Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61EditorialTemps libre, espaces libres ?

Texte intégral

1Aborder la ville dans le Sud global par le biais du temps libre, c’est choisir une focale inhabituelle. L’avènement d’une civilisation de loisirs aurait peut-être joué pour différencier pays du Nord et pays du Sud, mais ce dossier vient nuancer cette opposition. D’abord par la diversité des situations urbaines explorées, ensuite par le rôle, tout aussi prégnant que dans les villes des Nords, que joue l’appartenance de classe dans l’accès à des espaces légitimes de loisirs.

2Dans ce dossier, coordonné par Catherine Fournet-Guérin, les articles illustrent l’articulation entre stratification sociale, pratiques de loisirs et transformations urbaines. L’émergence de nouvelles classes moyennes et d’un « désir diffus de globalisation » renforce une demande qui vient souvent concurrencer dans l’espace les pratiques de loisirs des pauvres. Le temps libre est-il nécessairement employé à la consommation ? et à quel prix ? Entre distractions gratuites et distractions payantes, c’est toute la question de la privatisation ou de la défense des espaces publics qui est en jeu.

3On perce alors une contradiction entre des sociabilités qui font vivre la ville ordinaire et d’autres qui, profitant des politiques urbaines, s’appliquent à transférer la norme globalisée de la ville récréative. Le choix de cette focale permet de saisir les effets indirects, sur le temps long, des programmes d’ajustement structurels et de libéralisation des économies des années 1990. Distinction sociale, négociations avec les assignations de genre, séparation des espaces, voilà qui vient nourrir la grille intersectionnelle dans les études urbaines au Sud. Pratiquer ses loisirs quelque part est aussi, pour beaucoup de ces citadins, une forme de résistance discrète témoignant d’une agentivité politique et citoyenne.

4Aller au café au Caire, c’est en soi une pratique qui révèle à la fois la restauration autoritaire qui a suivi l’épisode révolutionnaire de 2011 et les effets de la libéralisation économique accélérée depuis les années 1990. Florian Bonnefoi explore là le kaléidoscope des situations articulant genre, classe et âge dans une ville de plus en plus segmentée à tous les points de vue.

5A l’opposé, le Ouagadougou des théâtres, exploré par Karolina Svobodova, pourrait servir de contre-exemple. Dans le foisonnement des initiatives, plus ou moins institutionnalisées, les entrepreneurs culturels et les professionnels du théâtresont soucieux de l’accessibilité des lieux de culture pour les classes populaires. Lieux ouverts, cours, plein-air favorisent une familiarisation avec le théâtre pour des habitants qui ne fréquentent guère d’habitude les établissements dédiés, jusqu’à constituer un contrepoint saisissant au modèle international du quartier culturel.

6Que fait-on de son temps libre sur les trottoirs de Mexico ? En sélectionnant des trottoirs dans des tissus urbains différenciés, depuis les quartiers populaires informels qui en sont tout simplement dépourvus jusqu’aux quartiers aux normes de l’urbanisme international, Guénola Capron et Jérôme Monnet proposent une typologie des usages et des coprésences sur les trottoirs. Ils révèlent ainsi des spatialités marquées par la porosité plus ou moins grande entre espace public et espace privé et éclairent les évitements et les régulations, depuis la plus grande précarité jusqu’à la stérilisation imposée des usages autres que circulatoires.

7Une fois n’est pas coutume, c’est par la pêche de loisir qu’Emmanuelle Peyvel, Ngọc Thắng Dương et Cẩm Thi Trần proposent de faire de la géographie urbaine. A Hồ Chí Minh Ville, les pêcheurs amateurs ne sont pas partout les mêmes. En centre-ville, où les classes populaires bravent les restrictions d’accès pour jouir malgré tout de la lenteur, de la gratuité et de la flânerie dans la fraîcheur des canaux, la pêche a de multiples fonctions socioculturelles. En périphérie, les lieux de pêche entrepreneuriaux et régulés attirent les classes moyennes qui apprécient la sélectivité d’un accès marchandisé à la nature.

8Il n’est décidément pas simple de pratiquer un sport de loisir dans des villes où cette question n’est pas prise en compte dans l’aménagement. Luc-Roger Mballa Bekolo, Antoine Marsac et Patrick Bouchet déclinent les manières dont les joueurs de football amateurs usent pour pallier le manque d’infrastructures sportives, alors même que la ville a tout misé sur des stades monumentaux pour les événements internationaux. De même, à Dakar, François Singue Diouf et Meissa Birima Fall montrent que les plages, espaces festifs nocturnes des classes populaires, avoisinent bars, restaurants et discothèques formels dont les tarifs en font des établissements plus élitistes.

9C’est dans cette même veine que la rubrique Sur l’écrit propose une lecture par Lucien Orio du dernier ouvrage écrit par Jean-Pierre Augustin (avec Pascal Gillon), spécialiste des cultures et des loisirs urbains, brutalement disparu cet été.

10La rubrique Sur l’image restitue quant à elle une expérience de « film-recherche » dans d’autres quartiers populaires d’une ville du Sud, en banlieue méridionale de Beyrouth, contrôlée militairement par le Hezbollah et marquée par l’importance du logement informel dans des quartiers qui ont accueilli des réfugiés palestiniens et syriens. Rouba Kaedbey relate la manière dont la présence de la caméra sur le terrain donne toute leur place à la sensorialité des lieux, à l’émergence d’un « paysage-personnage », à la corporéité, facilitant l’appropriation de la situation d’enquête par les « filmés ». Elle montre aussi que le dérushage, le montage et la projection-débat sont des moments analytiques particulièrement féconds.

11Avoir du temps devant soi et les moyens d’accéder à des espaces de loisirs légitimes dans la ville d’aujourd’hui : ce qui aurait pu sembler banal est donc éclairé à nouveaux frais par ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Weber, « Temps libre, espaces libres ? »EchoGéo [En ligne], 61 | 2022, mis en ligne le 30 septembre 2022, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/24149 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.24149

Haut de page

Auteur

Serge Weber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search