Navigation – Plan du site

Géographie des parents / The Geography of Parents

Date limite d’envoi des articles : 1er juin 2020 / Submission deadline: June 1rst 2020.

Les parents représentent un groupe social encore peu étudié dans la géographie française. On ne saurait pourtant nier l’importance d’un groupe social aussi nombreux, et dont l’étude s’avère primordiale pour comprendre les processus de reproduction sociale, de construction des identités individuelles et collectives, d’acquisition et de transmissions de biens matériels et immatériels, qui tous comportent une dimension spatiale. Pourtant la géographie française, si elle s’est intéressée aux enfants, et à l’école, ne s’est pas concentrée sur les parents. La sociologie de l’éducation et de la famille a défini la parentalité comme un travail – soit les pratiques d’encadrement et de prise en charge matérielle des enfants – ou comme une catégorie de l’action publique. Nous faisons l’hypothèse que l’approche spatiale de la parentalité contribuerait à renouveler et enrichir son analyse. Nous proposons ainsi d’explorer les géographies des parents à travers deux grandes questions.

Comprendre les espaces de la parentalité

Il s’agit d’une part d’interroger l’existence d’espaces de la parentalité : dans quels lieux les pratiques parentales se déploient-elles ? Selon quelles modalités ? Par quelles logiques/dynamiques (politiques, économiques, etc.) ces lieux sont-ils pensés et façonnés ?

On peut identifier les lieux de la parentalité par leur statut (espaces privés, comme le domicile, ou espaces publics,) ou par leurs fonctions (éducative, récréative, sanitaire, de consommation, ou de sociabilité). L’analyse de la parentalité permet de penser ces lieux de façon systémique, et en relation avec des dynamiques historiques, culturelles, économiques, et politiques.

Ces espaces peuvent en partie être configurés par les politiques publiques (de la petite enfance, politiques éducatives, Politique de la Ville, ou des espaces ruraux, politiques environnementales, de tourisme…, etc.), mais aussi par l’intervention d’entreprises qui exploitent le marché de la parentalité (des vêtements de grossesse aux crédits bancaires, en passant par les multiples « activités » à la frontière de l’éducation et des loisirs). L’accès à ces lieux ou à ces équipements, et les pratiques parentales qui s’y développent, sont contraints par une répartition spatiale inégale. Ils varient aussi en fonction de la structure et la composition de la famille, la classe sociale, le genre.

Les pratiques parentales peuvent être analysées à différentes échelles spatio-temporelles. La temporalité du quotidien circonscrit des espaces et des mobilités de proximité. À travers les différents structures et acteurs (et souvent actrices) des « modes de gardes », ou les pratiques loisirs enfantins se construisent ainsi des réseaux sociaux et spatiaux de proximité, noués dans certains espaces publics (le square de quartier, le centre d’activités par exemple). Une analyse démographique ou économique à une échelle macro ne fera pas apparaître les mêmes types de parentalité ni les mêmes dynamiques qu’une analyse ethnographique à l’échelle du quartier. Les dynamiques locales sont par ailleurs enchâssées dans des phénomènes jouant à des échelles bien plus larges. Etre parent dans une société paysanne au Sud, ce n’est pas la même chose qu’être parent d’un enfant unique dans une mégapole chinoise, ou qu’être parent à Paris. Ces différents contextes déterminent des pratiques parentales spécifiques : le confiage d’enfants, là le travail des enfants, ailleurs la recherche d’un établissement scolaire élitiste, avec leurs propres effets spatiaux. Les migrations ou l’éclatement géographique des familles obligent par ailleurs à penser les pratiques et les espaces de la parentalité de façon multi-scalaire. De même, la variation des échelles temporelles, celle de la vie quotidienne, celle des temporalités institutionnelles (scolaires surtout), et celle du temps long de la vie, éclaire la diversité et l’évolution du travail parental (voire grand-parental) et des espaces impliqués.

Les parents, acteurs des mutations socio-spatiales

Les pratiques ordinaires et les stratégies de reproduction ou d’ascension socialement différenciées des parents ont des effets spatiaux ; certaines même, comme les stratégies d’évitement de la carte scolaire en France, instrumentalisent l’espace. Toutes contribuent à des transformations sociales et spatiales plus larges.

L’étude des stratégies parentales révèle des projets éducatifs qui peuvent être pensés à différentes échelles : certains parents vont privilégier pour leurs enfants des espaces de proximité, le quartier par exemple, ou au contraire des territoires distendus et éclatés, que ce soit dans la ville ou à l’échelle mondiale. Les classes dominantes par exemple peuvent valoriser un apprentissage de la mobilité à l’échelle internationale.

Les parents « investissent » l’espace. On pense à l’acquisition et/ou transmission de biens financiers ou matériels (immobilier, logement, foncier). L’investissement s’exprime aussi par l’appropriation de lieux à travers leurs pratiques éducatives et leurs sociabilités (le quartier, le terrain de sport, le parc, certaines écoles, collèges, certains lieux de vacances, certains cafés…). Dans les deux cas, cela peut contribuer à (re)produire des phénomènes d’entre-soi, des dynamiques (micro-)ségrégatives et inégalitaires, ou au contraire des pratiques de solidarité et de résistance. Le travail parental soulève ainsi des enjeux de coexistence des groupes sociaux.

Les pratiques et les stratégies des parents et leur versant spatial dépendent de leurs perceptions de la société, des inégalités sociales, et des espaces impliqués. Le retour sur leur trajectoire sociale et spatiale et sur leurs expériences socialisantes éclaire ainsi les types d’encadrements parentaux et leurs géographies. La dimension émotionnelle apparaît à cet égard fondamentale. Les perceptions de l’(in)sécurité (vols, agressions, pédophilie, circulation routière, harcèlement, etc.) des risques environnementaux (ou inversement du « bon environnement ») contribuent à une hiérarchisation des lieux et au façonnage des pratiques éducatives (par exemple : construction des choix résidentiels, évitement scolaire, etc.).

Ces stratégies se heurtent, ou au contraire sont accompagnées par les pouvoirs publics. Cibles de certaines politiques publiques, les parents interviennent de façon croissante auprès des institutions, notamment éducatives. Des heurts ou désaccords peuvent conduire à des formes d’arrangements, de contournement (par exemple de la carte scolaire en France) ou de contestation (interpellation des pouvoirs publics, mobilisations collectives, tissu associatif, etc.).

Les articles, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 30 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).
Ils devront être envoyés avant le 1er juin 2020 à Sophie Moreau (sophie.moreau@u-pem.fr) et Félicie Roux (felicie.roux@gmail.com) coordonnateurs du dossier avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le n° 55 d’EchoGéo (janvier-mars 2021).

Coordination du dossier : Sophie Moreau est maître de conférences à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée et membre de l’EA 3350 - Analyse comparée des pouvoirs ; Félicie Roux est doctorante et ATER à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, et membre de Lab'Urba.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Parents as a social group remain relatively understudied in French geography. The importance of such a large social group shouldn’t be understated, as its study is key in understanding processes such as social reproduction, the construction of individual and collective identities as well as the acquisition and transmission of material and immaterial assets – all of which include a spatial dimension. While French geography has extensively studied examined children and schools, it has rarely focused on parents. The sociology of education and family defines parenthood – the practices involving the supervision and material care of children – as labor or as a category of public action. We postulate that a spatial approach to parenthood can bring new and richer perspectives on this topic. This issue will examine the geography of parents under two main angles.

Understanding the spaces of parenthood

Contributors are invited to investigate the existence of spaces of parenthood: how and in what places are parenting practices deployed? What factors/dynamics (political, economic, etc.) influence the design and construction of these places?

The spaces of parenthood can be identified according to their status (private spaces, e.g. home, vs. public spaces) or to their functions (education, recreation, healthcare, consumption, socializing). The analysis of parenthood provides a systemic framework to analyze these places, in relation with historical, cultural, economic and political factors.

These spaces can partly be configured by public policies (on early childhood, education, urban or rural areas, the environment, tourism, etc.), but also by the intervention of companies that exploit the parental market (from pregnancy clothing to bank loans and to the many "activities" that sit at the intersection of education and leisure). Access to these places or facilities, and the parental practices that develop there, are constrained by unequal spatial distribution. They also vary according to family structure and composition, social class and gender.

Parenting practices can be analyzed on different spatial and temporal scales. The temporality of everyday life marks out local spaces and forms of mobility: local social and spatial networks are formed by childcare facilities and actors (most of them female) and by children's leisure practices, deployed in certain public places including for instance neighborhood parks or community centers. A demographic or economic analysis on a macro scale will not reveal the same types of parenthood or the same dynamics as an ethnographic analysis on the scale of a neighborhood. Local dynamics are also embedded in other phenomena that play out on a much larger scale. Being a parent in a peasant society in the South is not the same as being a parent of an only child in a Chinese megalopolis, or being a parent in Paris. These different contexts determine specific parenting practices – fostering, child labor, the search for an elitist school, etc. – each of them with their own spatial effects. Migration or the spatial scattering of families also force us to think about the practices and spaces of parenthood in a multi-scalar way. Similarly, the variation of time scales – that of daily life, that of the institutions (in particular school) as well as the longer timescale of human life – sheds light on the diversity and evolution of parental (or even grandparental) labor and the spaces involved.

Parents as drivers of socio-spatial mutations

Parents’ ordinary practices as well as their socially differentiated reproduction or ascension strategies have spatial effects. Some, such as school choice strategies in France, even instrumentalize space. All contribute to broader social and spatial transformations.

The study of parental strategies reveals visions of education that can be understood on different scales: some parents favor local spaces for their children, such as their neighborhood, or, on the contrary, distended and fragmented territories, whether in the city or on a global scale. The dominant classes, for example, can value educating their children about mobility on an international scale.

Parents invest (in) space. This includes for example the acquisition and/or transmission of financial or material assets (real estate, housing, land). This investment is also expressed by the appropriation of places through educational practices and socializing (the neighborhood, the sports field, the park, certain schools, colleges, certain holiday places, certain cafés...). In both cases, this can contribute to (re)producing forms of communal exclusivity, (micro)segregation and inequality, or on the contrary practices of solidarity and resistance. Parental labor thus raises the question of the coexistence of social groups.

Parents' practices and strategies and their spatial aspects depend on their perceptions of society, of social inequalities, and of the spaces involved. Parents’ social and spatial trajectories and their socializing experiences thus shed light on the different types of parenting and their geographies. The emotional dimension appears fundamental in this respect. Perceptions of what is unsafe (theft, assault, pedophilia, road traffic, harassment, etc.) and of environmental risk (or on the contrary, of what forms a "good environment") contribute to the prioritization of certain places and shape educational practices (for example residential choices, school avoidance strategies, etc.).

These strategies can collide with, or on the contrary, be supported by the public authorities. As targets of certain public policies, parents increasingly engage with institutions, particularly educational ones. Conflicts or disagreements can lead to forms of arrangement, avoidance (e. g. of school catchment areas) or protest (lobbying public authorities, collective action, associations, etc.).

The papers, written in French or English, must be in the region of 30,000 characters (plus illustrations). Please refer to our contributor guidelines on: https://journals.openedition.org/echogeo/1940
Papers must be sent by 1rst June 2020 to this issue’s Coordinators, Sophie Moreau (sophie.moreau@u-pem.fr) and Félicie Roux (felicie.roux@gmail.com) with a copy to Karine Delaunay, Editorial Secretary, (EchoGeo@univ-paris1.fr), who will forward the papers to the reviewers. The thematic dossier will be published in issue 55 of EchoGéo (January-March 2021).

Coordination of this issue: Sophie Moreau is a lecturer in geography at Université Paris-Est Marne-la-Vallée, and a member of the EA 3350 - Analyse comparée des pouvoirs team (UMR). Félicie Roux is a research fellow attached to Université Paris-Est Marne-la-Vallée, and a member of the Lab'Urba team.

Bibliographie

Coll., 2013. Geographies of parenting, policy and place. Children’s geographies, vol. 11, n° 2.

Coll. 2016. Les structures contemporaines de la “parentalité”. Actes de la recherche en sciences sociales, n°214.

Authier J-Y, Lehman-Frisch S., 2012.Il était une fois... des enfants dans des quartiers gentrifiés à Paris et à San Francisco. Actes de la recherche en sciences sociales, 195, p. 58-73.

Barrault-Stella L., 2015. Des groupes d’intérêt à l’École. Les collectifs locaux de parents d’élèves dans la fabrique de l’action publique éducative. In CADIOU S. (dir.), Gouverner sous pression ? La participation des groupes d’intérêts aux affaires territoriales. Lextenso-LGDJ, p. 203-217.

Chauviere M., 2008. La parentalité comme catégorie de l'action publique. Informations sociales, vol. 149, n° 5, p. 16-29.

Dechaux J.-H., 2009. Travail parental et parenté : parlons-nous de la même chose ? Informations sociales, vol. 154, n° 4, p. 14-20.

Dutercq Q, Y., Lafaye C., 2003. Engagement et mobilisation de parents autour de l’école. Les actions pour le maintien d’une école en ZEP d’écoles parisiennes. Revue française de sociologie, vol. 44, p. 469-495.

Foy-Phillips P., Lloyd-Evans S., 2011. Shaping children's mobilities: Expectations of gendered parenting in the English rural idyll. Children's Geographies, vol. 9, p.  379-394.

Gollac S., 2013. Propriété immobilière et autochtonie. Les trajectoires immobilières, sociales et politiques d’un maçon breton et de ses descendant-e-s. Politix, n° 101, p. 133-159.

Grysole A., 2018. De bonnes fréquentations: Envoyer au « bercail » les enfants né.e.s aux États-Unis de parents sénégalais.e.s. Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 225, p. 28-41.

Holloway S.-L., Plimott-Wilson H., 2014. Enriching Children, Institutionalizing Childhood? Geographies of Play, Extracurricular Activities, and Parenting in England. Annals of the Association of American Geographers, vol. 104, n° 3, p. 613-627.

Karsten L., Felder N., 2015. Parents and children consuming the city : geographies of family outings across class. Annals of Leisure Research, vol. 218, n° 2, p. 205-218.

Larreau A., 2003. Unequal childhood : class, race and familiy life. Berkeley, LA, University of California Berkeley, 2003 

Martin C., 2014. « Être un bon parent » : une injonction contemporaine. Presses de l’EHESP, 248 p.

McDowell L. et al., 2005. Women's paid work and moral economies of care. Social & Cultural Geography, vol. 6, n° 2, p. 219-235. 

McDowell L., et al., 2006. Place, Class and Local Circuits of Reproduction: Exploring the Social Geography of Middle-Class Childcare in London. Urban Studies, vol. 43, n° 12, p. 2163-2182.

Pain R., 2006. Paranoid parenting ? Rematerializing risk and fear for children. Social & Cultural Geography, vol. 7, n° 2, p. 221-243.

Poupeau F., François J.-C., 2009. Le sens du placement scolaire : la dimension spatiale des inégalités sociales. Revue française de pédagogie [En ligne], n° 169. http://journals.openedition.org/rfp/1499 - DOI : 10.4000/rfp.1499.

Riviere C., 2017. Du domicile à la ville : étapes et espaces de l’encadrement parental des pratiques urbaines des enfants. Espaces et sociétés, n° 168-169, p. 171-188.

Van Zanten A., 2009. Choisir son école. Stratégies familiales et médiations locales. Paris, Presses Universitaires de France, 304 p.

Wagner A-C., 2011. Les classes dominantes à l'épreuve de la mondialisation. Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 190, p. 4-9.

Witten K., et al., 2009. Connecting place and the everyday practices of parenting: Insights from Auckland, New Zealand. Environment and Planning A, n° 41, p. 2893-2910.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals