Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels closActivisme, participation, contest...

Activisme, participation, contestation : la place des habitants dans les processus de patrimonialisation en périphéries urbaines/ Activism, participation, protest: the residents’ role in the heritagization of urban peripheries

Date limite de soumission des articles/Deadline for submission of articles: 15/12/2014
Prolongation jusqu’au 15/02/15

Métropolisation, désindustrialisation, étalement, rénovation, gentrification, paupérisation, mise en tourisme, l’ensemble de ces processus contemporains caractérisent les territoires périphériques des villes et interagissent avec les processus de patrimonialisation, à la fois comme facteurs et comme effets, faisant de la « fabrique patrimoniale » l’une des dimensions importantes du changement urbain contemporain. L’objectif de cet appel est de s’intéresser plus spécifiquement à la place des habitants dans les processus de patrimonialisation touchant ces espaces en recomposition dans un contexte marqué par les injonctions à la « participation habitante » que ce soit dans le cadre des politiques urbaines (promotion de la « ville durable », « nouvel urbanisme »…) ou patrimoniales contemporaines, comme le suggère la plupart des nouveaux cadres normatifs internationaux (Déclarations et Conventions de l’Unesco, du Conseil de l’Europe…).

Cet appel souhaite ainsi contribuer aux débats actuels sur la participation des habitants (catégorie qu’il conviendra de définir) et leur pouvoir d’agir, en actes (notions de maîtrise d’usage, d’empowerment, de capabilités…), et sur les modalités renouvelées de gestion collective des espaces urbains (quels « biens communs » ?).

Analyser les processus de patrimonialisation sous l’angle de la « participation habitante » n’est pas qu’un effet de nouvelles préoccupations institutionnelles ou académiques. Cet angle d’attaque se justifie aussi par un questionnement sur le rôle des habitants dans les périphéries urbaines, situées en dehors des quartiers historiques aujourd’hui « muséifiés » des centres-villes. Si les mobilisations habitantes contribuent fortement à l’émergence des « consciences patrimoniales » dans les quartiers centraux, elles sont souvent relayées par la suite par des formes d’appropriation et de valorisation de la part de nouvelles catégories d’acteurs (institutions patrimoniales protectrices, acteurs publics, acteurs touristiques…). Or, ces dernières sont parfois moins enclines à investir aussi fortement les périphéries urbaines (banlieues, suburbs…). On peut alors se demander quelle place est laissée aux initiatives habitantes dans des espaces urbains en renouvellement (exurbanisation des activités, déclin industriel, étalement urbain…), caractérisés par de forts enjeux d’aménagement et d’intenses recompositions socio-spatiales (migrations, gentrification, mobilité, « fragmentation »…). En quoi les habitants contribuent-ils (plus ou moins activement) à la patrimonialisation en périphéries urbaines, selon quelles modalités (mobilisations spontanées, militantisme, appel à l’art…) et pour « inventer » quels patrimoines ?

Nous proposons d’inscrire les contributions dans 4 axes structurant le dossier qui inclura des cas d’études en et hors de France.

Modalités et enjeux des mobilisations habitantes en faveur des patrimoines

Les articles s’intéresseront aux enjeux des mobilisations habitantes en faveur de la préservation des espaces urbains, et aux modalités d’actions liées à la patrimonialisation, entre activisme, participation et résistance. Plusieurs questions pourront ainsi être abordées : qui se mobilise aujourd’hui dans les périphéries urbaines ? Les mobilisations sont-elles spontanées, encouragées ou encadrées ? Les articles questionneront le rôle des dynamiques socio-spatiales des périphéries urbaines dans les mobilisations contemporaines et leurs modalités renouvelées. Que nous apprennent ces mobilisations sur les manières d’habiter la ville, en termes de représentations, de valeurs mais aussi de perceptions de l’espace urbain ? Comment s’articule la question de la mobilisation patrimoniale aux logiques de distinction, d’identification et d’appropriation qui définissent les façons d’habiter la banlieue, de définir sa « place » dans la ville ?

Actions et réactions des institutions patrimoniales

Les articles porteront sur les modalités d’actions et de réactions des institutions patrimoniales (collectivités territoriales, musées, structures culturelles…) face à l’action/inaction des habitants. Que désigne exactement la notion d’ « habitant », si souvent mobilisée dans les discours d’acteurs institutionnels (catégorie de « public », diversité, communautés….) ? La « participation habitante » désormais prônée au sein des institutions, dans les processus de sélection, de valorisation voire de redéfinition patrimoniale fait-elle consensus auprès des acteurs institutionnels alors qu’elle semble être une norme mondialisée ? Assiste-t-on à l’élaboration de nouveaux partenariats entre les institutions et les populations ? Peut-on parler de « co-production » patrimoniale en actes, au-delà des discours d’intention ?

Conflits et concurrences autour de la patrimonialisation

Les articles aborderont la question des usages conflictuels de l’espace urbain et des conflits liés à la patrimonialisation. En quoi les échelles et conceptions renouvelées de l’aménagement urbain (recompositions administratives, rénovation urbaine, durabilité…), les modalités contemporaines de l’habiter en périphérie (mobilités, nouvelles aspirations résidentielles, relégation, exclusion, éclatement des espaces de vie…) conduisent-elles à des appropriations conflictuelles de l’espace urbain où le patrimoine peut être un enjeu ? Face au poids grandissant de certains acteurs (promoteurs, grands groupes industriels s’implantant dans les zones franches ou les espaces longtemps délaissés…) certaines catégories habitantes n’apparaissent-elles pas démunies dans l’accès, la production ou la défense de « leur » patrimoine ? Quels sont les catégories marginalisées ou exclues de la « fabrique » patrimoniale contemporaine face à l’action dominante de certaines catégories d’acteurs imposant leur vision légitime du devenir urbain ?

« Alterpatrimonialisations » : vers une redéfinition des catégories patrimoniales et des pratiques urbaines

Les articles s’intéresseront également aux catégorisations communément utilisées pour définir le patrimoine en banlieue (« populaire », « ouvrier », « banal », « quotidien »…). Que nous disent-elles des représentations collectives de la périphérie urbaine, et particulièrement de la banlieue ? En quoi penser le patrimoine « pour » et « par » les habitants complexifie-t-il la notion même de patrimoine « urbain » (patrimoine matériel, immatériel, mémoriel...) ? Comment analyser la diversité des pratiques urbaines émergentes associées aux processus de patrimonialisation nées des mobilisations habitantes (balades urbaines, performances artistiques, nouvelles sociabilités « de quartier », etc…) ? Entrainent-elles de nouvelles manières d’habiter et de penser la ville ?

Les articles, rédigés en français ou en anglais, comporteront environ 30 000 signes (plus les illustrations). Ils devront être envoyés avant le 15 décembre 2014 à Anne Hertzog (anne.hertzog@u-cergy.fr) avec copie à Béatrice Vélard (bvelard@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le n°33 d’EchoGéo (juin-sept 2015).

Coordination du dossier : Anne Hertzog, Maître de conférences en Géographie à l’Université de Cergy Pontoise et membre du laboratoire MRTE ; Elizabeth Auclair, Maître de conférences en Aménagement à l’Université de Cergy-Pontoise et membre du laboratoire MRTE.

*****************************************************************

Contemporary processes affecting urban peripheries such as metropolization, de-industrialization, sprawl, renewal, gentrification, impoverishment or touristization all interact with processes of heritagization, both as causes and effects, making the “construction of heritage” one of the key aspects of contemporary urban transformation. This call for proposals specifically aims to look into the part played by local residents in the heritagization processes that affect urban spaces, in the current context where “citizen participation” is valued by policies, both in urban planning (discourses promoting “sustainable cities”, “new urban planning”, etc…) and in heritage, as shown by recent international regulatory frameworks (cf. the declarations and conventions published by Unesco and the Council of Europe).

This issue will aim to contribute to current debates around the participation of residents (a term which will need to be defined), their agency (via notions such as “maîtrise d’usage”, empowerment or capabilities…) and their ability to shape new models for the collective management of urban spaces (what do we mean by “common spaces?).

Analyzing processes of heritagization under the angle of “community participation” is not just a product of recent institutional or academic thinking. This approach can also be justified by an interest in the part played by the residents of urban peripheries, beyond “museumized” historic city centers. Resident engagement has had a strong effect on the emergence of “heritage awareness” in central areas. This engagement was then amplified by new categories of stakeholders (heritage conservation bodies, public stakeholders, the tourism sector) to form models of appropriation and validation. However, such bodies are usually less prone to invest in urban peripheries (suburbs, banlieues…). What space is there left for resident initiatives in urban renewal areas (exurbanisation of activities, industrial decline, urban sprawl...), affected by planning issues and intense socio-spatial reconfiguration processes (migrations, gentrification, mobility, “fragmentation”…)? Can the residents of urban peripheries contribute more or less actively to the heritagization process, and according to which models (spontaneous action, activism, art interventions…)? What heritage is “invented” in the process?

Contributions to this issue, which may include case studies on France and other countries, will be organized along four main structuring lines:

Resident engagement with heritage: modalities and issues

The contributions will look into the issues attached to residents’ engagement with the conservation of urban spaces, and into models of action associated with heritagization, from activism to participation and resistance. Various questions may arise: who are the people who get involved in urban peripheries? Is their engagement spontaneous, encouraged or organized? The papers may look at the role played by socio-spatial dynamics in today’s new models of engagement. What do these models tell us about living in a city in terms of representations and values, but also of the perception of urban space? How does the question of engagement with heritage impact on the logics of distinction, identification and appropriation that define people’s ways of inhabiting the suburbs and defining their “place” in the city?

Heritage bodies’ actions and reactions

The articles will look into the action and reaction models of heritage bodies (local authorities, museums, cultural institutions) in response to residents’ action or inaction. What exactly does the word “resident” cover – a term often used in the discourses of institutional stakeholders (“audiences”, diversity, communities…)? While “resident participation” has become a key institutional requirement for the selection, validation and sometimes reinvention of heritage, is this globalized notion really met with a consensus across the board in those institutions?

Are we witnessing the emergence of new partnerships between institutions and populations? Can we really talk about an actual “co-production” of heritage beyond statements of intention?

Conflicts and competition around heritagization

Contributions may look into the issue of conflicting uses of urban space, and conflicts arising as a result of heritagization. Urban redevelopment has brought about new economies of scales, new conceptions (administrative recomposition, urban renewal, sustainability…) and new ways of inhabiting the peripheries (mobility, new residential aspirations, marginalization, exclusion, fragmentation of living spaces…): are those models leading to conflicting appropriations of urban spaces where heritage is concerned? Does the ever-growing leverage gained by some stakeholders (promoters, large industrial groups settling in tax-free zones or abandoned spaces…) not exclude other categories of residents from accessing, producing or defending “their” heritage? What categories are marginalized or excluded from the “construction of heritage”, under the pressure of other categories that are better placed to impose their own legitimate vision of the city’s future?

“Alter-heritage”: re-defining heritage categories and urban practices

Some contributions might also look into the categories commonly used to qualify peri-urban heritage (“popular”, “working-class”, “ordinary”, “everyday”…). What are those categories telling us about collective representations of urban peripheries, and in particular of the suburbs? How does the conception of heritage as being “for” and “by” local residents complexify the very notion of “urban” heritage (material, immaterial or remembered heritage)? How can we analyze the diversity of emerging urban practices associated with resident-led heritagization (urban walks, art performances, new “neighborhood-based” social practices, etc.)? Can those create new ways of inhabiting and understanding the city?

The papers, written in French or English, should be in the region of 30,000 characters (plus illustrations). They must be sent by the 15th December 2014 to Anne Hertzog (anne.hertzog@u-cergy.fr), copying in Béatrice Vélard, Editorial Secretary (bvelard@univ-paris1.fr), who will forward the papers to the reviewers. The articles will be published in issue 33 of EchoGéo (June-September 2015).

Co-ordination of this special issue: Anne Hertzog, Senior Lecturer in Geography at Université de Cergy Pontoise, member of the MRTE Research Laboratory; Elizabeth Auclair, Senior Lecturer in Planning at Université de Cergy-Pontoise, member of the MRTE Research Laboratory.

Bibliographie

Auclair E., Desponds D., Bergel P. et Bertucci M.-M. (dir.), 2014. Les habitants : acteurs de la rénovation urbaine ? Coll. Géographie sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes. 274 p.

Bacque M.-H., Biewener C., 2013. L’empowerment, une pratique émancipatrice. La Découverte.

Carrel M., 2013. Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. ENS Editions.

Douay N., Prevot M., 2012. Numéro spécial « Activismes urbains », L’information géographique, vol 76/2

Ecomusées du Val de Bièvre, 2011. Le patrimoine de banlieue existe-t-il ? Actes de la journée d’étude à l’écomusée du Val de Bièvre, 2 février 2010.

Gravari-Barbas M (dir), 2004. Habiter le patrimoine. PUR.

Groueff S., 2014. Militantisme patrimonial en banlieue. Urbanisme, 369, p. 39-41.

Hatzfeld H., 2014. La participation, une histoire ancienne. Urbanisme, 392, p. 32-35.

Veschambre V., 2008. Traces et mémoires urbaines. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition. PUR.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search