Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83À cheval entre deux fêtes : La Sa...

À cheval entre deux fêtes : La Saint-Jean-Baptiste et la fête du Canada dans Le Carillon de Hawkesbury (1960-1995)

Representations of two national celebrations in the Hawkesbury’s Le Carillon (1960-1995) : Saint-John the Baptist celebrations and Canada Day
Serge Miville
p. 73-105

Résumés

Cet article analyse l’évolution entre 1960 et 1995 de la Saint-Jean-Baptiste et de la Fête du Canada comme fêtes nationales dans Le Carillon dans les comtés-unis de Prescott-Russell où les Franco-Ontariens sont majoritaires. Si la Saint-Jean, fête nationale des Canadiens français, est toujours présente, une certaine anxiété l’entoure en raison de son identification comme fête nationale du Québec sous les péquistes en 1976. Nous découvrons également que la crise politique sur l’unité nationale qui entoure ces décennies, incite le journal franco-ontarien à participer activement, avec le gouvernement fédéral, à la production d’un nouveau récit identitaire canadien articulé autour du 1er juillet.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Cet article fait suite à notre communication lors du colloque de l’AFEC à Paris en juin 2017. Nous (...)

1Le champ d’études sur les fêtes nationales au Canada a le vent dans les voiles depuis son coup d’envoi dans la désormais classique L’histoire spectacle : le cas du tricentenaire de Québec de Nelles (2003). Dès lors, les historiens ont marié l’approche de la réflexion sur les lieux de mémoires et la commémoration, aux événements festifs de nature nationaliste et identitaire. Mûris au Canada anglais par les travaux de Matthew Hayday (2010 ; 2016), Alan Gordon (2016), Cecilia Morgan (2016) et Ronald Rudin (2016 ; 2014), les chercheurs en francophonie canadienne et au Québec se sont également joints au mouvement, notamment en ce qui concerne la Saint-Jean-Baptiste au Québec et à Ottawa (GAGNON 2013 ; 2016a) et l’Empire Day (BELLIVEAU & MARTEL 2016). L’ouverture de ce champ par les historiens nous permet donc de pousser l’analyse auprès d’autres populations, notamment la minorité franco-ontarienne où les mutations identitaires après les années 1960 font toujours état de débat.

2Notre étude aspire donc à contribuer au champ en scrutant les fêtes nationales dans la région de l’Est ontarien, plus précisément dans les comtés unis de Prescott-Russell. Ce milieu agricole, largement francophone, est un des principaux foyers de l’Ontario français. Suffragante de l’archevêché d’Ottawa, la région communiait jadis à l’autel du Canada français, étant traversée par ses institutions et ses références. Situé à une centaine de kilomètres de la capitale fédérale, le chef-lieu des comtés unis, Hawkesbury, subit enfin une double influence durant le XXe siècle : celle des gouvernements de l’Ontario et du Canada où les francophones sont minoritaires et du nationalisme canadien-français émanant du milieu québécois. En effet, en tant que région frontalière, les comtés unis de Prescott-Russell ont un contact soutenu avec le Québec, alors que d’autres régions franco-ontariennes, comme le Nouvel-Ontario autour de Sudbury demeure plus isolé de la Belle province. Ce contexte démo-linguistique (majorité francophone) et géographique (frontalière) contribuent, croyons-nous, à colorer le discours du journal local, surtout dans le contexte de crise d’unité nationale qui nous préoccupe.

3Notre réflexion sur Prescott-Russell nous permet ainsi de mieux comprendre l’évolution des références identitaires qui tiraillent l’Ontario français, le Québec et la francophonie canadienne durant la seconde moitié du XXe siècle. Cette période est traversée par des décennies de crises sur l’unité nationale, trois référendums (1980, 1992 et 1995) et le rapatriement de la Constitution du Canada. Elle se caractérise notamment par l’opération de « (re)fondation du Canada » qu’identifiait le sociologue Fernand Dumont (1995) dont le pilier est le rapatriement de 1982 qui met fin à l’ambiguïté autour de la thèse des deux peuples fondateurs. Il y aurait désormais, au Canada, des Canadiens de langues officielles unis sous la mosaïque multiculturelle.

4Les conséquences de ce processus de (re)fondation de la référence au Canada font présentement l’objet d’études de la part de nombreux chercheurs, dont Michel Bock, sur la migration d’une référence canadienne-française à une référence canadienne en milieu minoritaire (BOCK 2016). Résumons à grands traits afin d’affirmer que l’historiographie entrevoit un déplacement progressif de la référence identitaire canadienne-française/franco-ontarienne autonome (perspective nationalitaire/autoréférentielle) vers une référence canadienne articulée autour du principe de la mosaïque culturelle (ethnicisation/individualiste) qui réduit les collectivités francophones à un amas d’individus parlant français plutôt qu’à des petites sociétés.

5Comme l’entrevoit Bock (2016), le déplacement référentiel s’effectue notamment par l’abandon d’anciennes références (former un peuple fondateur), la transformation démographique des grandes agglomérations (immigration torontoise, ottavienne et donc diversification de la population francophone) et par l’intériorisation progressive par l’élite du discours autour du multiculturalisme. Notre étude cherche à pousser l’analyse sur un autre élément de l’espace public franco-ontarien et en sondant l’articulation des discours autour des fêtes nationales, soit la construction des récits sur la Saint-Jean-Baptiste, fête nationale des Canadiens français, et la fête du Canada, dans l’hebdomadaire Le Carillon de Hawkesbury. Notre analyse s’appuie principalement sur les éditoriaux et articles sur les deux fêtes nationales, bien que nous ayons également retenu certaines publicités évocatrices. Nous estimons que Le Carillon est un participant actif dans la mutation de la référence franco-ontarienne, non pas en abandonnant la Saint-Jean-Baptiste, mais en participant à une féroce promotion de la fête du 1er juillet avec le gouvernement d’Ottawa. L’unité nationale nécessitant la solidarité entre Canadiens, les artisans de l’hebdomadaire hawkesbourgeois mettent tout en œuvre pour contribuer à un récit permettant de contrer celui des indépendantistes de la rive gauche de l’Outaouais, et ce, malgré l’accueil timide que réservent les Franco-Ontariens de la région pour le rendez-vous annuel de juillet.

I - Tiraillement et attachement – le Québec et le Canada dans les pages du Carillon

6Un mot s’impose avant d’amorcer notre propos concernant la place du Québec et l’orientation politique du journal concernant les crises qui traversent le pays dans la période retenue. Nos précédentes études (MIVILLE 2018) ont permis de constater que Le Carillon se distingue de ses homologues dans les autres régions de l’Ontario français par l’anxiété que ressentent les éditorialistes et artisans du journal par rapport à l’avenir du Québec dans la Confédération canadienne. Alors que le jésuite Hector Bertrand du Voyageur de Sudbury se permet de critiquer fréquemment le gouvernement fédéral et de se rallier aux exigences du Québec en matière d’autonomie et de réforme constitutionnelle, notamment sur la question de l’indépendance de la province, Le Carillon est plus discret dans ses critiques contre le gouvernement fédéral. Selon notre constat, l’hebdomadaire hawkesbourgeois hiérarchise ses priorités d’une façon bien précise : l’unité nationale d’abord, droits des francophones par après. Le calcul se décline ainsi : critiquer le gouvernement central contribue à fragiliser l’unité nationale qu’il faut préserver à tout prix. Il faut donc réserver ses flèches contre le mouvement souverainiste québécois qui promet de mettre en péril la survie des francophones hors Québec.

7Il faut néanmoins nuancer. Il existe un contre-exemple dans les pages du Carillon. Le journaliste et éditorialiste « Paul Huneault » – nom de plume de Marcel Desjardins en raison du travail qu’il effectue pour le quotidien montréalais La Presse –, peut-être en raison de son enracinement dans la métropole, se permet d’être plus dur à l’endroit d’Ottawa et beaucoup plus favorable aux projets autonomistes de la Belle province. Concernant les critiques que réservent certains politiciens franco-ontariens à l’endroit du Québec qui légifère sur la langue française vers la fin des années soixante, « Huneault » cherche à remettre les pendules à l’heure. Rappelons que le Québec de la Révolution tranquille fait de l’État un outil de redressement pour la population francophone, notamment en ce qui concerne la présence du français dans l’espace public et dans les écoles et le développement du « Québec Inc. » pour intégrer davantage de francophones dans les hautes fonctions de l’économie québécoise. Horrifiés, plusieurs observateurs hors Québec estiment qu’il s’agit d’une attaque contre les anglophones et que l’État doit s’abstenir d’imposer des normes linguistiques :

  • 2 Marcel Desjardins, « Sur un discours de M. Fernand Guindon », Le Carillon, 10 avril 1969, p. 11.

C’est facile, ça fait bien et c’est courant, affirme « Huneault », de blâmer le Québec par les temps qui courent. Et malheureusement, beaucoup trop de francophones vivants hors du Québec éprouvent de la honte à l’endroit de la Belle province. Trop nombreux sont ceux qui rougissent lorsque le Québec parvient à se tenir debout tant bien que mal […] en dépit d’un climat politique agité. On n’a pas à rougir lorsque les Québécois réclament le français prioritaire au Québec; lorsque des Québécois désirent franciser davantage Montréal et le Québec. C’est légitime. Il s’agit d’une question de vie ou de mort2.

8« Huneault » est du même avis concernant les nombreuses lois linguistiques que se partagent l’Union nationale et le Parti libéral du Québec à cette époque (bill 85, bill 63) qui sont sévèrement jugées par la population comme inadéquates pour protéger la langue française. Selon lui, l’enjeu est existentiel, car c’est dans les législations linguistiques de l’État québécois que se joue la survie du fait français au pays.

  • 3 Jean-M. Filion, « Et ça recommence ! », Le Carillon, 30 septembre 1981, p. A5.

9Comparons cette intervention à celles que produit Le Carillon quelques années plus tard, alors qu’est présentée et adoptée la célèbre Loi 101 qui légifère sur la langue d’affichage et sur l’accès aux écoles de langue française et anglaise sur le territoire québécois. Notons d’emblée qu’il y a un certain appui pour la Charte de la langue française du côté des hebdomadaires franco-ontariens partout en province, à l’exception du Carillon (MIVILLE 2018 ; 2012). Si les autres hebdomadaires estiment que le Québec ne fait qu’appliquer de jure ce qui existe de facto dans les provinces anglophones, l’éditorialiste Jean-Maurice Filion n’est pas d’accord. Qui plus est, l’élection des péquistes choque. Filion indique qu’il « ne [veut] pas chez nous des lois qui vont nous interdire […] d’afficher dans une seule langue3 ». Comprenons que l’affichage en français est plus commun dans la région de Prescott-Russell où les Franco-Ontariens forment la majorité de la population par rapport aux autres régions de l’Ontario français. Une législation linguistique pour imposer l’affichage en anglais nuirait donc au statut de la langue française autour de Hawkesbury. Le Carillon croit toutefois qu’il est impossible de négocier avec un gouvernement souverainiste au Québec, et adopte le discours sur les droits individuels promus par le gouvernement Trudeau à l’époque pour critiquer la province :

  • 4 Jean-M. Filion, « Un pas dans la bonne direction », Le Carillon, 11 novembre 1981, p. A5.

Cette [Loi 101], ne l’oublions pas, a enlevé certains droits que les citoyens d’ailleurs au Canada arrivant au Québec n’ont plus. Les autres provinces n’ont pas […] enlev[é] des droits à quiconque récemment. […] L’Ontario n’a pas de lois qui empêchent les francophones arrivant d’ailleurs au Canada d’inscrire leurs enfants dans des classes françaises. […] Il faut donc conclure, à notre avis, que toute entente avec le gouvernement du Québec sera pratiquement impossible tant et aussi longtemps que le Parti québécois détiendra le pouvoir dans cette province4.

10La posture adoptée par le journal est hostile à un Québec souverainiste. En amont du premier référendum sur la souveraineté du Québec, les artisans du Carillon ne ménagent pas les efforts pour condamner les indépendantistes. Quelques mois après l’élection péquiste de novembre 1976, le propriétaire de l’hebdomadaire, André Paquette, estime qu’il est nécessaire de rappeler à ses lecteurs la politique éditoriale du journal. Du même coup, il propose une profession de foi dans le Canada contre le mouvement souverainiste :

  • 5 André Paquette, « Notre politique éditoriale », Le Carillon, 23 mars 1977, p. 1.

La place des Canadiens-français [sic] est partout au Canada, d’un océan à l’autre, et nous sommes, par conséquent, opposés à toute idée de séparer notre pays. Nous croyons que notre intérêt réside dans un Canada uni et nous jugeons qu’il est de notre devoir de combattre toute idée de séparatisme5.

  • 6 André Paquette, « “Frères du Québec, ne lâchez pas le Canada!” Il faut voter NON le 20 mai », Le Ca (...)

11Paquette va également accuser les « séparatistes » d’avoir infiltré le diffuseur public Radio-Canada et de mettre en action une opération de « lavage de cerveau ». À la veille du premier référendum sur la souveraineté-association en mai 1980, le propriétaire Paquette, supplie ses confrères de la rive droite de l’Outaouais de rejeter le projet : « Frères du Québec, ne lâchez pas le Canada6! » Cette position, rappelons-le, se distingue de celle des autres hebdomadaires franco-ontariens qui croient profiter du contexte politique afin de forcer la main du Canada anglais à offrir des concessions (MIVILLE 2018).

12Si Le Carillon demeure intransigeant contre le premier gouvernement souverainiste du Québec, il appuie vertement le gouvernement fédéral dans sa quête pour renouveler la constitution du Canada et pour préserver l’unité nationale. Alors que certains éditorialistes dans la province, surtout à Sudbury, demeurent sceptiques devant le projet du premier ministre Pierre Elliott Trudeau de rapatrier la Constitution et d’y enchâsser une Charte des droits et libertés (MIVILLE 2018), ceux du Carillon resserrent les rangs. Devant la menace d’un rapatriement unilatéral de la Constitution, Filion affirme que :

  • 7 Denis Éthier (1928-2017) a été député libéral de Glengarry-Prescott-Russell au gouvernement fédéral (...)
  • 8 Jean-M. Filion, « Et ça recommence ! », Le Carillon, 30 septembre 1981, p. A5.

La Charte des droits, si chère au [p]remier ministre Trudeau, doit devenir une loi au plus tôt. Elle garantit, pour nous les Franco-Ontariens, des droits minimums “là où le nombre le justifie” (pourquoi vouloir absolument tout d’un coup tout de suite). Cette clause, comme l’explique le député Ethier7, permettrait au tribunal de trancher les problèmes éventuels. Nos tribunaux sont pleins de gens intelligents ; après tout, nous ne sommes pas sous l’épée d’un ayatollah8!

13Attardons-nous un instant sur cette citation qui en dévoile beaucoup sur la position politique du Carillon. D’emblée, l’éditorialiste affirme nécessaire que le rapatriement se produise aussitôt que possible afin d’enchâsser la Charte canadienne des droits et libertés qui offre aux minorités linguistiques certains droits scolaires. Rappelons que les revendications traditionnelles en Ontario français et l’articulation de son milieu institutionnel avait comme but de « faire société » (THERIAULT 2007 ; GERVAIS 1983) en parallèle avec le réseau de la majorité afin d’assurer le développement et la pérennité de la communauté en milieu minoritaire. C’est ce qui explique la réaction négative de la Charte par la communauté (SAVARD 2008 ; BOCK 2016 ; MIVILLE 2018) et ses politiciens – comme celle du député Jean-Robert Gauthier d’Ottawa-Vanier qui vote contre son chef et contre le rapatriement de la Constitution (DUPUIS 2008). Pour résumer, l’élite en Ontario français estime que la Charte ne répond pas aux besoins des minorités francophones du pays. Filion et le Carillon font donc bande à part des acteurs de la communauté en raison de la garantie de « droits minimums » offerts par la Charte. En évoquant les nouveaux pouvoirs de la Cour suprême sur les droits linguistiques, le journal se présente comme un partisan précoce de la judiciarisation de la politique linguistique au Canada (THERIAULT 2007 : 313-315). Avant l’arrêt Mahé en 1990, les leaders francophones en milieu minoritaire demeuraient sceptiques quant au nouveau régime juridique qui gouverne depuis 1982 les droits linguistiques (BEHIELS 2005). Dans un contexte de déchirement national, Le Carillon estime que, malgré tout, le Canada vaut bien une Charte.

II - Une fête nationale – La Saint-Jean-Baptiste

  • 9 Il s’agit dans l’historiographie d’un événement majeur qui, selon l’interprétation orthodoxe, metta (...)

14Fériée dans la Belle province, la Saint-Jean n’a pas un statut officiel au Canada anglais. Malgré tout, ce rendez-vous annuel demeure présent un peu partout en Ontario français. Des recherches préliminaires sur le sujet ont montré la présence de la fête dans de nombreuses agglomérations avec une population francophone substantielle bien au-delà la « rupture9 » du Canada français après les États généraux de 1966, 1967 et 1969 (GAGNON & MIVILLE, 2012). L’Est ontarien ne fait pas exception. Des foules massives se déplacent pour voir le défilé annuel dans un des villages des comtés unis (voir tableau 1). Typiquement, la Saint-Jean réunit une vingtaine de groupes de majorette, des fanfares et des représentants d’associations locales comme les troupes de scouts. L’attrait principal, toutefois, demeure les chars allégoriques qui changent d’année en année. D’une dizaine à parfois plus de trente, ces chars représentent différents aspects de la vie paroissiale, qu’elle soit spirituelle, nationale, économique ou culturelle.

  • 10 Les estimations sont rapportées dans les articles du Carillon.

Tableau 1 : estimation des foules lors de la parade de la Saint-Jean-Baptiste dans Prescott-Russell (1960-1995)10

  • 11 La fête a bel et bien lieu et aurait été de grande envergure, mais Le Carillon n’offre aucune estim (...)

Année

Estimation de la foule

Année

Estimation de la foule

1960

Aucune donnée

1978

30 000

1961

Fête annulée

1979

15 000

1962

1 000

1980

Aucune donnée

1963

1 000

1981

15 000

1964

10 000

1982

Fête annulée

1965

12 000

1983

5 000

1966

Aucune donnée

1984

600 (intempéries)

1967

10 000

1985

10 000 (estimation11)

1968

5 000

1986

6 000

1969

8 000

1987

10 000 (intempéries)

1970

15 000

1988

3 000

1971

12 000

1989

5 000

1972

12 000

1990

500

1973

1 500 (intempéries)

1991

10 000

1974

15 000

1992

8 000

1975

16 000

1993

3 000

1976

25 000

1994

10 000

1977

20 000

1995

5 000

15Le rapport à la Saint-Jean-Baptiste évolue au cours de la période étudiée. Au cours des années soixante, la fête nationale se présente comme un moment de réflexion, d’activisme et de critique sur la place réservée aux Canadiens français dans le pays. Au cours des années soixante-dix et quatre-vingt, toutefois, le sens politique de la fête semble avoir cédé la place aux descriptions des festivités et, nous y reviendrons, à la promotion d’une deuxième fête en émergence. Les années quatre-vingt-dix témoignent de leur côté d’une véritable anxiété quant à la nature de la fête, compte tenu du contexte d’un deuxième référendum québécois.

Une fête nationale

  • 12 Marcel Desjardins, « N’oubliez pas le 24 juin », Le Carillon, 16 juin 1960, p. 11.

16En ce qui a trait à la Saint-Jean-Baptiste, la décennie des années soixante s’ouvre au Carillon sur un désir de renouveler avec une tradition qui semble avoir été remisée depuis quelque temps si l’on s’en tient à l’éditorial de Marcel Desjardins du 16 juin 1960 qui somme les habitants de la région de ne pas oublier la fête du 24 juin « d’abord à cause du cachet patriotique qu’il renferme ensuite de récompenser le travail gigantesque du comité » qui l’a organisée. La fête promet d’être une possibilité de faire valoir le nationalisme canadien-français dans la région : « Une fois de plus les Canadiens-français [sic] auront l’occasion de se lever dans un élan patriotique revêtu à la fois d’un caractère religieux »12. En effet, contrairement au défilé montréalais, la présence du petit Saint-Jean-Baptiste aux cheveux frisés, un honneur dévolu à un garçon de la paroisse hôte, sera une constante lors de la période étudiée. Cette fête revigorée en 1960 semble avoir également inspiré le député progressiste-conservateur local, Fernand Guindon. Le résultat est une allocution qui baigne de plain-pied dans le traditionalisme canadien-français de l’époque :

  • 13 [S.a.], « Fête mémorable de la St-Jean Baptiste à Hawkesbury », Le Carillon, 30 juin 1960, p. 4.

La jolie ville de Hawkesbury, dit-il, fidèle à nos traditions ancestrales, se prête tellement bien à la célébration grandiose de la Saint-Jean-Baptiste. Sise à proximité de Carillon où est scellé le sort des pionniers de Ville-Marie et par la suite de toute la race Canadienne-française [sic], votre ville a toujours été pour les Franco-[O]ntariens de l’Est un bastion, un rempart invulnérable devant les assauts farouches et constants d’un adversaire irréductible13.

  • 14 Marcel Desjardins, « Le réveil de la St-Jean Baptiste », Le Carillon, 7 juillet 1960.
  • 15 Marcel Desjardins, « Où va la S.S.J.B. ? », Le Carillon, 8 juin 1971, p. 3.

17Les festivités de 1960 semblent revitaliser une fête devenue moribonde d’après l’analyse que nous offre Desjardins. C’est la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) locale qui s’occupe à cette époque de l’organisation des festivités. Associée à la Fédération des sociétés Saint-Jean-Baptiste de l’Ontario, la SSJB donne un coup de barre à la fête en s’investissant pleinement dans l’organisation de la parade, donnant ainsi la plus impressionnante représentation depuis une décennie14. Mais la victoire est de courte durée. La SSJB, qui s’était renouvelée au crépuscule des années 1950 est de nouveau victime de l’épuisement de ses bénévoles dès l’année suivante15. Devenue « léthargique », elle ne réussit pas à organiser une fête en 1961, au grand désespoir du journal :

  • 16 « Symbole canadien-français », Le Carillon, 22 juin 1961, p. 1.

Dans deux jours, l’élément canadien-français du Canada tout entier célébrera la fête de son patron St-Jean-Baptiste. En effet, un peu partout, samedi, le 24 juin, les Canadiens-français se réuniront afin d’honorer leur patron. À Cornwall, à Marionville, ce sera jour de fête. Toutefois, la solennité de la St-Jean[-]Baptiste passera inaperçue chez nous à Hawkesbury. Il est malheureux que ceux qui auraient dû prendre l’initiative dans un cas comme celui-ci aient manqué à la tâche16.

  • 17 Michel Hotte, « Le site de la bataille du Long-Sault serait aménagé en sanctuaire historique », Le (...)

18Le rendez-vous est néanmoins de retour l’année suivante avec l’appui de la Fédération des sociétés Saint-Jean-Baptiste de l’Ontario (FSSJB). Croyant avoir retrouvé le site de la bataille mythique du Long-Sault entre Dollard des Ormaux, ses compagnons et les Iroquois, la Fédération et l’élite locale invitent les célébrants en 1962 à aller à la ferme Ross-Lavigne à six kilomètres d’Hawkesbury pour se réunir afin d’exiger l’aménagement d’un parc historique17. Le culte de Dollard demeure en ce début de décennie un puissant symbole du Canada français pour les Hawkesbourgeois et leur élite.

  • 18 Antonin Lalonde, « Notre “parlure” », Le Carillon, 27 juin 1963, p. 3.
  • 19 Ibid, « Le drapeau promis », Le Carillon, 18 juin 1964, p. 4.
  • 20 Ibid, « Le patriotisme en baisse », Le Carillon, 8 juillet 1965, p. 4.

19La fête aura lieu les années suivantes avec un succès relatif et un discours on ne peut plus traditionaliste. En 1963, l’éditorialiste Antonin Lalonde affirme que la Providence aurait jeté son dévolu sur les Canadiens français comme peuple catholique pour l’Amérique alors qu’elle avait choisi la France pour l’Europe18. L’événement permet d’injecter une nouvelle vie dans le nationalisme canadien-français dans la région. L’année suivante, l’éditorialiste profite de la dernière édition du journal avant la Saint-Jean pour sommer le gouvernement Pearson d’agir sur sa promesse d’adopter un drapeau canadien19. Pour Lalonde en particulier, la Saint-Jean doit être le lieu de rassemblement de patriotes canadiens-français20.

  • 21 [Marcel Desjardins], « À la veille d’un 24 juin », Le Carillon, 21 juin 1973, p. 5.

20Si l’élan patriotique est caractéristique des opinions qui se forment autour des années soixante dans Le Carillon, l’ardeur « nationalitaire » – un comportement des petites nations qui oscille entre l’ethnicisation et le désir de « faire société » (THERIAULT 1994) – diminue progressivement au fil des ans, malgré la présence de grandes foules pour la Saint-Jean. L’hebdomadaire maintient néanmoins qu’il s’agit de la fête nationale des Canadiens français. Alors que le journal souligne annuellement la fête, proposant une estimation de la foule, une gamme de photos et un résumé des activités et des participants, les textes d’opinion se font plus rares. « Paul Huneault » propose un état des lieux de l’Ontario français en 1973. Il croit qu’il se produit un ressac par les anglophones contre le bilinguisme et les droits linguistiques au pays, alors que le pouvoir des francophones tend à diminuer selon lui dans l’arène politique21. Alors que « Huneault » et Lalonde proposaient de nombreux textes à saveur nationalistes pour Le Carillon, leur remplacement, le nouvel éditorialiste Jean-Maurice Filion est moins porté par un comportement nationalitaire. En effet, celui-ci cherche surtout à assurer l’unité nationale du pays.

Une fête « nationale » ou québécoise ? Témoignages d’une anxiété

21Le changement de garde au Carillon coïncide avec une transformation discursive sur la Saint-Jean. Elle est certes, toujours présentée comme une fête nationale dans les articles, mais les prises de position sont rares. Avec la visite du premier ministre Trudeau à la Saint-Jean de Vankleek Hill en 1978, dont le thème de l’unité nationale a attiré 30 000 festivaliers, le journal souligne la bonne entente entre francophones et anglophones dans la région et la vitalité du fait français à l’extérieur du Québec :

  • 22 « Trudeau fêtait son 10e anniversaire comme premier ministre », Le Carillon, 28 juin 1978, p. A3.

Le Premier [M]inistre a insisté que la Saint-Jean-Baptiste est la grande fête de la fraternité canadienne-française et en même temps la fête de la fidélité des Canadiens-français face à leur patrimoine. La veille, prenant la parole à Beaupré, village situé en banlieu[e] de la ville de Québec, M. Trudeau avait insisté que la St-Jean n’est pas seulement la fête nationale des Québécois, mais celle de tous les Canadiens d’expression française.
Remarquant l’harmonie existant entre les francophones et les anglophones dans l’Est ontarien, le Premier [M]inistre a précisé que tous sont des citoyens du Canada et qu’ils peuvent vivre en harmonie d’un bout à l’autre du pays. « Ce sentiment s’étend à la grandeur du pays, a-t-il fait valoir, et nous fêtons la fête de ceux qui sont différents [,] mais qui vivent dans un Canada uni. »22

22Alors que la fête des années 1960 était une occasion de réfléchir sur l’avenir du fait français en Ontario et servait à galvaniser les troupes pour les luttes dans une province anglophone, l’accent est désormais non plus sur la population anglophone, mais sur le Québec qui doit se souvenir de la présence française à l’extérieur de ses frontières. En changeant l’interlocuteur du Canada anglais, en se tournant vers le Québec, le Premier Ministre contribue à changer le sens du message. Jadis un appel à la survivance et au militantisme pour les droits dans les provinces anglaises, le sens serait de rappeler au Québec ses devoirs envers la francophonie canadienne.

  • 23 Charles Borroughs, « La Saint-Jean », Le Carillon, 20 juin 1984, p. A2.
  • 24 « Une St-Jean détrempe. “Ici à Wendover, rien ne nous arrête », Le Carillon, 27 juin 1984, p. A1.

23Ce thème persiste au fil des décennies et témoigne d’une anxiété bien présente chez les artisans du Carillon qui souhaitent à tout prix préserver l’unité nationale du pays. Si Charles Borroughs estime en 1984 que la Saint-Jean « c’est la fête nationale des Canadiens-français [sic] et tout bon Franco-Ontarien qui se respecte sera à son poste23 », son intervention est à cette époque l’exception plutôt que la règle. Dame nature n’a d’ailleurs pas le cœur à la fête cette année, alors que les pluies torrentielles réduisent de beaucoup les foules. Des 25 000 attendus, seuls 600 sont recensés24. Malgré tout, les fêtards sont de retour l’année suivante pour célébrer.

24Si les prises de position concernant la Saint-Jean se font très rares par la suite, sa présence dans l’espace public demeure. Associée intimement à la commémoration de la fondation d’une paroisse – donc un village dans la plupart des cas –, cette fête réunit année après année une vingtaine de groupes de fanfares et de majorettes avec autant de chars allégoriques. Les dîners de fèves au lard sont également monnaie courante, ce qui semble toujours attirer les foules durant les années 1980.

  • 25 On note une intervention d’un citoyen pour la fête de 1990. « Il y aura une St-Jean », Le Carillon, (...)

25Il faudra attendre 1992 avant de recenser une nouvelle intervention formelle par le journal sur la Saint-Jean-Baptiste25, malgré les cortèges qui se multiplient un peu partout dans les comtés unis. L’intervention, publiée dans le contexte de l’Accord de Charlottetown, la dernière entente de nature constitutionnelle négociée par le gouvernement progressiste-conservateur de Brian Mulroney afin d’intégrer le Québec dans la Constitution, qui est soumis au vote référendaire en octobre 1992, dégage un ton de nostalgie. Les relations entre le Québec et l’Ontario français semblent être à leur plus bas point depuis des décennies, et le propriétaire du journal, André Paquette, rappelle de douloureux souvenirs de cette fête qui, jadis, produisait une certaine solidarité avec le Québec :

  • 26 André Paquette, « Bonne Fête à nous autres », Le Carillon, 24 juin 1992, p. A5. (Beauchemin est sou (...)

Aujourd’hui, le 24 juin 1992, c’est la fête à qui ? Dans mon temps, il n’y avait pas d’équivoque... c’était la fête des Canadiens français ! Mais plus tard, après la révolution dite tranquille, on a voulu nous faire croire que la Saint-Jean-Baptise [sic].... eh bien... c’était la fête de Québécois. Et que faire du million de francophones qui demeurent en dehors du territoire du Québec ? Pour René Lévesque on était des « dead ducks ».... Plus tard, pour l’autre poète québécois dont j’oublie le nom [Yves Beauchemin]... on était des “cadavres chauds [sic]”. Eh ben voyons donc!...
Nous les Canadiens français, les hors-Québec comme on nous a longtemps appelés.... c’est dans les tripes que nous sommes français [sic]... c’est dans nos veines que coule toujours ce beau sang français que nous avons hérité du Québec ou de la France. On est Canayens [sic] ou bien on ne l’est pas! Bonne Saint-Jean-Baptiste d’une façon particulière à tous nos compatriotes de Prescott-Russell qui célèbrent le 135e anniversaire de la paroisse de Fournier.26

26Son texte n’est pas sans rappeler son intervention au sujet de ses « frères québécois » lors du référendum de 1980 dans lequel il exhorte les Québécois à ne pas abandonner les francophones (MIVILLE 2018 ; 2012).

  • 27 Ivan Parisien, « Une foule évaluée à 10 000 personnes », Le Carillon, 29 juin 1994, p. 14.

27Un autre exemple de cette « anxiété » vient d’un des organisateurs de la Saint-Jean de Hawkesbury en 1994, Claude Drouin, qui ressent la nécessité de justifier la tenue de la fête où 10 000 personnes se sont déplacées : « Je crois que ce genre de rassemblement est important pour la francophonie en Ontario. Je ne suis pas un séparatiste, je veux cependant qu’on puisse parler français en Ontario encore très longtemps27. » En 1995, notre dernière année de prise de données, à quelques mois du deuxième référendum sur la souveraineté du Québec, le journaliste François Legault pose une question qui semble se poser chaque année lors du rendez-vous annuel : à qui appartient la Saint-Jean ?

  • 28 François Legault, « La St-Jean-Baptiste. Fête des Canadiens français ou des Québécois ? », Le Caril (...)

Avec les années, la St-Jean-Baptiste a pris un sens bien particulier pour les Québécois. Avec la disparition de l’expression « Canadien français » du vocabulaire au Québec, la fête nationale des Canadiens français est devenue la fête nationale des Québécois. […]
Pourtant, pour les francophones hors Québec qui fêtent la St-Jean-Baptiste, cela demeure toujours la fête des Canadiens français28 !

28Le texte devient rapidement un cri de cœur pour Legault qui dénonce l’attitude de certains Québécois et cherche à souligner l’enracinement des « Canadiens français » dans la région. Legault poursuit sa réflexion en affirmant que le fait français au Canada dépasse largement les frontières québécoises et insiste sur les liens qui lient les francophones hors Québec avec la Belle province :

  • 29 Ibid.

En cette fête de la St-Jean, il est important que nous reconnaissions nos racines communes. Nous invitons donc les Québécois à reconnaître que la fête de la St-Jean, c’est la fête des Québécois et de tous les Canadiens français29

29Le locuteur n’est plus le Canada français en soi, mais bien le Québec qui aurait « oublié » ou même « volé » la fête de la Saint-Jean-Baptiste, un thème bien présent au sujet de la fête comme en témoigne un documentaire sur ce sujet (GERMAIN 2007 ; MIVILLE 2013).

30Le grand déchirement que semblent vivre certains éditorialistes sur le sens de la fête n’a pas eu raison de l’ardeur des foules. Comme le démontre le tableau 1, si les plus grandes foules se réunissent durant les années 1970, les échecs de Meech et de Charlottetown et la tenue d’un deuxième référendum n’ont pas pour autant fait fuir les fêtards. Les commentateurs semblent également lier la fête à un imaginaire national, au sens que lui donne Benedict Anderson (2002), qui dépasse de loin les frontières de l’Ontario français : celui du Canada français.

III- Une fête à construire – Le 1er juillet

  • 30 En 1973, le PQ obtient 30,22 % des voix. Il est élu en 1976 avec 41,37 % des votes.

31Contrairement à la Saint-Jean-Baptiste, la fête du Canada est une célébration à bâtir. Peu présente dans l’espace public avant 1958, date de la première diffusion télévisée de la fête (HAYDAY 2010), la fête du 1er juillet a beaucoup de difficulté à s’enraciner dans les communautés de l’est de l’Ontario et les célébrations sont quasi-absentes avant les années soixante-dix. La montée en flèche de la popularité du Parti québécois (PQ) au Québec30 et leur élection en 1976 provoque toutefois un réinvestissement dans l’événement annuel à la fois chez le gouvernement fédéral (HAYDAY 2010) qu’au niveau local. De son côté, Le Carillon participe activement à la promotion de la fête. L’effort est nécessaire, car, comme le montre bien le tableau 2, les foules sont rarement au rendez-vous pour les festivités du premier juillet qui sont de moins grande envergure que la Saint-Jean. En effet, les dîners de hot dog, les pique-niques, bingos et même les feux d’artifice rivalisent difficilement avec le défilé qui réunit annuellement une vingtaine de groupes et autant de chars allégoriques. Offrons trois hypothèses qui peuvent expliquer en partie la présence relativement modeste des fêtards. Une première explication repose sur la nature de la Saint-Jean-Baptiste dans la région. Devenue un rendez-vous annuel d’importance à une semaine du 1er juillet, la Saint-Jean exige énormément de ressources, et la plupart des fêtes régionales du Canada bénéficient d’une petite subvention fédérale pour leurs activités. Un autre élément à ne pas négliger demeure la proximité de la grande fête sur la colline du Parlement. Un peu moins de 100 kilomètres séparent Hawkesbury d’Ottawa, de sorte qu’une famille voulant la célébrer peut facilement se déplacer vers la capitale. Notons enfin que la plus importante fête du premier juillet se déploie dans les comtés unis voisins de Stormont, Dundas et Glengarry dans lesquelles la population francophone est moins importante. Une analyse des publicités pour la fête du Canada qui apparaissent dans Le Carillon nous montre que la majorité des activités du comté voisin se déroulent en anglais, ce qui peut contribuer à une fête plus modeste.

  • 31 Les estimations sont rapportées dans les articles du Carillon.
  • 32 La fête annuelle d’Alexandria dans les comtés unis voisins a été exclue de l’analyse en raison du p (...)

Tableau 2 : estimation31 des foules lors des fêtes du 1er juillet dans Prescott-Russell (1974-1995)32

Année

Estimation de la foule

Année

Estimation de la foule

1974

Aucune fête repérée

1985

750

1975

5 000

1986

100

1976

10 000

1987

8 000

1977

12 000

1988

Aucune donnée

1978

Aucune donnée

1989

Aucune donnée

1979

5 000

1990

1 600

1980

300

1991

2 000

1981

Aucune donnée

1992

4 500

1982

3 000

1993

Aucune donnée

1983

100

1994

9 000

1984

15 000

1995

Aucune donnée

32La fête du 1er juillet semble être l’occasion pour certains de réfléchir sur la nature de la Confédération. C’est notamment le cas en amont du centenaire. En 1963, Antonin Lalonde suggère que l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, qui créa le Canada 96 ans plus tôt, n’a pas été à la hauteur des attentes des Canadiens français, comme en témoignent les taux d’assimilation alarmants que dévoilent les recensements de 1951 et 1961. Le pronostic est d’ailleurs assez pessimiste chez l’éditorialiste qui croit que le centenaire sera la dernière chance au pays de se racheter auprès des francophones :

  • 33 Antonin Lalonde, « Après 96 années de Confédération », Le Carillon, 4 juillet 1963, p. 3.

Avant qu’il ne soit trop tard, espérons que le gouvernement fédéral cessera d’empiéter sur le domaine des provinces, et souhaitons aussi que tous les gouvernement[s] provinciaux adopteront une politique de justice à l’égard des Canadiens-français [sic] sous leur juridiction. Rien ne sert de se leurrer : c’est la dernière chance de la [C]onfédération qui se jouera d’ici 196733.

33Si cette première intervention de marque sur la nature du pays est critique, un deuxième éditorial paru quelques années plus tard en 1966 encourage les Canadiens français à « mettre de l’eau dans [leur] vin » afin de « vivre en paix entre Canadiens [,] car nous sommes tous du même pays ». Le devoir des Hawkesbourgeois et des citoyens de l’Ouest du Québec serait fondamental en raison de la proximité des anglophones et francophones :

  • 34 « O Canada, mon pays, mes amours », Le Carillon, 30 juin 1966, p. 4.

Il faudrait continuer de donner l’exemple aux autres Canadiens, extrémistes des deux côtés, et leur prouver que l’on peut vivre en paix chez-nous au Canada. […] En cette fête du Canada soyons fier[s] d’arborer notre drapeau à la feuille d’érable et de chanter “Au Canada mon pays mes amours”34.

34C’est la fin d’une posture critique devant la fête canadienne.

Produire un récit national

35Relativement absente du journal jusqu’à l’élection du PQ en 1976 et la décision du gouvernement fédéral d’allouer d’importantes ressources dans la promotion de l’unité nationale, la fête du Canada prend une place exponentielle dans les pages du Carillon. Ouvrant les vannes, Ottawa déverse des millions de dollars dans l’organisation des fêtes du 1er juillet partout au pays. L’adoption d’une politique agressive de communication se traduit non seulement par des publicités traditionnelles, mais également par de nombreuses lettres-publicitaires ciblant les communautés francophones minoritaires, afin de communiquer un message précis concernant les politiques du gouvernement fédéral en matière de la langue française au pays.

36L’infrastructure, pour ainsi dire, est bien en place à cette époque pour promouvoir ce jour férié voué à devenir, dans l’esprit des Canadiens, une fête nationale. L’argent investi promet aux journaux un important revenu en échange d’une visibilité. Le Carillon devient alors un participant actif dans la promotion d’un nouveau récit visant à créer un sentiment d’appartenance avec le 1er juillet et à favoriser l’unité nationale. Longeant le Québec, la région de Prescott-Russell est particulièrement sensible aux intentions souverainistes, notamment en raison de sa population majoritairement francophone. Le français maintiendra-t-il son statut à l’échelle nationale advenant la séparation du Québec ? Voyant leur avenir en jeu, les artisans de l’hebdomadaire s’engagent à combattre le mouvement indépendantiste en terre ontarienne (MIVILLE 2018 ; 2012).

  • 35 « Du 24 juin au 3 juillet : Semaine du Canada », Le Carillon, 13 juin 1974, p. C13.

37Le Carillon se lance dans cette promotion en 1974 en publiant une cuvée de textes entourant le 1er juillet produit par le « Comité Canada » – un comité créé en 1964 pour assurer l’unité nationale et qui est largement financé par Ottawa. Son objectif serait de « servir de catalyseur pour rapprocher les citoyens de ce vaste pays afin que nous pouvons [sic] utiliser nos particularités linguistiques, politiques et régionales pour unir au lieu de diviser35 ». Les pages du Carillon accueillent ainsi de nombreuses publications du Comité au fil des ans.

  • 36 Ces cahiers sont présents de 1978 à 1981, bien que l’iconographie, les articles et concours existen (...)

38Le gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau est néanmoins très actif dans la promotion de l’unité nationale et la fête du Canada. L’élection du PQ transforme le Comité Canada en Conseil pour l’unité canadienne, dont le but explicite est de maintenir l’unité désormais fragilisée par un l’élection de souverainistes à l’Assemblée nationale. Le Conseil, qui fait le lien entre les communautés et le gouvernement fédéral, fournit une panoplie de ressources aux journaux, incluant de l’iconographie et des textes d’information sur le Canada et son histoire. Fier participant de l’initiative, Le Carillon du mois de juin se transforme annuellement en une vaste campagne pour l’unité nationale36.

  • 37 Jean Chrétien, « Message du ministre de la justice », Le Carillon, 30 juin 1982, p. 9.

39Les hebdomadaires en milieu minoritaire cherchent également à tirer leur épingle du jeu afin de produire leurs propres cahiers spéciaux. Un premier est produit en 1982 par les artisans de l’Association de la presse francophone hors Québec (APFhQ) dont le propriétaire du Carillon est président. Ce cahier, intitulé « Bâtir un Canada plus juste et plus fraternel… » est d’ailleurs une bonne occasion d’affaire pour les hebdomadaires membres du service de publicité de l’APFhQ. Bien garni en publicités, le lecteur peut lire dans ce cahier des messages ciblés de la part de Jean Chrétien, ministre de la Justice, qui formule des souhaits pour « notre Fête nationale », rappelant aux Franco-Ontariens que la nouvelle Constitution « n’est pas figée » et que la Charte, « [s]i elle ne touche pas tout à fait au but », peut être modifiée pour « perfectionner les dispositions » selon le gré des citoyens37. Le premier ministre Trudeau demeure stoïque contre les critiques de l’élite franco-ontarienne :

  • 38 Pierre Elliott Trudeau, « Message du premier ministre », Le Carillon, 30 juin 1982, p. 6.

Je sais, les francophones hors Québec auraient voulu obtenir davantage [avec la Charte]. Mais voyons les choses en face. Hier encore, plusieurs provinces ne reconnaissaient même pas le droit des francophones à l’école française, et là où ce droit était reconnu, il n’existait aucun moyen efficace de le faire prévaloir. Aujourd’hui, les minorités françaises hors Québec peuvent s’adresser aux tribunaux pour forcer les provinces à respecter les droits que leur garantit la Constitution du pays38.

40Quant à l’obtention de nouveaux droits reconnus par la constitution, « ce n’est que partie remise ».

  • 39 Le Carillon, 31 mai 1978, p. B12.

41Le Carillon est également actif dans la production d’un récit unitaire autour de la fête du Canada. L’initiative est également rentable. Nous pouvons compter des centaines de publicités vendues au fil des années dans le cadre des cahiers spéciaux produits pour la fête du 1er juillet. Le journal invite également les commerçants à agir en faveur de l’unité nationale en les incitant à acheter des publicités pour le cahier spécial (figure 1). Une directive de 1978 et qui est reproduite pendant plusieurs années, informant les commerçants de la date butoir pour commander un espace publicitaire, affirme également que « L’[u]nité canadienne c’est important [sic]39 », rappelant le message du Comité Canada. En effet, l’iconographie canadienne – des feuilles d’érable et l’unifolié – est omniprésente dans les éditions qui paraissent autour du 1er juillet coïncidant ainsi avec la campagne de communication fédérale. Mais l’initiative est de courte durée. Le dernier cahier spécial produit par l’Association pour la fête du Canada date de 1986, bien que les publicités annuelles du gouvernement fédéral persistent.

  • 40 Louise Langevin, « Canada un beau pays. Un pays libre », Le Carillon, 29 juin 1977, p. A17. Il s’ag (...)
  • 41 « 112e anniversaire », Le Carillon, 23 juin 1979, p. 14.

42Les initiatives sont nombreuses. Par exemple : en 1977, un concours est organisé, invitant les gens de la région à rédiger un court texte sur la nature du pays. Une participante soutient que, si elle était un oiseau, elle refuserait de migrer vers le sud durant l’hiver et ferait la leçon à Voltaire en visitant les « arpents de neige du Canada […] le zéphyr de la liberté40 ». En 1979, le député libéral fédéral de la région, Denis Éthier, nous apprend d’ailleurs dans sa publicité annuelle célébrant les 112 ans du pays que ce serait Jacques Cartier qui aurait fondé le Canada41 !

Figure 1 : page incitant les commerçants à acheter un espace publicitaire afin de contribuer à l’unité nationale en 1977

Figure 1 : page incitant les commerçants à acheter un espace publicitaire afin de contribuer à l’unité nationale en 1977
  • 42 Jean-M. Filion, « Soyons fiers de nous autres ! », Le Carillon, 30 juin 1982, p. A5.

43Il faut néanmoins attendre le rapatriement de la Constitution du Canada en 1982 avant qu’une prise de position éditoriale apparaisse au sujet de la fête du Canada dans le journal. Jean-Maurice Filion invite alors les lecteurs à chanter le Ô Canada. Notons également que c’est une des rares années sans Saint-Jean-Baptiste dans Prescott-Russell, une « anomalie » à laquelle Filion attribue à un « manque de coordination ». « Faute de fêtes pour les Canadiens français », l’éditorialiste suggère de célébrer le 1er juillet : « Demain c’est donc notre fête à nous tous, Canadiens. Soyons fiers de ce que nous sommes, de ce que nous avons réalisé et de ce dont nous sommes capables »42. Ce style de message est reproduit l’année suivante, bien que Filion soit visiblement déçu du peu d’activités qui sont prévues pour la fête du Canada de 1983. Malgré tout, la fête demeure :

  • 43 Jean-M. Filion, « Notre fête à tout le monde », Le Carillon, 29 juin 1983, p. A5.

L’occasion de méditer un peu sur tous les avantages de notre pays dont nous oublions souvent l’existence. Il suffit, par exemple, de considérer toutes les libertés dont nous jouissons collectivement. Même si certains individus se sentent parfois brimés parce qu’ils ne peuvent tout gagner tout ce qu’ils demandent - j’ai bien dit « demande » et non pas « ce dont ils ont besoin »43.

  • 44 Ibid.

44Il souhaite d’ailleurs qu’il y ait un rendez-vous l’année suivante pour souligner « notre fête nationale », le 1er juillet44. Il ne sera pas déçu : la ville de Hawkesbury décide de profiter du jour férié pour célébrer les 125 ans d’incorporations. 15 000 personnes participent aux célébrations.

  • 45 Robert Moncion, « Le Canada n’est pas qu’une constitution », Le Carillon, 1er juillet 1992, p. 4.

45Les prises de position sur la fête du Canada demeurent négligeables après cette date. Un dernier éditorial d’importance sur le sujet est produit en 1992, année de l’Accord de Charlottetown, alors que Robert Moncion affirme dans son texte du 1er juillet que le Canada est un pays « qui n’a jamais voulu dominer ses voisins » et qui « s’est montré très réceptif aux problèmes des autochtones lorsque quelqu’un a pris la peine de les expliquer ». Si l’historiographie contemporaine estime de plus en plus que le sort réservé aux autochtones du pays a été un génocide culturel, l’idée ne traverse pas l’esprit de l’éditorialiste : « même si nous les avons historiquement oubliés, leur condamnation à l’impuissance et à l’assistance sociale ne se compare pas si mal [sic] au génocide vécu dans d’autres parties du monde45 ».

46Somme toute, l’opération d’édification d’une fête nationale auprès des francophones de Prescott-Russell ne se traduit pas par une grande participation au rendez-vous. Cela ne réduit toutefois pas l’importance du 1er juillet chez les artisans du Carillon et leur participation, à travers les cahiers spéciaux, l’iconographie et les éditoriaux, à l’établissement d’un nouveau discours identitaire. Cherchant à promouvoir l’unité nationale, les éditons du 1er juillet sont bien garnis d’unifoliés et d’appel au patriotisme.

Conclusion

47La Saint-Jean-Baptiste demeure durant la période entre 1960-1995 la plus importante « fête nationale » dans Prescott-Russell. Bien ancrée dans la région, elle se partage entre les paroisses des comtés unis, souvent pour souligner un anniversaire, avec un défilé traditionnel qui se poursuit d’année en année. Le rendez-vous annuel permet durant les années 1960 de réfléchir sur le sort national des Canadiens français. L’espace accordé à ce genre de comportement nationalitaire diminue toutefois au fil des décennies. Durant les années 1990, les prises de parole tendent à témoigner d’une incertitude profonde quant à l’avenir du pays et le sens même de la fête. Devant un Québec qui s’affirme, les éditorialistes cherchent à rappeler qu’il s’agit de la fête de l’ensemble des Canadiens français, non pas seulement celle des Québécois.

48Or la crise d’unité nationale qui traverse la période étudiée apporte un élément nouveau dans ce que Fernand Dumont appelait la « (re)fondation » du pays : la promotion d’une nouvelle identité par Ottawa. Plutôt qu’un simple observateur de la parade identitaire, Le Carillon est un participant actif de cette redéfinition. L’engagement de ses artisans dépasse largement la participation citoyenne à ces fêtes, comme le montre le graphique 1 comparant les foules entre les deux fêtes.

49Notre analyse suggère que, malgré une stratégie fédérale pour redéfinir le Canada avec un discours puissant portant sur le multiculturalisme, le bilinguisme et les droits individuels, son déploiement dans l’espace public nécessite un appui dans le milieu et une oreille attentive. Le Carillon joue son rôle à merveille.

Graphique 1 : comparaison des foules entre la fête du Canada et la Saint-Jean-Baptiste dans Prescott-Russell

Graphique 1 : comparaison des foules entre la fête du Canada et la Saint-Jean-Baptiste dans Prescott-Russell

50Nous suggérons également que la mutation de la référence en Ontario français est influencée en partie par l’absence d’un contre-discours nationalitaire puissant. Si la Saint-Jean est bien en scelle dans Prescott-Russell, nous avons noté qu’il y a peu sur la mise en sens de la fête. Si une vision nationalitaire et traditionaliste semble dominer l’espace public des années soixante, tel n’est pas le cas dans les décennies subséquentes. En fait, les quelques prises de position laissent surtout entrevoir une anxiété identitaire devant le Québec que peut combler un discours fort sur la fête du Canada. Si le Québec fait peur, le Canada rassure. En ce sens, la fête du Canada est un puissant outil dans cette redéfinition. Dans cette relecture référentielle, le pays cesse de représenter un pacte entre peuples fondateurs, ce qui formait la base de la dualité nationale au Canada français. Il devient plutôt un vaste pays diversifié où il fait bon vivre.

51Il n’y a certes aucune contradiction entre les deux fêtes, là n’est pas la question. Mais avec l’absence ou l’abandon d’un contre-récit nationalitaire dans l’espace public, et avec l’anxiété que provoque la recrudescence du mouvement souverainiste des années 1990, il n’est pas étonnant de constater ce jeu de références dans les pages du Carillon.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON, Benedict (2002), L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

BEHIELS, Michael (2005), La francophonie canadienne : renouveau constitutionnel et gouvernance scolaire, Ottawa, PUO.

BELLIVEAU, Joel et Marcel MARTEL (2016), « “One Flag, One Throne, One Empire”? Espousing and Replacing Empire Day in French Canada, 1899-1952 », in M. Hayday et R. B. Blake, Celebrating Canada, Toronto, UTP, 2016, pp. 125-148.

BOCK, Michel (2016), « Des braises sous les cendres. L’Ontario français et le projet national canadien-français au lendemain des États généraux (1969-1991) », in J.-F. Laniel et J. Y. Thériault (éds.), Retour sur les États généraux du Canada français, continuités et ruptures d’un projet national, Québec, PUQ, pp. 167-231.

DUPUIS, Serge (2008), « On prévoyait le déluge! La résistance franco-ontarienne au rapatriement de la Constitution canadienne : 1977-1982 » Revue du Nouvel-Ontario, no 33, pp. 7-39.

DUMONT, Fernand (1995), Raisons communes, Montréal, Boréal.

GAGNON, Marc-André (2016), « Dès qu’on prononce le mot Saint-Jean-Baptiste, ça fait fuir le monde à Ottawa » : La fête nationale des Canadiens français et les lendemains de la “rupture”, 1960-1990 », in J.-F. Laniel et J. Y. Thériault (éds.), Retour sur les États généraux du Canada français, continuités et ruptures d’un projet national, Québec, PUQ, pp. 143-166.

---- (2013), « Le Canada français vit par ses œuvres : la Saint-Jean-Baptiste vue par le journal Le Droit, 1950-1960 », Francophonies d’Amérique, no 35, pp. 79-92.

---- & Serge MIVILLE (hiver 2012), « L’horizon nationalitaire et l’avenir de la francophonie canadienne : le cas de la Saint-Jean-Baptiste (1968-1986) », La Relève, vol. 3, no 1, pp. 18-19.

GERMAIN, Andréanne (2007), Pis nous autres dans tout ça, Office national du film du Canada, couleur, son, 24 mins.

GERVAIS, Gaétan (1983), « La stratégie de développement institutionnel de l’élite canadienne-française de Sudbury ou le triomphe de la continuité », Revue du Nouvel-Ontario, no 5.

GORDON, Alan (2016), Time Travel : Tourism and the Rise of the Living History Museum Mid-20th Century Canada, Vancouver, UBC.

HAYDAY, Matthew (2010), « Fireworks, Folk dancing, and Fostering a National Identity : The Politics of Canada Day », Canadian Historical Review, vol 91, no 2, pp. 287-314.

---- & Raymond B. BLAKE (2016), (dirs.), Celebrating Canada, tome 1, Toronto, UTP.

MIVILLE, Serge (2018), « “Nous sommes un peuple fondateur et nous voulons être traités comme tel[s] » : la référence canadienne-française dans la presse franco-ontarienne (1969-1982) », à paraître dans MENS, vol. 17, no 2.

---- (2013), « Le cinéma identitaire franco-ontarien : un cas de figure de la fatigue culturelle », Voix plurielles, vol. 10, no 1, p. 2-18.

MORGAN, Cecilia (2016), Commemorating Canada : History, Heritage, and Memory, 1850s-1990s, Toronto, UTP.

NELLES, H. V. (2003), L’histoire spectacle : le cas du tricentenaire de Québec, Montréal, Boréal.

RUDIN, Ronald (2016), Kouchibouguac : Removal, Resistance, and Remembrance at a Canadian National Park, Toronto, UTP.

---- (2014), L’Acadie entre le souvenir et l’oubli : Un historien sur les chemins de la mémoire collective, Montréal, Boréal.

SAVARD, Stéphane (2008), « Pour “Une politique globale, précise, cohérente et définitive de développement” : Les leaders franco-ontariens et les encadrements politiques fédéraux, 1968-1984 », Politique et Sociétés, vol. 27, no 1, pp. 129-155.

THÉRIAULT, Joseph Yvon (2007), Faire société. Société civile/espaces francophones, Sudbury, Prise de parole.

---- (1994), « Entre la nation et l’ethnie. Sociologie, société et communautés minoritaires francophones », Sociologie et sociétés, vol. 26, no 1, pp. 15-32.

Haut de page

Notes

1 Cet article fait suite à notre communication lors du colloque de l’AFEC à Paris en juin 2017. Nous souhaitons remercier les organisateurs ainsi que les participants qui ont partagé leurs idées et leur encouragement pour améliorer le texte. Nous tenons également à remercier chaleureusement Marcel Martel et les évaluateurs anonymes de la revue pour leurs conseils.

2 Marcel Desjardins, « Sur un discours de M. Fernand Guindon », Le Carillon, 10 avril 1969, p. 11.

3 Jean-M. Filion, « Et ça recommence ! », Le Carillon, 30 septembre 1981, p. A5.

4 Jean-M. Filion, « Un pas dans la bonne direction », Le Carillon, 11 novembre 1981, p. A5.

5 André Paquette, « Notre politique éditoriale », Le Carillon, 23 mars 1977, p. 1.

6 André Paquette, « “Frères du Québec, ne lâchez pas le Canada!” Il faut voter NON le 20 mai », Le Carillon, 14 mai 1980, p. A5.

7 Denis Éthier (1928-2017) a été député libéral de Glengarry-Prescott-Russell au gouvernement fédéral de 1972 à 1984.

8 Jean-M. Filion, « Et ça recommence ! », Le Carillon, 30 septembre 1981, p. A5.

9 Il s’agit dans l’historiographie d’un événement majeur qui, selon l’interprétation orthodoxe, mettait en conflit les néonationaliste souverainistes du Québec avec les francophones à l’extérieur du Québec. Voir Laniel et Thériault (2016).

10 Les estimations sont rapportées dans les articles du Carillon.

11 La fête a bel et bien lieu et aurait été de grande envergure, mais Le Carillon n’offre aucune estimation de foule. Notre estimation est basée sur les fêtes ayant lieu dans les années précédentes sous des conditions météorologiques analogues.

12 Marcel Desjardins, « N’oubliez pas le 24 juin », Le Carillon, 16 juin 1960, p. 11.

13 [S.a.], « Fête mémorable de la St-Jean Baptiste à Hawkesbury », Le Carillon, 30 juin 1960, p. 4.

14 Marcel Desjardins, « Le réveil de la St-Jean Baptiste », Le Carillon, 7 juillet 1960.

15 Marcel Desjardins, « Où va la S.S.J.B. ? », Le Carillon, 8 juin 1971, p. 3.

16 « Symbole canadien-français », Le Carillon, 22 juin 1961, p. 1.

17 Michel Hotte, « Le site de la bataille du Long-Sault serait aménagé en sanctuaire historique », Le Carillon, 28 juin 1962, p. 1.

18 Antonin Lalonde, « Notre “parlure” », Le Carillon, 27 juin 1963, p. 3.

19 Ibid, « Le drapeau promis », Le Carillon, 18 juin 1964, p. 4.

20 Ibid, « Le patriotisme en baisse », Le Carillon, 8 juillet 1965, p. 4.

21 [Marcel Desjardins], « À la veille d’un 24 juin », Le Carillon, 21 juin 1973, p. 5.

22 « Trudeau fêtait son 10e anniversaire comme premier ministre », Le Carillon, 28 juin 1978, p. A3.

23 Charles Borroughs, « La Saint-Jean », Le Carillon, 20 juin 1984, p. A2.

24 « Une St-Jean détrempe. “Ici à Wendover, rien ne nous arrête », Le Carillon, 27 juin 1984, p. A1.

25 On note une intervention d’un citoyen pour la fête de 1990. « Il y aura une St-Jean », Le Carillon, 6 juin 1990, p. A13.

26 André Paquette, « Bonne Fête à nous autres », Le Carillon, 24 juin 1992, p. A5. (Beauchemin est souvent mal-cité. En effet, il aurait plutôt dit que les minorités francophones ressemblaient à « un cadavre encore chaud » plutôt qu’à plusieurs cadavres. L’expression lui est venue lors de sa comparution à la Commission Bélanger-Campeau sur l’avenir constitutionnel du Québec.)

27 Ivan Parisien, « Une foule évaluée à 10 000 personnes », Le Carillon, 29 juin 1994, p. 14.

28 François Legault, « La St-Jean-Baptiste. Fête des Canadiens français ou des Québécois ? », Le Carillon, 21 juin 1995, p. 10.

29 Ibid.

30 En 1973, le PQ obtient 30,22 % des voix. Il est élu en 1976 avec 41,37 % des votes.

31 Les estimations sont rapportées dans les articles du Carillon.

32 La fête annuelle d’Alexandria dans les comtés unis voisins a été exclue de l’analyse en raison du peu d’information à son sujet. Le Carillon est peu loquace quant aux foules présentes à la Fête du Canada. De nature familiale, toutefois, les événements sont souvent de taille modeste.

33 Antonin Lalonde, « Après 96 années de Confédération », Le Carillon, 4 juillet 1963, p. 3.

34 « O Canada, mon pays, mes amours », Le Carillon, 30 juin 1966, p. 4.

35 « Du 24 juin au 3 juillet : Semaine du Canada », Le Carillon, 13 juin 1974, p. C13.

36 Ces cahiers sont présents de 1978 à 1981, bien que l’iconographie, les articles et concours existent depuis 1976.

37 Jean Chrétien, « Message du ministre de la justice », Le Carillon, 30 juin 1982, p. 9.

38 Pierre Elliott Trudeau, « Message du premier ministre », Le Carillon, 30 juin 1982, p. 6.

39 Le Carillon, 31 mai 1978, p. B12.

40 Louise Langevin, « Canada un beau pays. Un pays libre », Le Carillon, 29 juin 1977, p. A17. Il s’agit du premier prix du concours.

41 « 112e anniversaire », Le Carillon, 23 juin 1979, p. 14.

42 Jean-M. Filion, « Soyons fiers de nous autres ! », Le Carillon, 30 juin 1982, p. A5.

43 Jean-M. Filion, « Notre fête à tout le monde », Le Carillon, 29 juin 1983, p. A5.

44 Ibid.

45 Robert Moncion, « Le Canada n’est pas qu’une constitution », Le Carillon, 1er juillet 1992, p. 4.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : page incitant les commerçants à acheter un espace publicitaire afin de contribuer à l’unité nationale en 1977
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/960/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Graphique 1 : comparaison des foules entre la fête du Canada et la Saint-Jean-Baptiste dans Prescott-Russell
URL http://journals.openedition.org/eccs/docannexe/image/960/img-2.png
Fichier image/png, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Miville, « À cheval entre deux fêtes : La Saint-Jean-Baptiste et la fête du Canada dans Le Carillon de Hawkesbury (1960-1995) »Études canadiennes / Canadian Studies, 83 | 2017, 73-105.

Référence électronique

Serge Miville, « À cheval entre deux fêtes : La Saint-Jean-Baptiste et la fête du Canada dans Le Carillon de Hawkesbury (1960-1995) »Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 83 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/eccs/960 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eccs.960

Haut de page

Auteur

Serge Miville

Serge Miville est professeur adjoint au département d’histoire de l’Université Laurentienne et titulaire de la Chaire de recherche en histoire de l’Ontario français à l’Université Laurentienne à Sudbury, en Ontario. Il est également chercheur associé au Groupe de recherche universitaire sur le nationalisme transfrontalier (GRUNT). Il s’intéresse à l’histoire intellectuelle, au nationalisme et à l’identité en milieu minoritaire, ainsi qu’à l’œuvre intellectuelle des historiens au Canada anglais et au Québec.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search