Il est intéressant de noter que le mot hiver possède une force évocatrice très grande. On peut se référer à Louis-Edmond Hamelin qui disait que « le mot hiver sonne comme un leitmotiv dont la charge symbolique est aussi forte que sa signification est large » (2006a, 105). Nous l’avons vu notamment concernant sa représentation des batailles canadiennes.

51Peu avant sa mort, Pierre Deffontaines revient sur cette question, dressant un bilan des Ultimes victoires sur l’hiver au Canada français(DEFFONTAINES 1977). S’il remet ainsi ses anciennes préoccupations au goût du jour, c’est que, « depuis la parution de ce livre, de nouvelles victoires essentielles ont été remportées qui sont sur le point de faire disparaître ce grand ennemi de toujours qu’avait été l’hiver ». Et à sa suite, pour que cette histoire soit complète, « ces ultimes victoires, nous nous [sommes proposés] de les retracer ici, suivant les différents fronts de bataille où elles ont été gagnées » (DEFFONTAINES 1977, 61).

52Il était à Québec et voulut faire un livre sur l’hiver, un livre sur les feux, sur la langue et sur les hommes, une géographie culturelle des luttes contre l’hiver au Canada français, « de la rudesse hivernale aux temps des sucres » (DEFFONTAINES 1956, 160).

53Il mit progressivement en place une géographie culturelle et spirituelle, dans la continuation de son œuvre sud-américaine. Deffontaines put y appliquer ses méthodes avec plus de zèle. Le Québec fut un pays de cocagne qui recueillit ses travaux avec beaucoup d’attention. En retour, ce pays, plus que toute autre région, marqua son œuvre profondément et durablement. Les caractères spirituels de la géographie ne quittèrent plus ses pensées : il peaufina sa vision du monde. La lutte des hommes contre les éléments fut au centre de sa cosmogonie. L’homme était sur terre pour accomplir une mission spécifique ; celle du géographe était de retranscrire les détails de ce grand œuvre, d’en analyser les rouages, d’en chanter la geste. Deffontaines n’était plus seulement géographe, il se fit cosmologue. Ses tentatives se révélèrent infructueuses. Les relations culturelles internationales formèrent comme toujours le seul horizon professionnel de Deffontaines.

54Le Québec fut certes une ressource pour Deffontaines, car il mit en place une géographie particulière qui naquit dans ce processus de déplacement, mais cette étape fut aussi l’occasion pour lui de développer conjointement deux idées phares de son œuvre : une géographie animale qu’il a toujours cherché à faire valoir, ainsi que le rôle, la fonction géographique de l’homme dans une vision catholique du monde. Le castor et le goupillon furent les marqueurs forts de cette volonté politique et scientifique.

Haut de page

Bibliographie

BARBEAU, Marius. 1959. « La géographie dans notre folklore ». Cahiers de géographie du Québec 3 (6) : 115-122.

BERGERON, Robert. 1958. « Rapport général du ministère des mines de la province de Québec pour 1957 ». Cahiers de géographie du Québec 2 (4) : 177-287.

BIAYS, Pierre. 1997. « Le Canada vu par un géographe humaniste, Pierre Deffontaines ». Dans Modernité et tradition au Canada, dirigé par Jean-Pierre AUGUSTIN et Vincent BERDOULAY, 67-72. Paris : L’Harmattan.

CORBEL, Jean. 1957. « Le Canada, terre américaine ». L’information géographique 21 (5) : 197-204.

DAGENAIS, Pierre. 1953. « Caractères de l’activité géographique au Canada ». Revue canadienne de géographie 7 : 3-24.

DE KONINCK, Rodolphe. 1978. « Contre l’idéalisme en géographie », Cahiers de géographie du Québec 22 (56) : 123-145.

DEFFONTAINES, Pierre et Jean BRUNHES. 1926. « Géographie politique et géographie du travail ». Dans Histoire de la nation française, Tome II. Géographie humaine de la France. Paris : Plon.

DEFFONTAINES, Pierre. 1932. « Les hommes et leurs travaux dans les pays de la Moyenne Garonne ». Thèse de doctorat. Lille : SILIC, Facultés catholiques.

DEFFONTAINES, Pierre. 1948. « Une erreur géographique. La frontière du Labrador ». L’Action catholique, 28 octobre.

DEFFONTAINES, Pierre. 1953. « Le rang, type de peuplement rural du Canada français ». Cahiers de géographie du Québec 5 : 3-32.

DEFFONTAINES, Pierre. 1954. « Les responsabilités géographiques du Canada ». Le Devoir, 29 octobre.

DEFFONTAINES, Pierre. 1957. L’homme et l’hiver au Canada. Paris : Gallimard.

DEFFONTAINES, Pierre. 1958. « Positions de géographie humaine. Recherches et débats du Centre catholique des Intellectuels français ». Sociologie et Religion 25 : 104-120.

DEFFONTAINES, Pierre et Mariel JEAN-BRUNHES DELAMARRE. 1960. Géographie universelle Larousse, Vol. 3, L’Asie d’Extrême-Orient. Les plaines eurasiatiques. Le pôle Nord et le Groenland. L’Amérique du Nord. L’Amérique de la mer Caraïbe. Les pays de l’Amérique du S, 137-159. Paris : Larousse.

DEFFONTAINES, Pierre. 1977. « Ultimes victoires sur l’hiver au Canada français ». University of Ottawa Quarterly 47 (1/2) : 61-64.

Fonds Deffontaines, Bibliothèque nationale de Catalogne.

HAMELIN, Louis-Edmond ; HAMELIN, Colette. 1986. « Les carrières canadiennes de Raoul Blanchard et Pierre Deffontaines », Cahiers de géographie du Québec 30 (80) :137-150.

HAMELIN, Louis-Edmond. 1952. « La géographie difficile ». Cahiers de géographie de l’université Laval 2 (2). Institut d’histoire et de géographie.

HAMELIN, Louis-Edmond. 1957. « Les tourbières réticulées du Québec-Labrador subarctique : interprétation morphoclimatique ». Cahiers de géographie du Québec 2 (3) : 87-106.

HAMELIN, Louis-Edmond. 1962. « Petite histoire de la géographie dans le Québec et à l’université Laval ». Cahiers de géographie du Québec 7 (13) : 137–152.

HAMELIN, Louis-Edmond. 1966. « Bilan vicennal de géomorphologie à l’Institut de géographie de Québec ». Bulletin de l’Association des géographes de l’Amérique française (spécial Géomorphologie) 10 : 7-21.

HAMELIN, Louis-Edmond. 1999. « Une histoire de la géographie à l’université Laval en termes bibliques ». Cahiers de géographie du Québec 43 (118) : 127-134.

HAMELIN, Louis-Edmond. 2006a. « Le mot Hiver en français ». Cahiers de géographie du Québec 50 (139) : 105-113

HAMELIN, Louis-Edmond. 2006b. L’âme de la terre. Parcours d’un géographe. Sainte-Foy (Québec) : Éditions Multi Mondes.

HUERTA, Antoine. 2019. « La nature dans l’œuvre de Pierre Deffontaines : brève histoire d’une géographie de l’absurde à l’époque classique ». Bulletin de l’association de géographes français 96 (2) : 231-245.

HUERTA, Antoine. 2020. « À l’école de Jean Brunhes : Pierre Deffontaines et Mariel Jean-Brunhes Delamarre. Géographie humaine et ethnologie ». Les Études Sociales 171-172 : 169-188. https://doi.org/10.3917/etsoc.171.0169

LEVESQUE, Georges-Henry. 1948. Lettre à Pierre Deffontaines, Faculté des sciences sociales, Québec. 14 avril. Lettres de Georges-Henry Lévesque à Pierre Deffontaines, BNC, Fonds Pierre Deffontaines.

KUCAB, Anne et Élodie PINEL. 2016. « L’hiver : introduction ». Questes 34. http://journals.openedition.org/questes/4376

LINTEAU, Paul-André. 1999. « Un débat historiographique : l’entrée du Québec dans la modernité et la signification de la Révolution tranquille ». Francofonia 37 : 73-87.

MARTIN, George R. R. 1998. Le trône de fer. Paris : Pygmalion.

ORAIN, Olivier. 2006. « La géographie comme science. Quand ‘faire école’ cède le pas au pluralisme ». Dans Couvrir le monde. Un grand XXe siècle de géographie française, dirigé par Marie-Claire Robic, 81-115. Paris : Association pour la diffusion de la pensée française (ADPF).

ORAIN, Olivier. 2009. De plain-pied dans le monde, écriture et réalisme dans la géographie française du XXe siècle. Paris : L’Harmattan.

PICHETTE, Jean-Pierre. 2004. « Luc Lacourcière et l’institution des Archives de folklore à l’université Laval (1936-1944), Autopsie d’une convergence ». Rabaska 2 : 11–29.

PUMAIN, Denise. 1973. « La dualité de la géographie québécoise ». Bulletin de l’Association de géographes français 411-412 (novembre-décembre) : 667-678.

PUMAIN, Denise. 1974. « Histoire de la géographie au Québec ». Thèse de doctorat, dir. PINCHEMEL, Philippe. Université de Paris 1-Sorbonne, Département de géographie.

SANGUIN, André-Louis. 1981. « La géographie humaniste ou l’approche phénoménologique des lieux, des paysages et des espaces ». Annales de géographie 90 (501) :560-587.

SIEGFRIED, André. 1939. Le Canada : puissance internationale. Paris : Armand Colin.

VIATTE, Jean-Claude. 1954. Lettre à Luc Lacourcière, 3 décembre et réponse de Lacourcière, 20 décembre. Archives de l’université Laval, Fonds Luc Lacourcière (P178/D3).

WALTER, François. 2013. Hiver. Histoire d’une saison. Paris : Payot.

WEBER, Louis. 1903. Vers le positivisme absolu par l’idéalisme. Paris : Alcan.

Haut de page

Notes

1 Voir le Trésor de la langue française informatisé, http://www.cnrtl.fr/definition/fanatique

2 Il s’agit de la période la plus importante pour ce périodique. « Au cours des années quarante, le quotidien atteint un tirage de près de 60 000 exemplaires ». BAnQ Québec, Fonds L’Action catholique (1907-1972), Cote P428, https://archivescanada.accesstomemory.ca/fonds-laction-catholique

3 Voir Archives de l’université Laval (Fonds Luc Lacourcière P178/D3), la série intitulée : Le professeur, et correspondant à ses années à l’université Laval. Note manuscrite sur enveloppe petit format, en-tête de l’École normale supérieure de l’université Laval, Québec. Contenant une liste de noms de personnes à voir de la part de Viatte. Il y est écrit, en note : Pierre Deffontaines, beau-frère de M. Viatte. Près de l’institut catholique.

4 Cet essai de carto-fiction se base sur le travail de Pierre Deffontaines sur le rang (1953). Par conséquent le titre de ce schéma modélisé et le texte des légendes sont extraits de cet article. Il n’y a en outre pas d’échelle ni de localisation car il s’agit bien d’un modèle qui englobe dans un même territoire fictif toutes les dynamiques spatiales et humaines décrites par Deffontaines.

5 Les notes infra de ce texte sont les nôtres.

6 Pierre Deffontaines évoque la géographie des animaux, « une géographie des abeilles, des fourmis, des hirondelles », voir infra. Une géographie des castors pouvant se révéler diablement efficace en milieu humide, nous comprendrons qu’il l’évoque cet animal géographique par excellence.

7 Les informations contenues dans cet essai cartographique, sous forme de croquis, proviennent principalement d’un article de Pierre Deffontaines, issu des archives personnelles de Louis-Edmond Hamelin et particulièrement méconnu (DEFFONTAINES 1954). La première partie de la légende, « Les Champs de bataille », est tirée de DEFFONTAINES et JEAN-BRUNHES DELAMARRE 1960.

8 Il publie très tôt, dès 1926, sur cette question et ne se défait guère par la suite de cet intérêt (DEFFONTAINES et BRUNHES 1926). Par la suite, il positionne le travail de manière centrale, comme l’indique le titre de sa thèse (DEFFONTAINES 1932).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le rang vu par Pierre Deffontaines.
Crédits Source : Fonds Deffontaines. Bibliothèque nationale de Catalogne, Barcelone.
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 2 : Carto-fiction : Le rang selon Deffontaines.
Crédits Source : Antoine Huerta, OpenStreetMap, SRTM. Carto : Gaelle Sutton, 2022.
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5525/img-2.png
Fichier image/png, 603k
Titre Figure 3 : Carto-fiction : « Les Champs de bataille » selon Deffontaines.
Crédits Source : Antoine Huerta, OpenStreetMap, SRTM. Carto : Gaelle Sutton, 2022
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5525/img-3.png
Fichier image/png, 706k
Titre Figure 4 : « Maison de bûcheron, en troncs d’arbre non équarris à Saint-Martin-de-Beauce. (Province Québec). (Dessin Pierre Deffontaines) ».
Crédits Source : DEFFONTAINES 1957, Pl. IV, 65.
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5525/img-4.png
Fichier image/png, 159k
Titre Figure 5 : L’homme et sa maison au Canada, selon Pierre Deffontaines.
Légende À gauche : « Vieille Maison à même le sol, sans « solage » surélevé, grand toit sans mansarde, trois grosses cheminées de pierre. Le mur exposé au nord-est est couvert de tuile de bois. Maison Taillon à Saint-Pierre. (Cliché inventaire des œuvres d’art. Secrétariat. Province de Québec.). Source : DEFFONTAINES 1957, Pl. I, 48. À droite : « Vieille maison en moellons de pierre à larges lits de ciment blanc, de type breton. Perron-galerie de bois pour séparer la maison de la neige et surtout du dégel ; grandes cheminées de pierre aux pignons ; doubles fenêtres et double porte. À Pierrefonds près Montréal. (Cliché Service de Ciné-photographie de la province de Québec.). Source : DEFFONTAINES 1957, Pl. II, 49.
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Huerta, « Le castor et le goupillon. Pierre Deffontaines et le Canada, ou appréhender l’espace politique, social et culturel par la géographie humaine »Études canadiennes / Canadian Studies, 92 | 2022, 41-67.

Référence électronique

Antoine Huerta, « Le castor et le goupillon. Pierre Deffontaines et le Canada, ou appréhender l’espace politique, social et culturel par la géographie humaine »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 92 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/eccs/5525 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.5525

Haut de page

Auteur

Antoine Huerta

Antoine Huerta est docteur en histoire contemporaine et chercheur rattaché au Centre de recherche en histoire internationale et atlantique (CRHIA – EA 1163), La Rochelle Université. Ses thèmes de recherche portent sur l’histoire et épistémologie de la géographie, dans une perspective intellectuelle et biographique, ainsi que sur l’histoire des relations culturelles internationales dans l’espace atlantique. Il est à cette date enseignant à l’université de Guyane.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search