Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Sur le ChampLes supermarchés au Mexique et da...

Sur le Champ

Les supermarchés au Mexique et dans la Zone Métropolitaine de Mexico

Logiques d’implantation territoriale et inégalités socio-spatiales
Guénola Capron, Salomón González Arellano et Linda Moreno Sánchez

Résumés

L’article analyse les logiques d’expansion et de distribution spatiale des supermarchés à trois échelles : planétaire, nationale (Mexique), et surtout, métropolitaine (Mexico), des espaces et catégories sociales riches vers les pauvres. Il cherche à comprendre comment les supermarchés, dans un pays comme le Mexique où ils ciblent au départ principalement la classe moyenne, reproduisent ou atténuent les disparités socio-spatiales. Nous concluons qu’ils sont un facteur à la fois d’atténuation (du fait d’une relativement bonne distribution dans l’espace métropolitain) et de reproduction des inégalités (en raison de la segmentation de l’offre). Dans le cas de la métropole de Mexico, la situation d’oligopole par l’entreprise Wal-Mart constitue un risque par rapport à la souveraineté et la sécurité alimentaires de la ville.

Haut de page

Texte intégral

Cet article a bénéficié du soutien du Social Sciences and Humanities Research Council (SSHRC) du Canada qui a financé le projet Hungry Cities coordonné par Jonathan Crush et Gareth Haysom.

1L’histoire des supermarchés au Mexique est étroitement liée aux changements socio-démographiques qui ont commencé dans la deuxième moitié du XXe siècle, avec la croissance accélérée de la population et la transition brutale d’une société rurale à une société urbaine, et ont provoqué l’augmentation de la demande en aliments dans les villes. Cette histoire est aussi liée à l’ouverture de l’économie nationale aux capitaux étrangers dans les années 1990.

  • 1 En France, les supermarchés désignent des magasins alimentaires en libre-service dont la superficie (...)

2Les supermarchés nous intéressent particulièrement dans la mesure où nous relions leur diffusion à la question des inégalités sociales vis-à-vis de l’alimentation et de la sécurité alimentaire. La catégorie de supermarchés (supermercados) que nous emploierons dans ce texte inclut l’ensemble des magasins alimentaires en libre-service, y compris les hypermarchés qui vendent aussi des produits non-alimentaires1. En espagnol, le langage courant ne fait pas vraiment la différence entre le supermarché et l’hypermarché, le terme hipermercado n’étant pas vraiment utilisé.

  • 2 Celle-ci regroupe la ville de Mexico et 59 municipalités de la conurbation situées principalement d (...)

3Cet article cherche tout d’abord à analyser les processus d’expansion des supermarchés au Mexique en les replaçant dans la révolution commerciale à l’échelle mondiale, au vu des innovations qu’ont impliquées les grandes surfaces en libre-service, puis à croiser leurs logiques de développement économique et d'implantation territoriale (concentration, dispersion, etc.) dans la Zone Métropolitaine de Mexico (ZMM) avec les dynamiques sociales. Il tire des conclusions sur les conséquences qu'a la distribution des établissements sur l’approvisionnement et l’alimentation de la population2. L’article se situe à la croisée de la géographie urbaine, de la géographie économique (la distribution et les logiques économiques et spatiales des commerces), de la géographie de l’alimentation (sur les questions de sécurité alimentaire) et de la géographie sociale des inégalités. Comment se sont diffusés les supermarchés à l’échelle nationale, suivant quelles logiques économiques et sociales ? De quelle manière se distribuent les supermarchés dans la ZMM ? Quelles répercussions a cette distribution sur l’alimentation de la population ? En quoi répondent-ils ou non à la demande d’alimentation de la population de la ZMM ? Le Mexique, proche des États-Unis, en particulier la capitale et son agglomération, illustre les profonds bouleversements qu’ont connus les pays du Sud à revenu intermédiaire en matière de distribution commerciale alimentaire, notamment dans les espaces urbains, toutefois avec ses particularités. Le développement des supermarchés pose en parallèle la question de la solvabilité des ménages et de leur adaptation aux modes de consommation des pauvres qui constituent la majorité de la population d’une métropole comme la ZMM, tandis que les supermarchés s’adressent en priorité à la classe moyenne. On s’interrogera donc sur le rôle de ces acteurs intermédiaires, au prisme de la distribution des produits alimentaires, dans la production, le maintien ou l’atténuation des inégalités socio-territoriales.

4L’article est divisé en quatre sections qui correspondent à trois échelles spatiales montrant comment les logiques d’expansion territoriale des supermarchés se calent sur les inégalités socio-spatiales : dans le monde et en particulier en Amérique latine dans le contexte de la globalisation économique ; au Mexique, l'histoire des supermarchés illustrant l’évolution des logiques d’implantation territoriale ciblant la classe moyenne puis les classes populaires ; les stratégies d'expansion des supermarchés dans la Zone Métropolitaine de Mexico ; l’impact de l’expansion et de la diffusion des grandes surfaces en libre-service sur les modes de consommation et sur les inégalités socio-spatiales.

5Les données ont été obtenues grâce à une revue bibliographique et de la presse spécialisée, ainsi qu’à 10 entretiens réalisés en 2018 avec des directeurs adjoints et des directeurs de supermarchés de différents formats et profils de clientèle, tous situés dans la partie centre-sud de Mexico, et un entretien avec un directeur du groupe La Comer qui a été le seul à accepter de répondre à nos interrogations. Les questions posées ont concerné leurs stratégies commerciales et un autre thème qui n’est pas traité ici, celui des invendus et du gaspillage alimentaire. Il a été difficile d’obtenir des entretiens avec les responsables des différentes entreprises de supermarchés en raison de leur politique de confidentialité. D'autre part, nous avons eu recours à l’annuaire statistique des unités économiques (Directorio Estadístico Nacional de Unidades Económicas, DENUE) de l’Instituto Nacional de Estadística y Geografía (INEGI), aux informations obtenues dans les annuaires de l’ANTAD, et aux sites internet des groupes de la distribution pour dresser des cartes de supermarchés pour la ZMM et analyser en particulier le lien avec les inégalités sociales.

La révolution des supermarchés dans le monde : une diffusion des pays du Nord vers les pays du Sud

6L’objectif de cette section est de situer la révolution commerciale des supermarchés au Mexique dans le contexte des changements à l’échelle mondiale et de montrer que le processus de diffusion des supermarchés reproduit les inégalités sociales entre pays.

  • 3 Le discount est une technique de vente qui consiste à vendre à prix bas et en très grande quantité.

7Le supermarché et l’hypermarché sont une innovation occidentale, notamment inscrite dans l’histoire des États-Unis. Du fait de la proximité géographique entre les États-Unis et le Mexique et de l’importance des liens économiques entre ces deux pays, le modèle nord-américain, notamment à travers le groupe Walmart, constitue au Mexique un référentiel important. Bien que la distribution de masse voie le jour en Europe et en Amérique du Nord à la fin du XIXe siècle, c’est aux États-Unis qu’ont été créés, dans les années 1930 au moment de la Grande Dépression, les supermarkets, puis les grands magasins discount3 en libre-service (Grimmeau, 2013) comme lieux de distribution de produits alimentaires (et non-alimentaires pour les hypermarchés). Après de nombreux voyages aux États-Unis au contact de Bernardo Trujillo de la National Cash Register Company de Dayton (NCR), le gourou états-unien de la grande distribution dans les années 1950, la société belge GB s’est inspirée des supermarkets états-uniens en 1961 en créant le premier hypermarché européen, puis, en 1963, Carrefour a repris la formule du supermarket en y associant produits alimentaires et non-alimentaires dans l’hypermarché de Sainte Geneviève-des-Bois dans la banlieue parisienne, diffusant plus tard le modèle à travers le monde (Grimmeau, 2013). L’entreprise Wal-Mart n’a adopté la formule qu’en 1985 (Grimmeau, 2013). Autant aux États-Unis qu’en Europe de l’ouest, c’est la périphérie des villes qui a vu éclore la révolution commerciale des supermarchés. La rapide diffusion du supermarché est due au libre-service, aux bas prix pratiqués, aux innovations logistiques (les plateformes de distribution, à la suppression des intermédiaires et à des relations différentes aux fournisseurs (avec des délais de paiement allongés), à de nouvelles méthodes de vente (grâce aux caisses enregistreuses puis aux codes-barres) et de gestion des stocks (à flux tendus). Dans le contexte européen et nord-américain, il répond surtout à la demande de consommation des ménages motorisés ayant fait le choix de vivre dans une banlieue en expansion rapide et largement sous-équipée en matière commerciale, du moins dans les grandes villes comme Paris et ses environs (Metton, 1982). Avant de s’implanter dans les centres-villes, le supermarché est d’abord un phénomène suburbain, ce qui n’est pas vraiment le cas en Amérique latine où le supermarché est un phénomène principalement urbain, surtout lié au départ, comme on le verra, à la classe moyenne des villes-centres. Le hard-discount, une technique de vente qui consiste à vendre à des prix très en-dessous de ceux pratiqués sur le marché, en faisant notamment des économies sur le marketing et la présentation des produits alimentaires, très présent en Allemagne, s’est diffusé en Europe et dans le monde à partir des années 2000, en réponse à la crise des très grandes surfaces, marquant le retour à un commerce plus axé vers la proximité (Hocquelet et al., 2016). Il s’est plus tard largement diffusé au Mexique, quand les grandes entreprises de la distribution ont commencé à cibler les classes populaires.

8La saturation des marchés européen et nord-américain, la stagnation de la demande dans les pays d’origine des grands groupes occidentaux de la distribution (Carrefour, Walmart, etc.) et, parallèlement, la libéralisation de l’économie mondiale, ont poussé ces grands groupes à investir hors de leurs frontières, en particulier dans les pays d’Europe de l’Est et les pays du Sud les plus développés parmi lesquels le Mexique. Même si ces chiffres ne sont pas très récents, on relève qu’en 2011, les enseignes Carrefour (France) et Metro (Allemagne) étaient présentes dans 33 pays, Carrefour s’étant retiré en 2004 du Mexique, ainsi que petit à petit d’autres pays, tandis que son gros concurrent au Mexique, Walmart (États-Unis), le leader du marché, intervenait dans 27 pays (Gasca et Torres, 2014). La révolution commerciale des supermarchés (Reardon et al., 2003 ; Weatherspoon et Reardon, 2003) hors des frontières des pays pionniers en matière de grande distribution est donc liée à la globalisation des économies et des marchés et au développement de l’industrie agro-alimentaire dans ces pays, étant donné que seuls les producteurs gros et moyens peuvent être fournisseurs des supermarchés (Coe, 2004).

9Il existait souvent des embryons de supermarchés dans plusieurs pays d’Amérique latine qui n’avaient toutefois pas provoqué de véritable révolution commerciale, parce que cette transformation ne s’était pas accompagnée de vrais changements dans la logistique, la gestion des stocks, les relations avec les fournisseurs, etc., comme en Europe et en Amérique du Nord. Toutefois, le véritable engouement pour les établissements en libre-service date de l’ouverture des économies aux capitaux et aux investissements étrangers dans les années 1980-1990. Cette expansion s’est faite tout d’abord dans le Cône Sud, au Brésil et en Asie (Taïwan, Philippines, Thaïlande), puis dans le courant des années 1990, dans d’autres pays d’Amérique latine comme le Mexique, l’Équateur, la Colombie, ainsi que dans de nombreux pays d’Asie du Sud-est et d’Europe centrale, ainsi qu’à la fin des années 1990, dans le reste de l’Amérique centrale et du Sud, de l’Asie du Sud-est, certains pays d’Afrique, la Chine, l’Inde et la Russie (Reardon et Berdegué, 2008). Les taux de pénétration qui indiquent les parts de marché représentées par les supermarchés sont toutefois très différents d’un pays à l’autre : au Mexique et en Thaïlande, il était entre 50 et 60 % en 2005, alors qu’au Pérou et aux Philippines, il était d’environ 15 % à cette même date et de 15 à 20 % en Côte d’Ivoire en 2015 (Mieu, d’après Brenoum, 2020). En revanche, au Japon, aux États-Unis et au Canada, le taux de pénétration du marché alimentaire était de près de 90 % (Gasca et Torres, 2014). L’Afrique, plus pauvre, est sans doute le continent où la révolution commerciale, c’est-à-dire le passage d’un système caractérisé par les commerces traditionnels à un autre dominé par les grandes surfaces, a été la plus tardive, même si en Afrique australe, en particulier en Afrique du Sud, le développement des supermarchés connaît depuis les années 1990 un net bond avec l’expansion de Shoprite (Crush et Frayne, 2011). L’introduction en 2011 de Walmart au capital de Massmart, l’un des leaders du marché sud-africain, n’a toutefois pas eu le même effet en termes de concentration du marché (Nickanor et al., 2017) qu’au Mexique, comme on le verra. Surtout, les chaînes sud-africaines de supermarchés se sont étendues dans l’ensemble du continent. Le Mexique, proche des États-Unis, à la différence de l’Argentine, plus européenne, à laquelle nous ferons parfois référence en contre-point, montre un autre modèle avec des logiques sociales et spatiales qui reproduisent toutefois les inégalités de diffusion que l’on observe à l’échelle mondiale.

Les étapes de la révolution des supermarchés au Mexique : un phénomène principalement urbain tiré par le développement de la classe moyenne

10Schwentesius et Gómez (2006) identifient trois phases dans l’histoire des supermarchés au Mexique. L’évolution des supermarchés, d’abord de petite taille, puis de plus grande superficie, avec une complexification progressive de l’objet, montre une logique d’implantation spatiale qui ne diffère pas tant de celle qui s’est produite à l’échelle mondiale, des pays les plus riches vers d’autres, plus pauvres, avec toutefois une diversification des formats assez précoce.

La première phase de l’expansion des supermarchés à Mexico et ses environs

11La première phase s'étend des années 1940 au début des années 1970, quand s’établissent les premières enseignes nationales, Aurrerá, Comercial Mexicana et Gigante, leurs domaines d'activité s’étendant aussi à des secteurs annexes, tels que la restauration, les grands magasins, les banques (Gasca et Torres, 2014, p. 145). Le phénomène du supermarché est indissociable du “miracle mexicain” qui s’est produit entre 1954 et 1970 et qui, grâce à un important développement économique et industriel s’appuyant sur un capitalisme d’État et une politique de grands travaux, a permis l’émergence d’une classe moyenne nationale assez hétérogène (fonctionnaires, petits commerçants et entrepreneurs, techniciens, professeurs des universités…) dont les habitudes de consommation et les modes de vie, en particulier à travers la motorisation des ménages, étaient en pleine transformation. Le supermarché fait partie de ces changements dans les modes de vie. Ces établissements de distribution moderne répondent aussi à la demande alimentaire d’une population urbaine en forte expansion : le taux de croissance moyen annuel de la ville s’élève à 5,66 % dans les années 1960 (Negrete, 2000). Dans ce contexte, le nombre des magasins a progressivement crû, tandis que la taille des magasins a rapidement grandi (2 000 m2 pour le supermarché Aurrerá de la colonia Obrera, 6 800 m2 mètres carré sur quatre étages pour l’hypermarché Comercial Mexicana du centre-ville, 10 000 m2 pour l’établissement Gigante du quartier de Mixcoac). Jusqu’au début des années 1970, le rythme est environ d’une à deux ouvertures de magasins par an.

12Les premiers supermarchés se sont installés principalement dans des quartiers de classe moyenne, d'abord dans la ville de Mexico (colonia Obrera, Universidad, Insurgentes, colonia Mixcoac, etc.), puis dans sa banlieue (Ciudad Satélite, Lomas Verdes, Santa Mónica, etc., des lotissements suburbains de classe moyenne en pleine expansion dans le nord de l’agglomération dans les années 1960). Les municipalités de Naucalpan et Tlalnepantla, au nord-ouest de la ville, où se développent les supermarchés, sont à la fois peuplées par la classe moyenne managériale motorisée et les ouvriers travaillant dans les zones industrielles qui s’y sont alors développées. L’expansion des supermarchés est donc étroitement liée au processus de métropolisation naissant dans les années 1950.

13Durant les années 1960, des innovations comme le libre-service, les caisses enregistreuses, l’utilisation du chariot, les escaliers mécaniques, les parkings, etc. ont surgi, bouleversant tant les techniques de vente que les pratiques d’achat de la classe moyenne. Pendant cette période, les frères Arango du groupe Aurrerá, pionnier en la matière, établirent une collaboration avec la société américaine Jewel Co en 1971, dans le but de profiter de l'expérience de cette société dans la gestion de supermarchés américains. Parmi les contributions que cette entreprise a apportées à Aurrerá, figurent l'amélioration de la logistique, la modernisation de la présentation des produits et l'utilisation des inventaires (ANTAD, 2003).

14Toutefois, malgré ce premier développement, on ne peut pas dire que, dans cette étape, les supermarchés aient couvert la demande alimentaire de la population qui, avec la migration rurale et urbaine en provenance du reste du pays, était en pleine explosion. C’est d’ailleurs à cette époque (1953-1967, surtout en 1957), sous la régence d’Uruchurtu à Mexico, que sont aussi construits 150 marchés couverts qui se substituent en partie aux marchés de rue (Stamm, 2008), les tianguis (d’origine indigène dont l’existence remonte à l’époque préhispanique), qui encombraient les rues de la ville. En tous cas, à la différence des marchés bien répartis dans l’ensemble de la ville, les supermarchés restaient très concentrés dans les zones où le pouvoir d'achat était suffisamment élevé.

15Bien que les premiers supermarchés aient été principalement tirés par l'initiative privée, la participation de l'État n’a pas été négligeable dans les années 1960, avec la création en 1961 de la société parapublique Société Nationale de Subsistance Populaire (Compañía Nacional de Subsistencias Populares, CONASUPO). C’est une entreprise parapublique ancrée dans le système politique du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI), le parti politique issu de la Révolution mexicaine resté au pouvoir à l’échelle nationale entre 1929 et 2000 et dont le gouvernement repose sur le clientélisme et le corporatisme. CONASUPO a été créée pour assurer l’alimentation des travailleurs affiliés aux principales organisations sociales et syndicales, en régulant les prix des aliments compris dans le panier de base. La participation de cette entreprise parapublique à travers la création de magasins en libre-service étatiques et syndicaux (CONASUPER, IMSS, ISSSTE, UNAM) de formats variés (entrepôt ou supermarché) et avec une grande variété de produits à bas prix ou subventionnés, a joué un rôle prépondérant dans l'expansion de ce type de commerce (Bassols, 1994), même si, aujourd’hui, leur rôle dans la distribution des produits alimentaires est marginal.

16Dans les années 1960, en tous cas, les supermarchés ne font pas complètement concurrence aux centres d'approvisionnement traditionnels, les marchés couverts, les tianguis et les épiceries qui restaient hégémoniques (Torres, 2011 ; Stamm, 2008). On observe le même type d’évolutions dans des pays d’Amérique latine au revenu intermédiaire comme l’Argentine où l’essentiel des commerces sont des petits magasins spécialisés de proximité et des épiceries auxquels la clientèle reste fidèle, comme le montre l’épicerie du père de Manolo dans la bande dessinée de Mafalda (Capron, 1999). De même qu’à Buenos Aires, ce sont des modifications de forme (le caddie, les caisses, le libre-service) plus que des modifications de fonctionnement (la logistique et les circuits d’approvisionnement qui ont plus tard été bouleversés par l’arrivée des acteurs du commerce international) qui portent le développement des supermarchés, du moins au début, avant l’arrivée des acteurs internationaux.

La deuxième phase d’expansion, 1970-1990 : les grandes villes et les villes intermédiaires

17Ce n'est qu'à la fin des années 1960 et au début des années 1970 que les trois chaînes de supermarchés pionnières, Aurrerá, Comercial Mexicana et Gigante, ont fait leur première incursion en dehors de leur lieu d'origine, Mexico, vers les villes grandes et intermédiaires du pays, tout d’abord Querétaro et Puebla en 1967, puis Guadalajara, Cuernavaca, Toluca, et dans les années 1980, Monterrey, donc essentiellement des villes situées dans l’orbite de Mexico, dans le centre du pays, puis progressivement des villes du nord, Monterrey représentant la troisième plus grande ville du pays et l’une des plus riches. À l’intérieur des métropoles, ce sont surtout les quartiers de classe moyenne qui ont été ciblés, avec des critères tels que l’existence d’infrastructures, notamment routières, l'accessibilité, l’équipement des ménages (automobile, réfrigérateur, etc.), conjugués au pouvoir d'achat de la population, moyen et élevé. Les espaces urbains qui n'avaient pas ces caractéristiques ont été exclus de cette étape du développement des supermarchés et ce jusqu'à la fin des années 1980 (Torres, 2003). Les supermarchés suivent donc une logique métropolitaine, le sud moins urbanisé et plus indigène restant en marge de ces dynamiques.

  • 4 Ce sont des galettes de maïs ou de blé qui constituent le pain des Mexicains étant à la base de l’a (...)

18Dans la deuxième phase d’expansion des supermarchés, « l'expansion de ces magasins s'accompagne d'une concurrence féroce pour absorber les petites chaînes qui opéraient dans les villes importantes » (Schwentesius et Gómez, 2006 : 208). Par exemple, Super Mercado SA (SUMESA) est absorbé en 1981 par Comercial Mexicana et El Sardinero est acquis en 1991 par Gigante. Cette phase se caractérise par une première vague de fusions et acquisitions (Reardon et Berdegué, 2002), par la croissance de l'ouverture de nouveaux magasins et par une relative démocratisation des supermarchés qui jusqu’ici étaient surtout cantonnés à la classe moyenne et aux travailleurs à travers CONASUPO. Apparaît dans cette période un nouveau format destiné aux classes moyenne-inférieure et inférieure, les bodegas (entrepôts, l’équivalent du hard-discount) où sont vendus des produits essentiels c’est-à-dire ceux qui composent le panier de produits de base dont ont besoin les Mexicains pour se nourrir (haricots, tortillas4, etc.).

La troisième phase d’expansion : la libéralisation économique et le développement des grands groupes transnationaux

19Au début des années 1990, la libéralisation et l'ouverture du marché national aux capitaux internationaux, à travers l'Accord général sur le commerce et les tarifs (1986) et surtout l'Accord de libre-échange avec l'Amérique du Nord (ALENA, 1994) (Casado Izquierdo, 2018), ainsi que, parallèlement, le retrait de l’État de différentes sphères de l’économie, la flexibilité institutionnelle et la promotion d’une économie de marché (Vilas, 2000 ; Gasca et Torres, 2014), ont provoqué l’arrivée, dans le pays, de grands groupes transnationaux. Celui-ci a accéléré la transformation du secteur des supermarchés. Comme l'expliquent Schwentesius et Gómez (2006, p. 208), « la politique de libéralisation économique et le nouveau cadre juridique interne qui autorisait 100 % d'investissement étranger au Mexique ont permis à ces groupes commerciaux l’obtention de taux de profit plus élevés et leur ont offert un espace pour se positionner et se développer ». L’investissement direct étranger a bien été un puissant moteur de la modernisation de l’appareil marchand. C’est bien après le Brésil et l’Argentine où, en 1976 la dictature des généraux avait fait tomber les barrières douanières. Celle-ci avait provoqué l’arrivée de Carrefour en 1982 et surtout une révolution logistique qui allait toucher toutes les chaînes de supermarché nationales, obligées de s’adapter à cette nouvelle concurrence. Cependant, au Mexique, le gros du développement des supermarchés (Walmart étant alors moins bien implanté que Carrefour, précocement installé, et beaucoup moins présent à Buenos Aires qu’à Mexico) s’est fait après le retour à la stabilité économique à partir de 1996, à la suite de la crise de la dévaluation du peso mexicain en 1995, qui a eu un impact négatif sur l’emploi et les économies de la classe moyenne.

20L'expérience des chaînes de supermarchés nationales et le jeu des alliances ont permis d'atténuer en partie l'impact de l'ouverture commerciale. « Face à la menace certaine que les groupes étrangers envahiraient le marché national jusqu'alors protégé, les entreprises mexicaines ont préféré avoir les géants américains de la distribution plutôt comme partenaires que comme ennemis, et elles se sont précipitées pour signer des alliances stratégiques » (Moreno, 2012), par exemple entre Cifra SA de CV et Walmart (premier accord signé en 1991, fusion complète en 1997), entre Auchan et Comercial Mexicana, entre Gigante et Carrefour.

21L'histoire des alliances établies entre entreprises nationales et étrangères ainsi que les logiques d’implantation sont complexes. Gasca et Torres (2014) indiquent trois modèles spatiaux d'expansion des entreprises mondiales.
La première a trait à l'incursion des entreprises les plus consolidées dans des pays ou des régions à l'échelle continentale, comme le cas de Walmart ;
la seconde est l'exploration des marchés régionaux, mondiaux ou des pays proches du siège de ces entreprises par des sociétés émergentes, comme c’est le cas de deux groupes mexicains, Soriana et Chedraui ;
la troisième, celle qui a prédominé au Mexique, consiste en des alliances – joint-ventures – ou en l'acquisition de chaînes nationales comme pour les cas de Gigante et Comercial Mexicana, rachetées par Soriana (Gasca et Torres, 2014).

22L’arrivée des grandes multinationales de la distribution en Argentine s’est également faite soit par joint-ventures soit par un processus de fusions-acquisitions. Ce qui est frappant au Mexique, c’est qu’en moins d'une décennie, le pionnier des supermarchés mexicains, Aurrerá, la chaîne de supermarchés la plus importante d'Amérique latine à la fin des années 1980 (Moreno, 2012), est passée aux mains de la transnationale Walmart. Les stratégies d’alliance ont connu une fortune diverse : après une alliance avec l'américain Sol Price en 1991 et le français Auchan en 1995, Comercial Mexicana a fini par détricoter ses alliances avec les groupes étrangers en 1997, Auchan vendant ses actifs (Casado Izquierdo, 2018). En 1994, Gigante décide de s'associer avec Carrefour, mais cette alliance s'effondre en 2005 et Gigante doit céder ses actifs à Soriana et Chedraui (Moreno, 2012) qui n'ont pas opté pour des alliances avec des entreprises étrangères et sont issues d’espaces économiques émergents, respectivement la zone métropolitaine de la Laguna (autour de Torreón) dans le nord du pays et la région de Xalapa dans l’état de Veracruz. Elles sont sorties renforcées par l'absorption d'autres chaînes nationales (Moreno, 2012), par exemple, Soriana qui a racheté Gigante en 2007 et Comercial Mexicana en 2016.

23Ainsi, dans les années 1990, ce réajustement des chaînes de distribution s’est traduit par une forte concentration économique marquée par le développement fulgurant du groupe Walmart qui a repris bon nombre d’enseignes mexicaines (Aurrerá, Superama, Sumesa), son expansion territoriale dans une grande partie du pays et la diversification de ses formats. Walmart ne s’est cependant pas imposé dans les régions où, par exemple, prédominait une chaîne locale, comme dans le nord-est où Soriana occupe la principale position. Dans la ZMM, Soriana et Chedraui montrent une bonne résistance face au géant Walmart. En tout cas, il est très frappant de voir que, « en une seule décennie, l'Amérique latine ait connu le même développement que celui qu'ont connu les États-Unis en cinq décennies » (Reardon et al., 2003, p. 1142). Reardon et Berdegué (2002, p. 94) décrivent ainsi le changement spatial opéré dans la distribution des supermarchés durant cette décennie : « l'image générale est aussi celle d'un effet domino ». À partir de leur « niche » dans les villes-capitales des états fédérés, les chaînes de supermarchés se sont rapidement étendues, dans les années 1980, aux villes intermédiaires puis, dans les années 1990, aux villes moyennes et petites.

  • 5 En espagnol, les Centros de Distribución, CEDIS.

24L’un des aspects de cette phase de la révolution commerciale « a été l'incorporation d'innovations logistiques, organisationnelles et technologiques qui ont progressivement transformé la manière dont de grands volumes de produits alimentaires sont mobilisés, de la production et la distribution à la consommation finale, à travers des formes de commercialisation sophistiquées sur le plan technologique et des innovations dans l'organisation des entreprises » (Gasca et Torres, 2014, p. 137). La logistique et l’approvisionnement ont en particulier été bouleversés. Les supermarchés fonctionnent en général peu avec des fournisseurs directs, d’après les entretiens effectués avec les gérants, ils en ont que deux ou trois, jusqu’à dix, principalement pour des produits frais. Ils sont quasiment exclusivement fournis par le biais de centrales d’achat5 réparties dans l’agglomération, qui évitent de passer par le marché central de Mexico, l’un des plus grands au monde, et permettent des négociations directes avec les producteurs pour peser sur les prix en diminuant le nombre d’intermédiaires : Cuautitlán Izcalli et Tultitlán pour Soriana, Cuautitlán Izcalli et Chalco pour Bodega Aurrerá et Superama, Cuautitlán Izcalli pour les supermarchés et hypermarchés Walmart, Azcapotzalco pour Sumesa, Vallejo pour La Comer, etc. (entretiens auprès des gérants de supermarchés). Les magasins n’ont quasiment aucune marge de manœuvre et ils dépendent des maisons-mères (corporativos) pour le choix des produits ou la gestion des stocks (par exemple, pour Soriana, à Monterrey).

  • 6 Lieux de fabrication et de vente de tortillas.

25Cette phase montre aussi l'intégration d'éléments permettant la diversification des services offerts – l’expansion des heures et des jours d'ouverture –, de l’offre – de nouveaux rayons tels que boucheries, laiteries et tortillerías6 – ainsi que le développement de technologies permettant le paiement par carte de crédit et surtout l'incorporation de nouveaux formats (les bodegas).

  • 7 Avant la crise du COVID-19, quatre des gérants de magasins interviewés en 2019 dans des quartiers d (...)
  • 8 En 2020, on comptait en tout 27,7 millions de cartes de crédit et 157,8 millions de cartes de débit (...)

26Enfin, il pourrait y avoir une quatrième phase de développement des supermarchés, celle du commerce électronique (Torres, 2017). Bien que ce canal de distribution ne soit pas encore très consolidé, du moins avant la crise du COVID-197, quand nous avons effectué notre recherche, et qu'il existe un obstacle majeur, la faible détention de cartes bancaires par la population8, les chaînes de supermarchés envisagent de l’étendre car il permet l'optimisation du temps et l'élargissement des canaux à d’autres échelles.

La distribution spatiale et les stratégies d’expansion territoriale des supermarchés à Mexico : l’oligopole de Walmart

  • 9 L’indice de marginalité urbaine (índice de marginación urbana, IMU) a été créé par le Consejo Nacio (...)

27La ZMM est traditionnellement divisée entre un nord industrieux et populaire, une partie sud et occidentale aisée et une zone orientale plutôt pauvre. Toutefois, à une échelle plus fine, celle-ci se présente plutôt comme une mosaïque de quartiers (Ruvalcava et Schteingart, 2000) et surtout le tissu social et urbain change soit du fait de la gentrification dans les quartiers centraux, soit du fait de la consolidation des quartiers populaires, notamment dans la partie orientale de la ville (Ribardière et Valette, 2013). Malgré cette division sociale de l’espace, il existe aujourd'hui dans la ZMM une couverture spatiale relativement bonne des supermarchés, même dans certaines zones où la marginalité (marginación) est élevée9. Au total, en 2019, plus de 1 000 magasins ont été recensés dans la Zone Métropolitaine de Mexico.

28L’illustration 1 qui indique la densité des supermarchés par kilomètre carré à l’échelle des municipalités de la ZMM montre non seulement une logique de distribution centre-périphérie, mais aussi une implantation le long des principaux corridors d’urbanisation, en particulier au nord en direction de Pachuca en partant d’Ecatepec vers Zumpango et à l’est en direction de Puebla vers Ixtapaluca.

Illustration 1 - Densité de supermarchés au kilomètre carré par municipalité dans la ZMM, 2019

Illustration 1 - Densité de supermarchés au kilomètre carré par municipalité dans la ZMM, 2019

Auteur : Salomón González Arellano, UAM Cuajimalpa

Illustration 2 - Distribution spatiale des supermarchés en fonction du degré de marginalité (marginación) de la population par ageb dans la ZMM, 2019

Illustration 2 - Distribution spatiale des supermarchés en fonction du degré de marginalité (marginación) de la population par ageb dans la ZMM, 2019

Auteur : Salomón González Arellano, UAM-Cuajimalpa

29Dans la partie orientale populaire de la ville, on observe une bonne distribution des supermarchés : en particulier, à Nezahualcóyotl, qui a commencé à s'urbaniser à partir d’une invasion de terres dans les années 1950, s'est consolidé et a vu émerger aujourd’hui une classe moyenne sur les terrains les plus anciennement urbanisés (Valette et Ribardière, 2014) ; également à Chimalhuacán et Valle de Chalco, à l’est et au sud-est de Nezahualcóyotl, des zones à forte densité qui ont été urbanisées plus récemment et ont pourtant un taux élevé de marginalité (marginación). La consolidation des quartiers irréguliers et la construction de grands ensembles de logements sociaux en périphérie de la ville s'accompagnent de l'ouverture de grands supermarchés, principalement sous le format bodega, destinés à la couche sociale moyenne-inférieure qui a pu améliorer son logement auto-construit ou accéder à la propriété d’un logement social.

30Cependant, il existe une asymétrie notable entre la partie ouest de l’aire centrale (arrondissements de Cuauhtémoc, Miguel Hidalgo et Benito Juárez) plutôt aisée (sauf dans la partie est du Centre historique) et la partie est de la ville (arrondissements de Iztacalco et Venustiano Carranza). Les supermarchés sont également peu présents dans les zones périphériques, plus marginalisées.

31Il est intéressant de noter que, même lorsque s’urbanisent de nouvelles zones, « le poids de la concentration démographique dans les métropoles, la plus grande stabilité des revenus et la maturation des processus d'urbanisation, sont des facteurs déterminants pour expliquer l'existence d'un nouveau modèle d'approvisionnement alimentaire » (Torres, 2011 : 76). Ce qui précède ne laisse pas présager d'un manque de nouvelles succursales dans des localités petites, peu denses ou récemment urbanisées : les petits formats de magasins en libre-service ont permis la pénétration de ces localités par les grandes chaînes de supermarchés, afin d’augmenter leur couverture territoriale. Cependant, cela n'a pas suffi pour que les localités périphériques qui présentent un indice de marginalité (marginación) élevé soient bien équipées comme on le voit sur l’illustration 2. Toutefois, des petites chaines de supermarchés plus populaires et non captées dans notre relevé sont présentes dans ces territoires.

32Les entreprises de la grande distribution ont fait montre d’une très grande flexibilité, elles proposent plusieurs formats (allant jusqu’aux convenience stores, ces petites supérettes de proximité dont le modèle a été importé des États-Unis et qui ont connu un succès foudroyant au Mexique). Ceux-ci leur permettent de toucher des marchés a priori peu accessibles, soit en raison du faible nombre d’habitants, soit en raison de leurs bas revenus. Les entreprises ont su s’adapter aux caractéristiques et à la demande de la population dans sa diversité (Superama pour la classe sociale aisée, Soriana pour les classes moyenne et moyenne-supérieure, ou Bodega Aurrerá pour les classes populaires) (Gasca et Torres, 2014). Pour une nouvelle implantation territoriale, dit le gérant d’une bodega Aurrerá de la colonia Buenos Aires, à Mexico, « on fait une étude de marché, en regardant d’abord la distance du magasin par rapport à d’autres magasins de la même chaîne ou d’un magasin d’un même format, dans un rayon de cinq kilomètres. On compte une population d’au moins 5 000 habitants. Et, en fonction du profil socio-économique de la population, on décide du format, Superama, Sam’s… ».

33Les grands groupes de distribution cherchent à attirer une nouvelle clientèle, la population vivant dans les zones populaires périphériques et les petites localités délaissées par l'État après la disparition de la CONASUPO dans les années 1990 (Torres, 2003), avec la mise en place de formats dotés d’une surface de vente plus petite, comme les bodegas, dans les nouvelles zones de logements sociaux. Walmart a parié sur les formats bodegas (Casado : 2018), tandis que Soriana s’est concentré sur les formats supermarchés et hypermarchés visant la classe moyenne. Le gérant de La Comer dit que le groupe privilégie les implantations des supermarchés La Comer et Fresko qui s’adressent à la fois à la classe moyenne-inférieure et à la classe moyenne supérieure selon la localisation des magasins. La classe moyenne, surtout inférieure, est le cœur de cible des supermarchés de ce groupe qui possède toutefois un petit nombre de magasins de luxe s’adressant à une clientèle fortunée (City Market) : « nous avons des projets pour toucher le marché des clients ayant un niveau socio-économique moyen et moyen-inférieur et répondre aux besoins de cette clientèle, parce que le segment moyen-élevé n’est pas le plus important dans le pays ».

34La diversification des formats des magasins en libre-service a permis aux entreprises de distribution d'avoir une couverture à plusieurs échelles inter- et intra-urbaines, permettant d’arriver à des populations de niveaux de revenus différents (Gasca et Torres, 2014). Cependant, Casado Izquierdo (2018) observe que la diffusion des chaînes de supermarchés (et non des bodegas) reproduit le modèle d’expansion qu'elle avait à ses débuts, c’est-à-dire en suivant le développement de la classe moyenne, mais avec des particularités stratégiques, telles que la construction de nouvelles succursales dans des espaces où les supermarchés étaient déjà présents, généralement des localités de grande taille, en raison des avantages que représentent les économies de densité pour la réduction des coûts de distribution.

Illustration 3 - Distribution spatiale des supermarchés selon leur format (supermarchés, bodegas et clubs-entrepôts) en fonction du degré de marginalité (marginación) de la population par ageb dans la Zone Métropolitaine de Mexico, 2019

Illustration 3 - Distribution spatiale des supermarchés selon leur format (supermarchés, bodegas et clubs-entrepôts) en fonction du degré de marginalité (marginación) de la population par ageb dans la Zone Métropolitaine de Mexico, 2019

Auteur : Salomón González Arellano, UAM-Cuajimalpa

35Dans l’Etat fédéré de Mexico, ce sont les bodegas qui s’adressent aux classes populaires, et, dans une moindre mesure, les clubs-entrepôts, qui prédominent, alors qu’à Mexico, la répartition entre bodegas et supermarchés est plus équilibrée (illustration 3). La répartition des différents formats (supermercados versus bodegas) reflète les divisions sociales, y compris à une échelle très fine, dans la mesure où chaque format vise un segment de marché différent.

36Dans la Zone Métropolitaine de Mexico, le secteur des supermarchés est aux mains de trois groupes (illustration°4) : Walmart SA de CV avec 618 établissements sur un total de 2 571 dans le pays10, soit près de 25 % situés dans la Zone Métropolitaine de Mexico, alors que celle-ci ne concentre que 17 % de la population nationale ; Soriana SA de CV avec 114 locaux (sur un total de 79511), qui a réussi son incursion dans la Zone Métropolitaine de Mexico, notamment à la suite du rachat de Comercial Mexicana qui comptait 89 établissements (Tilly, 2005) ; Chedraui, moins présent avec ses 55 supermarchés sur un total national de 321 implantés principalement dans l’état du Veracruz et dans la ZMM12.

Illustration 4 - Distribution spatiale des supermarchés par chaînes en fonction du degré de marginalité (marginación) de la population par ageb dans la Zone Métropolitaine de Mexico, 2019

Illustration 4 - Distribution spatiale des supermarchés par chaînes en fonction du degré de marginalité (marginación) de la population par ageb dans la Zone Métropolitaine de Mexico, 2019

Auteur : Salomón González Arellano, UAM-Cuajimalpa

37Le groupe Walmart, qui est dans une situation d’oligopole et a une politique de prix très agressive (Castañeda, 2012), détient 60 % des supermarchés opérant dans la Zone Métropolitaine de Mexico (tous formats confondus), ce qui se reflète dans la répartition spatiale des établissements par groupes et chaînes (illustration°4) : Walmart, a pénétré le marché dans presque toute la ZMM, sauf dans les zones plus périphériques. Parmi ces magasins, les formats Walmart Supercenter et Bodegas Aurrerá représentent respectivement 18 % (114 établissements) et 16 % (105) des magasins détenus par le groupe Walmart de México SA.

Supermarchés et inégalités socio-spatiales

  • 13 En 1970, le taux d’emploi féminin était de 27 % (pour la population de 12 ans et plus), il était mo (...)
  • 14 En 2010, seulement 88,1 % des ménages de la ZMM disposaient d’un réfrigérateur (Valette et Ribardiè (...)
  • 15 En 2017, selon les résultats de l’enquête origine destination appliquée par l’INEGI dans la ZMM, un (...)

38L'évolution des supermarchés au Mexique est le résultat de multiples facteurs assez proches de ceux qui ont provoqué leur expansion dans les villes des pays développés, avec toutefois des différences dans leur intensité: dans la deuxième moitié du XXe siècle, on observe
- une croissance de la population beaucoup plus spectaculaire que dans les pays développés en ce qui concerne la ZMM, avec un taux de croissance moyen annuel de 5,87 % entre 1940-50 et de 4,04 % entre 1970-1980 quand celui-ci commence à diminuer significativement (Negrete, 2000) et l’implantation prédominante des établissements dans les zones urbaines, comme nous l’avons vu précédemment ;
- l'avancée du secteur tertiaire qui, en 2010, dans la capitale, représentait 87,6 % du PIB (Rámirez López, 2016) ;
- la consolidation de la classe moyenne ;
- l'entrée des femmes dans le monde du travail, bien que celle-ci ait été très progressive et que le taux d’emploi féminin n’atteigne pas celui des pays développés13 ;
- l’utilisation des réfrigérateurs14 et congélateurs de plus en plus répandue, toutefois moins que dans les pays développés (Gutiérrez et Lorenzo, 2004 ; Reardon et Berdegué, 2002 ; Delgadillo et Gasca, 1993 ; Casado Izquierdo, 2018) ;
- le développement automobile, cependant, très inégal selon les classes sociales, principalement pour les classes moyenne et supérieure15.

39L’offre de produits transformés (Reardon et Berdegué, 2008) a été le début d'un changement dans les habitudes de consommation d’une grande partie de la population, même si les magasins traditionnels comme les épiceries restent solidement ancrés dans les pratiques d’achat, en particulier en ce qui concerne l’approvisionnement alimentaire. A l’échelle nationale, selon l'enquête nationale des revenus et dépenses des ménages (Encuesta Nacional de Ingresos y Gastos de Hogares, ENIGH 2020), 18 % du total des achats de tous types de produits effectués par les ménages mexicains au niveau national ont été réalisés dans des supermarchés, juste derrière les épiceries avec 26,6 %. Mais concernant les dépenses alimentaires, les ménages achètent principalement dans les épiceries et les commerces spécialisés, avec 38 % des achats, dans les magasins d'alimentation spécialisés, avec 20,2 % des achats alimentaires totaux, et les supermarchés, avec seulement 10,2 % de la consommation alimentaire totale. Si l'on considère les achats effectués dans les supermarchés, trois groupes de produits dominent la consommation des ménages : les produits alimentaires (28,3 %), 2), les produits de nettoyage et d'entretien (32 %) et les produits de soins personnels (35 %). Cela montre bien que, même s’il y a eu d’importants changements à l’échelle nationale, ceux-ci sont inégaux selon les territoires, les aliments étant encore largement acquis dans les commerces traditionnels.

40Comme dans d’autres pays latino-américains, notamment en Argentine (Rodríguez et alii, 2002), les changements dans les modes de consommation ont été plus rapides pour les ménages des classes moyenne et supérieure qui combinent emploi féminin, possession de réfrigérateurs et congélateurs, et surtout équipement automobile (Capron, 1999). Au Mexique, la classe moyenne désigne aujourd’hui un ensemble médian assez hétérogène, puisqu’on la divise entre classe moyenne inférieure, classe moyenne et classe moyenne supérieure. L’INEGI (2021), sur la base de la ENIGH 2010 (les revenus et les dépenses), évalue qu’en 2020, 44,9 % de la population urbaine appartenait à la classe moyenne (1,3 % pour la classe supérieure) et disposait d’un revenu moyen par ménage de 23 451 pesos mexicains (environ 1 100 €), la classe moyenne étant toutefois plus représentée à Mexico (58,9 % de la population en 2020).

  • 16 D’après la FAO, la sécurité alimentaire renvoie au fait de manger à sa faim des aliments suffisamme (...)
  • 17 D’après une corrélation Spearman’ Rho.
  • 18 Sans que l’enquête ne précise si c’est en temps ou en distance.

41Le fait que les supermarchés soient moins bien implantés en périphérie ne signifie pas forcément que ces territoires soient des déserts alimentaires, puisque le réseau de tianguis et de commerces de détail est très dense. En effet, une enquête menée dans la Zone Métropolitaine de Mexico, qui incluait des questions sur les achats des produits alimentaires dans les commerces par les ménages classés en fonction de leur degré de sécurité alimentaire16 (Wagner et al., 2019), montre qu'il existe une relation statistique peu significative entre l'insécurité alimentaire et l'accès aux supermarchés17, ainsi qu'à d'autres types d'approvisionnement alimentaire tels que les marchés, les petits magasins d’alimentation générale et les commerces de rue. Ces résultats sont cependant à nuancer : selon l'enquête Hungry Cities Partnership sur l'insécurité alimentaire dans la ZMM (Capron et al., 2018) qui a donné lieu aux résultats précédents, 70 % des ménages interrogés disposant d’une sécurité alimentaire achètent leur nourriture dans les supermarchés, mais cette proportion tombe à 40 % pour les ménages ayant une insécurité alimentaire élevée. Sur la base des informations du DENUE, Ruiz-Rivera et al. (2016) concluent quant à eux que l’offre en supermarchés est meilleure dans les quartiers ségrégués riches et dans les quartiers non ségrégués que dans les quartiers ségrégués pauvres (respectivement 0,9 et 0,3 contre 0,1 pour 10 000 habitants). Comme le mentionne Casado au sujet du Mexique : « bien que la population la plus marginalisée soit mieux desservie, le différentiel reste stable : 91 % de la population la moins marginalisée a un supermarché à moins de 1,5 km de son domicile, un chiffre qui chute à 40,9 % pour la population la plus marginalisée » (Casado, 2018, p. 184). Ce que révèlent toutes ces données, c’est surtout une inadéquation culturelle et économique des supermarchés aux besoins des populations pauvres. En effet, les barrières économiques et culturelles sont importantes : d’après Capron et al. (2018), 85 % des personnes qui n'achètent pas dans les supermarchés le font parce que ceux-ci ne font pas crédit, 67 % parce que les produits sont trop chers et plus de 50 % parce que les supermarchés sont trop éloignés18.

42Pourtant, pour attirer les couches sociales moyenne et inférieure, les chaînes de supermarchés ont développé des innovations, comme des offres saisonnières (les « mercredis de marché » à La Comer, qui s'inspire des offres des tianguis, ou « les bonnes affaires de juillet » à Sumesa et La Comer), permettant de faire des saisons traditionnellement creuses les périodes de meilleures ventes. Dans le cas de Buenos Aires et sans doute aussi de Mexico, les modes de fréquentation qu’ont les pauvres des supermarchés, surtout des discounts, se rapprochent de leurs pratiques d’achat dans les petits commerces de proximité : achats fréquents, acquisition de produits de première nécessité. Toutefois, le fait qu’ils achètent souvent à crédit et font des achats fractionnés en petites quantités limite leur recours aux supermarchés.

  • 19 Il n’existe cependant pas de carte des tianguis à l’échelle de la ZMM. En 2022 une carte des tiangu (...)

43Ruiz-Rivera et al. (2016) soulignent que les épiceries et les tortillerías sont bien distribuées dans les quartiers ségrégués à faibles revenus : le nombre de commerces pour 10 000 habitants y est de 75 contre 54,8 dans les quartiers non ségrégués et 24,4 pour les quartiers ségrégués à revenus élevés. On voit que le concept de désert alimentaire, et donc le critère de l’accès physique aux commerces, y compris aux supermarchés, n'est pas très opérationnel pour appréhender l'insécurité alimentaire dans le cas de Mexico, alors que celui de l’accès économique l’est : les prix sont une barrière pour les achats des pauvres dans les supermarchés, mais, paradoxalement, les denrées industrialisées coûtent plus cher dans les épiceries (tienditas) que dans les supermarchés en raison de l'absence d'économies d'échelle. La population qui réside dans les localités petites et plus marginalisées, surtout en périphérie de la ville où il n’y a pas toujours un supermarché19, s'approvisionne à la fois dans les tianguis relativement bien répartis dans la ville, pour les produits alimentaires frais dont les prix sont attractifs, et, pour les produits alimentaires industrialisés, dans les petits commerces de proximité. Bien que ce soit la population qui réside en périphérie de la ville qui s’approvisionne généralement dans les petites épiceries et moins dans les supermarchés, c’est elle qui finit par payer les prix plus élevés pour les principaux produits de consommation industrialisés (Saucedo, 2003).

44Enfin, Valette (2017) prouve, à partir d’une enquête sur les pratiques spatiales dans les quartiers populaires périphériques, que les trois quarts des achats alimentaires se font à proximité du logement, dans le quartier ou dans le quartier voisin. Cela rejoint les propos de Duhau et Giglia (2007 : 87) : la prédominance des chaînes de supermarchés dans les zones à faible pouvoir d'achat ne signifie pas que les canaux de consommation traditionnels sont dépassés ou sont en train de disparaître, mais plutôt que les deux modalités coexistent et répondent à des logiques de proximité, celles du micro-commerce de rue sous différentes modalités. Les préférences d’achat des ménages vont d’ailleurs aux tianguis qui continuent à être au premier rang des lieux fréquentés pour l’achat de produits frais comme les fruits et les légumes. Flexor (2014) mentionne le même phénomène pour les petits magasins d’alimentation de la ville de Rio de Janeiro qui ont une bonne capacité d’insertion sociale et constituent une ressource de la proximité.

45En conclusion, on peut dire que le développement des supermarchés dans la ZMM a un effet paradoxal sur les inégalités sociales : d’une part, il les atténue dans la mesure où une part de la population pauvre a aussi accès aux grandes surfaces grâce à la diversification des supermarchés et au segment des bodegas ; d’autre part, il les reproduit à travers la segmentation de l’offre ; finalement, il les augmente dans les secteurs périphériques mal desservis et en raison de leur inadéquation aux pratiques culturelles et économiques des pauvres.

Conclusion

  • 20 Carrefour, Leclerc, Système U, Casino, Intermarché et Auchan.

46Le Mexique a été l'un des premiers pays d'Amérique latine, après l'Argentine et le Brésil, où a eu lieu la révolution des supermarchés, provenue essentiellement des États-Unis et d’Europe de l’Ouest et portée par des grands groupes de la distribution transnationale comme Walmart et Carrefour. Après un premier lent développement lancé par des entreprises à capital national, l'ouverture économique (ALENA) et les alliances et fusions entre des sociétés transnationales, surtout Walmart du pays voisin et des entreprises nationales, ont provoqué à partir des années 1990 une forte restructuration, concentration et modernisation du secteur, ainsi qu'une centralisation de la distribution et une accélération de l'ouverture de nouveaux établissements. Le développement des supermarchés dans la ZMM qui reproduit celui de leur développement à l’échelle mondiale et nationale (des pays/segments les plus rentables vers les moins rentables) se caractérise par une situation d’oligopole de Walmart, là où, par exemple en France, le marché se répartit entre six groupements20 (Hocquelet et al., 2016), et par une très grande flexibilité liée à la diversité des formats, qui leur permet de toucher des marchés a priori peu accessibles. Cependant, les groupes nationaux (Soriana, Chedraui), ont une bonne vitalité dans la ZMM.

47L’expansion des supermarchés dans la ZMM est paradoxalement un facteur à la fois d’atténuation (du fait d’une relativement bonne distribution dans l’espace métropolitain) et de reproduction des inégalités socio-spatiales (en raison de la segmentation de l’offre). Même si les supermarchés sont peu adaptés aux pratiques de consommation des ménages de classes populaires qui reposent sur la pratique du crédit, inexistante dans les grandes surfaces, celles-ci ne s’en détournent pas complètement quand ils ont un supermarché pas trop loin de chez eux, leur fréquentation étant souvent complémentaire de celle du tianguis où la population s’approvisionne en produits frais.

48Dans un territoire caractérisé par un libéralisme économique vigoureux, les supermarchés sont un vecteur d’une forte concurrence sur d’autres établissements, notamment aux alentours des marchés couverts municipaux, et aussi d’une complémentarité. En sens inverse, la proximité des tianguis, le cas échéant, oblige aussi les supermarchés à s’adapter et à baisser leurs prix, comme le souligne le gérant d’une bodega Aurrerá. A Mexico, le règlement 29 (« Amélioration des conditions d'équité et de compétitivité de l'offre publique »), publié en 2011 au Journal officiel du District fédéral, dans le but de réglementer l'installation de supermarchés à proximité des marchés publics couverts en en limitant la concurrence et les impacts sur les ventes des marchés, a été appliqué avec succès mais contesté par le secteur de la grande distribution, en particulier l’ANTAD, au nom de la libre concurrence inscrite dans l'article premier de la Constitution des États mexicains (González, 2017). Le règlement a alors été annulé.

49En tous cas, le supermarché s'est installé dans les modes de consommation et de vie des Mexicains et la diffusion vers les petites et moyennes villes et les classes sociales moyenne et inférieure montre un engouement vis-à-vis d'une offre socio-économique très segmentée. Bien que les conséquences négatives ou positives de l'expansion des supermarchés sur la nutrition des personnes soient discutées, certains accusant la grande distribution d’être responsable de l’épidémie d’obésité et du surpoids de la population (Hawkes, 2010 ; Nickanor et al., 2017), au Mexique, leur développement qui a répondu à une demande émergente de produits transformés et les changements dans les modes de vie de la population (travail des femmes, travail indépendant, etc.) ont provoqué d’importantes modifications dans les habitudes de consommation urbaine, même chez les pauvres. Actuellement, la demande d'une alimentation plus saine par rapport à l’alimentation industrialisée et à la production de l’agriculture conventionnelle, notamment bio, qui permettrait d'atténuer les effets de l'insécurité alimentaire associée au Mexique à des maladies comme l'obésité, se heurte à l'obstacle de ses prix élevés, alors que les produits agro-écologiques qui ne sont pas certifiés, moins chers que les aliments bio, mais mal distribués, n’arrivent que rarement dans l'assiette des consommateurs, surtout des plus pauvres.

50Enfin, il est remarquable que, dans le cas de la ZMM, un seul groupe, Walmart, possède la grande majorité des supermarchés présents sur ce territoire et décide en grande partie de ce que mangent les habitants (Nazaret, 2017). C’est le signe d’une grande dépendance vis-à-vis d’un groupe étranger qui a fini par racheter une grande partie des chaînes nationales, et sans doute un facteur de vulnérabilité en termes de souveraineté et de sécurité alimentaires.

Haut de page

Bibliographie

ANTAD, 2003. El pochteca moderno. Grandes historias de los supermercados y tiendas departamentales contadas por sus fundadores. México, DGE Ediciones S.A. de C.V. / Turner Publicaciones.

Brenoum K. D., 2020. Les mutations de la grande distribution à Abidjan, métropole ivoirienne. Revue canadienne de géographie tropicale [En ligne], vol. 7, n° 2, p. 34-43. URL: https://www3.laurentian.ca/rcgt-cjtg/volume1-issue1/5064/?lang=en

Capron G., González Arellano S., Wagner J., McCordic C., 2018. The State of Household Food Security in Mexico City, Mexico. Hungry Cities Report n° 13, Hungry Cities Partnership.

Capron G., 1999. Grande distribution étrangère et recompositions territoriales : le cas de l’agglomération de Buenos Aires. In Gouëset V., Investissements étrangers et milieu local. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 219-233.

Casado Izquierdo J. M., 2018. Supermercados en México: expansión y espacios de inserción. Estudios Geográficos, vol. LXXIX, n° 284, p. 167-190.

Castañeda A., 2012. Supermercados. Competencia en precios. Economía Mexicana Nueva Época [En ligne], vol. XXI, n° 2, p. 297-349. URL: http://www.scielo.org.mx/pdf/emne/v21n2/v21n2a4.pdf

Castro N., 2017. La dictadura de los supermercados: cómo los grandes distribuidores deciden lo que consumimos. España, Ediciones Akal.

Coe N., 2004. The internationalisation/globalisation in retailing, towards an economic geographical research agenda. Environment and Planning A, vol. 36, n° 9, p. 1571-1594.

Crush J., Frayne B., 2011. Supermarket Expansion and the Informal Food Economy in Southern African Cities: Implications for Urban Food Security. Journal of Southern African Studies, vol. 37, n° 4, p. 781-807.

Delgadillo J., Gasca J., 1993. El abasto moderno de los alimentos: supermercados y tiendas de autoservicio. In Delgadillo J. et al., Los sistemas de abasto alimentario en México frente al reto de la globalización de los mercados. México, UNAM, IIE, IG y PUAL.

Duhau E., Giglia Á., 2007. Nuevas centralidades y prácticas de consumo en la Ciudad de México: del microcomercio al hipermercado. EURE [En ligne], vol. 33, n° 98, p. 77-95. URL: https://www.scielo.cl/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0250-71612007000100005 – DOI: http://dx.doi.org/10.4067/S0250-71612007000100005

Flexor G., 2014. Las tiendas frente a la “revolución de los supermercados”: el caso de la Región Metropolitana de Río de Janeiro. Economía, Sociedad y Territorio, vol. XIV, n° 45, p. 497-522. URL: http://www.scielo.org.mx/pdf/est/v14n45/v14n45a7.pdf

García B., de Oliveira O., 2000. El mercado de trabajo 1930-1998. In Garza G., La ciudad de México en el fin del segundo milenio. México, Gobierno del Distrito Federal, Colegio de México, p. 279-286.

Gasca J., Torres F., 2014. El control corporativo de la distribución de alimentos en México. Problemas de Desarrollo, vol.  45, n° 176, p. 133-155. URL: http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0301-70362014000100007

González E., 2017. Organización de comerciantes de mercados públicos en la Ciudad de México ante la invalidación de la norma 29. Thèse de licence en sociologie, Mexico, Universidad Autónoma Metropolitana Azcapotzalco.

Grimmeau J.-P., 2013. Un anniversaire oublié : les premiers hypermarchés européens ouvrent à Bruxelles en 1961. Brussels Studies [En ligne], n° 67, p. 1-10. URL: http://journals.openedition.org/brussels/1155 - DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1155

Gutiérrez I., Lorenzo P., 2004. La expansión de los supermercados: ¿sólo una cuestión de gustos? Boletín Económico de ICE, Información Comercial Española, n° 2817, p. 57-66.

Hawkes C., 2008. Dietary Implications of Supermarket Development: A Global Perspective. Development Policy Review, vol. 26, n° 6, p. 657-692.

Hocquelet M., Benquet M., Durand C., Laguérodie S., 2016. Les crises de la grande distribution. Revue Française de Socio-Économie, vol. 1, n° 16, p. 19-35.

Instituto Nacional de Estadística y Geografía, 2021. Cuantificando la clase media 2010-2020. México, INEGI.

Metton A., 1982. L'expansion du commerce périphérique en France. Annales de Géographie, vol. 91, n° 506, p. 463-479

Moreno J., 2012. Los españoles y la revolución comercial mexicana: las cadenas de supermercados, 1921-2011. Investigaciones de Historia Económica [En ligne], vol. 8, n° 2, p. 69-82. URL: https://recyt.fecyt.es/index.php/IHE/article/view/70432/42616 - DOI: https://doi.org/10.1016/j.ihe.2011.08.015

Negrete M. E., 2000. Dinámica demográfica. In Garza G., La ciudad de México en el fin del segundo milenio. México, Gobierno del Distrito Federal, Colegio de México, p. 247-258.

Nickanor N., Kazembe L., Crush J., Wagner J., 2017. The Supermarket Revolution and Food Security in Namibia. Urban Food Security Series, n° 26, African Food Security Urban Network.

Pérez R., Capron G., 2018. Movilidad cotidiana, dinámicas familiares y roles de género: análisis del uso del automóvil en una metropóli latinoamericana. Quid 16, n° 16, Universidad de Buenos Aires, p. 102-128.

Reardon T., Berdegué J., 2002. La rápida expansión de los supermercados en América Latina: desafíos y oportunidades para el desarrollo. Revista del Departamento de Economía. Pontificia Universidad Católica del Perú, vol. XXV, n° 49, p. 85-119. URL: https://revistas.pucp.edu.pe/index.php/economia/article/view/943

Reardon T., Timmer C. P., Barrett C., Berdegué J., 2003. The Rise of Supermarkets in Africa, Asia and Latin America. American Journal of Agricultural Economics, n° 5, p. 1140-1146.

Ribardière A., Valette J.-F., 2013. Evolution de la division sociale de l’espace urbain à Mexico. Approches à partir des structures démographiques et de l’accès au diplôme (1990-2010). Problèmes d’Amérique latine, n° 90, p. 99-126.

Rodríguez E., Berges M., Casellas K., et al., 2002. Consumer Behaviour and Supermarkets in Argentina. Development Policy Review, vol. 20, n° 4, p. 429-439.

Ruiz-Rivera N., Suárez M., Delgado J., 2016. Urban segregation and local retail environments. Evidence from Mexico City. Habitat International, n° 54, p. 58-64.

Saucedo P. F., 2003. El marco institucional del abasto y la alimentación en México: evolución en los años recientes y algunas preocupaciones y propuestas. In Cámara de Comercio de la Ciudad de México, El abasto alimentario en la ciudad de México y su zona metropolitana, retos y perspectivas en el siglo XXI. México, Miguel Ángel Porrúa.

Schwentesius R., Gómez M., 2006. Supermercados y pequeños productores hortofrutículas en México. Comercio Exterior, vol. 56, n° 3, p. 205-218. URL : http://revistas.bancomext.gob.mx/rce/magazines/89/3/Gomez-Schventesius.pdf

Stamm C., 2008. Commerce de rue et politiques publiques dans les centres historiques. Expulsion, relocalisations et résistances à Mexico et à Lima. Autrepart, n° 45, p. 91-104.

Tilly C., 2005. Walmart in Mexico: The limits of growth. Department of Regional Economic and Social Development, University of Massachusetts Lowell.

Torres F., 2003. Los límites de la globalización en el Sistema de Abasto Alimentario de la ciudad de México. In Cámara de Comercio de la Ciudad de México, El abasto alimentario en la ciudad de México y su zona metropolitana, retos y perspectivas en el siglo XXI. México, Miguel Ángel Porrúa.

Torres F., 2011. El abasto de alimentos en México hacia una transición económica y territorial. Problemas del Desarrollo. Revista Latinoamericana de Economía, vol. 42, n° 166, p. 63-84.URL: http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0301-70362011000300004

Torres F., 2017. Abasto electrónico de alimentos: antecedentes y posibilidades de desarrollo en México. In Gasca J., Espacios del consumo y del comercio en la ciudad contemporánea. México, UNAM, Instituto de Investigaciones Económicas.

Valette J.F., 2017. L’ancrage au quotidien dans les colonies populaires de la périphérie de Mexico : une approche par les pratiques et les ressources du quartier. EchoGéo [En ligne], n° 39. URL: http://journals.openedition.org/echogeo/14837 - DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.14837

Valette J.F., Ribardière A., 2014. La pauvreté urbaine à Mexico : une approche de la diversité des colonies populaires. EchoGéo [En ligne], n° 30. URL: http://journals.openedition.org/echogeo/14020 - DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.14020

Vilas C., 2000. ¿Más allá del Consenso de Washington? Un enfoque desde la política de algunas propuestas del Banco Mundial. América Latina Hoy, n° 26, p. 21-39.

Wagner J., Hinton L., McCordic C., et al., 2019. Do Urban Food Deserts Exist in the Global South? An Analysis of Nairobi and Mexico City. Sustainibility, vol. 11, n° 7, 1963. URL: https://www.mdpi.com/2071-1050/11/7/1963 - DOI: https://doi.org/10.3390/su11071963

Weatherspoon D., Reardon T., 2003. The Rise of Super- markets in Africa: Implications for Agrifood Systems and the Rural Poor. Development Policy Review, n° 21, p. 333-355.

Haut de page

Notes

1 En France, les supermarchés désignent des magasins alimentaires en libre-service dont la superficie ne dépasse pas les 2 500 m2, tandis que les hypermarchés ont une surface supérieure à 2 500 m2 et vendent une proportion importante de produits non-alimentaires. Au Mexique, l'Association Nationale des Libre-Service et Grands Magasins (ANTAD), qui regroupe différents acteurs de la profession, distingue les mégamarchés (plus de 10 000 m2 de surface de vente), les hypermarchés (de 4 501 à 10 000 m2), les supermarchés (entre 501 et 4 500 m2), les bodegas (magasin en hard-discount de plus de 2 500 m2 de surface de vente) et les clubs-entrepôts de plus de 4 500 m2 de surface de vente.

2 Celle-ci regroupe la ville de Mexico et 59 municipalités de la conurbation situées principalement dans l’État de Mexico (58) et dans l’État d’Hidalgo (1).

3 Le discount est une technique de vente qui consiste à vendre à prix bas et en très grande quantité.

4 Ce sont des galettes de maïs ou de blé qui constituent le pain des Mexicains étant à la base de l’alimentation mexicaine.

5 En espagnol, les Centros de Distribución, CEDIS.

6 Lieux de fabrication et de vente de tortillas.

7 Avant la crise du COVID-19, quatre des gérants de magasins interviewés en 2019 dans des quartiers de classe moyenne et moyenne-supérieure de la ville de Mexico mentionnaient que les ventes par internet représentaient entre 1% et 15% des ventes totales, toutefois plus près de 5 % que de 15 %.

8 En 2020, on comptait en tout 27,7 millions de cartes de crédit et 157,8 millions de cartes de débit pour une population ayant 20 ans et plus de 83.450 millions habitants selon le recensement INEGI de 2020, sachant qu’un même individu a souvent plusieurs cartes (source : El Economista, URL: https://www.eleconomista.com.mx/sectorfinanciero/El-numero-de-tarjetas-de-debito-aumento-durante-el-2020-pero-se-utiliza-menos-de-la-mitad-20210413-0115.html). Selon une autre source (inversorlatam.com), d’après des données de l’INEGI, en 2020, 47 % des Mexicains possédaient un compte bancaire, ce qui correspond en gros à la classe moyenne et supérieure.

9 L’indice de marginalité urbaine (índice de marginación urbana, IMU) a été créé par le Consejo Nacional de Población (CONAPO) dans les années 1990 pour la mise en œuvre des politiques sociales. Construit à partir d’un ensemble d’indicateurs socio-économiques qualifiant les ménages et les logements, il vise à mesurer la pauvreté de manière multidimensionnelle et non sur la seule base des revenus, surtout dans les quartiers d’auto-construction périphériques (Valette et Ribardière, 2014). Nous avons retenu l’indice de marginalité urbaine car il parle mieux de la pauvreté.

10 Source : Resumen financiero de Walmart 2020, URL: https://www.walmex.mx/informacion-financiera/anual.html Les ventes nettes de Walmart à l’échelle nationale ont été d’un peu moins de 700 000 millions de pesos mexicains en 2020.

11 Source : Informe financiero de Soriana, URL: https://www.organizacionsoriana.com/pdf/Infome%20Anual/2020/Soriana%20IA%202020_final-Web.pdf. Les ventes nettes de Soriana à l’échelle nationale ont été d’un peu moins de 154 000 millions de pesos mexicains en 2020.

12 Source : Informe financiero de Chedraui, URL: https://www.grupochedraui.com.mx/sustentabilidad/YDRAY-IA-chedraui-2020-VF.pdf Les ventes nettes de Chedraui à l’échelle nationale ont été d’un peu moins de 146 000 millions de pesos mexicains en 2020.

13 En 1970, le taux d’emploi féminin était de 27 % (pour la population de 12 ans et plus), il était monté à 39 % en 1998 (García et de Oliveira, 2000).

14 En 2010, seulement 88,1 % des ménages de la ZMM disposaient d’un réfrigérateur (Valette et Ribardière, 2014, d’après les données du recensement INEGI).

15 En 2017, selon les résultats de l’enquête origine destination appliquée par l’INEGI dans la ZMM, un peu moins de 80 % des ménages disposant d’un niveau socio-économique faible n’avait pas d’automobile, tandis que 70 % des ménages au niveau socio-économique élevé possédaient au moins une voiture (Pérez et Capron, 2018).

16 D’après la FAO, la sécurité alimentaire renvoie au fait de manger à sa faim des aliments suffisamment variés et avec une bonne qualité nutritionnelle. Elle se mesure de quatre manières différentes : par la disponibilité physique des aliments, l’accès économique et physique aux denrées alimentaires, l’utilisation des aliments, c’est-à-dire leur variété en fonction de leur qualité nutritionnelle, la stabilité temporelle des trois dimensions citées antérieurement. A Mexico et au Mexique en général, c’est essentiellement la troisième dimension qui est déficiente, puisque dans la ZMM, les ménages consomment en moyenne 5,8 types d’aliments différents, alors que la moyenne recommandée est au moins de 6. Cela explique l’incidence de l’obésité et des maladies cardio-vasculaires (Capron et al., 2018). L’échelle Household Food Insecure Access Prevalence, HFIAP, qui mesure la deuxième dimension, mesure les inégalités d’accès physique et économique à l’alimentation et la ligne de pauvreté (Lived Poverty, LPI).

17 D’après une corrélation Spearman’ Rho.

18 Sans que l’enquête ne précise si c’est en temps ou en distance.

19 Il n’existe cependant pas de carte des tianguis à l’échelle de la ZMM. En 2022 une carte des tianguis de la ville de Mexico a été publiée ; URL: https://www.infobae.com/america/mexico/2021/06/22/el-mapa-de-todos-los-tianguis-de-la-cdmx-un-usuario-lo-dio-a-conocer-en-twitter/

20 Carrefour, Leclerc, Système U, Casino, Intermarché et Auchan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Densité de supermarchés au kilomètre carré par municipalité dans la ZMM, 2019
Crédits Auteur : Salomón González Arellano, UAM Cuajimalpa
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Illustration 2 - Distribution spatiale des supermarchés en fonction du degré de marginalité (marginación) de la population par ageb dans la ZMM, 2019
Crédits Auteur : Salomón González Arellano, UAM-Cuajimalpa
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Titre Illustration 3 - Distribution spatiale des supermarchés selon leur format (supermarchés, bodegas et clubs-entrepôts) en fonction du degré de marginalité (marginación) de la population par ageb dans la Zone Métropolitaine de Mexico, 2019
Crédits Auteur : Salomón González Arellano, UAM-Cuajimalpa
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23547/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Illustration 4 - Distribution spatiale des supermarchés par chaînes en fonction du degré de marginalité (marginación) de la population par ageb dans la Zone Métropolitaine de Mexico, 2019
Crédits Auteur : Salomón González Arellano, UAM-Cuajimalpa
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23547/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 879k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guénola Capron, Salomón González Arellano et Linda Moreno Sánchez, « Les supermarchés au Mexique et dans la Zone Métropolitaine de Mexico », EchoGéo [En ligne], 60 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/23547 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.23547

Haut de page

Auteurs

Guénola Capron

Guénola Capron, guenola.capron@gmail.com, est professeur à l’Universidad Autónoma Metropolitana Azcapotzalco (Mexico). Elle a récemment publié :
- Capron G., González Arellano S., Wagner J., McCordic C., 2018. The State of Household Food Security in Mexico City, Mexico. Hungry Cities Report n°13, Hungry Cities Partnership.
- Pérez R., Capron G., 2018. Movilidad cotidiana, dinámicas familiares y roles de género: análisis del uso del automóvil en una metropóli latinoamericana. Quid, n° 16, Universidad de Buenos Aires, p. 102-128.

Salomón González Arellano

Salomón González Arellano, salomonglez@gmail.com, est professeur à l’Universidad Autónoma Metropolitana Cuajimalpa (Mexico). Il a récemment publié :
- Capron G., González Arellano S., Wagner J., McCordic C., 2018. The State of Household Food Security in Mexico City, Mexico. Hungry Cities Report n°13, Hungry Cities Partnership.

Linda Moreno Sánchez

Linda Moreno Sánchez, linda.morenosanchez@gmail.com, est directrice de la Planification et de la Programmation du Secrétariat à la Mobilité de la Ville de Mexico.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search