Navigation – Plan du site

AccueilLa revueAppels à articlesLes enjeux de l’alimentation en e...

Les enjeux de l’alimentation en eau potable des villes / The challenges of drinking water supply in cities

Date limite d’envoi des articles : 15 avril 2021 / Submission deadline: April 15th 2021

Ce dossier d’EchoGéo portera sur les enjeux spatiaux et territoriaux de l’alimentation en eau potable (AEP) des villes (communes urbaines et/ou agglomérations). Alors que la majorité de la population mondiale vit en ville, l’approvisionnement et l’accès de tou.te.s les urbain.e.s à une eau en quantité et qualité suffisantes se trouvent à la croisée de problématiques environnementales – par la question des ressources disponibles par exemple – et de développement – par les enjeux sociaux, économiques et sanitaires impliqués.

Le thème interroge d’emblée la pertinence d’approches comparées entre les contextes urbains des pays du Nord et ceux du Sud. La principale différence se pose en termes d’équipements et d’universalisation du service d’AEP. Celle-ci est achevée dans les villes des pays industrialisés, qui gèrent désormais le renouvellement des infrastructures, alors que la desserte de tou.te.s les citadin.e.s reste un enjeu majeur dans les pays en développement (Jaglin, 2012 ; Carré, 2015). De nombreux auteurs s’interrogent sur la transposabilité du modèle de développement des services d’AEP des Nords aux Suds, notamment dans le contexte de la libéralisation des services urbains (Barraqué, 2008 ; Baron et Peyroux, 2011). Plusieurs publications ont croisé les cas d’étude en centrant leurs propos sur les réseaux, la gouvernance ou encore la durabilité des services urbains d’eau potable (Schneier-Madanes et de Gouvello, 2003 ; Barraqué, 2018). L’objectif de ce dossier est de souligner la pertinence des approches spatiales pour définir des problématiques communes aux villes des pays industrialisés et en développement concernant l’AEP.

Les propositions d’article devront s’inscrire dans un ou plusieurs des trois axes thématiques suivants :

Le premier axe sera centré sur les ressources en eau mobilisées ou mobilisables par les villes pour assurer leurs besoins quantitatifs et qualitatifs en eau potable. L’entrée par les territoires de l’eau destinée à la consommation humaine soulève de nombreuses questions : quelles ressources en eau participent à l’AEP des villes ? Sont-elles endogènes ou exogènes ? Dans quels contextes géographiques et historiques sont-elles/ont-elles été mobilisées et selon quels critères ? Le choix de ces ressources relève-t-il de décisions institutionnelles ou de bricolages de populations marginalisées (Hardy, 2009) ? Quels sont les enjeux techniques, financiers, sanitaires, sociaux, politiques et environnementaux associés à leur exploitation, actuelle ou projetée ? Dans le cadre de la sécurisation des approvisionnements en eau, une attention particulière pourra être portée aux relations entre la ville et les territoires plus ou moins lointains sur lesquels elle prélève ses ressources. Ces relations s’apparentent-elles à des formes de coopération, voire de solidarité, ou par des tensions par exemple autour de transferts d’eau (Lasserre, 2005) ?

Le deuxième axe s’intéressera aux nouvelles manières de penser l’accès à l’eau potable en ville. Le modèle du réseau centralisé a montré ses limites dans de nombreux contextes urbains des pays en développement (Jaglin, 2012). L’existence de multiples systèmes alternatifs d’approvisionnement en eau, notamment les micro-réseaux dans les périphéries, ont amené à concevoir la ville « post-réseau » (Coutard et al., 2014). De quelles manières ces systèmes alternatifs facilitent-ils ou entravent-ils l’universalisation sociale et territoriale de l’accès à l’eau ? Et comment les solutions post-réseau invitent-elles à réfléchir à la durabilité des services urbains, y compris dans les pays industrialisés (Féré et Scherrer, 2010) ?
Généralement, les recherches étudient l’accès à l’eau potable en ville sur le plan quantitatif et de la continuité spatio-temporelle du service. Néanmoins, plus rares sont les études qui considèrent aussi sa dimension qualitative. De ce fait, les contributions soulignant l’interdépendance des aspects quantitatifs et qualitatifs de l’accès à l’eau potable seront particulièrement examinées. La prise en compte conjointe de la quantité et de la qualité de l’eau dans la définition du drinking waterscape urbain (Lavie et al., 2020) permet d’englober les réflexions sur l’accès à l’eau aux Nords comme aux Suds. En effet, que les services d’eau potable soient ou non « consolidés » (Jaglin, 2012), ils sont remis en question par des méfiances et des mécontentements autour de la qualité de l’eau (Turgeon et al., 2004 ; Montginoul et Waechter, 2007 ; Lavie et al., 2020).

Le troisième axe portera sur les connexions des politiques de l’eau potable à d’autres politiques urbaines et les modalités de leur territorialisation. Les réflexions pourront porter non seulement sur les rapports avec d’autres réseaux d’eau (assainissement, eaux brutes destinées à l’entretien et l’arrosage, etc.) mais aussi s’élargir aux politiques d’urbanisme, d’aménagement, de santé publique ou encore d’alimentation. Ainsi, pour protéger leurs ressources en eau, certaines villes cherchent à lier leurs politiques d’approvisionnement en eau potable et en denrées alimentaires. C’est le cas, par exemple, de Paris et de Munich qui encouragent la production d’aliments biologiques dans les zones de captages et proposent des débouchés vers la ville (Zakéossian, 2011 ; Grolleau et McCann, 2012). Autre piste de réflexion, la méfiance (plus ou moins justifiée) envers la qualité de l’eau distribuée par les services peut être mise en lien avec la problématique de gestion des déchets issus de la consommation d’eaux embouteillées. Dans tous les cas, il conviendra d’interroger les spécificités des politiques de l’eau au sein des politiques publiques. Les articulations entre échelles de décision pourront être questionnées : comment les projets urbains s’intègrent-ils aux réglementations régionales, nationales et supranationales ? Comment sont-ils perçus et appliqués à l’échelle des espaces et des territoires impliqués (intérieurs ou extérieurs à la ville) ?

Les contributions pourront s’appuyer sur des études de cas centrées sur un terrain ou comparées, des recherches empiriques, des réflexions théoriques ou des propositions de modélisation. Compte tenu du contexte actuel de mobilisation contre la LPPR, une attention toute particulière sera donnée aux propositions de contribution de jeunes chercheur.e.s.

Les articles de ce dossier thématique, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 30 000 à 40 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).
Les articles peuvent aussi être soumis sur ce même sujet mais pour d’autres rubriques trimestrielles : Sur le Métier, Sur l’Image, Sur l’Écrit. Ils doivent alors se conformer aux attentes de chacune d’elles, comme indiqué dans la ligne éditoriale : https://journals.openedition.org/echogeo/1927. Ainsi, les éditeurs de la rubrique Sur l’Image attendent des textes qui proposent une réflexion sur le statut de l’image dans la recherche et/ou sur l’écriture géographique.
Ils devront tous être envoyés avant le 15 avril 2021 à Mathilde Resch (mathilde.resch@gmail.com) et Emilie Lavie (emilie.lavie@u-paris.fr), coordonnatrices du dossier, avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateur/rice.s. Le dossier sera publié dans le n°57 d’EchoGéo (juillet-septembre 2021).

Coordination du dossier : Mathilde Resch, doctorante à l’Université de Paris, et Emilie Lavie, Maîtresse de Conférences à l’Université de Paris.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

This issue of EchoGéo will focus on the spatial and territorial aspects of drinking water supply (DWS) in cities (municipalities and/or conurbations). While the majority of the world's population lives in cities, the supply of and access to water in sufficient quantity and quality for all urban dwellers are at the interface of environmental issues – including the question of available resources – and development issues – through the social, economic and health challenges involved.

From the outset, this theme brings up questions as to the relevance of a comparative approach between the urban contexts of Northern and Southern countries. The main difference is in terms of equipment and universal roll-out of DWS services. This process has been completed in cities in industrialized countries, which are now managing the renewal of their infrastructures, whereas in developing countries, serving all city dwellers remains a major challenge (Jaglin, 2012; Carré, 2015). Many authors question the North to South transferability of the development model for DWS services, particularly in the context of the privatization of urban services (Barraqué, 2008; Baron et Peyroux, 2011). Several publications have cross-referenced case studies, focusing on networks, governance or on the sustainability of urban drinking water services (Schneier-Madanes et de Gouvello, 2003; Barraqué, 2018). The objective of this issue is to highlight the relevance of spatial approaches in defining common lines of enquiry concerning water supply in cities in industrialized and developing countries.

Propositions must fall within one or more of the following thematic axes:

The first axis will focus on the water resources that cities can or do mobilize to cover their quantitative and qualitative needs in drinking water. The inflow of water intended for human consumption via the national territory raises many questions: what are the water resources that contribute to the cities’ drinking water supply? Are they endogenous or exogenous? In what geographical and historical contexts are/were they mobilized, and according to which criteria? Is the selection of such resources the product of institutional decisions, or that of marginalized populations’ efforts to provide for their own needs (Hardy, 2009)? What are the technical, financial, health, social, political and environmental issues associated with these resources’ current or projected exploitation? In a context where securing water supplies can be an issue, contributors may examine the relationship between a city and the more or less distant territories from which it draws its resources. Are these relations similar to forms of cooperation, or even of solidarity, or are they a cause for tensions, for example regarding water transfers (Lasserre, 2005)?

The second axis will focus on new models for thinking access to drinking water in cities. The centralized network model has shown its limits in many urban contexts in developing countries (Jaglin, 2012). The existence of multiple alternative water supply systems, especially micro networks in the outskirts, has led to the notion of a “post-network” city (Coutard et al., 2014). How do these alternative systems facilitate or hinder the social and territorial universalization of access to water? And how do post-network solutions invite reflection on the sustainability of urban services, including in industrialized countries (Féré rt Scherrer, 2010)?

Scholars generally study access to drinking water in cities from a quantitative point of view, or examine these services’ spatio-temporal continuity. Fewer studies also consider their qualitative dimension. Contributions highlighting the interdependence of the quantitative and qualitative aspects of access to drinking water will therefore be examined with particular interest. Considering both the quantity and quality of water in the definition of the urban drinking waterscape makes it possible to embrace reflections on access to water in both the North and the South. Indeed, whether or not drinking water services are “consolidated” (Jaglin, 2012), they can be challenged by users’ mistrust and dissatisfaction as to water quality (Turgeon et al., 2004; Montginoul et Waechter, 2007; Lavie et al., 2020).

The third axis will focus on the connections between drinking water policies and other urban policies, and the modalities of their territorialization. In addition to examining relationships with other water networks (sanitation, raw water for maintenance and irrigation, etc.) contributions may also open up to consider urban planning, development, public health and food policies. To protect their water resources, some cities are thus seeking to link their drinking water and food supply policies. This is the case, for example, in Paris and Munich, which encourage the production of organic food in their respective catchment areas while providing commercial outlets market in the city (Zakéossian, 2011; Grolleau et McCann, 2012). Another avenue for reflection is the public’s (more or less justified) mistrust as to the quality of the water distributed by the services, which can be correlated to the problem of managing the waste resulting from the consumption of bottled water. In all cases, contributions will need to question the specificities of water policies within public policies. The linkages between decision-making scales may also be questioned: how do urban projects fit into regional, national and supranational regulations? How are they perceived and applied at the scale of the spaces and territories involved (inside or outside the city)?

Contributions may be based on case studies, whether comparative or focusing on a specific field, as well as on theoretical reflections or models. Due to the current context of sustained action against the French government’s LPPR (multi-annual research planning bill), particular interest will be given to proposals from young researchers.

Articles for this thematic issue, written in French, English or Spanish, will be in the region of 30,000 to 40 000 signs (plus illustrations). Please refer to author guidelines for text, bibliography and illustration presentation standards (https://journals.openedition.org/echogeo/1940). Articles can also be submitted on this same topic for other quarterly sections: On the Job, On Image, On Writing. These must comply with each section’s requirements, as indicated in the editorial line: https://journals.openedition.org/echogeo/1927. For example, the editor of the « On Image » section expect texts that present a reflection on the status of image in research and/or on geographical writing.
They must all be
sent before April 15, 2021 to Mathilde Resch (mathilde.resch@gmail.com) and Emilie Lavie (emilie.lavie@u-paris.fr), file coordinators, with a copy to Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), editorial secretary, who will forward them to the evaluators. The dossier will be published in EchoGéo n°57 (July-September 2021).

Coordination of the dossier: Mathilde Resch, doctoral student at the University of Paris, and Emilie Lavie, lecturer at the University of Paris.

Bibliographie

Baron C., Peyroux E., 2011. Services urbains et néolibéralisme. Approches théoriques et enjeux de développement. Regards croisés sur deux terrains contrastés (Burkina Faso, Afrique du Sud). Cahiers d’Études Africaines, n° 202-203, p. 369-393.

Barraqué B., 2008. Les grandes villes et l’eau : économie institutionnelle. Annales des Mines – Responsabilité et Environnement, n° 49, p. 51-55.

Barraqué B. (dir.), 2018. Gestion durable de l’eau urbaine. Observations et échanges France-Brésil. Versailles, Éditions Quae, 244 p.

Carré C., 2015. Effets géographiques et processus politiques de la gestion de l’eau en France. Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne.

Coutard O., Rutherford J., Florentin D., 2014. La ville post-réseau. In Grosclaude J. Y., Pachauri R., Tubiana L. (ed), Regards sur la Terre. Paris, A. Colin, IDDRI-TERI, p. 193-201.

Ferré C., Scherrer F., 2010. L’eau urbaine après le réseau ? Villes du Liban et des nouveaux Länder allemands. In Schneier-Madanes G. (dir.), L’eau mondialisée. La gouvernance en question. Paris, La Découverte, p. 403-418.

Grolleau G., McCann L.M.J, 2012. Designing watershed programs to pay farmers for water quality services: Case studies of Munich and New York City. Ecological Economics, n° 76, p. 87-94.

Hardy S., 2009. La vulnérabilité de l’approvisionnement en eau dans l’agglomération pacénienne : le cas du sous-système El Alto. Cybergeo. European Journal of Geography [En ligne], document 457. URL: http://journals.openedition.org/cybergeo/22270 ; DOI: https://doi.org/10.4000/cybergeo.22270

Jaglin S., 2012. Services en réseaux et villes africaines : l’universalité par d’autres voies ? L’Espace géographique, vol. 41, n° 1, p. 51-67.

Lavie E., Crombé L., Marshall A., 2020. Reconceptualising the drinking waterscape through a grounded perspective. The Geographical Journal [On line], vol. 186, n° 2, p. 224-236. DOI: https://doi.org/10.1111/geoj.12343

Montginoul M., Waechter V., 2007. Les ménages et l’eau du robinet : perceptions et pratiques dans une communauté urbaine. Ingénieries, n° 51, p. 33-46.

Schneier-Madanes G., de Gouvello B. (dir.), 2003. Eaux et réseaux. Les défis de la mondialisation. Paris, IHEAL Éditions, 346 p.

Turgeon S., Rodriguez M.J., Thériault M., Levallois P., 2004. Perception of drinking water in the Quebec City region (Canada): the influence of water quality and consumer location in the distribution system. Journal of Environmental Management, vol. 70, n° 4, p. 363-373. DOI: https://doi.org/10.1016/j.jenvman.2003.12.014

Zakéossian M., 2011. Protection des eaux souterraines : exemples d’actions engagées dans le domaine agricole par Eau de Paris. Annales des Mines – Responsabilité & Environnement, n° 63, p. 80-86.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search