Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59Sur l'EcritDerrière les potagers des métropo...

Sur l'Ecrit

Derrière les potagers des métropoles, la défense des terres vivrières ?

Entretien avec Flaminia Paddeu par Jean Estebanez, en visioconférence, le 22 mars 2022
Flaminia Paddeu et Jean Estebanez
Référence(s) :

Flaminia Paddeu

Sous les pavés, la terre. Agricultures urbaines et résistance dans les métropoles

2021. Paris, Seuil, coll. Anthropocène, 448 p.

Entrées d’index

Index par rubriques :

Sur l’Ecrit
Haut de page

Texte intégral

1Flaminia Paddeu est géographe, maîtresse de conférences à l’Université Sorbonne Paris-Nord, membre du laboratoire Pléiade. Elle a conduit ses recherches sur les mobilisations sociales pour la justice environnementale et alimentaire et les pratiques agricoles de subsistance dans de grandes métropoles comme Paris, New York et Détroit. Cet ouvrage reprend un certain nombre de résultats de sa thèse, qu’elle a soutenue en 2015 et qui s’intitulait De la crise urbaine à la réappropriation du territoire. Mobilisations civiques pour la justice environnementale et alimentaire dans les quartiers défavorisés de Detroit et du Bronx à New York. L’ouvrage est par ailleurs enrichi de ses recherches plus récentes, portant notamment sur le militantisme associatif environnemental dans le Grand Paris.

Jean Estebanez (JE). Pourriez-vous revenir sur l’origine de ce projet ? Ou plutôt sur ces deux aventures, celle de la thèse et celle de la rédaction de votre livre ?

Flaminia Paddeu (FP). Tout a commencé en 2010, au début de la thèse. A cette époque j’avais déjà travaillé sur la gestion et la production des espaces verts dans les métropoles aux États-Unis, sur ce rapport entre ville et nature, qui m’intéressait depuis longtemps. Dans ma recherche doctorale j’ai cherché à me reconnecter à une géographie plus sociale, et pour ce faire choisi de m’intéresser aux quartiers populaires, en particulier aux relations que leurs habitants entretiennent avec les espaces de nature, et comment ils les produisent. Je suis entrée sur le terrain via le point de vue des habitants, et ce qui pouvait être observé à travers leur regard et leurs pratiques. Très vite, je suis tombée sur la question des friches. Aux États-Unis, dans les quartiers populaires plus qu’ailleurs, on a assisté à une production structurelle de la vacance foncière. Pour mon objet de recherche, les friches ont d’une certaine manière été une aubaine : les habitants y produisaient de la nature urbaine de manière informelle ; même si, par la suite, certaines initiatives ont été accompagnées par les politiques publiques.

Illustration 1 - Jardin potager d’un collectif afro-américain dans l’East Side de Détroit

Illustration 1 - Jardin potager d’un collectif afro-américain dans l’East Side de Détroit

Auteur : F. Paddeu, 2013.

C’est là que j’ai rencontré, un peu par hasard, l’agriculture urbaine et le jardinage collectif, qui n’avaient jusqu’alors pas forcément retenu mon attention. C’est en faisant un premier terrain exploratoire à New York, qu’on m’a signalé le cas de Détroit. Dans les années 2010, on assistait là-bas à une véritable explosion des potagers et des fermes urbaines, sur un territoire en décroissance où la vacance foncière était massive. J’ai alors saisi, à travers ces pratiques de réappropriation des friches, l’occasion de croiser questions urbaines, agro-écologiques et sociales. Après avoir fini ce travail aux États-Unis, j’ai continué à explorer cette thématique dans le cadre d’un post doc dans le Grand Paris, où se multipliaient des projets d’agriculture urbaine, ce qui m’a permis de décentrer mon regard et d’internationaliser mon enquête. Ma recherche n’était donc pas une comparaison stricto sensu mais une enquête multisituée, avec des terrains pensés conjointement mais conduits à des endroits et des moments différents.

Illustration 2 - Ferme urbaine associative installée sur un ancien parking de Brooklyn à New York

Illustration 2 - Ferme urbaine associative installée sur un ancien parking de Brooklyn à New York

Auteur : F. Paddeu, 2011.

Après avoir valorisé ces enquêtes par des articles, j’ai eu envie de faire le bilan de ces dix années de recherche et de raconter ce que je n’avais pas dit avec plus de liberté de style, de ton et d’organisation des idées. Mais aussi de m’exprimer dans des arènes moins strictement scientifiques et universitaires, pour toucher un lectorat plus varié. J’étais particulièrement intéressée par la collection « Anthropocène » du Seuil dirigée par Christophe Bonneuil. En effet, mon recentrement sur la géographie sociale s’est accompagné d’un tournant écologique, qu’on a pu également observer dans les sphères scientifiques et sociales. Dans ce contexte, la question de l’action collective et de ses effets socio-spatiaux a trouvé une place importante. Dans une perspective pluridisciplinaire, j’ai conduit mes recherches à la lumière des approches critiques de l’Anthropocène, en particulier celles de C. Bonneuil et J.-B. Fressoz sur le Capitalocène (2013 ; 2017). Les transformations structurelles des rapports à l’environnement, l’articulation entre questions politiques, sociales et écologiques, ont motivé le choix de cette collection. Mais je voulais aussi porter à connaissance ce qui se passait dans les terrains urbains, qui demeurent à la marge des publications contemporaines en écologie politique. Et déconstruire ce cliché du jardinage collectif comme une pratique d’écologie inoffensive, ou de l’agriculture urbaine comme une pratique uniquement entrepreneuriale. Dans les quartiers populaires, l’agriculture urbaine révèle des formes d’action collective qui disent beaucoup des rapports de classe et de race à l’écologie.

JE. Y a-t-il eu des surprises du terrain ? Des surprises théoriques ? Avez-vous identifié un décalage particulier de vos observations par rapport au projet d’origine ?

FP. Au début de mes enquêtes de terrain à Détroit et à New York, l’agriculture urbaine était présentée par les acteurs comme par les chercheurs comme une véritable panacée (Paddeu, 2017), offrant la possibilité de régler les maux urbains : la décroissance démographique, la vacance foncière, les usages indésirables comme le squat, le trafic de drogue, les incendies criminels. Dans la littérature scientifique des années 2000, beaucoup de travaux essayaient d’évaluer les bénéfices de l’agriculture urbaine (voir Duchemin et al., 2008) : dans quelle mesure elle permettait d’améliorer l’alimentation des habitants, créait de l’attractivité, améliorait le sentiment de sécurité ou permettait de préserver la biodiversité. La littérature se faisait en quelque sorte la caisse de résonnance du discours des acteurs qui participaient à ce mouvement. Cette posture omettait certaines questions importantes, comme l’inclusivité raciale ou la mixité sociale. Ainsi, dans le quartier où j’ai enquêté à Détroit, 98 % des habitants étaient d’origine afro-américaine, alors que la population qui y pratiquait l’agriculture urbaine se démarquait par une forte proportion de Blancs.
J’ai donc pris un peu de distance par rapport au terrain, avec un regard plus critique sur ces pratiques. Cette surprise du terrain a été accompagnée d’un changement de paradigme théorique : la deuxième vague de la littérature sur l’agriculture urbaine dans les années 2010 est beaucoup plus ancrée dans la géographie critique, attentive à ses liens avec des processus comme la gentrification, la production d’espaces d’entre soi ou encore la récupération par des logiques néolibérales (voir McClintock, 2014).

JE. Qu’entendez-vous par l’agriculture urbaine ? La retrouve-t-on dans tous les types de sociétés y en a-t-il d’autres où c’est marginal ? Y a-t-il des sociétés sans agriculture urbaine ?

FP. Une des manières communes de définir l’agriculture urbaine, c’est le développement, la fabrication et la distribution de denrées alimentaires produites par la culture ou l’élevage dans et autour des villes. On distingue l’agriculture périurbaine de l’agriculture intra-urbaine, qui est celle à laquelle je me suis intéressée, en y incluant le jardinage collectif sous des formes variables (jardins partagés, jardins ouvriers). L’agriculture urbaine est une pratique qui, à l’échelle mondiale, est loin d’être marginale et anecdotique. D’après les chiffres de la FAO, environ 800 millions de personnes dans le monde pratiqueraient l’agriculture en ville et cela produirait environ 15 % des denrées alimentaires mondiales. Mais ces chiffres sont beaucoup plus pertinents pour les pays des Suds que des Nords. Dans certains territoires, par exemple en Afrique de l’Ouest, c’est un filet de sécurité pour beaucoup d’habitants. A l’inverse, dans les pays des Nords, l’agriculture urbaine s’est réduite à peau de chagrin, elle a connu une « grande disparition » et a été confrontée à une artificialisation massive. Entre 1845 et 2017, les cultures vivrières dans Paris passent d’environ 1 378 hectares à 23 hectares.
Malgré des trajectoires forcément disparates entre les pays, il y a des points communs entre toutes ces formes d’agriculture urbaine, par-delà les contextes. D’abord le manque de place, l’exiguïté : l’agriculture urbaine se fait sur des parcelles dont la superficie est fortement contrainte, contrairement aux espaces ruraux où on a plutôt observé un accroissement des superficies. Ensuite, le niveau de productivité est très variable car l’agriculture urbaine est plus fréquemment multifonctionnelle : la fonction alimentaire ou vivrière n’en est qu’une parmi d’autres, aux côtés d’autres fonctions sociale, éducative ou environnementale. Enfin, la pratique agricole en ville est considérée comme subsidiaire ou temporaire, en bas de la hiérarchie des usages du foncier urbain. Par conséquent, elle prend place dans des espaces dévalués, au statut précaire, avec des sols souvent pollués.

Illustration 3 - Rassemblement pour la défense des jardins ouvriers des Vertus à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis

Illustration 3 - Rassemblement pour la défense des jardins ouvriers des Vertus à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis

Auteur : F. Paddeu, 2021.

JE. Cultiver en ville, est-ce la même chose que cultiver dans des métropoles ? Est-ce que la taille de la ville change les choses ? L’agriculture urbaine est-elle une production métropolitaine, voyez-vous des types d’enjeux propres aux très grandes villes très connectées ?

FP. Dans les métropoles, les enjeux autour de l’accès au foncier non-bâti, et de sa préservation, sont particulièrement prégnants. La métropolisation va de pair avec des dynamiques massives d’artificialisation liées à l’extraction de rente foncière, et donc de destruction effective ou probable des espaces de nature. Plus encore dans les métropoles que dans les autres villes, l’accès à la sécurité ou à la propriété foncière pour ce type de projet est quasi impossible : les collectifs ou associations qui la pratiquent sont d’autant plus dépendants des négociations avec les pouvoirs publics et privés. À Paris, dans l’immense majorité des cas, ce sont des conventions d’occupation ou des locations qui permettent l’accès au foncier, tandis qu’à Détroit l’occupation informelle est le mode d’accès au foncier dominant. À ces éléments s’ajoute une complexité institutionnelle propre au contexte métropolitain, qui demande des capacités spécifiques des acteurs de l’agriculture urbaine à s’insérer dans des rapports de pouvoirs entre des acteurs puissants et bien souvent impliqués dans des enjeux d’envergure nationale, voire internationale. C’est le cas des grands projets urbains ou des grands événements sportifs, comme les Jeux olympiques de 2024 pour le Grand Paris, qui menaçaient de destruction les jardins ouvriers des Vertus à Aubervilliers, malgré une victoire récente du Collectif de défense.
Dans les villes moyennes et petites, les enjeux sont pour partie différents. Le potentiel productif et vivrier y est particulièrement important en lien avec une morphologie et une sociologie urbaine distinctes. Maxime Marie montre par exemple qu’à Alençon (Orne), l’existence de nappes pavillonnaires avec des potagers individuels permet des formes d’agriculture urbaine vivrière domestique (2019). Il estime que 300 tonnes de légumes produits par an dans ce type de potagers correspondent à 18 % de la consommation locale. De tels chiffres pour le Grand Paris ne sont pas disponibles : dans Paris intra-muros nul doute qu’ils seraient moindres, mais dans certaines banlieues avec jardins ouvriers et potagers individuels, on pourrait certainement s’en approcher…

JE. Il y a donc un enjeu politique de l’agriculture urbaine…

  • 1 Les Parisculteurs sont un appel à projets financés par la Mairie de Paris visant à développer l’ins (...)

FP. Effectivement. L’agriculture urbaine fait l’objet d’une mise en visibilité à travers des politiques dites « durables » ou « écologiques ». C’est le cas des Parisculteurs, un programme municipal qui soutient des projets d’agriculture urbaine et de végétalisation depuis 2016, en lien avec l’objectif énoncé par Anne Hidalgo d’arriver à 100 ha végétalisés à Paris1. Par le biais d’un concours annuel il met en compétition des projets d’agriculture urbaine, et fonctionne comme une vitrine d’une poignée de projets considérés comme « innovants » auquel on facilitera l’accès à des ressources, notamment foncières. L’esprit de cette politique permet de s’insérer dans une compétition intermétropolitaine, qui repose aujourd’hui en partie sur une certaine image de l’écologie en ville.
Ce genre de politiques, qui paraissent soutenir des pratiques agricoles et végétales en ville, s’inscrivent dans un agenda métropolitain néolibéral. D’abord elles produisent un tri très important entre projets et entre acteurs : tandis que certaines start-ups high tech sur les toits du centre-ville sont sous les projecteurs, de petites associations de jardinage collectif en banlieue galèrent dans leur coin. Depuis les années 2010, on a vu apparaître à New York ou à Paris quelques start-up d’agriculture urbaine, peu nombreuses mais particulièrement visibilisées, rodées à l’obtention de financements et qui savent très bien s’insérer dans les dispositifs des politiques vertes et durables (Reynolds et Cohen, 2016 ; Darly et Reynolds, 2018). À l’inverse, les jardins ouvriers, en première ou deuxième couronne urbaine, souvent mal insérés dans l’écosystème associatif métropolitain sont en position défavorable dans les négociations politiques. Alors même que ces jardins disposent des surfaces agricoles les plus importantes et constituent les formes les plus productives, un véritable filet de sécurité alimentaire pour les classes populaires qui reçoit très peu de financement et d’attention. Plus encore, ils sont fréquemment menacés de destruction, comme l’a montré récemment le cas des jardins d’Aubervilliers. Souvent dans les métropoles, l’affichage de politiques écologiques n’empêche pas de continuer à artificialiser.
Derrière une même pratique – cultiver la terre en ville – on retrouve donc des formes très variables ! Elles révèlent des rapports à l’Anthropocène et des positionnements très différents, voire opposés : on oscille entre des propositions plus ou moins technoscientifiques, plus ou moins radicales, plus ou moins compatibles avec le néolibéralisme urbain.

JE. Entrons dans les concepts que vous utilisez. Qu’est-ce que le métabolisme ? En quoi la notion de métabolisme permet-elle de penser de manière intéressante le rapport à l’agriculture urbaine dans le fonctionnement urbain et du vivant ? Et peut-être, au-delà, de la nature ?

FP. Plutôt que celle de métabolisme, c’est surtout la notion de « rupture métabolique » qui m’a intéressée. Développée par Marx dans les années 1840, elle désigne la rupture de flux de matières organiques entre les zones urbaines et leurs ceintures maraîchères et, plus largement, entre les villes et les campagnes environnantes. Il faut se remettre dans le contexte de l’époque, où beaucoup de scientifiques étaient préoccupés par une crise de la fertilité des sols, dans les milieux ruraux comme urbains. Pour Marx, cette inquiétude environnementale révélait un découplage majeur qui se jouait entre ville et campagne, ainsi qu’une aliénation matérielle des humains vis-à-vis de la nature dans la société capitaliste en construction. Cette notion permet d’expliquer en partie la rapide disparition de l’agriculture urbaine à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Prenons l’exemple de Paris : l’accès au fumier était une question clef, il permettait l’articulation entre la ville et le maraîchage qui a été très important, notamment dans un contexte où la traction hippomobile était très répandue. Émile Zola le décrit particulièrement bien dans Le ventre de Paris : il évoque un fermier qui part de Nanterre avec ses fruits et légumes, se rend aux halles pour vendre sa production et, au retour, se charge de fumier. Lorsque la traction hippomobile a cessé d’être dominante, le fumier est venu à manquer pour le maraîchage urbain. À un niveau plus général, trois grands phénomènes structurels, l’urbanisation, l’industrialisation, et la « modernisation » de l’agriculture, expliquent l’ampleur de cette rupture métabolique.
Cette analyse a été notamment prolongée par les travaux d’écologie territoriale (Barles, 2014 ; Bognon et al., 2018), qui ont justement montré comment il y a eu progressivement une externalisation de la fonction agricole hors des villes, dans un hinterland de plus en plus lointain et découplé de ce territoire, dans des périphéries géographiques parfois dominées et colonisées. Bref, le concept de métabolisme et ses différents usages est particulièrement fécond pour expliquer les relations entre ville et agriculture.

JE. Peut-on parler du rapport aux sols et plus concrètement à la terre, car cela me semble constituer une entrée intéressante dans l’ouvrage ? Quelle importance de la terre quand on fait de l’agriculture urbaine, comment les gens s’y réfèrent, évoquent ses qualités, ses défauts ?

FP. En reparcourant mes enquêtes, je me suis rendue compte que l’entrée par la terre permettait de synthétiser ce que j’avais à dire, d’où le titre de mon ouvrage ! Il y a trois relations principales à la terre parmi mes enquêté·e·s. Premièrement, à la Terre au sens de la planète : les habitants qui s’impliquent veulent préserver les écosystèmes, affirment l’urgence à cultiver en ville, sont motivés par des valeurs écologiques, et cherchent à relier leur action ici et maintenant à la question du changement global. Ensuite, à la terre comme foncier, une ressource âprement convoitée, qui fait l’objet de conflits entre acteurs. Les enquêté·e·s ont tou·te·s a minima le souhait de garder la terre qu’ils et elles cultivent, une partie sont même impliqués dans des luttes de défense de la terre. Garder le foncier voire se le réapproprier par des « reprises de terre », c’est la condition absolue pour des pratiques agricoles urbaines qui ne soient pas seulement temporaires. Troisièmement, la terre comme sol, forcément vivant, plus ou moins fertile, mais généralement appauvri et pollué. Il pose un enjeu essentiel : celui d’exhumer ce sol. Cela se fait parfois via une débitumisation ou une dépollution : on enlève des parpaings, des déchets urbains accumulés. Pour reconstituer un sol, il faut l’amender, ce qui passe parfois par le fait de reboucler les flux de matière : on parle alors de pratiques d’agriculture qui se veulent restitutives ou réparatrices. Cela passe beaucoup par la pratique du compost, qui s’est développée ces dernières années en réutilisant des ressources in situ, à partir de déchets végétaux ou de marc de café, mais aussi de paillage du sol à partir de drèches de bière.
C’est pour cela, pour le dire très brièvement, que je développe cette idée davantage programmatique qu’analytique, d’un « droit à la terre en ville ». C’est une idée qui prolonge certaines pratiques actuelles, mises en œuvre par des acteurs qui ont un rapport à l’espace public très proche de ce qu’Henri Lefebvre appelait le droit à la ville. Ce droit à la terre en ville défend l’accès à la terre pour y façonner des espaces agricoles urbains apportant une sécurité foncière, un contact avec le vivant cultivé et la possibilité vivrière. Cela me semble être une piste pour reconnecter cette notion importante, mais conçue il y a plus de cinquante ans, avec les préoccupations écologiques actuelles.

JE. J’ai été frappé par quelques remarques très intéressantes autour de la diversité des formes de nature urbaine : les jardins producteurs sont en concurrence avec d’autres formes comme les espaces verts, les trames vertes, qui témoignent davantage de rapports protecteurs ou esthétiques à la nature. Y a-t-il des formes d’opposition ou d’articulation des fonctions attribuées à la nature avec le productif – je pense notamment aux travaux de Charles Stépanoff (2021) ?

FP. Dès le XIXe siècle, dans les métropoles européennes et nord-américaines se met en place une opposition assez nette entre nature productive et nature récréative. Ainsi, à Paris et à New York, le paradigme hygiéniste a beaucoup joué dans la disparition des espaces cultivés, notamment en lien avec la construction de grands parcs. Par exemple à Brooklyn, Prospect Park, dessiné par le même paysagiste que Central Park, a pris place sur des terrains agricoles. À l’époque, une concurrence foncière se met donc en place entre différents espaces de nature dans les grandes métropoles.

Illustration 4 - Session de cuisine collective dans un jardin partagé à Villetaneuse en Seine-Saint-Denis

Illustration 4 - Session de cuisine collective dans un jardin partagé à Villetaneuse en Seine-Saint-Denis

Auteur : F. Paddeu, 2019.

Aujourd’hui, ces logiques se perpétuent et révèlent des situations très paradoxales : des aménageurs veulent parfois détruire des jardins collectifs pour en faire des espaces comportant des espaces verts. C’est le cas par exemple à Besançon, où les jardins des Vaîtes sont menacés par un projet d’écoquartier porté par une municipalité écologiste ; ou encore à Istanbul où les Bostan, des jardins millénaires, ont été détruits à coups de bulldozer pour créer un parc récréatif avec restaurants et cafés. Ces nouveaux types d’espaces de nature sont considérés par les pouvoirs publics comme plus attractifs pour les classes moyennes et supérieures, et par les pouvoirs privés comme plus lucratifs.
Pour autant, dans les discours des enquêté·e·s, certaines formes d’agriculture urbaine, comme l’agroécologie ou la permaculture, permettent de réconcilier une nature productive et une nature biodiverse. Des pratiques agricoles accueillantes pour les vivants, grâce à des symbioses entre certaines espèces, et inscrites dans des trames vertes et l’écosystème urbain, sont plébiscitées et pratiquées par de nombreux enquêté·e·s.

JE. L’agriculture urbaine reconfigure-t-elle un rapport spécifique au vivant ? Vous évoquez des liens très variables avec le vivant.

FP. Pour beaucoup de personnes concernées, défendre l’agriculture urbaine c’est participer à la défense du vivant de manière générale. Ce motif, très consensuel aujourd’hui dans certains milieux, permet de rattacher l’agriculture urbaine à de grands enjeux qui dépassent le cadre urbain et d’imaginer des alliances entre luttes rurales et urbaines. C’est le cas par exemple avec les ZAD (zones à défendre) urbaines, qu’on a vu apparaître ces dernières années. Je pense notamment au quartier des Lentillères à Dijon ou aux jardins des Vaîtes à Besançon. L’idée qu’il faut défendre le vivant implique parfois de s’inscrire dans des mouvements sociaux qui assument une certaine conflictualité, passant par des modalités variées comme la désobéissance civile, l’opposition aux forces de police, ou d’autres, plus juridiques. Dans les quartiers populaires, le mot d’ordre de la défense des vivants – par exemple à travers certains slogans utilisés comme « Nous sommes la nature qui se défend » – crée toutefois un hiatus entre le discours militant et la relation locale des habitants à ces espaces. C’est ce que j’ai observé lors d’une manifestation organisée à Aubervilliers pour la défense des jardins des Vertus : dans un des territoires les plus défavorisés de France, les habitants avaient l’air très circonspects vis-à-vis des mots d’ordre qui insistaient sur la défense du vivant. Ils étaient beaucoup plus sensibles aux slogans qui dénonçaient les aménageurs, les élus ou la police, voire à la question vivrière, révélant des traditions de quartiers populaires qui restent prégnantes, autour de questions quotidiennes plus tangibles pour les habitants. Ce qui bien sûr n’exclut pas une sensibilité écologique des classes populaires : juste, la formulation autour du « vivant » n’est pas celle qui semble la plus à même de mobiliser spontanément.

JE. Une dernière question, en forme de conclusion et d’ouverture, qui fait écho à mes propres préoccupations de recherche : quels rapports voyez-vous entre l’agriculture urbaine, le glanage et la chasse vivrière ? Peut-on voir des formes de prolongement ?

FP. Je vois un premier prolongement : souvent, les espaces agricoles comme les jardins collectifs sont des lieux privilégiés de cueillette. Dans leurs interstices, les espèces vivaces et les arbres fruitiers sont des ressources pour le glanage. La question intéressante sous-jacente est celle des communs, qu’on pourrait qualifier de communs de subsistance. Dans quelle mesure peut-on créer ou développer des espaces où il y ait une forme d’autogestion collective et auto-instituée pour l’accès aux ressources essentielles que sont la terre et ses fruits ? Cela pose une question théorique et pratique très intéressante, potentiellement féconde : celles des logiques d’appropriation et de conflictualité autour des communs. Pour comprendre ces enjeux autour de la propriété, de la subsistance et des rapports de classe, on peut se référer aux travaux d’Edward Thompson (2014 [1975]) : la disparition des communaux et des droits coutumiers, qui permettaient le glanage, la cueillette, le ramassage du petit bois ou la chasse vivrière, a pu participer à des résistances populaires dans l’Angleterre du XVIIIe siècle. La question des communs crée des pistes transversales fécondes pour penser des pratiques différenciées, par-delà l’État et le marché.

JE. Votre livre apporte en effet de précieux éclairages sur les rapports de domination autour des questions du foncier, des communs, qu’on retrouve de façon transversale dans les différentes facettes de l’agriculture urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Barles S., 2014. L’écologie territoriale et les enjeux de la dématérialisation des sociétés : l’apport de l’analyse des flux de matières. Développement durable et territoires [En ligne], vol. 5, no 1, URL: http://journals.openedition.org/developpementdurable/10090 – DOI: https://doi.org/10.4000/developpementdurable.10090

Bognon S., Barles S., Billen G., Garnier J., 2018. Approvisionnement alimentaire parisien du XVIIIe au XXIe siècle : les flux et leur gouvernance. Récit d’une trajectoire socioécologique. Natures Sciences Sociétés, vol. 26, n° 1. [En ligne sur Cairn]. URL: https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2018-1-page-17.htm

Bonneuil C., 2017. Capitalocène. Réflexions sur l’échange écologique inégal et le crime climatique à l’âge de l’Anthropocène. EcoRev', vol. 44, no 1, p. 52-60.

Bonneuil C., Fressoz J.-B., 2013. L’événement Anthropocène. La terre l’histoire et nous. Paris, Seuil, 320 p.

Darly S., Kristin R., 2018. Commercial Urban Agriculture in the Global City: Perspectives from New York City and Métropole du Grand Paris. CUNY Urban Food Policy Institute. URL: http://www.cunyurbanfoodpolicy.org/news/2018/12/11/lscislvsr7spj7834v9ls796n6xm7h

Duchemin E., Wegmuller F., Legault A.-M., 2008. Urban Agriculture: Multi-Dimensional Tools for Social Development in Poor Neighbourhoods, The Journal of Field Actions [En ligne], vol. 1. URL: https://journals.openedition.org/factsreports/113

Maxime M., 2019. Estimation de la contribution de la production potagère domestique au système alimentaire local. VertigO - La revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], vol. 19 no 2. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/26215 – DOI: https://doi.org/10.4000/vertigo.26215

McClintock N., 2014. Radical, Reformist, and Garden-Variety Neoliberal: Coming to Terms with Urban Agriculture’s Contradictions. Local Environment, vol. 19, n° 2.

Paddeu F., 2017. Sortir du mythe de la panacée. Les ambiguïtés de l’agriculture urbaine à Détroit. Métropolitiques [En ligne], 13 avril 2017. URL : https://metropolitiques.eu/Sortir-du-mythe-de-la-panacee-Les-ambiguites-de-l-agriculture-urbaine-a-Detroit.html

Reynolds K., Cohen N., 2016. Beyond the Kale: Urban Agriculture and Social Justice Activism in New York City. Athens, Georgia, University of Georgia Press, 224 p.

Stépanoff C., 2021. L'animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage. Paris, La Découverte, 400 p.

Thompson E. P., 2014 [1975]. La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle. Paris, La Découverte, 196 p.

Haut de page

Notes

1 Les Parisculteurs sont un appel à projets financés par la Mairie de Paris visant à développer l’installation de projets agricoles à Paris et à mobiliser le foncier, dans le cadre de la Charte partenariale « Objectif 100 hectares ». URL: https://www.parisculteurs.paris/

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 723k
Titre Illustration 1 - Jardin potager d’un collectif afro-américain dans l’East Side de Détroit
Crédits Auteur : F. Paddeu, 2013.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 2 - Ferme urbaine associative installée sur un ancien parking de Brooklyn à New York
Crédits Auteur : F. Paddeu, 2011.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 3 - Rassemblement pour la défense des jardins ouvriers des Vertus à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis
Crédits Auteur : F. Paddeu, 2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23070/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 4 - Session de cuisine collective dans un jardin partagé à Villetaneuse en Seine-Saint-Denis
Crédits Auteur : F. Paddeu, 2019.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23070/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flaminia Paddeu et Jean Estebanez, « Derrière les potagers des métropoles, la défense des terres vivrières ? », EchoGéo [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 31 mars 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/23070 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.23070

Haut de page

Auteurs

Flaminia Paddeu

Flaminia Paddeu, paddeu.flaminia@gmail.com, est maîtresse de conférences à l’Université Sorbonne Paris-Nord, membre du laboratoire Pléiade. Elle a récemment publié :
- Horst M., Mcclintock N., Baysse-Lainé A., Darly S., Paddeu F., Perrin C., Reynolds K., Soulard C-T., 2021. Translating land justice through comparison: A US-French dialogue and research agenda. Agriculture and Human Values [En ligne]. URL: https://link.springer.com/article/10.1007/s10460-021-10202-4 - DOI: https://doi.org/10.1007/s10460-021-10202-4
- Antolinos-Basso D., Blanc N., Chiche J., Paddeu F., 2020. S’engager pour l’environnement dans le Grand Paris : territoires, politiques et inégalités. Cybergeo. European Journal of Geography [En ligne], document 939. URL: http://journals.openedition.org/cybergeo/34544 - DOI: https://doi.org/10.4000/cybergeo.34544
- Paddeu F., 2019. Déchets, mauvaises herbes et plantes sauvages. Géographie critique du glanage alimentaire urbain / Waste, weeds, and wild food. A critical geography of urban food collecting. EchoGéo [En ligne], n° 47. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/17788 / http://journals.openedition.org/echogeo/16623 - DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.17788 / https://doi.org/10.4000/echogeo.16623

Articles du même auteur

Jean Estebanez

Jean Estebanez, jean.estebanez@u-pec.fr, est maître de conférences à l’Université Paris Est-Créteil (UPEC) et membre de l’EA Lab’Urba (EA 3482). Il a récemment publié :
- Estebanez J., Boireau P., 2021. One Health: A social science discussion of a global agenda. Parasite, vol. 29. URL: https://www.parasite-journal.org/articles/parasite/abs/2022/01/parasite210160/parasite210160.html - DOI : https://doi.org/10.1051/parasite/2022014
- Blanchard S., Estebanez J., Ripoll F., 2021. Géographie sociale. Approches, concepts, exemples. Paris, Armand Colin, 224 p.
- Estebanez J., 2021. Les animaux en géographie. Généalogie et enjeux. In Clement V., Stock M., Volvey A., Mouvements de géographie. Une science sociale aux tournants. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 105-114.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search