Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Sur le ChampLes théâtres à ciel ouvert de Oua...

Sur le Champ

Les théâtres à ciel ouvert de Ouagadougou

Stratégies de localisation et possibilités d'appropriation des espaces poreux à la ville
Karolina Svobodova

Résumés

La ville de Ouagadougou est internationalement reconnue pour son dynamisme culturel. Grâce aux grands festivals de cinéma (Fespaco), d’artisanat (SIAO) ou de théâtre (Les Récréâtrales), elle attire chaque année artistes, experts et touristes. Mais à l’ombre de ces moments d’émulation éphémères, ce sont des lieux culturels à l’équipement et aux moyens rudimentaires qui accueillent et développent au quotidien les loisirs culturels, en particulier le théâtre. Cet article s’intéresse à la localisation et aux caractéristiques de ces théâtres. Il vise à observer les pratiques et dynamiques que ces lieux suscitent au sein de leur environnement et relève les motivations des usagers pour ce loisir spécifique. Il se conclut sur la question des stratégies spatiales développées par les acteurs culturels afin d’assurer la survie de leurs activités dans un contexte précaire.

Haut de page

Entrées d’index

Index par rubriques :

Sur le Champ
Haut de page

Texte intégral

1Parmi les villes africaines – et plus spécifiquement en Afrique de l’Ouest – Ouagadougou est internationalement reconnue pour son dynamisme culturel, acté en 2017 par l’obtention du label « ville créative » de l’Unesco. Cette reconnaissance repose principalement sur de grands festivals annuels ou biennaux tels le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco, créé en 1969), le Salon International de l'Artisanat de Ouagadougou (SIAO, depuis 1988), les Récréâtrales (Résistances panafricaines d’écriture, de création et de recherche théâtrales, 2002), Rendez-Vous chez Nous (2010), le Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (Fitmo, créé en 1989, devenu Festival des Arts du Burkina Faso depuis 2007). Ces festivals attirent un public africain et occidental et donnent lieu à une émulation éphémère sur le territoire, aux retombées économiques et symboliques importantes. Liant dynamique locale et globale, ils participent à l’événementialisation de la ville et, partant, à sa cosmopolitisation (Fournet-Guérin, 2017 ; Myers, 2011).

2En parallèle de ces évènements, la ville compte un nombre important d’espaces culturels installés de manière pérenne dans le tissu urbain. Déployant leurs activités à l’échelle locale, ce sont ces espaces qui organisent au quotidien les loisirs culturels des Ouagalais. Bien qu’ils n’aient pas encore retenu l’attention des chercheurs, leur présence est remarquable, comme l’observait en 2011 Jean-Pierre Guingané, l’une des figures fondatrices du théâtre burkinabè : « Alors que dans beaucoup de pays voisins, ce sont les lieux de prière qui se substituent aux théâtres et aux cinémas, au Burkina Faso, on assiste à une éclosion de lieux destinés aux activités culturelles. » (2008, p. 112). Depuis lors, la majorité des cinémas ont fermé et, en dehors de Ouagadougou, il n’existe pas d’espace dédié au théâtre, si ce n’est à l’Institut Français à Bobo Dioulasso, deuxième ville du pays. Pourtant, dans un contexte politique instable et malgré le manque de soutien structurel des pouvoirs publics (Yarabatioula, 2020), les lieux de spectacle ont continué à se multiplier. Ouagadougou compte actuellement quinze espaces de création et de diffusion : treize sont dédiés principalement au théâtre pour adulte, deux à la danse, un au jeune public. Seul le CENASA (Centre National des Arts du Spectacle et de l'Audiovisuel) résulte de l’initiative de l’État mais, en raison de l’inadéquation de ses équipements, n’accueille pas de spectacles de théâtre. Toutes les autres structures, à l’exception de l’Institut français et du Goethe Institut qui dépendent de pays étrangers, résultent d’initiatives personnelles d’acteurs culturels, organisés le plus souvent en compagnie. Financés principalement grâce à la billetterie, la location et différents fonds européens, ils sont désignés par les acteurs locaux en tant que « théâtres privés », appellation que nous reprenons ici. Dédiés à la création, à la diffusion et à la formation, ces espaces sont ainsi les produits de l’évolution du théâtre burkinabè dont ils œuvrent au déploiement à l’échelle locale et internationale.

3En s’intéressant aux stratégies développées par les fondateurs des espaces théâtraux pour créer et animer ces structures, l’article s’appuie sur les outils des études théâtrales et de la géographie culturelle afin de montrer que la localisation, l’organisation spatiale et le fonctionnement de ces lieux résultent autant des enjeux actuels du monde théâtral (Becker, 1982) que de la situation urbaine et des modes de vie des riverains auxquels ils tentent de répondre. Pour ce faire, il mobilise des données de terrain collectées entre octobre 2021 et juin 2022 combinant observation participante et non participante au sein des deux principaux pôles culturels de la ville (le quartier artistique de Gounghin et l’Espace Culturel Gambidi), entretiens semi-dirigés avec les acteurs culturels (directeurs des structures, techniciens, artistes, représentants des pouvoirs publics) et échanges quotidiens et informels avec les usagers des lieux. Finalement, l’article vise également à enrichir la littérature disponible sur les espaces et pratiques de loisirs dans les pays de l’Afrique de l’Ouest – en l’occurrence ici au Burkina Faso – en déplaçant l’attention des grands événements, tels que les festivals, vers des lieux plus modestes et les dynamiques locales auxquelles ils participent et qui témoignent de l’expérience quotidienne de la cité.

Des théâtres dans la ville. Stratégies de localisation et accessibilité

Illustration 1 – Lieux de spectacles à Ouagadougou (2021)

Illustration 1 – Lieux de spectacles à Ouagadougou (2021)
  • 1 Décret n° 2008-431/PRES/PM/MHU du 15 juillet 2008 portant adoption du document de Politique nationa (...)
  • 2 Concernant l’organisation de la ville et la différence entre le loti et le non loti, est notamment (...)
  • 3 Voir à ce sujet le projet de développement durable de Ouagadougou (PDDO2) financé par l’Agence de D (...)
  • 4 C’est également là que se trouve le grand marché et où se rejoignent les lignes des bus et de taxi, (...)

4De même que de nombreuses villes africaines aujourd’hui, Ouagadougou connaît un « étalement spectaculaire » qui est « engendré par des opérations de lotissements qui sont provoquées en partie par le phénomène de l’habitat spontané dans les zones non aménagées ou périurbaines »1 (voir Fournet et al., 2008)2. Malgré cette réalité géographique, on observe que la majorité des espaces culturels sont répartis le long de l’axe Ouest-Est de la ville traversant le centre historique ; celui-ci, en attendant le développement d’autres centres périphériques3, est maintenu comme centre commercial et administratif de la capitale4. Délimités par les échangeurs de l’Ouest et de l’Est, cet axe d’une dizaine de kilomètres est constitué de l’avenue Kadiogo, l’avenue de la Nation et enfin, de l’avenue Thomas Sankara. Le centre-ville lui-même n’accueille que le CITO (Carrefour International du Théâtre de Ouagadougou) et le Cenasa. C’est au niveau des deux échangeurs que sont localisés les deux principaux pôles culturels de la ville : à l’ouest, le secteur Gounghin nord rassemble actuellement le plus grand nombre de structures artistiques ; à l’Est, le secteur Dassasgho comporte les deux plus volumineuses infrastructures dédiées à la culture : l’Espace Gambidi et le Musée National. C’est également là que sera installé le futur projet d’équipement culturel de la commune de Ouagadougou, le Reem Doogo 2. Ces deux pôles correspondent aux emplacements des deux premiers espaces de théâtre dans la ville : l’ATB (Atelier Théâtre Burkinabè) à Gounghin en 1991 et Gambidi en 1996, créés pour accueillir les deux principales compagnies au sein desquelles se sont formés la majorité des acteurs burkinabè, avant la mise en place des écoles (le Centre de Formation et de Recherche en Arts vivants, CFRAV en 2008) et la diversification des ateliers de formation. Comme le souligne en 2011 le chercheur et metteur en scène Hamadou Mandé :

« Pendant longtemps le théâtre a été le fait de troupes qui servaient à la fois de cadre de formation et de création mais, de nos jours, les artistes de théâtre se tournent vers la création de compagnies théâtrales. Cette situation engendre un éclatement du cadre organisationnel qui a permis de former la plupart des artistes actuels. Cependant, ce changement semble correspondre à une aspiration d’indépendance de la jeune génération » (Mandé, 2011, p. 113).

5La multiplication des espaces est bien une conséquence de cette volonté d’indépendance qui voit croître les initiatives personnelles et donc les besoins de lieux de création et de diffusion. L’actrice, metteuse en scène et co-fondatrice de Pan-Taabo Eudoxie Gnoula, en témoigne : « En tant que jeune compagnie, c’était compliqué pour avoir une salle de répétition, il faut aller déposer une demande, tu n'as même pas un mois, on te donne une semaine ici puis tu pars une semaine là… » (entretien du 18.01.22).

6L’indépendance ne se traduit pas sur le terrain par la prise de distance ou l’isolement. Au contraire, la majorité des artistes optent pour la proximité avec d’autres structures culturelles pour l’installation de leur lieu :

  • 5 La Fédération du Cartel est une structure d’administration et de gestion qui rassemble quatre compa (...)

« Il y avait déjà des structures culturelles à côté. Il y a le Reemdoogo, il y a l’INAFAC [Institut National de Formation Artistique et Culturelle] à côté et puis on a trouvé un local à côté. Donc le quartier était déjà culturellement fort, chargé. Le temps nous a donné raison, c'est un quartier où il y a beaucoup de manifestations culturelles » explique Anatole Koama, président de la Fédération du Cartel5, installée à Gounghin depuis 2002 (entretien du 20.11.21).

7Ainsi, ce n’est que relativement récemment que des espaces ont également été établis en périphérie de la ville (Pan-Taabo à Saaba en 2014, Théâtre de l’Aube à Karpala en 2011, Grâce Tampuy à Tampuy en 2021) dans une visée de décentralisation de la culture. L’éloignement de ces infrastructures est motivé par la volonté de leurs promoteurs d’amener des événements culturels dans des quartiers qui en étaient jusque-là dépourvus et de contribuer en même temps à une plus grande diffusion des spectacles au sein de la ville :

« On a remarqué que tout se concentre à Ouagadougou […] alors que à un kilomètre, il n’y a pas de théâtre. […] Là où c'était construit c'était vraiment la brousse. C'est devenu des constructions, les gens habitent là. La population est [artistiquement] bien nourrie, elle voit du théâtre professionnel qui vient jouer là, ils voient des formations. C'est important » (Eudoxie Gnoula, actrice, metteuse en scène et co-fondatrice de Pan-Taabo, entretien du 18.01.22).

  • 6 Dans cette étude, les auteurs mettent en exergue la « carence extrême de l’offre de transport en co (...)

8La concentration de même que la démarche de décentralisation répondent de manière différente à une même difficulté : celle de l’accès aux lieux. En effet, en raison de l’extension de la ville, les possibilités de pratiques de la ville sont constamment défiées par la question de la mobilité. Elle fait intervenir des facteurs sociaux et économiques tels que la sécurité, la possession d’un moyen de transport, le prix du carburant et les frais de stationnement. Étant donné l’absence d’une offre satisfaisante de moyens de transport public (Nikiema et al., 2017)6, la gestion de la mobilité devient en effet un problème individuel (Boyer et al., 2016). Pour bénéficier de l’offre culturelle, il faut donc soit habiter à proximité d’une infrastructure culturelle, soit avoir les moyens économiques de se déplacer. Surtout, comme le résument avec justesse Boyer et Delaunay : « Accéder à un moyen de transport ne suffit pas pour acquérir une capacité à se déplacer au quotidien : le coût, la pénibilité, la limitant. » (2017, p. 2). Il faut également accepter de prendre le double risque de circuler de nuit dans une ville insuffisamment équipée en éclairage public où, à cause du manque d’intégration des questions de sécurité routières dans les plans d’urbanisme (Nikiema et al., 2017) les accidents de la route sont nombreux et où la criminalité est élevée. Il faut enfin tenir compte de la pénibilité des déplacements : les distances à parcourir, l’état des routes, les conditions de circulation mais aussi les conditions climatiques constituent de potentiels freins pour les trajets en deux-roues (vélo, motocyclette), principal moyen de locomotion à Ouagadougou qui expose particulièrement les usagers. Ce n’est donc pas par hasard que la majorité des lieux se situent à proximité des « goudrons », les voies bitumées.

9Conscients de ces difficultés pour le public mais aussi pour les acteurs et actrices eux-mêmes, la question de l’accessibilité est constamment intégrée aux réflexions des opérateurs culturels pour la localisation de leurs activités. En témoigne encore l’acteur et conteur Wilfried Ouédraogo afin de justifier le théâtre sélectionné pour l’organisation mensuelle de soirée de contes Echos du Temps : « Le choix de la structure était fonction de la géographie. Grâce Théâtre est au centre et c’est facile pour les gens de converger partout de la ville » (entretien du 15.01.22).

10Conjointement aux stratégies de rassemblement et de décentralisation des lieux, il faut mentionner que certains directeurs ont récemment décidé de mutualiser leurs moyens en initiant un réseau afin de favoriser la tournée des spectacles dans la ville. Intitulé « Collier des scènes de diffusion (COSDI) », il lie les trois lieux excentrés, l’Espace Gambidi et Grâce Cité An III. Plutôt que de susciter le difficile déplacement des potentiels spectateurs, il s’agit ainsi d’amener les spectacles dans les différents quartiers de la ville.

Organisation spatiale des théâtres et inscription dans le quartier

  • 7 Nous reprenons ici la définition proposée par Félix Lefebvre : « En Afrique francophone, essentiell (...)
  • 8 Comme le relève Félix Lefebvre (2020, p. 270-271), « le parking à deux-roues constitue un élément c (...)
  • 9 Si initialement l’expression correspondait à des voiries non bitumées d’une largeur de 6 mètres, su (...)

11Les théâtres sont presque tous installés dans des quartiers résidentiels, dans les mêmes parcelles que celles qui accueillent les cours familiales et côtoient de part en part ces dernières, des maquis7 ou d’autres infrastructures telles les écoles. Sans architecture distincte et sans façade démonstrative, la présence de ces lieux se dévoile principalement à travers les activités qu’ils génèrent : les allers-retours des usagers en journée, l’affluence du public en soirée traduite par une circulation accrue dans les quartiers résidentiels et le développement des espaces de parking8 au sein des « six mètres9 » ainsi que les activités commerciales que cette affluence peut générer avant ou après les représentations. Intégrés dans le tissu urbain, ces théâtres à ciel ouvert partagent les caractéristiques suivantes : au sein d’une parcelle aux dimensions variables, une estrade rectangulaire, le plus souvent peu élevée et en ciment, surmontée d’une tôle ou, uniquement, d’une toile d’ombre, fait face à une estrade amovible, composée de bancs en bois, à laquelle peuvent être adjointes des chaises. Le dispositif est presque toujours frontal, calqué sur les théâtres occidentaux qui distinguent formellement la scène de l’espace des spectateurs. Ces théâtres en extérieur rendent la soirée théâtrale poreuse aux bruits, odeurs et événements de la ville. Le chant des messes qui se prolongent parfois très tard dans la soirée, l’appel à la prière du muezzin, la musique forte des maquis et des mariages du quartier, les aboiements des chiens, les bêlements de chèvres, les bruits de la circulation, parfois même la poussière qu’elle engendre font partie intégrante de l’expérience théâtrale. Il arrive également que l’organisation d’un événement extérieur voisin, trop bruyant, provoque l'annulation d’une activité. Les conditions météorologiques déterminent également les possibilités d’usage des lieux : la chaleur et le soleil empêchent la programmation en journée, la pluie gêne la poursuite de l’événement. Les artistes et les spectateurs doivent composer avec ces divers éléments qui conditionnent autant la création que la réception.

12La proximité ainsi que la qualité ouverte de ces espaces engendrent une situation de cohabitation qui met en contact habitants et artistes. Celle-ci permet de générer une certaine familiarité dans l’expérience théâtrale pour un public qui n’a pas l’habitude de fréquenter ce dernier. C’est précisément sur ce dispositif que repose la démarche des Récréâtrales : en investissant les cours familiales pour créer et ensuite présenter les spectacles, l’objectif est de mêler vie quotidienne et vie artistique, l’intime et le public, le public professionnel et les familles du quartier. De nombreux témoignages des acteurs et actrices confirment que c’est le voisinage avec les lieux culturels qui leur a permis de découvrir le théâtre et de s’y engager ensuite :

« Moi, je suis née à côté de l'Espace Culturel Gambidi, la cour de mon père est juste à côté de l'ECG. Je pense que mon premier vrai contact avec le théâtre vient de là, c'est un lieu dans lequel je partais depuis que j'ai huit ans. Quand je n'avais pas cours je trainais tout le temps là et je pense que j'ai vu passer presque tous les grands acteurs là, pendant mon enfance » (Safourata Kaboré, comédienne, entretien du 16.02.22).

  • 10 Les acteurs appellent « grille » une scène surmontée d'un dispositif métallique permettant d'accroc (...)

13En effet, les grilles10 des théâtres restent le plus souvent ouvertes et les enfants n’hésitent pas à regarder à travers voire à les franchir pour assister aux répétitions, se familiarisant ainsi avec le monde théâtral qui, en raison de cette porosité, fait partie de leur quotidien.

Illustration 2 - Grâce Théâtre Tampuy

Illustration 2 - Grâce Théâtre Tampuy

Auteur : K. Svobodova, 2022.

Gounghin, un quartier artistique

  • 11 Cet institut a été créé en 1985 et constitue la première école de formation culturelle au Burkina F (...)

14Cette dynamique de proximité entre les lieux ainsi que la porosité entre leurs publics et les activités du quotidien assurent le fonctionnement du quartier artistique de Ouagadougou, qui prend place dans le secteur Gounghin, plus spécifiquement dans le quartier Bougsemtenga. Dans un périmètre de quelques centaines de mètres, sont rassemblés les bureaux et espace de formation de la Fédération du Cartel ainsi que son théâtre, les bureaux des Récréâtrales, son théâtre (pour ces deux structures, les bureaux et les espaces de théâtre sont installés dans des parcelles distinctes), mais aussi son espace de stockage de matériel et d’atelier de scénographie. C’est également là que se trouve l'Institut national de formation artistique et culturelle (INAFAC)11, l’Association de scénographes et de techniciens du spectacle Face-O-Scéno ainsi que l’espace Kayirii et l’espace Napam Beogo, lesquels, s’ils sont davantage liés aux arts plastiques, accueillent également des représentations théâtrales et des concerts. Toujours dans le même secteur, on trouve encore l’Atelier Théâtre Burkinabè, les bureaux d’ACMUR, le Cercle des Arts Vivants, le Reem Doogo 1. En complément de ces espaces permanents et de leurs activités et programmations qui se déroulent tout au long de l’année, Gounghin accueille les deux festivals d’arts de la scène les plus importants de la capitale : Les Récréâtrales et Rendez-Vous chez Nous.

Illustration 3 – Sculpture « Wiligri » de Kader Kabore indiquant les différents espaces du quartier Bougsemtenga

Illustration 3 – Sculpture « Wiligri » de Kader Kabore indiquant les différents espaces du quartier Bougsemtenga

Auteur : Daddy Nkuanga Mboko, 2022.

15Dans le quartier populaire de Bougsemtenga, les étudiants, les artistes et les habitants se mêlent donc au quotidien dans les maquis comme dans les six mètres de ce quartier qui vit et se transforme selon les activités artistiques qui y prennent place. Cette réalité est exacerbée lors du festival Les Récréâtrales qui se déroule depuis 2010 dans les cours familiales et propose une scénographie impressionnante déployée sur les 550 mètres de la rue 9.32 qui traverse le quartier. En 2021, en raison de cette appropriation par l’art, elle a été baptisée « rue des Récréâtrales » par la Mairie. Si les Récréâtrales constituent un point d’acmé de cette dynamique, c’est tout au long de l’année que la vie du quartier est marquée par la concentration de ces lieux et les allées et venues que leurs activités engendrent. Les propositions s’y enchaînent, suscitant une multiplication des possibilités de rencontres et d’échanges, attirant les publics et retenant les visiteurs tard dans la nuit.

16Comme exemple et illustration de ce dynamisme, nous proposons de prendre appui sur la description d’une soirée d’animations dans la rue des Récréâtrales, en l’occurrence la soirée du 17 décembre 2021. Dans la cour de l’Institut de formation INAFAC, le théâtre ambulant du Cartel s’est installé depuis trois jours afin de faire découvrir la structure aux visiteurs et artistes mais aussi pour proposer une première programmation. Au même moment, à quelques dizaines de mètres de là, le théâtre du Cartel accueille une projection du film Yaafa autoproduit et réalisé avec les étudiants du Cartel et le metteur en scène Ildevert Meda. Mais le matériel technique disponible ne permet d’assurer le déroulement que d’une seule des deux activités… Le public venu voir le film se joint aussitôt aux spectateurs du théâtre tandis qu’à la fin de la représentation il entraîne une partie de ceux-ci assister à la projection. Il est ensuite question d’un événement plus haut dans la rue, à Kayirii, où il y aurait une séance de dédicace, une jam ou un concert. Les spectateurs s’y entraînent mutuellement, pour découvrir ce qui se passe, pour boire un verre au bar Le Procès (bar en résidence dans le lieu et conçu comme projet d’animation culturelle par le musicien Patrick Kabré), pour rattraper le temps perdu avec ceux qu’ils n’ont pas vus depuis longtemps. Peu à peu, l’espace se remplit davantage encore avec l’arrivée des spectateurs et artistes sortant de la dernière représentation de Terre Ceinte, mis en scène par Aristide Tarnagda et qui se jouait presque en face, au Théâtre des Récréâtrales. Le lieu accueille ainsi l’ambiance festive qui caractérise les dernières et les différents visiteurs échangent les informations sur le déroulement de leurs activités respectives tandis que déjà d’autres projets de soirée s’inventent. À l’exception des pièces de théâtre, aucune de ces activités n’a été annoncée sur les réseaux sociaux ou relayée par la presse. Pourtant, le public est là, nombreux. Si certains ont été informés par le bouche à oreille, d’autres ont été entraînés par les connaissances croisées au maquis, dans le six mètres ou dans l’un des lieux culturels de la rue.

17La proximité de ces structures permet de développer une porosité qui génère des occasions pour un fonctionnement informel. Au moyen d’une communication basée sur le déploiement du bouche à oreille, la possibilité pour l’improvisation de certaines activités pour lesquels un public est déjà présent reste ouverte. Enfin, grâce à cette proximité, les usagers (public, artistes, personnels administratifs) d’une structure passent facilement dans l’autre tandis que les ressources matérielles sont plus facilement partagées.

Illustration 4 - Théâtre Cartel dans le quartier Bougsemtenga

Illustration 4 - Théâtre Cartel dans le quartier Bougsemtenga

Auteur : Daddy Nkuanga Mboko, 2022.

L’espace Culturel Gambidi, la ‘maison’ des artistes, ouvert sur le quartier et ses habitants

18Situé dans le quartier résidentiel de Dassasgho, l’espace culturel Gambidi est l’infrastructure la plus importante en taille et en diversité d’activités à Ouagadougou (illustration 4). Alors que le quartier artistique de Bougsemtenga accueille une multiplicité de lieux qui profitent de leur proximité pour renforcer leurs activités, cet autre pôle culturel majeur de la ville en est éloigné du centre d’une dizaine de kilomètres au nord-est (illustration 1) et c’est en son sein qu’il organise des programmations pluridisciplinaires. Autour d’une grande cour centrale, ce « centre professionnel de rencontres, d’échanges artistiques, lieu de créations, productions, diffusions et d’animations artistiques et culturelles » rassemble un théâtre à l’air libre, une école de théâtre, une radio, une bibliothèque, un restaurant-buvette, un atelier de création et d’exposition, trois espaces polyvalents ainsi que des chambres à louer.

Illustration 5 – L’espace culturel Gambidi

Illustration 5 – L’espace culturel Gambidi

Auteur : K. Svobodova, 2022.

19Les premiers « habitants » de l’espace sont les étudiants de l’école : ceux qui s’y forment aujourd’hui comme ceux qui en sont sortis. En effet, pour les comédiens de Gambidi, l’espace représente une véritable maison, selon la dénomination affectueuse dont ces derniers le désignent. En parallèle des activités de formation ou de création, ils font au quotidien de ce lieu une structure de soutien et un abri : ils s’y donnent rendez-vous, travaillent sur de futurs projets, profitent du wifi pour effectuer leurs recherches, demandent conseils au personnel administratif. En fonctionnant comme espace de travail, Gambidi pallie un manque d’espaces adéquats et gratuits pour l’organisation de réunions dans un contexte où les espaces de sociabilité tels que les maquis sont avant tout des espaces de consommation.

20Ces comédiens constituent également des spectateurs impliqués vis-à-vis des activités qui se déroulent dans le lieu, en particulier celles qui relèvent du théâtre. Se faisant ainsi partenaires informels de la structure, ils contribuent activement à sa publicité en relayant les annonces des spectacles sur les réseaux sociaux et en incitant d’autres potentiels spectateurs à y assister.

21En ce qui concerne le rapport au quartier, c’est notamment grâce à la transmission radio, qui s’étend sur une dizaine de kilomètres, que Gambidi pénètre dans les foyers du voisinage et les informe sur la vie du lieu. Ce dernier accueille tous les jours quelques voisins qui, de même que les étudiants, profitent des tables ombragées et du wifi. Le passage de visiteurs, notamment étrangers, leur offre également l’occasion de vendre des produits alimentaires ou d’artisanat. Par ailleurs, étant donné que Gambidi fait également partie du COSDI (Collier des Scènes de Diffusion), il fonctionne comme relais de quartier des différents spectacles qui tournent dans la capitale et accueille les amateurs de théâtre résidant à proximité qui attendent de préférence les représentations dans le lieu, de façon à éviter les difficultés engendrées par la mobilité.

  • 12 En 2010, le directeur et fondateur de Gambidi et du Fitmo expliquait déjà : « Le FITMO est bien sûr (...)

22Enfin, conjointement à ces activités quotidiennes, Gambidi offre à ses usagers une ouverture sur l’international, en particulier au moment du Fitmo12, organisé tous les deux ans. Lors de ce festival, le lieu fonctionne comme espace de rencontres et d’échanges pour la sous-région, permettant aux étudiants, artistes et visiteurs de rencontrer des acteurs culturels internationaux d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest et d’Europe. Grâce à la programmation artistique et festive et à son prix attractif, le festival rassemble un public très nombreux et constitue un véritable événement dans la ville.

23Ces différentes caractéristiques et facteurs font de Gambidi un nœud important dans le réseau artistique et donc un lieu de passage obligé pour les praticiens et amateurs des arts du spectacle au Burkina Faso. En raison de sa fonction de formation, on observe que sa principale qualité est d’être une ressource spatiale privilégiée pour les acteurs et actrices burkinabè qui en sont les principaux usagers.

La culture comme mode de vie. Une communauté soudée à travers des lieux poreux

  • 13 Nous reprenons ici la compréhension des mondes de l’art de Howard Becker (1982) qui inclut les amat (...)

24L’observation du fonctionnement des deux grands pôles de la ville confirme l’importance d’une communauté d’usagers engagés qui les animent au quotidien. Dans ce contexte, la vie culturelle n’est plus seulement une expression qui désigne les différentes activités organisant le secteur de la culture mais bien un mode de vie. Ce dernier requiert une présence, une disponibilité et une participation aux propositions des membres de la communauté. À côté des artistes qui se rendent aux spectacles des uns et des autres pour découvrir leur travail mais également pour soutenir les protagonistes, on compte également un certain nombre de spectateurs passionnés qui assistent jusqu’à plusieurs représentations d’une même pièce dans le but de suivre son évolution ou pour la faire découvrir à leurs proches. Étant donné que le théâtre repose principalement sur des structures – et donc des acteurs – privés, les participants du monde de l’art13 sont de fait activement engagés dans son développement, ayant en responsabilité mutuelle la survie des théâtres.

25Toutefois, pour pouvoir être assurée, celle-ci nécessite un élargissement du public qui permettrait de multiplier les représentations et les tournées. La stratégie principale repose actuellement sur une volonté d’inscription des lieux dans leurs quartiers au moyen d’activités de médiation. Ces activités de médiation soutiennent une stratégie à long terme, laquelle a pour ambition de sensibiliser les habitants et leurs enfants au théâtre, en prenant le relais d’institutions publiques déficientes en ce qui concerne l’organisation d’activités culturelles et l’éducation artistique. En faisant reconnaître aux habitants les apports de leur présence pour le quartier, il s’agit de pousser ces derniers à devenir consommateurs de théâtre, et de garantir ainsi leur continuité dans un contexte économique et social peu propice aux activités de loisirs.

26Toutefois, certains considèrent que cet environnement familier et l’équipement limité des théâtres en détournent d’autres usagers, en particulier un public plus bourgeois :

« Les gens ont beaucoup d’argent mais ils ont besoin de cadre car c’est le cadre qui fait qu’il faut y aller parce que là-bas, ils sont prêts à payer 5000. A Grâce Théâtre, 2000 francs CFA, ils pensent que c’est cher. Ils ont besoin que la salle soit climatisée, de fauteuils où ils invitent leurs copines, [que ce soit] un peu prestigieux » (un metteur en scène burkinabè, entretien du 21.12.21).

27Il s’agirait dès lors de tenter d’investir les grandes salles polyvalentes des équipements publics pourtant peu adaptées aux représentations théâtrales (manque de grilles pour les lumières, problème de sonorisation, etc.) mais qui offrent un cadre prestigieux qui pourrait attirer un public plus aisé. En proposant, dans un contexte social, économique et culturel radicalement différent, d’investir ces salles pour sensibiliser au théâtre un public qui dispose, peut-être, d’un capital économique important mais pas, ou peu, de capital culturel et qui dédaigne le dispositif pauvre des théâtres privés, on est confronté à la question des pratiques de loisirs en tant que pratiques distinctives au Burkina Faso. Si ces projets n’ont pas encore été réalisés, il nous a semblé pertinent de les mentionner afin de rendre compte de la constante recherche de solutions opérée par les artistes locaux pour essayer de perpétuer le dynamisme culturel qui caractérise la ville de Ouagadougou et concourir avec leurs propres moyens à une professionnalisation du secteur.

Conclusion

28L’observation des théâtres résultant d’initiatives privées qui, parallèlement aux grands festivals, organisent au quotidien la vie théâtrale à Ouagadougou témoigne de l’importance des enjeux spatiaux pour leur installation et leur fonctionnement. La localisation des lieux répond notamment aux difficultés de mobilité auxquelles leurs fondateurs réagissent par une stratégie de concentration des structures telle que dans le quartier artistique de Gounghin ou par la multiplication des activités dans un même grand espace comme à Gambidi. La création de lieux décentralisés et la constitution d’un réseau de diffusion pour multiplier les tournées dans les différents quartiers de la ville est une approche plus récente pour atteindre de nouveaux publics. Étant donnés les nombreux obstacles pour attirer les riverains au théâtres, les acteurs culturels ouagalais développent principalement une stratégie de la proximité : plutôt que d’essayer de faire se déplacer les spectateurs à travers la ville, ils cherchent à s’inscrire dans la vie de leur quartier et à faire de ses habitants de nouveaux spectateurs. Les activités de médiation et la porosité de ces théâtres à l’air libre avec leur environnement visent à multiplier les occasions d’échange et de familiarisation avec le voisinage.

29Toutefois, nous avons pu voir que c’est principalement une communauté d’usagers très engagés dans le monde théâtral qui s’approprie actuellement ces lieux au quotidien, répondant à l’insuffisance du soutien des pouvoirs publics mais aussi aux possibilités d’usages des différents lieux culturels. Leur appropriation de ces espaces rend compte de l’importance de la dimension sociale dans la participation aux activités qui pallie un manque de communication et de visibilité de certaines structures. Néanmoins, les moyens financiers et le nombre de ces usagers sont insuffisants pour assurer la pérennité des lieux culturels, rendant incertain le devenir du théâtre dans un pays qui, jusqu’à aujourd’hui, fait pourtant l’objet d’une reconnaissance pour la résistance culturelle dont il fait preuve dans un contexte économique et politique difficile.

Fourchard L., 2002. De la ville coloniale à la cour africaine : espaces, pouvoirs et sociétés à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso (Haute Volta) fin XIXe siècle-1960. Paris, L'Harmattan, 427 p.

Haut de page

Bibliographie

Awal H., 2015. La métropole-village(s) de Ouagadougou : explorer les potentiels d’un territoire, supports de processus de projet architectural. Thèse en Architecture, aménagement de l’espace. Université Grenoble Alpes [En ligne dans HAL], 2015, 448 p. URL: https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01370335/document

Becker H.S., 1982. Art Worlds. Berkeley, University of California Press, 392 p.

Boyer F., Delaunay D., 2017. Se déplacer dans Ouagadougou au quotidien, moyens, contraintes et pratiques de la mobilité. Paris, IEDES-Université Paris 1 Panthéons-Sorbonne [En ligne], 76 p. URL: https://iedespubli.hypotheses.org/988

Boyer F., Gouëset V., Delaunay D., 2016. Les mobilités quotidiennes, un révélateur des inégalités sociospatiales à Ouagadougou. Autrepart, vol. 4, n° 80, p. 47-68.

Douxami C., 2008. Le Festival International de Théâtre et de Marionnettes de Ouagadougou sous le regard de son fondateur. Entretien avec Jean-Pierre Guingané. Africultures. vol. 2, n° 73, p. 72-82.

Fournet-Guérin C., 2017. L’Afrique cosmopolite : Circulations internationales et sociabilités citadines. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 200 p.

Fournet F., Meunier-Nikiema A., Salem G., 2008. Ouagadougou (1850-2004) : Une urbanisation différenciée. Marseille, IRD Ed.

Guingane J.-P., 2008. Burkina Faso. In Leclercq N., Piéropan L., Rossion L. (éd.), Le monde du théâtre : compte rendu des saisons théâtrales 2005-2006 et 2006-2007 dans le monde. Bruxelles, Lang, p. 111-120.

Jaglin S., 1991. Pouvoirs urbains et gestion partagée à Ouagadougou. Equipements et services de proximité dans les périphéries. Thèse en géographie. Université Paris VIII Vincennes-Saint Denis [En ligne dans HAL], 479 p. URL: https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00458204

Lefebvre F., 2020. Politiques de l’espace et condition citadine : modèles, pratiques, représentations, résistances à Ouagadougou (Burkina Faso). Thèse en géographie, Lille, Université de Lille [En ligne]. URL: http://theses.fr/2020LILUA006/document

Lefebvre F., Bonnet B., Boyer F., 2017. Une méthode de cartographie participative des pratiques et représentations urbaines à Ouagadougou (Burkina Faso). EchoGéo [En ligne], n° 40. DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.14978

Mandé H., 2011. Burkina Faso, In Leclercq N., Piéropan L., Rossion L. (éd.), Le monde du théâtre : compte rendu des saisons théâtrales 2007-2008 et 2008-2009 dans le monde. Bruxelles, Lang, p. 113-119.

Myers G., 2011. African Cities: Alternative Visions of Urban Theory and Practice. London, New York, Zed Books, 256 p.

Nikiema A., Bonnet E., Sidbega S. et al., 2017. Les accidents de la route à Ouagadougou, un révélateur de la gestion urbaine. Lien social et Politiques [En ligne], n° 78, p. 89-111. DOI: https://doi.org/10.7202/1039340ar

Yarabatioula J., 2020. Industries culturelles et créatives au Burkina Faso : Trajectoires et enjeux. Paris, L’Harmattan-Burkina Faso, 240 p.

Haut de page

Notes

1 Décret n° 2008-431/PRES/PM/MHU du 15 juillet 2008 portant adoption du document de Politique nationale de l’habitat et du développement urbain. JO n° 35 du 28 août 2008, disponible en ligne. URL: http://faolex.fao.org/docs/texts/bkf83823.doc

2 Concernant l’organisation de la ville et la différence entre le loti et le non loti, est notamment observé : « Sur un plan urbanistique, la ville régulière est caractérisée par un réseau de rues hiérarchisées, des quartiers à l’aspect géométrique, la présence d’infrastructures de base comme l’électricité, l’eau à l’intérieur des cours ou au niveau des bornes-fontaines, des îlots d’habitations aux contours nettement marqués […]. À l’opposé, dans les zones irrégulières dépourvues d’infrastructures, les quartiers apparaissent sans organisation spatiale interne et seules des portions de routes peuvent être repérées au sein d’un réseau de pistes important et inorganisé. » p. 12. Sur le développement historique de la ville, lire Fourchard, 2002.

3 Voir à ce sujet le projet de développement durable de Ouagadougou (PDDO2) financé par l’Agence de Développement Française. URL: https://www.afd.fr/fr/carte-des-projets/pddo2-projet-de-developpement-durable-de-ouagadougou

4 C’est également là que se trouve le grand marché et où se rejoignent les lignes des bus et de taxi, ce qui en fait un passage obligé pour des nombreux Ouagalais. Sur la question de la centralité à Ouagadougou, lire Lefebvre, 2020. Enfin, sur la perception de la centralité des Ouagalais, voir Lefebvre et al., 2017.

5 La Fédération du Cartel est une structure d’administration et de gestion qui rassemble quatre compagnies de théâtre (Théâtr'Evasion, Théâtre Éclair, Grâce Théâtre et La Compagnie du Fil). À l’origine, la compagnie Falinga dont est issu le Festival Les Récréâtrales en faisait également partie, ce qui explique l’installation des Récréâtrales dans le quartier.

6 Dans cette étude, les auteurs mettent en exergue la « carence extrême de l’offre de transport en commun, publics ou privés. » (Nikiema et al., 2017, p.5). Si l’étude date de 2009, la situation n’a que peu évolué depuis lors : s’il y a bien des taxis collectifs, ces derniers circulent uniquement sur des voies bitumées selon des itinéraires délimités et presque exclusivement en journée. Les bus de la SOTRACO (Société de Transports en Communs de Ouagadougou) sont également très rares et ne circulent que dans certaines parties de la ville. Les horaires ne sont par ailleurs pas fiables, ce qui rend leur usage chronophage.

7 Nous reprenons ici la définition proposée par Félix Lefebvre : « En Afrique francophone, essentiellement au Burkina Faso et en Côte-d’Ivoire, le maquis désigne un café populaire, parfois dancing, installé sous forme de terrasse donnant directement sur la rue, attenante à un local plus ou moins grand. Il propose des boissons et des plats à des prix souvent abordables, et dispose parfois d’une télévision, ou diffuse de la musique, voire accueille des orchestres. » (Lefebvre, 2020, p. 10).

8 Comme le relève Félix Lefebvre (2020, p. 270-271), « le parking à deux-roues constitue un élément caractéristique du paysage urbain ouagalais ». Gérés par des ‘parqueurs’, ils sont présents devant la majorité des lieux de divertissement. Pour un tarif de 100 FR CFA (pour une moto, le prix peut toutefois augmenter en fonction du lieu), les usagers doivent confier leur véhicule à la surveillance du parqueur.

9 Si initialement l’expression correspondait à des voiries non bitumées d’une largeur de 6 mètres, suite aux rétrécissement de cette dernière par différents plans d’urbanisme, le 6 mètres désigne actuellement une voie non bitumée dans les quartiers lotis. Sur le fonctionnement des 6 mètres dans la ville et les pratiques des habitants qui s’y développent, lire notamment la thèse de doctorat de Halimatou Mama Awal, 2015.

10 Les acteurs appellent « grille » une scène surmontée d'un dispositif métallique permettant d'accrocher des lumières (si elle est surmontée d'un toit en tôle, on parle de hangar).

11 Cet institut a été créé en 1985 et constitue la première école de formation culturelle au Burkina Faso.

12 En 2010, le directeur et fondateur de Gambidi et du Fitmo expliquait déjà : « Le FITMO est bien sûr un moment fort de la vie de l’Espace. Mais nous cherchons à éviter qu’il le phagocyte, car l’Espace Gambidi c’est la pérennité alors que le FITMO est un moment fort, mais n’est qu’un moment, l’Espace Gambidi est devenu intéressant aujourd’hui, parce que nous essayons de soutenir un travail permanent, régulier et de qualité. ». Propos rapportés dans Douxami, 2008.

13 Nous reprenons ici la compréhension des mondes de l’art de Howard Becker (1982) qui inclut les amateurs et les lieux de création et de diffusion dans la chaîne de collaboration qui participe à l’élaboration de l’œuvre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 – Lieux de spectacles à Ouagadougou (2021)
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23733/img-1.png
Fichier image/png, 438k
Titre Illustration 2 - Grâce Théâtre Tampuy
Crédits Auteur : K. Svobodova, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23733/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Illustration 3 – Sculpture « Wiligri » de Kader Kabore indiquant les différents espaces du quartier Bougsemtenga
Crédits Auteur : Daddy Nkuanga Mboko, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23733/img-3.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre Illustration 4 - Théâtre Cartel dans le quartier Bougsemtenga
Crédits Auteur : Daddy Nkuanga Mboko, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23733/img-4.png
Fichier image/png, 3,9M
Titre Illustration 5 – L’espace culturel Gambidi
Crédits Auteur : K. Svobodova, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23733/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karolina Svobodova, « Les théâtres à ciel ouvert de Ouagadougou »EchoGéo [En ligne], 61 | 2022, mis en ligne le 30 septembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/23733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.23733

Haut de page

Auteur

Karolina Svobodova

Karolina Svobodova, karolina.svobodova@ulb.be, est chercheure en post-doctorat au Centre de recherche en cinéma et arts du spectacle (CiASp) de l’Université libre de Bruxelles. Elle a récemment publié :
- Svobodova K., 2020. Résider autrement : Decoratelier et Le Lac. Deux expériences de partage spatial. Alternatives théâtrales, n° 142.
- Svobodova K., 2019. Se faire une place : le Cirque Divers en Roture. Géographie et cultures [En ligne], n°112. URL: http://journals.openedition.org/gc/14311 - DOI: https://doi.org/10.4000/gc.14311

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search