Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursLes outre-mers français face aux ...

Les outre-mers français face aux risques : gestion, acceptabilité sociale et conflictualité / Tackling Risk in the French Overseas Territories: Management, Social Acceptability and Potential for Conflict

Date limite d’envoi des articles : 15 février 2023 / Deadline for article submission: 15th February  2023.

Les onze territoires habités sur les trois océans qui constituent les outre-mers français, se caractérisent par une exposition à des aléas dont les effets peuvent être particulièrement dévastateurs. Les plus grandes catastrophes enregistrées à l’échelle nationale en termes de coût humain ou économique ont souvent eu pour cadre l’un de ces territoires. Les éruptions volcaniques, les séismes, les cyclones ou encore les épidémies (paludisme, chikungunya, zika, dengue, …), ont été à l’origine d’événements catastrophiques qui ont causé, depuis le début du XXe siècle, la disparition de plusieurs dizaines de milliers de personnes et profondément modifié les trajectoires économiques et démographiques de nombreuses entités ultramarines.

En dépit de l’amélioration du niveau de développement humain et des conditions de vie des populations locales au cours de ces dernières décennies, les outre-mers français restent marqués par des dynamiques socio-économiques fragiles et incertaines qui les rendent aujourd’hui encore sensibles à une multitude d’aléas. Les événements exceptionnels engendrent des crises et révèlent rapidement les défaillances des systèmes d’urgence notamment sanitaire. Pourtant, on a assisté au tournant des XXe et XXIe siècle au glissement d’une approche aléa-centrée vers une approche mettant la vulnérabilité au centre des recherches et des politiques de gestion des risques dans les outre-mers. Cette nouvelle façon d’appréhender les risques par la vulnérabilité et l’exposition des enjeux a conforté une logique institutionnelle qui vise d’une part à instaurer un cadre prescrivant des modalités spécifiques d’occupation de l’espace géographique et, d’autre part, à améliorer les comportements des individus en cas de survenue d’un événement perturbateur. Les pollutions des sols, les échouements d’algues, les attaques de requin, les atterrissages de cyclones sont autant de risques qui sont désormais appréhendés à travers ce prisme.

Cette logique institutionnelle de gestion des risques présente des lacunes et se heurte, bien qu’en apparence plus participative, à l’opposition des habitants des espaces ultramarins. À Saint-Martin, l’instauration d’un nouveau Plan de prévention des risques naturels (PPRN) suite au passage du cyclone Irma en septembre 2017 a généré de vives tensions. À La Réunion, les différentes mesures très coercitives, avec une interdiction d’accès à la mer, afin de réduire le risque requin, ont été contestées. Aux Antilles, la gestion de la crise du chlordécone est apparue inadaptée par les populations concernées qui se sont mobilisées à de nombreuses reprises pour dénoncer ce qu’elles considéraient comme un scandale. En Polynésie français, les retombées sanitaires des essais nucléaires durant des décennies ont également suscité de nombreuses contestations.

L’objectif de ce dossier de la revue Echogéo est de mettre au centre de l’analyse le rapport des habitants ultramarins avec les risques auxquels ils sont confrontés et à leur gestion. Comment les ultramarins perçoivent-ils l’action menée par les autorités ? En ont-ils une vision institutionnelle conforme à leurs pratiques et connaissances du territoire ? Sont-ils vus comme de simples récepteurs passifs ? La gestion institutionnelle de certains risques (naturels par exemple) influence-t-elle leur perception de la gestion d’autres risques notamment sanitaires ? Des comparaisons avec d’autres outre-mers dans le monde (britanniques, néerlandais, espagnols, portugais, étatsuniens …) sont envisageables dans ce numéro pour évaluer une éventuelle spécificité française dans la gestion des risques dans les territoires ultramarins.

Orientations thématiques

L’appel s’articule autour des quatre orientations thématiques suivantes :

L’acceptabilité sociale des risques

Ce premier axe de contributions au numéro spécial aura pour ambition d’apprécier le degré d’acceptation des risques. La thématique de l’acceptabilité sociale reste encore un angle mort des recherches portant sur les territoires ultramarins. Peu de travaux se sont notamment attachés à mettre en évidence les facteurs qui participent de cette acceptabilité. Pourtant, il apparaît essentiel de mieux appréhender si la perception des valeurs associées à l’aléa et aux enjeux (matériels et humains) abaisse ou remonte le niveau d’acceptabilité et rend plus (in)tolérable toute perturbation (Leone et Vinet, 2006). Le transfert dans les outre-mers de nouveaux concepts au cours de ces dernières années tels que Build Back Better ou One Health suppose au préalable de mieux appréhender le degré d’acceptation sociale de chacun des risques en présence.

Les savoirs empiriques et vernaculaires développés sur les risques

Trop souvent négligés, les savoirs empiriques et vernaculaires sont autant de connaissances tacites des individus sur les risques qu’il serait judicieux de mettre en évidence par des contributions écrites. Il est nécessaire de dépasser les postulats des modèles formels du risque qui considèrent que l’individu évalue les risques de manière rationnelle et objective (Leneveu et Laville, 2012). Les discours écrits ou oraux en français ou dans une des langues parlées localement sont porteurs d’une connaissance et d’une perception particulière du risque chez les ultramarins. Ces discours véhiculent des représentations et des jugements sur l’existence, la prévoyance ou encore la morale qu’il est nécessaire de mesurer (Jno-Baptiste, 2007). Ils peuvent ainsi témoigner d’un rapport spécifique à l’existence. La présence dans les discours d’une forme de fatalisme est par exemple une donnée qui est difficilement conciliable avec les actions de prévention qui promeuvent la proactivité mais peut se révéler intéressante lorsqu’il s’agit par exemple de penser la capacité des ultramarins à être résilients.

La mémoire des événements perturbateurs du passé

Les articles soumis dans le cadre de cet axe chercheront à mettre en évidence le rôle de la mémoire des événements perturbateurs dans la réduction des risques de catastrophes. En effet, la mémoire peut renforcer les politiques de gestion des risques en confortant l’information préventive et les discours portés par les savoirs techniques et scientifiques. Le souvenir de l’événement et les apports extérieurs influencent en général positivement les habitants d’un territoire donné dans la perspective d’une nouvelle occurrence de l’aléa. Ils adoptent des attitudes et des comportements qui permettent de mieux y faire face. Toutefois, il conviendra également de s’intéresser à la capacité de la mémoire à entrer en dissonance avec les autres composantes de la vulnérabilité en créant des biais qui ne permettent pas aux habitants de prendre conscience de l’effectivité des dangers. La mémoire peut aller jusqu’à céder la place à l’oubli du risque ou à son occultation. L’accoutumance et la perte de vigilance peuvent pousser des personnes à éluder les dangers (Pagney Bénito-Espinal, 2019).

Les mobilisations sociales face à la gestion des risques en outre-mer

Enfin, nous accorderons un intérêt spécifique à la propension à la mobilisation sociale des ultramarins face aux politiques de gestion des risques. Ces dernières peuvent apparaître comme déconnectées de la réalité quotidienne des habitants voire hors-sol et générer une forme de défiance face à un processus décisionnel marqué par la verticalité. Un tel sentiment est parfois exacerbé par une communication institutionnelle ne recourant pas systématiquement aux langues vernaculaires et véhiculaires basses ainsi qu’aux codes sociaux développés localement. S’intéresser à cette thématique est nécessaire au moment où de nombreux territoires ultramarins connaissent des mouvements de contestation de grande ampleur qui paralysent leur vie économique et sociale pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois. Les revendications liées à la gestion des risques peuvent s’agréger à d’autres revendications liées à la vie chère, à l’accès à l’emploi, aux inégalités sociales, à l’insécurité ou encore à l’immigration et constituer de puissants moteurs de contestation. Des associations, des collectifs citoyens et même des syndicats sont en mesure d’emporter l’adhésion des habitants en usant d’une variété de registres (identitaire, social, postcolonial…). À cet égard, les propositions d’articles incluant des approches comparatistes, aussi bien thématiques que territoriales, de la gestion des risques dans les outre-mers français et dans les autres seront particulièrement appréciées afin d’évaluer l’impact, parfois contesté, de la parole scientifique et des mesures politiques.

Les articles de ce dossier Sur le Champs, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 30 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940 ).
Les articles peuvent aussi être soumis sur cette même thématique mais pour d’autres rubriques trimestrielles : Sur le Métier, Sur l’Image, Sur l’Ecrit. Ils doivent alors se conformer aux attentes de chacune d’elles, comme indiqué dans la ligne éditoriale : https://journals.openedition.org/echogeo/1927 . Ainsi, les éditeurs de la rubrique Sur l’Image attendent des textes qui proposent une réflexion sur le statut de l’image dans la recherche et/ou sur l’écriture géographique.

Tous les textes proposés devront être envoyés avant le 15 février 2023 à Thierry Nicolas (thierrynicolas@wanadoo.fr) et François Taglioni, francois.taglioni@univ-reunion.fr), coordonnateurs du dossier, avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr ), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le n° 64 d’EchoGéo (juillet-septembre 2023).

Coordinateurs du numéro thématique : Thierry Nicolas, thierrynicolas@wanadoo.fr, maître de conférences à l’Université de Guyane. Chercheur au laboratoire MINEA (Migrations, INterculturalité et Education en Amazonie). François Taglioni, francois.taglioni@univ-reunion.fr, est professeur à l’Université de La Réunion.

---------------------------------------------------------------

The French overseas territories, comprising of eleven inhabited territories in three oceans, are characterized by their exposure to diverse hazards whose effects can be particularly devastating. The greatest disasters recorded on a national scale in terms of human or economic costs have often taken place in these territories. Volcanic eruptions, earthquakes, cyclones or epidemics (malaria, chikungunya, zika, dengue, etc.) have given rise to catastrophic events, causing tens of thousands of casualties since the beginning of the twentieth century, and profoundly altering the economic and demographic trajectories of overseas entities.

Despite an improvement in the level of human development and the living conditions of local populations over the last few decades, the French overseas territories are still characterized by their fragile and uncertain socio-economic dynamics that make them vulnerable to a multitude of hazards. Exceptional events generate crises and reveal the failures of emergency systems, particularly in terms of health. However, at the turn of the twenty-first century, we have witnessed a shift from a hazard-centered approach to one that places vulnerability at the center of research and risk management policies in the overseas territories. This new way of understanding risk through vulnerability and exposure has reinforced institutional approaches that aim, on the one hand, to establish a framework prescribing specific models of occupation of geographical space, while on the other hand improving the behavior of individuals when a disruptive event occurs. Risks including soil pollution, seaweed stranding, shark attacks and cyclone landings are now considered through this prism.

This institutional take on risk management has its shortcomings and, although it appears more participatory, it is met with opposition from the inhabitants of the overseas regions. In Saint-Martin, the introduction of a new Natural Risk Prevention Plan (PPRN) following the passage of Hurricane Irma in September 2017 generated strong tensions. In the Reunion Island, some highly coercive measures including a ban on access to the sea to reduce the risk of shark attacks, have been contested. In the West Indies, the management of the chlordecone crisis was deemed inappropriate by impacted populations, who protested on numerous occasions to denounce what they regard as a scandal. In French Polynesia, the health fallout of the nuclear tests that were conducted there for decades also raised many protests.

This issue of Echogéo will focus on the relations the French overseas territories’ inhabitants maintain with the risks they face and their management. How do populations perceive the actions taken by the authorities? Do institutional visions match their practices and knowledge of the territory? Are they seen as mere passive recipients? Does the institutions’ management of certain risks (including natural risks) influence their perception of the management of other risks, in particular in the field of health? Comparisons with other overseas territories in the world (British, Dutch, Spanish, Portuguese, American, etc.) may be presented to evaluate the potential specificities of risk management in the French overseas territories.

Thematic orientations

This call for proposals proposes to address the four following thematic orientations:

The social acceptability of risk

This first angle will aim to assess the degree of acceptance of risk. The theme of social acceptability is still a blind spot in research on the overseas territories. Few studies have sought to highlight the factors that contribute to this acceptability. And yet it seems essential to better understand whether the perception of values associated with hazards and issues (material and human) lowers or increases the level of acceptability, and makes any disruption more or less tolerable (Leone et Vinet, 2006). In recent years, the transfer of new concepts such as “Build Back Better” or “One Health” to the overseas territories calls for a better understanding of the degree of social acceptance of each of the risks involved.

Empirical and vernacular knowledge of risk

Empirical and vernacular knowledge held by individuals provides an often neglected source of implicit knowledge on risk that would need to be highlighted by written studies. We need to move beyond the assumptions of the formal models of risk presuming that individuals evaluate risks in a rational and objective manner (Leneveu J. et Laville M., 2012). Written or oral discourses in French or in vernacular languages convey a particular knowledge and perception of risk among the ultramarines. These discourses carry representations and judgments about existence, foresight or morality that need to be measured (Jno-Baptiste, 2007), to shed light on a specific relation to existence. For example, the presence of a form of fatalism in discourses is difficult to reconcile with prevention activities that promote proactivity, but it may prove useful to better understand the overseas populations’ resilience capacity.

The memory of past events

Under this angle, we will select articles highlighting the role played by the memory of disruptive events in disaster risk reduction. Memory can indeed support risk management policies by reinforcing preventive information and the discourses stemming from technical and scientific knowledge. Memories of events and external contributions generally have a positive influence on the residents of a given territory in foreseeing a potential new occurrence of the hazard. People can thus adopt attitudes and behaviors that allow them to better cope with the event. However, contributors may also consider the potential for memory to enter into dissonance with other vulnerability factors, thus creating biases that prevent inhabitants from being aware of the reality of the hazards. Memories can also fade away, leading people to forget about risk or attempt to cover it up. Habituation and loss of vigilance can cause people to ignore dangers (Pagney Bénito-Espinal, 2019).

Protest movements and risk management in the French overseas territories

Finally, this issue will address the protest movements led by the inhabitants of the overseas territories in response to risk management policies. Such policies can appear remote from people’s everyday reality, or even disconnected from the grassroots, and generate a form of mistrust in top-down decision-making processes. Such feelings are sometimes exacerbated by institutional communications, which do not systematically use vernacular languages and lingua francas or local social codes. This theme is particularly relevant at a time when many overseas territories have been experiencing large-scale protest movements that have paralyzed their economic and social life for weeks or months. Claims related to risk management can be aggregated with other demands regarding the cost of living, access to employment, social inequalities, insecurity or even immigration, providing powerful sources of conflict. Associations, citizens’ groups and even unions are able to win over the inhabitants by drawing from a variety of registers (identity, social, postcolonial, etc.). In this perspective, we particularly welcome proposals for articles introducing comparative approaches, both thematic and territorial, to risk management in French overseas territories and in other countries, assessing the sometimes-disputed impact of scientific approaches and political measures.

The articles in this feature may be written in French, English or Spanish and contain between 35,000 and 40,000 characters (plus illustrations). Please refer to the author recommendations for guidelines on how to present the text, bibliography, abstracts and illustrations, as set out in the editorial guidelines (https://journals.openedition.org/echogeo/22068).

Texts may also be submitted on this topic for other EchoGeo’s quarterly sections: Sur le Métier (On the Job), Sur l’Image (On Image) and Sur l’Écrit (On Writing). They must comply with the expectations of each section, as set out in the editorial lines: https://journals.openedition.org/echogeo/22070. For example, editors of the On Image section expect texts that provoke reflection on the status of image in geographical research and/or writing.

All proposals must be sent by 15 February 2023 to Thierry Nicolas (thierrynicolas@wanadoo.fr) and François Taglioni (francois.taglioni@univ-reunion.fr) who are the coordinators of this feature, with a copy sent to Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), Editorial Secretary, who will send them to the reviewer(s). The feature will be published in issue n° 65 (July-September 2023).

Coordinators of the feature: Thierry Nicolas, thierrynicolas@wanadoo.fr, Lecturer at Université de Guyane. François Taglioni, francois.taglioni@univ-reunion.fr, Professor at Université de La Réunion.

Bibliographie

Jno-Baptiste P., 2007. Le langage créole de la nature dans les locutions et proverbes guadeloupéens : quel enseignement des savoirs culturels ? In Jno–Baptiste P., Yacou A. (dir), Les risques majeurs aux Antilles – approche culturelle et prévention sociale, Paris, Karthala, p. 223-250.

Leneveu J., Laville M.M., 2012. La perception et l’évaluation des risques d’un point de vue psychologique. Note de recherche. VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], vol. 12, n° 1. URL: http://journals.openedition.org/vertigo/12125 - DOI: https://doi.org/10.4000/vertigo.12125

Leone F., Vinet F., 2006. La vulnérabilité, un concept fondamental au cœur des méthodes d’évaluation des risques naturels. In Leone F., Vinet F. (dir.), La vulnérabilité des sociétés et des territoires face aux menaces naturelles : analyses géographiques, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 146  p.

Pagney Bénito-Espinal F., 2019, « Construire une culture du risque efficiente ? Le cas de la Guadeloupe et de la Martinique », Géoconfluences, École normale supérieure de Lyon, DGESCO. URL: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/risques-et-societes/articles-scientifiques/culture-du-risque-antilles

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search