Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59Sur le ChampUsages de l’espace, positionnemen...

Sur le Champ

Usages de l’espace, positionnement social et dimensions raciales : le cas des immigrés français de Salvador de Bahia (Brésil)

Marie Sigrist et Maxime Michaud

Résumés

Les immigrés français établis au Brésil vivent le plus souvent dans les grandes métropoles du Sudeste. Toutefois, quelques-uns ont choisi d’immigrer à Salvador (Bahia). Porteuses d’influences afro-brésiliennes marquées, Salvador a la particularité de compter la plus grande part de population auto-identifiée noire du pays. À l’instar des autres métropoles brésiliennes, la capitale bahianaise présente aussi une urbanisation ségrégative. Dans ce contexte, il est pertinent d’interroger la situation des Français dans l’espace géographique urbain et dans l’espace socio-économique. L’étude anthropologique de leurs lieux de résidence et des usages qu’ils font des ressources urbaines donnent à voir leur position sociale et les perceptions hétérogènes qu’ils portent sur cette dernière, au regard notamment des enjeux postcoloniaux et de leur origine européenne.

Haut de page

Texte intégral

Nos remerciements s’adressent tout particulièrement aux informateurs et enquêtés à Salvador. Nous tenons aussi à remercier Isabelle Bianquis pour ses orientations dans cette recherche, ainsi que les évaluateurs et relecteurs de la revue ÉchoGéo pour leurs conseils.

  • 1 Le terme « immigré » est employé tout au long de cet article pour parler des Français enquêtés. « I (...)
  • 2 Source consulaire. Le nombre réel est supérieur étant donnée l’absence de déclaration de certains r (...)

1De prime abord, la présence d’une population immigrée1 française au Brésil semble anodine. D’une manière générale, l’immigration des populations issues des « Nords » dans les « Suds » suscite en effet peu d’intérêt dans le débat public et est souvent quantitativement sous-estimée (Bredeloup, 2016). Pourtant, ces dernières décennies, les migrations de Français vers le Brésil ne cessent de croître (Uebel et Rückert, 2017). Le Brésil compte la deuxième plus importante population française en Amérique du Sud, soit approximativement 30 000 immigrés issus de France (MEAE, 2020). Si les immigrés français résident principalement à Rio de Janeiro et São Paulo (CGF, 2015), ils sont de plus en plus nombreux à s’installer dans les grandes métropoles du Nordeste, en plein essor (Loloum, 2018). L’une d’elles, Salvador de Bahia (illustration 1), quatrième ville la plus peuplée du pays (IBGE, 2010), compte officiellement 529 Français2.

Illustration 1 - Position géographique de Salvador de Bahia (Brésil)

Illustration 1 - Position géographique de Salvador de Bahia (Brésil)

Auteur : M. Sigrist, 22/08/2021.

2Si la présence française au Brésil a été étudiée en ciblant les pionniers (Brault, 2011), les étudiants (Barbosa et al., 2010), les expatriés (Corrêa Clemente, 2009) ou plus récemment les Français ayant migré pour des raisons sentimentales dans le Nordeste (Loloum, 2018), rares sont les travaux qui s'intéressent à la position sociale des Français dans la société brésilienne. Plus rares encore sont les travaux qui y corrèlent la dimension raciale. Celle-ci est particulièrement intéressante à prendre en compte dans le contexte de Salvador, ville brésilienne comptant la plus grande part de population s’identifiant comme noire (79,4 %) (IBGE, 2019). Par ailleurs, l’histoire de Bahia, et plus largement celle du Nordeste, a été marquée par l’esclavage des plantations de canne à sucre. La culture quasi-exclusive de cette denrée dans le Nordeste, pendant la colonisation portugaise, a sollicité une main d’œuvre esclave venue d’Afrique, transitant par le port de Salvador (Reis, 1992). Alors que les classes dominantes, le plus souvent européennes ou d’ascendance européenne, avaient le contrôle du capital lié à la commercialisation de la canne à sucre, elles réglementaient aussi les points de récolte alimentaires, en limitant l'accès de leurs esclaves. Une dépendance alimentaire s'est peu à peu établie, affamant les populations les plus pauvres – principalement noires et amérindiennes – et les privant d’un apport nutritionnel suffisant (Castro, 1983). Le développement autonome du Brésil dans le siècle suivant, basé sur la monoculture, n'a pas permis à la population, le plus souvent noire ou métisse, de se libérer de la faim et de la pauvreté (Castro, 1983) et ce, malgré les revendications des populations afro-brésiliennes dans le Nordeste (Ribeiro, 2016). Malgré l’imaginaire collectif de la démocratie raciale, défendant l’idée d’un métissage harmonieux occultant les origines ethniques au profit de la nationalité brésilienne, le racisme est très marqué au Brésil. Il est notamment saillant dans la hiérarchisation sociale contemporaine (se basant sur la classe, l’origine de la famille, la couleur de peau et l’éducation scolaire) qui continue de reproduire les fondements de l’ordre esclavagiste (élite/peuple ; blancs/noirs) (Guimarães, 1995). Au Brésil, les individus occupent alors des positions sociales inégales selon l’identité raciale revendiquée ou assignée. Dans la capitale bahianaise, comme dans les autres villes du Nordeste brésilien, l’occupation des espaces apparaît segmentée selon les positions socio-économiques et raciales des habitants (Telles, 2003).

  • 3 « Soteropolitano » est le gentilé et qualificatif associé à Salvador de Bahia.

3Les usages des espaces urbains sont fortement différenciés en fonction des positions sociales des habitants. Dans les pays en voie de développement, ces différences sont encore plus marquées, les écarts de niveaux de vie étant particulièrement importants. Dans le cas brésilien vient s'ajouter la question des identités raciales qui tendent à renforcer ces écarts sociaux. Dans ce contexte, le positionnement des immigrés français pose question. Si leur position d'immigrés pourrait leur valoir des difficultés d'intégration dans les milieux les plus aisés, leur potentiel économique peut les placer dans une position plus favorable. À cela s'ajoutent leurs origines européennes qui les font souvent rentrer dans la catégorie des "Blancs", valorisée dans la société brésilienne. Se pose ainsi la question de savoir, dans ce contexte soteropolitain3, ce que leurs usages de l'espace urbain nous révèlent de leur position sociale et, inversement, comment leurs positions sociales conditionnent ces usages ? Et comment, en tant qu'immigrés, s'accommodent-ils de ce positionnement dans une société où les relations sociales sont fortement liées aux dimensions raciales ?

  • 4 L’enquête intègre la recherche menée par Marie Sigrist dans le cadre de sa thèse, intitulée Dynamiq (...)
  • 5 Un troisième volet des entretiens semi-directifs consistait, quant à lui, et dans le cadre de la pr (...)

4Cet article s’appuie sur des matériaux, collectés par l’autrice, dans le cadre d’une ethnographie menée dans la ville de Salvador entre février et mai 2019, portant sur les immigrés français4. Le terrain soteropolitain a consisté en des entretiens semi-directifs en français auprès de 25 immigrés français, âgés de 18 à 70 ans, résidant dans l’agglomération de Salvador depuis une période allant de 2 mois à 41 années. Un premier volet de l’entretien consistait à recueillir des informations sur le profil de l’enquêté (âge, lieu de résidence, statut administratif). Un second volet était ensuite consacré à son parcours de migration et à son vécu5. Au-delà des entretiens, des observations ont été réalisées sur les lieux de vie, de travail et de consommation des enquêtés. D’autres entretiens ont aussi été réalisés, dans un but de triangulation, auprès de deux expatriés français et, en langue portugaise, auprès de deux Brésiliens côtoyant des Français. En outre, des conversations informelles avec des Brésiliens résidant ou travaillant dans les quartiers de résidence des enquêtés (voisinage, gardiens de résidence, vendeurs ambulants) et une ethnographie digitale sur les espaces numériques mobilisés par les enquêtés (comme Facebook, Messenger, WhatsApp) ont été réalisées.

La présence française sur la Orla comme marqueur social

5Les Français enquêtés ont fait le choix d’immigrer au Brésil après un premier séjour dont ils retirent une expérience positive. Les raisons motivant leur migration sont multiples, parfois cumulées. Elles vont de la volonté de se lancer dans une aventure entrepreneuriale dans le secteur touristique, à la réponse à l’amour pour le pays ou pour une Brésilienne ou un Brésilien, en passant par la recherche de l’aventure que représente le fait de vivre dans un pays marqué par les imaginaires des grands espaces tropicaux. Ils suivent ainsi des dynamiques déjà exposées dans la littérature sur les migrations des Nords vers les Suds (Bredeloup, 2016 ; Benson, 2015). D’âges, de niveaux d’éducation et de parcours variés avant leur arrivée au Brésil, ils ont toutefois en commun le fait de résider dans la même zone urbaine de Salvador, sans nécessairement se côtoyer.

Des quartiers gentrifiés

6Avant son départ sur le terrain, l’autrice du présent article reçoit un message audio sur Facebook de la part de Camille (36 ans, au Brésil depuis 5 années), la conseillant sur les quartiers où résider :

« Le soir, Vitória est plutôt désert. Graça aussi […]. Barra est bien coté car très touristique, du coup c'est bien fréquenté…il y a la plage, la piste cyclable. Ondina peut-être sympa aussi. En fait, ça dépend pas mal de l'endroit...des fois une rue est bien, et celle d'à côté bof. Si tu veux, envoie-moi les adresses si tu as des doutes. Mais Corredor da Vitória, c'est joli et bien centré aussi...c'est un des endroits les plus chics de Salvador ! […] Tout dépend de ce que tu recherches. Mais Graça, c'est quand même beaucoup des vieux... c'est mort la nuit. Au moins, à Barra, tu auras quelques bars, toujours des gens qui te proposeront d'aller voir le coucher de soleil sur le port de Barra, le weekend c'est piéton, y a des supermarchés… Je crois même qu'il y a un marché bio ! ».

7Les quartiers évoqués par Camille sont tous situés dans la zone urbaine nommée Orla, soit « front de mer » en français, qui occupe la majeure partie du littoral de la ville. Or il apparaît que tous les enquêtés vivent sur la Orla, dont presque la moitié dans les quartiers de Graça, Vitória et Barra. Ce dernier est l’un des plus prisés de Salvador pour le tourisme balnéaire et les activités culturelles liées au Carnaval (illustration 2).

Illustration 2 - Quartier de Barra : plages et immeubles résidentiels

Illustration 2 - Quartier de Barra : plages et immeubles résidentiels

Auteur : M. Sigrist, 04/04/2019.

  • 6 Écosystème de forêt tropicale humide le long de la côte littorale brésilienne.

8Sept autres enquêtés résident à Piatã, Itapuã et Pituaçú (illustration 3). Ces trois quartiers, récemment investis par les promoteurs immobiliers, résultent de l’expansion de Salvador sur le littoral et vers les zones de Mata Atlântica6 en direction de la municipalité de Lauro de Freitas (vers le Nord-Est) (Lourau-Silva, 2014). Enfin, ils sont une minorité (trois enquêtés) à être établis dans le quartier de Rio Vermelho, positionné aussi sur la Orla.

Illustration 3 - Répartition des enquêtés par quartier de résidence

Illustration 3 - Répartition des enquêtés par quartier de résidence

Auteur : M. Sigrist, 23/08/2021.

9Dès les années 1950, Salvador suit les modèles d’urbanisation de Rio de Janeiro et São Paulo, tout en conservant ses particularités de place commerçante maritime. Elle connaît alors d’importantes transformations urbaines accompagnées de fortes spéculations immobilières (Magalhães, 2012). Si les quartiers les plus aisés étaient jusqu’alors situés au centre, de nouveaux lotissements sont érigés au sud, conduisant à une gentrification de ces quartiers et configurant peu à peu la Orla. Ce mouvement a repoussé les populations les plus modestes dans les périphéries urbaines au nord de la ville (Lourau-Silva, 2014). Les deux larges zones urbaines du Miolo et du Subúrbio Ferroviário ont ainsi connu le développement d’habitats précaires, tels que des favelas et logements clandestins (Rolnik, 1989). À cette précarité immobilière s’ajoute la présence faible des opportunités d’emploi et de services (Treuke, 2018). À l’inverse, la Orla apparaît comme un espace résidentiel et professionnel fourni non seulement en logement, mais également en prestations diverses (Carvalho et Arante, 2021), autant d’éléments qualifiés de « ressources urbaines » (Michel et Ribardière, 2017). La Orla, est ainsi progressivement devenue un lieu de résidence attractif pour les classes moyennes et supérieures (IBGE, 2010 ; Magalhães, 2012). Les revenus des familles habitant les quartiers de Barra et Graça comptent d’ailleurs parmi les plus élevés de la ville. La Orla attire aussi les classes très favorisées, notamment le quartier de Piatã (Moreira de Carvalho, 2006).

10Ainsi, suivant le principe selon lequel le lieu de résidence et les espaces fréquentés contribuent à marquer la position sociale des individus (Pinçon et Pinçon-Charlot, 1988), le fait que les immigrés français se concentrent sur la Orla indique un statut social privilégié et une certaine mobilisation des ressources urbaines.

Résider en condomínio fechado : de la séparation spatiale à la séparation sociale

11Pour se rendre au domicile de Florian (35 ans, au Brésil depuis 9 années) dans le quartier de Piatã, le taxi doit tout d’abord s’avancer au niveau d’un poste de gardiennage et de conciergerie, accolé à de hautes palissades surmontées de fils électriques et de caméras de vidéosurveillance. Les palissades entourent ainsi plusieurs dizaines de maisons. Après avoir vérifié l’identité du chauffeur, de ses passagers et le motif de leur venue, le gardien entre en communication avec l’amphitryon puis indique le chemin pour rejoindre sa maison. Le taxi remonte alors une route principale autour de laquelle se trouvent des villas individuelles. Les espaces verts communs sont entretenus et parsemés d’aménagements décoratifs, de cocotiers et de palmiers symétriquement taillés. Chaque villa est séparée des autres par une haie végétale et comporte des espaces verts privatifs. Au Brésil, ce type de quartier résidentiel fermé et surveillé, où seuls les résidents ou personnes autorisées par ces derniers peuvent accéder, est appelé condomínio fechado, ou parfois plus succinctement condomínio par certains Brésiliens ou enquêtés. Le terme est aussi utilisé pour désigner les grands immeubles positionnés sur un espace privé, séparés de la rue par une barrière et surveillés par un poste de vigile ou une conciergerie (illustration 4). Ce type d’habitat est largement diffusé au Brésil, comme dans le reste des Amériques (les gated communities) (Blakely et Snyder, 1997). Comme Florian, quatre autres immigrés français résident dans un condomínio fechado de luxe, aux caractéristiques semblables. Onze Français vivent quant à eux dans une tour de condomínio fechado présentant aussi pour la plupart des prestations de luxe (espaces verts entretenus, court de tennis, gardiennage, conciergerie, piscine, etc.).

Illustration 4 - Tour de condomínio fechado dans le quartier de Graça (Salvador, Brésil)

Illustration 4 - Tour de condomínio fechado dans le quartier de Graça (Salvador, Brésil)

Auteur : M. Sigrist, 02/05/2019.

12L’important développement des condomínios fechados surveillés et sécurisés sur la Orla, fait écho non seulement à un réel problème d’insécurité dans certaines parties du pays, mais également à la diffusion accrue des idéologies sécuritaires par les acteurs politiques et économiques dans le pays (Carvalho et Arantes, 2021) et à la présence particulièrement importante des services de sécurité publique au regard du nombre d’habitants de la zone (Andrade, et Silveira, 2013). « C’est quand même rassurant ! Tu rentres à 18h quand il fait nuit, le gardien te connait, il te laisse passer » explique Sophie (43 ans, au Brésil depuis 6 mois), habitante d’une tour de condomínio fechado dans le quartier de Barra. Si ces propos soulignent l’importance de la dimension sécuritaire pour les habitants, on ne peut nier la dimension socio-économique qu’ils recouvrent également. En effet, plus l’espace résidentiel présente un niveau de sécurité élevé (gardiens, poste de surveillance, caméras), de séparations physiques avec l’extérieur et des prestations multiples et exclusives, plus les résidents se distinguent socialement et symboliquement (Blakeky et Snyder, 1997). « Tous ces quartiers sont plutôt tranquilles car de classe moyenne-haute », explique Camille, témoignant là du lien perçu entre sécurité et distinction sociale. À la segmentation spatiale qui s’opère entre la Orla et les autres aires urbaines de Salvador, se superpose donc une segmentation résidentielle. En vivant dans un habitat de type condomínio fechado, a fortiori comportant des prestations élevées et un niveau de sécurité maximal, certains enquêtés marquent ainsi leur distinction avec les habitants de l’extérieur, alimentant ainsi les ségrégations sociales existantes à Salvador. Il est utile de préciser que cette segmentation n’empêche pas les enquêtés d’entretenir des relations amicales, amoureuses ou professionnelles avec la population brésilienne d’autres quartiers. Ces sociabilités s’inscrivent néanmoins le plus souvent dans un rapport de classe équivalente.

Un contexte professionnel porteur

  • 7 Ils sont dix à réaliser ce type d’activité, étant diplômés de l’enseignement supérieur français ou (...)
  • 8 Six enquêtés sont concernés par ces activités.
  • 9 Soit 466,7 euros en 2019 selon le Guia Trabalhista (2020).

13La Orla concentre une part une importante des opportunités professionnelles dans les domaines tertiaire, touristique et intellectuel, non seulement à l’échelle de Salvador, mais également à l’échelle de l’État de Bahia (Rodrigues Porto et Miranda, 2020). On retrouve donc logiquement parmi les habitants de ces quartiers une part importante de personnes diplômées, de professions libérales et intellectuelles et de chefs d’entreprises (Borges et Carvalho, 2017). Les enquêtés travaillent souvent dans leur quartier de résidence ou dans un quartier voisin, aussi situé sur la Orla. Nombreux sont celles et ceux qui travaillent soit dans le secteur de l’enseignement du français ou de l’anglais ou de la diffusion de la culture française7 ; soit dans l’entrepreneuriat dans le secteur de l’hôtellerie-restauration8. Certains d’entre eux cumulent à leurs salaires brésiliens des revenus issus de locations immobilières en France, des pensions alimentaires ou des retraites de droit français. Dans un pays où le salaire minimum atteint 998 reais9 et où le cours de l’euro vaut 4,4 reais, des revenus en euro sont particulièrement intéressants. Dans la salle de réception de la tour de condomínio fechado de luxe où elle réside, Martine (55 ans, au Brésil depuis 32 années) explique : « Moi je m’en sors très bien, j’ai un salaire de cadre à mi-temps ici, je cumule avec des cours de français que je donne à des collègues de l’entreprise où je travaille et en plus, je reçois les loyers d’un appartement que je loue…dont je suis propriétaire à Paris…Heureusement que j’avais investi là-dedans à l’époque ! ».

  • 10 Soit 430 euros (au 15/06/2020).

14Toutefois, si la majorité des immigrés français enquêtés jouit d’une situation économique avantageuse, quelques enquêtés sont moins favorisés. Camille, vivant seule, dispose d’un budget de moins de 2500 reais10 par mois, devant payer son loyer, son plan de santé et ses études à l’université. Martine conseille : « Ici, faut vraiment avoir un bon salaire et économiser vraiment pour pouvoir vivre ». Amandine (25 ans, au Brésil depuis 2 années) témoigne de la difficulté de certains Français, sans activité, pour qui seul l’enseignement permet de surmonter les difficultés de la vie : « Il y a des profs [de français] qui vivent dans des coins craignos à fond et euh...ouais je pense que c'est compliqué pour eux parce que les profs...bah ils sont hyper précaires par exemple ». Théo (37 ans, au Brésil depuis 2 années) a connu des périodes moins fructueuses que d’autres dans son activité d’enseignement du FLE. Il a tout de même pu emménager à Rio Vermelho grâce à l’enseignement à distance pour des pays « du Nord », palliant ainsi les fluctuations financières locales : « Je ne donne que des cours sur Skype à des Américains. Ça me rapporte plus d'argent d'être payé en dollar » (Théo). Par ailleurs, des pratiques professionnelles de certains Français s’inscrivent hors des quartiers aisés. Armand, par exemple, se rend parfois sur des terres agricoles pour ses missions de soutien à l’agriculture familiale. Quant à Stéphane, gérant d’un restaurant sur la Orla, il se rend une à deux fois par mois dans le quartier populaire de Cazajeiras (zone du Miolo) pour s’approvisionner auprès de grossistes alimentaires. Ponctuellement, ce sont aussi des activités d’aide sociale qui poussent quelques enquêtés à se rendre dans des lieux moins favorisés de Salvador. Camille est en effet active dans une association d’éducation musicale pour les enfants de Engenho Velho da Federação, quartier défavorisé au Nord de la Orla. Les paroles au sujet des limitations financières et les pratiques ponctuelles hors des quartiers aisés, aussi marginales soient-elles, rappellent l’hétérogénéité des situations sociales dans la population des immigrés français à Salvador.

15Il convient toutefois de souligner que le capital économique et éducatif du pays d’origine reste dans tous les cas un recours qui offre à ces Français des perspectives auxquelles une grande partie des populations locales ne peut prétendre.

Le recours aux empregadas de casa : une reproduction des inégalités raciales

  • 11 Si la traduction littérale de empregada de casa est « employée de maison », les Français interrogés (...)

16Les articulations qui existent entre les conditions socio-économiques, les différences raciales dans l’accès à l’emploi dans la société brésilienne et la localisation des logements conduisent les trois zones urbaines de Salvador à porter « différentes couleurs » (Carvalho et Arantes, 2021). À ce titre, la Orla, zone des quartiers privilégiés et investis par les classes moyennes et supérieures, regroupe la partie la plus blanche de la population soteropolitaine, alors que les populations noires et métisses résident davantage dans les zones populaires du Miolo et du Subúrbio Ferroviário (Moreira de Carvalho, 2006). Apparaît ainsi une ségrégation raciale touchant une partie de la population, noire et pauvre, affectée par les « effets de lieu » (Andrade et Silveira, 2013). Or les enquêtés français font appel à cette population pour la réalisation de tâches domestiques dans leur résidence. Cette mobilisation passe notamment par l’emploi d’une empregada de casa, plus succinctement désignée empregada dans le langage courant. Il s’agit d’une personne, le plus souvent une femme, chargée de réaliser le travail domestique dans les foyers comme les courses, la cuisine ou le nettoyage (Vidal, 2007). Sur l’ensemble des enquêtés français, quel que soit leur âge, un peu plus de la moitié a recours à une empregada. La fréquence d’emploi et les activités demandées varient. Alors que Théo s’apprête à recruter une empregada une fois tous les quinze jours, François (44 ans, au Brésil depuis 7 années) précise : « J'ai une femme de ménage qui vient une fois par semaine […] Elle fait le ménage et elle cuisine »11.

  • 12 Environ 27,60 euros (en mars 2019).
  • 13 Environ 57,50 euros (en mars 2019).

17Justifiant leurs pratiques par les usages locaux dont ils sont témoins, les enquêtés avancent souvent l’argument économique : « Ça coûte assez peu cher parce qu'elles sont quand même sous-payées ces personnes. Là, je pense qu'on a trouvé quelqu'un autour de 120 reais12 et euh...donc elle va rester la journée, elle va faire tout le ménage, euh...de la cuisine...et voilà, tous les 15 jours. Et donc, tu vois, sur un mois, ça va coûter 250 reais13, c'est un budget qui n'est absolument pas dingue ! C'est bien moins cher...enfin quand tu penses à l'équivalent en France, c'est le prix de deux heures de ménage quoi […] ! Même pour nous, ce n’est pas...tu vois...c'est quelque chose qu'on peut s'offrir » (Théo). Une autre justification consiste à présenter cette pratique comme un trait culturel local : « En fait, ce qui se fait souvent ici, c'est d'avoir des gens à la maison pour faire le ménage et cuisiner, des gens qui sont là en permanence », explique François. « Ce qui se fait ici » est à replacer dans le contexte de la classe moyenne-supérieure brésilienne – et a fortiori blanche – pour laquelle plus de 6 millions de personnes occupent un travail domestique (IBGE, 2018). Ces usages prennent racine dans des rapports plusieurs fois séculaires, hérités de la période esclavagiste au Brésil (Kofes, 2001). Les élites européennes et blanches contrôlaient les esclaves noirs, issus des colonies portugaises d’Afrique, tant à l’extérieur de leurs foyers (plantations ou exploitations minières selon les régions) qu’en leur sein.

18Le bâti ancien comme contemporain témoigne des marques de la ségrégation vis-à-vis des employés domestiques (Lima et Toledo, 2018). Certains enquêtés, comme Armand (46 ans, au Brésil depuis 9 ans), sont au fait de cette organisation résidentielle dont les traces sont toujours présentes : « Dans les appartements, traditionnellement, la cuisine est totalement séparée du reste de la maison parce c'est l'employé qui est dedans, qui est là ». Dans l’appartement occupé par Sophie, dans une tour de condomínio fechado pourtant récente du quartier de Graça, il est possible de voir ces caractéristiques de la domesticité issues de la période esclavagiste. L’appartement comprend en effet une petite chambre d’environ 3 m² avec des toilettes intégrées, accolées à la buanderie et à la cuisine, mais séparée des pièces à vivre. Si le cadre juridique contemporain épargne aujourd’hui à ces femmes de vivre chez leurs employeurs (Vidal, 2007), les inégalités raciales se poursuivent sous d’autres formes. En effet, ces femmes n’ayant pas les moyens de résider à proximité de leur(s) employeur(s) dans la Orla, elles sont généralement contraintes de vivre dans les aires plus populaires et périphériques comme celles du Miolo et du Subúrbio Ferroviário et subissent donc les interminables trajets en transports en commun. À la fois éloignées des centres urbains et de leur lieu de travail, elles cumulent deux paramètres de déplacement qui attestent des profondes inégalités entre les populations au Brésil (Viana Cerqueria, 2017). Comme l’expose R. Rolnik (1989), alors que les quartiers où vivent les populations pauvres et noires sont les plus stigmatisés et marginalisés, c’est pourtant de la main-d’œuvre de ces derniers dont les habitants des quartiers favorisés dépendent pour l’entretien de leurs résidences.

19En France, l’emploi d’une personne pour les tâches domestiques concerne moins de 10 % des ménages, étant d’ailleurs davantage le fait des élites ou des seniors (Marbot, 2009). Cet usage est par ailleurs souvent inscrit dans un rapport à la migration, une forte proportion des employées du travail domestique en France étant émigrées des « Suds » (Avril et Cartier, 2019). Il est intéressant d’observer que, dans le cas présent, le lien entre travail domestique et immigration est aussi existant, mais inversé : les personnes employeuses, les Français, étant des immigrés faisant appel aux non-immigrées. La capacité des enquêtés français à pouvoir s’offrir les services d’une empregada témoigne d’une certaine aisance économique dont ils font usage et d’une reproduction, sinon d’une acceptation, d’une pratique véhiculant les inégalités raciales présentes dans la société brésilienne.

20Nous avons vu dans cette partie à quel point le lieu de résidence des enquêtés français dans les quartiers de la Orla et leurs usages de certaines ressources (prestations de condomínio fechado, empregada de casa) positionnent les Français parmi les catégories sociales privilégiées de la société brésilienne. Ils bénéficient ainsi des « effets de lieu » (Bourdieu, 1993), soit de la façon dont les bénéfices ou préjudices rattachés à la qualité des structures urbaines et à l’espace vécu ou représenté contribuent à la position dominante ou dominée d’un groupe. Comme le rappellent I. Carvalho et R. Arantes (2021), l’appropriation différenciée du territoire urbain contribue à la persistance et à l’aggravation des inégalités raciales au Brésil. Par les effets de lieu vécus dans la Orla, les Français participent donc également à la reproduction des inégalités sociospatiales et raciales envers les autres zones urbaines de Salvador, plus pauvres, plus noires et moins équipées en ressources urbaines. Précisons ici que ce rapport à l’espace n’est pas forcément particulier aux immigrés français. Il est probablement partagé par les populations brésiliennes de statut social équivalent, et par d’autres immigrés. Toutefois, le contexte initial de l’enquête (cf. note 4) n’impliquant pas d’enquête spécifique auprès de ces autres cibles, il est difficile ici de discuter plus en détail les convergences et divergences entre ces différentes populations.

Le vécu d’une position privilégiée

21Si la résidence sur la Orla, la situation professionnelle et l’emploi d’une empregada de casa sont autant de paramètres qui participent au positionnement des enquêtés sur le haut de l’échelle sociale brésilienne, comment ces derniers perçoivent eux-mêmes leur présence dans la société soteropolitaine ?

Le « regard positif » sur l’Européen blanc

22Dans le jardin privatif qui entoure la villa de Floran, deux ouvriers taillent les petits arbustes tandis que des femmes de ménage, noires, nettoient le sol de l’entrée de la demeure. Le luxe du jardin s’accorde avec les espaces verts communs du condomínio fechado de luxe de Patamares. Soucieux de justifier la présence de tant d’employés et le luxe de son domicile, Florian explique : « Tu le vois ici ! Nous, les Français, on fait partie des gens riches avec le peu de moyens qu'on a ! ». Si tous les enquêtés ne jouissent pas d’un niveau de prestation aussi élevé, ils se situent en revanche tous dans le haut de l’échelle sociale. Amandine, venue faire ses études au Brésil, et ayant décidé de s’y installer durablement, explique ainsi : « Par rapport à des Brésiliens, on vit quand même souvent mieux ». Isabelle (54 ans, au Brésil depuis 11 années), productrice artistique, attablée à la terrasse de son café préféré dans un quartier aisé du littoral, témoigne aussi : « Y en a peu des Français dans le milieu populaire ici hein, y en a peu ». Si cela n’est pas sans rappeler les travaux sur les privilèges des émigrés issus des pays well-developed (Croucher, 2012), il convient toutefois de situer ces propos dans le contexte postcolonial brésilien.

23Certains Français, sensibilisés aux questions raciales, justifient leur condition par une certaine valorisation raciale dont ils auraient bénéficié à leur arrivée au Brésil. Paul relate par exemple le parcours de deux immigrés français qu’il connaît et qui travaillent dans le tourisme : « Y a des gens qui ont quitté la France parce qu'ils pouvaient rien y faire. Mais au Brésil, ils sont arrivés à une époque où on est français, on est blanc, ben ils se sont trouvé des super boulots quoi ! Ils se sont débrouillés […], mais au fond ils se sont formés en rien. Mais on sent que...voilà quoi ! Ils ont réussi parce qu'ils avaient un plus qu'ils n'auraient pas en France en étant français quoi : c'est d'être français, d'être européen » (Paul, 51 ans, au Brésil depuis 24 ans). Ce « plus » « d’être européen », Paul témoigne en avoir aussi bénéficié à son arrivée au Brésil : « Quand je suis arrivé ici, je me souviens...les portes étaient très ouvertes aux étrangers, surtout blancs européens, mais américains aussi. Et...y avait une fascination comme ça, on vous déroulait le tapis rouge quasiment quoi ! ». Si le « tapis » se déroule peut-être un peu moins aujourd’hui, selon Paul, la valorisation de l’étranger, de surcroît blanc, est toujours existante : « Mais ça reste encore surtout dans le Nordeste qui est resté quand même un petit peu en arrière ». De même, Pierre (57 ans, au Brésil depuis 18 ans) explique à la terrasse de son commerce : « Le regard de la société brésilienne sur un Français, c’est un regard positif ».

24Ces propos posent la question de l’altérité dans le contexte de la migration et des rapports sociaux qui en découlent, notamment des représentations collectives qui concernent le migrant issu d’un pays du Nord. Ils sont à replacer dans le contexte postcolonial. Historiquement, les bourgeoisies issues des mouvements coloniaux européens – et donc de l’extérieur – s’opposaient aux peuples indigènes et aux esclaves (noirs) (Ribeiro, 2016). Aujourd’hui encore, la hiérarchie sociale, conditionnée en partie par l’identité de couleur, apparaît dans les représentations communes, plaçant les entités (individus, habitus) extérieures dans le haut de l’échelle sociale en y associant des perceptions positives, surtout lorsqu’elles portent une origine nord-américaine ou européenne (Oliven, 2001). « J’ai l'impression qu'il y a un petit snobisme tu vois…de pouvoir avoir l'air gringo comme ils disent, mais sans l'être » témoigne Isabelle. Camille rapporte ce processus dans l’espace de Barra : « Par exemple, si je vais à Barra, ça va être un modèle, l'eurocentrisme ». Le Français, en tant qu’Européen, bénéficie ainsi de ce « regard positif » et d’une certaine valorisation sociale au Brésil, et ce d’autant plus s’il est perçu comme « blanc ». Les dispositifs de différenciation entre groupes sociaux existent lorsqu’une proximité de groupes socialement distants apparaît et servent aux individus à s’identifier les uns des autres (Andrade et Silveira, 2013).

25On peut cependant se demander dans quelle mesure ces discours tenus par les Français sur leur valorisation par la société brésilienne, en mobilisant la dimension raciale, ne témoigneraient pas, de façon indirecte, d’un sentiment de malaise vis-à-vis d’une position sociale qui ne serait pas forcément méritée.

Sentiment de malaise et positionnement alternatif

26Quelques enquêtés expriment explicitement leur malaise vis-à-vis de cette dimension raciale ou postcoloniale : « Je suis blanche, j’habite vers les plages…Quand tu vois le profil des gens qui quémandent dans la rue, ça pose question quand même ! » (Emma, 22 ans, au Brésil depuis 8 mois). Camille confie aussi avoir ressenti des jugements d’étudiants de son université : « je suis le vilain colon, ce n’est pas simple ». Gênés du fait d’être blancs ou simplement conscients de faire partie des catégories les plus aisées, les enquêtés tendent à se résigner aux logiques socio-économiques locales, comme l’évoque Amandine : « La société elle est tellement clivée au Brésil que, de toute façon, on rentre dans ce clivage malheureusement ». Bien que résidant dans la Orla, certains enquêtés cherchent toutefois délibérément à ne pas « rentrer dans ce clivage ». Après avoir vécu plusieurs années dans le quartier très privilégié de Barra, Isabelle a fait le choix de s’installer dans une rue éloignée du littoral du Pituaçú, couvrant plus une sociologie « moyenne » : « Moi j'habite vraiment dans un quartier où je... il n’y a pas d'étrangers. Tu dis la 'casa de la gringa', t'arrives chez moi quoi ! […] J'aime bien le côté authentique ». Comme elle, Jean, issu de classe moyenne en France, avait fait un choix de sobriété économique lors de son arrivée au Brésil dans les années 1980 pour un projet humanitaire dans une favela du Nord de Salvador. Andréa a préféré le quartier de Rio Vermelho qui, bien qu’en cours de gentrification, est pourvu de petits condomínios fechados aux équipements de sécurité et de prestations minimes. Elle réside dans l’un d’eux, ayant un simple interphone avec caméra à l’entrée, sans concierge ni gardien et avec un service hebdomadaire d’entretien des parties communes. Quant à Charlotte (28 ans, au Brésil depuis 4 années), habitante du quartier de Graça, elle se refuse à l’emploi d’une empregada de casa : « Une femme de ménage ! Ah, mais non ! Hors de question ! Déjà jamais de la vie j’aurais fait ça en France…et alors ici, vu leurs conditions de travail…Never ! ».

27Des groupes de sociabilités français ont été recensés au cours de l’enquête. Il s’agit par exemple d’un groupe d’expatriés français reliés à une multinationale française de construction, des cercles culturels de l’Alliance Française ou encore du groupe de pétanque initié par Pierre. Ce dernier, bien qu’ouvrant ponctuellement son terrain à des Brésiliens conviés, réunit chaque dimanche un cercle d’amis masculins très majoritairement français. Toutefois, à cette réalité de sociabilités françaises se superpose le discours inverse. Esquivant une sollicitation de coordonnées téléphoniques d’autres Français durant un entretien, Bertrand hausse le ton : « J’ai aucun intérêt, aucun désir de retrouver une communauté française à l'étranger, ça ne m'intéresse pas du tout ! ». Comme Bertrand, plusieurs Français évoquent éviter les contacts avec des concitoyens français. Ils justifient bien volontiers cette posture par un soucis d’intégration à leur arrivée au Brésil ou par l’absence d’organismes médiateurs. Plus sommairement, Pierre généralise : « les Français ne se réunissent pas entre Français ! ». Nous pouvons interroger à quel point cet évitement revendiqué – qui pour certains tient plus de la posture que de la pratique effective –, ne serait pas une tentative d’échapper à l’identification à la position sociale et raciale favorisée, communément associée aux européens résidant au Brésil.

28Ainsi, si la majeure partie des enquêtés font usage de l’habitus de la classe socio-économique élevée et blanche au Brésil, certains développent délibérément des stratégies pour sortir des « effets de lieu » qu’ils perçoivent dans la Orla. Tous, cependant, se perçoivent comme privilégiés dans la société brésilienne.

Conclusion

29La localisation des résidences des immigrés français dans les quartiers de la Orla de Salvador et les usages qu’ils font de certaines ressources urbaines – comme la vie dans des condomínios fechados pourvus d’une multiplicité d’outils de sécurité et prestations diverses ou l’emploi d’une empregada de casa – sont des indicateurs empiriques d’un positionnement social, spatial et racial relativement privilégié dans la société brésilienne. Ce positionnement est accentué par le fait que l’origine française constitue au Brésil un facteur de promotion sociale, renforçant ainsi les « effets de lieu ». Les réactions des enquêtés ne sont toutefois pas uniformes. Une certaine gêne vis-à-vis de ce statut social transparaît souvent, notamment dans les discours de légitimation renvoyant la responsabilité de cette situation à la « société brésilienne » elle-même. Ce malaise conduit une minorité d’enquêtés à faire le choix – parfois lié également à des limites financières – de renoncer à certains privilèges, en allant habiter dans des quartiers moins favorisés ou en refusant l’embauche d’une employée de maison.

30La présente enquête ayant une visée qualitative, elle s’est basée sur un nombre limité d’immigrés français (au regard du nombre officiel de résidents dans la ville). Ainsi, malgré la pertinence des résultats, une enquête approfondie portant spécifiquement sur les modes de l’habitat et sur d’autres indicateurs de ressources urbaines (scolarisation des enfants, transports utilisés, plans de santé) des enquêtés serait particulièrement utile. Aussi, si la présente expérience de terrain nous permet de supposer que la plupart des autres Français à Salvador sont dans la même situation que les présents enquêtés, une enquête quantitative sur un échantillon d’immigrés français élargi à Bahia permettrait de compléter les résultats présents en précisant la répartition de ces différentes situations.

31L'approche ethnographique sur le positionnement des immigrés français, dans le contexte d'urbanisation ségrégatif de Salvador, met en exergue les inégalités de la société urbaine brésilienne. Plus largement, l’accès des populations étrangères aux ressources urbaines et les éventuels processus de ségrégation qui en découlent s’avèrent des indicateurs pertinents pour saisir les inégalités sociospatiales présentes dans un territoire donné.

Haut de page

Bibliographie

Andrade L. T., Silveira L. S., 2013. Efeito território. Explorações em torno de um conceito sociológico. Civitas. Revista de Ciências Sociais [En ligne], vol. 13, n° 2, p. 381-402. DOI: https://doi.org/10.15448/1984-7289.2013.2.14295

Avril C., Cartier M., 2019. Care, genre et migration. Pour une sociologie contextualisée des travailleuses domestiques dans la mondialisation. Genèses, vol. 1, n° 114, p. 134-152.

Barbosa S. D., Marinho De Oliveira W., et al., 2010. Perceptions culturelles et intention d’entreprendre : une comparaison entre des étudiants brésiliens et français. Revue internationale P.M.E. [En ligne sur Erudit], vol. 23, n° 2, p. 9-41. URL: https://id.erudit.org/iderudit/1005743ar - DOI: https://doi.org/10.7202/1005743ar

Benson M., 2015. Class, Race, Privilege: Structuring the Lifestyle Migrant Experience in Boquete, Panama. Journal of Latin American Geography, vol. 14, n° 1, p. 19-37.

Blakely E. J., Snyder M. G., 1997. Fortress America: gated communities in the United States. Washington, D.C, Brookings Institution Press, 208 p.

Borges Â. M. C., Carvalho I. M. M., 2017. Revisitando os efeitos de lugar: segregação e acesso ao mercado de trabalho em uma metrópole brasileira. Caderno crh [En ligne], vol. 30, n° 79, p. 121-135. DOI: https://doi.org/10.1590/s0103-49792017000100008

Bourdieu P., 1993. La misère du monde. Paris, Seuil, 947 p.

Brault M., 2011. L’immigration à Rio de Janeiro entre 1820 et 1870. Typologie du voyageur au départ du Havre. Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, vol. 130, n° 12, p. 41-52.

Bredeloup S., 2016. De l’Europe vers les Suds : nouvelles itinérances ou migrations à rebours ? Autrepart, vol. 77, n° 1, p. 3-15.

Carvalho I., Arantes R., 2021. “Cada qual no seu quadrado”. Segregação socioespacial e desigualdades raciais na Salvador contemporânea. Revista Latinoamericana de Estudos Urbanos Régionales, vol. 47, n° 142, p. 49-72.

Carvalho (de) I. M. M., Pereira G. C., 2014. Salvador: Transformações na ordem urbana. Rio de Janeiro, Letra Capital/Observatório das Metrópoles, 264 p.

Castro (de), J. 1983. Geografia da fome: o dilema brasileiro: pão ou aço (10.ed). Rio de Janeiro, Antares, 361 p.

CGF (Consuldao-Geral da França no Rio de Janeiro), 2015. Comunidade Francesa da Circunscrição Consular do Rio de Janeiro. Site internet, URL: https://riodejaneiro.consulfrance.org/A-Comunidade-Francesa-daCircunscricao-Consular-do-Rio-de-Janeiro

Croucher S., 2012. Privileged Mobility in an Age of Globality. Societies, vol. 2, n° 4, p. 1-13.

Correa Clemente C., 2009. Les professionnels français à São Paulo. Hommes & migrations, n° 1281, p. 132-141.

IBGE, 2018, Primeiro trimestre de 2017 e primeiro trimestre de 2018, Pesquisa nacional por amostra de domicílios contínua. Site internet, URL: https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/populacao/17270-pnad-continua.html?edicao=24437&t=resultados

IBGE, 2019. Tabela 3175. População residente, por cor ou raça, segundo a situação do domicílio, o sexo e a idade (Censo Demográfico). Site internet, URL: https://sidra.ibge.gov.br/Tabela/3175

IBGE, 2010. Salvador. Panorama. Site internet, URL: https://cidades.ibge.gov.br/brasil/ba/salvador/panorama

Guimarães A. S., 1995. Racismo e Anti-Racismo no Brasil, Novos Estudos CEBRAP, n° 43, p. 26-44.

Kofes S., 2001. Mulher, mulheres: identidade, diferença e desigualdade na relação entre patroas e empregadas domésticas. Campinas, Editora da Unicamp, 470 p.

Lima J. C. R. (de), Toledo A. M. 2018. A permanência do dormitório da empregada nos apartamentos: estudo comparativo nas décadas de 1960 a 1990 em Maceió/AL. Gestão & Tecnologia de Projetos, vol. 13, n° 3, p. 79‑96.

Loloum T., 2018. Investissements par amour. Économies intimes de l’immobilier touristique au Brésil. Téoros, vol. 37, n° 2. URL: http://journals.openedition.org/teoros/3337

Lourau-Silva J. S., 2014. Dynamiques spatiales et mécanismes de contrôle à Salvador de Bahia. Revista Diálogos Possíveis, vol. 13, n° 1, p. 41-60.

Magalhães D., 2012. Largo da Graça em Salvador-BA: Uma “nova” percepção. GeoTextos, vol. 8, n° 1, p. 33‑54.

Marbot C., 2009. Le recours aux services à domicile et ses déterminants en France. Une analyse au cœur du ménage. Travail, genre et sociétés, vol. 22, n° 2, p. 31-52.

Michel A., Ribardiere A., 2017. Identifier les ressources urbaines pour lire les inégalités sociospatiales. EchoGéo, n° 39, p. 1-7. URL: http://journals.openedition.org/echogeo/14925 - DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.14925

MEAE (Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères), 2020. Relations bilatérales. Site internet, URL: https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/bresil/relations-bilaterales/

Moreira de Carvalho I. M., 2006. Trabalho, renda e pobreza na Região Metropolitana de Salvador. In Carvalho M. M. (de), Pereira G. C., Como anda Salvador e sua região metropolitana. Salvador, Editora da UFBA, p. 109-135.

Oliven R. G., 2001. Cultura e modernidade no Brasil. São Paulo em Perspectiva, vol. 15, n° 2.

Pinçon M., Pinçon-Charlot M. 1988. Histoires de vie, espaces de vie. L’Espace géographique, vol. 17, n° 2, p. 122‑130.

Reis J. J., 1992. Différences et résistances : les Noirs à Bahia sous l’esclavage. Cahiers d’études africaines, vol. 32, n° 125, p. 15‑34.

Ribeiro D., 2016. O Povo Brasileiro: a formac̨ao e o sentido do Brasil. São Paulo, Companhia das Letras, 440 p.

Rodrigues Porto L.R., Miranda H., 2020. O sistema urbano da Bahia no contexto da emergência de novas hierarquias urbano-regionais. Revista Brasileira de Estudos Urbanos e Regionais, vol. 22 [En ligne], URL: https://rbeur.anpur.org.br/rbeur/article/view/6350 - DOI: https://doi.org/10.22296/2317-1529.rbeur.202034

Rolnik R., 1989. Territórios negros nas cidades brasileiras (Etnicidade e cidade em São Paulo e no Rio de Janeiro). Estudos Afro-Asiáticos, vol. 17, p. 29-41.

Telles E. E., 2003. Racismo à brasileira, uma nova perspectiva sociológica. Rio de Janeiro, Raleime Dumará/Fundação Ford, 347 p.

Spire A., 1999. De l’étranger à l’immigré. La magie sociale d’une catégorie statistique. Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129, n° 1, p. 50‑56.

Treuke S., 2018. Explorando a dimensão espacial da pobreza em três bairros de Salvador, Bahia, Brasil, a partir do efeito território. Thèse de Doctorat. Salvador, Universidade Federal da Bahia.

Uebel R. R. G., Rückert A. A., 2017. Aspectos gerais da dinâmica imigratória no Brasil no século XXI. Confins, n° 31 [En ligne]. URL: http://journals.openedition.org/confins/11905 - DOI: https://doi.org/10.4000/confins.11905

Viana Cerqueira E., 2017. Les inégalités d’accès aux ressources urbaines dans les franges périphériques de Belo Horizonte (Brésil) : quelles évolutions ? EchoGéo, n° 39. URL: http://journals.openedition.org/echogeo/14856 - DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.14856

Vidal D., 2007. Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique au Brésil. Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires Septentrion, 312 p.

Haut de page

Notes

1 Le terme « immigré » est employé tout au long de cet article pour parler des Français enquêtés. « Immigré » est ici mobilisé pour faire référence à une mobilité hors du pays de naissance pour s’installer de façon durable et indéfinie sur le territoire d’adoption (Spire, 1999). Ce choix est renforcé par le fait que ce terme est utilisé par plusieurs enquêtés eux-mêmes, en référence à leur situation administrative sur le territoire brésilien.

2 Source consulaire. Le nombre réel est supérieur étant donnée l’absence de déclaration de certains ressortissants auprès des services consulaires.

3 « Soteropolitano » est le gentilé et qualificatif associé à Salvador de Bahia.

4 L’enquête intègre la recherche menée par Marie Sigrist dans le cadre de sa thèse, intitulée Dynamiques alimentaires transnationales. Étude des pratiques alimentaires des immigrés brésiliens en France (Lyon) et des immigrés français au Brésil (Salvador), préparée au sein de l’UMR 7324 CITERES – Université de Tours et du Centre de Recherche de l’Institut Paul Bocuse (Lyon), soutenue le 25/02/2021. La thèse a consisté en une étude comparative entre France et Brésil sur les dynamiques migratoires et alimentaires.

5 Un troisième volet des entretiens semi-directifs consistait, quant à lui, et dans le cadre de la problématique centrale de la thèse de doctorat, à recueillir des informations sur les représentations et pratiques alimentaires des immigrés.

6 Écosystème de forêt tropicale humide le long de la côte littorale brésilienne.

7 Ils sont dix à réaliser ce type d’activité, étant diplômés de l’enseignement supérieur français ou brésilien, sous statut libéral. Parmi cet effectif, huit réalisent (ou ont réalisé à un moment donné) leur activité pour le compte de l’Alliance Française, située dans le quartier de Barra.

8 Six enquêtés sont concernés par ces activités.

9 Soit 466,7 euros en 2019 selon le Guia Trabalhista (2020).

10 Soit 430 euros (au 15/06/2020).

11 Si la traduction littérale de empregada de casa est « employée de maison », les Français interrogés utilisent plutôt le terme de « femme de ménage » en français pour désigner ces femmes.

12 Environ 27,60 euros (en mars 2019).

13 Environ 57,50 euros (en mars 2019).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Position géographique de Salvador de Bahia (Brésil)
Crédits Auteur : M. Sigrist, 22/08/2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Illustration 2 - Quartier de Barra : plages et immeubles résidentiels
Crédits Auteur : M. Sigrist, 04/04/2019.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Illustration 3 - Répartition des enquêtés par quartier de résidence
Crédits Auteur : M. Sigrist, 23/08/2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Illustration 4 - Tour de condomínio fechado dans le quartier de Graça (Salvador, Brésil)
Crédits Auteur : M. Sigrist, 02/05/2019.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23115/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Sigrist et Maxime Michaud, « Usages de l’espace, positionnement social et dimensions raciales : le cas des immigrés français de Salvador de Bahia (Brésil) », EchoGéo [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 31 mars 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/23115 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.23115

Haut de page

Auteurs

Marie Sigrist

Marie Sigrist, mariesig90@gmail.com, est docteure de l’Université de Tours (UMR 7324 Citeres). Elle a récemment publié :
- Sigrist M., 2021.Restaurantes a quilo: uma solução brasileira para a alimentação dos imigrantes franceses em Salvador (Bahia). Vivência: Revista de Antropologia [En ligne], vol. 1, n° 58, p. 185-201. URL: https://periodicos.ufrn.br/vivencia/article/view/27610 - DOI: https://doi.org/10.21680/2238-6009.2021v1n58ID27610
- Sigrist M., 2021. Patrimonio alimentario en Quito. De lo que se come a lo que se considera patrimonio en la capital ecuatoriana. In Rebaï N., Bilhaut A. G., De Suremain C. E., et al.., Patrimonios alimentarios en América Latina: recursos locales, actores y globalización. Quito, IRD Éditions / IFEA, p. 161-187.
- Sigrist M., 2018. S’alimenter durant son voyage à Quito (Équateur). Anthropology of food [En ligne], n° 13. URL: http://journals.openedition.org/aof/8522 - DOI: https://doi.org/10.4000/aof.8522

Maxime Michaud

Maxime Michaud, maxime.michaud@institutpaulbocuse.com, est responsable de l’équipe Sciences Sociales, Centre de Recherche de l’Institut Paul Bocuse. Il a récemment publié :
- Bouima S., Michaud M., Gojard S. 2019. La « personne âgée isolée dénutrie » : l’usage des discours du risque et du manque par les acteurs de terrain. Retraite et société [En ligne sur Cairn], n° 82, pp. 89-113. URL: URL: https://www.cairn.info/revue-retraite-et-societe-2019-2-page-89.htm - DOI: https://doi.org/10.3917/rs1.082.0089
- Håkan J., Michaud M., Neuman N. 2021. What Is Commensality? A Critical Discussion of an Expanding Research Field. International Journal of Environmental Research and Public Health, vol. 18, n° 12, 6235. DOI: https://doi.org/10.3390/ijerph18126235
- Le Moal F., Michaud M., Hartwick-Pflaum C.A., et al., 2021. Beyond the Normative Family Meal Promotion: A Narrative Review of Qualitative Results about Ordinary Domestic Commensality. International Journal of Environmental Research and Public Health, vol. 6, n° 18, 3186. DOI: https://doi.org/10.3390/ijerph18063186

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search