Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59EditorialLa possibilité d’une diaspora ?

Editorial

La possibilité d’une diaspora ?

Serge Weber

Texte intégral

1Avec ce premier numéro de 2022, les lecteurs et lectrices d’Echogéo pourront, au gré de ses diverses rubriques, s’aventurer dans des mondes qu’on peut croire proches ou familiers mais qu’un regard scientifique vient éclairer différemment.

2La rubrique Sur l’image nous emmène dans un univers méconnu alors qu’il est crucial et partie prenante de notre quotidien, la logistique, à partir de situations françaises et allemandes. Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer et Hortense Soichet nous offrent une belle illustration de la fécondité d’un travail conjoint et transdisciplinaire, associant analyse sociologique, paysage vécu, remémoration et prise d’instantanés, où les rôles de chercheuse, de photographe et d’enquêté sont le moins hiérarchisés possible. Cette restitution nous éclaire à plus d’un titre. D’abord en termes méthodologiques : la méthode des itinéraires photographiques, consistant à accompagner un enquêté sur les lieux de son choix, à recueillir sa parole tout en prenant des photographies, permet de donner à l’aller et retour entre texte et image une valeur processuelle et sensible où subjectivation et objectivation se consolident mutuellement. Ensuite en termes de format de présentation des résultats : la muséographie d’une exposition s’avère bien plus profonde qu’une simple valorisation de la recherche : elle est une manière d’accompagner le spectacteur dans la réception complexe et riche d’une réalité sociologique et géographique bien particulière. Enfin en termes de contenus : la logistique est bien un monde ouvrier, et l’aborder par les significations accordées aux lieux et aux paysages permet d’en comprendre bien des choses sans surplomb, avec finesse et discrétion.

3La rubrique Sur le métier propose une réflexion à la fois vigilante et constructive autour d’une pratique centrale du métier dans une discipline universitaire comme la géographie : l’encadrement de thèses. Ce texte riche et documenté s’annonce en deux parties : la deuxième partie sera publiée au prochain numéro. Le fait qu’il soit signé à la fois par deux auteurs bien identifiés, Myriam Houssay et Renaud Le Goix, et par Camille Noûs, pseudonyme allégorique d’auteur collectif apparu en 2020 pour alerter la communauté scientifique sur les dérives bibliométriques de la personnalisation du travail scientifique, renforcée par l’évolution des dispositifs d’évaluation et de financement de la recherche, est révélateur de la genèse collective des réflexions qui sont ici présentées. Le texte dresse un bilan à la fois des difficultés ou malaises pouvant surgir dans la relation d’encadrement doctoral, des recherches déjà menées dans d’autres pays sur les modalités de cette relation, et des évolutions du cadre normatif qui permettent d’endiguer les éventuelles dérives. Peut-elle être bonne, cette relation, faite d’encouragement, de cadre, de transmission et de pédagogie ? Le mentorat semble être une des déclinaisons permettant d’établir la distance la plus juste.

4La rubrique Sur l’écrit donne l’occasion à Flaminia Paddeu, répondant aux questions de Jean Estebanez, de revenir sur son ouvrage récent, Sous les pavés, la terre. Agricultures urbaines et résistance dans les métropoles. Si l’agriculture urbaine assure dans beaucoup de villes du Sud un filet de sécurité alimentaire loin d’être anecdotique, elle a pendant un temps presque disparu des villes du Nord alors qu’elle avait justement été un maillon essentiel des flux de matières et des écosystèmes urbains. Le regain d’intérêt, voire l’engouement dont elle fait aujourd’hui l’objet, Flaminia Paddeu choisit de l’analyser au prisme des rapports de pouvoir qui se jouent entre acteurs au gré des transformations urbaines, l’ancrant résolument dans une géographie sociale critique. Croisant ses recherches de terrain conduites en Amérique du Nord et en France, elle montre que la question de l’accès au foncier, négocié de haute lutte et rarement de façon pérenne, dépend de l’esprit qui prévaut dans le rapport à la terre urbaine, entre nature productive et nature récréative, entre entrepreneuriat urbain et réintroduction de communs.

5Le dossier Sur le champ, porté par deux spécialistes des migrations, Brenda Le Bigot et Jordan Pinel, explore le monde rarement étudié des Français à l’étranger. Les six articles présentés nous emmènent aux quatre coins du monde, pour mieux comprendre ce phénomène dont on parle beaucoup, mais qu’on connaît encore assez mal.

6En 2012, avec A French What ?, le géographe William Berthomière choisissait un titre aussi facétieux qu’éloquent pour interroger, dans l’Atlas des e-diasporas que coordonnait Dana Diminescu1, la possibilité de mobiliser le terme « diaspora » à propos de ces Français qui résident à l’étranger. « La non-histoire de l’émigration française compose un handicap majeur dans la manière de penser la dispersion comme une ressource », écrivait-il.

7Au regard de nombreux pays où la composante diasporique est partie prenante de la société – on pense aux sociétés philippine, ukrainienne, iranienne, mexicaine, marocaine, malienne, roumaine, arménienne, et bien d’autres encore, le cas français semble un peu à part. S’il fallait imaginer une différence de fond dans l’articulation entre ressortissants résidents à l’étranger et ceux restés au pays dans la manière de faire société avec une composante transnationale, entre des pays d’immigration anciennement industrialisés et des pays marqués par une émigration forte, on aurait tendance à ne regarder que la composante expatriée (experts, cadres, coopérants, enseignants, humanitaires, employés d’entreprises françaises ou étrangères et plus ou moins transnationalisées, diplomates), ou à la rigueur l’émigration d’aménité (retraités, télétravailleurs, inactifs). De là à explorer la manière dont cette émigration jouerait aussi comme ressource, à la manière des Etats diasporiques, il y a un énorme pas à franchir pour un pays qui ne se pense pas comme pays d’émigration. En effet, les ressortissants français à l’étranger, à la manière d’autres sociétés post-impériales comme pour les ressortisssants Britanniques ou Russes à l’étranger, obligent à faire la part des choses entre ce qui relève d’un héritage postcolonial, non seulement dans les imaginaires mais aussi dans l’histoire du peuplement, et ce qui relève des migrations passées, des politiques de nationalité et de citoyenneté, de la transnationalisation du tissu entrepreneurial et des moyens investis dans la coopération.

  • 2 Genetet A., 2018. Rapport sur la mobilité internationale des Français [En ligne]. URL: https://www. (...)

8Combien sont-ils ? Voilà une question débattue, qui confirme que toute recherche sur l’émigration se heurte à une large imprécision des outils pour compter ceux qui sont partis. Selon les inscriptions sur les listes consulaires, ils seraient autour d’1,8 million, 2,5 millions en tenant compte des non inscrits, et pourtant, l’INSEE les a estimés en 2018 entre 3,4 et 3,5 millions2. Parmi eux, 45 % sont binationaux et 60 % sont établis dans seulement dix pays : en Suisse, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Belgique, en Allemagne, au Canada, en Espagne, au Maroc, en Israël et en Italie.

9Ce dossier nous emmène dans deux de ce premier groupe de pays, au Royaume-Uni (Diane Le Luyer) et en Belgique (Charlotte Casier et Jean-Michel Decroly), mais nous fait découvrir également des situations inattendues dans d’autres, en République dominicaine (Laurine Chapon), au Brésil (Marie Sigrist et Maxime Michaud), en Thaïlande (Anissa Ouamrane-Saboukoulou), ainsi qu’au Sénégal et au Burkina Faso (Sylvie Bredeloup). Il rassemble des études de cas particulièrement originales qui enfoncent un coin dans certaines idées reçues : non, les Français à l’étranger ne sont pas tous des expatriés, certains sont des travailleurs immigrés ; non, les mobilités professionnelles et sociales ascendantes et la lutte contre les discriminations ne sont pas assez garanties en France pour ne pas imposer à certains de recourir à une émigration ; non, les émigrés français ne sont pas forcément porteurs d’un message universaliste comme on pourrait imaginer qu’il est attendu d’eux : ils peuvent tout à fait apprécier des enclaves d’entre-soi ; oui, beaucoup de Français sont encore prisonniers d’un imaginaire colonial : marchander des terrains, spéculer outre-mer et jouer parfois – tout en s’en défendant – avec la condescendance et la distinction semblent encore être une option.

10Dans tous les cas, ils répondent favorablement à l’hypothèse de William Berthomière : oui, la migration est une ressource pour les Français aussi, autant pour conforter des positions dominantes que pour accéder à une mobilité sociale par le truchement de la mobilité spatiale internationale. Les articles de ce dossier sont autant de preuves que les processus migratoires, pas seulement français, ne peuvent s’étudier indépendamment des habitus et rapports de classe qui s’y jouent : la socialisation à l’international, indéniable rempart de l’entre-soi des classes dominantes, est également un sésame pour la mobilité sociale des classes moyennes ou mêmes populaires ; son potentiel d’accès à des ressources sociales insuffisamment partagées ne traverse pas moins la société française que les autres, ce qui ne fait que renforcer la nécessité de penser l’immigration et l’altérité de manière moins ethnocentrée.

Haut de page

Notes

1 URL: http://www.e-diasporas.fr/

2 Genetet A., 2018. Rapport sur la mobilité internationale des Français [En ligne]. URL: https://www.vie-publique.fr/rapport/37634-la-mobilite-internationale-des-francais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Weber, « La possibilité d’une diaspora ? », EchoGéo [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 31 mars 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/23204 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.23204

Haut de page

Auteur

Serge Weber

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search