Navigation – Plan du site

Accueilnumeros62Sur le MétierMontrer les invisibles de l’histo...

Sur le Métier

Montrer les invisibles de l’histoire de l’exploration. Recherche académique et muséographie

Entretien avec Hélène Blais autour de l’exposition proposée par la Bibliothèque nationale de France, Visages de l’exploration au XIXe siècle, réalisé à Paris par Serge Weber le 17 octobre 2022.
Hélène Blais et Serge Weber
Référence(s) :

Le catalogue de l’exposition :
Blais H., Loiseaux O. (dir.)
Visages de l’exploration au XIXe siècle. Du mythe à l’histoire. Catalogue de l’exposition
2022. BnF Éditions, 240 p., 125 ill.

Ressource en ligne pour prolonger l’exposition : https://explorateurs.essentiels.bnf.fr

Entrées d’index

Index par rubriques :

Sur le Métier
Haut de page

Texte intégral

1Hélène Blais est historienne, professeure d’histoire contemporaine à l’ENS-PSL et spécialiste de l’histoire coloniale et des représentations de l’espace qui ont participé au développement de la géographie coloniale. Ses premiers travaux ont porté sur l’expansion française dans le Pacifique, en interrogeant la construction des savoirs géographiques au cours du processus de colonisation et d’exploration (Blais, 2005). Spécialiste reconnue de l’histoire de la géographie coloniale, elle a collaboré à plusieurs reprises avec des géographes pour éclairer cette période marquée par la diffusion du colonialisme et la construction de la géographie en tant que discipline scientifique (Blais et Besse, 2010 ; Blais, Deprest et Singaravélou, 2011). Elle s’est ensuite concentrée sur le rapport entre production de cartes, territoire et colonialisme, en particulier pour le cas de l’Algérie (Blais, 2014). Ses apports épistémologiques, aujourd’hui incontournables pour une pensée critique, située et contextualisée des héritages de la géographie, ont été à nouveau illustrés au travers de l’édition du volume collectif, très remarqué à sa parution, intitulé L’exploration du monde, une autre histoire des grandes découvertes (Bertrand et al., 2019). C’est à tous ces titres qu’EchoGéo a souhaité lui donner la parole, mais pas seulement : elle a récemment été co-commissaire, avec Olivier Loiseaux, de l’exposition Visages de l’exploration au XIXe siècle [illustration 1] qui s’est tenue à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, du 10 mai au 21 août 2022 et dont nos lecteurs pourront encore trouver le passionnant catalogue (Blais et Loiseaux, 2022). Cet entretien propose donc d’enrichir la rubrique Sur le métier, au nom à la fois de son métier d’historienne de la géographie et de son expérience de commissariat d’exposition sur une thématique scientifique essentielle.

Illustration 1 -Affiche de l’exposition

Illustration 1 -Affiche de l’exposition

Source : BnF, 2022, Dossier de presse de l’exposition. URL: https://www.bnf.fr/​sites/​default/​files/​2022-04/​dp_expo_Visages_de_l_exploration_.pdf

Serge Weber (SW). Avant tout, je dois vous dire que j’ai été littéralement captivé par cette exposition extrêmement bien pensée. Je l’ai trouvée à la fois savante sans être difficile d’accès, proposant une vulgarisation toujours contextualisée de savoirs méconnus, sans quitter un haut niveau d’exigence et de subtilité, qui se concrétisait dans une déambulation et une progression thématique fluides. Je vous propose, dans cet entretien, si vous le voulez bien, de revenir sur ce que la préparation d’une telle exposition apporte à une pratique académique et scientifique. Au vu de la quantité d’objets inattendus, voire improbables, qui y étaient rassemblés, je ne résiste pas à l’envie de vous demander, pour commencer, de nous raconter comment se sont passées la collection et la sélection de ces objets.

Hélène Blais (HB). La plupart de ces objets venaient d’institutions comme le Quai Branly, le Muséum d’histoire naturelle, le Musée de l’armée, quelques objets du fonds BnF comme les globes ou un théâtre mécanique pour enfants, acheté récemment par le Département des cartes et plans. La BnF a une politique d’achat d’objets géographiques, par exemple ce fameux chèche, qu’on a, à tort, longtemps cru avoir appartenu à Charles de Foucauld, et sur lequel une carte du sud Oranais a été reproduite. Cette pièce de tissu permettait à l’explorateur qui l’a utilisée de noter discrètement chaque soir son itinéraire, sans attirer l’attention, avant de nouer cette carte en tissu sur sa tête le lendemain. De même, quelques instruments de mesures sont conservés à la Société de géographie, dans ses locaux actuels, boulevard Saint-Germain à Paris.

Travailler sur des objets, comme le font de plus en plus d’historiens aujourd’hui, c’est entrer dans la matérialité des pratiques exploratoires : comment on monte une tente, qu’est-ce qu’implique le fait de transporter des plaques photographiques au bout du monde, etc. Le fait d’exposer plutôt que de raconter donne chair à l’importance de l’histoire des objets. La chambre claire de Foucauld, présentée dans l’exposition, est à ce titre un exemple passionnant : il s’agit d’un instrument d’optique doté de deux miroirs, créant une visée qui lui permettait de projeter le paysage sur son carnet, dont il suivait les contours à la mine. En réfléchissant à sa présentation, nous avons été obligés d’aller regarder des manuels d’époque pour comprendre le mode d’emploi, et de s’imaginer en train de l’utiliser. Nous avons fini par comprendre que la pièce, par ailleurs bien conservée, était défaillante, car il y manquait un miroir. Quand a-t-il été perdu ? Nous n’avons pas de réponse, mais cela renvoie à toute l’importance de la logistique dans la production scientifique. Au XIXe siècle, sur des terrains lointains, c’est considérable.

SW. Cela a dû représenter une part considérable de la préparation de cette exposition !

HB. C’était un engagement de longue haleine. Les premières réunions ont commencé avant la pandémie, il y a presque cinq ans, en 2018. Le projet a été très chronophage, surtout les six derniers mois. C’était comme un autre temps plein en parallèle de mon activité d’enseignante-chercheuse : la recherche d’idées, la construction d’un synopsis, le choix des pièces – c’est ce qui a été le plus long, notamment quand il a fallu en enlever de la sélection initiale ! Il a fallu visiter des fonds extrêmement riches, opérer une patiente sélection, compléter, au gré de ce que nous dictait le fil conducteur de l’exposition, en cherchant ailleurs, dans d’autres institutions que la BnF, avec les contraintes financières du prêt. Le plus extraordinaire a été sans doute de faire des visites dans les magasins du Muséum. Je pense par exemple au panneau que nous avons élaboré sur Alcide d’Orbigny, à partir des oiseaux qu’il a empaillés sur place. Ces oiseaux sont conservés dans les réserves, formant des kilomètres d’oiseaux naturalisés. Il a fallu sélectionner ceux qui n’étaient pas trop fragiles et que le Muséum pouvait prêter. Je pourrais mentionner une autre expérience fascinante : les collections minéralogiques du Muséum. Autour de ce même voyageur, Alcide d’Orbigny, nous voulions montrer une carte géologique d’Amérique du Sud, en mettant en regard les échantillons collectés. Il a amassé un nombre incalculable de pierres et nous avons sélectionné un exemple de chaque roche, parmi les caisses de pierres qu’il a rapportées, qui sont rangées par tiroir, par région. Le conservateur du Département de minéralogie nous a guidés et, grâce à notre chargée d’exposition, Aurélie Brun, qui a un œil aguerri, nous avons pu nous arrêter sur ce qui allait convenir dans la vitrine.

De même, nous avons travaillé avec les conservateurs et conservatrices du musée du Quai Branly, ce qui s’est traduit par exemple par ce petit tabouret clouté ramené par Brazza. Dans les réserves de ces musées, on voit réellement l’ampleur des collections liées à ces pratiques de voyage.

Le chantier de l’exposition a été en lui-même un travail intense. Les pièces arrivaient dans l’ordre des institutions prêteuses, avec tout un protocole lié à la fragilité des objets et aux assurances. Par exemple, pour le montage du campement de Foucauld dans le Sahara, la plupart des pièces venaient du musée de l’Armée. Elles sont très fragiles, le transport est une opération très surveillée et les conservateurs ont accompagné leurs objets jusqu’à la mise en exposition dans les salles de la BnF. En outre, la mise en espace a beau être prévue de façon millimétrée par la scénographe, il surgit toujours quelque chose qui ne va pas : par exemple, un fusil qui était plus grand que prévu et ne pouvait être présenté qu’à la verticale, ce qui obstruait la vue sur la lampe en arrière-plan. Comme commissaires d’exposition, nous sommes sollicités aussi dans ce moment très pratique de mise en scène des pièces. Dans une des vitrines, le chèche de Charles de Foucauld (qui, comme je l’ai précisé précédemment, n’était en réalité pas le sien) et dont le plissé était particulièrement compliqué à installer, a glissé juste après la pose de la vitrine, il fallut faire revenir le treuil ad hoc pour soulever à nouveau la vitrine ! Toute cette dimension technique, à laquelle j’ai été associée, a été une découverte, et permet d’approcher les sources de façons très réelle et très physique.

SW. Ce métier de commissaire d’exposition que vous avez découvert vous a-t-il amenée à regarder autrement votre métier d’historienne ?

HB. Le plus intéressant, c’était l’expérience de passer d’un mode d’écriture scientifique habituelle (sous formes d’articles ou de livres) à un mode d’exposition grand public – ce qui peut concerner autant les historiens que les géographes. Il y a de l’écriture dans la conception d’une exposition, mais pas seulement. Il était particulier de se confronter à un grand nombre d’images et d’objets rapportés par les explorateurs, des cartes, des matériels de mesure, des collectes d’histoire naturelle, de très nombreuses photographies, représentant tant des paysages que des personnes rencontrées sur place, des manuscrits, des lettres et des carnets de voyages. Montrer ces pièces dans une exposition, c’est aussi réfléchir à la manière d’orienter le regard des visiteurs sur ces matériaux qui sont notre quotidien de chercheur. On s’adresse à un public qu’on ne connaît pas du tout ; il faut écrire des cartels qui attirent l’attention sur ce qui fait l’intérêt de tel objet ou de telle archive pour l’histoire de l’exploration, avec toute une série de contraintes, notamment en termes de nombre de caractères. On est limité dans le quantité de pièces à montrer, dans leur ordonnancement, les thématiques dans l’espace en fonction de salles et de la scénographie.

SW. Pourriez-vous nous donner un exemple de cette opération de mise en exposition ?

HB. L’objectif de cette exposition était la déconstruction du mythe de l’explorateur. Il fallait à la fois montrer le mythe et montrer en quoi c’était justement un mythe, avec très peu texte, ce qui supposait certains artifices de mise en scène – qui ne se posent pas quand on écrit un article.

J’évoquerais volontiers à ce sujet le dispositif qu’on a choisi comme première approche, le mur mosaïque de photographies d’explorateurs, présentés d’une certaine manière en majesté, comme Brazza, Camille Douls, ou d’autres photographiés dans les studios Nadar. Avec cette posture un peu héroïque, le regard lointain, appuyés sur leur fusil. On a tout de suite voulu mettre en regard d’autres clichés d’explorateurs ou d’exploratrices, en l’occurrence des femmes, comme Octavie Coudreau qui a secondé son mari dans l’exploration des affluents de l’Amazone, et ces fameux auxiliaires, guides, interprètes, dont on n’a pas l’équivalent en termes de photographie. L’artifice que nous avons choisi était l’agrandissement numérisé de personnages qui figurent généralement en arrière-plan des clichés d’exploration, des agrandissements ici projetés sur un écran. Nous avons mis du temps à élaborer et à recomposer ce dispositif, qui permet d’entrer réellement dans l’histoire de l’exploration. Celle-ci est traditionnellement racontée par ses héros, mais il y avait une autre façon de faire : en mettant en regard l’image iconique de l’explorateur avec des images qu’on voit moins facilement dans les archives, ce qui provoque une interrogation chez le visiteur.

SW. En quoi la préparation de l’exposition vous a-t-elle permis de découvrir de nouvelles archives ?

  • 1 Les fonds de la Société de Géographie sont en dépôt à la BnF depuis toujours, la Société garde la p (...)

HB. Ce travail a été fait en collaboration étroite avec le co-commissaire, Olivier Loiseaux, conservateur à la BnF et responsable des archives de la Société de Géographie1 , qui connaît parfaitement ces fonds, d’une manière qu’aucun chercheur ne peut connaître, car certaines choses ne sont pas cataloguées ni indexées. L’exemple auquel je pense est tout simple : les femmes exploratrices, même quand on les connaît, ne sont pas forcément repérables dans les catalogues. C’est encore plus vrai des auxiliaires, guides et interprètes, qui n’ont jamais de fonds à leur nom, même s’ils participent et même rendent possible l’exploration [illustration 2]. Les conservateurs, parce qu’ils ont en tête leurs archives et leurs contenus, peuvent faire surgir ces intermédiaires : une photo de l’arpenteur de l’Himalaya Nain Singh, une carte du Sokoto dressée d’après les renseignements de Ahmed el Fellati, dont on a un portrait présenté dans l’exposition.

Illustration 2 – Joseph Martin avec le guide toungouse Boris Grieznoukine, 1884

Illustration 2 – Joseph Martin avec le guide toungouse Boris Grieznoukine, 1884

Auteur : P. Milevskij (18..-1907). Source : ©BnF, Collections de la Société de géographie, dépôt BnF, Cartes et plans, SG Portrait-2322 [Accessible sur Gallica] URL: https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b105016371/​f1.item

Cette collaboration entre des historiens, qui ont une certaine méthodologie et des questionnaires propres à leur discipline, mais beaucoup d’ignorance des sources disponibles, et des conservateurs qui connaissent ce qu’ils ont dans leur fonds, sans les avoir forcément pensés en fonction de ces questions-là, est très fructueuse, me semble-t-il. Cela conduit les conservateurs à mettre en valeur des pièces qui ne l’avaient pas été jusqu’à présent, et des historiens à se poser de nouvelles questions.

SW. L’idée de l’exposition venait-elle de vous ?

HB. L’idée d’une exposition autour de la Société de géographie, non, mais le projet scientifique sur les invisibles et les non-dits de l’histoire de l’exploration a été élaboré en commun. Pour la BnF, c’était au départ un projet commémoratif car la Société de Géographie, été créée en 1821, fêtait son bicentenaire. Beaucoup d’expositions sont pensées en fonction des anniversaires, occasion de mettre en valeur les fonds. Mais nous étions d’emblée de l’avis, avec mon collègue, de ne pas nous limiter à une commémoration, mais plutôt de saisir le prétexte de la mise à disposition de toutes ces pièces fascinantes pour montrer qu’on pouvait interroger aujourd’hui autrement l’histoire de l’exploration. L’enjeu étant de déconstruire la mythologie de l’exploration, il fallait revenir aux traces, mais en les montrant autrement. Il s’agissait de mettre en question à la fois la provenance de certains objets, leur histoire, le contexte dans lequel ont été produites ces cartes, ces relevés topographiques et, notamment, leur lien, très fort au XIXe siècle, avec le mouvement colonial, pour essayer de faire surgir de ces archives les invisibles, celles et ceux qui ont participé à la construction de l’exploration et dont les explorateurs eux-mêmes ont très peu parlé.

SW. En quoi cette exposition a pu éclairer votre lien, en tant qu’historienne de la géographie, avec la géographie ?

HB. J’ai toujours travaillé avec des géographes qui s’intéressaient à l’histoire de leur discipline, notamment avec l’équipe Épistémologie et histoire de la géographie (EHGO) au sein de l’UMR Géographie Cités (Blais, Besse et Surun, 2010 ; Blais, Deprest, Singaravélou, 2011). Nos métiers sont effectivement différents, nous n’avons pas les mêmes sources, d’un côté le terrain, de l’autre les archives. Je m’intéresse moins à l’histoire des progrès de la géographie, qu’étudient les géographes qui s’attachent à comprendre l’histoire de la discipline, qu’à la manière dont des savants – ici des géographes et des explorateurs – ont participé à la construction de ce moment colonial où l’Europe affirme sa domination sur le reste du monde. Pour certains terrains, et notamment ceux où les archives écrites sont rares, toutes les disciplines doivent être convoquées. Dans des recherches sur l’histoire de la géographie ou de l’exploration, il peut être très utile de réfléchir sur la manière dont des sociétés conçoivent leur territoire aujourd’hui. On sait très bien que les sociétés ne sont pas immuables et que les représentations du territoire ont changé, mais cela ouvre des pistes. Je pense en particulier aux écrits de Marc Côte (1988) sur ce qu’il a appelé « l’espace retourné » en Algérie, les effets de la colonisation sur l’organisation de l’espace algérien actuel. Ses travaux ont été lumineux pour moi quand je travaillais sur l’histoire de l’Algérie, pour comprendre la manière dont les militaires français avaient construit une représentation du territoire compatible avec leur volonté d’imposer une domination coloniale.

SW. J’ai particulièrement savouré l’apparition dans l’exposition d’un certain nombre d’explorateurs et de géographes non occidentaux.

HB. Cette question est travaillée depuis plusieurs décennies d’un point de vue épistémologique et méthodologique par des historien·nes. Nous avons ainsi imaginé une disposition particulière dans l’exposition sous forme de trois alcôves qui racontaient d’autres explorations, depuis l’Égypte, le Siam et la Perse. Cela entre dans l’historiographie du décentrement de l’Europe, avec l’idée qu’un certain nombre de considérations et de phénomènes, qui nourrissent l’histoire européenne, ne sont pas spécifiquement européens mais ont pu se former dans d’autres parties du monde.

  • 2 La rihla est un genre littéraire qui s’est développé au sein de la littérature de langue arabe dès (...)

Ce qui était intéressant, c’est que cette opération de décentrement était déjà à l’œuvre à la fin du XIXe siècle, en arrière-plan. Certains voyageurs non occidentaux étaient connus à la Société de Géographie, qui s’en est faite l’écho, ils ont été accueillis à Paris. Même si cela n’enlève rien aux rapports de domination, réels et effectifs, il y a eu dans certains domaines des échanges, des interactions. Les entreprises du vice-roi d’Egypte Mehemet Ali sont de ce point de vue passionnantes, lui qui lance des explorations vers les sources du Nil en employant des voyageurs européens, mais envoie aussi des voyageurs égyptiens découvrir Paris. Mettre en regard l’activité de la Société de géographie de Paris et d’autres initiatives dans d’autres parties du monde était une manière d’évoquer d’autres traditions de voyage et d’écriture du récit de voyage, comme par exemple la rihla2 dans le monde musulman.

SW. Cette exposition retrace donc une sorte de professionnalisation de ce qui n’était pas à proprement parler une profession ?

HB. La Société de Géographie naît en 1821, à un moment où la géographie n’est pas une discipline académique. Elle rassemble des lettrés, des officiers de Marine, des diplomates, des « géographes de cabinet », qui sont des érudits savants. Au cours du XIXsiècle, on va voir apparaître, petit à petit, en France et en Europe, des disciplines nouvelles, des chaires académiques se créer, en anthropologie, en géographie. Dans le cadre français, le moment Vidal de la Blache est essentiel pour l’institutionnalisation. La géographie d’exploration est une pratique et non une profession. Elle s’insère dans une pratique pluridisciplinaire. Les explorateurs, sur le terrain, font de la géographie, mais pas uniquement.

SW. Peut-on dire qu’il y a eu une féminisation de l’exploration au cours du temps ?

HB. Un petit peu, mais pas de manière massive. Au tournant des années 1880-1900, de plus en plus femmes voyagent, sans leur mari, sans cacher leur identité de genre, ce qui est nouveau, et correspond à une forme d’émancipation (des femmes de l’élite européenne alors, uniquement). Elles écrivent également plus facilement, surtout à partir des années 1930. Mais la féminisation demeure discrète. Il faudrait regarder, aujourd’hui, dans la Société des explorateurs, le pourcentage de femmes.

SW. Que dire des positions sociales des explorateurs ?

HB. Il fallait avoir de l’argent pour bouger, pour organiser le voyage, c’était une opération singulière, qui n’était pas systématiquement financée, jamais complètement. Beaucoup de ces explorateurs européens ont apporté leurs propres deniers dans l’exploration. C’étaient des gens aisés, des bourgeois, des aristocrates, qui n’avaient pas besoin de travailler pour faire ces très longs voyages, c’étaient des gens qui avaient un patrimoine et pouvaient se permettre de se consacrer à cela.

SW. Ce que j’ai ressenti, c’est que cela participe d’une sorte d’habitus aristocrate que de se lancer dans de telles aventures.

HB. Oui, en un sens, mais c’est moins vrai dans la seconde moitié du siècle. Beaucoup étaient rentiers, mais pas forcément fortunés. Dans la préparation du voyage, ils passent beaucoup de temps à chercher des subsides, des aides des ministères, de la Société de Géographie, de mécènes. Ella Maillard, figure mythique de l’exploration au féminin au XXe siècle, vivait de ses reportages, de ses conférences sur l’Asie centrale et, à chaque fois qu’elle avait un peu d’argent, elle repartait. Ce n’était pas une prolétaire, loin s’en faut, mais jusqu’à la fin de sa vie, il lui a fallu continuer à faire fructifier ses récits de voyage auprès du grand public.

SW. Quelles questions se sont posées autour de l’accueil du public et de la transmission de vos recherches dans l’enseignement ?

HB. L’élaboration des cartes, à tous les niveaux (généraux à l’entrée des salles, plus détaillés ensuite) a été pensée dans une visée pédagogique, permettant à chacun de prendre connaissance du contexte et du message que nous voulions faire passer. En tant que scientifique, on a toujours une tendance à être trop bavard. La collaboration avec la chargée d’exposition, très rodée à la question de l’accueil des publics, et avec la scénographe, a été décisive. J’ai découvert des métiers que je ne connaissais pas en travaillant avec le service des expositions de la BnF, et qui sont très précieux. La mise en exposition oblige à une concision parfois troublante pour une chercheuse en sciences humaines et sociales formée à l’esprit de nuance. Il faut adopter un autre mode d’écriture. Cela s’est avéré parfois frustrant, mais comme il y avait le catalogue en parallèle, on a pu citer les collègues qui ont travaillé sur ces questions, et finalement aboutir à une forme de concision qui a le mérite de l’efficacité.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand R. (dir.), Blais H., Calafat G., Heullant-Donat I. (coord.), 2019. L’Exploration du Monde. Une autre histoire des grandes découvertes. Paris, Seuil.

Blais H., 2005. Voyages au grand océan. Géographies du Pacifique et colonisation, 1815-1845. Paris, CTHS.

Blais H., Besse J.-M., Surun I., 2010. Naissance de la géographie moderne, rationalités et coexistence des savoirs géographiques, 1760-1860. Lyon, Presses de l’ENS.

Blais H., Deprest F., Singaravélou P., 2011. Territoires impériaux. Une histoire spatiale du fait colonial. Paris, Presses de la Sorbonne.

Blais H., 2014. Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale. Paris, Fayard.

Blais, H., Loiseaux O., 2022. Les Visages de l’exploration au XIXe siècle, du mythe à l’histoire. Catalogue de l’exposition. Paris, BnF.

Côte M., 1988. L’Algérie ou l’espace retourné. Paris, Flammarion, 362p.

Haut de page

Notes

1 Les fonds de la Société de Géographie sont en dépôt à la BnF depuis toujours, la Société garde la propriété et tout est géré par la BnF, c’est ce qui a rendu cette exposition possible.

2 La rihla est un genre littéraire qui s’est développé au sein de la littérature de langue arabe dès le XIIe siècle : un récit de voyage visant tant l’accumulation de savoir qu’une expérience initiatique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 -Affiche de l’exposition
Crédits Source : BnF, 2022, Dossier de presse de l’exposition. URL: https://www.bnf.fr/​sites/​default/​files/​2022-04/​dp_expo_Visages_de_l_exploration_.pdf
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Illustration 2 – Joseph Martin avec le guide toungouse Boris Grieznoukine, 1884
Crédits Auteur : P. Milevskij (18..-1907). Source : ©BnF, Collections de la Société de géographie, dépôt BnF, Cartes et plans, SG Portrait-2322 [Accessible sur Gallica] URL: https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b105016371/​f1.item
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 917k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Blais et Serge Weber, « Montrer les invisibles de l’histoire de l’exploration. Recherche académique et muséographie »EchoGéo [En ligne], 62 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/24294 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.24294

Haut de page

Auteurs

Hélène Blais

Hélène Blais, helene.blais@ens.psl.eu, est professeure d’histoire contemporaine et directrice du département d’histoire à l’ENS-PSL, Paris.

Serge Weber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search