Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93Avant-propos

Texte intégral

1Ce numéro thématique de la revue sur « La chanson populaire francophone : airs et ondes entre le Canada et la France » est porté par deux spécialistes de la chanson, l’un français et l’autre franco-ontarienne : Stéphane Hirschi de l’Université Polytechnique Hauts-de-France et Johanne Melançon de l’Université d’Ottawa. Il propose quelques regards sur les phénomènes de rencontre entre la France et le Canada francophone, à travers le medium de la chanson, dans ses paroles, sa musique et son interprétation… S’y croisent les champs disciplinaires : sociologie, études littéraires, cantologie, perspectives historiques ; et les répertoires : des styles populaires de variété jusqu’aux expressions contemporaines du rap, de chanteurs médiatisés à artistes confidentiels. C’est la notion de croisement qui a présidé à ce numéro : pluralité des approches, des univers artistiques, des époques, et bien sûr des continents d’origine, avec un seul fil conducteur : la dynamique des échanges, qu’on espère éclairée au fil des articles.

2Ainsi, parce qu’elles partagent une même langue, la chanson québécoise et franco-canadienne et la chanson française entretiennent une relation privilégiée depuis les chansons folkloriques arrivées en Nouvelle-France au XVIe siècle jusqu’aux échanges et collaborations entre artistes et artisans des XXe et XXIe siècles.

  • 1 HUOT, Cécile. 2006. « La Bonne Chanson ». L’Encyclopédie canadienne. https://www.thecanadianencyclo (...)
  • 2 NODIER, Charles. 1853. Contes de la veillée, 87. Paris : Charpentier

3Du côté québécois, les premiers colons venus de France ont apporté avec eux chansons à boire, chansons de travail, chansons à répondre et complaintes qui ont parfois été adaptées – Sur la route de Louviers devenue Sur la route de Berthier – et ont contribué à la constitution d’un patrimoine commun, comme en témoigne la fondation par l’abbé Charles-Émile Gadbois, suite au Congrès de la langue française de 1937, de La Bonne Chanson, « société d’édition et de diffusion de la chanson française et canadienne de qualité »1. Au XIXe siècle, alors que les Canadiens sont sous le Régime anglais, les chansons politiques et patriotiques circulent entre les deux continents. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la volonté de préserver l’héritage français anime les travaux des premiers folkloristes qui répondent à l’appel de Charles Nodier : « Hâtons-nous d’écouter les histoires du peuple avant qu’il ne les ait oubliées. »2 L’influence française est alors telle que le premier enregistrement musical fait au Canada sera La Marseillaise par le baryton Joseph Saucier en 1904. À la fin des années 1930, Henri Letondal de la revue Radio-Monde entreprend des démarches pour organiser une tournée de Mme Bolduc en France.

4Dans les années 1940, alors que la radio étend de plus en plus ses antennes, les chansons des crooners américains sont perçues comme une menace pour l’identité canadienne-française et pour certains, la chanson française constitue un rempart contre ce qu’ils considèrent comme une invasion culturelle, d’autant plus que la radio propose des « versions » – traductions ou adaptations en français – des chansons américaines à la mode. Ainsi, Lionel Daunais compose des chansons originales qui intègrent la réalité canadienne-française, comme dans La tourtière. D’autres, avec le même objectif de contrer l’influence américaine, optent pour une plus grande diffusion de la chanson française. Parmi eux, Jacques Normand, qui co-anime, à partir de 1946, La parade de la chansonnette française, l'émission-phare de la station CKVL de Montréal. Il poursuit la promotion de la chanson française avec des spectacles dans son cabaret Le faisan doré, qui connaît ses heures de gloire entre 1948 et 1952, et où se produisent des chanteurs ayant effectué le voyage depuis la France : Charles Aznavour avec son pianiste Pierre Roche (restés plusieurs années au Québec), Charles Trenet, Jean Rafa, Gilbert Bécaud, Édith Piaf et bien d’autres.

5On peut dire que dans les années 1950, la chanson française constitue, pour le Canada français et plus particulièrement pour les Québécois, un rempart contre l’américanisation portée par l’arrivée massive de la radio et surtout, petit à petit, de la télévision. Aussi, les traversées et les échanges sont de plus en plus nombreux, le cas le plus emblématique étant celui de Félix Leclerc qui, engagé à Paris au cabaret des Trois Baudets par Jacques Canetti pour un contrat de trois mois, y reste près de trois ans. Avec son style « chansonnier », alliant texte poétique et guitare, il incarne un renouveau de la chanson canadienne-française, qui sera bientôt québécoise, mais il inspire aussi des artistes français, dont Georges Brassens, Léo Ferré et Jacques Brel. Les influences deviennent alors réciproques : son séjour inspire à leur tour des artistes du Québec qui seront nombreux à aller en France au cours de la décennie, que ce soit Raymond Lévesque, Pauline Julien, Monique Leyrac, Aglaé, Dominique Michel ou Jean-Pierre Ferland – tant pour apprendre le métier que pour tenter d’y faire carrière.

6Dans les années 1960, alors qu’une flamme nationaliste anime le Québec au son de jeunes artistes qui s’inspirent d’une musique rythmée contemporaine, Robert Charlebois fait vibrer l’Olympia avec son rock chanté en joual. Par la suite, des collaborations entre la France et le Québec ont mené à des opéras-rock à succès comme Starmania (1978) – collaboration entre Luc Plamondon et Michel Berger – et plus récemment Notre-Dame-de-Paris (2002) – collaboration entre Luc Plamondon et Richard Cocciante –, chacune proposant une distribution d’artistes français et québécois. Au milieu des années 1990, la diva Céline Dion triomphe avec son album D’eux écrit et réalisé par Jean-Jacques Goldman. Aujourd’hui, la plateforme Ohdio de Radio-Canada propose une liste d’écoute musicale de la nouvelle chanson française et Pierre Lapointe enregistre un duo avec Clara Luciani, après qu’Isabelle Boulay a consacré tout un album à des chansons créées par Serge Reggiani et que Lynda Lemay a donné son 60e spectacle à l’Olympia… Les collaborations et les duos sont désormais nombreux, la chanson populaire étant devenue un lieu de rencontre privilégié pour les artistes francophones du Québec et de la France. Signe des temps, la Française Raphaëlle Chovin et la Québécoise Emmanuelle Girard ont créé le festival Transe Atlantique, à Saintes dans le sud-ouest de la France, où ont été réunies musiques québécoise et française en août 2022.

7Le cadre de la thématique est clairement posé par l’article de Stéphane Hirschi qui ouvre le dossier en nous parlant de « 50 ans de duos : modalités transatlantiques ». Il permet, par une approche cantologique qui propose une analyse socio-esthétique des chansons dans leur globalité interprétée, de suivre un certain nombre de duos marquants entre interprètes, auteurs ou compositeurs français et canadiens francophones. L’article montre qu’en cinquante ans, on passe d’une collaboration entre deux mondes de même langue, mais parfois exotiques ou étrangers l’un à l’autre, à des échanges d’une fluidité totale où voix, mots et timbres deviennent interchangeables. Ces duos éclairent les modalités d’un passage de cultures, de générations, et de genres entre les deux rives francophones de l’Atlantique.

8Les articles sont ensuite présentés chronologiquement pour montrer l’évolution des échanges de chansons entre la France et le Canada francophone. L’article d’Édouard Baraton et Lucie Delcambre nous ramène au XIXe siècle et nous démontre l’influence des chansons révolutionnaires, républicaines et bonapartistes françaises sur la chanson francophone du Bas-Canada. Il s’agit là d’une présence inattendue dans une société conservatrice, alors que la Révolution française a créé une rupture entre le Bas-Canada et l’ancienne métropole. Pourtant, en s’appuyant sur les recueils de chansons publiés au Bas-Canada de 1821 à 1838, qui compilent les chansons en circulation, les auteurs montrent que la chanson au Bas-Canada fut profondément marquée par l’importation et le réemploi du matériel musical issu de la Révolution française. La chanson républicaine française a ainsi fourni aux contestataires canadiens-français, en particulier aux Patriotes, un matériel idéologique pour penser leur émancipation.

9Nous passons ensuite au milieu du XXe siècle avec l’article d’Anne-Marie Tézine qui nous parle du chansonnier québécois Georges Dor et des efforts de l’imprésario français Jacques Canetti (qui en 1950 a déjà aidé Félix Leclerc à séduire le public français) pour lui faire une carrière à Paris. À travers ce cas prticulier, l’article évoque le mouvement des boites à chansons et des chansonniers canadiens-français (puis québécois) dans le contexte sociohistorique des années 1950 à 1970, et analyse les tentatives de ces artistes pour se lancer à la conquête du marché français, avec plus ou moins de succès.

10Annie Massy, spécialiste française de Bernard Dimey, nous présente ensuite un échange dans le sens inverse, puisqu’il s’agit d’un parolier incontournable de la chanson française dont la réputation sera pérennisée par le Québec. Si Bernard Dimey (1930-1981) a écrit un millier de textes qui ont donné trois cents chansons, interprétées par des artistes très célèbres comme les Compagnons de la chanson, Charles Aznavour, Serge Reggiani, Line Renaud, Henri Salvador, Mireille Mathieu, Juliette Gréco… le parolier reste peu connu du grand public dans son pays d’origine, la France. En revanche, sa notoriété est plus grande au Québec, suite à un voyage à Montréal en 1976. C’est à travers des reprises contemporaines de ses textes par le chanteur et compositeur toulousain Jehan dans les boites à chansons du Québec de 1995 à 2005, puis par des reprises par des chanteurs québécois comme Paule-Andrée Cassidy, que Bernard Dimey a gagné en reconnaissance.

11L’article suivant, de Bernard Jeannot, spécialiste des comédies musicales, s’intéresse à ce fleuron célèbre de la collaboration entre la France et le Québec : l’opéra rock Starmania. L’auteur analyse les différentes versions de Starmania entre 1978 et 2022 pour montrer que l’écriture de l’opéra rock se caractérise par un aller et retour linguistique entre la France et le Québec. Le travail commun de Michel Berger et Luc Plamondon permet la création d’un style bigarré qui résonne dans l’air du temps et parle à un public francophone international, tout en frappant l’imagination par l’expressivité d’un style nouveau. Celui-ci varie selon la période et le lieu de représentation, mais aussi en fonction des interprètes, dans des troupes systématiquement mi québécoises mi françaises, pour former une langue nouvelle et universelle.

12Nous arrivons enfin à deux articles qui traitent du genre très contemporain du rap. Claire Fouchereaux s’intéresse aux représentations de la France chez les rappeurs québécois grand public des années 2010, à travers le cas d’Alaclair Ensemble, Loud et Dead Obies, artistes de rap du Québec qui ont essayé de s’imposer sur la scène française. Elle analyse leurs paroles pour éclairer le discours de ces artistes concernant leurs tournées en France et leurs perceptions de ce pays. Ce travail met en lumière la puissance culturelle de la France dans l’expression du rap québécois, compensée toutefois par la force structurante des États-Unis.

13Frédéric Giguère clôt ce dossier thématique avec une analyse cantologique de trois cas de featurings entre les rappeurs Souldia (Québec) et Sinik (France), au style assez similaire et œuvrant tous les deux dans le genre hip-hop. Ce type de collaboration entre plusieurs artistes, courante dans le rap, se prête à une analyse cantologique, qui permet de discuter de la présence de plusieurs canteurs participant à une seule et même chanson et de la manière dont ils interagissent entre eux. L’auteur montre ainsi qu’il existe un dialogue entre les rappeurs de part et d’autre de l’Atlantique, à travers le traitement des thèmes de l’identité et du territoire, ainsi que l’utilisation du lexique et des figures de style.

14Comme c’est l’usage de la revue, nous trouvons à la suite du dossier thématique la rubrique Varia, qui nous propose cette fois deux articles. Le premier, du sociologue québécois Jean-François Laniel, présente une réflexion préliminaire sur trois tendances d’importance qui pourraient structurer les politiques et débats québécois au cours des prochaines décennies : a) la renationalisation culturelle et politique du discours et des engagements des principaux partis politiques ; b) la républicanisation des politiques publiques et du discours sur l’identité et l’histoire nationale ; c) l’écologisation de l’horizon éthique du nationalisme québécois. L’auteur éclaire son analyse en tenant compte de l’arrière-plan historique et politico-religieux et des enjeux typiquement associés aux petites nations, pour réfléchir à la mutation, entre continuité et rupture, du nationalisme québécois en ce début de troisième millénaire.

15Pour finir en beauté ce numéro, la revue propose un témoignage du réalisateur George Tombs sur son long métrage documentaire The Blinding Sea (Éblouis par la mer, 2020), œuvre dont la grande qualité a été reconnue par de nombreux prix et qui a été présentée en France à plusieurs reprises, avec, entre autres, le soutien de l’AFEC. Le documentaire retrace la vie et la carrière de l’explorateur polaire norvégien Roald Amundsen, qui a mené la première expédition réussie à travers le Passage du Nord-Ouest et la première expédition réussie au pôle Sud. Le témoignage du réalisateur éclaire les motivations derrière son œuvre, l’approche adoptée, et la vision de l’explorateur qui y est développée. En effet, le documentaire souligne les relations étroites qu’entretenait Amundsen avec les Inuits canadiens. Alors que d’autres explorateurs européens s’appuyaient sur des connaissances explicites mal adaptées à l’environnement polaire, Amundsen a passé deux ans au Nunavut, où il a découvert un nouveau paradigme fondé sur les connaissances tacites inuites, qu’il a combiné avec ses expériences en Norvège, développant ainsi une approche novatrice de l’exploration polaire.

16Nous souhaitons terminer en remerciant les contributeurs pour ce beau numéro, et pour leur travail qui enrichit le champ des études canadiennes avec ce dossier thématique original.

Haut de page

Notes

1 HUOT, Cécile. 2006. « La Bonne Chanson ». L’Encyclopédie canadienne. https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/la-bonne-chanson

2 NODIER, Charles. 1853. Contes de la veillée, 87. Paris : Charpentier

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Cros, Stéphane Hirschi et Johanne Melançon, « Avant-propos »Études canadiennes / Canadian Studies, 93 | 2022, 5-10.

Référence électronique

Laurence Cros, Stéphane Hirschi et Johanne Melançon, « Avant-propos »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 93 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/eccs/5854 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.5854

Haut de page

Auteurs

Laurence Cros

Université Paris Cité

Articles du même auteur

Stéphane Hirschi

Université Polytechnique Hauts-de-France

Articles du même auteur

Johanne Melançon

Université d’Ottawa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search