Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81Avant-Propos

Texte intégral

1Le numéro 81 de la Revue Etudes Canadiennes/Canadian Studies s’est inspiré de la thématique du 40ème congrès annuel de l’AFEC qui s’est tenu à Grenoble en juin 2016. Il nous a semblé opportun de proposer aux lecteurs de la revue une sélection d’articles qui portent tous un regard intéressant sur la thématique proposée par le Centre d’études canadiennes de l’université de Grenoble. Il s’agit de réfléchir à l’évolution de l’identité ou des identités canadiennes face au changement global.

2Par changement global, on entend les différents défis qui se posent à la société canadienne, comme aux autres sociétés contemporaines, tels que changement climatique, conséquences d’une crise économique mondiale, menaces terroristes, ou encore nouvelles batailles pour l’énergie, ainsi que toutes les manifestations liées à ces changements: nouvelles postures politiques, nouvelles migrations, nouveaux positionnements identitaires, nouvelles pratiques langagières.

3Dans ce numéro, Frédéric BOILY s’intéresse à l’identité politique canadienne depuis les élections de 2015 et particulièrement aux postures choisies par le gouvernement Trudeau sur la scène internationale. Les libéraux peuvent-ils se détacher de l’héritage Harper dans ce domaine ? Dans le même ordre d’idées, María Teresa Gutiérrez Haces consacre son article à l’examen des défis qui se posent au gouvernement Trudeau qui souhaite développer une nouvelle politique environnementale, mais qui semble toujours prisonnier des politiques de ses prédécesseurs en matière d’extraction et de forage. Comment son cabinet gèrera-t-il cette bataille pour l’énergie face à un voisin désormais climato-sceptique et des lobbys miniers toujours aussi influents ?

4Laetitia NDOTA-NGBALE, quant à elle, s’intéresse au renouvellement de l’immigration au Canada et particulièrement au rôle des municipalités dans l’Ouest canadien dont certaines souhaiteraient pouvoir agir directement sur l’attractivité et l’accueil d’immigrants francophones, en s’émancipant des politiques fédérales et provinciales. Quels sont les enjeux pour ces municipalités ? Peuvent-elles à l’avenir envisager juridiquement de prendre part à une démarche plus active en matière d’immigration ?

5Pour sa part, Michał Obszyński porte un regard provocateur sur la place de la littérature québécoise en France. Les auteurs québécois ont-ils toujours leur place dans les rayonnages des librairies françaises ? Il semble que oui car les Français ont un regain d’intérêt pour des romans publiés au Québec qui appartiennent à la nouvelle catégorie de la « littérature monde en français ». Mais les lecteurs et libraires français sont-ils intéressés par une spécificité québécoise de la littérature ou sont-ils davantage fascinés par ces littératures migrantes en français ? Bernard EMONT lui emboîte le pas, en réfléchissant à l’impact sur la littérature québécoise du phénomène de mondialisation. Au delà de la catégorie désormais bien connue de la « littérature migrante » résultant en partie des politiques multiculturelles au Canada anglophone ou francophone, Bernard EMONT s’intéresse davantage ici à l’influence de la mondialisation économique et physique sur la littérature québécoise dite « de souche » qui semble elle aussi traverser une phase de reconstruction identitaire.

6Nous inaugurons une nouvelle rubrique, « Point de Vue », suite à la soumission à notre comité scientifique, d’un article rédigé par un spécialiste issu de la société civile, Pascal HELWASER, économiste, énarque, travaillant actuellement au Canada. Il retrace ici une réflexion personnelle et pertinente sur l’économie canadienne qu’il replace dans son environnement global et qu’il décrit comme à la fois « changeante et immuable ».

7Nous publions également un texte de la lauréate du prix de l’AFEC du Master 2015. Lucile CHAPUT y reprend les conclusions de son mémoire en histoire du Canada, L’internement au Canada durant la Seconde Guerre mondiale : le camp n°33 (1939-1946), soutenu sous la direction de Marc BERGèRE à l’université de Rennes II.

8Dans la dernière rubrique de ce numéro, notre collègue Jacques-Guy PETIT nous propose une recension du magistral ouvrage Histoire du Canada. Des origines à nos jours, publié récemment par Jean-Michel LACROIX.

9Je remercie les membres du comité scientifique du Congrès de l’AFEC à Grenoble, sous la houlette de Sandrine TOLAZZI, pour le premier travail de lecture et d’évaluation des articles soumis à publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Le Jeune, « Avant-Propos »Études canadiennes / Canadian Studies, 81 | 2016, 5-6.

Référence électronique

Françoise Le Jeune, « Avant-Propos »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/eccs/758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.758

Haut de page

Auteur

Françoise Le Jeune

Françoise Le Jeune (Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique, EA 1163) est professeur d’histoire nord-américaine et britannique (XVIIIe-XIXe) à l’Université de Nantes. Ses travaux de recherche portent sur l’Empire britannique et particulièrement sur les politiques coloniales développées dans l’espace nord-américain entre 1763 et 1867. Elle a consacré trois monographies à cette question, ainsi que de nombreux articles. Elle est directrice et rédactrice en chef de la Revue Etudes Canadiennes/Canadian Studies et vice-présidente de l’Association Française des Etudes Canadiennes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search