Navigation – Plan du site

Accueilnumeros62Sur le ChampUn système alimentaire métropolit...

Sur le Champ

Un système alimentaire métropolitain à São Paulo

La place des marchés de gros dans la gouvernance urbaine
Angèle Proust

Résumés

Dans cet article il est question d’interroger la place des marchés de gros dans le système alimentaire de São Paulo et d’évaluer leur potentiel en termes de gouvernance urbaine pour la métropole. Les marchés de gros polarisent des denrées produites à une échelle continentale et assurent un approvisionnement constant jusque dans les marges. Pourtant, le caractère hautement centralisé de la distribution alimentaire témoigne aussi des fragilités d’un système de production déterritorialisé qui tend à favoriser les espaces lointains au détriment de la ceinture maraîchère métropolitaine. Nous nous appuierons sur cet exemple pour interroger la résilience et la durabilité du système alimentaire à São Paulo et discuter la mise en œuvre d’une gouvernance alimentaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans une métropole émergente comme São Paulo, les circuits d’approvisionnement alimentaire sont indissociables de la gouvernance urbaine qui oriente les relations politiques des citoyens à leur espace de vie. Dans ce cadre, les marchés de gros influencent les dynamiques économiques et politiques de la ville en centralisant puis en redistribuant les marchandises aux commerces de détail. Au Brésil, on distingue le commerce atacado – achat en grande quantité destiné à la revente – du commerce varejo – vente de détail au consommateur final. À São Paulo, ce système est dominé par la Ceagesp (Companhia de entrepostos e de armazéns gerais de São Paulo), plus grand marché de gros du continent latinoaméricain où circulent en moyenne 76 000 véhicules par semaine (Ceagesp, 2021). C’est dans cet entrepôt situé dans la zone ouest de la ville que viennent s’approvisionner les commerçants au détail de toute la métropole afin d’alimenter les 21,7 millions d’habitants que compte la région métropolitaine de São Paulo (RMSP) (Mobilidados, 2019).

2Ce travail s’inscrit dans une recherche doctorale qui porte sur l’agriculture urbaine et l’accès à l’alimentation dans les marges de São Paulo. Dans cette recherche il est question d’évaluer le potentiel commercial de l’agriculture urbaine et son niveau d’intégration au système d’approvisionnement urbain. Les premiers résultats montrent un niveau d’intégration relativement faible de l’agriculture urbaine aux circuits de distribution alimentaire classiques incarnés en premier lieux par la Ceagesp. Ce constat nous a amené à élargir nos recherches à la ceinture maraîchère où les exploitations qui produisent des légumes-feuilles (hortaliças-folhosas) sont davantage consolidées et généralement mieux intégrées au système d’approvisionnement. Nous nous sommes intéressés à ces produits tout d’abord car ils sont cultivés à proximité des foyers de consommation ce qui motive l’ancrage territorial et commercial des systèmes alimentaires. Ils sont également très recherchés par les Brésiliens en toute saison, incitant les producteurs à cultiver des laitues en été malgré les pluies torrentielles qui peuvent s’abattre sur leurs cultures.

  • 1 Le centre historique de São Paulo désigne les quartiers de l’ultra-centre tombés en désuétude dans (...)

3Notre méthodologie s’appuie sur des enquêtes de terrain et des entretiens réalisés auprès d’acteurs institutionnels et non institutionnels du système alimentaire de São Paulo. Nous avons interrogé des agents du Secrétariat de l’agriculture et de l’approvisionnement (SAA) de l’État de São Paulo ainsi que des représentants du Secrétariat exécutif municipal de l’approvisionnement de la commune de São Paulo. Ce dernier gère les infrastructures de commerce alimentaire au niveau municipal tels que les marchés de gros, les épiceries municipales et les marchés de rue. Les entretiens institutionnels effectués avec des administrations ont été ponctués par des entretiens libres menés avec des intermédiaires commerciaux rencontrés dans les marchés de rue et les marchés de gros. Nous avons réalisé 19 entretiens semi-directifs de ce type, dont la plupart dans la Central de Abastecimento do Pátio do Pari, un marché de gros municipal situé dans le centre historique1 de São Paulo.

4Cet article interroge le rôle des intermédiaires commerciaux dans l’élaboration d’un système alimentaire territorialisé à São Paulo. Nous chercherons d’abord à analyser le rôle des marchés de gros et à évaluer leur capacité de prise en compte des différents acteurs de la chaîne d’approvisionnement. Puis nous analyserons le contexte spatial dans lequel évolue la ceinture maraîchère de São Paulo de manière à rendre compte des fluctuations de ce territoire en mutation. Enfin, il sera question de montrer les interdépendances qui existent entre le système de production et le système de distribution afin de discuter les perspectives de mise en place d’un système alimentaire territorialisé au sein de la métropole.

Approvisionner la métropole : les marchés de gros au cœur d’un réseau d’acteurs

  • 2 À l’origine rattachée à l’État de São Paulo, la Ceagesp a été fédéralisée en 1997 pour être gérée p (...)

5À São Paulo, les circuits de distribution alimentaire sont fortement hiérarchisés. Au sommet du réseau se trouve la Ceagesp, entreprise privée gérée par l’État fédéral depuis 19972. Cette compagnie d’entrepôts, la plus grande du continent, est un instrument majeur d’affirmation de la présence de l’État brésilien dans cette métropole émergente qui devance tous les indicateurs de développement à l’échelle nationale. La Ceagesp est à la tête d’un réseau de 23 Ceasas (Centrais estaduais de abastecimento) réparties dans les principaux États de l’union. Cette organisation témoigne de la politique de modernisation du commerce de gros mise en place dans les années 1960 par le gouvernement fédéral qui structure depuis la distribution de fruits et légumes (Grandjean, 2002).

  • 3 Un sacolão (pl. sacolões) désigne littéralement un grand sac. Par métonymie, il s’agit d’un magasin (...)

6L’illustration 1 représente les principaux espaces de distribution alimentaire à São Paulo avec une distinction opérée entre les acteurs privés et les acteurs publics ainsi qu’un figuré différenciant les commerces de gros des commerces de détail. Dans les commerces de gros nous retrouvons en premier lieu la Ceagesp qui approvisionne en grande partie les trois autres principaux marchés de gros : la Central de Abastecimento do Pátio do Pari ; la CEASA Grande ABC ; et la Central de abastecimento Leste. Pour les enseignes de détail nous avons représenté les seize épiceries municipales (sacolões3) spécialisées dans le commerce de fruits et légumes ainsi que les supermarchés des trois principales enseignes au Brésil que ce sont Carrefour, Assaí Atacadista et Atacadão. Enfin, les onze marchés municipaux (mercados municipais) figurent comme étant à la fois des commerces de gros et des commerces de détail tant leur rôle initial de commerce de gros a été progressivement détourné au profit d’un rôle touristique et patrimonial.

7En effet, les marchés municipaux de São Paulo sont aujourd’hui des intermédiaires secondaires, voire finaux, de l’approvisionnement municipal. Il s’agit davantage de lieux de gastronomie que de véritables marchés de gros, qui retracent l’histoire du peuplement et des migrations dans chaque quartier. Par exemple, le marché municipal de São Miguel dans la zone est typique de la gastronomie du Nordeste, tandis que celui de Santo Amaro dans la zone sud est plutôt tourné vers la nourriture allemande. Pour ce qui est du marché municipal de São Paulo, ou simplement Mercadão, il s’agit d’un lieu de patrimoine et de gastronomie majeur dans la ville. Mais ce lieu, déjà très touristique, s’est définitivement éloigné de son rôle dans la chaine publique d’approvisionnement suite à sa privatisation en 2021 par le consortium Novo Mercado Municipal.

Illustration 1 - Un réseau d’acteurs du système alimentaire pour approvisionner la métropole

Illustration 1 - Un réseau d’acteurs du système alimentaire pour approvisionner la métropole

Auteur : Angèle Proust, 2022.

8Ainsi la Ceagesp, de par son statut quasi-monopolistique à São Paulo, pilote l’organisation de toute la distribution alimentaire à l’échelle métropolitaine. Son fonctionnement repose sur le travail des permissionnaires (permissionários) qui louent un box pour recevoir, stocker et distribuer les marchandises dans l’enceinte du marché. Selon le contrat qu'ils ont signé, ces derniers peuvent travailler avec les produits et les fournisseurs de leur choix du moment qu’ils respectent l’orientation de chaque secteur du marché. Caio est permissionnaire à la Ceagesp, spécialisé dans l’importation de fruits : « Ici, chaque secteur possède un type de marchandises. Si le commerçant vend quelque chose qui n’est pas de son secteur, il prend une amende » (verbatim, entretien mené en juillet 2022). Caio explique que les permissionnaires privilégient les importations de marchandises en provenance du Brésil, mais qu’ils n’hésitent pas à se fournir au Chili et en Argentine à certaines saisons de l’année. De son côté, le marché régule aussi la commercialisation et encourage la revente directe au sein de l’agglomération plutôt que les exportations. C’est ce qu’explique Thiago de Oliveira, chef de la section Économie et développement de la Ceagesp qui déclare que « La plupart [des marchandises] reste ici à São Paulo, environ 70 %. Le reste reste dans l'État de São Paulo, environ 10,15 %, et le reste va dans d'autres États. Mais très peu [de marchandises] partent à l'étranger » (verbatim, entretien mené en août 2022).

9Au niveau local, la Ceagesp a deux principaux clients : les supermarchés et les commerçants ambulants des marchés de rue communément appelés feirantes. Dans le cadre de notre recherche qui porte sur les liens entre les marchés de gros et les producteurs de la ceinture maraîchère, nous avons davantage travaillé sur les marchés de rue que sur les supermarchés. En effet, nous avons pu constater que les supermarchés ont le plus souvent recours à des producteurs extérieurs pour s’approvisionner en légumes-feuilles et qu’ils passent rarement par les marchés de gros pour ce type de produits. La ville de São Paulo compte donc 942 marchés de rue4 et 11 931 feirantes actifs selon le coordinateur du Secrétariat exécutif municipal d’approvisionnement Carlos Fernandes (entretien mené en juin 2022).

10Nous nous sommes intéressé à un marché clé de São Paulo qui est la Feira do Parque Dom Pedro. Ce marché est ouvert 24h/24 pour répondre à la demande constante motivée par la présence des bus de nuit empruntés par les travailleurs précaires. Sur l’illustration 2, nous pouvons voir Jaira vendre des barquettes de légumes pré-découpés pour faciliter la préparation des repas. Ce marché, implanté à un endroit stratégique, favorise l’accès à des aliments frais. Les produits proposés par Jaira proviennent exclusivement de la Ceagesp. Cette organisation du système de distribution permet de couvrir les points de vente stratégiques dans le centre, mais qu’en est-il des régions urbaines marginalisées ?

Illustration 2 -  Feira do Parque Dom Pedro (à gauche) et stand « La Barraca da Bahia » où travaille Jaira (à droite), São Paulo

Illustration 2 -  Feira do Parque Dom Pedro (à gauche) et stand « La Barraca da Bahia » où travaille Jaira (à droite), São Paulo

Auteur : Angèle Proust, juin 2022.

11Le système commercial coordonné par les marchés de gros témoigne, selon les dires des institutions elles-mêmes, d’un certain manque de « modernité » qui le rendrait moins compétitif face à la grande distribution. En effet, depuis les années 1990 en Amérique latine, le modèle standardisé de la grande distribution a progressivement imprégné l’ensemble de la société, bouleversant les modes d’approvisionnement des populations, et ce notamment dans le secteur des fruits et légumes frais (Reardon et Berdegué, 2002). Ces filières reposent le plus souvent sur des achats directs auprès des producteurs, puis sur l’acheminement des denrées grâce à des intermédiaires internes à l’entreprise donnant lieu à une chaine commerciale plus rapide et connectée jusqu’au consommateur. On observe également que, de manière générale, l’amélioration des conditions de commercialisation et le développement des transports routiers ont largement bénéficié à ces entreprises qui ont su diminuer les temps de transport, réduire le coût des intermédiaires et assurer de meilleures conditions de transport aux produits (Gouyon, 1995). Cette capacité à connecter les deux bouts de la chaîne alimentaire explique que les circuits de la grande distribution fournissent désormais la majeure partie de l’offre alimentaire à une échelle globale au détriment de la compétitivité des autres circuits de distribution (Pimbert, 2009). De manière logique, c’est donc dans les ceintures maraîchères que les circuits de distribution vont chercher les produits les plus fragiles comme les légumes-feuilles, cherchant à réduire au maximum les temps de transport et le nombre d’intermédiaires.

La ceinture maraîchère à São Paulo : un territoire en mutation

12Les ceintures maraîchères désignent des espaces aux portes des villes spécialisés dans les cultures de produits frais. Jusqu’au XXe siècle, ces dernières faisaient partie du schéma classique d’approvisionnement alimentaires des villes (Poulot, 2014). À São Paulo, la spécificité de la ceinture maraîchère est renforcée par les nombreux espaces végétalisés – forêts, pâtures, zones humides, sources – stratégiques pour la métropole. La ceinture maraîchère de São Paulo a été intégrée en 1994 à la réserve de biosphère de la Forêt Atlantica (RBMA) de l’Unesco, donnant lieu à la création la même année de la réserve de biosphère de la ceinture maraîchère de São Paulo (RBCVSP). L’illustration 3 présente les espaces de la ceinture maraîchère selon leur niveau d’occupation par des terres agricoles. Cette carte montre ainsi le déploiement de la tache urbaine de l’agglomération qui occupe un environnement composite entre des terres agricoles et des zones à prédominance végétale.

  • 5 Les Panc sont une catégorie de plantes souvent considérées à tort comme des adventices mais qui pos (...)

13La ceinture maraîchère est particulièrement importante pour la métropole dans la production de légumes-feuilles. Selon Thiago de Oliveira de la Ceagesp, « 90 % des légumes-feuilles qui arrivent au Ceagesp viennent de la région, de la ceinture maraîchère » (verbatim, entretien mené en août 2022). Notons que cette catégorie inclut aussi les légumes-fleurs mais se distingue des légumes-fruits – concombre, tomate, aubergine, courgette – peu présents à São Paulo. Les principales variétés de légumes-feuilles produites à São Paulo sont les laitues (Lactuca sativa) comme la feuille de chêne (var. crespa) ou la romaine (var. longifolia). On trouve également différentes variétés de choux (Brassica oleracea) comme le chou-rave (var. gongylodes), le chou-fleur (var. botrytis) ou le brocoli (var. italica). Dans cette catégorie on range également les aromates comme la coriandre (Coriandrum sativum) et le persil (Petroselinum crispum). On peut également y inclure les « plantes alimentaires non conventionnelles5 » (Panc) de plus en plus recherchées par les consommateurs comme le chou caraïbe (Xanthosoma sagittifolium), le groseillier des barbades (Pereskia aculeata), l’oseille de Guinée (Hibiscus sabdariffa), ou encore le peixinho-da-horta (Stachys byzantina).

Illustration 3 - À São Paulo, une ceinture maraîchère spécialisée dans les légumes-feuilles

Illustration 3 - À São Paulo, une ceinture maraîchère spécialisée dans les légumes-feuilles

Auteur : Angèle Proust, 2022.

14Les données statistiques du dernier recensement agricole réalisé à l’échelle nationale par l’Institut brésilien de géographie et de statistiques (IBGE) en 2017 permettent de connaître le nombre d'exploitations consacrées à l’agriculture maraîchère dans chaque commune. Dans l’État de São Paulo, sur les 26 006 exploitations avec de l’agriculture maraîchère, 2 453 se trouvent dans les communes de Piedade et Ibiúna, à l’ouest de la métropole, ce qui équivaut à 9,5 % des exploitations totales. Ces communes constituent le premier pôle de production maraîchère de l’État de São Paulo avec 343 485 tonnes de produits maraîchers cultivés en 2017 (IBGE, 2017). Les données montrent ensuite que Mogi das Cruzes et Suzano, à l’est de la métropole, comptabilisent 1 156 exploitations consacrées à l’agriculture maraîchère. Ces communes ont produit 138 969 tonnes de produits maraîchers en 2017 et constituent le deuxième pôle de la ceinture maraîchère (IBGE, 2017).

15En observant les volumes de production à Piedade, Ibiúna, Mogi das Cruzes et Suzano, on constate que ce sont les laitues qui sont produites en plus grande quantité dans chaque cas, suivies des choux et de la coriandre (IBGE, 2017). Dans les marchés de gros comme la Ceagesp, la plupart de ces produits sont livrés directement par les producteurs en véhicule utilitaire, au contraire des autres marchandises qui arrivent généralement par camion avec un transporteur. Cette différence témoigne à la fois du manque de moyen des petits agriculteurs maraîchers, mais aussi du fait qu’ils ont des volumes de production plus modestes qui ne justifient pas l’utilisation d’un camion de livraison. L’illustration 4 montre le hall central de la Ceagesp où a lieu tous les jours la vente en gros de légumes-feuilles. On y distingue des choux-chinois (Brassica rapa subsp. pekinensis) au premier plan et plusieurs autres types de légumes-feuilles.

Illustration 4 - Vente en gros de légumes-feuilles dans le hall central de la Ceagesp, São Paulo

Illustration 4 - Vente en gros de légumes-feuilles dans le hall central de la Ceagesp, São Paulo

Auteur : Angèle Proust, juillet 2022.

16Les données recueillies sur la hiérarchie des pôles de production de la ceinture maraîchère s’accompagnent de plusieurs témoignages qui affirment qu’autrefois, le pôle principal de la ceinture maraîchère se trouvait à Mogi das Cruzes et à Suzano, mais que la pression foncière est telle dans cette région que l’agriculture y est en baisse significative. C’est ce qu’explique cet intermédiaire de la Central de Abastecimento do Pátio do Pari et ancien producteur à Mogi das Cruzes : « En réalité il n’y a plus de ceinture maraîchère à Mogi parce que … même moi qui ai grandi là-bas dans l’agriculture je ne veux plus y travailler […]. Aujourd’hui l’agriculture c’est Ibiúna » (verbatim, entretien mené en juin 2022). C’est aussi ce que dénonce ce commerçant qui travaille avec des agriculteurs à Ibiúna : « Je crois qu’Ibiúna et Piedade ont déjà dépassé Mogi. En réalité ce n’est pas qu’elles ont tellement augmenté, c’est Mogi qui a beaucoup diminué » (verbatim, entretien mené en juin 2022).

17Les acteurs interrogés déclarent que l’étalement urbain est la conséquence de la multiplication des complexes immobiliers de haut standing dans la région. À l’image du projet de la Paradise Gardens à Mogi das Cruzes6 , les projets de résidence privée qui cherchent à occuper les terres agricoles se multiplient, au risque d’encourager les agriculteurs à vendre leurs terres plutôt qu’à les cultiver. Soulignons également que le poids de l’insécurité qui règne dans ces espaces est un facteur important qui pousse les agriculteurs à vouloir quitter leur activité. C’est ce dont témoigne Simone, agricultrice à Embu-Guaçu dans la zone sud de São Paulo où elle pratique l’agroécologie et l’agroforesterie depuis trente ans : « Avec cette urbanisation, on court beaucoup de risques, des risques d’agression, d’irruption dans la propriété. On a un collègue qui a déjà été séquestré […]. Quand c’était vraiment rural ici, on n’avait pas ces difficultés » (verbatim, entretien mené en mars 2021). À la différence de Mogi das Cruzes, il s’agit ici d’une forme d’étalement urbain caractéristique d’un habitat d’auto-construction et par la présence de factions criminelles qui contrôlent les marges. Nous pouvons donc en conclure que la spéculation urbaine constitue un facteur de vulnérabilité pour les agriculteurs qui, de fait, tend à déstabiliser le système de production tout entier.

18Comme l’ont montré ces différents éléments, le poids démographique de la métropole de São Paulo a des conséquences directes sur la fragmentation de la ceinture maraîchère (Pintaudi et Allessandri Carlos, 1996). En outre, il ne s’agit pas d'un phénomène récent puisque cette accélération de la croissance démographique s’observe à partir des années 1950 où la population de l’agglomération passe de 2,6 millions d’habitants à 15,4 millions en 1990. Depuis, la croissance a légèrement ralenti mais continue de progresser à un rythme lent (Théry, 2016). De la même manière, l’industrialisation des modes de consommation et les changements de pratiques alimentaires fragilisent le rôle de la ceinture maraîchère dans le système alimentaire.

Le maraîchage métropolitain face aux perturbations de la santé publique

19Les systèmes alimentaires font face à plusieurs défis, celui de maintenir des espaces de production à proximité des villes malgré la pression urbaine accrue et celui de planifier la distribution pour atteindre les consommateurs. Or, cette organisation somme toute classique du système alimentaire doit faire face à de nouvelles problématiques socio-économiques mises en lumière par la pandémie de Covid-19 qui influent sur la santé nutritionnelle des populations. Selon le Réseau brésilien de recherche en souveraineté et sécurité alimentaires et nutritionnels (Rede PENSANN), il y a aujourd’hui 33,1 millions d’individus en situation d’insécurité alimentaire dans le pays, ce qui représente 15,5 % de la population, contre seulement 14 millions en 2019. Ces chiffres montrent une situation d’insécurité alimentaire équivalente à celle d’il y a 20 ans, avant que les grands programmes de lutte contre la faim comme Fome Zero (Faim Zéro) et la Bolsa Familia (Bourse famille) ne fassent leur entrée sur l’échiquier politique (PENSANN, 2021).

  • 7 En 2013, la consommation recommandée de fruits et légumes retenue par l’enquête correspondait à la (...)

20Dans cette situation, et alors que les populations rurales se tourneraient plutôt vers l’agriculture familiale comme solution d’urgence, les populations urbaines ont tendance à intensifier leur consommation de produits industriels bon marché. C’est d’autant plus le cas dans une métropole comme São Paulo que la fragmentation des terres agricoles offre peu de possibilités de recourir à une agriculture d’autosubsistance. On associe ainsi l’urbanisation rapide des villes émergentes à une augmentation des maladies chroniques liées à des situations de malnutrition par carence (Bricas et al., 2017). C’est ce qu’ont pu observer les enquêtes menées à l’échelle nationale sur le budget des familles et sur la santé. Dans l’État de São Paulo, 30,8 % de la population se trouve en situation d’insécurité alimentaire (Pesquisa de Orçamento Familiares, 2017-2018) et seulement 16 % adopte une consommation recommandée de fruits et légumes en 2019 contre 42,8 % en 20137 (Pesquisa Nacional de Saúde, 2013 ; Pesquisa Nacional de Saúde, 2019).

21Pour renforcer l’offre alimentaire à l’échelle de la ville, les pouvoirs publics encouragent donc la multiplication des exploitations agricoles urbaines qui se sont avérées essentielles à l’équilibre et au bien-être des populations pendant la pandémie. Leur fréquentation aurait ainsi augmenté durant la crise sanitaire pour compenser l’insécurité alimentaire et la précarisation de la population (Girotti Sperandio et al., 2021). La pandémie aura permis de montrer l’importance de conserver des liens directs et des relations inter-personnelles entre les acteurs pour permettre une plus grande résilience de la chaîne alimentaire (Thilmany et al., 2021). Le contexte actuel appelle ainsi à renforcer la nature dynamique des chaînes d’approvisionnement et leur capacité de résilience face aux perturbations (Ponomarov et Holcomb, 2009). Dans ce cadre, l’enjeu de mettre en place des politiques d’approvisionnement alimentaire pour promouvoir la sécurité alimentaire des urbains se mêle au développement de filières agricoles pourvoyeuses de systèmes alimentaires durables et territorialisés (Balineau, 2019). Se pose alors la question de la capacité d’action des acteurs de la ceinture maraîchère dans le processus de gouvernance urbaine pour repenser l’approvisionnement au profit des populations locales, qu’elles soient productrices ou consommatrices.

  • 8 Governo do Estado de São Paulo, Secretaria de Infraestrutra e Meio Ambiente, Instituto Florestal. U (...)

22Par ailleurs, la ceinture maraîchère qui est censée garantir une partie de la sécurité alimentaire des villes doit aussi répondre à un panel de fonctions environnementales (protection des sols et de la biodiversité, lutte contre le dérèglement climatique, protection contre l’étalement urbain)8. À ce titre, le rapport scientifique One Health souligne l’importance d’adopter une approche de santé intégrée et unificatrice qui mette en lien la santé des humains, des animaux, des plantes et de l’environnement. Dans cette logique, la capacité à fournir aux populations des aliments sains et nutritifs tout en préservant les écosystèmes est un élément central pour prévenir l’apparition de futures pandémies (Conseil scientifique COVID-19, 2022). Nous proposons alors d’inclure la ceinture maraîchère dans un programme de valorisation de la biorégion urbaine de São Paulo à travers une politique de gestion collective et locale du territoire qui soit en mesure d’influencer les formes de gouvernance urbaine de la métropole (Magnaghi, 2014). Il s’agirait également d’anticiper les crises pour ne plus dépendre d’une structure d’approvisionnement centralisée et de constituer des échelles de gouvernance à taille humaine qui respectent la morphologie du territoire et des écosystèmes (Sale, 1985).

Discussion

23Protéger et conserver les ceintures maraîchères et l’agriculture de proximité apparaît comme un enjeu de santé publique qui requiert des choix politiques. À São Paulo, ces choix sont guidés par la convergence d’enjeux sanitaires et environnementaux où l’agriculture est mobilisée comme instrument d’anticipation et de gestion des crises. C’est ce que montre le projet Ligue os Pontos qui vise à promouvoir la durabilité sociale et environnementale dans les marges de São Paulo grâce à l’agriculture, présentée comme une forme d’occupation du sol capable de contenir l’avancée de l’étalement urbain et donc de préserver les espaces naturels de l’urbanisation (Ligue os Pontos, 2020). Cette alliance de l’agriculture et de l’environnement est renforcée par des programmes comme le Cinturão + Verde de la Fondation Getúlio Vargas (FGVces, 2022) qui vise à évaluer la capacité de résilience de l’agriculture face aux changements climatiques. Le programme décrit les techniques adoptées par les agriculteurs pour s’adapter à ces changements. Par exemple, certains agriculteurs déclarent diversifier leur production en laissant de côté les légumes-feuilles les plus fragiles comme la laitue au profit des tubercules – manioc, patate douce, igname – et des plantes alimentaires non conventionnelles (Panc).

  • 9 Dans le cadre de la lutte contre la dengue à São Paulo, les bassines d’eau stagnante dont les agric (...)

24Or, cet engouement récent pour l’agriculture contraste avec le discours hygiéniste fréquemment entendu sur l’agriculture dans les marges, perçue comme une menace de santé publique et accusée par les pouvoirs publics de favoriser la prolifération des zoonoses en ville9. Ce discours à deux vitesses reflète un système de valeur où les agriculteurs doivent d’abord répondre à certaines normes sanitaires avant d'être considérés comme de bons agriculteurs. De plus, on perçoit que ces actions sont conduites par les pouvoirs publics en vue de protéger l’environnement et non comme une politique publique centrée sur la sécurité alimentaire des populations. L’agriculture est alors un bénéficiaire collatéral des logiques qui visent à protéger le cadre de vie de la métropole. Dans cette idée, on constate que les différents services écosystémiques fournis par l’agriculture à la société en viennent à camoufler le rôle productif et alimentaire de l’agriculture. La ceinture maraîchère apparaît alors comme une notion proactive portée par les urbains dans le but de valoriser des espaces nécessaires à leur bien-être. La question de l’approvisionnement alimentaire qui n’est pas centrale dans cette démarche, est utilisée comme support sans que des bénéfices directs puissent être constatés pour les populations.

Conclusion

25Cet article interroge la manière dont le système alimentaire de São Paulo est traversé par de multiples enjeux qui en font un espace politisé et stratégique dans la gouvernance urbaine de la métropole. Pour étayer notre argumentaire nous nous sommes appuyés, d’une part, sur le réseau public des marchés de gros et, d’autre part, sur la ceinture maraîchère et ses deux principaux pôles de production spécialisés dans la culture de légumes-feuilles. Or, tandis que le système de distribution s’organise sur la base d’un seul marché de gros qui pilote tous les autres, la production maraîchère repose sur une multitude de petits producteurs qui définissent les contours d’un système alimentaire ancré dans la métropole. Ces derniers mettent alors en lumière les interdépendances entre la ville et ses espaces productifs. Au-delà de son rôle productif on perçoit alors que la ceinture maraîchère de São Paulo est confrontée, d’une part, à des logiques de prédation qui provoquent son morcellement et, d’autre part, à des mécanismes de valorisation environnementale qui témoignent d’une instrumentalisation de ses espaces. Dans un cas comme dans l’autre, la ville joue de ses facultés d’attraction pour définir son aire d’influence au sein de la métropole.

26Au regard de cette analyse, on comprend que le système alimentaire est conditionné par des rapports de pouvoir qui définissent les relations entre les populations locales et les pouvoirs publics dans la métropole. À ce titre, il s’agit d’un instrument majeur de la gouvernance urbaine qui apparaît comme le résultat de négociations entre les différents acteurs cherchant à réguler et à organiser le territoire autour d’eux. La mise en lumière du rôle politique et économique du système alimentaire permet alors de décrypter l’organisation de la métropole pour envisager son renouvellement en faveur de ses habitants.

27Bibliographie

Haut de page

Bibliographie

Balineau G., 2019. Marché et logistique. Synthèse des discussions et conclusions. In Debru J., Albert S., Bricas N., Conaré D., Politiques alimentaires urbaines. Actes de la rencontre internationale sur les expériences en Afrique, Amérique latine et Asie, p. 59-62. [En ligne sur HAL]. URL: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01995460

Bricas N., Barles S., Billen G., Routhier J.-L., 2017. Les enjeux de l’urbanisation pour la durabilité des systèmes alimentaires. In Brand C., Bricas N., Conaré D., Daviron B., Debru J., Michel L., Soulard C.-T., Construire des politiques alimentaires urbaines. Concepts et démarches [disponible en ligne], Versailles, Éditions Quæ, p. 19-42. URL: https://books.openedition.org/quae/30472

Conseil scientifique Covid-19, 2022. « One Health » - Une seule santé. Santé humaine, animale, environnement : les leçons de la crise [disponible en ligne], Ministère de la santé et de la prévention, 24 p. URL: https://sante.gouv.fr/IMG/pdf/contribution_conseil_scientifique_8_fevrier_2022_one_health.pdf

Girotti Sperandino A. M., Bonetto B., Fraga Lima T., Conceição Guarnieri J., 2022. Cidades pequenas e agricultura urbana no contexto da pandemia Covid-19. Revista de arquitetura, cidade e contemporaneidade [disponible en ligne], vol. 6, n° 20, p. 312-327. DOI: https://doi.org/10.15210/pixo.v6i20.20912

Gouyon A., 1995. Compétitivité des filières et rôle des intermédiaires : Commercialisation de la production paysanne de caoutchouc naturel. Économie rurale [En ligne sur Persée], n° 228, p. 11-17. URL: https://www.persee.fr/doc/ecoru_0013-0559_1995_num_228_1_4741

Grandjean P., 2002. L’évolution des cultures liées au marché interne : une approche des disparités sociales et spatiales du Brésil contemporain. Cahiers des Amériques latines [En ligne], n° 40, p. 95-106. URL: http://journals.openedition.org/cal/6896 - DOI: https://doi.org/10.4000/cal.6896

IBGE, 2017. Censo Agropecuário. Tabela 6953 - Número de estabelecimentos agropecuários com horticultura [Table n° 6953 – Nombre d’exploitations maraîchères. Recensement agricole] [En ligne sur le site de l’IBGE]. URL: https://sidra.ibge.gov.br/Tabela/Descricao/6953

Magnaghi A., 2014. La biorégion urbaine : petit traité sur le territoire bien commun. Eterotopia France, 176 p.

PENSANN, 2021. Food Insecurity and Covid-19 in Brazil. National Survey of Food Insecurity in the Context of the Covid-19 Pandemic in Brazil. Rede PENSSAN. [disponible en ligne]. URL: https://pesquisassan.net.br/olheparaafome/

Pimbert M., 2009. Towards Food Sovereignty. International Institute for Environment and Development [disponible en ligne], n° 141, 20 p. URL: http://pubs.iied.org/sites/default/files/pdfs/migrate/14585IIED.pdf?

Pintaudi S. M., Allessandri Carlos A. F., 1996. L’espace et l’industrie dans l’état de São Paulo (Brésil). Cahiers d’outre-mer [En ligne sur Persée], n° 193, p. 31-52. URL: https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1996_num_49_193_3595

PNS (Pesquisa Nacional de Saúde), 2013. Percepção do estado de saúde, estilos de vida e doenças crônicas [Perception de l’état de santé, du style de vie et des maladies chroniques]. IBGE [En ligne sur le site de l’IBGE]. URL: https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/saude/29540-2013-pesquisa-nacional-de-saude.html?edicao=9161&t=resultados

PNS (Pesquisa Nacional de Saúde), 2019. Percepção do estado de saúde, estilos de vida, doenças crônicas e saúde bucal [Perception de l’état de santé, du style de vie et des maladies chroniques]. IBGE [En ligne sur le site de l’IBGE]. URL: https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/saude/9160-pesquisa-nacional-de-saude.html?edicao=29270&t=resultados

POF (Pesquisa de Orçamentos Familiares), 2017-2018. Análise da segurança alimentar no Brasil [Domiciles individuels permanents, par situation de sécurité alimentaire existant dans le domicile]. IBGE [En ligne sur le site de l’IBGE]. URL: https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/saude/24786-pesquisa-de-orcamentos-familiares-2.html?edicao=28708&t=resultados

Ponomarov S. Y., Holcomb M. C., 2009. Understanding the concept of supply chain resilience. The International Journal of Logistics Management, vol. 20, n° 1, p. 124-144.

Poulot M., 2014. Agriculture et ville : des relations spatiales et fonctionnelles en réaménagement. POUR [disponible sur Cairn], n° 224, p. 51-66. URL: www.cairn.info/revue-pour-2014-4-page-51.htm?ref=doi – DOI : https://doi.org/10.3917/pour.224.0051

Reardon T., Berdegué J. A., 2002. The Rapid Rise of Supermarkets in Latin America: Challenges and Opportunities for Development. Development Policy Review [disponible en ligne], vol. 20, n° 4, p. 371-388. URL: https://www.rimisp.org/wp-content/files_mf/135905301017.pdf

Sale K., 2000, Dwellers in the Land: The Bioregional Vision. Athens, University of Georgia Press, 216 p.

Thilmany D., Canales T., Low S. A., Boys K., 2021. Local Food Supply Chain Dynamics and Resilience During COVID-19. Applied Economic Perspective and Policy [En ligne], vol. 43, n°1, p. 86-104. URL: https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/aepp.13121 - DOI: https://doi.org/10.1002/aepp.13121

Webographie

Ceagesp, 2021. Quantos veículos e pessoas entram por semana no entreposto de São Paulo? [En ligne]. URL: https://ceagesp.gov.br/comunicacao/noticias/entradas_veiculos_ceagesp_sao_paulo/

FGVces, 2022. Cinturão + verde. Site internet du Centro de Estudos em Sustentabilidade da Fundação Getúlio Vargas [En ligne]. URL: https://eaesp.fgv.br/centros/centro-estudos-sustentabilidade/projetos/cinturao-verde

Ligue os Pontos, 2020. Quem são os produtores agrícolas da Zona Sul de São Paulo. Informes Urbanos [En ligne], n° 45. URL: https://ligueospontos.prefeitura.sp.gov.br/agricultura-familiar/cadastro/

Mobilidados, 2019. Região Metropolitana de São Paulo [En ligne]. URL: https://mobilidados.org.br/rms/rmsp

Théry H., 2016. Portrait de São Paulo (1) : une capitale du Brésil. [En ligne sur Géoconfluences]. URL: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/de-villes-en-metropoles/corpus-documentaire/portrait-sao-paulo-1-capitale

Haut de page

Notes

1 Le centre historique de São Paulo désigne les quartiers de l’ultra-centre tombés en désuétude dans les années 1970 mais où on trouve encore des lieux politiques et financiers importants. Les populations aisées, elles, ont investi la couronne péricentrale notamment le centre-ouest de l’agglomération.

2 À l’origine rattachée à l’État de São Paulo, la Ceagesp a été fédéralisée en 1997 pour être gérée par le ministère de l’Agriculture avant d’être transférée au ministère de l’Économie en 2019.

3 Un sacolão (pl. sacolões) désigne littéralement un grand sac. Par métonymie, il s’agit d’un magasin qui possède une grande quantité de fruits et légumes.

4 GeoSampa, mapa digital da cidade de São Paulo. URL: http://geosampa.prefeitura.sp.gov.br/PaginasPublicas/_SBC.aspx

5 Les Panc sont une catégorie de plantes souvent considérées à tort comme des adventices mais qui possèdent d’importantes qualités nutritionnelles voire médicinales. Voir sur ce sujet le guide de l’Instituto Kairos [URL: https://institutokairos.net/wp-content/uploads/2017/08/Cartilha-Guia-Pr%C3%A1tico-de-PANC-Plantas-Alimenticias-Nao-Convencionais.pdf]

6 Paradise Gardens. Paradise Gardens Lançamento. URL: https://paradisegardensoficial.simdif.com

7 En 2013, la consommation recommandée de fruits et légumes retenue par l’enquête correspondait à la consommation d’au moins cinq de ces aliments par jour, alors qu’en 2019 cela correspond à l’ingestion de ces produits au moins 25 fois par semaine. La comparaison n’est donc pas exacte entre ces deux études mais montre tout de même une forte tendance à la baisse.

8 Governo do Estado de São Paulo, Secretaria de Infraestrutra e Meio Ambiente, Instituto Florestal. URL: https://www.infraestruturameioambiente.sp.gov.br/institutoflorestal/o-instituto/rbcv/

9 Dans le cadre de la lutte contre la dengue à São Paulo, les bassines d’eau stagnante dont les agriculteurs se servent pour irriguer représentent de parfaits gîtes larvaires pour le moustique tigre (Aedes albopictus).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Un réseau d’acteurs du système alimentaire pour approvisionner la métropole
Crédits Auteur : Angèle Proust, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 822k
Titre Illustration 2 -  Feira do Parque Dom Pedro (à gauche) et stand « La Barraca da Bahia » où travaille Jaira (à droite), São Paulo
Crédits Auteur : Angèle Proust, juin 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Illustration 3 - À São Paulo, une ceinture maraîchère spécialisée dans les légumes-feuilles
Crédits Auteur : Angèle Proust, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24226/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Illustration 4 - Vente en gros de légumes-feuilles dans le hall central de la Ceagesp, São Paulo
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24226/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angèle Proust, « Un système alimentaire métropolitain à São Paulo »EchoGéo [En ligne], 62 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/24226 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.24226

Haut de page

Auteur

Angèle Proust

Angèle Proust, angele.proust@univ-paris1.fr, est doctorante de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Prodig 8586.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search