Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels closMachines, humains et animaux dans...

Machines, humains et animaux dans les mondes autochtones / Machines, humans and animals in indigenous worlds

Date limite d’envoi des articles : 15 avril 2023 / Deadline for article submission: 15th April 2023.
  • 1 Documentaire de Nastassja Martin et Mike Magidson (2018, Point du Jour – T2MP – Arte France. 52’).

C’est à peine si le regard sur les mondes autochtones s’est arrêté sur les machines qui ponctuent les communautés et scandent les activités quotidiennes, tellement elles semblent insolubles dans les représentations couramment véhiculées sur ces territoires et ces populations. Documentaristes, anthropologues ou géographes en font un angle mort, un objet ingrat qu’il conviendrait de garder hors-cadre, une intromission exogène sans intérêt en soi qui viendrait contaminer la scène d’une réalité pré-mécanique originelle. De cette scène, disparaissent en premier les machines de l’observateur, comme avant l’avaient fait celles des missionnaires, des armées ou des ONG, leurs camions, leurs 4x4 ou leurs avionnettes. Mais disparaissent ensuite aussi les machines qui peuplent ces réalités, la moto du berger, la motoneige du chasseur, la tronçonneuse du cueilleur, le moteur hors-bord du pêcheur, le compresseur du petit mineur ou le vieux tracteur communautaire qui dort dans un hangar déshérité. Ainsi par exemple l’excellent documentaire Kamtchatka, un été en pays évène1, censé montrer « comment une famille évène a décidé de retourner s’installer en forêt au lendemain de la chute de l’URSS et continue d’exister autrement, dans un rapport animiste au monde, malgré les assauts de la modernité et les bouleversements environnementaux », tout en se concentrant sur le lien fort qui unit ces populations à la nature filme successivement un bateau à moteur, un camion, un bulldozer, une machine à coudre, un fusil, etc., comme autant d’éléments d’un décor mécanique omniprésent, mais inexpliqué et silencieux. Il en est de même de ces ONG ou administrations qui n’ont de cesse de pousser à la mécanisation et à l’arrivée de nouvelles machines, mais qui ignorent celles qui existent ou qui ont existé, les camions abandonnés, les bateaux démantelés, les motopompes à l’arrêt. Ce même biais revient, enfin, dans ces ontologies de la nature qui interrogent la relation entre humains et forêts tout en faisant l’impasse sur cet aspect pourtant essentiel de savoir s’il y a ou pas usage de tronçonneuses.

Si les machines ont si rarement été étudiées, c’est parce que leur caractère exogène et a priori uniformisant pose problème. Au contraire, nous formulons l’hypothèse que ces matérialités sont source de créativité et de mémoire et qu’elles constituent une archive privilégiée pour comprendre la contemporanéité de ces sociétés à travers le monde. Elles donnent à voir ce qui ne serait pas visible autrement. Elles permettent de dépasser les clivages courants entre nature et culture, humains et non-humains, individus et collectifs, industries extractives et populations locales. Leurs usages et mésusages traduisent des réalités techniques moins linéaires et plus accidentées que l’histoire des techniques ne l’imagine. Elles sont au cœur de la fabrique des rapports sociaux, de genre et environnementaux, en véhiculant et en réorganisant les asymétries de pouvoir et les inégalités qui structurent ces territoires. 

Ce dossier thématique appelle à des contributions qui s'intéressent aux modes d’existence des machines dans ces territoires périphériques, en tant que matérialités critiques et archives inexplorées des recompositions spatiales, sociales, politiques ou environnementales en cours. Il s’agit alors de montrer ce que les machines font aux territoires et, inversement, ce que ces territoires font aux machines. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous invitons à travailler sur toute la diversité de machines – motoneiges, tronçonneuses, générateurs, motopompes, tracteurs, motobineuses, bulldozers, deux-roues, camions, moteurs hors-bord, etc. – qui peuplent ces territoires et façonnent leur quotidien. De manière indicative, nous privilégions quelques pistes de travail :

1) Les nouvelles mécaniques des territoires. Il s’agira d’étudier comment la dissémination des machines bouleversent les géographies locales. C’est en effet pour et par les engins mécaniques que les territoires se transforment : par la tronçonneuse, l’abattage devient moins pénible ; par le camion, le transport des grumes devient plus aisé ; par le motogénérateur, la nuit se fait moins obscure ; par le tracteur, la parcelle devient arable ; par la moto, les proches se rapprochent. Les machines font ainsi évoluer les rapports à l’espace et s’imposent comme une condition des processus actuels de commodification de la nature. 

2) Des machines et des animaux, une anthropologie des natures mécanisées. L’hypothèse habituelle est que les forces mécaniques remplacent les forces animales et que la mécanisation s’est traduite par une "désanimalisation" des activités quotidiennes. Nous invitons les auteurs à complexifier cette proposition en explorant et en documentant les relations contemporaines entre machines et animaux, les formes hybrides et les coexistences, les formes de mécanisation animale et les formes d’animalisation des machines, l’écologie des machines dans des mondes animaux et celle des animaux dans des mondes mécaniques, dans le but de construire une anthropologie des natures mécanisées.

3) Les machines, agencements du politique. Le fait mécanique s’inscrit asymétriquement dans des territoires postcoloniaux marqués par de fortes inégalités. Les machines ont en effet une existence politique sur le terrain, puisqu’elles mobilisent des faisceaux de relations clientélistes, elles perpétuent des formes de colonialité héritées du passé ou, au contraire, elles émancipent de nouvelles classes de populations, en réorganisant les rapports de force à l’échelle locale. C’est ainsi que les machines sont aussi l’objet de résistances, d'attentats ou de sabotages qui montrent bien leur statut contesté.

Ce dossier Sur le Champs est ouvert à l’ensemble des sciences humaines. Toute contribution portant sur des groupes officiellement reconnus, auto-déclarés ou simplement perçus comme « autochtones » – une catégorie englobante désormais mobilisée comme une ressource à la fois politique et territoriale selon les différents contextes géographiques – entre dans le cadre de cet appel.

Les articles seront rédigés en français ou en anglais, et comporteront environ 35 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).

Les articles peuvent aussi être soumis sur cette même thématique mais pour d’autres rubriques trimestrielles : Sur le Métier, Sur l’Image, Sur l'Écrit. Ils doivent alors se conformer aux attentes de chacune d’elles, comme indiqué dans la ligne éditoriale : https://journals.openedition.org/echogeo/1927. Ainsi, les éditeurs de la rubrique Sur l’Image attendent des textes qui proposent une réflexion sur le statut de l’image dans la recherche et/ou sur l’écriture géographique.

Tous les textes proposés devront être envoyés avant le 15 avril 2023 à Alberto Preci (alberto.preci@cnrs.fr), Nicolas Richard (nicolas.richard@cnrs.fr) et Pierre Gautreau (pierre.gautreau@univ-paris1.fr) coordonnateurs du dossier, avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs.

Coordinateurs du dossier thématique : Alberto Preci (Postdoc ANR Interruptions, CNRS - UMR 7227 CREDA) ; Nicolas Richard (CR CNRS - UMR 7227 CREDA) ; Pierre Gautreau (Professeur Université de Paris 1 - UMR 8586 PRODIG).

-------------------------------------------------------------

  • 2 A documentary by Nastassja Martin and Mike Magidson (2018, Point du Jour – T2MP – Arte France. 52’)

It is not often that the gaze on indigenous worlds has stopped on the machines that punctuate communities and daily activities, so insoluble do they seem to be in the representations commonly conveyed about these lands and these populations. Documentarists, anthropologists or geographers make them a blind spot, an unattractive object that should be kept out of the frame, an exogenous intromission with no interest that would contaminate the scene of an original pre-mechanical reality. From this scene, the observer's machines disappear first, as did those of missionaries, armies or NGOs, their trucks, their 4x4s or their planes. But then the machines that populate these realities also disappear, the shepherd's motorbike, the hunter's snowmobile, the gatherer's chainsaw, the fisherman's outboard motor, the small miner's compressor or the old community tractor that sleeps in a deserted shed. Thus, for example, the excellent documentary Kamtchatka, un été en pays évène2, which is supposed to show "how an évène family decided to return to the forest after the fall of the USSR and continues to exist in a different way, in an animistic relationship with the world, despite the assaults of modernity and environmental upheavals", while concentrating on the strong link that ties these populations to nature, films successively a motorboat, a lorry, a bulldozer, a sewing-machine, and a rifle, as so many elements of an omnipresent, but unexplained and silent mechanical setting. The same is true of those NGOs or administrations that keep pushing for mechanization and the arrival of new machines, but ignore those that exist or have existed, the abandoned trucks, the dismantled boats, the motor pumps at rest. This same bias is found in those ontologies of nature that question the relationship between humans and forests, while ignoring the essential question of whether or not chainsaws are used.

If machines have so rarely been studied, it is because their exogenous and a priori standardizing character is problematic. On the contrary, we formulate the hypothesis that these materialities are a source of creativity and memory and that they constitute a privileged archive for understanding the contemporaneity of these societies throughout the world. They make visible what would not otherwise be visible. They allow us to go beyond the common divisions between nature and culture, humans and non-humans, individuals and collectives, extractive industries and local populations. Their uses and misuses reflect technical realities that are less linear and more irregular than the history of technology might imagine. They are at the heart of the construction of social, gender and environmental relations, by conveying and reorganizing the asymmetries of power and inequalities that structure these lands.

This special issue calls for contributions that focus on the modes of existence of machines in these peripheral areas, as critical materialities and unexplored archives of the current spatial, social, political or environmental reconfigurations. The aim is to show what machines do to these lands and, in turn, what these lands do to machines. Without claiming to be exhaustive, we invite authors to work on the diversity of machines - snowmobiles, chainsaws, motor-generators, motor pumps, tractors, rotovators, bulldozers, two-wheelers, trucks, outboard motors, etc. - that can be found in these lands and that shape them. In an indicative way, we favour a few lines of work:

1) The new mechanics of places. The aim is to study how the dissemination of machines is changing local geographies. Indeed, it is for and through mechanical machines that places are being transformed: with the chainsaw, felling becomes less arduous; with the truck, transporting logs becomes easier; with the motor-generator, the night becomes less dark; with the tractor, the plot of land becomes arable; with the motorbike, relatives become closer. Machines are thus changing the relationship to space and are becoming a condition for the current processes of commodification of nature.

2) Of machines and animals, an anthropology of mechanized natures. The usual assumption is that mechanical forces are replacing animal forces and that mechanization has resulted in a “de-animalization” of everyday activities. We invite authors to complicate this proposition by exploring and documenting contemporary relations between machines and animals, hybrid forms and coexistences, forms of animal mechanization and forms of machine animalization, the ecology of machines in animal worlds and the ecology of animals in mechanical worlds, with the aim of building an anthropology of mechanized natures.

3) Machines, arrangements of the political. Mechanics are asymmetrically inscribed in postcolonial spaces marked by strong inequalities. Machines have a political existence on the ground, since they mobilize bundles of clientelist relations, they perpetuate forms of coloniality inherited from the past or, on the contrary, they emancipate new classes of populations, by reorganizing the relations of power on a local scale. Thus, machines are also the object of resistance, attacks or sabotage, which clearly show their contested status.

This Sur le Champs issue is open to the whole of the humanities and social sciences. Any contribution dealing with groups officially recognized, self-declared or simply perceived as 'indigenous' - an all-encompassing category now mobilized as both a political and territorial resource in different geographical contexts - is eligible for consideration.

Papers should be written in English or French, and should be approximately 35,000 characters (plus illustrations). Please refer to the recommendations to authors for the standards of presentation of the text, the bibliography and the illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).

Papers may also be submitted on the same theme but for other quarterly sections: Sur le Métier, Sur l’Image, Sur l'Écrit. They must then conform to the expectations of each of these, as indicated in the editorial line: https://journals.openedition.org/echogeo/1927. For example, the editors of the Sur l'Image section expect texts that reflect on the status of the image in research and/or on geographical writing.

All texts must be sent before 15 April 2023 to Alberto Preci (alberto.preci@cnrs.fr), Nicolas Richard (nicolas.richard@cnrs.fr) and Pierre Gautreau (pierre.gautreau@univ-paris1.fr), coordinators of the dossier, with a copy to Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), the editorial secretary, who will forward them to the evaluators.

Notes

1 Documentaire de Nastassja Martin et Mike Magidson (2018, Point du Jour – T2MP – Arte France. 52’).

2 A documentary by Nastassja Martin and Mike Magidson (2018, Point du Jour – T2MP – Arte France. 52’).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search