Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursLes espaces de loisirs dans les v...

Les espaces de loisirs dans les villes des pays du Sud / Leisure spaces in the cities of the global South

Date limite d’envoi des articles : 27 février 2022 / Submission deadline: February 27, 2022
MERCI DE RETENIR CETTE DATE (et non pas mai)

Qu’il s’agisse de représentations médiatiques ou scientifiques, les villes des pays du Sud sont souvent envisagées de prime abord sous l’angle des difficultés économiques, sociales, urbanistiques ou sécuritaires. Dans le cadre des travaux scientifiques, il est bien sûr légitime que nombre de recherches soient centrées sur ces questions, liées, de près ou de loin, à l’enjeu du développement, majeur pour le mieux-être des populations urbaines. Néanmoins, la vie des habitants des villes de pays du Sud ne se réduit pas aux seules difficultés de la vie quotidienne, aussi prégnantes soient-elles. Peu de travaux portent sur la dimension de la vie des citadins envisagée à partir des pratiques et des lieux de loisirs. Elle est pourtant centrale pour cerner les modes de vie citadins de par le monde et pour considérer les villes du Sud à l’instar de celles du Nord, comme présentant richesse et diversité sociales et culturelles et pouvant offrir, malgré l’adversité des conditions de vie du plus grand nombre, des formes d’émancipation, ou, a minima, de détente au quotidien pour leurs habitants. Par ailleurs, nombre des grandes villes des pays du Sud sont désormais concernées par des transformations rapides qui les apparentent à celles des pays du Nord, en particulier dans les pays à économie dite émergente. Plus encore, la métropolisation et ses traductions spatiales se manifestent dans ces pays, donnant naissance à de nouvelles formes d’espaces de loisirs, à la fois plus nombreux et plus divers dans nombre de villes, y compris dans celles qui ne sont pas au sommet de la hiérarchie urbaine.

Un dossier thématique de la revue EchoGéo serait l’occasion de faire le point sur les recherches récentes engagées en géographie, et plus largement dans les sciences humaines et sociales, sur ces thématiques encore marginales, en intégrant le cas échéant les conséquences de la pandémie de coronavirus.

Par villes des pays du Sud, on entend toutes les villes, quelle que soit leur taille, qui se trouvent dans des pays où le niveau de vie de la majorité des habitants n’est pas élevé au niveau international, qui ne font pas partie des pays dits riches et développés, à savoir l’ensemble de l’Afrique, de l’Amérique latine, de l’Asie occidentale, centrale, du Sud et du Sud-Est, sauf exceptions localisées bien sûr (Chaléard et Sanjuan, 2017).

Par espaces de loisirs, on entend les espaces, tant ouverts que fermés, d’accès public ou privé, collectifs ou individuels, qui se trouvent dans les villes. On pense ainsi aux parcs (Barthe, 2008), aux terrains de sport (Andreff, 2006), aux hôtels (Sanjuan et al., 2003), aux salles vidéo et cinémas (Ndiltah, 2015), aux centres commerciaux (Capron, 2001) et à tous les autres de lieux de consommation tels les restaurants, cafés et bars de quartier (Fourchard et al., 2012). Les espaces domestiques pourront également être pris en considération. Certains de ces lieux de loisirs ont fait l’objet de travaux, d’autres, peu ou pas (Fournet-Guérin, 2017). Des pistes riches ont été dégagées dans l’ouvrage collectif Vies citadines (Dorier-Apprill et Gervais-Lambony, 2006), qui ouvraient à la possibilité d’études élargies, à partir de propositions telles que « flâner », « fêter » ou encore « voisiner ».

L’idée de ce numéro thématique consiste à étudier les configurations de ces lieux, d’une part, et la manière dont ils sont fréquentés par les habitants en étudiant les spatialités à l’œuvre, à travers les pratiques et les représentations des lieux, d’autre part. Le premier volet consiste à s’intéresser à une géographie des lieux de loisirs, à travers leur localisation dans la ville ou leur accessibilité. Le second part des individus et de leurs spatialités, qu’elles soient ordinaires ou exceptionnelles. La dimension éphémère est également à envisager à cet égard, à travers les nombreux festivals culturels urbains en plein essor dans les villes du Sud (de musique, de cinéma, de photographie, de street art, etc.) : le géographe américain Garth Meyers (2011) parle de « festivalisation » des villes à propos de celles d’Afrique. En quoi ces espaces festifs temporaires contribuent-ils à la transformation des espaces urbains et des sociétés ? Les lieux s’envisagent également selon des temporalités variées : lieux diurnes ou nocturnes (Tadié et Permanadeli, 2015), lieux des jours de fête, dominicaux ou lieux du quotidien.

La thématique se décline avec une approche par genre (quelles places pour les loisirs des femmes, des hommes ? voir Bondaz, 2013), par âge, ou encore par groupe social (il est cependant impératif de prendre en compte la dimension spatiale des phénomènes étudiés dans les contributions) : loisirs populaires ou élitistes, tout en prenant en compte l’essor dans tous les pays du Sud de qui est désigné par le vocable générique de « classes moyennes » (Houssay-Holzschuch et Fleury, 2012). Avec la hausse généralisée des niveaux de vie, en dépit de la persistance d’une pauvreté plus ou moins massive selon les pays, c’est au tour des pays du Sud de connaître « l’avènement des loisirs » (Corbin, 1995), même si la faible disponibilité en temps libre demeure une contrainte majeure (peu ou pas de congés payés, en raison du droit du travail ou de l’ampleur de l’emploi informel). Depuis les années 2000, nombre de travaux ont porté sur les espaces du tourisme et sur l’émergence de pratiques de tourisme dit domestique dans les pays du Sud, comme au Vietnam (Peyvel, 2010) ou en Chine (Taunay, 2009). Les pratiques de loisirs, relevant davantage du cadre quotidien d’une part et des espaces domestiques d’autre part, ont été moins étudiées.

Orientations thématiques

Pratiques de loisirs dans les espaces publics extérieurs : contraintes et adaptations

Comme dans toutes les villes du monde, les citadins du Sud utilisent l’espace public pour des pratiques de loisirs, en se fondant sur les aménités disponibles. Les contributions pourront porter sur les aménagements d’espaces de loisirs disponibles, notamment sportifs et culturels, ou sur les questions d’accessibilité à ceux-ci tout comme sur leurs usages (coût d’éventuels tenues ou équipements, du déplacement, vie associative…). La question se pose alors de savoir s’il est pertinent de différencier les villes du Sud des autres, notamment en termes de diffusion sociale de la pratique de ces espaces.

Un autre volet de l’analyse pourra porter au contraire sur le manque d’espaces accessibles ou aménagés et sur les usages détournés mis en œuvre par les citadins pour pouvoir cependant mener des activités de loisirs : usage de terrains vagues, de plages ou rives, d’escaliers, etc., pour pratiquer des sports ; activités en plein air (jeux de billards, de jeux de société…) dans des espaces faisant office de lieux de sociabilité dans l’espace public ou encore rencontres informelles à l’extérieur des logements pour pratiquer un loisir.

Lieux génériques en plein essor dans les villes des pays du Sud

Un autre champ d’analyse attendu concerne les espaces de statut privé présents dans les villes du Sud, qu’il s’agisse de lieux de grande capacité de fréquentation tels les centres commerciaux, les cinémas ou les fêtes foraines, ou de lieux plus limités en taille, comme des bars de quartier ou clubs de sport. L’analyse peut porter ici sur des études micro-locales, à l’échelle de lieux situés dans des immeubles ou complexes aménagés ad hoc. Les articles pourront envisager la question des acteurs qui financent et aménagent ces lieux ainsi que la clientèle, locale ou internationale, plus ou moins aisée. La notion de « lieux génériques » (Lévy, 1997) est employée pour désigner ces lieux qui se retrouvent dans nombre de villes de par le monde, assez similaires, sans qu’il soit possible en se plaçant à l’intérieur de déterminer dans quelle région du monde ils se trouvent.

L’émergence de lieux et pratiques de loisirs mixtes, entre influences locales et internationales

Toutes les formes de pratiques et d’espaces de loisirs sont envisagées dans le cadre de cet appel à texte, qu’il s’agisse d’espaces publics ou privés, libres d’accès ou contrôlés, domestiques ou non, récents ou anciens, ou encore d’inspiration locale ou exogène. Cette dernière distinction peut conduire à des analyses portant sur les formes de sociabilité locales et leurs transformations dans le contexte de la mondialisation et de la circulation internationale de modèles et de formes urbaines. Des contributions portant sur les processus d’hybridation entre ces formes locales de loisirs et des formes internationalisées, voire standardisées, seraient particulièrement intéressantes pour transcender la dichotomie souvent avancée entre lieux génériques et lieux d’inspiration locale, ancrés dans des cultures particulières. Or, dans la lignée des travaux d’Arjun Appadurai (1996), on souhaite approfondir l’idée selon laquelle les deux, loin de s’exclure, se mêlent pour donner lieu à des pratiques et à des lieux hybrides, qui contribuent, en ouvrant à d’autres imaginaires, à l’enrichissement de la vie citadine, à sa diversité et à l’élargissement des possibles pour les habitants.

À l’inverse, il convient de prendre en compte la question des tensions pouvant découler de ces pratiques de loisirs : crispations identitaires, réactions liées à la place du corps dans l’espace public, dimension politique des activités de loisirs, autorisées ou non, contrôlées voire réprimées en fonction de normes morales, religieuses ou autres. Certains espaces de loisirs ont par ailleurs été directement la cible d’attentats terroristes dans différentes villes du Sud. Cette dimension plus politique pourra faire l’objet de contributions attendues.

Les articles de ce dossier Sur le Champ, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 30 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).

Les articles peuvent aussi être soumis sur cette même thématique mais pour d’autres rubriques trimestrielles : Sur le Métier, Sur l’Image, Sur l’Ecrit. Il doivent alors se conformer aux attentes de chacune d’elles, comme indiqué dans la ligne éditoriale : https://journals.openedition.org/echogeo/1927.

Tous les textes proposés devront être envoyés avant le 27 février 2022 à Catherine Fournet-Guérin (cfournetguerin@orange.fr ), coordinatrice du dossier, avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr ), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le no 61 (juillet-septembre 2022).

Coordination du dossier : Catherine Fournet-Guérin est professeure de géographie, Sorbonne Université, Unité de recherche Médiations, sciences des lieux, sciences des liens.

----------------------------------------------------------------------------------------

Whether in media or scientific representations, the cities of the global South are often considered first and foremost through the lens of their economic, social, urban planning or security issues. In the context of scientific research, it is of course legitimate for some projects to focus on these issues, which are closely or remotely linked to the question of development, a major stake for the well-being of urban populations. Nevertheless, the lives of the people who live in cities in the countries of the South should not be reduced to their everyday challenges, however significant these may be. Few studies focus on the lives of city dwellers through the dimension of leisure practices and places. Yet this aspect is key to understanding urban lifestyles throughout the world. The cities of the South – just like those of the North – as places of social and cultural richness and diversity: places that can, despite the adversity of living conditions for the majority, offer everyday forms of emancipation or, at the very least, leisure for their inhabitants. Many of the large cities in the countries of the global South, particularly in the so-called emerging economies, are now affected by rapid transformations that make them more and more similar to the cities of the global North. Metropolization and its spatial impacts are progressing in these countries, creating new leisure spaces, which are both more numerous and more diverse in many cities, including those that are not at the top of the urban hierarchy.

This issue of the journal EchoGéo will be an opportunity to take stock of recent research in geography, and more broadly in the humanities and social sciences, on these still marginal topics, including, where appropriate, the consequences of the coronavirus pandemic.

By cities of the global South, we mean all cities, regardless of their size, that are located in countries where the standard of living of the majority of inhabitants is low by international standards, i.e. countries that are not referred to as rich and developed countries – namely all of Africa, Latin America, and Western, Central, South and Southeast Asia, with local exceptions of course (Chaléard and Sanjuan, 2017).

By leisure spaces, we mean urban spaces, both outdoors and indoors, public and private, collective and individual, that are found in cities. These include parks (Barthe, 2008), sports fields (Andreff, 2006), hotels (Sanjuan et al., 2003), video game arcades and cinemas (Ndiltah, 2015), shopping malls (Capron, 2001), and diverse places of consumption such as restaurants, cafes, and neighborhood bars (Fourchard et al., 2012). Domestic spaces may also be considered. Some of these leisure spaces have been the object of studies, while others remain understudied or unstudied (Fournet-Guérin, 2017). The collective book Vies citadines (Gervais-Lambony and Dorier-Apprill, 2006) has opened rich avenues for broader studies, based on notions such as “flâner” (wandering), “fêter” (celebrating) or “voisiner” (interacting with one’s local community).

The aim of this thematic issue is to study on the one hand these places’ configurations and on the other hand the way they are attended by inhabitants, by examining the spatial aspects at play in practices and representations of these places. One first angle of research may focus on the geography of leisure places, through their location in the city or accessibility. The second angle examines individuals and their spatialities, whether those are ordinary or exceptional. The ephemeral dimension could also be considered in this respect, looking at the many urban cultural festivals that are booming in the cities of the South (music, cinema, photography, street art, etc.): American geographer Garth Meyers (2011) speaks of the “festivalization” of cities in Africa. How do these temporary festive spaces contribute to the transformation of urban spaces and societies? Places can also be considered according to various timelines: daytime or nighttime places (Tadié and Permanadeli, 2015), places of celebration on festive occasions or Sundays, places of daily life.

The theme can be approached through different prisms such as gender (what are the places for women’s and men’s leisure? see Bondaz, 2013), age, or social groups (contributions must however consider the spatial dimension of the phenomena under study), examining for instance popular or elitist leisure, or the rise of a so-called “middle class” across all countries in the South (Houssay-Holzschuch and Fleury, 2012). With the overall rise of living standards, despite the persistence of poverty on a more or less massive scale depending on the country, the countries of the South are now experiencing the “advent of leisure (Corbin, 1995), even if the low availability of free time remains a major constraint (little or no paid leave, due to labor laws or to widespread informal employment). Since the 2000s, some studies have focused on the spaces of tourism and the emergence of so-called domestic tourism practices in the countries of the South, such as Vietnam (Peyvel, 2010) or China (Taunay, 2009). In contrast, leisure practices, which are more related to everyday life on the one hand and to domestic spaces on the other, have been less studied.

Thematic approaches

Leisure practices in outdoor public spaces: constraints and adjustments

As in all cities in the world, city dwellers in the South use public space for their leisure activities, depending on the amenities available. Contributions may focus on the creation of leisure spaces, particularly sports and cultural facilities, on access to these spaces or on their use (cost of outfits or equipment, travel, community life, etc.). The question then arises as to whether it is relevant to differentiate the cities of the South from the others, particularly in terms of the social diffusion of practices of these spaces.

The analysis could also focus on the lack of accessible or developed spaces, and on the indirect uses made by city dwellers for their leisure activities: use of vacant lots, beaches or banks, staircases, etc., to practice sports; open-air activities (pool games, board games, etc.) in places of sociability in the public space, or informal meetings outside of home to practice a leisure activity.

The rise of generic places in the cities of the South

Contributions may explore private leisure spaces in the cities of the South, whether those are places with a large attendance capacity such as shopping malls, cinemas or fairs, or places that are more limited in size, such as neighborhood bars or sports clubs. The analysis may focus on micro-local phenomena, on the scale of a place located in a building or an ad-hoc complex. Articles may consider the question of the actors who finance and develop these places, as well as their clientele, which can be local or international, and more or less affluent. The notion of “generic places” (Lévy, 1997) is used to refer to these places, whicht are found in many cities around the world – places whose appearance is so similar that, when one is inside, it is impossible to determine in which region of the world they are located.

The emergence of mixed leisure spaces and practices, between local and international influences

The editors will welcome papers considering all forms of leisure practices and spaces, whether they are public or private, open access or controlled, domestic or not, recent or old, locally or exogenously inspired. This latter distinction can lead to analyses of local forms of sociability and their transformations in the context of globalization and of the international circulation of urban models and forms. Contributions on the hybridization processes between these local forms of leisure and more internationalized, even standardized forms, would be particularly interesting, to transcend the dichotomy between generic places and locally inspired places with roots in particular cultures. In line with the work of Arjun Appadurai (1996), we would like to explore the idea that the two, far from being mutually exclusive, can blend together to give rise to hybrid practices and places that contribute, by opening up scope for other imaginaries, to enriching city life and its diversity, expanding possibilities for its inhabitants.

On the other hand, the tensions that can arise from these leisure practices should also be considered. Such aspects can include tensions over identity, reactions linked to the place of the body in public space, or the political dimension of leisure activities, whether or not they are authorized, controlled or even repressed according to moral, religious or other standards. Some leisure areas have also been the direct target of terrorist attacks in various cities in the South. This more political dimension could also be the object of contributions.

Papers for the Sur le Champ (“On the Field”) section of Echogéo, written in French, English or Spanish, should be in the region of 30,000 characters (plus illustrations). Please refer to contributor guidelines for formatting, bibliography, and illustration standards (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).

We also welcome proposals for articles on the same theme for Echogeo’s other quarterly sections: Sur le Métier (“On the Job”), Sur l’Écrit (“On Writing”) and Sur l’Image (“On Image”). Contributions must comply with the relevant section’s criteria, as detailed in our editorial guidelines https://journals.openedition.org/echogeo/1927.

Please send your proposal by the February 27th 2022 to this issue’s coordinator, Catherine Fournet-Guérin (cfournetguerin@orange.fr ), with a copy to Editorial Secretary Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr) who will forward the proposals to the peer reviewers. Contributions will be published in issue #61 (July-September 2022).

Coordinator: Catherine Fournet-Guérin is a Professor of Geography at Université de La Sorbonne, Research unit: “Médiations, sciences des lieux, sciences des liens” (“Mediations, sciences of place, sciences of links”).

Bibliographie

Andreff W., 2006. Sport in developing countries. In Handbook on the Economics of Sport, Edward Elgar, Cheltenham, p. 308-315.

Appadurai A., 2001. Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation. Paris, Payot & Rivages, 322 p.

Barthe F., 2008. Le pique-nique ou l’éloge d’un bonheur ordinaire. Paris, Bréal, 242 p.

Bondaz J., 2013. Le thé des hommes. Sociabilités masculines et culture de la rue au Mali. Cahiers d’études africaines, n° 209-210, p. 61-85.

Bonte M., Le Douarin L., 2014. Dans les pas de la nuit. Les rythmes urbains de Beyrouth à la tombée du jour. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], n° 136. URL: http://journals.openedition.org/remmm/8899 - DOI: https://doi.org/10.4000/remmm.8899

Capron G., 2001. La civilité à l’heure de la consommation. Le centre commercial à Buenos Aires. In Cefaï D., Joseph I. (dir.), L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme. La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, p. 249-264.

Chaléard J.-L., Sanjuan T., 2017. Géographie du développement. Paris, Armand Colin, 269 p.

Corbin A., 1995. L’avènement des loisirs, 1850-1960. Paris, Aubier.

Dorier-Appril E., Gervais-Lambony P., 2006, Vies citadines, Paris, Belin, 267 p.

Fourchard L., Goerg O., Gomez-Perez M. (dir.), 2009. Lieux de sociabilité urbaine en Afrique. Paris, L’Harmattan, 610 p.

Fournet-Guérin C., 2017. L’Afrique cosmopolite. Circulations internationales et sociabilités citadines. Rennes, PUR, 200 p.

Houssay-Holzschuch M., Fleury A., 2012. Pour une géographie sociale des pays émergents. EchoGéo [En ligne], n° 21. URL: http://journals.openedition.org/echogeo/13167 - DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.13167

Lévy J., 1997. Penser la ville : un impératif sous toutes les latitudes. CEMOTI, n° 24, p. 27-30.

Myers G., 2011. African Cities. Alternative Visions of Urban Theory and Practice. New York, Zed, 242 p.

Ndiltah P., 2015. Des vidéoclubs pour l'Afrique ? « Salles » de cinéma populaires et lieux de sociabilité au Tchad. Paris, l'Harmattan, 252 p.

Peyvel E., 2010. L’émergence du tourisme domestique au Vietnam. Lieux, pratiques et imaginaires, Thèse de doctorat en géographie. Université de Nice, 405 p.

Söderström O., 2006. Studying Cosmopolitan Landscapes. Progress in Human Geography, vol. 3, n° 5, p. 553-558.

Tadié J., Permanadeli R., 2015. Night and the city: Clubs, brothels and politics in Jakarta. Urban Studies, vol. 52, n° 3, p. 471-485.

Taunay B., 2009. Le Tourisme intérieur chinois : approche géographique à partir de provinces du sud-ouest de la Chine, Thèse de doctorat en géographie. Université de La Rochelle, 461 p.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search