Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Le retour du régionalisme en Albe...

Le retour du régionalisme en Alberta et dans l’Ouest1

The return of regionalism in Alberta and Western Canada
Frédéric Boily et Timothy van den Brink
p. 101-124

Résumés

Cet article se penche sur les manifestations récentes du régionalisme dans l’Ouest canadien, notamment en Alberta. Il s’agit de montrer que le thème du régionalisme est un concept imprécis mais que c’est précisément en raison de cette imprécision qu’il peut être utilisé à des fins de mobilisations politiques. Pour illustrer cette thèse, nous revenons sur le concept de régionalisme pour voir comment des intellectuels et des observateurs de la politique de l’Ouest canadien examinent et promeuvent pour certains l’idée que la région est injustement traitée. Par la suite, l’article examine comment le thème du régionalisme s’inscrit ou non dans les campagnes et les programmes des partis politiques, notamment avec de petites formations politiques qui ont cherché à capter le mécontentement régional lors du 20 septembre 2021.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions les deux évaluateurs pour leur lecture minutieuse qui a permis de bonifier le texte (...)

« “Regionalism” is perhaps the predominant characteristic of Canadian life today, and it has made a major impact on the writing of Canadian history in recent years. This is not to suggest that “regionalism” is something new in Canada, or that the regions have been ignored in past historical writing. The phenomenon, itself, has always been with us; it is reflected in our constitution, our federal cabinets and virtually every “national” voluntary organization. » (COOK 1977, 110)

1Même si elles ont été rédigées en 1977, les observations de l’historien Ramsay Cook, selon qui le régionalisme constitue une donnée fondamentale, restent encore d’actualité. Ainsi, dans la campagne électorale provinciale albertaine d’avril 2019 du Parti conservateur uni, qui a défait le Nouveau Parti démocratique, on a pu parler d’un retour du régionalisme à saveur populiste et de la Western Alienation. En effet, la campagne du chef des conservateurs a suscité de nombreuses questions et, selon certains observateurs, Jason Kenney était porteur du régionalisme albertain qu’il opposait à l’identité canadienne qui prend source dans une rhétorique anti-Ottawa (BRAID 2018). Or, la question régionaliste va au-delà de la dernière élection provinciale de 2019 et elle se pose également en ce qui concerne les élections fédérales d’octobre 2019 et de septembre 2021. Là aussi, les résultats ont clairement laissé entendre que de profondes tensions régionales couvaient entre l’Ouest et le Canada central ou « l’élite laurentienne » (MCDOUGALL 2020, 11-39). On a même vu l’émergence d’un mouvement WEXIT pour décrire ce phénomène de profondes insatisfactions régionales. À ce titre, cet article se propose d’analyser ce supposé retour du régionalisme, d’un point de vue social, intellectuel et politique.

2Plus précisément, il s’agira d’examiner le thème du régionalisme non seulement lors des campagnes électorales provinciale et fédérale de 2021, mais aussi d’élargir l’analyse aux élections antérieures, tout en étant attentif aux intellectuels qui analysent le phénomène. L’hypothèse interprétative qui guidera cet article est que nous assistons à un retour du régionalisme non pas parce que le thème était disparu ou encore parce que le concept correspond à une réalité bien définie. Au contraire, l’Ouest est une région à géométrie variable, réelle mais difficile à saisir empiriquement et, en raison même de cette imprécision, le concept se prête à des instrumentalisations politiques par des acteurs désireux de légitimer leurs actions politiques et partisanes (nous reviendrons sur le concept d’instrumentalisation). En ce sens, le retour en question ne l’est pas véritablement car il s’agit en fait de la persistance d’un phénomène à travers l’histoire politique de l’Ouest.

3Nous commencerons (section 1) par explorer brièvement le concept de régionalisme sur le plan théorique et à partir de sondages et d’enquêtes. Il s’agira alors de voir si on peut véritablement parler d’une région se définissant par des frontières et des valeurs particulières, ce dont plusieurs doutent, et de montrer la complexité du phénomène régionaliste. C’est ce qui nous permettra d’effectuer quelques clarifications qui nous amèneront par la suite à parler des intellectuels (section 2) qui ont récemment cherché à réactiver le thème du régionalisme et de la Western Alienation. Pour comprendre sa réactivation politique, nous utiliserons le concept d’instrumentalisation pour nous pencher sur le travail de quelques intellectuels qui en parlent depuis déjà de nombreuses années. Enfin, nous terminerons avec deux sections (3 et 4) sur les partis politiques, la première sur les conservateurs unis de Jason Kenney et la seconde sur le nouveau Maverick Party qui cherchent à en faire le moteur de leur programme.

1. Régionalisme : un concept à géométrie variable

4Le concept de régionalisme a été utilisé dans les travaux savants en science politique afin de mettre en lumière la façon dont la variable régionale devait être prise en compte pour analyser la politique au Canada. Ainsi, le politologue Donald J Savoie avance que « virtuellement toutes les questions ont une importante dimension régionale » : « The two main cleavages in Canadian Politics remain language and regionalism, and in many ways, the language issue has become tied to regionalism. » (SAVOIE 2019, 133). Les partis politiques auraient adopté chacun à leur manière une identité en fonction de grandes régions sur lesquelles ils peuvent s’appuyer comme base électorale plus ou moins stable dont ils tirent une partie des voix pour se faire élire. Selon certains politologues, cette régionalisation du système de partis serait notamment survenue autour des années 1990 avec la montée simultanée du Parti réformiste de Preston Manning dans les provinces de l’ouest et du Bloc québécois de Lucien Bouchard au Québec, laissant ainsi les libéraux de Jean Chrétien essentiellement dans deux régions, l’Ontario et les provinces Maritimes (CROSS 2002).

Le concept de région et ses définitions

5Cependant, cette reconnaissance des clivages régionaux sur le plan électoral, avec des partis politiques implantés dans certaines régions et non dans d’autres, ne doit pas conduire à la conclusion que le concept de région est bien défini, les régions ayant aussi des frontières variables, selon les critères utilisés pour les définir. En effet, il existe des débats en sociologie quant à savoir si les régions sont naturelles ou des créations des acteurs politiques (HILLER 2002, 25). Ainsi, les régions varient selon les angles d’analyse et selon le critère qui est appliqué pour en déterminer les frontières. La région géographique n’est pas la même que celle sur le plan économique et politique.

6Dans sa forme la plus simple ‒ c’est-à-dire géographique ‒, l’Ouest est tout ce qui se retrouve à l’ouest de l’Ontario et au sud des territoires et cette région est vue comme distincte sur le plan économique (BRIE et MATHIEU 2021, 127). Pourtant, il est difficile de trouver un point commun entre Vancouver, Fort McMurray et Winnipeg. Theresa Garvin l’explique en ces termes :

Spatially, she says ‘Western Canada’ often just means the part of the country to the west of the person giving the definition. If we set Ontario as the standard, then ‘Western Canada’ is Manitoba, Saskatchewan, Alberta, and B.C. But, says Garvin, if you look at it culturally, B.C. stands alone: ‘there’s a very different way of seeing the world between a Prairie province and British Columbia’. (BROWN 2015)

7À ce titre, il existe des interprétations traçant les frontières de l’Ouest à l’intérieur de la Colombie-Britannique et dans les Rocheuses, mais en excluant les côtes de la Colombie-Britannique et l’île de Vancouver. Du côté de l’est, la frontière de l’Ouest pourrait même être limitée à la Saskatchewan et faire du Manitoba une sorte de zone tampon avec un Canada central incarné par l’Ontario et le Québec.

8C’est pourquoi il est nécessaire de distinguer une première forme de régionalisme, celle décrite plus haut, qui est extensive, c’est-à-dire qu’elle dépasse les cadres d’une seule province pour s’étendre à plusieurs, et une seconde où le régionalisme épouse un cadre provincial (COCHRANE et PERELLA 2012, 832-833). Selon la première forme, les frontières du régionalisme sont souvent imprécises et sujettes à des changements à travers le temps et en fonction des interprétations des auteurs. Quant à la seconde forme de régionalisme, elle épouse une vision provinciale avec des acteurs politiques qui peuvent l’utiliser, nous y reviendrons plus loin, comme caution mobilisatrice pour défendre un projet politique qui n’est plus seulement provincial mais régional. Les frontières entre ces deux régionalismes sont souvent floues et, par conséquent, les acteurs peuvent les utiliser de manière opportuniste.

9Ainsi, il existerait aussi des « codes politiques » distincts pour chaque province (WESLEY 2011). Selon Wesley, il est possible d’identifier, notamment lors des campagnes politiques provinciales, des noyaux idéologiques qui sont distincts les uns des autres. Les campagnes politiques de l’Alberta montrent un code axé sur la liberté, c’est-à-dire centré sur des idées de populisme, d’individualisme et d’autonomie. Quant à la Saskatchewan, les campagnes montrent un code articulé autour de la sécurité et, par conséquent, sur le collectivisme et le dirigisme, alors que les campagnes électorales manitobaines mettent l’accent sur la modération, le code étant bâti sur le centrisme progressiste, le pragmatisme et la coopération transpartisane. On ne pourrait donc pas parler d’une région unifiée politiquement. D’ailleurs, les oppositions sont parfois intenses, comme ce fut le cas entre les gouvernements albertains (néodémocrate et conservateurs unis) et le gouvernement néodémocrate de la Colombie-Britannique à propos de la construction du pipeline Trans Mountain.

10Or, pour compliquer le tableau, il faudrait ajouter que le régionalisme peut aussi se comprendre à l’intérieur même de chaque province, soit les régions rurales qui sont opposées aux centres urbains de leur province respective. Par exemple, dans le cas de l’Alberta, il faudrait parler de différences tout aussi importantes à l’intérieur même de la province entre les grandes villes comme Edmonton et Calgary qu’entre les provinces elles-mêmes. Cela se reflète d’ailleurs dans les résultats électoraux, lesquels sont plus marqués à gauche en ce qui concerne Edmonton, l’électorat de cette ville votant différemment du reste de la province et nettement du côté néodémocrate depuis 2015. La diversité politique règne donc à l’intérieur de chacune des provinces.

11Sur le plan culturel et social, les choses sont aussi compliquées. Malgré les revendications d’une identité culturelle unique, il est difficile de déterminer la spécificité de la région. L’ouvrage de la politologue Doreen Barrie mettait en évidence le fait que la spécificité albertaine, sur le plan des mœurs sociales, n’était pas aussi tranchée qu’on pourrait le croire en comparaison avec d’autres provinces (BARRIE 2006). Par exemple, l’Alberta n’est pas très différente de la Colombie-Britannique et de l’Ontario ou encore du Canada dans son ensemble sur la question de l’acceptation des LGBTQ. Sur cette question, ce serait surtout la Saskatchewan qui se distingue des autres avec seulement 56 % qui déclaraient être en accord avec une plus grande acceptation des LGBTQ contre 65 % en Alberta, 75 % au Québec et une moyenne canadienne de 70 % (ANGUS REID INSTITUTE 2020). Des politologues font également remarquer que l’identité culturelle promue par les politiciens de droite n’est pas représentative de la majorité en Alberta : « Opinion surveys indicate that Albertans are only modestly more traditional than other Canadians, and only on some ‘morality’ issues » (RAYSIDE, SABIN, et THOMAS 2012).

12En fait, l’Alberta se distingue plutôt, comme pour la Saskatchewan, par son acceptation de la politique de libre marché qui domine comme point commun (EKOS POLITICS 2016 ; ANGUS REID INSTITUTE 2019). La région est donc marquée par la diversité ; néanmoins, il existe une caractéristique commune au niveau des perceptions, soit celle voulant que l’Ouest constitue une région oubliée sur le plan politique, ce qui se traduit par la montée d’une insatisfaction régionale.

Montée de l’insatisfaction régionale : un examen

13Les sondages faits par Environics Research montrent l’existence d’un sentiment et d’une insatisfaction régionale, pas aussi accentuée qu’on pourrait le croire cependant, et qui témoigne de différences à la fois dans le temps et entre les provinces de l’Ouest (voir tableau 1).

Pourcentage des répondants (par province) disant oui à la question : « Western Canada gets so few benefits from being part of Canada that they might as well go it on their own.” Données gracieusement fournies par Andrew Parkin et l’Environics Institute for Survey Research.

Pourcentage des répondants (par province) disant oui à la question : « Western Canada gets so few benefits from being part of Canada that they might as well go it on their own.” Données gracieusement fournies par Andrew Parkin et l’Environics Institute for Survey Research.

14Cette question du sondage permet de mesurer la perception selon laquelle on croit être traité injustement chez les électeurs de l’Ouest depuis l’ère du Western Canada Concept Party et du Parti Réformiste. Or, il existe une tendance continue de frustration, représentant en moyenne 35 % depuis 1987, les changements les plus notables étant le creux des années Harper et les sommets de 2019. Mais il faut noter que cette insatisfaction varie entre les provinces et que l’Alberta est souvent la province où elle se manifeste avec le plus de vigueur depuis 2003, notamment en 2019 où la proportion de ceux estimant que l’Ouest est ignoré est la plus élevée des quatre provinces (BRIE et MATHIEU 2021, 135). (voir tableau 2).

Pourcentage des répondants (pour tout le Canada) à la question : « Which region or province do you feel is favoured the most over the others? » *L’est et l’ouest dénote la somme des réponses d’un côté ou l’autre de la frontière Ontario-Manitoba (par exemple, l’est inclut l’Ontario, « l’est du Canada », « l’Ontario et le Québec » etc.). Cette question était pour ceux qui ont déjà répondu qu’ils croyaient voir du favoritisme au sein de la fédération canadienne. Données gracieusement fournies par Andrew Parkin et l’Environics Institute for Survey Research.

Pourcentage des répondants (pour tout le Canada) à la question : « Which region or province do you feel is favoured the most over the others? » *L’est et l’ouest dénote la somme des réponses d’un côté ou l’autre de la frontière Ontario-Manitoba (par exemple, l’est inclut l’Ontario, « l’est du Canada », « l’Ontario et le Québec » etc.). Cette question était pour ceux qui ont déjà répondu qu’ils croyaient voir du favoritisme au sein de la fédération canadienne. Données gracieusement fournies par Andrew Parkin et l’Environics Institute for Survey Research.

15Ce graphique nous permet d’évaluer les perceptions générales du traitement préférentiel dans le système fédéral au cours des trois dernières décennies. Il faut noter que, pendant les années Harper au pouvoir, l’Ouest apparaissait privilégié alors que l’Est se sentait lésé, les conservateurs de Harper étant perçus comme favorables à l’Ouest (l’Alberta en particulier). Mais, dès 2014, on commence à voir l’écart se creuser et la perception que l’Ouest ne reçoit plus un traitement préférentiel s’accentue.

  • 2 La province présente le taux de chômage à long terme (27 semaines et plus) le plus élevé depuis 198 (...)

16Il est tentant d’interpréter les résultats en les corrélant aux partis politiques au pouvoir à Ottawa. Mais si le sentiment d’insatisfaction a pris de la vigueur avec l’arrivée de Justin Trudeau, cette grogne s’est aussi développée dans la foulée des difficultés économiques qui, en conjonction avec les effets de la COVID, ont touché durement la région, et plus particulièrement l’Alberta avec la chute des prix du pétrole et une économie qui peine à retrouver son rythme de croisière2. À cet égard, le tableau suivant illustre bien le corollaire entre l’augmentation du taux de chômage et la baisse du prix du pétrole dans la région :

17Trois observations peuvent donc être faites suivant cet examen de l’Ouest comme région. D’abord, il n’est pas si facile d’identifier une région de l’Ouest qui serait distincte et facile à distinguer du Canada central. Il existe des spécificités économiques importantes comme celle de l’industrie de l’énergie et des sables bitumineux, sans oublier celle du gaz naturel, qui donnent un caractère économique différent par rapport au reste du Canada. Sur le plan des valeurs, il n’est pas facile d’en isoler quelques-unes qui seraient propres à l’ensemble des provinces des prairies, d’autant qu’il existe une grande diversité sur le plan interne de chacune des provinces, ce qui vient de nouveau fragiliser la réalité « objective » de la région de l’Ouest. Ensuite, comme le disait Max Weber à propos du nationalisme (BIRNBAUM 2006), le régionalisme est subjectif et il relève de la perception dans la mesure où il n’est pas nécessairement une réalité tangible définie exclusivement par la géographie. Par conséquent, il ne s’agit pas seulement de rechercher des éléments objectifs pour définir le régionalisme, car encore faut-il s’interroger sur le rôle des intellectuels qui parlent de régionalisme et de l’insatisfaction de l’Ouest (ce sera l’objet de la prochaine section). Enfin, c’est en raison de cette dimension subjective qu’on peut aussi parler d’instrumentalisation de la part d’acteurs politiques qui utilisent ce concept de régionalisme à des fins de mobilisation.

18Par instrumentalisation, nous entendons un concept désignant un processus selon lequel des acteurs politiques se servent de certains thèmes et situations afin de légitimer leur propre démarche. Ainsi, « [l]’instrumentalisation est un concept non pas seulement descriptif, mais dénonciateur d’une pratique ou d’un processus, implicitement jugés pour le détournement d’une norme qu’ils manifestent » (KAMINSKI et al. 2001, 35). En ce sens, l’instrumentalisation signifie que les acteurs politiques s’appuient sur une réalité régionale aux dimensions multiples, et qu’ils adaptent aux fins de leur propre projet politique. Et ils peuvent d’autant plus instrumentaliser le régionalisme, que la perception selon laquelle l’Ouest est injustement traitée par rapport à l’Est existe, comme le montre le tableau 2. En d’autres termes, les acteurs politiques justifieront des propositions et actions, comme celle du référendum sur la péréquation qui a eu lieu en octobre 2021 en fonction d’une situation présentée comme une injustice fiscale qu’il faut régler en établissant une relation plus équitable avec le Canada central (nous reviendrons sur le référendum dans la section 3). C’est aussi pourquoi il est nécessaire de se pencher sur les intellectuels qui examinent la question du régionalisme et qui, parfois, attisent les tensions régionales.

2. Les intellectuels et le régionalisme

19À partir du moment où la dimension subjective du phénomène de la régionalisation est prise en compte, il faut en effet s’interroger sur ceux qui en parlent, soit des intellectuels qui examinent, parfois de manière plus détachée, le thème mais aussi d’autres qui soutiennent et promeuvent tout à la fois le régionalisme et la Western Alienation. Des intellectuels albertains dits de l’École de Calgary (BOILY 2007) ont cherché explicitement à promouvoir l’idée que l’insatisfaction albertaine est aussi un mécontentement régional qui doit être résolu à travers un parti politique apportant le problème à Ottawa. C’était le cas, par exemple, d’un certain nombre de travaux d’intellectuels albertains comme les professeurs de science politique et d’histoire Barry Cooper et David Bercuson, tous deux de l’Université de Calgary. Dès le début des années 1990 et dans un contexte marqué par les négociations constitutionnelles et les demandes du Québec, les deux auteurs ont voulu montrer le caractère profondément injuste des politiques mises en place par Ottawa.

20Dans un registre savant cette fois, Loleen Berdahl et Roger Gibbins, ont publié plusieurs livres sur la particularité de l’Ouest canadien, « the efforts of self-defined outsiders struggling for respect and power » (GIBBINS and BERDAHL 2003, xiv). Ces deux auteurs essaient en fait de donner une base empirique à ce qui particularise l’Ouest canadien et ce à partir d’une lecture régionaliste. C’est notamment lors de son passage à la Canada West Foundation que Gibbins a participé à cet effort de reconstruction intellectuelle (BOILY 2019). Ce dernier ne cherchait pas à attiser les braises de la Western Alienation, mais plutôt à en comprendre l’origine afin d’imaginer le rôle à venir de l’Ouest au sein d’un Canada qui prendrait acte de la diversité régionale. D’ailleurs, cet ouvrage (comme d’autres travaux de Gibbins) pouvait être aussi lu et interprété comme un appel à mettre quelques bémols sur la nature distinctive de l’Ouest. Néanmoins, Berdahl et Gibbins terminaient leur livre Western Visions en 2003 en prédisant que l’absence de réforme entraînera un Canada « weakened or possibly destroyed » dans « five or 50 years » (GIBBINS et BERDAHL 2003, 209).

21Or, c’est dans une récente publication (automne 2020) intitulée Moment of Truth que des professeurs et intellectuels de l’Ouest, comme Jack Mintz, Ted Morton et Tom Flanagan et d’ailleurs au pays (Donald J. Savoie) cherchent à remettre en lumière les injustices auxquelles, selon eux, sont confrontés les Albertains (MINTZ, MORTON et FLANAGAN 2020). Dès la première phrase de la préface, les auteurs définissent les limites régionales du livre, limites qui montrent le chevauchement entre l’Alberta et l’Ouest : « The contributors to this book deal with the problems of both Alberta and the West in Canada. By the West we mean the prairie provinces plus the interior of British Columbia » (MINTZ, MORTON et FLANAGAN 2020, vii). Conscients que leur définition de l’Ouest met de l’avant l’Alberta, ils précisent qu’il ne faut pas nécessairement confondre les deux entités : « While the West and Alberta have much in common, each province has distinct issues and makes its own decisions » (MINTZ, MORTON et FLANAGAN 2020, vii). Les changements d’une échelle régionale à provinciale montrent ici la difficulté à parler au nom de la région.

22Essentiellement, il s’agit d’un ouvrage qui poursuit un objectif orienté politiquement, celui qui consiste à évaluer les solutions qui, comme la « séparation », visent à renverser ce qui est perçu comme étant un insupportable statu quo. Si l’ouvrage de Gibbins et Berdhal mentionné plus haut essayait de donner une réalité empirique à la question de la distinction de l’Ouest canadien et de l’Alberta, et sans se prononcer en faveur de solutions draconiennes (séparatistes), en revanche, les textes de Moment of Truth ont une volonté normative forte. L’objectif est d’évaluer la question du séparatisme et de l’indépendantisme albertain tout en se demandant pourquoi il faudrait songer à la séparation ou, à tout le moins, mettre fin au statu quo, comme l’indique le titre d’un texte (« The Status quo must go », MORTON 2020). Certes, tous les auteurs de l’ouvrage ne s’entendent pas sur la possibilité d’une telle chose. Néanmoins, on s’entend sur le fait qu’il y aurait toutes les raisons d’entreprendre une démarche au nom de la particularité albertaine et régionale de l’Ouest canadien qui continuerait de vivre sous le joug électoral et politique d’Ottawa et des libéraux.

23À cet égard, le Québec est utilisé de manière paradoxale. D’une part, comme une figure servant de repoussoir, dans la mesure où le Québec est présenté comme une province vivant aux crochets des transferts de richesse de la péréquation en provenance de l’Alberta. Dans son texte, Ted Morton affirme même que le bilinguisme est l’idéologie de la « nouvelle classe » (MORTON 2020, 38-41) et, en entrevue, que la péréquation vise à satisfaire le Québec : « If Quebec were treated like Alberta is treated, affirme Ted Morton, they would’ve separated long ago » (THOMAS 2020). D’autre part, on envie cette capacité que possède le Québec de faire entendre sa voix et, surtout, à obtenir des concessions de la part du gouvernement fédéral, notamment avec le référendum de 1980. Par exemple, Preston Manning a proposé qu’il faudrait mettre sur pied une commission d’enquête pour définir les intérêts de l’Ouest, commission qui devrait être calquée sur la commission royale d’enquête Laurendeau-Dunton en 1963 (MANNING 2020). Il faudrait probablement parler de ressentiment chez certains, le terme signifiant que la critique couvre en fait une volonté d’imiter l’autre.

24La conférence « Value of Alberta », organisée par le groupe Alberta Proud, qui s’est déroulée en janvier 2020, a non seulement donné un espace aux intellectuels albertains tels que Ted Morton, mais aussi à d’autres intellectuels éminents tels que l’ex-magnat des médias Conrad Black ou encore l’économiste Jack Mintz. Lors de son discours d’ouverture, Black a expliqué que la poursuite des transferts fédéraux avait mis la situation économique de l’Alberta en crise et que « [Albertans] are the victims but we are all the losers, and it will change » (DE CASTILLO 2020).

25Quel que soit la plateforme ou le média, les revendications des acteurs régionalistes obéissent à une formule assez simple. Ces cinq demandes (avec les références de Moment of Truth, MINTZ, MORTON, and FLANAGAN 2020) sont des exemples classiques des demandes faites dans la foulée de la Western Alienation :

  1. Réforme de la péréquation et du programme de stabilisation fiscale (Moment of Truth, 15)

  2. Un meilleur contrôle des ressources provinciales et de l’infrastructure et des politiques connexes nécessaires pour atteindre les marchés mondiaux (8-9)

  3. Réforme du Sénat et de la Cour suprême (263)

  4. Reconnaissance de la distinction culturelle de l’Alberta (8)

  5. Une plus grande autonomie pour l’Alberta concernant un régime de retraite provincial ou un corps de police (265)

  • 3 Il ne faut pas confondre avec le Parti Buffalo de la Saskatchewan qui s’est présenté lors de l’élec (...)

26En effet, ces demandes reflètent pour la plupart celles de la « Firewall Letter » écrite par Stephen Harper, Tom Flanagan, Ted Morton et d’autres en 2001. La Buffalo Declaration3 est un exemple récent du même type. Il s’agit d’un manifeste signé par quatre députés albertains à la Chambre des communes et qui a été publiée le 20 février 2020, au moment où un important projet d’investissement dans les sables bitumineux venait d’être retiré de l’évaluation par le Cabinet par l’entreprise Teck Ressources (23 février 2020).

27Le manifeste, dont le titre fait référence à une proposition visant la création d’une large province des Prairies, vise à montrer que l’Ouest, et plus particulièrement l’Alberta est constamment sous le joug « malicieux » de l’est du pays :

Alberta is not, and has never been, an equal participant in Confederation… Never acknowledged or rectified, this malicious act stands as a reminder of the colonial attitude towards Alberta, and what happens when the political power class of the East turns, with intent, against the West (REMPEL GARNER 2020, 2-5).

28Ainsi, cette relecture de l’histoire, qui tente parfois aussi d’inclure la Saskatchewan, met en avant les plaintes et les revendications qui sont le plus souvent centrées sur l’Alberta et développe une rhétorique aussi partisane que régionale: « [Young Albertans] are cognizant of what is being said by the ruling Laurentian power class … gains made during previous governments were erased in the first months of the current Trudeau Liberal government » (REMPEL GARNER 2020, 12-13). Ici, on touche au problème de fond auquel font face ceux qui veulent se servir du régionalisme comme d’un levier politique, à savoir que le concept comprend à la fois une dimension pan-provinciale mais aussi axée sur une province en particulier, l’Alberta. En somme, l’argumentaire présenté comme étant régionaliste ‒ l’Ouest assailli par Ottawa ‒ débouche sur des solutions pour l’Alberta.

3. Les conservateurs unis de Jason Kenney et le Parti conservateur du Canada : la dimension régionaliste

29Le mécontentement régionaliste est aussi un phénomène de perception que des dirigeants politiques veulent capter pour s’imposer comme étant les porte-paroles des récriminations de l’Ouest à Ottawa.

30Sur le plan électoral fédéral, nous avons mentionné que le régionalisme s’est imposé au sein du système politique canadien, notamment dans l’Ouest avec la montée du Parti réformiste aux élections de 1993 et de 1997. Plus précisément, les réformistes avançaient l’idée que l’ouest du pays avait pendant trop longtemps été négligé et que, s’il y avait eu un espoir que les choses avaient changé avec l’élection des conservateurs de Brian Mulroney en 1984, très rapidement un vent d’insatisfaction s’était mis à souffler dans les prairies. On reprochait aux conservateurs de Mulroney d’être inféodés aux intérêts du Québec, notamment avec l’accord du Lac Meech.

31Le politologue David Laycock voyait aussi la montée du Parti réformiste comme un cheval de Troie de l’idéologie libérale à Ottawa, c’est-à-dire que le parti mélangeait des politiques pour l’Ouest, avec le Sénat triple-E (élu, égal, efficace) et des politiques liées au conservatisme fiscal qui n’ont rien de spécifiquement western, si on peut dire. Ainsi, il arrivait à la conclusion que les réformistes avaient utilisé une stratégie régionaliste pour faire entrer des politiques de droite dans le système fédéral canadien (LAYCOCK 2002, 149).

32Néanmoins, l’aspect régional de la politique canadienne était moins présent sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper qui, avec sa base régionale très forte dans l’Ouest canadien et le fait qu’il misait sur des politiques de droite conventionnelles plus axées sur les classes supérieures et urbaines et les classes sociales moyennes (MALLOY 2019).

33Toutefois, en 2019, le clivage régional va de nouveau s’exprimer avec un fort vote conservateur dans l’ouest du pays, notamment dans les régions rurales. Dans les quatre circonscriptions du nord albertain, site de l’exploitation pétrolière, le vote conservateur oscillait entre 80 % et 84 %. De plus, les électeurs de l’intérieur de la Colombie-Britannique s’étaient aussi rangés solidement derrière les conservateurs. En d’autres termes, l’opposition, très forte, débordait l’Alberta, la Saskatchewan, et certaines régions du Manitoba et de la Colombie-Britannique (voir tableau 4).

Tableau 4 : La domination régionale du Parti conservateur du Canada en 20194

  • 5 Prince George-Peace River-Northern Rockies
  • 6 Battle River – Crowfoot
  • 7 Souris-Mouse Mountain
  • 8 Portage-Lisgare
  • 9 Thornhill ON, et Stormont-Dundas-South-Glengarry ON

C-B

AB

SK

MA

Le reste du Canada

% de votes PCC

34 %

69 %

64 %

45 %

27 %

% de votes PCC dans la circonscription la plus dominante

70 %5

85 %6

84 %7

71 %8

54 %9

34Ce phénomène a aussi une incarnation provinciale. Les mouvements populistes du début du XXe siècle, par exemple les créditistes en l’Alberta et le Co-operative Commonwealth Federation en Saskatchewan, ont été au moins partiellement alimentés par le ressentiment régionaliste (LAYCOCK 1995). Les gouvernements des provinces de l’Ouest estimaient que les politiques fédérales, en particulier les tarifs douaniers et les accords commerciaux, favorisaient les industriels de l’Ontario et du Québec au détriment des « colonies » agraires de l’Ouest (MACPHERSON 1962). Après la découverte et le développement du pétrole et du gaz au milieu du siècle, les batailles sur la juridiction des ressources naturelles sont devenues un sujet de discorde central. Cela est particulièrement évident au tournant des années 1980, avec un moment de colère séparatiste qui s’est exprimé à travers le Western Canada Concept (PRATT et STEVENSON 1981).

35Or, avec des premiers ministres qui, comme Jason Kenney en Alberta et Scott Moe en Saskatchewan, sont résolument contre Justin Trudeau et la taxation sur le carbone, l’impression était, comme le disait le politologue Jonathan Malloy, que le régionalisme avait fait un retour en force ((PRATT et STEVENSON 1981). En effet, les résultats de l’élection fédérale de 2019 ont été interprétés comme étant une nouvelle preuve de l’incompréhension entre les régions : « Broadly, the West, and Alberta in particular, felt that the election was once again a demonstration of Central Canada refusing to care for them and governing in its own interest. » (MCDOUGALL 2020, 32-33). Ainsi, après la victoire minoritaire de Justin Trudeau en 2019, la frustration albertaine a culminé avec des appels pour un « WEXIT ».

36En fait, dès le début des années 2010, la scène politique albertaine est entrée dans une forte période de turbulence politique avec l’apparition d’un nouveau parti politique, le Wildrose Alliance, qui mettait un accent plus prononcé sur les récriminations contre Ottawa. La thématique de la Western Alienation était en effet bien présente dès les premiers moments du parti : « With respect to western alienation, the Wildrose platform called for the creation of an Albertan Pension Plan to replace the Canadian Pension Plan (CPP) and emphasized the value of local control of investment fund decisions [… ] » (SAYERS et STEWART 2011, 6). Il faut mentionner que cette agitation politique se passait dans un contexte où le secteur de l’énergie, encore aujourd’hui une pierre angulaire de l’économie albertaine, était soumis à des changements profonds avec la baisse des prix du pétrole, surtout à partir de 2015 (voir le tableau 3). C’est dans ce contexte que les conservateurs unis reprendront le pouvoir après quatre années de gouvernement néodémocrate.

37Kenney a souvent été vu comme celui qui s’est servi de la Western Alienation pour se hisser au pouvoir ; pourtant, le thème de l’aliénation de l’Ouest était plutôt absent de la campagne du chef conservateur, qui était centrée sur la nécessité de mettre en place des politiques économiques pour retrouver « l’avantage albertain » (VAN DEN BRINK et BOILY 2021, 94). Il est vrai que le chef conservateur tentait d’établir un lien entre les préoccupations provinciales et nationales, comme lorsque Kenney parlait continuellement de « l’Alliance Notley-Trudeau » lors de la campagne électorale d’avril 2019. Ainsi, il y avait une dimension fédérale ou nationale importante dans le discours de Jason Kenney et son message de campagne électorale. En même temps, celui qui deviendrait premier ministre faisait davantage référence au cadre provincial que régional. C’est l’Alberta qui était frappée par les politiques et la taxe carbone de Justin Trudeau et, en conséquence, c’est l’industrie pétrolière albertaine qui est elle aussi attaquée, selon Kenney. Dans ce contexte, la dimension régionaliste cédait le pas à la dimension provincialiste.

38Or, après son élection, les discours sortant du cadre provincialiste et ouvertement hostiles sont devenus plus fréquents. Par exemple, Kenney s’est insurgé contre le fait que le Québec reçoive un traitement préférentiel pour les sommes dévolues au système de garderie pancanadien par le gouvernement libéral de Justin Trudeau (KENNEY 2021), dénoncé comme injuste de la part d’Ottawa. Il s’est également mis à revenir sur le caractère discriminatoire, sur le plan économique, de la politique énergétique mise en place par Ottawa. Ces deux éléments illustrent la dimension régionaliste de son discours.

39Le premier canal pour exprimer l’insatisfaction régionale et mettre en avant le Canada de l’ouest versus le Canada central se voulait être le « Fair Deal Panel », groupe mis sur pied par le gouvernement conservateur, qui comprenait notamment Preston Manning (GOVERNMENT OF ALBERTA 2021). La raison d’être du panel était de donner « a bigger voice within the federation, increase our power over areas of provincial jurisdiction, and advance our vital economic interests » (GOVERNMENT OF ALBERTA 2019).

40Le second élément passe par la promesse de tenir un référendum, laquelle était présente dans la plateforme électorale conservatrice en 2019. En juillet 2021, Jason Kenney annonçait qu’il demanderait, comme convenu et recommandé par le « Fair Deal Panel », aux Albertains de se prononcer sur une question référendaire demandant de retirer l’article 36(2) qui, dans la constitution de 1982, concerne la péréquation (LA PRESSE CANADIENNE 2021). Le résultat du référendum, tenu au moment des élections municipales du 18 octobre 2021, montre que le oui a gagné avec 62 % mais avec un taux de participation de 39% seulement, ce qui en affaiblit la portée.

41Cependant, la difficulté de Jason Kenney à gérer adéquatement la quatrième vague de la pandémie et l’impopularité qui en a découlé, sans oublier les difficultés internes avec certains membres de son caucus, font que l’utilisation de la péréquation pour canaliser l’insatisfaction albertaine (et régionale) ne s’est pas matérialisée avec toute la force voulue. Voilà qui rappelle qu’un acteur politique peut chercher à capitaliser sur les sentiments d’insatisfaction régionale, mais l’entreprise peut se révéler ardue et infructueuse. L’examen des politiques du gouvernement conservateur uni illustre que le régionalisme, dans une perspective provinciale, s’articule essentiellement autour de la défense et de l’avenir de l’industrie énergétique albertaine. Or, le régionalisme, comme nous l’avons mentionné, peut aussi s’incarner dans une approche pan-provinciale. C’est cette seconde logique qu’illustre un nouveau parti s’affichant comme résolument régionaliste et même séparatiste, le Maverick Party.

4. Le Maverick Party et le Parti populaire du Canada : le retour en force du régionalisme ?

42Comme nous l’avons vu en parlant de l’ouvrage Moment of Truth, certains des contributeurs envisagent la solution séparatiste. Or, l’ambiguïté (faut-il se cantonner à une province ou alors avoir une approche régionale ?) est toujours présente lorsque vient le temps de former un véhicule politique pour porter ce mécontentement. À l’origine, les arguments promus par le mouvement WEXIT n’étaient guère régionalistes, ses créateurs, Peter Downing et Patrick King étant des anti-globalistes d’extrême droite qui s’identifiaient à la politique de Trump (DAWSON 2019).

43Au cours de l’été 2020, le parti a entrepris une mue afin de se donner une légitimité politique, avec ce qui peut être vu comme une tentative de se distancer de Downing et King, le parti s’étant rebaptisé le Maverick Party et étant désormais dirigé par Jay Hill, un ancien député réformiste et des conservateurs. Reprenant l’idée d’un parti régionaliste dédié à la défense de l’Ouest, ce dernier affirme : « We are running to replace a system that doesn’t treat the West fairly. If you want that, too, elect MPs who will represent only the West » (SILVER 2020). Le parti se donne pour mission d’offrir une « vraie représentation de l’Ouest »10.

44Cependant, au lieu d’opposer l’Alberta au Québec lorsque vient le moment de parler des transferts de richesse d’une région à l’autre, on parle plutôt de l’Ouest qui représente (make money) 75 % de la richesse alors que l’Est (Eastern Canada) prend (take) 87 % de la péréquation (MAVERICK PARTY 2020a). Mais on cherche aussi à dépasser cet argumentaire purement économique pour tenter de donner une distinction culturelle à l’ensemble de la région.

45En effet, le parti avance qu’il existe une d’identité western qui, se définissant par son éthique de travail, demanderait être protégée par un parti expressément westerner :

We believe the rights, freedoms, and security of all who live in Western Canada must be respected and protected regardless of age, ability, ancestry, race, faith, sexual orientation or gender identity. We believe the distinct culture and work ethic of the West must be honoured and preserved while striving to evolve and improve. (MAVERICK PARTY 2020b)

46Cette idée qu’il existerait une culture distincte dans l’Ouest permet de donner une légitimité accrue à un mouvement perçu comme essentiellement économique. Mais, comme nous l’avons mentionné plus haut (première section), il est loin d’être acquis que la région posséderait une culture politique propre à l’ensemble. C’est pourquoi le meilleur argument du parti reste celui du mauvais traitement qu’aurait subi l’Ouest depuis sa création en 1905 (SILVER 2020).

  • 11 Un sondage effectué par Abacus Data à la suite de l’élection fédérale de 2019 rappelait que la majo (...)

47L’élection fédérale de 2021 a permis de constater que le Maverick Party n’a pas été en mesure de faire passer son message. Présentant seulement quelques candidats (29 au total, dont 19 en Alberta), ceux-ci ont récolté seulement 1,4 % des voix en Saskatchewan et 1,3 % en Alberta (Élections Canada 2021). Il faut parler ici d’un échec retentissant. C’est que, au-delà de l’attention médiatique que de tels mouvements reçoivent, de très nombreux défis se posent tant en matière organisationnelle (trouver des candidats et créer une organisation de campagne) que structurels importants, dont le fait que l’idée n’est jamais aussi populaire que ne le croient ses partisans11. L’attention médiatique accordée au WEXIT ne devait pas faire oublier l’attachement profond de la majorité des Albertains pour le Canada. Par la suite, le contexte a changé et l’insatisfaction régionale, sans disparaître, a été en quelque sorte submergée par la question de la pandémie. En effet, ce qui a émergé comme une thématique structurante en Alberta mais aussi en Saskatchewan et au Manitoba, c’est la question de la gestion de la pandémie par les trois premiers ministres conservateurs. C’est dans ce contexte que le Maverick Party a subi la concurrence du Parti populaire de Maxime Bernier.

48Sous réserve d’analyses électorales plus poussées, il semble que le Parti populaire du Canada soit parvenu à capter une partie du vote de mécontentement qui s’était exprimé dans les Prairies lors de l’élection fédérale de 2019, en même temps qu’il se soit emparé des voix des électeurs opposés aux mesures sanitaires, ce qui a constitué le thème dominant de la campagne de Maxime Bernier. Avant même le début de la campagne, le chef du Parti populaire s’était déplacé dans les régions rurales du sud de l’Alberta afin de parler de la nécessité de construire de nouveaux pipelines et de baisser les paiements de péréquation et d’en revoir la formule de calcul (PARTI POPULAIRE DU CANADA 2021), mais c’est l’opposition aux mesures sanitaires qui est devenue son thème central de campagne. Cette conjonction entre le discours anti sanitaire et celui qui met de l’avant les intérêts de l’Ouest lui a permis de récolter 5 % des voix à l’échelle nationale, les appuis les plus importants étant du côté des régions rurales des Prairies, le Manitoba et l’Alberta avec respectivement 7,6 % et 7,4 % des voix, suivies par la Saskatchewan (6,7 % des voix) et l’Ontario et le Nouveau-Brunswick, les deux avec 5,5 % des suffrages exprimés (ÉLECTIONS CANADA 2021). Au vu des résultats de cette formation, on constate qu’une partie du vote régionaliste a probablement été capté en même temps que le vote contre les mesures sanitaires. En ce sens, l’accroissement des appuis en faveur du Parti populaire aurait été effectué aux dépens du Parti Maverick et des conservateurs, ce qui devrait soulever des questions sur la nature des partis régionalistes de droite dans l’Ouest canadien et la possibilité de canaliser le régionalisme pour effectuer des gains politiques.

Conclusion

49Assiste-t-on à un retour du régionalisme en Alberta et dans l’Ouest canadien ? D’une certaine façon, le régionalisme n’a jamais disparu et il est toujours plus ou moins présent dans la mesure où il s’agit d’un thème imprécis et qui repose en partie sur la perception que la région, notamment l’Alberta, est injustement traitée. Or, c’est en raison même de cette imprécision qu’il peut être réactivé lorsque les conditions s’y prêtent et lorsque l’on assiste à la détérioration des conditions économiques, ainsi que quand des acteurs politiques ou des intellectuels essaient, sans toujours y parvenir, à mettre en avant la dimension régionaliste des problèmes politiques.

50Mais ce n’est d’ailleurs pas propre aux conservateurs puisque même les libéraux de Justin Trudeau semblent avoir reconnu l’importance de la dimension régionaliste des problèmes économiques en annonçant, avant le début de la dernière élection fédérale, la création d’une nouvelle agence, Prairies Economic Development Canada, en remplacement de celle existant auparavant, afin de favoriser le développement de l’économie de l’Ouest canadien (THOMPSON 2021).

51Toutefois, les résultats de l’élection fédérale de 2021 montrent que le sentiment d’insatisfaction est toujours présent dans l’Ouest avec un vote globalement en faveur du Parti conservateur, même s’il est en baisse (de 69% à 55% en Alberta), et un vote tout de même non négligeable pour le Parti populaire, qui a réussi à canaliser une partie de la frustration, cependant davantage dirigée contre les mesures sanitaires que contre le mauvais traitement subi par la région. En ce sens, la dimension régionaliste est toujours présente mais la pandémie l’a reléguée à l’arrière-plan des préoccupations des électeurs.

52Notre examen permet ainsi d’identifier quelques facteurs essentiels à la compréhension de la réactivation du régionalisme et de son utilisation politique. D’abord, un moment important de difficultés économiques (voir le tableau 3), créant un terreau favorable auprès d’une partie de la population qui aura l’impression d’être injustement traitée, constitue une condition importante. Mais cela ne suffit pas en soi, car encore faut-il des acteurs politiques provinciaux ou fédéraux qui cherchent à activer ce sentiment à des fins de mobilisation politique. Il faut aussi que le gouvernement fédéral, le plus souvent libéral, mais pas toujours, mette en place des politiques qui paraissent aller à l’encontre des intérêts économiques de la région, entendue au sens large ou restrictif du terme. Quand ces conditions sont présentes, alors la probabilité de voir l’insatisfaction régionale être réactivée augmente de manière importante.

53Cependant, lorsque des intellectuels et des dirigeants politiques cherchent à remettre la thématique de l’insatisfaction régionale en avant, ils font immédiatement face à un problème de fond qu’on peut traduire par les questions suivantes : comment représenter cette région dont l’Alberta semble être le cœur ? Un parti avec des chapitres provinciaux ? Une seule formation pour les quatre provinces ? Ou un Parti conservateur résolument axé sur la défense des intérêts de l’Ouest et qui fait la promotion de l’industrie de l’énergie ? C’est sur ces questions que trébuchent les formations politiques voulant se donner une identité régionaliste.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON, Bruce and David COLETTO. 2019. “Does Alberta want in or out and how does the rest of the country feel?” Abacus Data, November 19. https://abacusdata.ca/alberta-wexit-separation-poll-abacus-data/

ANGUS REID INSTITUTE. 2019. Six-in-ten Canadians say lack of new pipeline capacity represents a crisis in this country. January 16. http://angusreid.org/western-canada-pipelines/

ANGUS REID INSTITUTE. 2020. Social Values in Canada: Consensus on assisted dying & LGBTQ2 rights, division over abortion rights, diversity. January 24. http://angusreid.org/social-values-canada/

BARRIE, Doreen. 2006. The Other Alberta. Decoding a political enigma. University of Regina, Canadian Plains Research Center.

BIRNBAUM, Pierre. 2006. « Les théories sociologiques face au nationalisme. » Dans Repenser le nationalisme. Théories et pratiques, dirigé par Alain DIECKHOFF et Christophe JAFFRELOT, 131-161. Paris : Sciences Po.

BOILY, Frédéric, dir. 2007. L’École de Calgary. Les nouveaux visages du conservatisme canadien. Québec : Les Presses de l’Université Laval.

BOILY, Frédéric. 2019. « La Canada West Foundation et le Manning Centre for Building Democracy : deux think tanks à la défense de l’Ouest canadien et de la droite. » Bulletin d’histoire politique 28 (1) : 166-184.

BRAID, Don. 2018. “Can Jason Kenney Spark an Anti-Ottawa Revolt in 2018?” Calgary Herald, January 18. https://calgaryherald.com/news/politics/braid-can-jason-kenney-spark-an-anti-ottawa-revolt-in-2018

BRIE, Evelyne et MATHIEU, Félix 2021. Un pays divisé. Identité, fédéralisme et régionalisme au Canada. Québec : Les presses de l’Université Laval.

BROWN, Jim. 2015. “‘Western Canada’: A closer look at what that even means.” The 180, CBC News, October 30. https://www.cbc.ca/radio/the180/mmiw-inquiry-debunking-electoral-reform-and-what-is-the-west-1.3295363/western-canada-a-closer-look-at-what-that-even-means-1.3296757

COCHRANE, Christopher and PERRELLA, Andrea. 2012. “Regions, Regionalism and Regional Differences in Canada.” Canadian Journal of Political Science / Revue canadienne de science politique 45 (4): 829-853.

COOK, Ramsay. 1977. “The Burden of Regionalism.” Acadiensis 7 (1): 110-115.

CROSS, William. 2002. “The Increasing Importance of Region to Canadian Election Campaigns.” In Regionalism and Party Politics in Canada, edited by Lisa YOUNG et Keith ARCHER, 116-128. Oxford and New York: Oxford University Press.

DAWSON, Tyler. 2019. “Is a Wexit in Alberta’s future?” National Post, August 25. https://nationalpost.com/news/canada/is-a-wexit-in-albertas-future

DE CASTILLO, Carolyn Kury. 2020. “‘You are the victims but we are all the losers’: Calgary conference discusses Alberta’s place in Confederation.” Global News, January 18. https://globalnews.ca/news/6432131/calgary-conference-alberta-confederation/

EKOS POLITICS. 2016. Canadian Attitudes toward Energy and Pipelines. March 17. https://www.ekospolitics.com/index.php/2016/03/canadian-attitudes-toward-energy-and-pipelines/

ÉLECTIONS CANADA. 2021. Résultats officiels du scrutin. Consulté le 30 septembre 2021. https://www.elections.ca/content.aspx?section=ele&dir=enr&document=index&lang=f

ÉLECTIONS CANADA. 2019. Résultats officiels du scrutin. Consulté le 7 mars 2022. https://www.elections.ca/res/rep/off/ovr2019app/home.html#3

GOVERNMENT OF ALBERTA. 2019. “A fair deal for Alberta.” Fair Deal Panel. Accessed September 22, 2021. https://web.archive.org/web/20191220022236/https://www.alberta.ca/fair-deal-panel.aspx

GOVERNMENT OF ALBERTA. 2021. “Meet the panel.” Fair Deal Panel. Accessed September 22, 2021. https://www.alberta.ca/fair-deal-panel.aspx

GIBBINS, Roger, and Loleen BERDAHL. 2003. Western Visions Western Futures. Perspectives on the West in Canada. 2e edition. Toronto: University of Toronto Press.

GIBBINS, Roger, and Loleen BERDAHL. 2014. Looking West. Regional transformation and the Future of Canada. Toronto: University of Toronto Press.

GILES, David. 2021. “Saskatchewan’s unemployment rate in April tied for lowest in Canada.” Global News, May 7. https://globalnews.ca/news/7843141/saskatchewan-unemployment-jobs-april/

HILLER, Harry. 2002. “Region as a social construction.” In Regionalism and Party Politics in Canada, edited by YOUNG, Lisa et Keith ARCHER, 24-40. Oxford and New York: Oxford University Press.

JOANNOU, Ashely. 2021. “Long-term unemployment ‘a huge red flag’: expert.” Edmonton Journal, May 8. A6.

KAMINSKI, Dan, Françoise DIGNEFFE, Christophe ADAM, Jean-François CAUCHIE, Marie-Sophie DEVRESSE et Vincent FRANCIS. « L’instrumentalisation dans les pratiques pénales : construction et déconstruction d’un concept. » Sociologie et sociétés 33 (1) : 27-51.

KENNEY, Jason. 2021. “When Ottawa announced its child care funding plan, Alberta asked for its share without conditions. They said no. Quebec asked them for the very same thing. Guess what? They said yes. Sad to see Alberta parents left behind because of Liberal favourtism.” Twitter. August 8. https://twitter.com/jkenney/status/1424424920398929922?lang=fr

LA PRESSE CANADIENNE. 2021. “Alberta moves forward on equalization referendum, with vote proposed in October”. Global News, June 7. https://globalnews.ca/news/7929801/alberta-equalization-referendum-vote-october/

LAYCOCK, David. 1990. Populism and Democratic Thought in the Canadian Prairies, 1910 to 1945. State and Economic Life. Vol. 14. Toronto: University of Toronto Press.

LAYCOCK, David. 2002. “Making Sense of Reform as a Western Party.” In Regionalism and Party Politics in Canada, edited by YOUNG, Lisa and Keith ARCHER, 129-157. Oxford and New York: Oxford University Press.

MACPHERSON, C. B. 1962. Democracy in Alberta: Social Credit and the Party System. Toronto: University of Toronto Press.

MALLOY, Jonathan. 2019. “Canada’s resurgent Cleavages.” Inside Story, October 25. https://insidestory.org.au/canadas-resurgent-cleavage/

MANNING, Preston. 2020. “The path forward to give a voice to western interests.” National Post, September 24. https://nationalpost.com/opinion/opinion-the-path-forward-to-give-a-voice-to-western-interests

MAVERICK PARTY. 2020a. “Equalization Stats.” Accessed September 22, 2021. https://www.maverickparty.ca/equalization

MAVERICK PARTY. 2020b. “Guiding Principles.” Accessed September 22, 2021. https://www.maverickparty.ca/mission-guiding-principles

MCDOUGALL, Andrew. 2020. “Stuck in the Middle with You: Is the Trudeau Government Really Representative of a Central Canadian ‘Laurentian Elite?’” Études canadiennes/Canadian Studies 89: 11-39.

MINTZ, Jack, MORTON, Ted and Tom FLANAGAN, eds. 2020. Moment of Truth. How to Think About Alberta’s Future. Toronto: Sutherland House.

MORTON, Ted. 2020. “The Status quo must go.” In Moment of Truth. How to Think About Alberta’s Future, edited by Jack MINTZ, Ted MORTON, and Tom FLANAGAN, 23-45. Toronto: Sutherland House.

PARTI POPULAIRE DU CANADA. 2021. « Péréquation : L’équité pour toutes les provinces. » Consulté le 30 septembre 2021. https://www.partipopulaireducanada.ca/perequation-l-equite-pour-toutes-les-provinces

PRATT, Larry and Garth STEVENSON. 1981. Western separatism: the myths, realities & dangers. Edmonton: Hurtig Publishers.

RAYSIDE, David, Jerald SABIN, and Paul THOMAS. 2012. “Faith and party politics in Alberta or ‘Danielle, this is Alberta, not Alabama.’” In Proceedings of the Canadian Political Science Association Annual Conference, Edmonton, Alberta, 1-32.

REMPEL GARNER, Michelle. 2020. Buffalo Declaration. February 20. Accessed September 22, 2021. https://buffalodeclaration.com/why-we-are-speaking-out

SAVOIE, Donald J. 2019. Democracy in Canada, The disintegration of Our Institutions. Montreal and Kingston: McGill-Queens University Press.

SAYERS, Anthony M. and David K. STEWART. 2011. “Is this the end of tory dynasty? The Wildrose Alliance in Alberta Politics.” The School of Public Policy, SPP Research Papers 4 (6): 1-28.

SILVER, Janet E. 2020. “A conversation with Maverick Party leader Jay Hill.” iPolitics, December 24. https://ipolitics.ca/2020/12/24/a-conversation-with-maverick-party-leader-jay-hill/

THOMAS, Stéphanie. “Benefits of Alberta autonomy, separatism weighed at Calgary conference.” CTV News, January 18. https://calgary.ctvnews.ca/benefits-of-alberta-autonomy-separatism-weighed-at-calgary-conference-1.4773898

THOMPSON, Sam. 2021. “Feds create new regional development agency for Prairie businesses.” Global News, August 5. https://globalnews.ca/news/8089499/regional-development-agency-prairie-businesses/

THOMSON, Graham. 2019. “How will Kenney unite Albertans after divisive campaign?” CBC News, April 17. https://www.cbc.ca/news/canada/edmonton/kenney-campaign-premier-1.5101250

VAN DEN BRINK, Timothy et Frédéric BOILY. 2021. « Retour sur le populisme en Alberta. La campagne électorale de 2019. » Dans Les droites provinciales en évolution (2015-2020). Conservatisme, populisme et radicalisme, dirigé par Frédéric Boily, 74-99. Québec : Les Presses de l’Université Laval.

WESLEY, Jared. 2011. Code Politics. Campaigns and Cultures on the Canadian Prairies. Vancouver and Toronto: UBC Press.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions les deux évaluateurs pour leur lecture minutieuse qui a permis de bonifier le texte. Enfin, cette recherche a bénéficié du soutien du Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH) dans le cadre du projet « Droitisation et comparaison des droites intellectuelles au Canada : 2006-2016 », 2017.

2 La province présente le taux de chômage à long terme (27 semaines et plus) le plus élevé depuis 1982 (JOANNOU 2021). Mais, encore ici, on voit des différences avec la province voisine de la Saskatchewan qui, sur le plan de la création d’emplois, s’en sort nettement mieux que l’Alberta (GILES 2021).

3 Il ne faut pas confondre avec le Parti Buffalo de la Saskatchewan qui s’est présenté lors de l’élection provinciale survenue en Saskatchewan, en octobre 2020. Avec seulement 17 candidats présents dans les 61 circonscriptions, le nouveau parti est parvenu à recueillir 2,56 % des voix et, surtout, à obtenir 15 % des voix dans des circonscriptions rurales.

4 Données tirées d’ÉLECTIONS CANADA. (2019). Résultats officiels du scrutin. https://www.elections.ca/res/rep/off/ovr2019app/home.html#3

5 Prince George-Peace River-Northern Rockies

6 Battle River – Crowfoot

7 Souris-Mouse Mountain

8 Portage-Lisgare

9 Thornhill ON, et Stormont-Dundas-South-Glengarry ON

10 On peut consulter le site du parti à l’adresse suivante : https://www.maverickparty.ca/

11 Un sondage effectué par Abacus Data à la suite de l’élection fédérale de 2019 rappelait que la majorité des Albertains soutenaient le maintien dans le Canada plutôt que la séparation, avec seulement autour de 25 % se disant prêts à voter pour la séparation (ANDERSON et COLETTO 2019).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pourcentage des répondants (par province) disant oui à la question : « Western Canada gets so few benefits from being part of Canada that they might as well go it on their own.” Données gracieusement fournies par Andrew Parkin et l’Environics Institute for Survey Research.
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5585/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Titre Pourcentage des répondants (pour tout le Canada) à la question : « Which region or province do you feel is favoured the most over the others? » *L’est et l’ouest dénote la somme des réponses d’un côté ou l’autre de la frontière Ontario-Manitoba (par exemple, l’est inclut l’Ontario, « l’est du Canada », « l’Ontario et le Québec » etc.). Cette question était pour ceux qui ont déjà répondu qu’ils croyaient voir du favoritisme au sein de la fédération canadienne. Données gracieusement fournies par Andrew Parkin et l’Environics Institute for Survey Research.
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5585/img-2.png
Fichier image/png, 50k
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/5585/img-3.png
Fichier image/png, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Boily et Timothy van den Brink, « Le retour du régionalisme en Alberta et dans l’Ouest »Études canadiennes / Canadian Studies, 92 | 2022, 101-124.

Référence électronique

Frédéric Boily et Timothy van den Brink, « Le retour du régionalisme en Alberta et dans l’Ouest »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 92 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/eccs/5585 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.5585

Haut de page

Auteurs

Frédéric Boily

Frédéric Boily est professeur titulaire au Campus Saint-Jean (Université de l’Alberta). Spécialiste de la politique canadienne, ses recherches portent sur la droite, le conservatisme et le populisme, tant au Canada qu’au Québec et en Alberta. Son plus récent ouvrage est Droitisation et populisme. Canada, Québec et États-Unis (PUL, 2020).

Articles du même auteur

Timothy van den Brink

Timothy van den Brink est étudiant au doctorat en sciences politiques à l'Université Simon Fraser à Vancouver. Ses publications précédentes incluent « Retour sur le populisme en Alberta » et « Covid-19 in Canada through the Eyes of Right-Wing Intellectuals ». Ses recherches actuelles portent sur les langues officielles canadiennes et leurs relations avec les idéologies politiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search