Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Sur le ChampTrottoir : les multiples facettes...

Sur le Champ

Trottoir : les multiples facettes d’un espace public de loisirs. Le cas de Mexico

Guénola Capron et Jérôme Monnet

Résumés

Nous exposons dans cet article la variété des formes spatiales et représentations sociales sous lesquelles divers types de loisirs se déploient sur les trottoirs dans l’agglomération de Mexico. Dans ce contexte d’importantes inégalités socio-spatiales, les aménagements de cet espace public qui fait partie de la voirie restent dominés, sauf exception, par l’impératif fonctionnel et l’ordre public de la circulation. La présence de diverses formes d’usages de loisir pose la question de leur légitimité à occuper le trottoir. Nous avons exploité les résultats d’une recherche collective que nous avons coordonnée sur la production sociale et matérielle des trottoirs à Mexico et tirons de cette analyse quelques orientations pour des politiques plus adaptées à la prise en compte des usages et des demandes des citadins.

Haut de page

Entrées d’index

Index par rubriques :

Sur le Champ
Haut de page

Texte intégral

Introduction. Les centralités diffuses des loisirs et du trottoir

1Dans cet article, nous proposons d’analyser l’intersection du phénomène social du loisir et du phénomène spatial du trottoir, qui occupe chacun une forme de centralité diffuse dans l’expérience urbaine contemporaine. Ce caractère diffus s’exprime dans le cas des loisirs avec les activités de détente dispersées au sein du temps de travail, durant les « temps morts » du transport ou pendant les tâches d’entretien du foyer, au-delà de celles qui sont concentrées dans un bloc dédié au « temps libre ». Le trottoir, quant à lui, est une unité spatiale élémentaire de l’infrastructure de circulation piétonne en principe déployée dans l’ensemble de l’espace urbain. Nous verrons que les usages du trottoir excèdent largement cette fonction de liaison et contribuent à une grande hétérogénéité d’occupations de l’espace public à Mexico, en lien avec la coexistence conflictuelle d’une importante population pauvre avec des classes moyennes et riches qui accaparent les ressources et les gouvernements, dans le contexte d’un « État de droit » faible face à un « État de fait » fort, pour reprendre les termes d’Octavio Paz (1981).

2Au XXe siècle, la « civilisation du loisir » (Dumazedier, 1962) qui se déploie en France à l’occasion des Trente Glorieuses, émerge au Mexique pendant la période correspondante du « Miracle mexicain », caractérisée par un développement économique important, une forte urbanisation et une notable expansion des classes moyennes. Si les loisirs individualisés tels que nous les concevons aujourd’hui sont issus du découpage et de l’organisation sociale du temps occidental mis en place au XIXe siècle avec l’industrialisation (Corbin, 2000), dès le XVIe siècle apparaît une pratique telle que la promenade (Monnet, 2019 ; Solnit, 2001). Celle-ci relève d’un autre temps social que le travail et renvoie à l’oisiveté, privilège de l’aristocratie à l’origine.

3Nous reprenons la définition du loisir comme une activité hors du temps contraint de travail, qu’il soit salarié ou non salarié (Escaffre et Curnier, 2021). Nous retenons ici la distinction faite par ces auteurs entre « le » loisir pour évoquer l’ensemble du temps libre et « les » loisirs pour désigner les différentes activités qui en tirent parti. Il s’agit donc de « toute activité à laquelle l’individu s’adonne par choix, afin d’atteindre au moins un de ces buts : le délassement (temps de récupération), le divertissement (s’opposant au temps de travail répétitif) et le développement (participation active à la culture) » (Peyvel et Gibert, 2012). Les loisirs recouvrent ainsi des activités très variées comme faire des jeux, exercer une pratique sportive ou artistique, s’adonner aux sorties culturelles ou amicales, se promener. Le temps libre s’utilise généralement dans un espace dédié dans l’organisation urbaine de la ville contemporaine : soit l’espace privé domestique vécu comme un lieu de repos mais aussi d’exercice de pratiques dites de semi-loisir comme faire du bricolage, jardiner ou cuisiner (Gire et al., 2007), soit dans des lieux recevant du public comme les équipements sportifs ou culturels, les parcs d’attraction, ainsi que les centres commerciaux qui s’en inspirent (Didier, 2005 ; Gravari-Barbas 2006).

4Toutefois, de nombreuses activités de loisirs ont un caractère ambivalent et diffus, y compris dans leur spatialité. Notamment celles qui, dans les villes du Sud, se déroulent dans des espaces comme les trottoirs qui constituent parfois de facto des espaces de loisirs, soit que les individus en fassent le choix (le jogging), soit par manque d’espace dans le lieu contraint du domicile (les jeux d’enfants en plein air). Nous verrons ainsi que la séparation public/privé est particulièrement poreuse dans les quartiers populaires, où la sociabilité s’épanouit en grande partie dans la rue et où la conversation entre voisins apparaît comme un loisir à part entière.

5Or, dans l’urbanisme occidental moderne, le trottoir n’a pas été conçu comme un espace de loisir mais comme une infrastructure de circulation. À l’origine, il n’est pas destiné à la promenade, pour laquelle ont été dessinés les parcs et jardins. À Paris, c’est dans la première moitié du XIXe siècle que les trottoirs des Grands Boulevards commencent à être aménagés pour se promener, comme en témoigne un daguerréotype de 1832 bien que les promeneurs n’y apparaissent pas à cause du temps de pose trop long (illustration 1). Certains trottoirs, grâce à leur largeur et à la présence de végétation, de vitrines et de terrasses de cafés ou restaurants, attirent désormais une foule qui conduit des intellectuels à théoriser la flânerie, comme Balzac puis Baudelaire, avant W. Benjamin (Loubier, 2001). Au cours de la période haussmannienne, la popularité de ces trottoirs conduit à y implanter aussi des kiosques et des équipements publicitaires comme les colonnes Morris.

Illustration 1 - Les trottoirs du boulevard du Temple, récemment aménagés en 1832

Illustration 1 - Les trottoirs du boulevard du Temple, récemment aménagés en 1832

Auteur : Louis Daguerre, domaine public (https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Boulevard_du_Temple_by_Daguerre.jpg)

6Mais ce modèle d’organisation de la voirie faisant une certaine place aux loisirs sera concurrencé au XXe siècle par l’urbanisme fonctionnaliste, où la spécialisation fonctionnelle assigne les loisirs aux espaces verts, aux quartiers touristiques et aux équipements spécialisés tandis qu’ils n’ont pas de place significative dans les bâtiments consacrés à l’emploi, à l’approvisionnement, à la résidence ou dans les espaces de transport (Fériel, 2021). Dans le cas de la voirie, les trottoirs sont alors réduits à la canalisation des flux piétons.

7On retrouve cette différenciation spatiale et fonctionnelle dans l’histoire de Mexico. Le premier espace public destiné à la promenade est le jardin de « La Alameda » créé à la fin du XVIe siècle par le Vice-Roi de l’époque (Luque Azcona, 2015) tandis que le trottoir a été importé d’Europe deux siècles plus tard pour ordonner la circulation et reste jusqu’à aujourd’hui conçu par les autorités politiques et la technocratie comme un espace qui sert principalement au flux et à l’implantation du mobilier urbain (signalisation, éclairage, réseaux techniques etc.). Dans la Loi de mobilité du District fédéral (2014, art. 179, I) les trottoirs sont ainsi définis comme des espaces destinés à la « circulation piétonne exclusive et prioritaire ».

8Cette idée est largement partagée par les habitants, que nous avons observés et interrogés dans le cadre de la recherche que nous présenterons plus loin. En effet, nos informateurs répondent à 73,5 % qu’ils utilisent le trottoir pour se déplacer (pour se rendre à leur travail, à l’université, pour aller prendre les transports, etc.). Cependant, non seulement 15,2 % déclarent l’utiliser pour converser et voisiner, mais surtout, près de 50 % aimeraient que s’y développent des activités tels que les loisirs (13,8 %), les conversations (10,5 %), courir, manger, se promener, se reposer (environ 6 % chacun), ce qui montre l’intérêt pour faire évoluer et varier l’aménagement des trottoirs.

  • 1 Au Mexique, un pueblo est au premier sens un « village », qui correspond souvent au regroupement co (...)

9Nous montrerons que la très grande diversité d’usages qui anime les trottoirs à Mexico, pas ou peu prise en compte dans l’urbanisme, correspond en partie à la typologie des « ordres socio-spatiaux » de l’agglomération proposée par Duhau et Giglia (2008) : espace homogène des lotissements suburbains, espace collectivisé de la ville des grands ensembles, espace ancestral des pueblos1, espace négocié de la ville auto-construite, etc. Chaque type est caractérisé par une forme d’hybridation de différents ordres, entre formel et informel, légal et illégal, public et privé, dedans et dehors, résidentiel et circulation, entre autres (Capron et al., 2022). On trouve les ordres socio-spatiaux de type populaire aussi bien en périphérie qu’au centre de l’agglomération, tout comme les zones formelles des classes moyennes et supérieures se trouvent également disséminées dans l’ensemble de l’espace urbain. L’enjeu de la proposition théorique est d'observer l'émergence d’ordres socio-spatiaux hybrides, en ne réservant pas toute l’attention aux grandes logiques « top-down » de domination et de standardisation par l’État et/ou les grandes entreprises.

  • 2 Correspondant à un revenu mensuel de 37 565,21 pesos mexicains, soit environ 1 600 €.

10L’enquête nationale sur les dépenses des ménages (ENIGH, 2018) indique qu’à Mexico, en-dessous du septième décile le plus riche2 les ménages n’ont pas de dépenses comptabilisées en articles et services de loisir, ce qui suppose que leurs loisirs s’inscrivent peu dans l’économie formelle de consommation. Par contraste, l’idée que les loisirs puissent constituer un élément de la vie des trottoirs est plutôt associée dans les représentations sociales aux quartiers et aux types de loisir populaires. Cependant, on observe des usages de loisirs des trottoirs dans tous les types de quartiers, tant les loisirs sont parfois diffus et ne sont pas toujours identifiés comme tels, s’inscrivant parfois nettement hors du temps de travail mais étant aussi souvent imbriqués avec ce dernier. En outre, parmi les usages les plus courants du trottoir, mais pas les plus légitimes aux yeux des autorités publiques et de certains habitants, le travail est représenté par le commerce ambulant, les étals des commerces établis ou les extensions d’ateliers.

11La variété de situations locales dépend aussi du stationnement plus ou moins toléré des voitures sur les trottoirs, de l’implantation d’une végétation parfois imposante dans les beaux quartiers mais aussi présente dans des quartiers d’auto-construction consolidés. Enfin, elle dépend beaucoup du degré d’achèvement de la fabrique urbaine à l’intérieur de l’agglomération. Les quartiers populaires, qui représentaient 62 % du parc de logements en 2010 (Connolly, 2019), n’ont souvent pas été dotés de trottoirs par les pouvoirs publics, qu’il s’agisse des villages d’origine préhispanique aux rues étroites et au tracé irrégulier (pueblos) ou des quartiers d’auto-construction. Nous verrons que les riverains pallient parfois cette situation en construisant informellement des trottoirs devant chez eux.

12Les différences dans les pratiques de loisir entre les hommes et les femmes, contribuent aussi à expliquer la variété des situations observées. L’enquête nationale sur l’utilisation du temps (ENUT, 2019) distingue dans le temps de loisir la vie de famille et la sociabilité amicale, la participation à des évènements culturels, sportifs et de divertissement, les jeux et les hobbies, la pratique de sports et l’exercice physique, l’utilisation des réseaux d’information et de communication à des fins récréatives. Si selon l’ENUT le temps moyen consacré aux loisirs n’est globalement pas différent entre les deux genres, sauf pour la pratique des jeux et les hobbies (4,1 h pour les femmes et 5,9 h pour les hommes), la part des femmes s’adonnant à des loisirs est nettement plus faible que celle des hommes, surtout pour les activités sportives (25 % pour elles contre 39 % pour eux), les femmes se dédiant principalement à la vie de famille et à la sociabilité amicale (83 % d’entre elles contre 79 % pour les hommes).

13Tous ces éléments de contextualisation sont croisés dans cet article avec des éléments issus de notre travail de terrain, en vue d’analyser les usages de loisirs des trottoirs en fonction des aménagements et des ambiances qui permettent ou freinent la présence de ces activités. Il s’agit tout d’abord de caractériser des types de situation spatiale, puis de comprendre pour chacune de celles-ci comment les parties prenantes gèrent la coexistence des usages dans l’espace restreint de chaque trottoir, avant d’évoquer quelques conséquences plus générales en ce qui concerne l’aménagement de cet espace public en fonction de son rôle pour l’urbanité (Monnet et Capron, 2000) et pour la citadinité (Baby-Collin, 2002).

  • 3 Le projet « La producción material y social de las banquetas en la Zona Metropolitana del Valle de (...)

14Le travail de terrain, issu de notre recherche sur la production sociale et matérielle des trottoirs dans l’agglomération de Mexico3, s’est déroulé entre 2015 et 2019 et a impliqué une douzaine de chercheurs. Cette équipe s’est appuyée sur la typologie des ordres urbains déjà mentionnée (Duhau et Giglia, 2008) et sur la caractérisation de douze types de peuplement développés par l’Observatorio de la Ciudad de México à la UAM Azcapotzalco (Connolly, 2005) pour construire une typologie hypothétique des trottoirs de l’agglomération selon leur morphologie, leur mode de construction et leurs usages. Nous avons alors sélectionné dix « sites-témoins », sept dans la Ville de Mexico et trois dans l’État de Mexico (illustration 2). Chacun a fait l’objet d’une monographie réalisée par deux ou trois membres de l’équipe, suivant une méthodologie commune incluant des observations directes systématiques des usages, des relevés morphologiques et photographiques, des enregistrements vidéo de flux piétonniers et véhiculaires, ainsi que des entretiens semi-directifs auprès d’habitants, de commerçants du voisinage et de représentants des administrations locales et urbaines. En outre, un questionnaire a été administré auprès d’un échantillon aléatoire de 500 répondants concernant l’utilisation et la perception des trottoirs étudiés.

Illustration 2 - Localisation des sites-témoins sélectionnés pour l’enquête

Illustration 2 - Localisation des sites-témoins sélectionnés pour l’enquête

Auteur : Jerónimo Díaz, projet Banquetas.

15Les résultats de cette recherche sont publiés dans un ouvrage collectif (Capron et al., 2022), avec des chapitres correspondant à des analyses transversales concernant certaines dimensions ou usages des trottoirs : 1) la morphologie, 2) l’administration publique, 3) la circulation des piétons, 4) le palimpseste des usages, 5) la sociabilité, 6) la patrimonialisation, 7) les femmes, 8) l’insécurité, 9) la touristification, 10) la conflictualité, 11) l’emprise entrepreneuriale, 12) les « trottoirs fantômes » de la grande périphérie. L’ouvrage est conclu par une synthèse sur la conceptualisation du trottoir comme « ordre urbain hybride ».

16En vue d’une analyse transversale additionnelle sur les usages de loisir des trottoirs dans le cadre du présent dossier d’EchoGéo, les auteurs du présent article ont puisé dans les éléments empiriques de cette recherche, notamment dans les monographies, les photographies, les entretiens et le questionnaire. Nous avons complété ces éléments en exploitant notre connaissance de l’espace public à Mexico, issue de plusieurs décennies de recherche. Notre intention est ici de mettre en scène les usages de loisir au sein des situations dans lesquelles ils sont imbriqués, pour exposer comment les loisirs apparaissent de façon variable selon leurs conditions d’interaction avec d’autres éléments. Nous pensons nécessaires de redonner de l’importance aux « descriptions denses » (thick description, cf. Geertz, 1973) et notamment à l’observation des pratiques (Bouillon, Monnet, 2016), parfois minimisée en faveur d’une analyse des discours. Sur cette base empirique, il reste possible de généraliser des conclusions pour comparer des contextes à l’échelle mondiale, par exemple en termes de marketing urbain (Bailly, 1993), de patrimonialisation socialement excluante (Capron et Monnet, 2003), de privatisation de la sécurité (Zamorano et Capron, 2015) ou de gestion de l’indésirabilité dans les espaces publics (Froment-Meurice, 2016), entre autres.

17Nous avons donc choisi ici de résumer la variété des interactions entre les loisirs et les trottoirs en nous centrant sur les conditions d’usage plus que sur l’action publique et en décrivant de façon synthétique cinq situations différentes rencontrées dans l’agglomération de Mexico : 1) le trottoir conçu pour la promenade, 2) le trottoir aménagé pour le transit mais approprié par certains types de loisirs, 3) le trottoir comme lieu de consommation, 4) les trottoirs contrôlés pour empêcher (presque) toute activité de loisir, et 5) les trottoirs dont l’état déplorable ne permet pas d’appropriations pour le loisir. Ces situations sur les trottoirs ne constituent cependant pas des catégories en tant que telles et sont poreuses. On observe ainsi fréquemment des usages mixtes des trottoirs, comme par exemple des pratiques observées en situation 2 ou 3 dans la situation 1 (et autres configurations mixtes). Cette organisation nous permet de donner la place que nous souhaitons à chaque situation empirique, les effets d’écho entre les descriptions révélant des logiques systémiques liées par exemple à la culture mexicaine, à la gouvernance locale ou à des tendances globales.

Trottoirs aménagés ou utilisés comme lieux de promenade

  • 4 Ce programme du ministère fédéral du tourisme (SECTUR) a permis depuis 2001 d’attribuer une subvent (...)

18Ce type est à la fois le moins répandu dans l’espace urbain mais sans doute l’un des plus importants dans l’imaginaire positif de la ville. Il est représenté dans nos sites-témoins par le trottoir qui borde le jardin de La « Alameda central » que nous avons évoqué plus haut. Situé dans le centre historique, il est bien entretenu par l’administration et très apprécié des habitants et des visiteurs. Dans une moindre mesure, cette situation se retrouve dans les quartiers patrimoniaux et touristiques secondaires dans l’agglomération. C’est le cas de deux autres de nos sites-témoins situés l’un à Coyoacán au centre-sud de la Ville de Mexico, et l’autre dans l’état de Mexico au nord de l’agglomération, à Tepotzotlán, municipalité labellisée « village magique » 4

19Notre site-témoin de La Alameda est situé le long de la rue piétonnisée qui sépare le parc de l’opéra de la ville, le Palais des Beaux-Arts. Ce trottoir est escénico, selon une expression mexicaine désignant un beau panorama ou un espace utilisé comme scène de spectacle. D’après le lexique mexicain utilisé par un informateur, ce n’est pas d’ailleurs pas vraiment un trottoir (banqueta) utilisé pour se déplacer comme on en trouve dans toute la ville, mais plutôt un andador, c’est-à-dire un espace pour se promener. En 2012, La Alameda a fait l’objet d’importants travaux, dans le cadre de la « récupération » des espaces publics emblématiques de la ville confiée à l’Autorité de l’Espace Public durant le mandat 2006-2012. Ces travaux ont restauré la végétation, remplacé le mobilier urbain, créé de nouvelles fontaines et remplacé le revêtement au sol par un beau dallage de pierre.

20Le parking souterrain du Palais des Beaux-Arts débouche sur notre trottoir mais les usages pédestres y dominent et obligent les voitures à rouler au pas. L’atmosphère est rafraîchie par la végétation qui offre une ombre appréciée des visiteurs et par les fontaines qui égaient La Alameda et servent de terrain de jeux improvisé aux enfants, surtout en période de forte chaleur. Ce trottoir, pensé pour la promenade en famille ou avec des amis ou se rendre à un spectacle ou une exposition, est un haut-lieu touristique animé par de nombreux artistes de rue (illustration 3). Dans le public, touristes nationaux et étrangers se mêlent à des visiteurs de toutes les parties de la ville toute la semaine, avec un pic de fréquentation le week-end. C’est aussi un lieu de rencontre pour les jeunes qui s’en servent pour des pratiques transgressives (danser, rapper, chanter, faire du skate ou du BMX) vis-à-vis des multiples interdictions énoncées dans le règlement du parc (ne pas faire de vélo, de skate, etc.). Une jeune passante venue de la périphérie de l’agglomération souligne d’ailleurs qu’on pourrait y développer encore plus d’usages à destination des jeunes, des usages sportifs, etc.

21Si les usages récréatifs populaires de La Alameda semblent progressivement marginalisés par les pratiques des classes moyennes, les populations pauvres restent bien présentes au travers de la vente ambulante d’aliments ou de services touristiques, mais ils doivent plus qu’ailleurs louvoyer et/ou négocier avec la police car ce trottoir est parmi les plus policés et ordonnés de l’agglomération, avec celui que nous avons étudié au pied d’une tour de bureaux du quartier de Sante Fe et que nous retrouverons plus loin.

Illustration 3 - Musiciens à La Alameda

Illustration 3 - Musiciens à La Alameda

Auteure : Alejandra Trejo Poo, projet Banquetas, 19/08/2017.

22Les trottoirs de San Martín (Tepotzotlán) et Villa Coyoacán sont eux aussi marqués par des usages touristiques et la promenade en famille et entre amis. À San Martín, le trottoir étudié est situé à côté de la plaza Virreinal et du musée national de la Vice-Royauté, l’un des principaux musées consacrés à cette période au Mexique. À Villa Coyoacán, notre site d’étude se trouve également en plein cœur du quartier historique. Dans les deux cas, les matériaux des trottoirs sont moins nobles que sur le site de La Alameda : du ciment à Coyoacán et du ciment décoré avec des galets à Tepotzotlán. Le week-end surtout, de nombreux touristes, venus de la région, du reste du pays voire de l’étranger dans le cas de Coyoacán, viennent visiter ces espaces patrimoniaux. Malgré sa relative étroitesse, le trottoir de Villa Coyoacán offre un élément rare à Mexico, des bancs (illustration 4) qui permettent aux visiteurs et aussi aux riverains de faire une pause, de manger une glace ou tout simplement de converser. À Tepotzotlán, 11 personnes enquêtées sur 26 souhaiteraient voir se développer les usages « papoter » et « se promener » sur des trottoirs étroits et peu adaptés aux flux de visiteurs, surtout locaux. Cependant les commerçants interrogés se plaignent aussi que le trottoir et le centre historique en général soient devenus un bar (cantina) à l’air libre pour les visiteurs du week-end. Dans ces deux sites, la dynamique sociale des trottoirs est très différente le reste de la semaine, quand on observe des enfants qui vont à l’école en trottinette à Tepotzotlán, tandis qu’à Coyoacán, le trottoir s’offre aux usages quotidiens des résidents, comme se déplacer et promener son chien.

Illustration 4 - Bancs (partiellement condamnés à la suite de la crise du COVID-19) sur un trottoir de Villa Coyoacán

Illustration 4 - Bancs (partiellement condamnés à la suite de la crise du COVID-19) sur un trottoir de Villa Coyoacán

Auteur : Miguel Ángel Aguilar, projet Banquetas, 08/10/2020.

Trottoirs à la sociabilité intense dans des quartiers d’usages mixtes

23Au Mexique, l’administration dénomme zones d’usages mixtes (usos mixtos) les quartiers qui mêlent résidence, emploi et services (surtout commerciaux). Deux de nos sites d’étude s’inscrivent dans un contexte de ce type, Santo Domingo et la colonia Roma, bien que leurs caractéristiques sociales et leur localisation dans l’agglomération les distinguent nettement.

  • 5 Terme utilisé au Mexique pour les zones d’auto-construction précaires à l’origine mais progressivem (...)
  • 6 Selon une personne interrogée: “Las banquetas se usan para la peda”.

24Santo Domingo, localisé au sud-ouest de la Ville de Mexico non loin du campus de l’Université Nationale (UNAM), est un quartier d’habitat populaire à la « consolidation »5 avancée, caractérisé actuellement par l’arrivée d’étudiants, voire de diplômés travaillant dans les services. Le trottoir y apparaît à la fois comme un lieu de travail et un lieu de loisir, alors que son passé d’auto-construction se reflète dans la morphologie irrégulière, accidentée et étroite des rues. Les trottoirs sont ici très encombrés, en particulier par le stationnement des voitures et par des étals commerciaux ambulants qui obligent les passants à louvoyer et à marcher sur la voirie, surtout quand ils vont prendre le métro et sont pressés. Quand ils vont faire des achats à proximité de leur domicile, les résidents déclarent qu’ils restent sur le trottoir, sans doute pour profiter de la sociabilité et des usages de loisirs qui s’y déploient : « personnes âgées qui prennent le soleil et regardent la vie passer » d’après un informateur, commerçants qui mettent des bancs pour que les gens puissent s’asseoir et converser, bacs à plantes qui servent d’assise, enfants qui jouent au foot, hommes et jeunes qui déclarent venir « boire un coup » le week-end (« les trottoirs servent à se bourrer »6), fêtes de 15 ans ou fêtes religieuses qui occupent aussi la chaussée et bloquent la circulation, enfants qui pendant les vacances mettent des petites tables sur le trottoir et jouent aux marchands en vendant des friandises, gens qui promènent leur chien. Un informateur donne à ce sujet une indication du changement social à l’œuvre dans le quartier : « avant », les gens s’occupaient des chiens de rue et maintenant on voit des chiens en laisse.

  • 7 "Hay mucho aprovechamiento del espacio público por la reapropiación del espacio público desde lo po (...)

25Ici, les usages du trottoir des femmes et des hommes se distinguent fortement : tandis que les hommes boivent des bières sur les trottoirs, les usages de loisirs des femmes sont liés au travail comme la vente informelle qui leur permet d’échanger avec leurs client·es ou leurs voisin·es, par exemple dans le cadre d’une vente de garage (illustration 5), aux soins apportés aux autels de rue ou à la promenade du chien. Juanita, résidente depuis la création du quartier en 1972 et propriétaire d’un local commercial, « utilise le trottoir pour vendre, pour papoter, pour tout ». Les habitants s’occupent des bacs à fleurs et des arbres et arbustes qu’ils ont eux-mêmes plantés. David, résident, dit : « on profite beaucoup de l’espace public lors d’une réappropriation populaire, n’est-ce pas ? On utilise la rue pour y faire beaucoup de choses pour lesquelles elle n’est pas prévue, mais qui permettent de se l’approprier »7. En effet, malgré une voirie qui donne peu d’espace à la diversité des usages, le trottoir apparaît à Santo Domingo comme un espace d’imbrication du travail et du loisir.

Illustration 5 - Femmes vendant, tricotant et papotant sur un trottoir du quartier de Santo Domingo

Illustration 5 - Femmes vendant, tricotant et papotant sur un trottoir du quartier de Santo Domingo

Auteure : Silvia Carbone, projet Banquetas, 27/10/2017.

26Dans la colonia Roma Sur, localisée dans la partie sud du centre-ville, l’un des deux trottoirs étudiés est étroit et situé dans une rue exclusivement résidentielle et peu passante, mais à proximité d’artères importantes d’usages mixtes. Les voisines qui papotent sur ce trottoir sont surtout issues de milieux populaires. Dans l’autre rue étudiée, les usages populaires du trottoir (vente d’aliments, hommes et jeunes qui boivent une bière) sont moins observés, tandis qu’apparaissent des terrasses de restaurants et de cafés qui correspondent davantage à des pratiques de classes moyennes. Les résidents interrogés dans ces deux rues mentionnent peu d’usages de loisirs en ce qui les concernent : le trottoir leur sert surtout à se déplacer et secondairement à se promener et à sortir le chien, un loisir de plus en plus en fréquent qui marque le relatif embourgeoisement du quartier, nettement plus avancé encore qu’à Santo Domingo. Les habitants les plus anciens se souviennent de la vie d’hier, quand les enfants pouvaient jouer dans la rue, et l’on pouvait y organiser les fêtes des posadas à Noël, car l’insécurité n’était pas une préoccupation et la circulation moins intense. Une maman aimerait que les trottoirs soient refaits comme ceux de la rue Jalapa, à côté, pour que ses enfants puissent faire de la trottinette et du patin. Cependant, la Roma, dans la continuité du quartier voisin de la Condesa, voit la pratique de la promenade se développer car ces deux quartiers sont appréciés pour la largeur et la continuité de leur réseau de trottoirs ombragés par de beaux arbres, en dépit de nombreux obstacles au cheminement créés par les revêtements soulevés par les racines des arbres et par les rampes d’accès aux garages et les véhicules mal garés.

27Plusieurs riverains interrogés voient dans la sociabilité de trottoir un modèle d’urbanité et cherchent à l’encourager en aménageant des assises, en jouant sur la limite entre formalité et informalité et sur le caractère « flou et fluide » de la réglementation (Monnet, 2006). Dans la rue Jalapa, la propriétaire du Ciné Tonalá, un centre culturel privé, souhaite un trottoir pour développer des conversations, avec des petites tables et des bancs où l’on pourrait s’asseoir, « comme sur les ramblas de Barcelone » ; elle a installé des bancs pour que ses clients puissent fumer mais où des passants peuvent aussi s’arrêter et converser. La propriétaire d’un local voisin de vente et troc de vêtements a aussi aménagé sur le trottoir un petit coin-jardin avec une table (illustration 6), « comme à Paris », avec des bancs « comme sur Jalapa », où les personnes âgées et les jeunes viennent s’asseoir et discuter après l’école. Dans la ruelle résidentielle voisine, un riverain a également construit le long du mur de sa maison un banc en céramique, pour lui, mais aussi pour que les passants puissent se reposer. À l’intersection, les gérants de la pizzeria ont installé des fauteuils pour que les clients puissent fumer et ont disposé des plantes vertes ; en 2021, avec la crise du Covid-19, la terrasse est déplacée sur des places de stationnement sur chaussée.

Illustration 6 - Une table et des chaises dans un coin de verdure sur un trottoir de la colonia Roma

Illustration 6 - Une table et des chaises dans un coin de verdure sur un trottoir de la colonia Roma

Auteur : Miguel Ángel Aguilar, projet Banquetas, 07/07/2017.

La place importante de la consommation dans les loisirs sur les trottoirs

28Dans l’aire d’influence de la société de consommation occidentale, le lèche-vitrine symbolise la consommation sur les trottoirs. À Mexico, comme dans les autres villes latino-américaines, parallèlement à la montée de l’insécurité depuis la fin des années 1980, ce type de déambulation s’est surtout développé dans les centres commerciaux (Capron, 1998). Ces derniers ont servi de modèle à la piétonisation et au réaménagement de la rue Madero dans le Centre Historique, ce qui a attiré des franchises internationales de prêt à porter et de restauration rapide, engendrant une activité de lèche-vitrine étroitement associée à la promenade et aux spectacles de rue dans cet axe reliant le parc de La Alameda à la Grand-Place de Mexico, siège et symbole du pouvoir politique et religieux.

29On observe aussi du lèche-vitrine sur les trottoirs particulièrement soignés et très policés de certains beaux quartiers comme Polanco, à mi-chemin entre le Centre Historique et le quartier d’affaires de Santa Fe. Créé dans les années 1920 et longtemps habité par une importante communauté juive, ce quartier résidentiel aisé concentre des restaurants chics et devient aussi un quartier d’affaires en s’étendant au nord dans la zone de Nuevo Polanco créée sur une friche industrielle. Des sièges sociaux et des complexes d’usages mixtes (résidence, bureaux et activités commerciales) s’y installent, attirant de nombreux visiteurs en semaine comme le week-end. Dans le sud de Polanco, l’avenue Mazaryk est un haut-lieu du lèche-vitrine pour les catégories les plus aisées de la population, car elle concentre des dizaines de boutiques de luxe (bijouteries, haute couture, antiquaires, voitures de prestige ou blindées…) tandis que d’autres se trouvent à proximité dans le centre commercial Palacio de Hierro Polanco. Officiellement afin de prévenir un éventuel déclin, l’Autorité de l’Espace Public déjà évoquée a réaménagé les trottoirs de l’avenue Mazaryk en 2017-2018. Elle les a dotés d’une ampleur généreuse, le revêtement au sol a été changé pour un élégant dallage gris, les câbles aériens ont été enterrés, les poteaux retirés et la fibre optique installée, des plots séparant le trottoir de la chaussée ont été posés. Tous les usages « déviants » (vendeurs ambulants et mendiants) sont systématiquement écartés par les gardes des magasins et la police, en complément d’un fort contrôle social. Ces éléments sont ici mis au service du confort du lèche-vitrine et de la déambulation commerciale au bénéfice des classes moyennes et supérieures et à l’exclusion des catégories populaires, alors que dans le cas de La Alameda mentionné plus haut, le même type de réaménagement mis au service de la patrimonialisation et de la touristification permet davantage la coexistence de toutes les populations, même si cette opération visait à l’origine à éloigner les populations indésirables. Dans le reste de la ville, s’il n’y a pas de lèche-vitrine dans le sens où il n’y a pas de déambulation systématique de vitrine en vitrine, cela n’interdit pas les pratiques de promenade associées à la consommation. Ainsi, dans les rues des quartiers populaires ou de classe moyenne, les tianguis, héritiers des marchés de l’époque aztèque où se vendent produits alimentaires et non-alimentaires (vêtements, produits de contrefaçon, etc.), attirent tous les week-ends et parfois en semaine des badauds en quête de marchandises bon marché et d’une sortie familiale, au cours de laquelle on achètera systématiquement des aliments à consommer sur place.

  • 8 Une préparation de mouton provenant de l’état de Hidalgo.
  • 9 Ce sont de typiques plats mexicains, tous à base de galettes de maïs ou de maïs.

30En effet, si manger sur le pouce sur le trottoir est une obligation pour beaucoup de travailleurs (se nourrir pour pas cher à toute heure de la journée), c’est aussi une activité de loisir prisée de la population, y compris dans certains beaux quartiers. Dans le quartier de la Roma, par exemple, des stands de barbacoa8, s’installent le week-end sur les trottoirs et disposent tables et tabourets sous une bâche qui protège les commensaux du soleil ou de la pluie. Partout dans la ville et en particulier aux intersections, tout en laissant de la place pour les passants, les citadins apprécient de se réunir debout autour de stands de hamburgers, tacos, quesadillas et autres garnachas9 ou encore de jus de fruits frais, qui créent des micro-polarités de sociabilité et de détente sur les trottoirs (Monnet et al., 2007). Autant au centre-ville que dans certains autres quartiers résidentiels de classe moyenne, les terrasses des restaurants et des bars, improvisées ou formelles, créent sur les trottoirs des espaces mêlant consommation, vie sociale et plaisir, comme nous l’avons observé dans le quartier de la Roma déjà mentionné mais aussi dans la Zona Azul (illustration 7), à Ciudad Satélite, ville nouvelle des années 1960 au nord-ouest dans l’état de Mexico. Le développement des terrasses sur les trottoirs s’est accentué à la faveur de la crise du Covid-19 depuis 2020 et de l’autorisation donnée aux établissements de s’étendre sur des emplacements de stationnement, avec en conséquence une plus grande occupation du trottoir intercalaire par les commerçants et les clients.

Illustration 7 - Manger une glace sur le trottoir (Ciudad Satélite)

Illustration 7 - Manger une glace sur le trottoir (Ciudad Satélite)

Auteure : María Teresa Esquivel, projet Banquetas, 13/02/2018.

Trottoirs stérilisés : quand le loisir est interdit sous (presque) toutes ses formes

31Certains trottoirs assez larges et peu encombrés pourraient accueillir des activités de loisir mais ils sont tellement contrôlés, soit par les pouvoirs publics soit par les entreprises privées, qu’ils ne permettent que le passage. En ce qui concerne les trottoirs construits et surveillés par de grandes entreprises, parmi nos sites-témoins figure un trottoir localisé dans le quartier des affaires de Santa Fe, à l’ouest de la ville, qui abrite de nombreux sièges sociaux d’entreprises nationales et internationales, et un autre situé à l’opposé socio-spatial de l’agglomération, dans le quartier populaire de la Magdalena de las Salinas dans la municipalité de Gustavo Madero, au nord de Mexico. Dans ces deux cas, les trottoirs ont été aménagés par des grandes entreprises dans l’objectif d’embellir leur environnement et d’en contrôler les usages.

32Dans le cas de Santa Fe, il s’agit d’un trottoir qui borde sur deux faces un immeuble de bureaux construit en 1997, appelé Edificio Calakmul, devenu iconique de la zone et surnommé la Lavadora (La machine à laver) en raison de sa forme. Ce trottoir contribue à la mise valeur esthétique de ce bâtiment avec l’alternance d’une bande de béton gris clair à la superficie lisse avec une bande de gravier blanc (illustration 8), qui contrastent avec les trottoirs en ciment gris foncé du reste du quartier. Le trottoir, large à certains endroits mais réduit à un mètre à d’autres, est interrompu par une sorte d’esplanade de forme semi-circulaire qui constitue l’entrée piétonne du bâtiment et l’accès automobile. En face, de l’autre côté de la rue, se trouve un espace vert parfaitement entretenu par l’administration de l’immeuble, mais entièrement vide. Des marches pourraient offrir une assise aux passants pour faire une pause et aux employés pour déjeuner et converser, mais ces usages sont empêchés tant par des petits picots que par les vigiles de l’administration du bâtiment qui interviennent grâce à des caméras tournées vers les trottoirs, l’esplanade et les marches. Signe de l’aversion de ces gestionnaires pour les autres usages que la circulation piétonne, donc les usages de loisir : des dispositifs anti-skaters bordent le trottoir dans un quartier où nous n’avons pourtant pas observé de ce type d’usagers. Seuls des usages de loisirs du type jogging sont possibles parce que les usagers ne font que passer rapidement.

Illustration 8 - Trottoir de Santa Fe

Illustration 8 - Trottoir de Santa Fe

Noter les picots à gauche sur la plate-forme supérieure.

Auteure : Ruth Pérez López, projet Banquetas, 30/08/2017.

33Le deuxième cas, dans le quartier de Magdalena de las Salinas, a été le théâtre d’importants changements en 2013 (sous la houlette des pouvoirs publics) et en 2018 (sous celle des promoteurs) avec la construction de deux centres commerciaux, qui indiquent la centralité croissante de la municipalité Gustavo Madero, mitoyenne de l’état de Mexico, qui réunit aussi de nombreux équipements scolaires et hospitaliers. Dans le cadre de la mesure dite « d’intégration urbaine » dans la loi locale de développement urbain de 2010, qui permet la prise en charge de la réhabilitation des trottoirs par les constructeurs, les centres commerciaux ont complètement modifié le paysage des trottoirs de la grande artère Fortuna, un axe très passant. Le revêtement du trottoir longeant le centre commercial Costco est en béton coulé avec une finition martelée. Des grands pots de fleurs ornent le trottoir en l’ombrageant mais aussi en créant des obstacles à la circulation piétonne (illustration 9). Le trottoir du centre commercial Encuentro Fortuna est quant à lui connecté à une placette avec des palmiers et des bacs à plantes qui invitent à s’y asseoir. Nous avons pu observer des gens qui discutent entre eux, sans vigiles pour contrôler l’endroit, mais dans le champ de caméras tournées vers le trottoir. Dans d’autres centres commerciaux de Mexico, il a été observé que des policiers contrôlent les usages de l’espace public bordant le centre commercial, en ciblant notamment les enfants et adolescents qui semblent d’origine populaire (Gülgönen, 2016, p. 417).

Illustration 9 - Trottoir du centre commercial Costco, alcaldía Gustavo A. Madero, Ville de Mexico

Illustration 9 - Trottoir du centre commercial Costco, alcaldía Gustavo A. Madero, Ville de Mexico

Auteure : Perla Castañeda, projet Banquetas, 19/09/2018.

34Nous parlons dans ces cas de « stérilisation » pour évoquer la mise en œuvre, grâce à une gouvernance hybride entre autorités urbaines et grandes entreprises riveraines, d’une politique d’élimination du trottoir des usages et des usagers, notamment populaires, considérés comme facteurs de perturbation pour la seule activité légitime, la circulation. Tout comme la patrimonialisation mentionnée pour La Alameda, ou la requalification marchande évoquée pour Polanco, la stérilisation contribue à la standardisation du paysage urbain observée dans de nombreuses villes (Soulier, 2012) mais, à la différence des deux premières qui prévoient une place pour des activités de loisir, elle les exclut.

35Dans nos sites-témoins apparaît une deuxième modalité de stérilisation empêchant ou réduisant la place des loisirs, à la faveur de ce que les autorités urbaines appellent « modernisation de l’espace ». Dans le cas d’un pueblo, San Andrés Tomatlán, dans la municipalité d’Iztapalapa à Mexico, la mise en service en 2012 d’une station de métro de la ligne 12 a bouleversé le paysage et les usages de l’avenue Tláhuac car elle a coupé en deux le pueblo. D’après les entretiens, auparavant, les habitants du village se connaissaient et conversaient entre eux et avec les commerçants qui leur étaient tous familiers, tandis que les enfants jouaient sous le regard de leurs parents. Se sont intensifiés tant les flux de véhicules que de passants anonymes et sur le parvis de la nouvelle station de métro, se sont installés de nouveaux commerçants, formels comme un établissement de la chaîne de superettes Oxxo, ou informels comme de nombreux vendeurs ambulants. La familiarité qui caractérisait auparavant la vie sociale locale et permettait l’épanouissement de pratiques de loisirs a presque disparu et les enfants ne jouent plus dans la rue. Seules les fêtes religieuses du pueblo (illustration 10) permettent, quelques jours dans l’année, la réappropriation de l’avenue et de ses trottoirs par les habitants du village, toutefois sans les jeux de foire qui s’y installaient avant.

Illustration 10 - Une fête de pueblo à San Andrés Tomatlán, municipalité d’Iztapalapa, Ville de Mexico

Illustration 10 - Une fête de pueblo à San Andrés Tomatlán, municipalité d’Iztapalapa, Ville de Mexico

Auteure : Ana Luisa Díez, projet Banquetas, 30/04/2017.

36Dans une moindre mesure, une troisième modalité de stérilisation se produit aussi autour des bâtiments publics et des sièges du pouvoir, par crainte des manifestations. Sans effort d’embellissement, l’accès est contrôlé par la police et des barrières sont souvent disposées pour empêcher les passants de s’y arrêter, comme sur les trottoirs entourant l’Assemblée nationale à l’ouest du centre historique ou l’Ambassade des États-Unis sur l’avenue Reforma.

Trottoirs dont l’état déplorable ne permet pas d’appropriations pour les loisirs

37Un grand nombre des trottoirs de l’agglomération, non seulement ne sont pas aménagés pour faire une place aux loisirs, mais sont souvent abandonnés par les pouvoirs publics, et n’ont aucune attractivité pour les activités de détente dans un contexte de forte délinquance et de criminalité. Le site-témoin de San Agustín-Nueva Israel (illustration 11) est l’un de ceux-ci. Cette zone frontalière entre deux municipalités de l’État de Mexico, Netzahualcóyotl et Chimalhuacán, a été urbanisée dans les années 1990. C’est un quartier d’auto-construction peu consolidé, caractérisé par la présence de deux grands cimetières et d’un canal qui charrie des eaux usées et parfois des cadavres de chiens voire d’humains, selon nos informateurs. Les trottoirs ont été construits par les riverains, mais du côté de Netzahualcóyotl la municipalité a récemment refait l’un d’eux avec l’aide de ONU-Habitat. Mais les trottoirs restent accidentés, discontinus, et parfois interrompus par des constructions privées, sans respecter aucune norme d’accessibilité universelle et, en certains endroits, sont constitués d’un simple terrassement recouvert de tapis ou moquettes posés par les riverains. Les voitures et les camions s’y garent la nuit et ils servent aussi de support à quelques commerces de rue. Les usages récréatifs sont pratiquement inexistants. Un riverain mentionne cependant que les hommes y boivent des bières. L’espace ne se prête en aucun cas à la promenade et il n’y a pas d’enfants qui jouent dans la rue. Les usages ainsi que la matérialité du trottoir sont donc marqués par la précarité et la misère, mais l’enquête auprès des passants et des usagers a montré que c’est ici, à égalité avec le site de La Alameda, que les enquêtés souhaiteraient le plus voir se développer des usages de loisirs : se reposer, courir, patiner, jouer, promener son chien (16 sur 21 réponses).

Illustration 11 - Trottoir de la zone San Agustín-Nueva Israel, limite Netzahualcóyotl- Chimalhuacán, État de Mexico

Illustration 11 - Trottoir de la zone San Agustín-Nueva Israel, limite Netzahualcóyotl- Chimalhuacán, État de Mexico

Auteur : Eliud Galvez, projet Banquetas, 15/10/2019.

38Pour les usagers de cette zone, la possibilité d’usages de loisirs des trottoirs apparaît ainsi comme un symbole de l’accès à une citadinité complète, droit dont ils sentent privés tant les trottoirs sont dans un état d’abandon total et montrent que les gouvernements urbains n’en font pas une priorité pour l’amélioration de la qualité de la vie. Dans un contexte politique où les autorités se réclament du « Droit à la Ville », il apparaît que cette notion est davantage mobilisée pour transformer la gouvernance en développant la participation (Ugalde, 2015) que pour produire des espaces publics qui se prêtent à la convivialité.

Conclusion. Penser les trottoirs pour des pratiques diffuses de loisir

39Notre recherche a permis de constater que si le trottoir était généralement pratiqué et représenté comme un espace essentiellement destiné au transit, il y avait beaucoup d’attentes de la part des usagers pour qu’il soit aussi un espace plus convivial et hospitalier. Nos observations convergent avec les réponses des informateurs pour conclure que la place accordée ou prise par les pratiques de loisirs leur permet de contribuer significativement à l’agrément et à la sécurité du déplacement pédestre dans la ville et ne sont que marginalement une gêne pour celui-ci. Le trottoir permet l’intersection entre l’espace du « temps libre » et le temps de la pause dans le déplacement. De ce fait, il contribue à la coprésence d’usagers obéissant à des logiques distinctes, et donc au sentiment d’appartenance à une communauté de proximité (assimilable au parrochial space théorisé par Lofland, 1998) comme on l’a vu sur les trottoirs où les pratiques de sociabilité populaire ont leur place.

40Un résultat plus original de l’enquête est de montrer que ce sentiment communautaire lié à la sociabilité de trottoir n’entre pas en contradiction avec une conception plus large de la citadinité (en tant qu’identification à la ville) et de l’urbanité (en tant que reconnaissance des qualités spécifiques d’une ville), dont le trottoir apparaît comme un révélateur. Ainsi, nous avons vu que les représentations sociales comme les usages établissent que les trottoirs impraticables des quartiers privés d’aménités urbaines par la misère comme les trottoirs stérilisés réduits à la fonction de circulation dans les zones où prévaut l’ordre formel, sont incomplets, au sens où ils ne permettent pas l’épanouissement des différentes dimensions de la vie urbaine, incluant la coexistence de différents types d’usagers, dont l’imbrication des usages de loisirs et d’autres des trottoirs apparaît comme un symbole.

41C’est pourquoi nous soulignons l’importance d’une évolution de la planification, de la construction et de la gestion des trottoirs par les pouvoirs publics. Il nous semble important que les autorités cessent de concentrer les investissements seulement dans une sélection de trottoirs situés dans des zones touristiques, des axes commerciaux (cas de Gustavo Madero) ou des quartiers d’affaires qui bénéficient déjà de beaucoup de moyens publics et privés. Concevoir une politique d’investissement et d’aménagement des trottoirs à l’échelle de l’agglomération impliquerait alors non seulement d’éviter de renforcer les dynamiques d’exclusion de certaines catégories sociales (mendiants, SDF, pauvres, etc.) ou de confrontation avec d’autres (adolescents…) à l’œuvre dans les zones actuellement privilégiées par les politiques urbaines, mais aussi de réfléchir à la place du réseau métropolitain de trottoirs dans le système de déplacements pédestres, d’une part, et dans la sociabilité des quartiers, d’autre part.

42Pour terminer, nous esquissons trois pistes de réflexion pour transformer la conception des trottoirs dans l’action publique, qu’il faudra développer dans d’autres publications. La première est de répartir les investissements dans toute l’agglomération de telle sorte que les trottoirs présentent partout une générosité et une plasticité offrant plus de place à la coexistence loisir-déplacement-transaction. Deuxièmement, ces investissements devraient aussi veiller partout à la qualité des matériaux, des plantations (la présence de végétation est plébiscitée dans nos entretiens) et du mobilier urbain, comme indicateur de l’urbanité métropolitaine et symbole de la citadinité commune de tous les habitants. Et, troisièmement, peut-être le plus important parce que le plus difficile à faire : transformer l’organisation de l’administration et de la gouvernance pour accorder une priorité à la qualité de la gestion et de l’entretien. En effet, cela implique de renverser la hiérarchie « top-down » persistante dans l’urbanisme actuel qui place en haut de la chaîne de commandement la planification, puis la conception et la construction, et en bas la gestion, parent pauvre en moyens humains, techniques et financiers.

43En conséquence, sans toucher aux moyens déjà accordés aux trottoirs touristiques emblématiques, comme celui de La Alameda présenté dans cet article, la redistribution de l’espace, des investissements et des efforts pourrait se faire en puisant dans la place et les ressources publiques aujourd’hui accordées aux véhicules individuels qui à Mexico ne concernent qu’une petite partie de la population, celle qui utilise peu les trottoirs pour ses loisirs. La hiérarchie d’allocation de ces moyens doit alors être inversée, en accordant à la gestion des trottoirs (et des espaces publics en général) la priorité et en ouvrant la possibilité d’une gouvernance bottom-up, participative et inclusive (incluant éventuellement l’autogestion). Ainsi, l’expertise d’usage, non seulement par les différentes catégories d’usagers mais aussi par tous les autres acteurs de terrain, pourrait être impliquée dans des aménagements qui permettent la coexistence des pratiques de façon adaptée à chaque type de trottoir, voire à chaque situation particulière.

44Dans nos études de cas, cette nouvelle manière de faire pourrait soutenir certaines transformations. Ainsi, admettre l’importance de la promenade dans les cas de Coyoacán et Tepotzotlán plaiderait pour sortir d’une planification de la voirie centrée sur le transit automobile, pour mettre en place une piétonisation des rues concernées ne laissant l’accès qu’aux véhicules des riverains, sans possibilité de stationner. À Ciudad Satélite, dans la Roma comme à Santo Domingo, on pourrait améliorer la coexistence de la sociabilité, de la consommation et du transit, en élargissant les trottoirs au détriment du stationnement sur chaussée. Sur les trottoirs dominés par les grandes entreprises comme à Santa Fe ou dans la municipalité de Gustavo A. Madero, nos conclusions plaident pour une modification de la pratique réglementaire actuelle pour réduire la stérilisation que ces entreprises privilégient et redonner plus de libertés aux usagers. Enfin, dans toute l’agglomération, l’investissement massif et la gestion devraient systématiquement faire de la place à des usages diffus comme la conversation, les jeux d’enfant ou le jogging.

45Tout comme le trottoir a pu être planifié comme un espace marginal de la voirie, sous-doté voire sous-étudié, le loisir a pu être considéré comme secondaire dans une vie sociale structurée essentiellement par le travail d’un côté et l’approvisionnement et le fonctionnement du ménage de l’autre. Mais dès que l’on se penche sur l’un comme l’autre, ils apparaissent d’autant plus importants qu’on prend en compte leur omniprésence diffuse dans la ville contemporaine. Une étude comme la nôtre veut contribuer à montrer leur rôle crucial pour justifier qu’on attribue plus d’importance au loisir comme au trottoir dans les politiques urbaines, à Mexico comme ailleurs, au Sud comme au Nord.

Haut de page

Bibliographie

Baby-Collin V., 2002. Estar en la ciudad y ser de la ciudad: convertirse en citadino en los barrios populares de Caracas y La Paz. Trace, n° 42, p. 38-53.

Bailly A.S., 1993. Les représentations urbaines : l'imaginaire au service du marketing urbain. Revue d'économie régionale et urbaine, n° 5, p. 863-867.

Bouillon F., Monnet J., 2016. L’observation et ses angles : au cœur des rapports entre les chercheurs et leurs objets. Espaces et sociétés, n° 164-165, p. 11-18.

Capron G., 1998. Les centres commerciaux à Buenos Aires : les nouveaux espaces publics de la ville de la fin du XXème siècle. Annales de la recherche urbaine, n° 78, p. 55-69.

Capron G., Monnet J., 2003. Una retórica progresista para un urbanismo conservador: la protección de los centros históricos en América latina. In Ramirez Kuri P. (coord.), Espacio público y reconstrucción de la ciudadanía. México D.F., FLACSO/Porrúa, p. 105-136.

Capron G., Monnet J., Pérez López R. (coord.), 2022. Banquetas: el orden híbrido de las aceras en la Ciudad de México y su área metropolitana. México, Universidad Autónoma Metropolitana, Colección Humanidades, 552 p.

Connolly P., 2005. Tipos de Poblamiento en la Ciudad de México. México, UAM Azcapotzalco.

Connolly P., 2019. Informal Settlements in the Age of Digital Cartography: Insights from Mexico City. Bulletin of American Research, vol. 33, n° 2, p. 116-138.

Corbin A., 2000. Entretien avec Alain Corbin. Temps des loisirs, espace des villes. Société française d’histoire urbaine, vol. 1, n° 1, p. 163-168.

Didier S., 2005. Disneyland, entre parc de loisir et modèle de ville pour la suburbia nord-américaine. In Beck R., Madoeuf A., Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine. Tours, Presses de l’Université F.Rabelais, p. 285-294.

Duhau E., Giglia A., 2008. Las reglas del desorden. Habitar la metrópoli. México, UAM Azcapotzalco, Siglo XXI.

Dumazedier J., 1962. Vers une civilisation du loisir ? Paris, Le Seuil.

ENIGH, 2018. Encuesta Nacional de Ingresos y Gastos de los Hogares. México, Instituto Nacional de Estadística y Geografía.

ENUT, 2019. Encuesta Nacional sobe uso del tiempo. México, Instituto Nacional de Estadísticas y Geografía.

Escaffre F., Curnier S., 2021. Loisirs. In Demailly K.E., Monnet J., Scapino J., Deraëve S. (dir.), Dictionnaire pluriel de la marche en ville. Paris, L’Œil d’or, p. 206-208.

Fériel C., 2021. Fonctionnalisme. In Demailly K.E., Monnet J., Scapino J., Deraëve S. (dir.), Dictionnaire pluriel de la marche en ville. Paris, L’Œil d’or, p. 151-153.

Froment-Meurice M., 2016. Produire et réguler les espaces publics contemporains. Les politiques de gestion de l’indésirabilite à Paris. Thèse de doctorat en géographie, Université Paris-Est.

Geertz C., 1973. Thick Description: Toward an Interpretive Theory of Culture. In Geertz C., The Interpretation of Cultures: Selected Essays. New York, Basic Books, pp. 3-30

Gire F., Pasquier D., Granjon F., 2007. Culture et sociabilité. Les pratiques de loisirs des Français. Réseaux, vol. 145-146, p. 159-215.

Gravari-Barbas M., 2006. La ville à l’ère de la globalisation des loisirs. Espaces, n° 234, p. 48-56.

Gülgönen T. M., 2016. Espacio urbano, ciudadanía e infancia: apuntes para pensar la integración de los niños en la ciudad. In Ramírez Kuri P. (coord.), La reinvención del espacio público en la ciudad fragmentada. México, UNAM, Instituto de Investigaciones Sociales, p. 409-438.

Lofland L., 1998. The Public Realm: Exploring the City's Quintessential Social Territory. New York, Routledge.

Loubier P., 2001. Balzac et le flâneur. L'Année balzacienne, n° 2.

Luque Azcona E.J., 2015. Conformación y características de las alamedas y paseos en ciudades de Hispanoamérica. Anuario de Estudios Americanos, vol. 72, n° 2, p. 487-513.

Monnet J., Capron G. (dir.), 2000. L’urbanité dans les Amériques. Les processus d’identification socio-spatiale. Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 220 p.

Monnet J., 2006. L’ambulantage : représentations du commerce ambulant ou informel et métropolisation. Cybergeo [En ligne], document 355. URL: http://journals.openedition.org/cybergeo/2683 - DOI: https://doi.org/10.4000/cybergeo.2683

Monnet J, Giglia A., Capron G., 2007. Ambulantage et services à la mobilité : Les carrefours commerciaux à Mexico. Cybergeo [En ligne], document 371. URL: http://journals.openedition.org/cybergeo/5574 - DOI: https://doi.org/10.4000/cybergeo.5574

Monnet J., 2012. Villes et loisirs : les usages de l'espace public. Historiens & Géographes [En ligne sur HAL], n° 419, p. 201-213. URL: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00734514/document

Monnet J., 2019, Marcher en ville : technique, technologie et infrastructure (s)low tech ? Urbanités [En ligne], n° 12. URL: http://www.revue-urbanites.fr/12-monnet/

Paz O., 1981. L'ogre philanthropique. Le Débat, n° 8, p. 3-19.

Peyvel E., Gibert M., 2012. "Đi chơi đi !" « Allons nous amuser ! ». Entre public et privé, une approche socio-spatiale des pratiques de loisir à Ho Chi Minh Ville. EchoGéo, [En ligne], n° 21. URL: http://journals.openedition.org/echogeo/13177 - DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.13177

Solnit R., 2001. Wanderlust: A History of Walking. New York, Penguin.

Soulier N., 2012. Reconquérir les rues. Exemples à travers le monde et pistes d’action. Paris, Ulmer.

Ugalde V., 2015. Derecho a la ciudad, derechos en la ciudad. Estudios demográficos y urbanos, vol. 30, n° 3.

Zamorano C., Capron G., 2015. Privatization of Security and the Production of Space in Mexico City: Challenges for Urban Planning. International Journal of E-Planning Research, vol. 2, n° 4, p. 59-74.

Haut de page

Notes

1 Au Mexique, un pueblo est au premier sens un « village », qui correspond souvent au regroupement colonial de populations autochtones. Depuis longtemps, l'expansion de l'agglomération de Mexico se fait en absorbant ces pueblos qui conservent une morphologie, un parcellaire et une trame viaire qui continuent de les distinguer du reste du tissu urbain.

2 Correspondant à un revenu mensuel de 37 565,21 pesos mexicains, soit environ 1 600 €.

3 Le projet « La producción material y social de las banquetas en la Zona Metropolitana del Valle de México », sous la direction de G. Capron, R. Pérez López et J. Monnet, a été financé par le Conacyt, programme Ciencia Básica n° CB-2015-255645-S. Les illustrations de notre article indiquant « projet Banquetas » en sont issues.

4 Ce programme du ministère fédéral du tourisme (SECTUR) a permis depuis 2001 d’attribuer une subvention à 132 villages ou bourgs labélisés en fonction de la mise en valeur du patrimoine historique et culturel. Voir « Pueblo mágico » : https://www.gob.mx/sectur/articulos/pueblos-magicos-206528

5 Terme utilisé au Mexique pour les zones d’auto-construction précaires à l’origine mais progressivement dotées de constructions pérennes, de réseaux techniques et de certains équipements formels.

6 Selon une personne interrogée: “Las banquetas se usan para la peda”.

7 "Hay mucho aprovechamiento del espacio público por la reapropiación del espacio público desde lo popular, ¿no? La reutilización de las calles para muchos usos para los cuales no está hecho el espacio, pero que se apropia la gente"

8 Une préparation de mouton provenant de l’état de Hidalgo.

9 Ce sont de typiques plats mexicains, tous à base de galettes de maïs ou de maïs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Les trottoirs du boulevard du Temple, récemment aménagés en 1832
Crédits Auteur : Louis Daguerre, domaine public (https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Boulevard_du_Temple_by_Daguerre.jpg)
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Illustration 2 - Localisation des sites-témoins sélectionnés pour l’enquête
Crédits Auteur : Jerónimo Díaz, projet Banquetas.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Titre Illustration 3 - Musiciens à La Alameda
Crédits Auteure : Alejandra Trejo Poo, projet Banquetas, 19/08/2017.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Illustration 4 - Bancs (partiellement condamnés à la suite de la crise du COVID-19) sur un trottoir de Villa Coyoacán
Crédits Auteur : Miguel Ángel Aguilar, projet Banquetas, 08/10/2020.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre Illustration 5 - Femmes vendant, tricotant et papotant sur un trottoir du quartier de Santo Domingo
Crédits Auteure : Silvia Carbone, projet Banquetas, 27/10/2017.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Illustration 6 - Une table et des chaises dans un coin de verdure sur un trottoir de la colonia Roma
Crédits Auteur : Miguel Ángel Aguilar, projet Banquetas, 07/07/2017.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Titre Illustration 7 - Manger une glace sur le trottoir (Ciudad Satélite)
Crédits Auteure : María Teresa Esquivel, projet Banquetas, 13/02/2018.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Illustration 8 - Trottoir de Santa Fe
Légende Noter les picots à gauche sur la plate-forme supérieure.
Crédits Auteure : Ruth Pérez López, projet Banquetas, 30/08/2017.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Illustration 9 - Trottoir du centre commercial Costco, alcaldía Gustavo A. Madero, Ville de Mexico
Crédits Auteure : Perla Castañeda, projet Banquetas, 19/09/2018.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Illustration 10 - Une fête de pueblo à San Andrés Tomatlán, municipalité d’Iztapalapa, Ville de Mexico
Crédits Auteure : Ana Luisa Díez, projet Banquetas, 30/04/2017.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Illustration 11 - Trottoir de la zone San Agustín-Nueva Israel, limite Netzahualcóyotl- Chimalhuacán, État de Mexico
Crédits Auteur : Eliud Galvez, projet Banquetas, 15/10/2019.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/23804/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guénola Capron et Jérôme Monnet, « Trottoir : les multiples facettes d’un espace public de loisirs. Le cas de Mexico »EchoGéo [En ligne], 61 | 2022, mis en ligne le 30 septembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/23804 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.23804

Haut de page

Auteurs

Guénola Capron

Guénola Capron, guenola.capron@gmail.com, est professeur à l’Universidad Autónoma Metropolitana Azcapotzalco (Mexico). Elle a récemment publié :
- Capron G., Monnet J., Pérez López R. (coord.), 2022. Banquetas: el orden híbrido de las aceras en la Ciudad de México y su área metropolitana. México, Universidad Autónoma Metropolitana, Colección Humanidades, 552 p.
- Capron G., González Arellano S., Wagner J., McCordic C., 2018. The State of Household Food Security in Mexico City, Mexico. Hungry Cities Report n°13, Hungry Cities Partnership.
- Pérez R., Capron G., 2018. Movilidad cotidiana, dinámicas familiares y roles de género: análisis del uso del automóvil en una metropóli latinoamericana. Quid, n° 16, Universidad de Buenos Aires, p. 102-128.

Articles du même auteur

Jérôme Monnet

Jérôme Monnet, jerome.monnet@univ-eiffel.fr, est professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Laboratoire Ville Mobilité Transport, École d’urbanisme de Paris. Il a récemment publié :
- Capron G., Monnet J., Pérez López R. (coord.), 2022. Banquetas: el orden híbrido de las aceras en la Ciudad de México y su área metropolitana. México, Universidad Autónoma Metropolitana, Colección Humanidades, 552 p.
- Demailly K.E., Monnet J., Scapino J., Deraëve S. (dir.), 2021. Dictionnaire pluriel de la marche en ville. Paris, L’Œil d’or.
- Monnet J., 2019, Marcher en ville : technique, technologie et infrastructure (s)low tech ? Urbanités [En ligne], n°12. URL: http://www.revue-urbanites.fr/12-monnet/

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search