Navigation – Plan du site
2009

L’investiture du 44e président des Etats-Unis :
Le National Mall, le village global et le Green New Deal

Cynthia Ghorra-Gobin

Résumés

Ce texte sur les Etats-Unis est le dernier article d’une série de trois rédigés au fur et à mesure des événements à l’occasion de la 56e élection présidentielle qui a marqué l’avènement du 44e président, Barack Obama. Le premier article (juin 2008), « Un événement révélateur des mutations de la société américaine » soulignait l’originalité du sénateur candidat Obama à l’élection présidentielle de 2008 en raison de son parcours personnel face à son rival McCain. Le deuxième article (novembre 2008) « Le regard des Américains dans un contexte mondial incertain », mettait en évidence les valeurs symboliques véhiculées par le futur président Obama dans une société qui avait choisi de clore son histoire raciale. Ce troisième article s’appuyant principalement sur les images de la cérémonie d’investiture du 20 janvier 2009, le discours du président Obama et quelques commentaires des médias rend compte du sentiment de joie et de fierté d’un peuple en dépit d’une prise de conscience de la gravité d’une crise financière et économique (sans oublier les deux guerres en cours). Il illustre le choix du président en faveur d’une politique a priori en rupture avec celle de l’administration précédente en prenant l’exemple du changement climatique. Toutefois il s’interroge sur la pertinence de l’expression  « Green New Deal »  avancée par les médias en dehors de toute référence à la notion d’empreinte écologique et d’un regard réflexif sur l’American Way of Life.  

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . De nombreux Américains partageant le point de vue exprimé par Al Gore dans son essai La raison as (...)
  • 2 . Le National mall renvoie ici à la société américaine.

1La cérémonie de l’investiture du 44e président des Etats-Unis qui s’est déroulée face au National Mall peuplé ce jour là d’une foule estimée à deux millions de personnes, a été regardée par le village mondial au travers des écrans de télévision. Tout spectateur était ainsi en mesure de se rendre compte de la liesse et de la fierté du peuple américain alors que les médias évoquaient en permanence (avec justesse) le sentiment d’incertitude d’une société face à la dépression et aux sérieuses difficultés qui l’attendent1. Ce paradoxe entre l’allégresse et l’inquiétude n’est en fait qu’apparent parce que les Américains partagent le sentiment d’être à nouveau unis autour de leur président auquel ils font confiance en raison de ses capacités personnelles et de son respect des institutions(A). Que retenir de la cérémonie du National Mall2? Quelles furent les premières réactions du village global (rassemblé autour des écrans de télévision)(B) ? Comment interpréter à partir d’un regard européen les premières mesures du président concernant le changement climatique et la relance économique? Peut-on parler d’un Green New Deal ?

Le National Mall et le Village global au moment du discours

  • 3 . Voir Le Monde 2, n°257, (17 au 23 janvier 2009), « Ils ont ouvert la route à Obama ».
  • 4 . La fondation SCOPE (œuvrant en faveur de l’art contemporain à l’échelle mondiale et dont le siège (...)

2Le National mall de la ville de Washington correspond à l’esplanade monumentale qui s’étend de la rive du Potomac à la colline du Capitole. Cette promenade ponctuée par l’Obélisque et rassemblant différents mémoriaux dont celui d’Abraham Lincoln, est un haut-lieu de rassemblements politiques. C’est ici que Martin Luther King s’est adressé en 1963 au peuple pour leur faire part de son « rêve américain »3. De nombreux Américains ont fait le rapprochement entre les deux images (1963 et 2009) qui permet de retracer un parcours historique, un peu comme la peinture murale d’un artiste de Los Angeles, « Superhero ». Cette œuvre met en scène le président et le drapeau national et inclut trois phrases régulièrement reprises par les médias à la suite de l’Exposition d’Art contemporain à Miami (décembre 2008) : « Rosa Parks sat, so Martin Luther King could walk, Martin Luther King walked so that Barack Obama could run, Obama ran, so we could fly »4. Quant au président, il n’a fait qu’une rapide allusion à la dimension raciale de l’histoire américaine lors de son discours et a par contre choisi d’insister à plusieurs reprises sur les « sacrifices consentis » du peuple américain, sa capacité à « poursuivre son chemin… ce chemin escarpé vers la prospérité et la liberté » tout en évoquant les « dangers communs » et les « épreuves » et en faisant bien entendu référence aux « Pères fondateurs ».   

  • 5 . Le discours du président se retrouve sur de nombreux sites. Consulter Le Monde (page 18, jeudi 22 (...)
  • 6 . Cette forte mobilisation dans le cadre d’un référendum à l’initiative des électeurs (Proposition  (...)

3Le discours d’investiture du mardi 20 janvier 2009, a été prononcé par le président qui ne s’est appuyé sur aucun document écrit5. Obama a certes proclamé la grandeur de la nation américaine mais il n’a cessé de préciser combien elle résultait d’un laborieux effort mené par plusieurs générations d’Américains qui ont fait preuve d’engagement pour combattre et préserver leurs idéaux. Il a levé toute forme d’ambiguïté qui planait dans les esprits, suite à son invitation auprès de Rick Warren, - le pasteur évangéliste de la mega-church de la Californie du sud (Saddleback Church) ayant été à l’origine d’une forte mobilisation en Californie pour abolir le mariage homosexuel -6 pour prononcer un discours à l’occasion de l’investiture. Comment Obama allait-il se positionner par rapport aux évangélistes en général et aux évangélistes fondamentaux en particulier ? Il a clairement dit : « Nous allons rendre à la science la place qui lui revient, et nous servir des merveilles de la technologie pour améliorer la qualité de nos soins et abaisser leurs coûts ». Cette phrase a priori banale a apaisé de nombreux Américains qui ont alors interprété l’invitation faite au pasteur Warren, comme un signe visant à reconnaître la diversité du peuple américain, comme l’indique le discours : « …nous sommes une nation de chrétiens et de musulmans, de juifs, d’hindous et d’athées ».

  • 7 . Chiffre donné par la princesse Rania de Jordanie dans un article du Courrier International, Janvi (...)
  • 8 . Lyonel Trouillot, « L’élection d’un président noir aux Etats-Unis ne signifie pas la fin de l’inj (...)
  • 9 . Cet entretien télévisé s’est déroulé le 27 janvier 2009.
  • 10 . Dans un entretien accordé par Alain Musset (EHESS), ce dernier a souligné combien les dirigeants (...)
  • 11 . L’ancien ministre des Affaires étrangères a commenté l’événement du 20 janvier sur la Chaîne 2, c (...)

4Plus difficile de rendre compte des points de vue émanant du « village global » Qui ce mardi 20 janvier 2009 était bien au rendez-vous (derrière les écrans de télévision et/ou écrans de portables) mais il n’est pas certain que la réception de ce discours ait été identique pour tous. La majorité des pays européens a été enthousiasmée par le discours du président, les Chinois ont eu accès à une traduction censurée du discours et les habitants des pays du Moyen-Orient - qui comptent environ 60 millions d’illettrés7 ayant peu conscience de la portée de cet événement pour le peuple américain, étaient plutôt sceptiques sur les capacités d’un nouveau président (quelles que soient ses qualités) à modifier le cours des relations internationales, un peu à l’image des propos tenus par le professeur haïtien, Lyonel Trouillot8. Quant à leurs dirigeants, ils ont été surpris de recevoir un appel téléphonique de Washington le mercredi 21 janvier leur signalant ainsi l’intérêt du nouveau locataire de la Maison-Blanche pour cette partie du monde. Mais peu d’entre eux ont suivi le premier entretien télévisé du président Obama (après son investiture) à la chaîne Al Arabiya9. Les Mexicains tout comme les habitants des pays d’Amérique latine étaient soucieux de connaître les détails du plan de relance de l’économie, notamment dans le secteur de la construction10. L’Europe, comme l’a fait remarquer le ministre Hubert Védrine, n’a pas été mentionnée dans le discours du président mais peut-être revient-il aux dirigeants européens de faire des propositions concrètes pour assurer l’ordre mondial11.

  • 12 . Ce point de vue a été partagé par les économistes ayant contribué au Dictionnaire des mondialisat (...)
  • 13 . Cette remarque a été suggérée par les propos tenus par le président Clinton lors de la Journée mo (...)

5Difficile d’imaginer le positionnement des Etats-Unis sur la scène mondiale en dehors d’une attention particulière à l’égard du couple Chine/Etats-Unis qui pour de nombreux économistes (s’appuyant sur des indicateurs comme l’énergie, les échanges commerciaux et les flux financiers) représente le cœur de la dynamique de la globalisation de l’économie de la décennie 200012. Le président Obama a téléphoné à son homologue chinois Hu Jinto le lendemain de l’investiture, mais nul ne connaît les modalités d’une solution visant à revoir les déséquilibres financiers structurels (surconsommation américaine/épargne chinoise). Quant aux pays pauvres, ils espèrent que le « droit à l’autosuffisance alimentaire » sera reconnu et qu’ils n’auront plus à subir des injonctions virulentes en faveur d’une ouverture des frontières en dehors de toute considération pour les populations13.

Le changement climatique : entre symbole d’une rupture avec l’administration précédente et
vecteur d’une réflexion stratégique ?
14 

  • 14 . Compte tenu de la difficulté d’analyser et de discuter des multiples défis – comme le chômage qui (...)
  • 15 . Suite à l’annonce du programme pour la production d’énergie renouvelable, les actions de First So (...)
  • 16 . Les Américains consomment environ un quart de la production mondiale de pétrole mais n’en produis (...)
  • 17 . Cette requête avait été signée par 13 autres Etats prenant la Californie comme un modèle. A l’ann (...)

6Les nominations des membres au gouvernement sont conformes au programme de la campagne et dans son discours d’investiture, le président a mentionné l’environnement, le changement climatique et l’énergie : « nous allons exploiter l’énergie du soleil, du vent et du sol pour faire marcher nos voitures et nos usines »… et plus loin « nous ne pouvons pas consommer sans réfléchir aux ressources du monde. Car le monde a changé et nous devons changer avec lui »15. Il a annoncé un objectif de réduction de 35 % de la consommation de pétrole et la production de 20 % de l’électricité en 2012 par les énergies renouvelables16. Il a nommé Steven Chu (prix Nobel de physique) secrétaire à l’énergie, Lisa Jackson (une environnementaliste réputée) à la tête de l’EPA (environmental protection agency) et Carol Browner (ayant dirigé EPA sous l’administration Clinton), conseillère pour la lutte contre le changement climatique et coordinatrice de la politique énergétique. Au cours de la journée du 26 janvier, le président a signé, devant les caméras, un mémorandum demandant à EPA de reconsidérer le refus qu’elle avait opposé, du temps de l’administration Bush, à une requête de la Californie souhaitant fixer des critères plus stricts sur les gaz à effet de serre (GES) émis par les voitures et leur consommation d’essence17.

7Le changement climatique ainsi que la volonté de lier l’avenir de l’économie américaine – ou encore sa relance – à la thématique de l’énergie, représentent sans aucun doute une rupture avec l’administration Bush, comme l’affirme l’ONG Natural Resources Defense Council (NRDC). Désormais l’action internationale sur la question du réchauffement climatique sera menée par Mme Hillary Clinton qui a aussitôt annoncé la nomination de l’avocat expert des questions environnementales, Todd Stern (le représentant de Bill Clinton aux négociations sur le protocole de Kyoto). A l’image de la fermeture de la prison de Guantanamo d’ici la fin de l’année, le changement climatique et l’énergie se présentent comme les deux principaux sujets signalant d’une part la rupture et d’autre part les fondements d’une relance économique. Le président Obama avant son entrée à Washington avait annoncé qu’il allait prendre des mesures pour rétablir la confiance chez les investisseurs et pour faire face au chômage au travers d’un plan de relance. Aussi de nombreux Américains soucieux de l’intensité de la crise avaient commencé à l’associer à l’image du président Roosevelt, le père du New Deal. Ce qui a permis aux médias d’intituler le plan de relance du président Obama le le « Green New Deal » . Mais que suggère au juste cette expression médiative ?

Un Green New Deal soucieux de l’American Way of Life  

8Bien qu’il soit encore prématuré de discuter d’un programme de type Green New Deal et de s’exprimer sur sa pertinence pour relancer l’économie et faire face au changement climatique (ce qui exigerait plus de recul tout en disposant de données chiffrées pour argumenter les points de vue) il est légitime de s’interroger sur le degré de convergence entre les mesures prises en faveur de l’énergie afin d’intégrer le changement climatique et le choix d’un statu quo concernant les modes de consommation. Certains environnementalistes américains et européens se montrent perplexe sur cette assimilation simple faite entre changement climatique et solution énergétique alors que par ailleurs ils s’interrogent sur la phrase du président Obama confirmant la légitimité de l’American Way of Life : « Nous n’allons pas nous excuser pour notre façon de vivre ni hésiter à la défendre ». Envisager une relance de l’économie en faisant le choix de promouvoir la recherche en vue de mettre au point de nouveaux outils technologiques et ainsi éviter le recours aux énergies fossiles s’avère certainement judicieux. Mais à l’heure où des travaux scientifiques suggèrent d’adopter un regard réflexif sur les modes de vie en raison de leur empreinte écologique, le président Obama saura-t-il dépasser les contradictions entre l’impératif d’une prise en compte du changement climatique et les exigences de l’American Way of Life ?

Haut de page

Notes

1 . De nombreux Américains partageant le point de vue exprimé par Al Gore dans son essai La raison assiégée, 2008, étaient heureux du départ de l’administration Bush.

(A) Pour mieux saisir la notion d’unité, consulter le deuxième article mettant en évidence la participation des électeurs américains ainsi que le poids des différents groupes ethniques et raciaux. .

2 . Le National mall renvoie ici à la société américaine.

(B) L’expression « village global » renvoie à l’expression de McLuhan qui dans son ouvrage-phare de 1960 avait mis l’accent sur la puissance de diffusion des images de  la télévision avant l’avènement de l’espace virtuel (Internet),  consulter les entrées  village global  et virtuel dans le  Dictionnaire des Mondialisations, Colin 2006.

3 . Voir Le Monde 2, n°257, (17 au 23 janvier 2009), « Ils ont ouvert la route à Obama ».

4 . La fondation SCOPE (œuvrant en faveur de l’art contemporain à l’échelle mondiale et dont le siège social est à New York) organise tous les ans des expositions dans plusieurs grandes villes où elle met en scène des artistes peu connus. En 2008, elle a organisé une exposition à Londres, puis à Miami (3-7 décembre) et en 2009, elle en organise une à New York puis à Bâle. Mr. Brainwash (le nom de l’artiste de Los Angeles) est qualifié de « street artist » par la fondation.  

5 . Le discours du président se retrouve sur de nombreux sites. Consulter Le Monde (page 18, jeudi 22 janvier 2009).  

6 . Cette forte mobilisation dans le cadre d’un référendum à l’initiative des électeurs (Proposition 8) s’est soldée par un vote majoritaire en faveur de l’interdiction de tout mariage homosexuel en Californie en novembre 2008.

7 . Chiffre donné par la princesse Rania de Jordanie dans un article du Courrier International, Janvier 2009.

8 . Lyonel Trouillot, « L’élection d’un président noir aux Etats-Unis ne signifie pas la fin de l’injustice et du racisme dans le monde », Le Monde, mi-février 2009.

9 . Cet entretien télévisé s’est déroulé le 27 janvier 2009.

10 . Dans un entretien accordé par Alain Musset (EHESS), ce dernier a souligné combien les dirigeants mexicains et ceux d’Amérique Centrale sont inquiets de constater la baisse des montants des remises envoyés par les immigrés Latinos à leurs pays.

11 . L’ancien ministre des Affaires étrangères a commenté l’événement du 20 janvier sur la Chaîne 2, ce qui lui a permis de faire part aux téléspectateurs sa prédilection en faveur du multilatéralisme.

12 . Ce point de vue a été partagé par les économistes ayant contribué au Dictionnaire des mondialisatins (2006).  L’économie chinoise se situe au 3e rang mondial, après les Etats-Unis et le Japon et les exportations chinoises en direction des uSA représentent 162,9 millions de dollars (pour un total de 762).

13 . Cette remarque a été suggérée par les propos tenus par le président Clinton lors de la Journée mondiale de l’alimentation célébrée par les Nations unies dans un contexte de « crise alimentaire ».

14 . Compte tenu de la difficulté d’analyser et de discuter des multiples défis – comme le chômage qui a atteint 7,2 % à la fin de l’année 2008 – auxquels fait face la société américaine, le choix s’est porté principalement sur le changement climatique et l’énergie, pour illustrer la rupture avec le précédent gouvernement.  

15 . Suite à l’annonce du programme pour la production d’énergie renouvelable, les actions de First Solarr (fournisseur de panneaux solaires) et de LDKSolar (fabricant de cellules solaires) ont fait un bond de 15 %.

16 . Les Américains consomment environ un quart de la production mondiale de pétrole mais n’en produisent que 3 %. Le programme prévoit une réduction de 35 % de la consommation de pétrole et la production de 20 % de l’électricité en 2012 par les énergies renouvelables.

17 . Cette requête avait été signée par 13 autres Etats prenant la Californie comme un modèle. A l’annonce de la décision d’Obama, le gouverneur Schwarzenegger (républicain) a aussitôt déclaré à la presse « nous avons un allié à Washington ».  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « L’investiture du 44e président des Etats-Unis :
Le National Mall, le village global et le Green New Deal », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 20 février 2009, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/10902 ; DOI : 10.4000/echogeo.10902

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

Cynthia Ghorra-Gobin est géographe et américaniste. Elle a un doctorat d’Etat en géographie (Université de Paris 1) et un Ph.D. d’urbanisme (UCLA). Elle est affiliée au CNRS où elle est directeur de recherche et est professeur à l’Université de Paris IV et à l’Institut d’Etudes Politiques (Paris). Ses travaux de recherches abordent les questions urbaines, sociales ethniques et culturelles à partir d’un travail de terrain mené aux Etats-Unis. Depuis une dizaine d’années, ils sont centrés sur la thématique de la métropolisation, révélateur de l’articulation entre le global et le local. Parmi ses récentes publications, Les Etats-Unis entre local et mondial (Presses de Sciences Po, 2000) et la direction du Dictionnaire des mondialisations (Colin, 2006).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals