Skip to navigation – Site map

HomeLa revueCall for papersLes dynamiques spatiales contempo...

Les dynamiques spatiales contemporaines de la Russie/ Contemporary spatial dynamics of Russia

Date limite d’envoi des articles : 10 décembre 2020/Submission deadline: December 10th 2020

Depuis l’éclatement de l’URSS, la Russie est passée par une phase de chaos (années 1990), puis de stabilisation et de rétablissement (Radvanyi, 2010 ; Radvanyi, Laruelle, 2016). Elle est aujourd’hui un acteur international influent dans plusieurs parties du monde, même si elle présente de nombreux signes de fragilité. C’est surtout un pays qui continue de se transformer en profondeur et qui cherche toujours à renforcer la maîtrise et la desserte de son propre territoire (Hou, 2011 ; Marchand, 2014 ; Radvanyi, 2017). L’économie de rente continue de jouer un rôle fondamental, mais la croissance des activités de service se poursuit de manière régulière depuis plus de deux décennies (67 % de la population active et 54 % du PIB en 2018 contre 56 % et 50 % en 1999). On observe par ailleurs de profondes transformations sociales, politiques et économiques qui ont nécessairement des effets sur la dynamique de l’espace russe à toutes les échelles. Même si le déclin démographique s’est ralenti au cours de la dernière décennie, la Russie, depuis les années 1990, est confrontée dans ce domaine à des problèmes qui affectent différemment les territoires. Ces transformations furent un objet privilégié d’étude dans les années 1990, en relation avec l’idée centrale de recomposition spatiale post-soviétique (Marchand, 2014). Mais elles attirent moins de chercheurs aujourd’hui. On peut regretter que les transformations géographiques de la fédération russe occupent une place somme toute limitée dans la production géographique académique, notamment en France. Ce champ est largement occulté par des analyses portant l’attention sur la géographie politique et surtout sur la géopolitique interne et externe. On peut rappeler à cet égard que les numéros spéciaux les plus récents dédiés à la Russie en France, au demeurant fort intéressants, ont été proposés par Hérodote en 2010 et 2017, revue de géopolitique.

Depuis la disparition de l’Union soviétique, les évolutions spatiales ont été très sensibles dans ce pays continent dont les grands caractères géographiques restent déterminés par quelques puissants facteurs. Il s’agit premièrement du poids de l’héritage soviétique, même presque trente ans après la disparition de l’URSS. De même que, deuxièmement, l’extraction et l’exportation de ressources naturelles, inégalement réparties sur le territoire et concentrées dans des régions éloignées du centre politique. Troisièmement, il n’est pas possible d’ignorer les conditions naturelles parfois contraignantes dans un pays immense dont la maîtrise reste un défi permanent : sans faire de déterminisme, l’éloignement vis-à-vis des régions centrales situées dans la partie européenne et les conditions de vie parfois difficiles, voire vraiment hostiles, de certaines parties du territoire continuent de peser sur leur accessibilité, sur leur géographie et sur la dynamique de leur peuplement. Ces facteurs sont exacerbés et/ou atténués par d’autres facteurs internes et externes. Il s’agit notamment des initiatives politiques de re-centralisation, de projets d’infrastructures, de mutations sociales internes favorisant une polarisation sociale accrue, de l’affermissement de l’économie de marché, de l’intégration dans la mondialisation et de l’évolution de la relation avec la Chine.…

Dans quelle mesure tous ces facteurs jouent-ils un rôle dans l’organisation de l’espace russe aujourd’hui ? On peut s’interroger sur leurs conséquences sur le fonctionnement de la Russie comme fédération (répartition des compétences et des pouvoirs, relations entre centre fédéral et autres échelons, découpages administratifs, spécificités régionales…), sur la dynamique du système de villes, sur la fabrique des espaces urbains, sur les évolutions des espaces ruraux, sur les disparités spatiales de la Fédération, etc. Comment par exemple mesurer, représenter et interpréter ces dernières à l’échelle du pays, à l’échelle des sujets fédéraux et au sein des espaces urbains ? Les écarts régionaux sont considérables  (Bradshaw, Vartapetov, 2003 ; Marchand, 2014 ; Rodriguez et Mekikhova, 2015) : on peut rappeler à cet égard que le PIB par habitant de Sakhaline est équivalent à celui de Singapour ; tandis que celui de la Tchétchénie est équivalent à celui du Myanmar, un des pays les plus pauvres du monde ; Moscou rassemble moins de 8 % de la population mais réalise entre un cinquième et un quart du PIB fédéral ; la pauvreté ne concerne que 10 % de la population à Moscou et Saint-Pétersbourg, mais 40 % dans le piémont caucasien et dans l’Extrême-Orient. Ces disparités géographiques, spectaculaires pour de très nombreux indicateurs, continuent-elles de croître ou bien assiste-t-on à une convergence entre les régions ? A leur sujet, il y a débat. Prenant le contre-pied d’une idée reçue, certains auteurs parlent d’une convergence d’indicateurs socio-économiques entre les sujets de la Fédération depuis 2000, tout en observant le creusement de disparités spatiales locales. Qu’en est-il exactement ? Quelles sont les échelles pertinentes pour saisir les fractures de l’espace russe ? La Russie est-elle un archipel juxtaposant des îles voire des îlots de prospérité et de croissance dans un océan de mal développement, de déclin socioéconomique et de marginalisation ?

Ce dossier de la revue EchoGéo accordera une place importante à l’étude des dynamiques spatiales internes actuelles de la Fédération de Russie, à toutes les échelles et dans toutes les parties du territoire fédéral, afin de contribuer à la connaissance d’un pays qui ne cesse de se transformer :
- Comment la Russie fait-elle face à son immensité, notamment dans sa partie orientale ? Quelles sont les politiques mises en œuvre et les instruments utilisés au service de la maîtrise du territoire ? Le tropisme asiatique, notamment chinois, a-t-il quelque effet sur la géographie des efforts consentis par le pouvoir central et les pouvoirs régionaux ?
- Quelles sont les évolutions de l’environnement en Russie, notamment en relation avec les dynamiques régionale économiques et avec les changements climatiques ?
- Comment évoluent les inégalités régionales dont beaucoup d’auteurs disent qu’elles continuent de se creuser ? Dans un ouvrage récent, Marlène Laruelle et Jean Radvanyi rappellent par exemple que les dix régions les plus riches concentrent plus de la moitié de la valeur du produit régional total du pays. Observe-t-on les mêmes dynamiques à toutes les échelles ? Existe-t-il des liens avec les migrations intérieures ?
- D’une façon générale, quelles sont les grandes dynamiques économiques de l’espace russe dans tous les secteurs ? Observe-t-on des évolutions communes ou différentes en fonction des régions ?
- Quid de la géographie politique et de la géopolitique internes de la Russie ? Seront bienvenus des articles qui explorent les thèmes suivants : les relations (parfois teintées de colonialisme) entre le centre du pouvoir et les périphéries notamment en matière de développement régional, les relations entre les composantes ethniques, la géographie électorale.
- Quelles sont les dynamiques urbaines récentes ? Comment évolue la trame urbaine de la Russie ? Comment évoluent les espaces intra-urbains ?

Les articles, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 40 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).
Ils devront être envoyés avant le 10 décembre 2020 à Sophie Hou (Sophie.Hou@univ-paris1.fr) et Yann Richard (Yann.Richard@univ-paris1.fr), coordonnateurs du dossier, avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le n° 56 d’EchoGéo (avril-juin 2021).

Coordination du dossier : Sophie Hou est Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’UMR Prodig ; Yann Richard est Professeur des universités à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’UMR Prodig.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Since the break-up of the USSR, Russia has gone through a phase of chaos (1990s), then stabilization and recovery (Radvanyi, 2010; Radvanyi, Laruelle, 2016). Today it is an influential international actor in several parts of the world, even though it shows many signs of fragility. Above all, it is a country that continues to transform itself profoundly and is still seeking to strengthen its control over and access to its own territory (Hou, 2011; Marchand, 2014; Radvanyi, 2017). The windfall economy continues to play a fundamental role, but the growth of service activities has continued steadily for more than two decades (67% of the active population and 54% of GDP in 2018 against 56% and 50% in 1999). In addition, profound social, political and economic transformations are taking place, which necessarily have an impact on the dynamics of the Russian space at all levels. Even if demographic decline has slowed down over the last decade, Russia has been faced with problems in this field since the 1990s which affect the territories differently. These transformations were a privileged object of study in the 1990s, in relation to the central idea of post-Soviet spatial recomposition (Marchand, 2014). But this research topic attracts fewer researchers today. It is regrettable that the geographical transformations of the Russian Federation occupy a limited place in academic geographical production in various countries. This field is largely overshadowed by analyses focusing on political geography and especially on external and –to a lesser extent- internal geopolitics. In this regard, we may recall that the most recent special issues dedicated to Russia in France, which are incidentally very interesting, were proposed by Herodote in 2010 and 2017, a geopolitical journal.

Since the disappearance of the Soviet Union, spatial developments have been very noticeable in this continental country whose major geographical features are still determined by a few powerful factors. The first is the weight of the Soviet legacy, even almost thirty years after the disappearance of the USSR. Secondly, the extraction and export of natural resources, unevenly distributed over the territory and concentrated in regions far from the political center. Thirdly, it is not possible to ignore the sometimes constraining natural conditions in a huge country whose control remains a permanent challenge: without being deterministic, the remoteness from the central regions located in the European part and the sometimes difficult, even truly hostile, living conditions in certain parts of the territory continue to weigh on their accessibility, their geography and the dynamics of their settlement. These factors are exacerbated and/or mitigated by other internal and external factors. These include political initiatives for re-centralization, infrastructure projects, internal social changes leading to increased social polarization, strengthening of the market economy, integration into globalization and evolving relationship with China, among others.

To what extent do all these factors play a role in the organization of Russian space today? One may wonder about their consequences on the functioning of Russia as a federation (distribution of competences and powers, relations between the federal center and other levels, administrative divisions, regional specificities, etc.), on the dynamics of the system of cities, on the fabric of urban spaces, on the evolution of rural areas, on the spatial disparities of the Federation, etc. How, for example, can the latter be measured, represented and interpreted on the scale of the country, of federal subjects and within urban spaces? Regional differences are considerable (Bradshaw, Vartapetov, 2003; Marchand, 2014; Rodríguez and Melikhova, 2015). In this respect, it may be recalled that the GDP per capita of Sakhalin is equivalent to that of Singapore; while that of Chechnya is equivalent to that of Myanmar, one of the poorest countries in the world; Moscow has less than 8% of the population but accounts for almost a fifth to a quarter of the federal GDP; poverty concerns only 10% of the population in Moscow and Saint Petersburg, but 40% in the Caucasian Republics of the Federation and in the Far East. Are these geographical disparities, which are spectacular for a great many indicators, continuing to grow or are we witnessing a convergence between regions? There is a debate about them. Taking the opposite view to a preconceived idea, some authors speak of a convergence of socio-economic indicators between the subjects of the Federation since 2000, while observing the widening of local spatial disparities. What exactly is the situation? What are the relevant scales for grasping the fractures in Russian space? Is Russia an archipelago juxtaposing islands or even islets of prosperity and growth in an ocean of poor development, socio-economic decline and marginalization?

This thematic dossier of the EchoGéo journal will give an important place to the study of the current internal spatial dynamics of the Russian Federation, at all scales and in all parts of the federal territory, in order to contribute to the knowledge of a country that is constantly changing:
- How does Russia cope with its vastness, especially in its eastern part? What are the policies implemented and the instruments used to control the territory? Does Asian tropism, particularly Chinese tropism, have any effect on the geography of the efforts made by the central and regional authorities?
- What are the changes in the environment in Russia, particularly in relation to regional economic dynamics and climate change?
- How are regional inequalities evolving, which many authors say continue to grow? In a recent book, Marlène Laruelle and Jean Radvanyi point out, for example, that the ten richest regions account for more than half the value of the country's total regional product. Do we observe the same dynamics at all scales? Are there any relations between such disparities and internal migration?
- Generally speaking, what are the major economic dynamics of the Russian space in all sectors? Are there common or different developments depending on the regions?
- What about Russia's internal political geography and geopolitics? Articles exploring the following themes are welcome: relations between the center of power and the periphery (sometimes tinged with colonialism), particularly in terms of regional development, relations between ethnic components, electoral geography,
etc.
- What are the recent urban dynamics at all scales? How are intra-urban spaces evolving?

The papers, written in French or English, must be in the region of 40,000 characters (plus illustrations). Please refer to our contributor guidelines on: https://journals.openedition.org/echogeo/1940
Papers must be sent by
December 10th 2020 to this issue’s Coordinators, Sophie Hou (Sophie.Hou@univ-paris1.fr) and Yann Richard (Yann.Richard@univ-paris1.fr), with a copy to Karine Delaunay, Editorial Secretary (EchoGeo@univ-paris1.fr), who will forward the papers to the reviewers. The thematic dossier will be published in issue 56 of EchoGéo (April-June 2021).

Coordination of this dossier: Sophie Hou is a lecturer at Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne and a member of research unit Prodig. Yann Richard is a Professor in geography at Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne and a member of research unit Prodig.

Bibliography

Blinnikov M., 2010. A Geography of Russia and Its Neighbors. New York, The Guilford Press.

Bradshaw M., Vartapetov K., 2003. A New Perspective on Regional Inequalities in Russia. Eurasian Geography and Economics, vol. 44, n° 6, p. 403-429.

Eckert D., 2012. Le monde russe. Paris, Hachette.

Géopolitique de la Russie, 2010. Hérodote, n° 138.

Géopolitique de la Russie, 2017. Hérodote, n° 166-167.

Hou S., 2011. L'oléoduc Sibérie Orientale-Océan Pacifique. Outre-Terre, n° 27, p. 45-56.

Marchand P., 2014. Géopolitique de la Russie. Paris, PUF.

Radvanyi J., 2010. La nouvelle Russie. Paris, Armand Colin.

Radvanyi J., 2017. Quand Vladimir Poutine se fait géographe... Hérodote, n° 166-167, p. 113-132.

Radvanyi J., Laruelle M., 2016. La Russie, entre peurs et défis. Paris, Armand Colin.

Rodríguez M., Melikhova Y., 2015. Services in Russia: past, present, and future. Eurasian Geography and Economics, vol. 56, n° 6, p. 656-678.

Touchard L., 2010. Les milieux naturels de la Russie : Une biogéographie de l'immensité. Paris, L’Harmattan.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search