Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Qui a le droit d’entrer et de res...

Qui a le droit d’entrer et de rester au Canada ? Quand ces questions s’invitent chez les Franco-Québécoises (1946-1955)

Who Has the Right to Enter and Stay in Canada? When these Issues Seize the Attention of Franco-Quebec Women (1946-1955)
Sheena Trimble
p. 69-100

Résumés

Entre 1946 et 1955, les attitudes des Franco-Québécoises envers l’immigration sont difficilement discernables, malgré les milliers d’immigrants arrivant au Québec. Cet article explore de possibles explications pour ce manque d’intérêt apparent. La polémique (1948-1951) autour de la fuite au Québec d’un ancien milicien français fait sortir certaines femmes de leur silence. Ce cas suggère que les Franco-Québécoises ont tendance à se préoccuper du droit d’entrer ou rester au Canada seulement lorsque ces questions s’invitent directement dans leur sphère d’intérêt, plutôt qu’à s’engager dans la discussion publique de la question de l’immigration en général.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bien que les citoyennes francophones du Québec utilisent plutôt l’appellation Canadiennes française (...)

1Durant la première décennie suivant la Deuxième guerre mondiale, le Canada se métamorphose d’un pays d’immigration très limitée à cause de la Grande Dépression et de la guerre (ex. 7 576 arrivées en 1942) en un pays à fort flux migratoire, avec 120 000 personnes par an en moyenne (HAWKINS 1988, 402). Cette immigration de masse attire l’attention de Canadiens et Canadiennes de tous bords, ces dernières présentant un intérêt particulier pour cet article. À l’opposé des représentations des Canadiennes de l’après-guerre, les dépeignant comme très centrées sur la famille et peu impliquées dans les questions sociopolitiques (OWRAM 1996, 7, 22 ; STRONG-BOAG 2002, 315‑19), des femmes s’intéressent à l’arrivée des nombreux immigrants et cherchent à transmettre leurs opinions aux autorités concernées. Pour les Anglo-Canadiennes, des associations de femmes servent de voie de prédilection pour exprimer leurs opinions (TRIMBLE 2015). En revanche, l’historiographie et les archives d’associations diverses et variées de Franco-Québécoises1 ne révèlent pas une attention particulière à la forte immigration de l’époque.

2Ce silence apparent des Franco-Québécoises représente-t-il une caractéristique régionale bien spécifique et, si oui, comment l’expliquer ? Trouve-t-on des exceptions à ce manque d’attention présumé ? Quelles sont les conditions qui se réunissent pour créer ces exceptions ? Après un bref tour historiographique, nous considérerons les raisons possibles pour ce silence, avant de terminer par une étude de cas lié à la polémique qui éclate entre 1948 et 1951 à propos de la fuite au Québec d’un collaborateur français notoire : Jacques Dugé de Bernonville. En prenant parti dans cette polémique, certaines Franco-Québécoises montrent qu’elles ne sont pas dénuées d’opinions non seulement à propos de ce cas, mais également de celui des autres immigrants arrivés depuis la fin de la guerre. Ce cas particulier suggère que, au lieu de rechercher activement à s’engager dans la question d’immigration, à l’instar d’Anglo-Canadiennes au Québec et dans les autres provinces, les Franco-Québécoises ont tendance à s’en préoccuper uniquement lorsque la question s’invite dans leur sphère d’intérêt.

Quelques éléments historiographiques

  • 2 Voir la bibliographie pour les noms des associations (C. GOSSELIN 2006 ; HÉBERT 1999 ; COHEN et MAI (...)

3Nous nous attardons sur la période entre 1946 et 1955 du fait de l’évolution rapide du contexte de l’immigration qui la caractérise. Pour cette période, nous avons consulté des fonds d’archives et des ouvrages traitant d’une petite dizaine d’associations regroupant des diplômées des universités, des professionnelles, des agricultrices, des militantes du parti Libéral, la jeunesse catholique et les épouses de syndicalistes2. La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste à elle seule regroupe une vingtaine d’associations caritatives, éducatives et professionnelles. Aucune de ces sources ne révèle un intérêt notable pour la question de l’immigration.

4L’historiographie de l’immigration au Québec pour la période laisse penser que les Franco-Québécoises laissent le champ de l’immigration aux hommes des élites. Nous citons la brève vue d’ensemble de Michael Behiels (1991), la monographie de Martin Pâquet montrant comment les représentations d’immigrants déterminent leur place dans ou aux « marges de la Cité » (2005) ou les ouvrages traitant des aspects spécifiques de l’immigration au Québec : l’Église catholique et l’accueil d’immigrants (HARVEY 1993), les barrières rencontrées par les immigrants français (JONES 1986 ; LEBLOND 1993), l’intégration des enfants « néo-canadiens » dans le système éducatif catholique et francophone (ANDRADE 2007). Seule exception à cette indifférence globable des Franco-Québécoises : les religieuses de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil à Montréal (HARVEY 1993, 94), mais un contemporain laisse entendre qu’elles œuvrent très discrètement, « [s]ans bruit et avec des moyens très réduits » (GAUTHIER 1951, 12).

Le contexte migratoire à la fin de la guerre

  • 3 Les effectifs d’immigrants français évoluent très lentement, de 1884 en 1948 à 1929 en 1950 pour bo (...)

5À la fin de la guerre, les mesures restrictives adoptées par le gouvernement fédéral pour endiguer l’immigration pendant la Dépression restent en vigueur, n’autorisant que l’immigration de Britanniques, de citoyens des pays à colonisation blanche de l’Empire britannique, d’Américains ou d’épouses ou enfants mineurs de résidents du Canada (CONSEIL PRIVÉ 1931). Il saute aux yeux que les catégories privilégiées n’incluent pas les Français. Après la guerre, un lobby de députés à Québec et à Ottawa, de membres de la presse francophone et d’hommes d’affaires s’organise pour réclamer un « pied d’égalité » entre migrants britanniques et français (« EQUAL FOOTING » 1947 ; PARÉ 1948, 8). Ce vœu est exaucé en septembre 1948, avec des arrière-pensées électoralistes pour soutenir le nouveau chef du parti Libéral, Louis Saint-Laurent (KELLEY et TREBILCOCK 2010, 327‑28 ; LEBLOND 1993, 40‑43). Des hauts fonctionnaires estiment pourtant que beaucoup de Français sont soit des communistes, soit d’anciens collaborateurs. Ils retirent donc subrepticement la perche tendue en négligeant d’attribuer des ressources nécessaires pour traiter les demandes, tout en incitant les immigrants potentiels à obtenir des visas et des passeports, démarches non nécessaires qui permettent d’effectuer discrètement des contrôles de sécurité (JONES 1986, 134‑38 ; LEBLOND 1993, 44‑59). Ni hommes ni femmes de la société civile ne protestent contre ce traitement discriminatoire car les autorités parviennent à le cacher au public (LEBLOND 1993, 54‑55). Les effectifs très modestes d’immigrants français qui arrivent au Canada entre 1948 et 19553 sont imputés au caractère soi-disant non-mobile des Français, aux limites imposées par l’État français sur la somme d’argent pouvant être sortie du pays, au manque d’encouragement de la part du gouvernement québécois et aux modiques dispositifs d’accueil au Québec francophone (LEBLOND 1993, 120 ; JONES 1986, 127).

6Les populations bénéficiant le plus de la progression vers davantage d’ouverture dans les politiques d’immigration sont les personnes déplacées et les réfugiés de la Deuxième Guerre mondiale. Bien que ces deux termes désignent souvent les mêmes personnes dans le langage populaire de l’époque et même dans l’historiographie (EPP 2017, 2‑12), l’Organisation internationale pour les réfugiés (OIR) les distingue. Les réfugiés sont des « victimes des régimes nazi et fasciste » qui ne peuvent pas prétendre à la « protection » de leur ancien pays. Les personnes déplacées sont des individus « déportés » pour faire du « travail obligatoire » ou « du fait de leur race, de leur religion ou de leur opinions politiques », mais qui envisageraient de retourner dans leur pays d’origine (ONU 1946, 110-13). La ligne entre les deux se brouille lorsqu’il devient évident qu’environ un million de personnes déplacées ne veulent pas retourner dans des pays tombés sous l’emprise soviétique (KULISCHER 1949 ; DIAZ 2021, 271-273).

7Le Canada devient membre de l’OIR dès sa création, mais le gouvernement libéral de Mackenzie King retarde l’accueil des personnes à la charge de l’OIR en mettant en avant la possibilité d’un ralentissement économique, le manque de transports maritimes et les réserves de l’opinion publique (DIRKS 1977, 122‑24). Pourtant, sous la pression conjuguée d’une économie tonique et d’un sens du devoir international croissant, les voix en faveur de l’admission d’un nombre important d’Européens déplacés se font entendre. Le premier pas est une extension, en mai 1946, des catégories de parents que les Canadiens peuvent parrainer (CONSEIL PRIVE 1946). Le 1er mai 1947, le premier ministre prononce un discours qui explique les bases de l’accueil éventuel de 186 154 réfugiés et personnes déplacées de 1947 à 1952 (DENCH 2000). Le Canada ouvrira ses portes aux personnes considérées « désirables en tant que futurs citoyens » et que les industries du pays « peuvent facilement absorber » (KING 1947, 2632-33). Il ne s’agit pas donc d’accueillir des réfugiés comme tels, mais de choisir ceux et celles capables de répondre aux besoins du marché du travail.

8Cette approche libérale économique oblige les Canadiens aux motivations humanitaires à faire des acrobaties pour faciliter l’entrée d’autant de personnes que possible. De nombreuses femmes militent pour des politiques axées sur d’autres critères, mais il est difficile de trouver des Franco-Québécoises parmi elles. Le Canada ne signe pas la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés avant 1969, de peur que le principe de non-refoulement n’empêche l’expulsion pour raisons de sécurité (KELLEY et TREBILCOCK 2010, 345). Il faut attendre 1978 pour que l’État canadien crée une catégorie spécifique aux réfugiés dans les lois et règlements sur l’immigration. Au Canada, les milliers de personnes qui arrivent des camps de l’Europe entre 1946 et 1952 sont surtout désignées comme personnes déplacées ou « DPs », étiquette souvent lourde de préjugés (PERLIKOWSKI 2009, 76 ; EPP 2017, 11). La fin du mandat de l’OIR en 1952 sonne le glas de la migration importante des personnes déplacées, devenues si indispensables aux industries primaires et au service à la personne. Leurs remplacements sont trouvés en grande partie dans deux pays récemment retirés de la liste de pays ennemis : l’Italie (1947) et l’Allemagne (1950).

Les explications « toutes prêtes » pour le manque d’intérêt des Franco-Québécoises envers l’immigration

Un phénomène relativement mineur et surtout anglophone

9Peut-être existe-t-il des explications toutes prêtes pour l’absence relative de prises de position publiques de la part des Franco-Québécoises à l’égard des quelque 240 000 immigrants qui arrivent dans la belle province entre 1946 et 1955. L’Ontario est de loin la destination préférée, accueillant 52% des 1,2 millions de nouveaux arrivants, tandis que le Québec, en deuxième position, n’en reçoit qu’un peu moins de 20% (HAWKINS 1988, 66). Cet écart est particulièrement frappant lorsque l’on constate qu’en 1950 l’Ontario et le Québec ont des populations comparables (PÂQUET 2005, 172). Bien que 240 000 personnes soit un nombre non-négligeable, elles ont nécessairement moins d’impact que les 640 000 immigrants qui arrivent en Ontario.

10Des acteurs de l’époque et l’historiographie s’accordent d’ailleurs sur le fait que, une fois arrivés au Québec, la vaste majorité d’immigrants s’intègrent à la population anglophone (GAUTHIER 1951, 9 ; LÉGER 1952, 60 ; LEBLOND 1993, 97 ; PÂQUET 2005, 205). De ce fait, les Franco-Québécoises sont moins susceptibles de côtoyer des nouveaux immigrants que leurs consœurs ontariennes ou même les Anglo-Québécoises. Estiment-elles donc que c’est un phénomène « anglophone » qui ne les concerne pas ? Pourtant, des Franco-Québécois de l’époque élèvent la voix pour protester contre une immigration qui risque de « noyer », imprudemment ou sciemment, la population canadienne française (LÉGER 1952, 58 ; BEHIELS 1991, 11‑12 ; JONES 1986, 128). Les femmes francophones ne partagent-elles pas les mêmes inquiétudes ?

Le désengagement du gouvernement du Québec

11Autre facteur important : le désengagement presque complet des questions de l’immigration du gouvernement du Québec, dirigé par Maurice Duplessis et l’Union nationale entre 1944 et 1959. Comme la plupart des provinces sauf l’Ontario, le Québec ne fait pas valoir son droit, selon la Loi de 1867 sur l’Amérique du Nord britannique, de s’impliquer dans les politiques d’immigration (BEHIELS 1991, 20). Selon Martin Pâquet, Duplessis a d’autres priorités dans ses relations avec le gouvernement fédéral (2005, 174, 181-82 ; 2010, 255–56). La conviction des dirigeants politiques que la population francophone est, au mieux, indifférente et, au pire, hostile à l’immigration, fait qu’ils privilégient « l’inertie et le laisser-aller » afin de ne pas s’aventurer dans un domaine truffé de pièges (PÂQUET 2005, 173‑75). Ce positionnement ne crée-t-il pas un cercle vicieux où les Franco-Québécoises, qu’elles soient indifférentes à la question ou non, croient qu’elles aussi ont raison de se concentrer sur d’autres priorités ?

12Entre 1946 et 1955, les gouvernements de la Colombie-Britannique et de l’Alberta, en troisième et quatrième places en termes du nombre d’immigrants accueillis, ne s’impliquent pas beaucoup non plus dans la question de l’immigration non plus (HAWKINS 1988, 194‑96). Des femmes résidant dans ces deux provinces s’en préoccupent pourtant, et pas seulement des membres de branches d’associations ayant une présence nationale (TRIMBLE 2015, 83‑100). Les United Farm Women of Alberta débattent des questions d’immigration dans leur congrès annuel de 1948 et communiquent leur point de vue au ministre fédéral de l’Agriculture en 1949 (UFWA 1948 ; HALLETT 1949). Le manque d’implication de la part du gouvernement Duplessis n’explique donc pas à lui seul pourquoi les opinions des Franco-Québécoises restent dans l’ombre.

Une société québécoise embourbée dans « la Grande Noirceur » ?

13Peut-être peut-on expliquer le manque d’intérêt présumé de ces femmes par « la Grande Noirceur » de l’époque Duplessis. Certaines représentations donnent l’image d’une société civile bornée par « une idéologie » construite de « conservatisme social », de « clérico-nationalisme » et de « libéralisme économique classique » qui circonscrit les champs et les capacités d’action (SARRA-BOURNET 2007, 43 ; MEUNIER 2016, 44). Plusieurs chercheurs contestent pourtant cette image ; certains vont jusqu’à la qualifier de « mythistoirie » (MEUNIER 2016, 44 ; FAHRNI 2005, 24‑25). Dans le cas des femmes, Denyse Baillargeon estime que le « discours nationaliste traditionaliste qui ne cesse de faire l’apologie de la famille, de la foi et de la vocation rurale » correspond de moins en moins aux réalités des Québécoises des années 1940 et 1950, comme le montre, entre autres, « l’engagement social et politique de femmes dans des associations de toute nature » (2012, 151–52).

14Dans l’Histoire des femmes au Québec depuis quatre siècles, le Collectif Clio explique que, une fois le droit de vote provincial obtenu en 1940, il n’y a plus d’objectif phare concentrant les énergies féministes, mais cela ne veut pas dire que les Franco-Québécoises ne s’engagent plus. Au début des années 1950, des causes «patriotiques et religieuses » captent l’attention de beaucoup, mais, au fur et à mesure que ces années passent, des Franco-Québécoises s’ouvrent aux causes « culturelles, sociales et politiques » (DUMONT et al. 1992, 432‑37 ; BAILLARGEON 2012, 171‑79). On penserait qu’une immigration qui ne respecte pas les traditions de la province, aux yeux de nationalistes conservateurs (DUPLESSIS 1952, 3 ; BEAUDIN 1948, 161-65 ; PÂQUET 2005, 177), troublerait également les femmes patriotiques et dévotes.

Les paroisses : espaces de parole ?

15Quelle latitude le nationalisme traditionnel offre-t-il aux Franco-Québécoises pour s’engager dans l’espace public ? La paroisse représente toujours un lieu privilégié où les femmes peuvent « s’épanouir dans un milieu où elles sont valorisées » (BERNIER 2019, 105 ; ROUTHIER 2001, 53‑54). Dans cette sphère « semi-publique » (DAVIDOFF 1998, 178), les femmes peuvent exprimer des opinions à d’autres femmes ou au clergé à propos des immigrants, surtout lorsque les paroisses sont amenées à intégrer ceux-ci. Les encouragements de Pie XII et de certains membres du clergé québécois à accueillir les immigrants et réfugiés auraient certainement touché des Franco-Québécoises (GAUTHIER 1951, 2‑3, 16 ; HARVEY 1993, 94‑95). Trouver d’éphémères traces de discussions de femmes au sein de paroisses demanderait un dépouillement minutieux de leurs archives. Ce dépouillement serait-il fructueux ? La création répandue de paroisses ou églises « parallèles », organisées autour des origines des immigrants, limite inévitablement les contacts entre Franco-Québécoises et immigrants (HARVEY 1993, 96‑97 ; COHEN 2010, 78‑79).

Les Franco-Québécoises, la nation et les nationalismes

16Bien que certaines chercheuses voient comme « un stéréotype » l’idée que les femmes sont plus susceptibles de s’engager avec des autorités locales qu’au niveau national (BURNS, SCHLOZMAN et VERBA 2001, 66 ; MASSEY 1994, 9), il semble plus facile d’intervenir près de chez soi dans sa propre langue. Les autorités provinciales, municipales ou religieuses gèrent d’ailleurs les questions qui interpellent souvent les femmes de l’époque : éducation, santé, règlementation du travail, état civil et juridique des femmes (GÉRIN-LAJOIE, 1922, 3 ; COHEN et MAILLÉ 1999, 40‑41 ; DUMONT et TOUPIN 2003, 231‑342). Plus encore, la question est de savoir comment les Franco-Québécoises voient la nation. L’historiographie est moins loquace à propos de la relation femme-nation entre 1946 et 1955 que pendant la première (nationalisme traditionnel et suffragistes maternelles) ou deuxième vague de féminisme (néonationalisme et féminisme émancipatoires) (HÉBERT 1999 ; THÉRIAULT 2009 ; COHEN 2000, 51‑52, 57‑59 ; LAMOUREUX 2001, 137‑81). Pendant les années 1940 et 1950, les différents courants de nationalisme commencent à manœuvrer pour bien se placer, mais la conséquence de l’adhésion à l’un ou l’autre type de nationalisme est souvent l’ancrage des Franco-Québécoises à la province, plus qu’à la nation canadienne. Ces nationalismes n’excluent certainement pas des prises de position à propos de l’immigration.

Et quid de la revanche des berceaux ?

17Un des discours clérico-nationalistes perdurant pendant la décennie de l’après-guerre porte sur le rôle central des femmes dans la survivance nationale comme mères (BERGERON et JENSON 1999, 90‑91 ; MANN TROFIMENKOFF 1979, 391‑92). À quel point les Franco-Québécoises prennent-elles à cœur ce discours qui les engage, corps et âme ? Comme le soulignent Danielle Gauvreau, Diane Gervais et Peter Gossage, il est difficile de savoir quel effet réel le discours nataliste des élites sociales, religieuses et intellectuelles a « sur le comportement privé des couples » (2007, 45). Les couples franco-québécois sortent de la crise des années 1930 et de la guerre avec des aspirations familiales plus réduites que la génération des années 1920. Des conceptions « modernes » de mariage mettant l’accent sur l’épanouissement du couple (GAUVREAU 2005, 198). L’école obligatoire dès 1943, la présence plus importante des femmes dans les universités et sur le marché du travail, la méthode contraceptive Ogino-Knaus, ou même un discours plus nuancé de la part de certains membres du clergé se combinent pour solidifier ces aspirations (GAUVREAU, GERVAIS et GOSSAGE 2007, 47, 93‑106, 143, 157 ; BAILLARGEON 2012, 163‑64). Les Franco-Québécoises des années 1940 et 1950 ne sont donc pas des complices complaisantes de l’idéologie de la revanche des berceaux. Mais peut-on aller jusqu’à dire qu’elles poussent pour une immigration française afin de renforcer la majorité franco-catholique ou qu’elles cherchent à limiter l’immigration d’autres sources afin d’endiguer la submersion des Franco-Canadiens ?

« L’affaire Bernonville » fait émerger des opinions

18En septembre 1948, la présence au Québec d’un ancien milicien français, Jacques Dugé de Bernonville, condamné à mort par contumace par la France, commence à défrayer la chronique dans la belle province et ailleurs. Pendant trois ans, de Bernonville et sa famille sont au centre d’une polémique qui fait émerger des opinions de Franco-Québécoises à l’égard de son cas et du flux d’autres immigrants arrivés au Québec depuis la fin de guerre.

19Presque tous les ouvrages traitant de l’immigration au Québec de la période mentionnent « l’affaire Bernonville », la polémique qu’elle déclenche et les tensions qu’elle fait ressortir (LEBLOND 1993, 39‑40 ; JONES 1986, 133‑35 ; PÂQUET 2005, 177 ; WHITAKER 1987, 125‑29 ; KELLEY et TREBILCOCK 2010, 328). Trois livres l’examinent de façon plus approfondie : Yves Lavertu se concentre sur le cas de de Bernonville (1994) tandis que Esther Delisle (1998) et Marc Bergère (2015) traitent l’ensemble des miliciens entrés clandestinement au Québec. L’ouvrage de Bergère fait preuve de l’approche la plus scientifique et se veut « une histoire connectée entre la France et le Québec » (2015, 23). Les ouvrages de Lavertu et de Delisle adoptent un ton plus journalistique, voire polémique. Les trois livres ne mentionnent qu’en passant l’implication de femmes dans la défense ou la censure de de Bernonville. Les archives de Robert Rumilly, Français installé au Québec depuis 1928 et ardent défenseur de de Bernonville, renseignent davantage sur les femmes s’intéressant à cette affaire. Des articles de presse, disponibles dans la collection numérique de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec, complètent cette histoire.

De Bernonville : un parcours illustre, infâme, infréquentable, insignifiant ?

20Le long CV de de Bernonville inclut un engagement dans les deux guerres mondiales dont il ressort à la fois gravement blessé et décoré. Pendant l’entre-deux-guerres il devient militant de l’Action française, association royaliste d’extrême droite (KROUCK 2016, 137 ; BERGÈRE 2015, 222‑23). En octobre 1940, de Bernonville se rallie pleinement au Maréchal Pétain et au régime de Vichy. S’ensuit une série de missions pour mettre en place des organismes paramilitaires jusqu’à ce que Joseph Darnand exige qu’il rejoigne la Milice. En tant que commandant dans la branche armée de celle-ci, de Bernonville organise, en Haute Savoie puis dans la Drôme, la traque et des assauts contre le maquis, la torture et l’exécution de bon nombre de résistants arrêtés, ainsi que des campagnes de terreur contre les populations locales afin de saper leur soutien aux maquisards (KROUCK 2016, 137-40 ; BERGÈRE 2015, 129, 224-34, 242-43). Son parcours brutal continue en tant que responsable du maintien de l’ordre en Bourgogne puis dans la région lyonnaise. Outre sa courte adhésion à la Waffen SS, il travaille étroitement avec l’Abwehr, services de renseignements de la Werhmacht, et la Gestapo (BERGÈRE 2015, 260-61).

21Face à l’avancée alliée, de Bernonville fuit Lyon avec l’armée allemande en août 1944, puis commence une errance clandestine « de monastère en monastère » avant de quitter la France en passant, peut-être, par l’Espagne. Il débarque à New York puis arrive au Québec le 26 novembre 1946, sous le nom de Jacques Benoit et habillé en prêtre (KROUCK 2016, 140‑41 ; LAVERTU 1994, 31‑32). Au Québec, il adopte la persona d’un homme d’affaires tout en gardant le nom de Benoit. Bien qu’il ne soit pas le seul ancien milicien à arriver au Québec en 1946 et 1947 (BERGÈRE 2015, 109‑39 ; DELISLE 1998, 57‑61), son cas est de loin le plus médiatisé et le plus inquiétant pour l’État canadien. Comme l’explique Bergère, les autres sont plutôt des « seconds couteaux » comparé à de Bernonville qui « s’est profondément compromis avec les Allemands » (2015, 66, 143, 249 ; TIME MAGAZINE 1948, 43).

22L’épouse de de Bernonville (Isabelle) et leurs quatre filles (Josiane, Françoise, Chantal et Catherine) arrivent au Québec entre février et mars 1947 lorsque époux et père est employé et hébergé à Saint-Pacôme par Alfred Plourde, député provincial. Vers la fin de 1947, la famille s’établit à Montréal où de Bernonville a la malchance de croiser un Français qui le reconnait. Cette rencontre sème la panique chez l’ancien milicien qui décide de prendre les devants en janvier 1948 en se rendant avec sa famille aux bureaux montréalais de la Direction de l’immigration où ils révèlent leur véritable identité, dans l’espoir d’obtenir le droit de rester au Canada (LAVERTU 1994, 59–60 ; BERGÈRE 2015, 130). Les autorités fédérales optent plutôt pour l’expulsion et laissent à la famille jusqu’au 1er septembre pour quitter le Canada, citant son entrée clandestine comme motif d’expulsion (LAVERTU 1994, 67 ; PORTER 1951, 54 ; LE DEVOIR 1948c, 10 ; 1948b, 3 ; LA PRESSE 1948a, 1). Ne se soumettant pas à l’injonction de quitter le pays, les quatre de Bernonville toujours au Québec – Jacques, Isabelle, Josiane et Catherine – sont arrêtés le 2 septembre et détenus jusqu’au 18 septembre, lorsque des amis versent une caution de $5 000 (LA PRESSE 1948a, 1 ; 1948d, 25 ; CHAMPOUX 1948, 3). Après de multiples rebondissements entre commissions d’enquête fédérales et appels judiciaires, Jacques Dugé de Bernonville quitte le Canada le 17 août 1951 pour s’exiler au Brésil. Entre temps, son épouse et ses filles sont toutes retournées en France (PORTER 1951, 54 ; LA PATRIE 1948a, 3 ; 1948c, 2 ; 1950, 13). De Bernonville meurt au Brésil en 1972, assassiné par le fils de sa domestique (LAVERTU 1994, 179).

La place de femmes dans la bataille politique et médiatique de l’affaire Bernonville

  • 4 Les de Bernonville et leurs partisans les dessinent comme étant de sang noble. Bernard Krouck préci (...)

23Concomitamment à la bataille juridique, le cas de de Bernonville déclenche une bataille politique et médiatique entre ceux demandant son expulsion rapide et ses défenseurs qui le dépeignent, à la manière de de Bernonville lui-même, comme un pion mineur dans la collaboration, ne faisant que suivre des ordres du gouvernement légitime du Maréchal Pétain (LA PATRIE 1948a, 3 ; 1948b, 3). Aux yeux de ses partisans, de Bernonville n’a que des atouts en tant que Français, fervent catholique, anti-communiste, aristocrate4, héros de la Grande Guerre et adepte de Pétain. Ses défenseurs se méfient des accusations de l’État français d’alors, trop influencé, à leur avis, par des communistes enivrés par l’épuration (LA PRESSE 1948a, 1 ; LE DEVOIR 1948a, 1 ; PAYETTE 1951, 6). Ses détracteurs pensent qu’il faut remettre son sort entre les mains des autorités françaises (NEISH 1948, 1).

24La situation d’Isabelle de Bernonville et de ses filles interpelle particulièrement certaines des femmes partisanes de la famille. Des partisans hommes n’hésitent pas d’ailleurs à instrumentaliser leurs « malheurs » afin de gagner du soutien. Dans une lettre adressée à « Madame de Bernonville, épouse d’un très noble et valeureux soldat de France », une certaine Mlle Marcotte (1951) décrit que « c’est avec émotion, les larmes aux yeux, que nous avons entendu Monsieur Rumilly nous parler de vos malheurs et de vos inquiétudes ». La presse prend également le parti de dépeindre Isabelle de Bernonville et ses filles comme des figures pitoyables et « charmantes » (LE CANADA 1949, 12 ; GAGNON 1949, 1-2 ; LA PRESSE 1948e, 3, 30). Devenues des objets de la presse et des symboles pour les défenseurs, Isabelle de Bernonville et ses filles sont mises dans une position où elles peuvent, par leurs comportements ou rares prises de paroles, influencer l’issue des tractations politiques et judicaires. Des recherches approfondies sur ces femmes et d’autres parentes des miliciens exilés au Québec méritent d’être faites afin de recentrer cette histoire sur celles qui vivent l’exil par association. Les directeurs de « Dans l’intimité de l’exil », numéro thématique de la Revue d’histoire du XIX, encouragent des telles recherches afin de remettre dans l’Histoire conjointes, enfants ou autres parents rendus invisibles par les narratifs et représentations classiques de l’exil et de « l’exilé » (DIAZ, DURAND et SÁNCHEZ 2020, 9‑26). Le regard de la société hôte est également habituellement présenté du point de vue des autorités et des élites hommes, d’où l’intérêt du présent article.

  • 5 Sans plus d’indices, il n’est pas possible de trouver des informations biographiques de Racine, tou (...)

25La mobilisation d’un certain nombre de Franco-Québécoises pendant les trois ans où l’affaire Bernonville fait rage dans la presse et les tribunaux démontre qu’elles ne sont pas indifférentes aux questions d’immigration. Leurs lettres et manifestations en faveur des de Bernonville indiquent que cette famille symbolise en partie leur vision de la nation canadienne-française. Une des partisanes les plus actives, Mme L. Racine5, apparaît sur la scène en septembre 1948 recueillant des signatures pour une pétition appelant à casser l’ordonnance d’expulsion (LAVERTU 1994, 76). Les auteurs de la pétition lancent un appel « tout particulièrement aux Canadiennes-Françaises, en faveur de Mme la comtesse de Bernonville et de ses trois filles, également menacées d’injuste déportation » (LA PRESSE 1948b, 3). En mars 1950, Racine commence à écrire des lettres en série à tout homme politique à Ottawa susceptible d’exercer une influence sur le sort de de Bernonville. Elle lance sa salve le 4 mars 1950 en suppliant le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Walter Harris, d’accorder asile à de Bernonville et « de le recevoir au milieu de nous comme tant d’étrangers ont été reçus depuis un certain nombre d’années ». Un des arguments principaux des défenseurs de la famille est que si le Canada est prêt à accueillir des Européens déplacés de toutes origines, pourquoi pas des Français honorables (MASSÉ 1948, 3, 30) ?

  • 6 Il n’est pas clair laquelle des Mlles Marcotte (Julienne ou Augustine) écrit la lettre. Les Marcott (...)

26Mlle Marcotte6 exprime cet argument en termes plutôt crus en mars 1951 :

C’est une disgrace [sic] pour nos gouvernants fédéraux, de refuser asile et sécurité au Canada à des Français d’élite, alors que les Juifs, les communistes entrent au pays protégés par le ministère de l’Immigration. Et quelle injustice envers les catholiques de la province de Québec !

27La mère de Marcotte, âgée de 89 ans, est prête à « prendre la plume pour dire à madame Saint-Laurent [l’épouse du premier ministre] d’intercéder auprès de son mari ». Jeanne Saint-Laurent n’est pas la seule femme liée au pouvoir que les Marcotte songent à impliquer dans la défense de de Bernonville. Julienne Marcotte, seule femme membre du Comité montréalais pour la défense des réfugiés politiques français (VANIER s.d.), trouve l’attitude de l’Ambassadeur du Canada à Paris, Georges Vanier, « bien peu compréhensive » et songe à écrire à Mme Vanier (29 mars 1951). Ces approches auraient-elles été utiles ?

Impliquer des « femmes de »

28Impliquer des femmes d’hommes en positions de pouvoir illustre la construction du genre où les femmes pensent qu’il est plus approprié de communiquer entre femmes ou que l’épouse serait un point d’accès plus réceptif. Bien que Jeanne Saint-Laurent ait la réputation de se tenir à distance de la politique, durant l’été 1949 elle aurait confié que de Bernonville serait « déporté » car son époux ne risquerait pas « un incident diplomatique pour lui » (RUMILLY 1949 ; THOMSON 1968, 272-73). Même cette Franco-Québécoise plutôt discrète se laisse entrainer dans le maelström de Bernonville.

29Pauline Archer Vanier, née en 1898 d’un couple franco-anglais de la classe moyenne-supérieure, vit une enfance protégée et empreinte de foi catholique. Elle éprouve un profond désir de se rendre serviable (COWLEY AND COWLEY 1992, 15‑18, 21‑26, 80). Lorsque son époux devient ambassadeur à Paris, elle va à l’ambassade tous les jours pour l’aider dans sa surcharge de travail (COWLEY AND COWLEY 1992, 122). Elle assume même un rôle officieux dans l’octroi de visas où elle mène ses propres enquêtes avec l’aide de Pierre-Henri Teitgen, ancien garde des Sceaux français :

Dozens of people came to see me, perhaps because by then I had gained a certain reputation for discretion and sympathy, or perhaps simply because I was a woman, a wife, and a mother. In any case, they seemed to prefer coming to me rather than to an embassy official. My problem was determining which ones were innocent and were fleeing unjust persecution and which ones had indeed committed war crimes and were trying to avoid their ‘just desserts’[sic] (COWLEY AND COWLEY 1992, 117 ; DELISLE 1998, 14-15).

30Une évaluation de la fiabilité de son système est fournie par le cas des de Bernonville. Selon le récit de Vanier, Isabelle de Bernonville l’aborde pour plaider la cause de son époux. Les enquêtes de Teitgen ne révèlent pas de points d’inquiétude, « [s]o the Embassy sent him on his way » (COWLEY and COWLEY 1992, 118). Ce récit soulève des points d’interrogation et on se demande si la mémoire de Vanier fait défaut, comme le suggère son fils (VANIER 1992, 8-9). Pourquoi Isabelle de Bernonville se serait-elle présentée à l’ambassade sous son vrai nom alors que son époux arrive au Québec sous le nom de Benoit ? Les de Bernonville utilisaient-ils un faux nom dans leurs démarches auprès de Vanier et Teitgen ? Est-t-il possible qu’Isabelle de Bernonville aborde Vanier simplement pour obtenir des visas pour elle et ses filles ? Les manifestes des navires montrent qu’elles voyagent à New York sous leur vrai nom avant de prendre le nom de Benoit au Québec (S.S. AMERICA1947 ; S.S. WASHINGTON 1947).

31Esther Delisle émet les hypothèses selon lesquelles les Vanier, soit ne font pas de zèle pour démasquer la vraie identité des miliciens, soit sont « dupés ou mal renseignés », soit trouvent les cours de justice françaises trop punitives (1998, 15). D’autres chercheurs suggèrent plutôt que les ex-miliciens profitent des défaillances dans les procédures de l’immigration ou les canaux de renseignements, car les Vanier sont des soutiens convaincus de de Gaulle dès 1940 (BERGÈRE 2015, 76 ; AMYOT 1999, 127, 300 ; COWLEY and COWLEY 1992, 79, 87, 91 ; SIMPSON 1993, A6). L’hypothèse que Pauline Vanier trouve la justice française trop sévère est rendue plausible par sa description des « ’last-minute’ Resisters of 1945 » perpétuant des vengeances pour couvrir « their own collaboration ». Apparemment, elle conseille aux personnes accusées de délits mineurs de se rendre à la justice, mais, lorsqu’il s’agit des « worst cases », elle leur conseille de « Go into hiding » (COWLEY and COWLEY 1992, 117–18). Vanier contourne bel et bien les voies officielles en créant son propre système selon ses propres valeurs. Elle ne met pas en cause son implication, ses compétences ou ses informations pour prendre des décisions : ses relations, sa compassion et sa discrétion de femme lui suffisent.

Les arguments et méthodes mobilisés par les partisanes

32Au Québec, « l’affaire Bernonville » suit son cours. Le 9 mars 1950, Mme Racine écrit à Louis Saint-Laurent afin de plaider la cause de de Bernonville. Elle se met dans la position de la femme démunie implorant le pouvoir supérieur : « Dépourvue de tout pouvoir d’action […], je viens aujourd’hui attirer votre pitié sur un de nos frères ». Elle enchaîne en cherchant tous les moyens pour amadouer ou culpabiliser le premier ministre, en décrivant de Bernonville comme « traqué […] dans tout ce qu’il a de plus cher, – sa femme et ses pauvres petites filles », alors qu’en 1951 ces « petites filles » ont entre 20 et 25 ans (S.S. AMERICA. 1947 ; S.S. WASHINGTON 1947). Pour conclure, Racine prie Saint-Laurent d’être « immensément bon ! Et le Dieu de toute miséricorde le sera pour vous ». Elle appuie donc sur tous les points sensibles d’un père et époux, d’un catholique fidèle et d’un Canadien français, en espérant que ces aspects de l’homme Saint-Laurent prendront le dessus sur ses autres loyautés et devoirs.

33D’autres femmes, encouragées par le Comité de défense, envoient des lettres à leur député fédéral. Les Marcotte (février 1951) incitent Pierre Gauthier, député libéral, à rejoindre un front uni de « tous les députés canadiens-français » pour soutenir de Bernonville. Pour le convaincre, elles affirment que la décision du Canada d’établir « un consulat allemand » rend « très illogique d’expulser un présumé collaborateur ». Elles feignent de ne pas comprendre qu’établir un consulat allemand ne signifie pas que le Canada a pour projet d’accueillir des Nazis purs et durs ou même des collaborateurs compromis. Ce rapprochement avec l’Allemagne reflète plutôt les conséquences d’une guerre froide qui se durcit progressivement.

  • 7 Entre 1947 et 1951, un « Comité mixte » d’Anglo- et Franco-Québécoises, organisé pour faciliter l’i (...)

34Au nom « d’un groupe d’électrices », Mme Faille (mars 1951) écrit à son tour à son député libéral, Roland Beaudry, pour solliciter son appui du droit d’asile pour de Bernonville. Elle le décrit comme « réfugié politique » et établit un lien entre de Bernonville et les « réfugiés étrangers » accueillis depuis la fin de la guerre. Faille et ses amies soutiennent cette « œuvre humanitaire » mais trouvent « la sévérité » rencontrée par « ce Français catholique » « révoltante ». Accoler le terme « réfugié » à de Bernonville est bien évidement une plaidoirie clé pour les regroupements organisés pour « la défense des réfugiés politiques français ». C’est une appropriation osée d’un terme que même l’OIR n’utilise pas librement et qui ne figure pas dans les lois et règlements d’immigration. C’est un contraste remarquable avec la situation des personnes déplacées qui ne se voient que très rarement accordées cette étiquette7. Leur accueil « humanitaire » n’a que très peu à voir avec un statut spécial : ils sont admissibles seulement grâce à des liens de parentés ou leur volonté de travailler dans les secteurs boudés par des travailleurs canadiens (HOLMES 1979, I : 101‑2).

35Les lettres ne sont pas les seules armes que les Franco-Québécoises brandissent en faveur des de Bernonville. Selon l’hebdomadaire français, Samedi-Soir, « [l]es dames patronnesses distribuent des tracts, font des conférences, assurent que la France n’est qu’un vaste pénitencier » (1948). En avril 1950, un groupe de 143 personnes signent une pétition dont l’avant-propos vante « la qualité exceptionnelle des requérants » (LA PRESSE 1950, 37). Contrairement à la pétition de septembre 1948, qui cherchait à s’imposer par ses quelque 8000 signataires (LA PRESSE 1948c, 25), cette pétition table sur le poids politique d’« une troupe d’élite » (RUMILLY 1950 ; BERGÈRE 2015, 162-63, 276-82). On y trouve les noms de quatre femmes : Marie-Claire Daveluy, Julia Richer et deux membres de la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste (FNSJB) : Eva Rodier-Thibaudeau, présidente, et Georgette Lemoyne, secrétaire générale. Le conseil de direction de la FNSJB manifeste peu d’intérêt aux autres immigrants arrivés au Québec après la fin de la guerre, mais en mars 1950 leur discussion de la situation « du Comte de Bernonville » mène à une décision unanime d’écrire au ministre Harris pour demander un visa permanent pour celui-là. Rodier-Thibaudeau dépeint de Bernonville comme « prisonnier politique » et demande pourquoi le Canada n’offre pas l’asile à des telles personnes comme le font l’Angleterre et la France. L’incohérence de vouloir aider quelqu’un à se soustraire à la justice de la France, pays dont elle vante la politique, semble lui échapper (FNSJB 1950, 2).

Quelques profils des partisanes de de Bernonville

36La question se pose de la valeur ajoutée à « la pétition de 143 » par Daveluy, Richer, Rodier-Thibaudeau et Lemoyne. Née en 1880 à Montréal, Marie-Claire Daveluy est bibliothécaire de formation, historienne du Canada français de vocation et écrivaine de littérature enfantine. Soucieuse de raconter l’histoire des femmes, en 1934 elle reçoit le prix David et celui de l’Académie française pour sa biographie de Jeanne Mance. Elle est la première femme à devenir membre de la Société historique de Montréal (GOSSELIN 1994, 223‑24 ; BIENVENUE 2019). Selon Louise Bienvenue, la perspective historique de Daveluy s’empreint fortement d’« accents patriotiques et catholiques » (BIENVENUE 2020, 6, 21). Bref, Daveluy est une femme « d’élite » tout à fait en harmonie avec la philosophie des défenseurs hommes de de Bernonville (BERGÈRE 2015, 148‑52). Eva Circé-Coté, « libre-penseuse » et collègue de Daveluy, la trouve beaucoup trop sainte-nitouche (1920 ; (LÉVESQUE 2010, 125, 187, 367).

37Née en 1910, Julia Sigouin Richer se fait connaitre comme critique littéraire pour des revues du bord clérico-nationaliste : Notre Temps et l’Action nationale (FERRETTI 2019, 7 ; GAULIN 1980, 127 ; L’ILLETTRE 1972, A13). La critique de Richer se distingue par sa censure d’ouvrages avant-gardes, « d’inspiration anti-catholique et immorale » (1951 ; P. HÉBERT, LANDRY et LEVER 2006, 245 ; GAULIN 1980, 70, 93, 113). En 1956, Richer révèle sa peur que les générations futures vivront dans une société dépourvue de l’influence primordiale des prêtes et des religieuses dans chaque aspect de leur vie (cité dans MAISON SAINTE-THÉRÈSE 2019, 4). Plutôt jeune lorsqu’elle signe la pétition en faveur de de Bermonville, sa réputation intégriste est déjà bien établie.

38La FNSJB est fondée en 1907 comme alternative francophone et catholique du Montreal Local Council of Women et s’implique dans des causes touchant à la vie de femmes de toutes les classes. Ses membres revendiquent le droit de vote en s’appuyant sur des arguments maternalistes (COHEN et VILLENEUVE 2013, 124 ; HÉBERT 1999, 20‑23). En 1933, sous sa nouvelle présidente, Éva Rodier-Thibaudeau, la FNSJB prend « un virage plus conservateur » tombant plus franchement sous l’emprise du clergé (COHEN et VILLENEUVE 2013, 144 ; HÉBERT 1999, 342 ; LAVIGNE, PINARD et STODDART 1983, 241). Le fait que Rodier-Thibaudeau soit toujours à la tête de l’association en 1950 montre bien l’immobilisme de la FNSJB (BAILLARGEON 2012, 177). Cela n’empêche pas les auteurs de la pétition de penser que l’association et sa présidente, à 78 ans, pèsent toujours dans l’opinion politique et publique. Rodier-Thibaudeau est la richissime héritière d’un millionnaire industriel et la veuve d’un riche homme d’affaires. Père (Conservateur) et époux (Libéral) siègent au Sénat canadien (LINTEAU 1982 ; VALLIÈRES 1990). Selon leur arrière-petit-fils, le couple Rodier-Thibaudeau reçoit souvent des « visiteurs de marque » – politiques, littéraires, aristocrates européens – dans leurs belles demeures à Montréal ou à la campagne (BELLEMARE 2008). Soutenir « le Comte et Comtesses de Bernonville » concorde avec le profil de Rodier-Thibaudeau, fervente catholique de la haute société.

39Née en 1884, Georgette Lemoyne est une des premières Franco-Québécoises à obtenir un diplôme universitaire. Célibataire toute sa vie, elle encourage d’autres femmes « à faire des études et à exercer une activité professionnelle » (SERVICE DES COMMUNICATIONS 2021). La seule activité professionnelle exercée par Lemoyne, rémunérée ou non, est celle de secrétaire de la FNSJB, poste qu’elle occupe pendant des décennies. Selon ses écrits dans La Bonne Parole, organe de la FNSJB, elle voit « le dévouement » comme fondamental aux « œuvres » de la FNSJB et songe même à devenir religieuse (1924, 3 ; MALOUIN 1998, 48, 87). Lemoyne et Daveluy intègrent la FNSJB à la même époque et penchent plutôt vers un « féminisme chrétien » (LAVIGNE, PINARD et STODDART 1983, 202 ; BIENVENUE 2019 ; BEAULIEU et HAMELIN 1982, 75). Les femmes signataires de la pétition partagent largement les mêmes valeurs et fréquentent les mêmes cercles.

Un précis des partisanes des de Bernonville

40Les Franco-Québécoises qui interviennent en faveur des de Bernonville donnent un aperçu des opinions de femmes d’une certaine couche de la société et d’une certaine génération pour lesquelles l’élitisme, le conservatisme, le catholicisme fervent, le dévouement des femmes sont révélateurs d’une vision de la nation nourrie par des décennies de discours traditionalistes et nationalistes (PÂQUET 2005, 177 ; BAILLARGEON 2012, 151). Dans leur soutien aux de Bernonville, ces Québécoises s’appuient ardemment sur des piliers de cette vision en mobilisant des repères religieux et familiaux. En tant que bon père de famille catholique, Français et « aristocrate », de Bernonville est un immigrant plus désirable et plus en accord avec leur vision de la nation que les personnes déplacées aux pédigrés douteux, surtout, aux yeux des Marcotte, lorsqu’il s’agit de communistes ou de Juifs. D’autres défenseuses de la famille de Bernonville sont plus circonspectes lorsqu’elles évoquent d’autres immigrants ou « réfugiés » admis au Canada depuis la fin de la guerre. Elles se disent en accord avec le geste « humanitaire » d’ouvrir les portes à ces personnes, mais demande que de Bernonville jouisse du même traitement.

41Un autre argument important est de le dépeindre comme victime d’un État français devenu trop punitif envers les personnes comme lui à cause de l’emprise du communisme. Dans cette optique, de Bernonville n’est qu’un réfugié victime de persécutions politiques, méritant l’asile au Canada. C’est un argument véhiculé par les comités de défense, mais le statut inexistant de « réfugié » dans les lois et règlements d’immigration le rend problématique. Il est difficile de critiquer la logique défectueuse de ces femmes lorsqu’elles ne sont pas les auteures de cette stratégie, mais en demandant que de Bernonville jouisse d’un traitement semblable aux autres « réfugiés », elles ne comprennent pas vraiment ce qu’elles demandent. Selon un haut fonctionnaire de l’époque, le Canada sélectionne les « DPs […] like good beef cattle with a preference for strong young men who could do manual labour », en laissant pour compte non seulement les personnes âgées ou infirmes mais également des professionnels (HOLMES 1979, I : 101‑2).

Les femmes porteuses d’une autre vision nationale

42Des femmes portant une autre vision du Québec ou du Canada français écrivent à Camilien Houde, maire de Montréal et partisan phare de de Bernonville, pour censurer son soutien. Mme Arthur Salvas de Lachute suggère au maire que son soutien à l’ancien milicien outrepasse ses fonctions : « [V]ous devez avoir suffisamment d’ouvrage à gérer les affaires de la métropole sans intervenir dans les décisions du gouvernement français »(1948). Elizabeth de Courval (1948), une Québécoise vivant à New York, critique également l’implication de Houde : « Je regrette votre intervention et celles de vos amis dans cette triste affaire, coupable ou non, ce n’est pas à nous Canadiens français de le défendre » (1948). La teneur politique de l’opposition de Salvas et de de Courval contraste avec des arguments émotionnels mobilisés par des partisanes, et partisans, pour faire naître de la sympathie (BERGÈRE 2015, 66).

43Les défenseurs de de Bernonville à Québec trouve une opposante formidable en la personne de Marthe Simard, Française installée au Canada depuis 1932. En décembre 1940, elle devient présidente du Comité France libre de Québec qu’elle organise avec son époux et d’autres sympathisants, ce qui mène à sa nomination à l’Assemblée consultative provisoire d’Alger en automne 1943. Simard siège également à la première séance de l’Assemblée à Paris en novembre 1944 mais préfère retourner à Québec au lieu d’entamer une carrière politique en France (SMITH 2012, 17, 20-21, 179-80, 215, 218). Elle sort de sa retraite politique en juillet 1950 pour contredire des représentations de la libération qui essaient de dédouaner le régime Vichy et les gens comme de Bernonville :

Quant aux ‘épurés’ que vous appelez la honte de la libération, oubliez-les dans la vase où ils se sont embourbés pour y mourir et pensez surtout aux Français et Françaises, jeunes et vieux, qui ont été leurs victimes de chair ou d’esprit.(SIMARD 1950, 4)

44Déjà en 1948, dans une lettre à un ami gaulliste, Simard fait état de

[…] la présence au Canada d’un trop grand nombre de Français indésirables, tous condamnés à des peines variant entre la peine de mort et des années de travaux forcés et qui vivent ici toujours sous l’aile protectrice des ex-vichystes français et canadiens sympathiques […]. (cité dans SMITH 2012, 235)

45Parmi les protecteurs, elle pointe du doigt Rumilly qu’elle qualifie de « dégoutant personnage » (cité dans SMITH 2012, 234).

Conclusion : Que « tirer » de l’affaire Bernonville ?

46Au bout de trois ans, le soutien s’essouffle et l’étau de l’expulsion se resserre autour de de Bernonville. Son choix de s’exiler au Brésil sonne le glas de l’affaire au Canada. Mme Racine figure parmi les fidèles restant en contact avec l’ancien milicien. Avec les autres femmes qui soutiennent les de Bernonville durant ces trois ans, elle fait partie d’un groupe restreint, mais actif, de nationalistes traditionalistes (LAVERTU 1994, 153-74 ; BERGÈRE 2015, 175-177). La plupart des partisanes des de Bernonville, à l’exception des Marcotte, habitent Montréal, ce qui semble naturel car la ville est au cœur du drame. Quoique ayant la réputation d’être la ville la plus cosmopolite du Québec, on voit que le traditionalisme y a toujours des bases solides. Il est plus difficile d’expliquer pourquoi la poignée de Franco-Québécoises qui s’opposent aux défenseurs se trouvent hors de Montréal. Les opposantes montréalaises trouvent-elles qu’il vaut mieux se taire que de risquer une dispute avec parents, amis ou voisins ? Avancer, d’ailleurs, que Lachute soit un foyer de progressisme tandis que Montréal abrite une population plus réactionnaire est plus que problématique. Les divisions entre femmes sont moins régionales et plus idéologiques.

47Nous avons évoqué des raisons possibles du silence relatif des Franco-Québécoises à propos de l’immigration, mais nous ne les trouvons pas complètement satisfaisantes, quoiqu’une confluence de facteurs ne soit pas à exclure. L’affaire Bernonville laisse entrevoir des opinions de Franco-Québécoises non seulement à propos de ce « réfugié politique » mais également à propos du flux migratoire des personnes déplacées. Des préférences pour une immigration qui renforce les valeurs et institutions traditionnelles s’affichent clairement chez des femmes ayant une vision conservatrice de la nation canadienne française. Les rangs des femmes opposées au soutien de l’ancien milicien sont plus clairsemés (BERGÈRE 2015, 172 ; DELISLE 1998, 94). Elles ne s’appuient pas sur des repères traditionalistes (foi et famille), mais adopte des arguments plus politiques et plus laïques, présageant peut-être le Québec de l’avenir au lieu du Québec du passé. Les lignes de fracture ne sont pourtant pas nettement générationnelles. À 40 ans en 1950, la perspective de Julia Sigouin Richer correspond davantage à celle d’Eva Rodier-Thibaudeau (78 ans) qu’à celle de Marthe Simard (49 ans). Apparemment de la génération de Marie-Claire Daveluy et Georgette Lemoyne, Mme Salvas de Lachute n’est pas de celle des jeunes louves qui pousseront le Québec vers la Révolution tranquille (MARTEL et DESMEULES 2011).

48L’affaire ne semble pas trop accaparer l’attention de la plupart des Franco-Québécoises. Pensent-elles que l’affaire suit son juste cours sans leur implication (BERGÈRE 2015, 175-77) ? L’histoire des de Bernonville suggère que les Franco-Québécoises tendent à se préoccuper de l’immigration lorsque la question s’invite dans leur sphère d’intérêt, plutôt que de créer des occasions pour en discuter et pour transmettre leurs avis aux autorités, comme on peut observer chez certaines Anglo-Canadiennes de la période. Néanmoins, pour toutes les Franco-Québécoise exprimant une opinion ou signant une pétition, des dizaines d’autres communiquent leurs opinions dans des contextes divers sans laisser de traces écrites. D’autres archives révèleraient-elles une attention plus répandue parmi les femmes au Québec ? Il semble plus intéressant de rechercher des archives donnant une autre perspective des attitudes des Franco-Québécoises envers l’immigration, comme celles liées à l’accueil généreux de réfugiés hongrois de 1956-1958. Gertrude Notebaert, directrice du Service d’accueil aux voyageurs et immigrants, fait état d’« [o]ffres de logement par milliers, et pas assez de Hongrois pour faire plaisir. […] Un ouragan de miséricorde pour les persécutés de communisme »(1965, 3). Cette fois l’anticommunisme des Québécoises les place sur un terrain moins polémique et les Hongrois rencontrent un public et un gouvernement canadiens plus prompts à s’ouvrir aux réfugiés comme tels, au moins au début.

Haut de page

Bibliographie

Sources archivistiques : Fonds Robert Rumilly

P303, S6, SS9. Affaire Bernonville. Bibliothèque et Archives nationales du Québec à Vieux Montréal (désormais BAnQVM).

DE COURVAL, Elizabeth. 1948. Lettre à Monsieur le Maire. 19 septembre 1948. D1/10.

FAILLE, Mme. 1951. Lettre à Roland Beaudry. 6 mars 1951. D1/12.

MARCOTTE, Julienne. 1951. Lettre à Robert Rumilly. 29 mars 1951. D1/13.

MARCOTTE, Mlle. 1951. Lettre à Mme de Bernonville. 7 mars 1951. D1/13.

MARCOTTE, Mme Eugène, Augustine MARCOTTE et Julienne MARCOTTE. 1951. Lettre à Dr. Pierre Gauthier. 26 février 1951. D1/13.

RACINE. Mme L. 1950a. Lettre à W.E. Harris. 4 mars 1950. D1/12.

RACINE, Mme L. 1950b. Lettre à Louis Saint-Laurent. 9 mars 1951. D1/12.

RUMILLY, Robert. 1949. Notes. D1/14. (Cité dans LAVERTU 1994, 135).

RUMILLY, Robert. 1950. Lettre à Wheeler Dupont, 31 mars 1950. D1/13. (Cité dans BERGÈRE 2015, 162).

SALVAS, Mme Arthur. 1948. Lettre à Camilien Houde. 7 septembre 1948. D1/10.

SAMEDI-SOIR. 1948. Coupure de presse. « Bernonville lève contre F. Guy trois millions de Canadiens ». 27 novembre 1948. D1/1 à D1/8.

VANIER, Anatole, s.d. « Le Comité ». Liste des membres. D1/13.

Autres sources archivistiques

CENTRE SOCIAL D’AIDE AUX IMMIGRANTS. 1947-1951. Réunions, rapports. Service national de placement. INST-01, 411-841, 3065. Fonds CSAI. Institut Notre-Dame du Bon-Conseil à Montréal.

CIRCÉ-CÔTÉ, Éva. 1924. Lettre à Marcel Dugas. Juillet 1924. Centre régional d’archives de Lanaudière, Collège L’Assomption. (Cité dans LÉVESQUE, 187).

« Equal footing for French, British suggested as immigration policy ». 1947. Coupures de presse. s.n. Tamponné 15 octobre 1947. RG76, 107/18040-2. Fonds ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration (désormais MCI). Bibliothèque et archives Canada à Ottawa (désormais BAC).

FNSJB. 1950. Compte rendu. Réunion du Bureau de direction. 10 mars 1950. P120 12-9. Fonds Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste. BAnQVM.

HALLET, Mrs. John. 1949. Letter from the Secretary, Fleet Constituency Conference, Farm Women’s Union of Alberta to J.G. Gardiner, Minister of Agriculture. 7 July 1949. RG76 244/165172-12. MCI. BAC.

NOTEBAERT, Gertrude. 1965 « Rapport de la directrice ». Assemblée annuelle. Service d’accueil aux voyageurs et immigrants. 17 June 1965, F03 302 48/575 1-6. Fonds Fédération des œuvres de charité canadiennes françaises. Archives de Centraide du Grande Montréal.

SIMARD, Marthe. 1948. Lettre à Thierry d’Argenlieu, 3 décembre 1948. Fonds Marthe Simard – 1914-1993 (privé). Cité dans SMITH 2012, 234‑35.

The Statue of Liberty—Ellis Island Foundation, Inc., New York. https://heritage.statueofliberty.org

S.S. AMERICA. 1947. Catherine and Isabelle Duge [sic] de Bernonville. List or Manifest of Alien Passengers for the United States Immigrant Inspector at Port of Arrival. Passengers sailing from Cherbourg, France, February 15, 1947. Arriving at Port of New York February 21, 1947.

S.S. WASHINGTON. 1947. Josiane, Françoise and Chantal Duge [sic] de Bernonville. List or Manifest of Alien Passengers for the United States Immigrant Inspector at Port of Arrival. Passengers sailing from Le Havre, February 21, 1947. Arriving at Port of New York March 4, 1947.

UFWA. 1948. Reports of the Conveners presented to the UFWA Convention. Louise Johnston (Immigration) and Mrs. V.C. Flint (Health). January 1948. PR0363.014SF, 11971.420, 2/20. Sous-fonds United Farm Women of Alberta. Provincial Archives of Alberta. Edmonton.

Fonds liés aux regroupements de femmes

Fonds Association des femmes de carrière du Québec métropolitain. P619. Bibliothèque et Archives nationales du Québec à Québec (désormais BAnQQ).

Fonds Association de femmes diplômées des universités de Montréal. P107. Université de Montréal, Division de la gestion de documents et des archives, Montréal.

Fonds Association de femmes diplômées des universités de Québec. P628. BAnQQ.

Fédération de femmes libérales du Québec. P443. Fonds Henri-A. Dutil. BAnQQ.

Fonds Jeunesse étudiante catholique. P65. BAnQVM.

Fonds Jeunesse ouvrière catholique. P104. BAnQVM.

Documents institutionnels

CONSEIL PRIVÉ. Canada. 1931. Décret en conseil 695. 21 mars 1931.

CONSEIL PRIVÉ. Canada. 1946. Décret en conseil 2071. 28 mai 1946.

KING. William Lyon Mackenzie. 1947. Débats de la Chambre de communes. 20e Législature, 3e Session : Vol. 3. 2630-2633. 1er mai 1947. Ottawa : Imprimeur du Roi, 1948.

ONU. 1946. Assemblée générale. 62 (I) Réfugiés et personnes déplacées. I. Constitution de l’Organisation internationale pour les réfugiés et Accord relatif aux dispositions provisoires devant être prises à l’égard des réfugiés et personnes déplacées. 67ème séance plénière. 97-121. 15 décembre 1946.

Articles de presse

LE CANADA. 1949. « Le comte de Bernonville saura ce matin s’il est libre de rester au pays ». 21 février 1949.

CHAMPOUX, Roger. 1948. « Les de Bernonville. Émouvant horaire de leur mise en liberté ». La Presse, 20 septembre 1948.

LE DEVOIR. 1948a. « Ottawa déporterait un réfugié français ». 4 septembre 1948.

LE DEVOIR. 1948b. « Chacun se prépare pour sauver de Bernonville ». 10 septembre 1948.

LE DEVOIR. 1948c. « La France ‘désire’ qu’on lui retourne M. de Bernonville ». 30 septembre 1948.

DUPLESSIS, Maurice. 1952. « M. Duplessis expose son point de de vue sur les problèmes de l’immigration ». Le Devoir. 12 avril 1952.

GAGNON, Marcel. 1949. « De Bernonville rend hommage à notre justice ». Le Canada, 22 février 1949.

GÉRIN-LAJOIE Marie (Lacoste). 1922. La Bonne Parole. Janvier 1922. (Cité dans COHEN et MAILLÉ 1999, 41).

LEMOYNE, Georgette. 1924. « Entre nous. Souhaits ». La Bonne Parole 12 (1) janvier : 3. (Cité dans HÉBERT 1999, 325).

L’ILLETTRÉ [BERNARD, Harry]. 1972. « Julia Richer, la dernière de quatre écrivains qui grandirent ensemble ». Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 4 octobre.

MASSÉ, Paul. 1948. « Supplique en faveur du détenu ». La Presse, 13 septembre 1948.

NEISH, W.V.G. 1948. « Laissons à la justice le soin de juger Bernonville ». Le Canada, 11 septembre 1948.

PARÉ, Lorenzo. 1948. « L’immigration française sur le même pied que la britannique ». La Survivance. 22 septembre 1948.

LA PATRIE. 1948a. « L’Affaire Bernonville. Requête par avion à l’Hon. Louis Saint-Laurent ». 7 septembre 1948.

LA PATRIE. 1948b. « La libération du comte de Bernonville en délibéré », 15 septembre 1948.

LA PATRIE. 1948c. « Le comte de Bernonville corroboré par sa femme ». 5 octobre 1948.

LA PATRIE. 1950. « Mlle de Bernonville se marie en France ». 10 janvier 1950.

PAYETTE, André. 1951. « L’exil de Bernonville ». Le Quartier latin. 9 mars 1951.

PORTER, McKenzie. 1951. “De Bernonville!” Maclean’s Magazine, 15 November 1951.

LA PRESSE. 1948a. « Une arrestation sensationnelle ». 4 septembre 1948.

LA PRESSE. 1948b. « Des signatures en faveur du proscrit ». 7 septembre 1948.

LA PRESSE. 1948c. « Une demande de l’ambassadeur de France à Ottawa ». 16 septembre 1948.

LA PRESSE. 1948d. « Les de Bernonville en liberté ». 18 septembre 1948.

LA PRESSE. 1948e. « Mlle de Bernonville priée de quitter Marie-de-France ». 19 octobre 1948.

LA PRESSE. 1950. « Pétition pour le comte de Bernonville ». 19 avril 1950.

RICHER, Julia. 1951. Notre Temps. 24 novembre 1951. (Cité dans P. HÉBERT, LANDRY et LEVER 2006, 245).

SIMARD, Marthe. 1950. « Défense du général Charles de Gaulle ». L’Action catholique, 27 juillet 1950.

SIMPSON, Jeffrey. 1993. « Le souvenir de Pauline Vanier ». Le Devoir. 9 février 1993.

TIME MAGAZINE. 1948. “Canada: External Affairs: A Wink & a Nod.” 18 October 1948.

Études

AMYOT, Éric. 1999. Le Québec entre Pétain et de Gaulle : Vichy, la France libre et les Canadiens français, 1940-1945. Ville d’Anjou, QC : Éditions Fides.

ANDRADE, Miguel Simão. 2007. « La Commission des écoles catholiques de Montréal et l’intégration des immigrants et des minorités ethniques à l’école française de 1947 à 1977 ». Revue d’histoire de l’Amérique Française 60 (4) : 455–86.

BAILLARGEON, Denyse. 2012. Brève histoire des femmes au Québec. Montréal : Boréal.

BEAUDIN, Dominique. 1948. « Le Canada français et l’immigration ». L’Action nationale 31 (9) : 161-65.

BEAULIEU, André, et Jean HAMELIN. 1982. La presse québécoise, des origines à nos jours : 1911-1919. Québec : Presses Université Laval.

BEHIELS, Michael D. 1991. Le Québec et la question de l’immigration : de l’ethnocentrisme au pluralisme ethnique, 1900-1985. Groupes ethniques du Canada 18. Ottawa : La Société historique du Canada.

BELLEMARE, Dominique. 2008. « Annexe 5 : Historique - Point St-Louis, Beauharnois ». Dans Version corrigée en accord avec M. Dominique Bellemare du mémoire des membres de la Famille Bellemare présenté le 12 octobre 2010. Beauharnois. https://archives.bape.gouv.qc.ca/sections/mandats/restauration_berge_beauharnois/documents/liste_doc-DT-DQ-DM.htm#DM/index.htm

BERGÈRE, Marc. 2015. Vichy au Canada : l’exil québécois de collaborateurs français. Rennes/Montréal : Presses universitaires de Rennes/Presses de l’Université de Montréal.

BERGERON, Josée et Jane JENSON. 1999. « Nation, natalité, politique et représentations des femmes ». Recherches féministes 12 (1) : 83‑101.

BERNIER, Emmanuel. 2019. « Faire Église au nord du 51 parallèle : la vie paroissiale à Gagnon et Fermont dans un Québec en mutation (1958-1979) ». Études d’histoire religieuse 85 (1‑2) : 91-107.

BIENVENUE, Louise. 2003. Quand la jeunesse entre en scène : l’Action catholique avant la Révolution tranquille. Montréal : Boréal.

BIENVENUE, Louise. 2019. « Marie-Claire Daveluy (1880-1968). Une historienne féministe ». À babord ! Revue sociale et politique 78 (mars). https://www.ababord.org/Marie-Claire-Daveluy-1880-1968-Une-historienne-feministe

BIENVENUE, Louise. 2020. « Façonner l’âme d’une nation par l’histoire : La vulgarisation historique, selon Marie-Claire Daveluy (1880–1968) ». Revue d’histoire de l’éducation 32 (2) : 1‑26.

BURNS, Nancy, Kay LEHMAN SCHLOZMAN et Sidney VERBA. 2001. The Private Roots of Public Action: Gender, Equality, and Political Participation. Cambridge: Harvard University Press.

COHEN, Yolande. 1990. Femmes de parole : l’histoire des Cercles de fermières du Québec, 1915-1990. Montréal : Le Jour.

COHEN, Yolande. 2000. « Chronologie d’une émancipation. Questions féministes sur la citoyenneté des femmes ». Globe : Revue internationale d’études québécoises 3 (2) : 43‑64.

COHEN, Yolande. 2010. Femmes philanthropes. Catholiques, protestantes et juives dans les organisations caritatives au Québec 1880-1945. Montréal : Presses de l’Université de Montréal.

COHEN, Yolande et Chantal MAILLÉ. 1999. « Les cours d’instruction civique de la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste : Une voie d’accès à la citoyenneté politique pour les femmes du Québec ». Recherches féministes 12 (2) : 39‑59.

COHEN, Yolande et Hubert VILLENEUVE. 2013. « La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste, le droit de vote et l’avancement du statut civique et politique des femmes au Québec ». Histoire sociale 46 (91) : 121‑44.

COWLEY, Deborah and George COWLEY. 1992. One Woman’s Journey: A Portrait of Pauline Vanier. Ottawa: Novalis.

DAVIDOFF, Lenore. 1998. "Regarding Some ‘Old Husbands’ Tales’: Public and Private in Feminist History". In Feminism: The Public and the Private, edited by Joan B. Landes, 164‑94. Oxford: Oxford University Press.

DELISLE, Esther. 1998. Mythes, mémoire et mensonges : l’intelligentsia du Québec devant la tentation fasciste, 1939-1960. Westmount, QC : Éditions Multimédia R. Davies.

DENCH, Janet. 2000. « 100 ans d’immigration au Canada 1900-1999 ». Conseil canadien pour les réfugiés. Mai 2000. https://ccrweb.ca/fr/100-ans-immigration-canada

DIAZ, Delphine. 2021. En exil : les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours. Collection Folio histoire 312. Paris : Gallimard.

DIAZ, Delphine, Antonin DURAND et Romy SÁNCHEZ. 2020. « Introduction. L’exil intime. Familles, couples et enfants à l’épreuve de la migration contrainte au XIXe siècle ». Revue d’histoire du XIXe siècle, Dans l’intimité de l’exil, 2 (61) : 8‑26.

DIRKS, Gerald E. 1977. Canada’s Refugee Policy: Indifference or Opportunism. Montreal: McGill-Queen’s University Press.

DUMONT, Micheline, Michèle JEAN, Marie LAVIGNE et Jennifer STODDART [Collectif Clio]. 1992. L’histoire des femmes au Québec depuis quatre siècles. Montréal : Le Jour.

DUMONT, Micheline et Louise TOUPIN, dir. 2003. La pensée féministe au Québec : anthologie, 1900-1985. Montréal : Éditions du remue-ménage.

EPP, Marlene. 2017. Les réfugiés au Canada : un survol historique. L’Immigration et l’ethnicité au Canada 35. Ottawa : La Société historique du Canada.

FAHRNI, Magda. 2005. Household Politics: Montreal Families and Postwar Reconstruction. Toronto: University of Toronto Press.

FERRETTI, Lucia. 2019. L’Action nationale : le long combat pour le Québec. Montréal : Del Busso.

GAULIN, André. 1980. Entre la neige et le feu : Pierre Baillargeon, écrivain montréalais. Québec : Presses de l’Université Laval.

GAUTHIER, René. 1951. Les Néo-Canadiens. Problème humain, problème chrétien. L’Œuvre des tracts 377. Montréal : Institut social populaire.

GAUVREAU, Danielle, Diane GERVAIS et Peter GOSSAGE. 2007. La fécondité des Québécoises, 1870-1970 : d’une exception à l’autre. Montréal : Boréal.

GAUVREAU, Michael. 2005. The Catholic Origins of Quebec’s Quiet Revolution, 1931-1970. Montreal: McGill-Queen’s Press.

« Généalogie Eva Rodier ». 2022. Généalogie du Québec et d’Amérique française. https://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Rodier_Eva&pid=1956689

GOSSELIN, Cheryl. 2006. "Remaking Waves: the Quebec Women’s Movement in the 1950s and 1960s." Canadian Woman Studies 25 (3‑4): 34‑39.

GOSSELIN, Line. 1994. « Marie-Claire Daveleuy (1880-1968) ». Dans Ces Femmes qui ont bâti Montréal, dirigé par Maryse Darsigny, Francine Descarries, Lyne Kurtzman et Evelyne Tardy, 223-25. Montréal : Les Éditions du remue-ménage.

HARVEY, Julien. 1993. « L’Église catholique de Montréal et l’accueil des immigrants au XXe siècle ». Études d’histoire religieuse 59 : 89‑103.

HAWKINS, Freda. 1988. Canada and Immigration: Public Policy and Public Concern. 2nd ed. Montreal: McGill-Queen’s Press.

HÉBERT, Karine. 1999. « Une organisation maternaliste au Québec : la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste et la bataille pour le vote des femmes ». Revue d’histoire de l’Amérique française 52 (3) : 315‑44.

HÉBERT, Pierre, Kenneth LANDRY et Yves LEVER. 2006. Dictionnaire de la censure au Québec : littérature et cinéma. Ville d’Anjou, QC : Éditions Fides.

HOLMES, John Wendell. 1979. The Shaping of Peace: Canada and the Search for World Order, 1943-1957. Vol. I. Toronto: University of Toronto Press.

JONES, Richard. 1986. « Spécificités de l’immigration française au Canada au lendemain de la Deuxième guerre mondiale ». Revue européenne des migrations internationales 2 (2) : 127‑43.

KELLEY, Ninette et Michael TREBILCOCK. 2010. The Making of the Mosaic: A History of Canadian Immigration Policy. Toronto: University of Toronto Press.

KROUCK, Bernard. 2016. « Fuir la justice. Le destin agité de Jacques Dugé de Bernonville, milicien, Waffen‑SS français, de l’Espagne au Brésil en passant par le Québec (1944‑1972) ». Témoigner. Entre histoire et mémoire 122 (mai) : 136‑45.

KULISCHER, Eugene M. 1949. "Displaced Persons in the Modern World." Annals of the American Academy of Political and Social Science 262 (March): 166‑77.

LAMOUREUX, Diane. 2001. L’amère patrie : féminisme et nationalisme dans le Québec contemporain. Collection itinéraires féministes. Montréal : Éditions du remue-ménage.

LAVERTU, Yves. 1994. L’affaire Bernonville : le Québec face à Pétain et à la collaboration (1948-1951). Québec : VLB Éditeur.

LAVIGNE, Marie, Yolande PINARD et Jennifer STODDART. 1983. « La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste et les revendications féministes au début du XXe siècle ». Dans Travailleuses et féministes : les femmes dans la société québécoise, dirigé par Marie Lavigne et Yolande Pinard, 198‑216. Montréal : Boréal Express.

LEBLOND, Francis. 1993. « L’Immigration française au Canada de 1945 à 1960 : pourquoi si peu d’immigrants français ? » Mémoire de maître ès arts, Québec : Université Laval.

LÉGER, Jean-Marc. 1952. « Situation dramatique de l’immigration française ». L’Action nationale 39 (1) : 48‑61.

LÉVESQUE, Andrée. 2010. Éva Circé-Côté, libre-penseuse, 1871-1949. Montréal : Éditions du remue-ménage.

LINTEAU, Paul-André. 1982. « Rodier, Charles-Séraphin (1818-1890) ». Dans Dictionnaire biographique du Canada. Volume XI (1881-1890). Québec/Toronto : Université Laval / University of Toronto. http://www.biographi.ca/fr/bio/rodier_charles_seraphin_1818_1890_11F.html

MAISON SAINTE-THÉRÈSE. 2019. « La Révolution tranquille intellectuelle. II. Le développement de la subversion (1940-1964) ». Le Renaissance catholique. Bulletin de la Communion phalangiste au Canada 247 (janvier) : 1‑6.

MALOUIN, Marie-Paule. 1998. Entre le rêve et la réalité : Marie Gérin-Lajoie et l’histoire du Bon-Conseil. Saint-Laurent : Bellarmin.

MANN TROFIMENKOFF, Susan. 1979. "Nationalism, Feminism, & Canadian Intellectual History." Canadian Literature 83: 7‑20.

MARTEL, Gilles et Françoise DESMEULES. 2011. « Salvas, Arthur 1885-1957 ». Les cimetières du Québec. Laurentides - Lachute (Sainte-Anastasie). https://www.cimetieresduquebec.ca/laurentides/lachute-ste-anastasie/

MASSEY, Doreen. 1994. Space, Place, and Gender. Minneapolis: University of Minnesota Press.

MEUNIER, E.-Martin. 2016. « La Grande Noirceur canadienne-française dans l’historiographie et la mémoire québécoises : revisiter une interprétation convenue ». Vingtième Siècle. Revue d’histoire 129 (1) : 43‑59.

MURRAY, Sylvie. 1992. « Quand les ménagères se font militantes : la Ligue auxiliaire de l’Association internationale des machinistes, 1905-1980 ». Le Travail 30 : 157‑86.

OWRAM, Doug. 1996. Born at the Right Time: A History of the Baby-Boom Generation. Toronto: University of Toronto Press.

PÂQUET, Martin. 2005. Tracer les marges de la cité : étranger, immigrant et État au Québec, 1627-1981. Montréal : Boréal.

PÂQUET, Martin. 2010. « Un repli calculé. Maurice Duplessis et l’immigration ». Dans Duplessis : son milieu, son époque, dirigé par Xavier Gélinas et Lucia Ferretti, 245–62. Québec : Septentrion.

PERLIKOWSKI, Zofia. 2009. "Cultural Retention among Polish Women Who Came to Canada between 1945 and 1960 as Displaced Persons or Immigrants." Master’s thesis, Winnipeg: University of Manitoba.

PICHÉ, Lucie. 2003. Femmes et changement social au Québec : l’apport de la Jeunesse ouvrière catholique féminine, 1931-1966. Québec : Presses de l’Université Laval.

ROUTHIER, Gilles. 2001. « La paroisse québécoise : évolutions récentes et révisions actuelles ». Dans La paroisse, dirigé par Serge Courville et Normand Séguin. Atlas historique du Québec, 46-59. Québec : Presses de l’Université Laval.

SARRA-BOURNET, Michel. 2007. « La société civile devant la Commission Tremblay ». Bulletin d’histoire politique 16 (1) : 43-64.

SERVICE DES COMMUNICATIONS. 2021. « Mylène Falardeau remporte la bourse Georgette-LeMoyne de la Fédération canadienne des femmes diplômées des universités ». Néo UQTR. 26 juillet. https://neo.uqtr.ca/2021/07/26/mylene-falardeau-remporte-la-bourse-georgette-lemoyne-de-la-federation-canadienne-des-femmes-diplomees-des-universites/

SMITH, Frédéric. 2012. ‘La France appelle votre secours’ : Québec et la France libre, 1940-1945. Études québécoises 94e. Montréal : VLB Éditeur.

STRONG-BOAG, Veronica. 2002. "Home Dreams: Women and the Suburban Experiment in Canada, 1945-1960." In Rethinking Canada: The Promise of Women’s History, edited by Veronica Strong-Boag, Mona Gleason, and Adele Perry, 4th ed., 313‑34. Don Mills, ON: Oxford University Press.

THÉRIAULT, Anne. 2009. « Féminisme et nationalisme dans le Québec contemporain, entre modernité et postmodernité ». Politique et Sociétés 28 (2) : 53‑67.

THOMSON, Dale C. 1968. Louis St-Laurent : Canadien. Traduit par F. Dufau-Labeyrie. Montréal : Le Cercle du livre de France.

TRIMBLE, Sheena. 2015. « Femmes et politiques d’immigration au Canada (1945-1967) : au-delà des assignations de genre ? » Thèse de doctorat, Angers : Université d’Angers.

VALLIÈRES, Marc. 1990. « Thibaudeau, Isidore ». Dans Dictionnaire biographique du Canada. Québec/Toronto : Université Laval/University of Toronto. http://www.biographi.ca/en/bio/thibaudeau_isidore_12E.html

VANIER, Jean. 1992. “Foreword.” In One Woman’s Journey: A Portrait of Pauline Vanier, by Deborah Cowley and George Cowley, 7–9. Ottawa: Novalis.

WHITAKER, Reginald. 1987. Double Standard: The Secret History of Canadian Immigration. Toronto: Lester & Orpen Dennys.

Haut de page

Notes

1 Bien que les citoyennes francophones du Québec utilisent plutôt l’appellation Canadiennes françaises avant 1960, la focalisation de notre étude sur le Québec nous amène à privilégier « Franco-Québécoises ». 

2 Voir la bibliographie pour les noms des associations (C. GOSSELIN 2006 ; HÉBERT 1999 ; COHEN et MAILLÉ 1999 ; MURRAY 1992 ; COHEN 1990 ; BIENVENUE 2003 ; PICHÉ 2003).

3 Les effectifs d’immigrants français évoluent très lentement, de 1884 en 1948 à 1929 en 1950 pour bondir à 6949 en 1951. Un ralentissement économique ramène le nombre à 2941 en 1955. Le nombre d’immigrants britanniques admis à la même époque fluctue entre 51 962 (1953) et 17 645 (1950) (LEBLOND 1993, 4, 152).

4 Les de Bernonville et leurs partisans les dessinent comme étant de sang noble. Bernard Krouck précise que « le Comte et la Comtesse » peuvent revendiquer le statut de « bourgeoisie ancienne » mais pas plus (2016, 136).

5 Sans plus d’indices, il n’est pas possible de trouver des informations biographiques de Racine, tout comme Jolivet et les autres femmes sur sa liste.

6 Il n’est pas clair laquelle des Mlles Marcotte (Julienne ou Augustine) écrit la lettre. Les Marcotte demeurent également peu connues.

7 Entre 1947 et 1951, un « Comité mixte » d’Anglo- et Franco-Québécoises, organisé pour faciliter l’intégration des centaines d’Européennes déplacées affectées à Montréal comme domestiques, n’utilise jamais le terme « réfugiée » dans ses comptes rendus (Centre social d’aide aux immigrants).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sheena Trimble, « Qui a le droit d’entrer et de rester au Canada ? Quand ces questions s’invitent chez les Franco-Québécoises (1946-1955) »Études canadiennes / Canadian Studies, 92 | 2022, 69-100.

Référence électronique

Sheena Trimble, « Qui a le droit d’entrer et de rester au Canada ? Quand ces questions s’invitent chez les Franco-Québécoises (1946-1955) »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 92 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/eccs/5552 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.5552

Haut de page

Auteur

Sheena Trimble

Sheena Trimble est maîtresse de conférences en histoire et civilisation nord-américaines à l’Université catholique de l’Ouest – Angers. Depuis la soutenance de sa thèse en histoire contemporaine à l’Université d’Angers en 2015 – « Femmes et politiques d’immigration au Canada (1945-1967) : au-delà des assignations de genre ? » – elle continue d’approfondir ses recherches sur des thèmes liés au sujet de celle-ci. Le présent article en est un exemple ainsi qu’un autre article qui paraitra cette année sur les femmes et l’arrivée de réfugiés hongrois au Canada entre 1956 et 1958.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search