Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Sur l'EcritLa géopolitique olympique en débat

Sur l'Ecrit

La géopolitique olympique en débat

Lucien Orio
Référence(s) :

Augustin J.-P., Gillon P.

Les jeux du monde. Géopolitique de la flamme olympique.

2021. Paris, Armand Colin, 224 p.

Entrées d’index

Index par rubriques :

Sur l’Écrit
Haut de page

Texte intégral

Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, J.P. Augustin a consacré ses recherches aux cultures urbaines, des loisirs et du sport. Il est décédé le 16 juillet 2022, lorsque ce texte était en préparation. Il envisageait alors de proposer un dossier thématique à EchoGéo autour des Jeux Olympiques à venir. Que cette réflexion sur son dernier ouvrage soit un hommage à son insatiable curiosité scientifique.

1Après les Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022 boycottés par les États-Unis, le Japon et tant d’autres puissances occidentales, d’une part et les menaces de la pandémie de Covid-19, illustration de l’une des facettes de la mondialisation, d’autre part, le livre que publient Jean-Pierre Augustin et Pascal Gillon arrive à point nommé. L’ouvrage nous conduit ainsi des origines de l’Olympisme, de sa matrice européenne à l’ouverture mondiale et les défis du début du XXIe siècle, aux questions géopolitiques, des problèmes de gouvernance, aux rivalités pour organiser et « capturer » les performances des jeux. Se situant dans une optique qui refuse les deux écueils, de la célébration béate ou de la condamnation systématique (p. 10) ils adoptent une distance critique. La critique, celle des sciences sociales, c’est mettre à jour les dominations et les écarts entre les proclamations et les faits.

2L’ouvrage est organisé en cinq grands chapitres et complété par une introduction et une conclusion ainsi qu’une série d’annexes et une bibliographie sélective avec des références en français et en anglais. Le premier chapitre se concentre sur l’histoire du mouvement olympique. Dans le deuxième chapitre, la question de la gouvernance des Jeux olympiques est explorée, suivie, dans le troisième, d’une analyse de la manière dont les performances sportives acquièrent un sens géopolitique. Le quatrième chapitre examine de près l’organisation des Jeux du point de vue de diverses « villes olympiques », tandis que le dernier chapitre s’intéresse aux défis pour l’avenir. En conclusion, les auteurs réexaminent brièvement certaines des principales questions précédemment analysées dans le texte principal. L’ouvrage est très riche en données empiriques et historiques. Plutôt que de reprendre l’analyse des différents chapitres, notre propos se concentrera sur six points qui ont questionné notre lecture.

31. Utopies. Les auteurs aiment à employer le mot Utopie à propos des Jeux. Rappelons que selon la célèbre analyse de Karl Mannheim (1929) il faut distinguer l’idéologie, qui est le propre des dominants pour légitimer leur position, de l’utopie qui porte les aspirations des dominés. Et dans cette dernière, les deux variantes. Le mythe et le risque dystopique de la « Page blanche » et celui d’un idéal à atteindre, un « Principe espérance » selon Ernst Bloch, une flamme permanente dans l’esprit des humains. A propos de « flamme » il faut revenir au sous-titre de l’ouvrage, Géopolitique de la flamme olympique. La flamme fut introduite en 1936, et son trajet d’Olympie à Berlin avait une portée idéologique indéniable. Comme le rappelle Johann Chapoutot, (2021, p 139) les nazis se considéraient, non comme des héritiers des Grecs parmi d’autres, mais comme des descendants des Grecs. Ceux-ci, dans l’idéologie nazie auraient eu pour origine des tribus germaniques : les grecs anciens sont germains, qui issus du Nord ont colonisé le sud méditerranéen. D’où un culte de la Grèce, voulant gommer les siècles de romanité et de judéo-christianisme. Flammes et oriflammes renvoient aux grandes manifestations nazies où elles tenaient une grande place. La défaite du nazisme aurait pu faire disparaître ce symbole très marqué. En fait il a été conservé, et sa signification changée. Il symbolise cette flamme utopique qui unit tous les peuples.

4De fait, la situation des jeux est ici paradoxale. D’un côté, ce sont des membres des classes dominantes qui s’investissent dans ce projet, mais ils véhiculent aussi les idéologies de leur classe et de leur époque, notamment leur vision hiérarchique de l’humanité. On voit dans le livre qu’il y a deux faces utopiques à l’œuvre dans ce projet.

5Les jeux se sont considérablement transformés dans le temps comme le souligne l’ouvrage. Le nombre de pays participants, l’ouverture à des non européens, l’extension des thématiques sociétales et corporelles (la question du genre, l’homosexualité, les handicaps...), l’attention aux nouveaux défis environnementaux, aux tensions entre un universalisme abstrait européen et les revendications des minorités culturelles (religieuses, linguistiques) aux droits des peuples premiers, etc. soulignent ces transformations. L’évolution quantitative a été impressionnante et les questions d’organisation et de gouvernance ont évolué sous la contrainte, avec toujours un temps d’adaptation. Il y a eu constamment des innovations : la flamme, les podiums, les défilés, la remise des médailles, l’acceptation du professionnalisme. Un passage particulièrement intéressant évoque les entrées et les sorties des disciplines admises, et la transformation des visions des corps qu’elles signifient (voir p. 175).

6L’utopie par les jeux. Ici nous sommes dans le « principe espérance ». La paix, l’égalité de toutes les nations et même l’image de toutes les nations rassemblées en un seul lieu aux yeux de tous. Le XXe siècle serait presque une contrépreuve, car en dépit des Jeux de mieux en mieux organisés, il n’a pas été avare de guerres, de génocides sans que ceux-ci n’y puissent pas grand-chose. Les jeux sont un rappel, un objectif à atteindre, des jeux parfaits, « inaccessible car l’horizon recule au fur et à mesure que l’on avance » (p. 194). Ces mutations, sans oublier la complexité organisationnelle croissante des jeux, les obligent à s’adapter, mais toujours avec des décalages temporels qui renforcent les critiques. Jusqu’à quel point ces crises adaptatives deviendront-elles une crise des jeux eux-mêmes ? L’Utopie par les jeux tend à élargir l’universalisme et toutes les dimensions qui sont à l’agenda du moment. Mais cette extension indéfinie ne porte-t-elle pas en elle-même sa propre contradiction ? Plus on veut homogénéiser, plus les tendances à la différenciation se font jour.

72. Reflet géopolitique. Puisque le sous-titre de l’ouvrage fait référence à la géopolitique, on peut esquisser ici une typologie qui croise deux dimensions. Les jeux se réfèrent-ils à une conception hiérarchisée des nations, des « races, des sexes ou au contraire selon un principe d’égalité y sont-ils ouverts à tous et contre tous ? C’est le premier axe hiérarchie-universalisme. Le deuxième axe est de savoir qui se confronte. Des collectifs nationaux ou des individus ? Ceci débouche sur 4 grands cas possibles.

Tableau 1- Les 4 cas de la géopolitique de l’Olympisme

Hiérarchie

Universalisme

Nations

Le retour aux Grecs

La rivalité des systèmes

Individus

Les premiers de cordée

Le modèle entrepreneurial

8• Le modèle originel est celui du « retour aux Grecs ». La Grèce antique est le modèle. Si le modèle de référence est celui des jeux antiques, l’idéologie politique du retour aux Grecs à la fin du XIXe n’est pas anodine. Le modèle grec n’est pas celui de la démocratie mais d’un monde de citoyens d’où sont exclus les métèques et les esclaves et dont les femmes sont reléguées au gynécée. Ceci se traduit par les phénomènes d’exclusion à l’œuvre dans les premiers jeux (les races inférieures, les colonisés, les femmes). Ce modèle grec était fortement ancré dans la mémoire occidentale (p. 19). Présents chez les humanistes comme Montaigne, son histoire connaît un regain d’intérêt au XIXe siècle, parallèlement aux intenses campagnes de fouilles et de mise à jour des sites.

9• Le modèle grec va laisser la place aux rivalités des systèmes politiques et sociaux. Les années 1930 avec l’affirmation du fascisme et les Jeux de Berlin ; l’Après-Guerre avec la Guerre Froide et les rivalités Est-Ouest ; la période actuelle avec la nouvelle rivalité États-Unis/Chine. À chaque fois, que ce soit dans l’excellence de l’organisation, la quantité de médailles, mais aussi les boycotts opportunistes pour diminuer le prestige et l’effet soft power du pays organisateur, les rivalités sont présentées.

10• Le modèle des premiers de cordée, « une élite très restreinte… dans tous les sports » (p. 116) est celui d’un élitisme qui magnifie des athlètes d’exception ayant peu à voir avec l’état effectif des populations du pays. Il suffit de penser aux États-Unis et son taux d’obésité pour voir le décalage. Ce modèle élitiste ne fait que traduire la vision qui s’impose dans la légitimation des élites dans d’autres domaines. Ici ce n’est plus l’utopie qui prime mais l’idéologie, faisant fi des systèmes de reproduction et d’héritage en parlant de mérite et de travail (voir le passage sur l’athlète exceptionnel, p. 135-136)

11• Enfin le dernier modèle est celui entrepreneurial favorisant une autonomisation des sportifs qui se transforment en quasi-entreprises avec leurs sponsors et le passage au professionnalisme, se déplaçant parfois pour leur formation et leur entrainement, loin de leur pays d’origine. Le paragraphe « Les athlètes : des pions sur l’échiquier ?» (p. 85-86) avec l’emprise des marques et des sponsors, et les retransmissions télévisées qui renforcent la tendance. Si deux autres modèles sont toujours présents (rivalité et premiers de cordée), le modèle entrepreneurial prend une place croissante dans la concurrence des villes qui se transforment en entreprises, de manière à développer leur attractivité pour attirer ce que Richard Florida (2002) appelle les Classes créatives, associées aux touristes et aux investisseurs. Ce thème de la ville entrepreneuriale est évoqué dans l’ouvrage dans le chapitre 4 « La vitrine compétitive des villes olympiques » :

« L’évolution économique des années 1980, accentuée par la montée des idées néo-libérales, amène les métropoles à valoriser une politique d’image affirmant leur volonté entrepreneuriale » (p. 151-52)

12On peut souligner ici une évolution significative au cours des XXe et XXIe siècles. Dans les années 1930 puis durant l’Après-Guerre, les équipements olympiques s’inscrivent dans une logique keynésienne de grands travaux et d’économie nationale. Aujourd’hui dans le cadre du néocapitalisme globalisé, c’est la logique entrepreneuriale urbaine qui prend le dessus (Augustin et Orio, 2019).

133. Les jeux de nécessité. Si la vision de reflet est facile à appréhender, il peut être plus compliqué de comprendre à quelle nécessité historique ont répondu les Jeux. Et pourquoi cette nécessité a-t-elle trouvé comme réponse les jeux sportifs ? Comme nécessité, qui échappe peut-être à la conscience des acteurs eux-mêmes, les jeux sont peut-être une réponse à la peur.

14Une peur interne, face aux défis de la société de masse industrielle qui émerge : comment une masse informe peut-elle devenir un corps collectif, et en chacune de ses composantes, les corps individuels parfaits et productifs. On sait que la deuxième moitié du XIXe était inquiète face aux transformations de la société industrielle. La peur des foules (chez Le Bon, 1895), l’Anomie (chez Durkheim, 1893) préludent aux grands phénomènes de masse : presse, partis, syndicats, mais aussi révolutions et massacres de masse. Les Jeux font peut-être partie d’un ensemble plus vaste qui inclut la domestication (ou l’intégration selon le point de vue adopté) à travers l’éducation, l’hygiène, les associations diverses qui se substituent aux anciennes corporations et autres institutions de contrôle. Le modèle sportif des jeux est d’essence aristocratique avec comme dimension l’amateurisme. L’amateurisme aristocratique est-elle une réaction contre les dérives de masse, un modèle à imiter et à diffuser à l’ensemble du corps social ? Il a été question plus haut du modèle grec et de l’intérêt croissant qu’il suscite au XIXe siècle. On peut poser l’hypothèse que ce modèle hiérarchique et aristocratique se veut comme une pièce de substitution au déclin de l’emprise de la religion chrétienne sur les populations.

15Les Jeux comme ordalie ou Soft power ? Si la peur de la masse est à l’intérieur des sociétés, il y a une autre peur qui se dessine à partir du milieu du XIXe siècle ? Entre les trois nations dominantes, le Royaume Uni, la France et l’Allemagne, la hiérarchie se recompose et fait face au morcellement dans un contexte où se dessine la fin de la Pax Britannica inaugurée par le Congrès de Vienne (1815) et qui touche à sa fin après 1870. Cette période est marquée par la montée des tensions coloniales et les rivalités commerciales dès 1882. L’empire allemand revient au protectionnisme suivi par d’autres dans une phase qui inaugure un capitalisme mercantiliste jusqu’en 1914. Cette rivalité s’expose dans les expositions dites universelles pour mieux marquer les différences. Les Jeux originaux s’inscrivent dans cette mouvance. Osons une hypothèse. Les jeux représentent une forme d’ordalie moderne. Ici ce n’est pas Dieu qui va désigner le vainqueur, mais celui qui est le plus avancé, le meilleur. Dans le monde contemporain, l’ordalie s’appelle peut-être Soft Power. Les auteurs, p. 54, définissent le soft power comme un « jeu sur les représentations et les images que le pays cherche à donner de lui-même ». L’ordalie désigne le meilleur ou le juste et le Soft power un ensemble plus large. Le pays organisateur montre ses capacités, certains vainqueurs de compétition légitiment politiquement un système d’organisation comme ce fut le cas avec la République démocratique allemande (RDA).

164. Pourquoi du sport ? Si l’on admet la question de la nécessité pourquoi a-t-elle trouvé comme réponse la forme des Jeux sportifs ? Les auteurs évoquent les thèses de Roger Caillois (1967) qui parle de l’agôn, la lutte, pour les jeux de compétition, dans lesquels il s’agit de mettre en place un système où les adversaires, à partir d’une égalité de chances créée artificiellement, peuvent faire reconnaître leur excellence. Caillois cite d’autres types de jeux qui ne sont pas indépendants de l’agôn, en particulier l’aléa, basé sur la chance et le hasard, qui exclut de l’organisation des jeux, marque aussi les esprits par les échecs ou les victoires inattendus, sorte de jugement des dieux.

17Les différents chapitres mettent en évidence les limites de la vision méritocratique en soulignant les différents critères de réussite liés aux conditions économiques et d’encadrement (p. 131). Mais l’essentiel est peut-être ailleurs. La matrice des jeux est celle d’une religion séculière. On a évoqué plus haut la question d’une religion de substitution face aux nouvelles peurs. Cette religion immanente s’exprime dans la dramaturgie marquée par l’unité de lieu (la ville), de temps (une période très courte) et une célébration ritualisée par un protocole strict, qui confine parfois à donner aux personnes un aspect d’automate. L’agôn est très organisé, rien ne doit être laissé au hasard, sauf bien sûr lorsque l’imprévu surgi (les poings levés à Mexico en 1968, le terrorisme à Munich en 1972). La célébration des jeux peut être ainsi assimilée à une cathédrale éphémère. À propos du cinéma on a évoqué un art comme celui des cathédrales où des milliers d’acteurs inconnus ont participé à l’édification de l’ouvrage. Les jeux ont la même dimension. Les longues procédures d’attribution, la construction des sites, les milliers de participants, des bénévoles aux ouvriers. Au final il ne reste que des traces sous forme de bâtiments et d’équipements, mais aussi la mémoire sélective de ce qui a eu lieu.

185. La visibilité du genre humain. La relation avec le cinéma et les formes plus contemporaines d’utilisation des images et des écrans n’est pas fortuite. Dans un premier temps on peut faire la distinction entre regarder et voir. Les premiers jeux n’avaient droit qu’à des comptes rendus de presse et un public restreint qui regardait les jeux en direct, en présentiel. Les mesures de précaution liées au Covid-19, montrent que les grandes manifestations sportives peuvent très bien se dérouler en distanciel. Cette situation déplorée et peut être passagère, révèle en fait une tendance de plus en plus évidente dans les manifestations sportives. Il y a un nombre limité en présentiel qui regarde et des milliards de personnes en distanciel qui voient (Augustin et Dumas, 2015). Les stades deviennent des studios d’enregistrement.

19Le cinéma et les actualités cinématographiques ont rendu le déroulement plus visible au fur et à mesure que le langage cinématographique se précisait. On peut évoquer ici les thèses du théoricien du cinéma Belà Balazs (1930). Le cinéma selon lui a rendu à nouveau l’homme visible, grâce au langage universel de l’image. Courir, sauter, lutter, ramer sont compréhensibles immédiatement par tous les peuples de la terre. Pas de barrière de langue et de culture. Passé le premier temps du muet, l’image va servir de révélateur. Les gros plans, les ralentis, le montage, ont permis de voir et de revoir, de décortiquer les actions, que le seul regard humain en présentiel ne peut percevoir. Aujourd’hui, avec tous les moyens de retransmissions directs sur une multitude de petits écrans, avec des visions en boucle, le spectaculaire s’est intensifié.

206. Quel avenir pour les Jeux ? On a vu pourquoi les jeux émergent avant 1914 et s’épanouissent au XXe siècle. Le XXIe en sera-t-il le tombeau ? Les auteurs s’interrogent : « Les jeux seront-ils éternels ? » ou « Que seront les jeux dans 50 ans ? ». Ils ont bien conscience de la difficulté de répondre à cette question, tant les mutations à venir sont imprévisibles dans leurs effets, comme le réchauffement climatique. Aux difficultés internes et aux évènements externes s’ajoutent des interrogations sur le poids de l’argent, la rentabilité et les transformations conduites sous l’influence des sponsors et des multinationales. Dans le cadre du capitalisme globalisé et financiarisé, il est inévitable que l’argent prenne le dessus et peut-être qu’un jour les sportifs devront concourir sous l’égide de marques, comme dans le Tour de France des années 1960. Le thème souvent mis en avant est le bilan financier des jeux, généralement présenté comme négatif. Mais s’attacher aux seuls gains et pertes des sites, c’est oublier les immenses profits que réalise le CIO, les sportifs et leurs sponsors, les télévisions et les marques publicitaires. Ce qui explique peut-être que ce n’est pas de l’argent que viendra la possible menace.

21Au-delà de ces quelques réflexions liminaires, l’ouvrage proposé est le fruit d’une démarche méthodique et théorique bien construit. On apprécie aussi le travail cartographique, géographique et géopolitique qui recense les faits et accumule les données vérifiables. Les auteurs ont enrichi les questionnements et les problématiques sur un sujet controversé, mais ne souhaitent pas que la flamme olympique s’éteigne. Pour cela, ils en appellent au poète Apollinaire : « Il est grand temps de rallumer les étoiles » (p. 194). À la veille de l’organisation des J.O. de Paris en 2024, le livre ne manquera pas de susciter la mobilisation des adversaires traditionnels des JO, campés sur leur position toujours réaffirmée en raison des dérives difficilement contournables de l’institution olympique.

Haut de page

Bibliographie

Augustin J.-P., Dumas J., 2015. La Ville kaléidoscopique. Paris, Économica.

Augustin J.-P., Orio L., 2019. Révolution numérique et utopie urbaine. In ed./coord., Aménagement du Territoire. Presses Universitaires d’Aix-Marseille, p. xx-xx.

Balazs B., 1930 [rééd. 2011]. L’esprit du cinéma. Payot.

Bloch E., 1929 [rééd. 1977]. L’esprit de l’Utopie. Gallimard –NRF.

Caillois R. dir., 1967. Jeux et sports, Paris, NRF.

Chapoutot J., 2021. Le grand récit. Paris, PUF.

Durkheim É., 1893 [rééd. 1973]. De la division du travail social, PUF.

Florida R., 2002. The rise of creative class. New York, Basic books.

Le Bon G., 1895 [rééd. 2013]. Psychologie des Foules. Paris, PUF-Quadrige.

Mannheim K., 1929 [ed. électronique de la rééd. 1956]. Idéologie et Utopie [En ligne]. URL: http://classiques.uqac.ca/classiques/Mannheim_karl/mannheim_karl.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucien Orio, « La géopolitique olympique en débat »EchoGéo [En ligne], 61 | 2022, mis en ligne le 30 septembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/24072 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.24072

Haut de page

Auteur

Lucien Orio

Lucien Orio est Professeur d’économie à la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (MSHA). Il a notamment publié :
- Orio L., Quilès J.-J., 2009. Keynes - Les enjeux de la Théorie générale. Paris, Armand Colin.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search