Navigation – Plan du site

Ho Chi Minh Ville, terrain de jeux métropolitain(s) / Ho Chi Minh City, a metropolitan playing field

REPORT DATE limite au 20 août 2019 / POSTPONED deadline: 20th August 2019.

Ce dossier thématique a pour ambition de rendre compte du récent renouvellement des travaux de recherche sur la plus grande métropole du Vietnam contemporain, Ho Chi Minh Ville (ancienne Saigon) et ses 10 millions d’habitants. Le sous-titre de l’appel « terrain de jeux métropolitain(s) » peut s’entendre de deux manières, faisant à la fois référence aux jeux d’acteurs renouvelés auxquels donne lieu le processus de métropolisation de Ho Chi Minh Ville et au retour en nombre des chercheurs sur le terrain vietnamien depuis la fin des années 1990, après des décennies marquées par la guerre et une relative fermeture du pays. Ho Chi Minh Ville permet ainsi de poser la question de la spécificité de la production métropolitaine, comme de la production scientifique, en contexte autoritaire.

La raison d’être de ce dossier thématique est triple.

Promouvoir des analyses situées du processus de métropolisation

À l’heure où la métropolisation s’affirme comme un processus global majeur, les travaux situés et ancrés dans la spécificité de chacun des terrains urbains – avec leur chronologie et leurs trajectoires propres – sont plus que jamais nécessaires pour en comprendre finement les inflexions et assemblages locaux (Roy et Ong, 2011). Ho Chi Minh Ville constitue un laboratoire d’analyse particulièrement fertile pour repenser les mécanismes et les effets de ce processus protéiforme dans le contexte politique contemporain d’un État autoritaire, doublement héritier de la colonisation (1858-1954) et d’une période d’économie planifiée socialiste (1975-1986), ayant ensuite pris le chemin de l’économie de marché mondialisée depuis les réformes du Renouveau (Đổi Mới), initiées en 1986. Ho Chi Minh Ville a par ailleurs précocement constitué un terrain de jeu privilégié pour les acteurs de la diaspora chinoise, dont les liens avec la ville n’ont eu de cesse de se recomposer depuis (Gibert, 2017). La succession et l’articulation de ces différents temps de l’ouverture de Saigon-Ho Chi Minh Ville font de cette ville un terrain de recherche stimulant, invitant à remettre en perspective les effets les plus récents de l’ouverture du pays aux flux de la mondialisation. D’un point de vue théorique, la spécificité du contexte politique autoritaire dans lequel s’inscrivent ces mutations vient ainsi nourrir la compréhension du processus de métropolisation en dehors de son contexte historique et politique d’émergence (Harms, 2016).

Repenser les cadres interprétatifs de la métropolisation à partir d’une métropole dite « du Sud »

  • 1 « Prendre en compte et décrypter les urbanismes d’Asie, en particulier les espaces émergents et les (...)

En plaçant Ho Chi Minh Ville au cœur de ce numéro thématique, l’appel s’inscrit dans le projet scientifique du « Southern Turn », invitant à renouveler les cadres interprétatifs de la métropolisation à partir de terrains longtemps restés à la marge de la production conceptuelle en études urbaines. Ville asiatique colonisée – et de ce fait encore souvent associée à certains clichés – Ho Chi Minh Ville, a longtemps été envisagée comme un simple terrain d’étude, et non comme un terrain de recherche disruptif, permettant de repenser les cadres interprétatifs de la métropolisation et de forger des outils conceptuels renouvelés. Or, Nihal Perera et Wing-Shing Tang rappellent que « seing and understanding [Asian] urbanisms, especially emerging spaces and transformative practices, are dramatically different exercises than collecting new data within existing intellectual and theoretical paradigm » (Perera et Tang, 2013, p. 4).1 Métropole émergente, post-coloniale, du Sud, mais aussi métropole vietnamienne, la position de carrefour dans laquelle se trouve Ho Chi Minh Ville aujourd’hui constitue un terreau fertile au renouvellement des cadres de pensée et de représentation de la métropolisation. En témoignent notamment les récents travaux de « cartographie critique » conduits localement par l’équipe d’Annette Kim, cherchant à proposer des modes de représentations cartographiques de la métropole plus inclusifs, prenant en compte les parcours sans cesse recomposés des vendeurs ambulants, revalorisant ainsi leur place centrale dans l’économie et l’identité métropolitaines (Kim, 2015).

Rendre compte d’une production scientifique renouvelée

La guerre et les contraintes géopolitiques ont compliqué l’accès au terrain vietnamien jusque dans les années 1990, expliquant alors la faible représentation de Ho Chi Minh Ville dans le champ émergent des études métropolitaines. Cette époque est à présent révolue et les travaux de terrain de longue durée s’y sont récemment multipliés, ce numéro thématique entend en rendre compte. Ces travaux sont largement le fait de jeunes chercheurs, internationaux comme Vietnamiens, expérimentant les exigences d’un terrain à la fois très changeant, mais aussi fortement contraint par l’encadrement d’un régime autoritaire. Ces éléments de contexte appellent à un retour réflexif sur la pratique de ce terrain métropolitain post-colonial et invitent à valoriser dans ce numéro des travaux produits en différentes langues et par des chercheurs aux trajectoires de formation variées. Le titre du numéro est également une invitation à réfléchir sur les conditions de production de la recherche sur le terrain métropolitain de Ho Chi Minh Ville.

Liste non exhaustive de thématiques sur lesquelles les auteurs sont invités à réfléchir

Quelles règles du “jeu métropolitain” à Ho Chi Minh Ville ? ou l’attention portée aux acteurs

Le numéro invite à produire une réflexion sur le renouvellement du jeu d’acteurs de la métropolisation à Ho Chi Minh Ville et sur ses formes de gouvernance, entre importance des acteurs étatiques et de leurs relais locaux - dans le cadre du fonctionnement pyramidal du « socialisme démocratique » qui caractérise le régime vietnamien (Huynh, 2015 ; Quertamp, 2017) - et arrivée massive d’investisseurs privés, vietnamiens comme étrangers et membres de la communauté des Vietnamiens d’outre-mer (dont le plus emblématique est Pham Nhât Vuong, première fortune du pays et président du grand groupe immobilier Vingroup). À partir de cas d’études précis, les auteurs sont invités à décrypter ce jeu d’acteurs dans sa complexité afin de mieux comprendre les mécanismes de production métropolitaine dans le double contexte d’un régime autoritaire et d’une économie post-coloniale émergente.

Les formes de la métropolisation : des méga-projets aux figures discrètes

Les mutations métropolitaines de Ho Chi Minh Ville sont souvent radicales et spectaculaires – au sens même de « mises en spectacle » – mais elles prennent aussi des formes plus ténues et discrètes, demandant également à être explorées, car elles témoignent de la profondeur du processus (Gibert, 2018). L’un des enjeux de ce numéro thématique est de placer les produits de l’urbanisme de projet et les quartiers anciens et plus ordinaires dans un même champ d’analyse, sans les opposer systématiquement, afin d’évaluer les effets de la métropolisation dans la profondeur et la complexité du tissu urbain. Dans les nouveaux quartiers de tours comme dans les quartiers anciens de ruelles, les mutations métropolitaines s’accompagnent de processus de spéculation foncière féroces, que ce numéro thématique se propose aussi d’explorer à partir de cas d’études situés.

Du quartier à la région métropolitaine : les échelles de la production métropolitaine

Plus que jamais, comprendre la complexité des formes de métropolisation de Ho Chi Minh Ville demande d’articuler différentes échelles d’analyse : des formes d’habitat aux quartiers – qu’ils soient anciens (Gibert, 2018 ; Peyvel et Gibert, 2018) ou dans des zones nouvellement urbanisées (Harms, 2016) –, à la grande région métropolitaine qui se dessine actuellement à l’interface avec les provinces voisines. Ce numéro sera ainsi l’occasion de mettre en regard, et d’articuler, des travaux de recherche documentant différentes échelles métropolitaines.

Les enjeux sociaux et environnementaux d’une métropole laboratoire du réchauffement climatique

Vitrine du décollage économique du pays, Ho Chi Minh Ville n’en demeure pas moins marquée par des inégalités socio-spatiales grandissantes et par des situations de conflictualité, notamment sur ses marges, où s’engage une concurrence foncière exacerbée avec les terres agricoles. La diversité et l’acuité des enjeux associés à la croissance métropolitaine – questions sociales et environnementales en particulier, mais aussi circulatoires dans une métropole de plus en plus congestionnée – appellent également à présenter des cas d’études situés et ancrés dans la complexité locale des différents districts. Ho Chi Minh Ville est en particulier devenue une métropole laboratoire des effets du réchauffement climatique (Katzschner et al., 2016), autre aspect que les articles sont invités à explorer.

Les articles, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 30 000 signes (plus les illustrations). Ils devront être envoyés avant le 20 août 2019 à Marie Gibert-Flutre (marie.gibert@univ-paris-diderot.fr) et Clément Musil (musil.clement@gmail.com) coordonnateurs du dossier, avec copie à Karine Delaunay (karine.delaunay@ird.fr ), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le n° 52 d’EchoGéo (avril-juin 2020). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).

Coordination du dossier : Marie Gibert-Flutre est maître de conférences en géographie à l’Université Paris Diderot et membre de l’UMR CESSMA.
Clément Musil est chercheur associé à l’Ecole nationale d’architecture de Paris-Belleville et membre de l’UMR AUsser.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

This issue will document the recent resurge of research projects on contemporary Vietnam’s largest metropolis, Ho Chi Minh City (formerly known as Saigon) and its 10 million inhabitants. Our subtitle, “metropolitan playing field(s)”, can be understood in two ways: as a reference to the new interactions between diverse players provoked by the metropolization of Ho Chi Minh City; but also as an allusion to the late 90s’ boom in researchers’ interest in Vietnam, after decades of war and relative lockdown. Ho Chi Minh City offers an opportunity to question the specificities of metropolitan production – as well as that of academic production – in an authoritarian context.

The three key aims of this issue are outlined below.

Promoting location-specific analyses of metropolization

As metropolization is on the rise as a major global phenomenon, location-specific research projects with a strong rooting in urban fields – with their own timescales and evolutions – are more than ever needed to develop a detailed understanding of each site’s developments and local composites (Roy and Ong, 2011). Ho Chi Minh City provides a particularly fertile laboratory to re-examine this multifaceted process’ mechanisms and effects, in the contemporary political context of an authoritarian state that bears the dual legacies of colonialism (1858-1954) and of a socialist planned economy (1975-1986), which was replaced by a globalized market economy after 1986’s “Renovation” reforms (Đổi Mới). From early on, Ho Chi Minh City also provided a privileged setting for the Chinese diaspora, whose ties to the city have been constantly evolving (Gibert, 2017). These various phases in the opening of Saigon/Ho Chi Minh City and their transitions provide a stimulating object of research, which offers a contrasting perspective on the recent effects of the country’s opening to globalization. From a theoretical point of view, the specificities of the authoritarian regime that forms the backdrop to these transformations can provide a better understanding of metropolization outside of its original historical and political context (Harms, 2016).

Reconsidering the interpretative frameworks for metropolization through the case of a “Southern” metropolis

By placing the focus on Ho Chi Minh City, this call for proposals embraces the scientific concept of a “Southern Turn”. Working from a field that has long remained at the margins of urban studies, this issue calls for a re-examination of the interpretative frameworks applied to metropolization. As an Asian colonial city – and as such, often associated with a number of clichés – Ho Chi Minh City has long been considered a plain study field rather than a disruptive research field with the potential to reassess the interpretative frameworks applied to metropolization, and generate new conceptual tools. However, Nihal Perera and Wing-Shing Tang noted that « seing and understanding [Asian] urbanisms, especially emerging spaces and transformative practices, are dramatically different exercises than collecting new data within existing intellectual and theoretical paradigm » (Perera and Tang, 2013, p. 4). A post-colonial, emerging Southern metropolis, but also as a Vietnamese metropolis, Ho Chi Minh City’s location as a hub provides a fertile ground for the renewal of the frameworks that preside over the understanding and representation of metropolization. For example, with their “critical cartography”, Annette Kim and her team attempted to develop more inclusive models for mapping the metropolis, for instance by documenting the perpetually changing trajectories of street peddlers, thus reaffirming their central role in metropolitan economy and identity (Kim, 2015).

Showcasing a new generation of research

Until the 1990s, access to Vietnam was challenging due to war and geopolitical constraints: Ho Chi Minh City remained under-studied in the emerging field of metropolitan studies. This period is now gone, and many long-term field studies have been developed in recent years: this special issue aims to provide a platform for such projects. This research is in most cases led by young researchers, both Vietnamese and international, who are experiencing the demands of a constantly shifting field, but are also subjected to strong constraints by the authoritarian regime. These elements of context call for a reflexion on the practice of this post-colonial metropolitan field. This issue will showcase papers in diverse languages by researchers from diverse disciplines. The issue’s title also invites its readers to reflect on the conditions of production of research on the metropolitan field of Ho Chi Minh City.

The themes addressed may include, but are not limited to:

The rules of the “metropolitan game” in Ho Chi Minh City: placing the focus on stakeholders

Contributors are invited to investigate the new stakeholders and governance models associated with the metropolization of Ho Chi Minh City. This may include assessing the importance of state bodies along with their local intermediaries – within the pyramidal structure of “democratic socialism” that characterizes the Vietnamese regime (Huynh, 2015 ; Quertamp, 2017) – and the mass inflow of private investors from Vietnam and abroad, including members of overseas Vietnamese communities (the most iconic of whom is Pham Nhât Vuong, the richest man in the country and CEO of colossal real estate firm Vingroup). Contributors are invited to work from specific case studies, to decipher the interplay between stakeholders in all its complexity, to better understand the mechanics of metropolization, in the mixed context of an authoritarian regime and emerging post-colonial economy.

Forms of metropolization: from mega-projects to modest figures

Ho Chi Minh City’s metropolitan mutations are often radical and spectacular – in the sense that they can become a spectacle. But they can also assume more modest and subtle forms, which also deserve to be examined because they reflect the depth of this process (Gibert, 2018). One of this issue’s objectives is to embrace both the products of project-based urban planning and the older, more ordinary neighbourhoods within the same field of analysis, without systematically opposing these two forms, to assess the effects of metropolization on the urban fabric’s depth and complexity. In new tower block districts as in old neighbourhoods, metropolitan mutations go along with fierce land speculation, which could also be explored in this issue through location-based case studies.

From neighbourhood to metropolitan region: the scales of metropolization

More than ever, to understand the complex forms of metropolization in Ho Chi Minh City, one needs to draw connections between different scales of analysis: from homes to neighbourhoods – whether those are old (Gibert, 2018; Peyvel et Gibert, 2018) or built in a newly urbanized area (Harms, 2016) – and to the vast metropolitan area that is currently forming at the interface with neighbouring provinces. This issue will provide opportunities to compare and articulate research pieces documenting diverse metropolitan scales.

A laboratory for global warming: social and environmental questions

Although the city acts as a flagship for the country’s economic take-off, Ho Chi Minh City remains affected by growing socio-spatial inequality and by situations of conflict, in particular in its periphery where competition with farming land is intensifying. The diversity and intensity of issues associated with metropolitan growth – including social and environmental questions, as well as transportation issues in an increasingly congested metropolis – point to the need for location-specific case studies, with a precise grounding in the local complexity of the city’s different districts. In particular, Ho Chi Minh City has become a laboratory for the effects of global warming (Katzschner et al., 2016): we will welcome contributions investigating this aspect.

The papers, written in French, English or Spanish, should be in the region of 30,000 signs (plus illustrations). They must be sent by the 20th August 2019 to this issue’s coordinators, Marie Gibert-Flutre (marie.gibert@univ-paris-diderot.fr) and Clément Musil (musil.clement@gmail.com), with a copy to Karine Delaunay, editorial secretary (karine.delaunay@ird.fr), who will circulate them to the reviewers. The papers will be published in issue 52 of EchoGéo (April-June 2020). Please refer to the contributor guidelines for our text formatting, bibliography and illustration standards (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).

Coordination: Marie Gibert-Flutre is a lecturer in geography at Université Paris Diderot, and a member of the CESSMA team (UMR). Clément Musil a research fellow attached to the Ecole nationale d’architecture de Paris-Belleville, and a member of the AUsser team (UMR).

Bibliographie

Gibert M., 2018. « Rethinking Metropolitan Production from its Underside: A View from the Alleyways of Hồ Chí Minh City ». Environment and Planning A: Economy and Space, vol. 50, no 3, p. 589-607.

Gibert M., 2017. « Chợ Lớn, la trajectoire paradoxale d’un chinatown historique ». In Sanjuan T. (dir.), Les chinatowns. Trajectoires urbaines de l’identité chinoise à l’heure de la mondialisation. Paris, UMR Prodig, coll. « Grafigéo, p. 43-75.

Harms E., 2016. Luxury and Rubble, Civility and Dispossession in the New Saigon. Oakland, University of California Press, 287 p.

Huynh D., 2015. « The Misuse of Urban Planning in Ho Chi Minh City ». Habitat International, vol. 48, p. 11-19.

Katzschner A. et al. (dir.), 2016. Sustainable Ho Chi Minh City: Climate Policies for Emerging Mega Cities. Heidelberg, New York, Dordrecht, London, Springer, 281 p.

Kim A., 2015. Sidewalk City, Remapping Public Space in Ho Chi Minh City. Chicago, University of Chicago Press, 264 p.

Peyvel E., Gibert M., 2018. « La fabrique du quartier routard de Phạm Ngũ Lão (Hồ Chí MinhVille, Việt Nam) : rapports de pouvoir et inégalités dans la mondialisation touristique ». L’Espace géographique, vol. 47, no 2, p. 121-139.

Perera N., Tang W.-S., (dir.) 2012. Transforming Asian Cities: Intellectual Impasse, Asianizing Space, and Emerging Translocalities. London - New York, Routledge, 320 p.

Quertamp F., 2017. « Hô Chi Minh-Ville. Une planification centralisée à l’épreuve des grands projets ». In Peyronnie K., Goldblum C., Sisoulath B. (dir.), 2017. Transitions urbaines en Asie du Sud-Est. De la métropolisation émergente et de ses formes dérivées. Marseille, IRD Éditions, IRASEC, p. 81-108.

Roy A., Ong A., (dir.) 2011. Worlding cities: Asian Experiments and the Art of Being Global. Malden-Oxford-Chichester, Wiley-Blackwell, 352 p.

Haut de page

Notes

1 « Prendre en compte et décrypter les urbanismes d’Asie, en particulier les espaces émergents et les pratiques génératrices de mutations, sont des démarches tout à fait différentes de celles qui consistent à collecter de nouvelles données dans un cadre interprétatif théorique existant ».

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals