Navigation – Plan du site
Sur le Métier

Les outils SIG vus et vécus par les gestionnaires de crise à la Préfecture de Police de Paris

Fanny Di Tursi

Résumés

Les outils cartographiques sont assez présents dans les services de la Préfecture de Police. Les gestionnaires de crise et acteurs opérationnels s’en servent quotidiennement pour assurer leurs diverses missions de veille, d’anticipation, de commandement, etc. Travaillant sur des terrains similaires, ces acteurs sont souvent amenés à intervenir sur un même événement pour maintenir la sécurité sur le lieu, que cela soit pour gérer un événement quotidien ou lors d’une crise. Leurs outils SIG étant identiques, et/ou alors étant développés sur une même plateforme, on peut alors s’interroger sur la bonne interopérabilité des outils entre les services et l’harmonisation de leurs données. A travers ces interrogations, nous présenterons les métiers autour des outils SIG.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est réalisé dans le cadre d’une thèse sur la Gestion de crise terroriste en ville : les apports des méthodes géomatiques. Les questions que nous soulevons sur l’harmonisation des outils cartographiques entre les différents services de la Préfecture de Police, ainsi que nos interrogations sur les interactions entre ceux-ci sont à l’origine de notre projet de recherche. Il porte sur le rôle du SIG et de ses métiers dans la coordination des acteurs opérationnels de la gestion de crise, et dans les interactions entre agents opérationnels issus de différents corps de métier (militaires, gendarmes, policiers, pompiers, médecins, etc.), qui doivent travaillent dans des conditions de stress intense sur un même lieu donné.

2Cette réflexion fait suite à une année d’apprentissage au sein du Secrétariat Général de la Zone de Défense et de Sécurité (SGZDS), rattaché à la Préfecture de Police, dans le cadre d’un Master en géomatique. Cette immersion à travers une participation observante a été l’occasion de rencontrer à la fois les agents de ce service et ceux d’autres directions actives, comme la Direction de l’Ordre Public et de la Circulation (DOPC), ou encore des sapeurs-pompiers de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP). En observant les métiers de chacun, nous y avons retrouvé un élément clé bien que souvent relégué en arrière-plan : la cartographie. Ce texte, présentera ainsi différents usages de la cartographie et des outils géomatiques, dans les univers professionnels des policiers, des pompiers et des gestionnaires de crise.

Pourquoi harmoniser les outils cartographiques entre les services de la Préfecture de Police ?

3Dans le cadre de la gestion de crise, plusieurs corps de métier interviennent en s’appuyant sur des outils cartographiques et géomatiques, qu’ils utilisent régulièrement, voire quotidiennement, mais avec des usages et des objectifs variés comme dans le cas des Systèmes d’Information Géographique (SIG), c’est-à-dire un « système de gestion de données géoréférencées » (Antoni et al., 2004). Sans repasser par une explication détaillée des chaînes organisationnelles et décisionnelles de la gestion de crise en France, plusieurs agents opérationnels interviennent de façon récurrente sur le terrain. On peut citer tout d’abord les sapeurs-pompiers et les services d’urgence médicaux (SAMU, SMUR, notamment), considérés comme primo-intervenants dans la prise en charge des victimes, car ce sont les premiers à agir sur le terrain. Puis, les policiers viennent en soutien pour assurer la sécurité autour de la zone affectée, et continuer le maintien de l’ordre public, dans la plupart des cas. Selon la nature et/ou la gravité de la crise, des forces d’interventions spéciales peuvent être déployées pour leurs compétences propres (attaque NRBC-e, attentat terroriste, etc.), de même que les associations de sécurité civile peuvent prêter main forte aux médecins secouristes déjà en place. Hors agglomération, en revanche, ce n’est pas les policiers qui se déplacent, mais les gendarmes. De la même façon que leurs homologues en milieu urbain, les équipes viennent sécuriser la zone, écarter du danger les riverains et peuvent faire intervenir des forces spéciales pour des besoins particuliers. Chacun de ces services ont donc leurs propres applications métier et données alimentant les SIG.

4Pour avoir un aperçu global des acteurs de la gestion de crise, nous les avons résumés ci-après (illustration 1). Certains ne sont pas spécifiques à la gestion de crise alors que d’autres si (BSPP, DGSCGC, etc.). Parmi ces derniers, une partie sont au service de la Préfecture de police qui a une compétence territoriale triple « extensible » : à la fois départementale, inter-départementale et régionale.

Illustration 1 - Acteurs participants à la gestion de crise à échelle régionale de l’Île-de-France

Illustration 1 - Acteurs participants à la gestion de crise à échelle régionale de l’Île-de-France

Auteur : F. Di Tursi.

5Ainsi, dans cet article, nous discuterons de deux applications SIG présentes à la Préfecture de Police de Paris, COMPA et SITAC. La première a été conçue spécifiquement pour les besoins de la police. Elle est administrée par les agents de la Direction Opérationnelle de Soutien Technique et Logistique (DOSTL), et est donc utilisée quotidiennement par les deux directions actives de la préfecture, la Direction de l’Ordre Public et de la Circulation (DOPC) et la Direction de la Sécurité de Proximité de l’Agglomération Parisienne (DSPAP). Dans le cadre des activités de coordination da crise du Secrétariat Général de la Zone de Défense et de Sécurité de Paris (SGZDS), dont nous reparlerons plus tard, les agents l’utilisent également dans une perspective de planification. L’outil SIG qui est SITAC est l’une des applications utilisées par la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP), elle aussi administrée par la DOSTL. On la retrouve sur le même portail que COMPA, et a été calibrée spécifiquement sur les besoins propres des sapeurs-pompiers.

Les métiers autour de la cartographie, à la Préfecture de Police

6Il est devenu très courant de voir les outils SIG comme outil de prospection et d’anticipation croisant plusieurs types de données, qui permettent de voir les « zones de forte vulnérabilité […] ; agir de manière préventive sur certains éléments […] » (Voiron-Canicio et Olivier, 2005). En gestion de crise, ce sont deux tâches qui sont nécessaires pour empêcher une amplification et démultiplication en chaîne des impacts. En effet, d’après Morisseau (2014), « [elle] se révèle être un outil de pilotage et d’aide à la décision remarquable et va permettre aux différents acteurs de partager une vision commune de la crise et de diffuser des informations actualisées tout au long de la crise » (Morisseau, 2014).

7Les acteurs de la gestion de crise que nous avons rencontrés n’y échappent pas. On a pu observer que si chacun des services policiers se sert quotidiennement de COMPA dans ses métiers respectifs, l’utilisation qui en est faite n’est pas du tout la même, comme nous pouvons le constater dans le Tableau 1 ci-dessous. Il en va de même pour les pompiers qui ont des missions variées qui leur confèrent une utilisation multiple de SITAC. Par ailleurs, on remarque une utilisation parfois très divergente entre la gestion des événements quotidiens et la gestion de crise. Enfin, il est intéressant de souligner que tous les services de la Préfecture de Police n’emploient pas spécifiquement des géomaticien.ne.s ou des cartographes pour manipuler les outils SIG.

Tableau 1 - Missions principales des applications SIG (fond rosé) utilisées par les services étudiés (fond bleu), au quotidien et en crise

COMPA

SITAC

DOSTL

DOPC

SGZDS

BSPP

Au quotidien

Maintenance de l’outil

Outil de commandement (pas de discontinuité en cas de crise)

Outil de planification

Outil de remontées d’information

Outil de planification

Maintenance (mises à jour)

En crise

Soutien technique (vérification du bon état des serveurs, de la bonne connexion internet, etc.)

Outil d’aide à la décision

Outil d’anticipation de la crise (pool au CCZ)

Outil de remontées d’informations

Outil d’aide à la décision

Auteur : F. Di Tursi.

  • 1 Entretien de F. Di Tursi avec l’administrateur de COMPA (DOSTL), 2018.

8En effet, seule la DOSTL emploie des professionnels au profil technique : géomaticiens, gestionnaires de projets, développeurs, informaticiens, gestionnaires de bases de données, etc. pour assurer le bon fonctionnement et le développement des applications déployées dans les services. La BSPP a également un service dans lequel les géomaticiens cumulent leur fonction avec celle de sapeur-pompier. Présents dans les casernes, ils sont sollicités par leur hiérarchie pour fournir des données cartographiques particulières. Selon leur métier et leur place dans la chaîne de commandement, le.la géomaticien.ne retrouve à sa disposition différentes applications SIG calibrées selon le besoin. SITAC, par exemple, est l’application SIG équivalente à COMPA : elles ont les mêmes fonctionnalités, les mêmes possibilités d’importations ou d’éditions de données. La différence est que COMPA n’a pas été « pensé[e] pour fonctionner, à la base, sur le terrain »1, c’est pourquoi SITAC a dû être développée différemment pour être utilisée dans des camions mobiles sur des plateformes qui ne sont pas desktop, notamment, et ainsi être opérationnelle sur le terrain. Les sapeurs-pompiers faisant des exercices tous les week-ends ont pu ajouter un pluggin « mode exercice » à leur application afin qu’ils puissent l’utiliser pour leurs entraînements.

  • 2 Le découpage territorial par « zones » est propre aux zones de défense et de sécurité (ZDS) qui peu (...)
  • 3 En Île-de-France, il s’agit du Préfet de Police, car le SGZDS se trouve dans les compétences de la (...)

9Le cas du SGZDS est particulier, car ce service est dédié à la gestion des crises au niveau zonal.2 Il a pour mission de coordonner les moyens matériels à échelle de l’Île-de-France lors d’événements quotidiens et de gérer des crises en se constituant en centre de crise où les informations seront remontées et rationnalisées pour optimiser la prise de décision finale par le Chef d’Etat-Major Opérationnel ou le Préfet de Zone3. C’est pourquoi les agents du service vivent deux temporalités : la gestion quotidienne des événements et la gestion de crise. Ces deux modes d’action ont un impact concret sur les agents de ce service et sur l’utilisation de l’outil SIG, COMPA. En temps normal, c’est un outil de planification. En effet, il a des fonctionnalités tant d’éditions de données, que d’analyse spatiale plus ou moins complexe (mesurer des distances, des périmètres, croiser des données pour en résumer une information principale, faire des sélections spatiales, etc.), ou bien encore partager cette cartographie auprès d’autres services. L’intérêt est de réaliser de trouver des solutions à plus grande échelle.

10Pour répondre aux besoins cartographiques (allant de l’analyse de données à la cartographie en elle-même), les responsables doivent choisir entre employer un ou plusieurs géomaticien.ne.s, ou former tous les agents du même service à l’application cartographique. La SGZDS a tranché pour la seconde option pour que tous les agents puissent l’utiliser de façon autonome. Deux éléments président à ce choix : d’une part, au quotidien, une grande partie des agents ont des missions relatives à la planification et à l’anticipation. Il a donc été jugé plus efficace et sûr qu’ils soient autonomes vis-à-vis de l’outil, plutôt qu’être dépendants d’une seule et même personne. D’autre part, la demande en cartographie ne semble pas à l’heure actuelle nécessiter un emploi à temps plein bien qu’un poste d’apprentissage de géomaticien.ne ait été créé en support à des demandes ponctuelles. Enfin, les contraintes de la crise expliquent ce choix. Celle-ci enclenche une montée en puissance de la mobilisation des agents par niveau à travers la constitution de cellules de crise, du niveau de veille simple depuis le Centre Opérationnel Zonal (COZ), jusqu’au Centre de Crise Zonale (CCZ) où les agents en astreinte sont rappelés pour intégrer les pools. En quelques minutes, une petite dizaine de personnes est mobilisée pour exercer le « second métier » de gestionnaire de crise. L’insuffisance de postes de géomaticien.ne.s, ne permet pas d’assurer un poste d’astreinte viable, puisque d’une semaine à l’autre, un roulement est nécessaire entre les agents.

11La DOPC n’a quant à elle pas de géomaticien.ne.s dans la direction : ce sont les policiers, travaillant dans la Salle d’Information et de Commandement (SIC), qui se forment eux-mêmes aux outils. Pour les opérateurs employant le SIG, c’est principalement un outil de commandement : il sert à positionner les forces en fonction de l’ampleur de l’événement. Les agents ont pris l’habitude de partager la cartographie du positionnement des véhicules en temps réel, avec les policiers de la DSPAP qui leur prêtent main forte. A l’inverse des agents du SGZDS, les policiers de la SIC ne subissent pas de « changement » de fonction entre le quotidien et la crise : « on va gérer dans la continuité », nous indique un des commandants de la DOPC. Comme nous le verrons plus tard, la différence de commandement entre les pompiers et les policiers a des conséquences directes sur le type de SIG utilisé et la place du métier de géomaticien, cartographe dans leurs directions.

12Les différentes applications SIG utilisées à la Préfecture de Police répondent toutes à des besoins « métiers » avec des fonctionnalités spécifiques. Cependant l’intérêt de l’outil provient des multiples bases de données importées. Celles-ci sont aussi bien produites par les agents, que par des acteurs privés ou publics extérieurs, acceptant de les partager via des conventions. Ces données sont souvent classées par thématiques : ponctuels (lieux ressources en matériels et en hommes (casernes de pompiers, commissariats de police, hôpitaux et urgences…), bâtiments, points d’eau, etc.), linéaires (cours d’eau, voies de communication, etc.) ou encore des données dynamiques ou en temps réel comme les prévisions météo. En somme, on retrouve des « ressources essentielles de la gestion de crise inclu[a]nt les enjeux majeurs (ou éléments essentiels) du fonctionnement urbain […] et [d]es ressources majeures spécifiques de la gestion de crise », comme ont pu l’étudier Robert D’Ercole et al. (2012), pour le cas de Lima.

13Bien que COMPA soit utilisé par différents services, paradoxalement, celui-ci ne favorise pas plus d’échanges de données. Pour autant, certaines informations gagneraient à l’être, d’une part, parce que les différents acteurs de l’intervention, tout en assumant des missions propres à leur fonction, agissent sur les mêmes lieux affectés. D’autre part, parce que la gestion d’un événement se fait à plusieurs échelles, les informations doivent être visibles autant par l’agent sur le terrain que par les celui qui coordonne des moyens pour gérer l’événement. Des questions ont alors émergé quant à l’interopérabilité de ces outils et l’harmonisation des données.

Contexte et hypothèses

14Dans le domaine de la sécurité civile et de la gestion de crise, la réduction de l’incertitude est l’une des priorités pour tenter de maîtriser au mieux l’événement. Pour y faire face, « les gestionnaires de crise travaillent souvent en équipes, partagent l’information, leur savoir et leur décision » (Cai et al., 2006). Les agents opérationnels qui travaillent pour protéger la population, ont une nécessité d’utiliser tous les moyens pour bien anticiper les événements et savoir faire face à une situation inédite et d’urgence (Roux-Dufort, 2014). Les outils cartographiques sont un de ces moyens d’anticipation permettant de s’organiser en interne, notamment par une meilleure coordination entre les acteurs qui n’ont pas le même métier. En effet, comme a déjà pu le démontrer Henri Pornon (1998), l’outil cartographique a la capacité de jouer ce rôle d’intermédiaire entre plusieurs acteurs.

15D’autre part, plusieurs chercheurs de sciences de gestion ont déjà fait des recherches sur les relations inter et intra-organisationnelles dans différentes organisations, publiques ou privées pour mieux comprendre comment s’effectuent ces relations. C’est le cas notamment de Zorika Nedović-Budić et Jeffrey Pinto (2001) analysant les interactions entre organisations et outils SIG, où ils proposent plusieurs « facteurs d’implémentations » qui permettent de favoriser une situation d’interaction inter-organisationnelle. Ils citent alors les « clés de construction » suivantes :

  • les « ressources organisationnelles (fonds pour la technologie, l’environnement fiscal) ;

  • l’histoire de la coopération inter-organisationnelle (expériences vécues, bénéfices des expériences vécues, anciens partages de données, qualité des expériences du partage de données effectué, la politique générale des données, l’attitude face aux données) ;

  • la stabilité organisationnelle (turnover du personnel, restructuration) ;

  • les procédures de coordination (communication, persistance, négociations, ouverture, flexibilité, accessibilité, compréhension, égalité, justice, contrôle, prise de décision, responsabilité) ;

  • le leadership et la gestion (attentes politiques, démonstration de la progression des attitudes des super administrateurs, conflits personnels, établissement des objectifs). »

  • 4 Texte original : “[…] include political and administrative structures rather the technical constrai (...)

16Ces problématiques ne sont pas nouvelles, puisque déjà Henri Pornon écrivait déjà dans les années 2000, que l’accent est mis « sur l’échange, le partage et la mutualisation de données condui[sant] à insister sur les aspects fonctionnels », de plus que « les principales difficultés ne sont pas d’ordre technique […], mais d’ordre stratégique (résistance des acteurs à partager leurs données) et cognitif » (Pornon, 2006). Cela montre en partie que les organisations semblent toujours avoir les mêmes difficultés à dépasser ces limites. Par ailleurs, à propos des limites d’une construction d’un SIG, Andre Zerger et David Smith (2003) abondent en ce sens lorsqu’ils écrivent qu’elles « peuvent inclure des structures politiques et administratives plutôt que des contraintes techniques […]. »4

  • 5 Texte original : “Crisis management involves a collaborative effort in all phases and is often time (...)

17En plus de ces questionnements, une remarque a été émise par des agents de la DGSCGC. Ils ont souligné une non harmonisation des différents logiciels SIG, entre services de gestion de crise, posant ainsi des difficultés lors de la coordination de celle-ci pour certains agents. D’autre part, Fuhrmann et al. (2005) soulèvent ce fait intéressant, « la gestion de crise implique un effort collaboratif dans toutes les phases et est souvent à un moment critique, surtout durant les réponses d’urgence auxquelles les répondants (police, pompiers, travaux publics, etc.) ont besoin d’être coordonnés par les coordinateurs et décideurs de la gestion de l’urgence. »5 On peut alors légitimement se demander pourquoi les outils ne sont pas harmonisés, alors même que les acteurs qui les utilisent sont censés se coordonner pour être plus efficaces dans leur travail. Ainsi, nous en sommes venus à nous poser les questions suivantes, qui ont ensuite débouchées sur nos hypothèses de recherche :

  • Comment se fait-il que les différentes structures de protection civile et de gestion de crise n’aient pas le même outil cartographique, en période de crise ?

  • Pour quelles raisons cette harmonisation ne se fait pas a posteriori ?

  • Y a-t-il des intérêts « cachés » (politiques, financiers, etc.) existant par ailleurs ?

  • 6 Texte original : “people, organizations, goals, change, technology”.

18Dans notre réflexion, nous avons pu intégrer également les considérations d’Anderson, repris par Henri Pornon (1998). Celui-ci « identifie cinq concepts clés du développement de la géomatique dans les organisations : « personnes, organisations, buts, changement, technologie ».6 Ces concepts, nous pouvons alors les retrouver dans nos hypothèses de travail. Nous chercherons alors à savoir quelles sont les difficultés, les limites qui peuvent entraver une non harmonisation des outils SIG entre les services de la Préfecture de Police. Ainsi avons-nous émis les hypothèses suivantes :

  • Cela peut être des raisons économiques : il n’y a pas de volonté particulière d’accorder une partie du budget pour le développement d’un outil ;

  • On peut supposer qu’il peut y avoir des limites techniques dans la mise en place d’un outil que l’on veut harmoniser, d’une part, qui peut être inhérente à la conception de l’outil initial, donc d’incompatibilité entre deux ; mais cela peut être aussi pour des raisons liées à un manque de perfectionnement de l’outil, qui n’est pas assez aboutit.

  • On peut ajouter que des problématiques liées au personnel (turn over, personnel pérenne, etc.) peuvent déstabiliser la continuité d’un projet.

  • Enfin, pour des raisons politiques où il n’y aurait pas de volonté pour inciter ou permettre cette harmonisation des outils entre eux, que cela passe par des moyens financiers, administratifs ou de soutien envers les agents compétents.

19Cela conduit à la problématique suivante : quelles sont les principales difficultés d’une mise en commun des outils cartographiques par les différents services de la gestion de crise, en Île-de-France ?

Résultats : les visions croisées d’acteurs de la gestion de crise

20Les résultats que nous allons présenter proviennent en totalité des échanges que nous avons eu lors des trois entretiens individuels avec un sapeur-pompier et géomaticien de la BSPP, un commandant de la SIC DOPC et l’administrateur de l’application COMPA de la DOSTL. C’est donc une analyse croisée de leurs points de vue sur des applications, qui a l’avantage d’obtenir des réponses qualitatives pouvant donner des pistes d’explication sur nos questionnements.

L’importance de la hiérarchie sur la conduite des projets

21Par le biais de nos différents entretiens, nous avons pu relever de façon générale que la politique conduite à l’échelle du service est clairement décisive dans la réalisation et l’aboutissement de projets. La haute hiérarchie qui prend les décisions est finalement l’unique et seule décisionnaire qui rendra possible un projet ou non, comme l’a souligné l’administrateur de l’application COMPA.

  • 7 Entretien de F. Di Tursi avec l’agent de la DOSTL, 2018.
  • 8 Entretien de F. Di Tursi avec l’administrateur de COMPA de la DOSTL, 2018.

22Un projet peut voir le jour seulement s’il y a un réel suivi de la part des décideurs. Ce sont eux qui peuvent exercer un certain pouvoir, qu’il soit plus ou moins formel. Ils peuvent tout aussi bien faire jouer leur relationnel afin de faire débloquer des financements, que de faciliter l’ouverture de certaines portes à d’autres services, même éloignés des activités du porteur du projet. Il peut aussi mettre à disposition les moyens nécessaires pour la bonne mise en œuvre de la conduite du projet, ou bien encore donner les autorisations pour alléger les démarches administratives. Un projet peut donc être créé et être finalisé si les fonctionnaires composant la haute hiérarchie parviennent à trouver un intérêt commun pour que le projet puisse aboutir. Pour le cas de COMPA, un des préfets s’est exprimé en disant « il faut que nous puissions mutualiser nos moyens, nos informations, nos outils, etc. entre nos cellules. »7 Car, en effet, la mission cartographique informatisée ou papier était bien présente dans le début des années 2000, mais elle était cloisonnée dans plusieurs bureaux. Malgré cette volonté politique, il a tout de même « fallu un appui du Préfet, un comité de pilotage, avec tous les directeurs [des services de la Préfecture de Police.]. » Finalement, la DOSTL et la BSPP ont « fini par mettre en place un marché commun »8. De plus, la multiplicité des maillons dans la hiérarchie peut rendre plus lente la conception d’un projet, lorsqu’il y a un écart important entre le porteur du projet et le haut-fonctionnaire qui doit donner son avis.

  • 9 Secrétariat Général pour l’Administration, dont relèvent la DOSTL et la direction des Ressources Hu (...)

23L’une des principales barrières limitantes est le phénomène de turn-over : des changements récurrents des plus hauts postes, variant de deux à trois ans. Cela est lié également aux changements de bord politique lors des présidentielles, notamment. Stratégiquement, il est connu que les personnalités politiques situées au ministère de l’Intérieur nomment à la tête des polices actives des personnes qui leur sont fidèles politiquement. C’est ce qu’affirme l’administrateur de COMPA, « en 5 ans, tu te tapes (sic) les élections présidentielles qui font changer de Préfet, changer de Préfet SGA9, les changements de direction ».

24D’autre part, concernant les autres services de la Préfecture de Police, on peut constater quelques tensions entre les services de l’ordre public, incarnés par les policiers, et ceux de la sécurité civile, représentés par les pompiers. Ainsi, certains agents que nous avons rencontrés déploraient que certaines décisions étaient prises en fonction des intérêts de l’un plutôt que de l’autre. Cela peut donc avoir un rôle très concret sur l’outil final qui sera proposé, par exemple, en tenant moins compte des besoins du demandeur. Toutefois, cela peut s’expliquer en partie par le fait inhabituel qu’un service de pompiers soit intégré dans une structure majoritairement policière. D’autant plus que ces deux corps de métiers répondent à deux organisations hiérarchiques bien distinctes : militaire pour la BSPP et civile pour les directions policières. On peut donc s’imaginer que les différences de codes sociaux propres à chacun puissent créer des difficultés de communication.

Police et pompiers : une culture de métier différentes, des pratiques divergentes

25Lors de nos différentes discussions que nous avons eues avec des agents de la police, ainsi qu’un sapeur-pompier, il en est ressorti que la différence de culture entre la police et les pompiers est assez importante pour le faire remarquer.

  • 10 Entretien de F. Di Tursi avec l’administrateur de COMPA, agent de la DOSTL, 2017.

26Tout d’abord, le premier argument qui peut expliquer quelques désaccords entre policiers et pompiers, vient de leur process de commandement, en plus de leurs organisations hiérarchiques différentes comme expliqué précédemment. Comme nous l’a expliqué l’agent responsable des applications SIG à la Préfecture de Police, les policiers et les pompiers ne se positionnent pas de la même manière lors d’un événement qui exige leur présence sur le terrain : « toute l’activité police sur le terrain, elle est pilotée par des organes centraux, dans les salles de commandement [les SIC]. Alors que les pompiers, l’activité opérationnelle, elle est pilotée sur le terrain. Et qui rendent compte éventuellement dans des salles. »10 Cela a donc eu des effets directs sur l’outil, puisque lorsque COMPA a été finalisé, il a été déployé tant dans les services des polices actives que dans ceux des sapeurs-pompiers, installé sur des ordinateurs fixes. Or, cela ne convenait pas pour ces derniers, car l’application n’était pas adaptée pour une utilisation sur des plateformes mobiles, notamment. Cela ne pouvait pas leur convenir puisqu’ils ont précisément besoin d’une application qu’ils puissent embarquer dans leurs véhicules d’intervention et ainsi effectuer le travail de remonter d’informations.

  • 11 Entretien de F. Di Tursi avec le sapeur-pompier BSPP, 2018.

27En effet, pour les sapeurs-pompiers, avec un commandement dit « par l’avant », quand les opérationnels arrivent sur le terrain, ils font remonter aussitôt les informations sur leur application SIG SITAC. Dit plus trivialement : « [chez] les pompiers, les gens y vont à l’initiative. [..] L’état-major peut ainsi suivre le déroulement des interventions et adapter ses ordres. »11 . Il faut bien souligner que les pompiers se déplacent uniquement lorsqu’un appel est signalé et que l’événement relève de leurs compétences. L’outil SIG est donc présent pour permettre la remontée d’informations du terrain vers la hiérarchie, en cas de besoin, afin de pouvoir obtenir des renforts ou des moyens supplémentaires, le moment venu. On comprend mieux alors la nécessité pour les opérationnels d’avoir un outil léger et mobile.

  • 12 Entretien de F. Di Tursi avec l’agent de police de la DOPC, 2018.

28En revanche, du côté des policiers, le commandant de la SIC DOPC nous expliquait que « [COMPA], il permet de vérifier que le dispositif sont [sic] en place, et par exemple, pour avoir la position de chaque force […]. Si jamais on a une crise plus importante, on aura les périmètres d’isolement qui seront matérialisés donc qui permettra d’écarter le danger immédiat, la zone de soutien, l’emplacement des cars de commandement, l’emplacement des itinéraires pour l’arrivée et le départ des secours, les aires d’atterrissage d’hélicoptères ». En fait, pour bien comprendre, la DOPC utilise COMPA aussi bien au quotidien, pour gérer des événements prévus à l’avance, telles que les manifestations, qu’en cas d’imprévus, même si la situation dégénère en crise. L’agent de police interrogé nous le résume en donnant l’exemple de l’attentat terroriste : « la grosse différence entre nous ou beaucoup d’autres services, […] c’est que si y a un attentat, là, on va gérer dans la continuité. Y a pas de changements. On change pas de salle, on monte pas en puissance, c’est toujours les mêmes qui gèrent. »12 Dans les SIC, les commandants observent l’évolution de l’événement sur COMPA, affichée sur plusieurs grands écrans, associée aux opérateurs qui informent leur supérieur des évolutions plus détaillées éventuelles en temps réel. Celui-ci peut ainsi adapter ses ordres en visualisant les informations affichées sur COMPA : le positionnement des véhicules des agents, l’état des routes (coupées ou non), l’état de la circulation (encombrée, fluide, etc.),… De ce fait, même s’il y a une volonté d’avoir un même outil pour les deux services distincts, il y aura des limites pour créer un outil qui puisse répondre à deux types de commandement divergents.

29Toutefois, l’opérateur de la BSPP reconnaît que « [ils ont] tout intérêt à ce que les deux services aient une relation fluide ». Les méfiances qui peuvent exister entre les deux services se trouvent dans les difficultés qu’ils trouvent à échanger de la donnée.

Sur les données (sensibles) : entre crainte de fuites et nécessité de partage entre directions

30Lorsque l’on parle de données et de partage de celles-ci, il y a deux façons de le faire : soit un partage de la visualisation de la cartographie, en temps réel ou à un instant précis, qui demande l’autorisation d’accès au compte de celui qui souhaite consulter l’information. Ou bien c’est un échange de la donnée en elle-même, qui se trouve à la source, dans la base de données pour que celui qui la demande puisse l’intégrer dans sa propre application. Dans ce cas-ci, les échanges sont plus difficiles, car la donnée peut avoir un caractère confidentiel, mais aussi parce que des informations croisées peuvent sortir une information sensible. Nous avons donné des exemples du type de données qui sont utilisées par les différents acteurs en annexe.

31En plus de cela, en échangeant tant avec des agents de police, des pompiers, que des agents administratifs, chacun d’entre eux a souligné qu’il y avait une certaine crainte que des données sensibles, ou placées sous le sceau de la confidentialité, puissent fuiter. Ce premier exemple est très parlant : dès le début de notre entretien avec un pompier, celui-ci nous a confiée d’emblée qu’il ne préférait pas être enregistré, car il avait certaines consignes venant de sa hiérarchie militaire, désirant que « rien ne sorte de leurs locaux ». Plus tard, il ajoutera que sa hiérarchie a la volonté de « passer sur des normes de sécurité armée de Terre, et là y a plus rien qui sort ! ». Il s’agit davantage de craintes que des données fuitent de l’intérieur du service des pompiers vers l’extérieur (dans la presse, par exemple), que lors d’un échange d’un service à un autre.

32Pour l’agent de police avec qui nous nous sommes entretenus, il y a parfois une méfiance de certaines personnes et ce même en interne, entre services de police. Cela freine alors la communication des données : « certaines personnes à qui on a donné des accès ciblés, on a dû leur retirer certains aspects ». En somme, le commandant pense qu’on peut partager, mais « qu’il y a moins de risques » en ne partageant pas « à trop de monde ».

  • 13 Id.
  • 14 Centre Opérationnel Départemental ; Centre Opérationnel Zonal ; Centre Interministériel de Crise : (...)

33Cependant, les propos restent très nuancés, puisque, dans nos entretiens, les agents de la DOSTL et de la DOPC ont énoncé tous deux un même événement marquant un tournant dans les pratiques : celui des attentats terroristes de 2015. Effectivement, cela a permis une prise de conscience alors que le championnat de football de l’Euro 2016 était prévu pour les mois suivants. L’agent de la DOSTL le fait remarquer : « l’attentat a tout changé, en fait. A changé complètement les doctrines liées aux données. Liées à la conservation des données, liées à la propriété des données. » Cela a été plus qu’un simple effet post-événement pour les agents des polices actives de la DOPC et de la DSPAP qui travaillent en commun lors d’événements prévus. Par ailleurs, pour l’Euro 2016, chacun des deux services ont fait la requête d’ouvrir leurs accès à l’application, et « depuis, [ils] sont restés ouverts »13. Ce partage de consultation des données sur la cartographie, valable pour certaines directions internes à la PP, est aussi très important pour les services externes en lien avec elle. Le commandant de la DOPC déclare que « les départements au niveau des COD, ils ont aussi un retour de cartographie. […] C’est pareil, le COZ et le CIC14 destinataires de notre cartographie. »

34Du côté des pompiers, les attentats de 2015 n’ont pas été vécus comme un déclic, puisque selon le sapeur-pompier que l’on a rencontré, « c’est pas parce qu’il y a un attentat, qu’il faut se dire : « Ah bah il faut qu’on fasse ! » Ca, c’est les chefs qui se rendent compte des fois du jour au lendemain. » En effet, d’après lui, « le processus est en cours, on peut pas le perturber comme ça. ». C’est plutôt « un mouvement de fond qui fait qu’on fusionne nos efforts. » A son niveau, il sent que la mutualisation des données est présente, mais qu’il y a des blocages qui peuvent « se jouer plus haut, entre les services techniques, géomatiques. » D’autre part, pour les pompiers, « le réseau, il est verrouillé », il est donc compliqué d’échanger certaines données, notamment celles qui sont géolocalisées, autant que les opérateurs le souhaiteraient.

35Les problématiques d’échanges de données dépassent les différences de corporation comme on l’a vu, car ils concernent chacun des services, dans lesquels les agents ont un rapport de protection et d’appropriation des données qu’ils utilisent quotidiennement, bien qu’elles ne soient que partiellement produites par eux. Toutefois, tant de la part des policiers que des pompiers, ils sont conscients qu’il est nécessaire de partager des données entre les services. Des initiatives ont déjà été prises en ce sens, un fond de plan commun entre policiers et pompiers a été mis en réflexion et dorénavant terminé. Du côté de la DOPC, l’agent nous a confié que l’un des services avec qui ils pourraient partager, notamment, « c’est les sapeurs-pompiers, parce qu’on a beaucoup d’interactions avec les sapeurs-pompiers. » Il explique que le frein principal à ce jour c’est « ce problème de confidentialité ». Réciproquement, le sapeur-pompier interrogé nous a fait part de la nécessité d’obtenir une même application partagée entre les pompiers et les policiers, « c’est ce qu’on attend depuis très longtemps ! » s’est-il exclamé.

  • 15 Entretien de F. Di Tursi avec l’agent de la DOPC, 2018.

36Ce partage de cartographie n’est donc pas superficiel puisque durant une crise, elle permet de synthétiser l’information. De plus, lorsque le temps est compté et qu’il faut travailler dans l’urgence, de manière efficace, « les gens qui sont en train de gérer la crise sont obligés d’expliquer quelque chose qui pourrait être compris directement si on avait une carte »15.

L’innovation technique en réponse à certaines contraintes

37Enfin, le dernier critère formulé dans nos hypothèses, relève de la partie technique du matériel employé par les opérateurs. Les entretiens ont confirmé que cela jouait un rôle non négligeable pour la mise en place d’une interopérabilité des outils.

  • 16 Entretien de F. Di Tursi avec le sapeur-pompier, 2018.

38En effet, la deuxième version de l’outil COMPA va bientôt être mise en service, ainsi que la plateforme des applications des systèmes d’information, au sens large. Des relations parfois tendues avec la Préfecture de Police, ressenties par certains agents de la brigade des sapeurs-pompiers, mènent à des discussions compliquées quant à leurs demandes pour obtenir certains outils. En effet, l’opérateur nous a confié que malgré un besoin exprimé auprès de la PP, celui-ci n’aurait pas été pris en compte tout de suite : « Ca va mettre un peu plus de temps que prévu. »16 Ainsi, doivent-ils trouver des alternatives à des applications qui ne sont pas compatibles. Par exemple, ils ont développé leurs propres modules ou pluggins à SITAC afin de pallier un manque.

39Enfin, le dernier élément décisif pour faciliter le partage des données entre les deux services actifs, est le nouveau câble Réseau Interministériel de l’Etat, dit RIE, qui doit être installé prochainement. Cette initiative et innovation technique fait partie d’un projet plus global de modernisation, mis en place depuis 2014. Il a pour objectif de répondre à plusieurs missions, dont « l’homogénéisation du parc informatique », ainsi qu’un « décloisonnement interministériel » (Le Portail de la transformation de l’action publique, 2014). Ce tuyau va concrètement permettre une accélération de l’échange des données entre la BSPP et les autres services internes de la PP utilisant une application cartographique. Les échanges des données stockées sur les serveurs de l’hébergeur de COMPA et SITAC devraient être alors plus rapides.

Conclusion

40Ainsi, nous avons pu voir que les métiers autour des outils SIG étaient très variés et s’inséraient complètement dans les missions des divers gestionnaires de crise. La cartographie peut être utilisée comme moyen pour améliorer les échanges d’informations, entre différents corps de métier. Par l’intérêt de l’affichage de données à chacune des équipes, il peut être un lien pour favoriser la coordination entre elles, pour avoir un état de la situation à un même instant, vu par chaque opérateur. Ceci peut être alors un gain de temps à la fois pour les agents opérants sur le terrain, mais également pour les décideurs des états-majors. D’autant plus que ceux-ci sont déjà utilisés quotidiennement par les directions de la Préfecture de Police tant par celles qui interviennent sur le terrain que par celles qui coordonnent les moyens, en cas d’événement important. Une remarque nous a interpelée à propos d’une nécessité d’harmoniser des outils pour que le travail sur le terrain ainsi que la remontée d’informations soient plus pratiques et plus efficaces, afin que les agents n’aient à passer que par un seul canal. L’événement pourrait alors être géré plus efficacement.

41Cependant, on peut voir que certaines limites sont encore présentes pour qu’un tel projet puisse complètement voir le jour. On peut souligner d’abord le facteur relationnel avec les décideurs politiques qui joue un rôle tout à fait primordial pour la conduite et l’aboutissement du projet. Ce relationnel doit être bien établi entre les porteurs du projet et la haute hiérarchie qu’ils doivent convaincre, mais également entre celle-ci et ses contacts pour obtenir éventuellement les fonds manquants pour la concrétisation du projet. Il en va de même entre les différents services de la préfecture : on peut sentir quelquefois des tensions dans les entretiens entre les deux directions actives de la police, mais aussi avec la BSPP. Ces conflits internes peuvent sembler anodins, mais ils ont des répercussions concrètes sur le partage de données. Entre crainte de voir ses données fuiter à l’extérieur par un agent interne au service ou dans un autre, cela ne favorise pas la confiance entre les agents, alors même qu’ils utilisent une même application et travaillent sur des terrains semblables. Enfin, la dernière difficulté à dépasser si l’on souhaite que des outils fonctionnent ensemble, est le socle technique adapté. Sans ce dernier élément, il serait difficile de pouvoir rendre interopérable les applications, de plus qu’ils peuvent être difficilement performants, ou bien connaître de multiples ralentissements lors d’utilisation de données lourdes et nombreuses, par exemple. Ainsi, des pistes de solutions se profilent quant à l’évolution des outils SIG pour les gestionnaires de crise à la Préfecture de Police. Les métiers autour de ces applications sont multiples, mais ils sont parfois peu ou mal connus des services. Une professionnalisation des savoirs relatifs aux outils pourrait peut-être améliorer la gestion de crise tant en amont que sur l’instant de l’événement.

Acronymes
BSPP : Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris
CCZ : Centre de Crise Zonale
COD : Centre Opérationnel Départemental
COGIC : Centre Opérationnel de Gestion Interministérielle de Crise
COZ : Centre Opérationnel Zonal
DGSCGC : Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion de Crise
DOPC : Direction de l’Ordre Public et de la Circulation
DOSTL : Direction Opérationnelle de Soutien Technique et Logistique
DSPAP : Direction de la Sécurité de Proximité de l’Agglomération Parisienne
PP : Préfecture de Police ou Préfet de Police (selon le contexte)
SGZDS : Secrétariat Général de la Zone de Défense et de Sécurité
SIC : Salle d’Information et de Commandement
SIG : Système d’Information Géographique

Haut de page

Bibliographie

Antoni J-P, Klein O., et Moisy S., 2004. Cartographie interactive et multimédia : vers une aide à la réflexion géographique. Cybergeo [En ligne]. https://doi.org/10.4000/cybergeo.2621

Cai G., Sharma R., MacEachren A. M., et Brewer I. 2006. Human-GIS Interaction Issues in Crisis Response. International Journal of Risk Assessment and Management, vol. 6, n° 4-6, p. 388407.

D’Ercole R., Hardy S., Metzger P., Robert J., et Gluski P. 2012. Les dimensions spatiales et territoriales de la gestion de crise à Lima. VertigO [En ligne], vol. 12, n °1. https://doi.org/10.4000/vertigo.12009

Fuhrmann S., MacEachren A. M, Dou J., Wang K., et Cox A. 2005. Gesture and Speech-Based Maps to Support Use of GIS for Crisis Management: A User Study. AutoCarto Proceedings Papers 2005 [En ligne]. https://cartogis.org/autocarto-proceedings-papers-2005/

Morisseau, J-P. 2014. La cartographie au service de la sûreté internationale. Sécurité et stratégie, n 16, p. 36‑44.

Nedovic-Budic Z., et Pinto J. K. 2001. Organizational (Soft) GIS Interoperability: Lessons from the U.S. JAG, vol. 3, n° 3, p. 29098.

Pornon, H. 2007. Bilan et perspectives de 20 années de Géomatique. Géomatique expert, n° 57, p. 36‑46.

Pornon, H. 1998. Systèmes d’information géographique pouvoir et organisations. Paris, L’Harmattan.

Le Portail de la transformation de l’action publique, 2014. Réseau interministériel de l’État : ses trois grandes missions [En ligne]. http://www.modernisation.gouv.fr/ladministration-change-avec-le-numerique/par-son-systeme-dinformation/les-trois-grandes-missions-du-reseau-interministeriel-de-letat (consulté le 13 juin 2018).

Roux-Dufort C. 2014. Continuité, anticipation et résilience. Sécurité et stratégie, n° 18, p. 5‑11.

Voiron-Canicio C., Olivier F., 2005. Anticiper à l’aide d’un SIG. Les Conséquences de la paralysie urbaine en temps de catastrophe : application à la ville de Nice. Paris, Isted.

Zerger A., Smith D.I., 2003. Impediments to Using GIS for Real-Time Disaster Decision Support. Computers, Environment and Urban Systems, vol. 27, n° 2, p. 123‑141.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 - Caractéristiques techniques des outils SIG utilisés à la Préfecture de Police (1ère partie)

Outil

Producteur

Public ciblé

Fonstionnalités

Intentions

Plateforme de développement

COMPA

PP (DOSTL)

Pour les services internes à la Préfecture de police (DOPC,DSPAP, SGZDS)

Sélection, recherche, annotations/dessins, zoom, affichage, imprimer, calculs de champs

Outil police pour avoir une vue d’ensemble de différentes infos

Pour le SGZDS : fontionnalités de croisement et de sélection des données, analyses spatiales complexes

Esri : ArcGis : Licence payante

SITAC

BSPP

Pour les sapeurs-pompiers, opérateurs, etc.

Affichage, données produites par la brigade mais aussi venant des opérateurs.

Editer des nouvelles informations + maj.

Développement d’un module spécial pour les opérations.

Outil pour suivre les opérations en cours, avoir un aperçu de la situation globale (POI), gestion des moyens selon la situation, etc. Outil qui vise à l’opérationnalité

Esri + Géoconcept pour la BDD (mais volonté de passer à Ogis globalement)

Auteure : F. Di Tusri, 2019.

Annexe 2 - Caractéristiques techniques des outils SIG utilisés à la Préfecture de Police (2ème partie)

Outil

Type de données

Planification

Risques traités

COMPA

Données des services de police, de gendarmerie et de la BSPP

Données topographiques : routes, sites sensibles, etc.

Données sur les scénarios de crue (ZIP/ZICH)

Froide

Quotidiens et crue

SITAC

BDD composée de données produites par la brigade, mais aussi de données venant des opérateurs

Shapefile : esri et autres formats de données pouvant être converties

À chaud et à froid

Sur les événements nécessitant l’intervention des pompiers

Sinon à froid pour la gestion des données

Auteure : F. Di Tursi, 2019.

Haut de page

Notes

1 Entretien de F. Di Tursi avec l’administrateur de COMPA (DOSTL), 2018.

2 Le découpage territorial par « zones » est propre aux zones de défense et de sécurité (ZDS) qui peuvent être interrégionales ou non et qui ont pour principal intérêt de pouvoir mettre en commun des moyens de secours à disposition, tant civils que militaires. En effet, les ZDS coexistent avec l’organisation militaire.

3 En Île-de-France, il s’agit du Préfet de Police, car le SGZDS se trouve dans les compétences de la Préfecture de Police et non pas dans celles de la Préfecture de région, comme c’est le cas pour les autres zones de défense en France.

4 Texte original : “[…] include political and administrative structures rather the technical constraints including spatial data, hardware, software and spatial risk modelling.”

5 Texte original : “Crisis management involves a collaborative effort in all phases and is often time critical, especially during emergency responses in which all responders (police, fire, public works, etc.) need to be coordinated by emergency management coordinators and decision makers.”

6 Texte original : “people, organizations, goals, change, technology”.

7 Entretien de F. Di Tursi avec l’agent de la DOSTL, 2018.

8 Entretien de F. Di Tursi avec l’administrateur de COMPA de la DOSTL, 2018.

9 Secrétariat Général pour l’Administration, dont relèvent la DOSTL et la direction des Ressources Humaines, notamment.

10 Entretien de F. Di Tursi avec l’administrateur de COMPA, agent de la DOSTL, 2017.

11 Entretien de F. Di Tursi avec le sapeur-pompier BSPP, 2018.

12 Entretien de F. Di Tursi avec l’agent de police de la DOPC, 2018.

13 Id.

14 Centre Opérationnel Départemental ; Centre Opérationnel Zonal ; Centre Interministériel de Crise : ils sont tous les trois des cellules de gestion de crise activées à un moment précis. Ce sont notamment des lieux d’échanges d’informations et de prise de décision, à des échelles territoriales différentes.

15 Entretien de F. Di Tursi avec l’agent de la DOPC, 2018.

16 Entretien de F. Di Tursi avec le sapeur-pompier, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Acteurs participants à la gestion de crise à échelle régionale de l’Île-de-France
Crédits Auteur : F. Di Tursi.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/17294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Di Tursi, « Les outils SIG vus et vécus par les gestionnaires de crise à la Préfecture de Police de Paris », EchoGéo [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 21 avril 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/17294 ; DOI : 10.4000/echogeo.17294

Haut de page

Auteur

Fanny Di Tursi

Fanny Di Tursi, fanny.di-tursi@u-cergy.fr, est doctorante, rattachée au laboratoire Mobilités, Réseaux, Territoires et Environnement (MRTE) de l'Université de Cergy-Pontoise.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals