Navigation – Plan du site

Accueilnumeros62Sur le ChampLa gouvernance de l’orpaillage cl...

Sur le Champ

La gouvernance de l’orpaillage clandestin dans les localités ivoiriennes frontalières du Mali et du Burkina Faso

Kouamé Hyacinthe Konan

Résumés

Les débats sur l’orpaillage clandestin en Côte d’Ivoire ont été longtemps focalisés sur les dégâts d’ordre environnemental que cette activité engendre sur les milieux qui abritent les sites aurifères. Si le désordre spatial reste l’élément frappant lorsque l’on aborde les sites miniers, cette activité masque une logique de fonctionnement solide qui structure sa gestion. Au-delà de ce désordre apparent, l’orpaillage clandestin est très structuré et fonctionne à partir des mécanismes de régulation qui se basent sur l’application stratégique de normes qui se construisent aux marges des normes formelles. L’objectif de cette contribution est de faire la lumière sur ces mécanismes qui fondent la gouvernance de l’orpaillage clandestin. La méthodologie s’appuie sur des enquêtes de terrain réalisées dans les localités de Kalamon, Gôgô et Zanikahan situées respectivement dans les départements de Doropo, Téhini, Tingrela à la frontière du Mali et du Burkina Faso. Les résultats de cette étude montrent que les mécanismes qui régulent l’orpaillage clandestin sont certes instables, mais ils font des sites d’extraction artisanale de l’or des espaces gouvernés, bien éloignés de l’idée d’« anarchie généralisée » qui domine les discours sur l’orpaillage clandestin. Aussi, le choix des voies coercitives pour mettre fin à l’orpaillage plutôt qu’une gestion participative incluant les pouvoirs publics et les populations locales contribue à la création de ces zones de ‘non responsabilité’ où les opérateurs organisent l’exploitation des ressources minières sans répondre de ses conséquences.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Selon la disposition de l’Article 65 du chapitre II du Code minier ivoirien sur autorisation d'exploitation minière artisanale : « L'autorisation d'exploitation minière artisanale est accordée par arrêté du Ministre chargé des Mines, sous réserve des droits antérieurs, après consultation des autorités administratives compétentes et des communes urbaines ou communautés rurales concernées, aux : personnes physiques de nationalité ivoirienne ; sociétés coopératives à participation ivoirienne majoritaire. Les conditions d'attribution de l'autorisation d'exploitation minière artisanale sont déterminées par décret » (Code minier, 2014, p. 19). Il est donc clair qu’en dehors de cette disposition toute démarche visant la mise en service d’un site d’extraction aurifère artisanale est qualifiée d’orpaillage clandestin. En vue de veiller à l’application de cette disposition, l’État de Côte d’Ivoire a mis en place des programmes de rationalisation de cette activité (Ministère de l’industrie et des mines, 2014, p. 1) mais aussi des unités de répression pour enrayer l’action des contrevenants à cette disposition. A cet effet, il a été créé, le jeudi 1er juillet 2021, par le Conseil National de Sécurité (CNS) un groupement spécial de répression fort de 560 éléments qui s’ajoute à la Brigade de Répression des Infractions au Code Minier (BRICM) déjà existante. Pendant que la lutte contre l’orpaillage fait rage en Côte d’Ivoire, le regard sur l’orpaillage a connu une évolution sensible dans les pays voisins. Suivant une approche contextualisée, des logiques d’encadrement de l’orpaillage artisanal sont mises en place. Au Burkina Faso et au Mali, il s’agit de plus en plus d’aller vers la transformation d’un secteur, qui constitue une source de revenus pour environ 20 % de la population burkinabè, et qui ne peut pas se faire par la seule imposition de règles dictées par les pouvoirs publics. Il est essentiel que les initiatives pour réguler le secteur soient adaptées à la réalité des communautés minières artisanales. (Medinilla et al., 2020). Il s’agit de parvenir, sous le contrôle de l’État, à une gouvernance locale capable de jouer un rôle essentiel dans toute tentative de réorganisation du secteur. Dans les zones frontalières au Nord de la Côte d’Ivoire, les mécanismes de gouvernance des sites institués par les migrants orpailleurs de concert avec les populations locales font de ces sites des territoires entièrement à part dans les milieux ruraux. Ces mécanismes de gouvernance élaborés à partir du consensus et le jeu des différents acteurs locaux des sites d’orpaillage restent peu connus surtout en Côte d’Ivoire où le secteur est dominé par la clandestinité. Les institutions et les mécanismes qui régulent l’organisation de la filière faisant déjà très rarement l’objet d’analyse (Arnaldi di Balme et Lanzano, 2014, p. 21), cette étude se fixe pour objectif de contribuer à la connaissance de ces mécanismes de gouvernance en vigueur dans cette partie du pays.

Méthodologie

2Les données collectées pour cette étude concernent trois sites d’exploitation situés dans les localités frontalières du Burkina Faso et du Mali. Il s’agit de Kalamon situé dans le department de Doropo, la localité de Gôgô située dans le département de Téhini et Zanikahan qui est localisé dans le département de Tengréla (illustration 1).

Illustration 1 - Carte de la zone d’étude

Illustration 1 - Carte de la zone d’étude

Auteurs : K.H. Konan et I.A. Bissa, 2022.

3Le choix de ces sites se justifie par le fait que ces localités proches Mali et du Burkina Faso (qui ont une longue tradition dans l’exploitation artisanale de l’or) font partie des premières localités ivoiriennes où l’orpaillage a été initié par l’ex-rébellion en 2003.

4Durant la crise de près d’une décennie qui s’est ensuivie, la moitié nord du pays échappait au contrôle du gouvernement central à Abidjan, ce qui laissait l’exploitation et le commerce de l’or entièrement dans la sphère illicite et aux mains des Forces nouvelles, le principal groupe rebelle (Soko, 2019, p. 2). Ces sites tenus par des opérateurs burkinabés sont relativement mieux structurés que la plupart de ceux qui existent dans le nord de la Côte d’Ivoire depuis la crise militaro-politique 2002 à 2010. Les enquêtes à Zanikahan ont été utiles pour connaitre le processus de répartition des revenus entre les différents acteurs et le niveau d’intervention des autorités traditionnelles et coutumières de cette économie. À Gôgô, l’observation du modèle d’exploitation de cette zone a permis de cerner le fonctionnement d’une unité spatiale en économie d’orpaillage qui, de façon générale, est calquée sur le modèle des sites aurifères burkinabè. À Kalamon, l’adoption de l’orpaillage se situe autour de 2008 ; période pendant laquelle l’État n’avait pas de contrôle sur cette zone. Ces sites ont constitué le pilier de l’économie de Kalamon jusqu’à ce que se mettent en place des dynamiques d’expulsion impulsée par AMPELLA Mining CI qui a obtenu un permis de prospection dans la zone. Le choix de cette localité a été intéressant pour évaluer la capacité de l’orpaillage à constituer une importante source de financement des projets de développement dans les villages qui abritent les sites. La collecte des données s’est effectuée à partir de quelques outils de la Méthode Appliquée à la Recherche Participative (MARP) tels que le diagramme de Venn, la carte des ressources et les focus groups. Le diagramme de Venn est un outil organisationnel qui a permis de faire l’inventaire des types d’activités qui existent sur chaque site d’orpaillage visité, d’établir les liens qui existent entre ces activités et de mettre en exergue les interrelations de ces activités avec les structures extérieures aux sites et les pouvoirs publics. La carte des ressources a permis aux groupes d’orpailleurs, réunis dans un focus group de 10 à 25 personnes en fonction des localités, de représenter eux-mêmes les sites et les types d’activités qui s’y déroulent.

Résultats

Le mode d’accès à la terre en économie d’orpaillage

5Les terres à Kalamon appartiennent à cinq grandes familles issues d’un même lignage. Pour avoir accès à la terre tout demandeur sollicite le chef de village (s’il est étranger) ou saisit directement le chef de terre de la famille à qui appartient la parcelle concernée (s’il est membre de la communauté villageoise). Dans les deux cas, le chef de village et le chef de terre se concertent pour examiner la demande. Dans l’économie agricole par exemple, tout étranger demandeur d’un espace dans un bas-fond s’adresse en premier lieu au chef de village. Celui-ci l’oriente vers le chef de terre de l’espace concerné. Malgré les interdictions de vente de terre par la coutume, le mode d’accès par la vente apparait de plus en plus comme une forme de cession. À Gôgô, les terres sont la propriété des différentes familles Lorhons qui se réclament être les primo-occupants de la localité et chacune d’elles gère ces espaces selon ses propres règles. Les droits de propriété des terres sont transmis de génération en génération au sein des familles. En économie d’orpaillage, lorsqu’un filon d’or est trouvé, le prospecteur contacte le propriétaire terrien afin de définir les conditions d’exploitation. À Zanikahan, le chef de village, issu d’une des familles Senoufo fondatrices du village, fait office de chef de terre. Ce chef de village, entouré de notables et chefs de familles, a en charge la gestion de la terre. Celui qui la reçoit doit absolument avoir une résidence dans le village. Cette obligation de résidence est la clause la plus importante car elle met en rapport le demandeur non pas avec celui qui lui cède la terre, mais avec le village. Il pourra y faire tout type de cultures sans que lui soit donné le droit de la prêter à un tiers. Avant le départ du demandeur, le propriétaire récupère sa parcelle qui ne peut faire l’objet de transactions quelconques. La terre ainsi ne se vend pas, ne se loue pas, mais se prête car elle reste la propriété exclusive du village.

6Avec l’introduction de l’économie d’orpaillage, les transactions sur le foncier ont pris une autre dimension. Désormais, la cession de la terre pour la pratique de cette activité est soumise à de nouvelles règles. L’accès à la terre à proprement parler suit plusieurs modes. À Kalamon, les sites miniers sont octroyés aux opérateurs par les chefs de terre qui bénéficient en retour de dividendes (un pourcentage sur la production). Aussi, la prospection est faite dans les champs après autorisation du propriétaire. Mais il arrive que des recherches se fassent à l’initiative des prospecteurs communément appelés « rechercheurs » qui sillonnent la brousse munis de détecteurs. Selon ce mode opératoire, d’après ce qui nous a été révélé à Gôgô, les orpailleurs payent avec une taxe journalière estimée à 50 000 FCFA par appareil de détection au propriétaire terrien. Lorsqu’un filon d’or est trouvé, le prospecteur contacte le propriétaire terrien afin de définir les conditions d’exploitation. En général, le gain est réparti par pourcentage et par puits d’exploitation entre le chef de village, le financier « patron », le propriétaire de l’espace et les mineurs. Si l’espace n’est pas cultivé, le prospecteur négocie directement les conditions d’exploitation avec le chef du village. Quel que soit l’espace concerné par l’exploitation, le chef du village perçoit obligatoirement une redevance à travers un représentant qu’il désigne sur le site. Il arrive par ailleurs que l’installation des orpailleurs soit l’initiative du chef de terre qui les fait lui-même venir des pays voisins comme c’est le cas à Zanikahan. Cette économie repose sur l’emploi d’une main-d’œuvre en majorité burkinabè qui reproduit le modèle d’organisation des sites de son pays d’origine. Il en résulte un modèle spatial dont le fonctionnement est révélateur de l’importance des complémentarités et des concurrences qui lient les activités au sein de ce système de production. Ces unités de production ou sites en économie d’orpaillage sont dénommées yaar qui signifie en langue moré du Burkina Faso, « le marché ».

Le mode de gestion de l’unité d’exploitation : le yaar

7L’activité démarre par une prospection de spécialistes locaux. Lorsque les recherches sont favorables, un accord est établi entre l’opérateur et le propriétaire terrien. Les opérateurs sont pour essentiel des opérateurs burkinabés. Après cet accord, l’opérateur engage des ouvriers pour la mise en service du site. Un site d’orpaillage ou yaar est une unité spatiale spécialisée qui se différencie des unités agricoles ayant jusque-là marqué ces espaces. La délimitation du yaar est effectuée par l’opérateur en accord avec le propriétaire foncier après un compte rendu effectué par les prospecteurs engagés par ledit opérateur. Si le yaar se présente à priori comme un lieu de pratique de l’orpaillage, il est également caractérisé par d’autres activités qui gravitent autour de sa fonction principale de production d’or.

8Le yaar est un espace bien délimité par des barrières et protégé par des gardiens avec une seule entrée et une seule sortie (illustration 2).

Illustration 2 - Système de fonctionnement d’une unité d’exploitation, le yaar

Illustration 2 - Système de fonctionnement d’une unité d’exploitation, le yaar

Auteur : K.H. Konan, 2021.

9Il est généralement composé de cinq parties. Il y a d’abord l’espace réservé à l’extraction de l’or qui comporte les placers ou trous qui équivaut à l’espace A sur le schéma (illustration 3). C’est l’espace par lequel commencent tous les travaux sur l’unité de production. Les travaux les plus pénibles tels que creusage y sont exercés. Les profondeurs des trous dépendent du relief. Quand il s’agit d’une zone alluvionnaire, l’extraction de l’or est relativement facile en raison de la faible profondeur des trous. Les orpailleurs procèdent dans ce cas de figure à un grattage de la terre sensée contenir de l’or (illustration 3 à gauche) Mais quand il s’agit des filons granitiques, le creusage se poursuit jusqu’à des profondeurs considérables dans le sol avec tous les risques d’éboulement que cela peut comporter. Les roches soupçonnées contenir de l’or sont cassées et retirées du puits à l’aide d’une corde par une catégorie d’orpailleurs dénommés les « tireurs » (illustration 3 à droite). Dans cette partie du yaar la dynamique est donc organisée autour de différents acteurs que sont les creuseurs et les tireurs. C’est une chaine de travail bien structurée avec des équipes qui travaillent en synergie sous le contrôle d’un surveillant et de représentants du chef de village. Le financier loue des trous et entretien le ou les creuseurs et tireurs.

Illustration 3 - Typologie d’exploitation de l’or : alluvionnaire à Zanikahan (gauche) et granitique avec puit à Gôgô (droite)

Illustration 3 - Typologie d’exploitation de l’or : alluvionnaire à Zanikahan (gauche) et granitique avec puit à Gôgô (droite)

Auteur : K.H. Konan, août et décembre 2021.

10Au comptoir, qui s’identifie par l’espace B sur le schéma, les pierres issues des puits ou les mottes de terres sont séparées de l’or par simple lavage ou par un procédé d’amalgamation avec le mercure (illustration 4). À ce niveau, après le ramassage de la terre, celle-ci est lavée dans une cuvette creuse ou sur une palette de bois. La terre molle coule sur un tapis qui sera à son tour lavé dans une cuvette et l’or est ensuite recueilli. Généralement, le comptoir et la place destinée au lavage sont contigus mais, sur certains sites, ces deux places sont géographiquement séparées.

Illustration 4 - Un comptoir à Zanikahan

Illustration 4 - Un comptoir à Zanikahan

Auteur : K.H. Konan, décembre 2021.

11Dans le yaar, un espace (espace D du schéma) réservé à la vente de l’or. Cet espace est occupé par les « patrons » qui ont l’exclusivité de l’achat de la production d’or. L’espace des acheteurs est le lieu par excellence de l’interaction entre les orpailleurs et les personnes extérieures (autorités politiques, agents de l’État y compris ceux du ministère des Mines). C’est le lieu où se rencontrent tous ceux qui gèrent en sous-main ce secteur. Comme le disent les orpailleurs eux-mêmes :

« Tout le monde est dans le système et mange un peu : gendarmes oh, agents du ministère des mines oh, chef du village oh. Nos chefs de terres, les gendarmes mêmes et militaires qui sont là pour interdire, les jeunes ; tous sont dedans car chacun a sa part pour que le travail se passe bien » (focus group à Kalamon, 30/07/ 2021).

12Le yaar comporte par ailleurs une zone réservée au petit commerce, à la restauration et au loisir (espace E du schéma et illustration 5).

Illustration 5 - Partie du yaar réservée à la commercialisation d’articles divers

Illustration 5 - Partie du yaar réservée à la commercialisation d’articles divers

Auteur : K.H. Konan, décembre 2021.

13De plus en plus, sur cette partie du yaar, des patronnes d’origine nigériane font venir des jeunes filles pour le travail du sexe. Certaines habitent dans des abris de fortune sur les sites d’orpaillage tandis que d’autres vivent dans les villages avoisinant les sites.

14Si à Kalamon et à Gôgô, l’accès au yaar ne requiert pas de conditions préalables et tout individu peut venir y travailler ou encore des individus peuvent se constituer en équipe pour venir rechercher l’or, à Zanikahan, par contre, le site n’est accessible qu’avec un passe-droit. Il s’agit d’un montant versé par un exploitant au propriétaire pour pouvoir accéder au site en tant qu’exploitant. Quoi qu’il en soit, dans ces localités, l’économie aurifère se construit parmi les autochtones en puisant dans l’expertise des orpailleurs des pays voisins avec qui ils ont établi des systèmes de répartition des gains respectés par toutes les parties. La main-d’œuvre sur ces sites est constituée en grande majorité de jeunes autochtones et de ressortissants Burkinabé. La méfiance et l’extrême mobilité de ces acteurs qui opèrent dans la clandestinité rend leur dénombrement difficile.

L’importance économique de l’orpaillage pour les localités d’étude

15L’orpaillage est considéré comme la première source de revenu dans toutes les localités d’étude. L’exploitation de l’or a un impact économique considérable. Occupant 85 % de la jeunesse active, l’orpaillage est devenu une alternative économique crédible pour les populations. Pour créer les conditions d’une jouissance paisible, les différents acteurs ont établi des règles de répartition des gains qui ont été révélées lors de nos enquêtes à Zanikahan et dans les autres localités qui ont été l’objet de nos enquêtes. Ainsi, à la vente de la production, le financier retire son investissement et recouvre ainsi toutes les dépenses effectuées au titre des charges d’exploitation consignées dans un registre tenu par le chef du placer. Après cette opération, le chef du village et/ou le propriétaire terrien reçoit 5 000 FCFA/gramme d’or et le reste du gain ou de la vente est réparti entre le creuseur, le tireur et la laveuse. Le surveillant est pris en charge par l’opérateur. Sur le site, le prix du gramme monte jusqu’à 25 000 FCFA.

16À Kalamon, l’orpaillage a permis une embellie économique permettant de réaliser d’importants investissements et actions de développement : rénovation de la maternité, reprofilage de l’axe Kalamon-Doropo pour un coût de 7 000 000 FCFA, confection de briques pour la future maison du sous-préfet, construction de la cantine, don de 170 tables-bancs à l’école, rénovation du foyer des jeunes. Les revenus tirés de l’orpaillage permettent de réaliser des investissements que l’État n’est pas en mesure de conduire, justifiant un vif intérêt des populations locales pour cette activité.

17Dans cette localité, malgré la fermeture des sites en raison de l’obtention par l’entreprise AMPELLA d’un permis de recherche sur cette zone, les jeunes continuent de travailler clandestinement. Les exploitants ont évoqué la difficulté qu’ils rencontrent de la part de la Direction des mines pour la délivrance des documents pouvant les mettre à l’abri de toutes tracasseries. Cette façon de faire est vue par les orpailleurs comme une stratégie des agents de l’État pour les garder dans la précarité afin de les soumettre à plus de racket. A présent, ces sites aurifères ne profitent plus à Kalamon au regard des fuites de la production vers le Burkina Faso voisin. À Gôgô, les revenus de cette activité servent à la survie des ménages, à la scolarisation des enfants, à l’acquisition de biens immobiliers et matériels etc. Les personnes rencontrées lors de nos enquêtes n’ont pas caché la dépendance de leur survie à cette activité :

« Ici à Gôgô, nous n’avons plus rien. C’est le travail de l’or qui nous donne à manger et nous donne de l’espoir. Parce qu’un jour s’il plait à Dieu nous pourrions avoir beaucoup d’argent avec une découverte. Et nous les jeunes, nous sommes prêts à affronter même des chars s’il le faut mais nous n’arrêterons pas le travail de l’or. Nous ne pouvons pas arrêter parce qu’il s’agit de notre survie et celle de nos familles » (focus group à Gôgô, le 8/08/2021).

18Malgré les règles mises en place pour clarifier les fonctions et les rétributions des acteurs, la vie des yaar est marquée par des conflits qu’il convient de souligner.

Description et analyse des conflits, criminalité et corruption dans la gouvernance des sites d’orpaillage

19Le premier type de conflit évoqué au sujet de l’orpaillage est lié à l’environnement immédiat des sites. Selon les jeunes, les sites d’orpaillage sont réputés être des zones de non droit. Ils sont caractérisés par des bagarres, des vols tout le long de la chaîne de production, des assassinats et des spoliations de biens. Ainsi, il peut arriver qu’un individu ayant trouvé un bon filon se fasse expulser ou assassiner par d’autres orpailleurs.

20Au niveau de la communauté villageoise, les conflits qui s’y développent sont des conflits de génération entre les orpailleurs devenus riches et les aînés qui sont restés pauvres. Ces conflits se traduisent par l’ostentation qui marque le train de vie de certains orpailleurs qui négligent les avis des ainés sur les questions familiales et celles concernant le village. Les vieux perçoivent l’or comme étant à la base d’un bouleversement des règles sociales et du déclin spirituel des plus jeunes.

21Le chef de village de Gôgô estime que

« l’argent a pris le dessus dans les relations. Il n’y a plus de respect des jeunes pour les anciens. Comment voulez-vous qu’un enfant qui peut obtenir, si Dieu le veut, des millions, simplement en allant ramasser des cailloux dans un trou, respecte les anciens du village ? À cause de l’or les jeunes ne respectent plus les fondements de nos traditions » (05/08/2021).

22Ces conflits s’expriment aussi par le peu d’emprise que les parents ont sur les enfants qui se sont finalement détournés de l’école au profit de l’orpaillage. Par ailleurs, des conflits surgissent aussi entre les villages. Ils tournent autour de la remise en cause des limites des terroirs lorsqu’un filon est trouvé entre deux localités voisines. Ce secteur est marqué par la corruption des forces de l’ordre et des autorités politiques et administratives. Les détecteurs saisis et les orpailleurs arrêtés au cours des opérations de répression sont rapidement libérés contre le paiement d’amendes. Plusieurs agents sécuritaires et administratifs ont évoqué les pressions de leur hiérarchie quant à la libération de certains orpailleurs clandestins, mais aussi pour le maintien de certains sites d’orpaillage. L’orpaillage alimente régulièrement les activités de bandes criminelles autour des vols de bétail destiné à couvrir les besoins des orpailleurs en viande bovine. Ces voleurs de bétail peuvent dérober tout un troupeau aux éleveurs de jour comme de nuit.

23Selon un éleveur interrogé à Zanikahan,

« ces voleurs de bétail sont connus de tous mais personne ne peut les dénoncer de peur d’être assassiné. Parfois, ils volent nos bêtes et nous sommes obligés de négocier pour les récupérer en payant 10 000 FCFA par bête. Dans le cas contraire des animaux sont tués et vendus aux restaurants des sites d’orpaillage » (1/12/2021).

Discussion

24À la différence du Mali et du Burkina Fao, où l’orpaillage est considéré comme une activité régulière des populations, l’essentiel de l’activité d’orpaillage de notre zone d’étude est vue par l’État comme une activité répréhensible. Les principes et mécanismes qui font fonctionner ces sites considérés comme des zones de non-droit sont peu connus. Vus de l’extérieur, ces sites d’exploitation s’apparentent à des zones de guerre tant le désordre y règne. Pourtant, ce chaos apparent cache une forme de rationalité. Ce constat est celui de A. Medinilla, P. Karkare et T. Zongo (2020, p. 14) qui montre que si la gouvernance de ce secteur semble être un processus complètement désordonné, car il échappe largement à l’environnement réglementaire et fiscal du gouvernement, néanmoins, l'exploitation minière ne se fait pas dans un espace vide de gouvernance. Ces propos sont renforcés par O. Sangaré et al. (2016, p.53 ; voir aussi Choquet, 2018,p. 37) qui révèlent que, contrairement aux préjugés habituellement véhiculés qui font des sites d’orpaillage des espaces de non-droit, l’organisation du site repose sur une gouvernance de proximité très structurée, même si elle est principalement régie par des règles informelles. En termes d’accès à la terre, nos résultats ont montré la mise à l’écart de l’État dans les transactions foncières entre les autorités communautaires et les orpailleurs sur la base de mécanismes de gestion coutumière ou mis en place pour les besoins de la cause. A. Keita (2017, p. 14) souligne également qu’au Mali, particulièrement à Namatou et Balandougou, l’ouverture des sites d’orpaillage n’obéit pas aux règles fixées par la législation minière, mais plutôt à des règles coutumières qui existent depuis fort longtemps.

25Même si les formes diffèrent légèrement d'un site à l'autre, ce qui est marquant, c’est l'importance du jeu des acteurs locaux qui ont l’intelligence du contexte dans lequel se déroule l'exploitation minière artisanale et qui veulent qu’à travers ces normes informelles, les règles de répartition des résultats soient clairement établies entre toutes les parties concernées. L. Arnaldi di Balme et C. Lanzano (2013, p. 28) sont arrivés à des résultats similaires en avançant que si l’exploitation artisanale échappe en large partie aux tentatives de contrôle par la législation formelle, des formes variées de gouvernance réelle se mettent en place pour assurer la régulation de la vie et du travail dans les sites d’orpaillage. La gouvernance proposée par les acteurs de l’orpaillage clandestin est, contrairement à la croyance étatique, plus bénéfique pour les populations locales comparativement à celle des entreprises légalement constituées. Ces populations ont la latitude elles-mêmes d’élaborer les clés de répartitions des retombées et de les modifier le cas échéant (Konan, 2019, p. 59). Nos recherches ont également montré que la gouvernance des sites d’orpaillage ne se résume pas seulement à la capacité de ses acteurs à mettre en place des mécanismes de régulation pour l’exploitation de l’or dans un espace donné mais que cette gouvernance prend également en compte les interactions entre les orpailleurs et l’environnement socio-politique. Ces interactions mettent à nu le niveau d’implication voire la corruption des agents vis-à-vis d’une activité qu’ils considèrent comme illicite mais qui est une source d’enrichissement pour eux. PAX et al. (2015, p. 62) confirment cette assertion quand dans le cadre d’une étude sur le secteur aurifère à Mambasa occidental, ils mentionnent que les représentants locaux de la division des Mines expliquent que « l’exploitation, comme on la perçoit aujourd’hui, n’est pas tolérée par la loi, mais [qu’]ils la tolèrent quand même de manière artisanale pour permettre aux creuseurs de survivre ». Pourtant, les représentants de l’État taxent ces mêmes activités. C’est donc en donnant un semblant de légalité aux activités économiques illégales que les autorités étatiques des différents niveaux collectent des ressources considérables.

26Pourtant, comme on l’a dit, les autorités compétentes ne s’empressent guère de délivrer les documents d’autorisation, ce qui est vu par les orpailleurs comme une stratégie des agents de l’État pour les garder dans la précarité et la clandestinité. Or, le caractère illicite de l’orpaillage ne manque pas de susciter des conflits entre des localités voisines dont les relations étaient marquées par la coexistence pacifique ainsi que de nouvelles formes de criminalité dans des milieux en proie à des flux migratoires importants. La perturbation de l’environnement socio-économique des milieux en lien avec l’activité d’orpaillage a été signalée par L. Ouédraogo (2019, p. 11) en évoquant le cas de Diosso, Siguinoguin et Zincko au Burkina Faso. Ses résultats s’apparentent aux nôtres en montrant par exemple comment l’usage de stupéfiants par les orpailleurs pour rendre la main-d’œuvre plus efficace et facilement aux conditions de travail difficiles fragilise l’équilibre des milieux ruraux. À cela s’ajoute la transgression des coutumes lors de l’acquisition des terres qui sont souvent classées comme sacrées ; la déscolarisation du fait que les enfants vont dans les mines plutôt qu’à l’école, la criminalité comme le vol ; et les conflits dans l’utilisation des ressources telles que la terre, l’eau et les ressources minières. Nos résultats ont également relevé les difficultés de formalisation de l’orpaillage.

27Cette difficulté de formalisation de l’orpaillage est vue par E. Sawadogo, E.C. da Dapola (2022, p. 18) comme une forme d’exclusion pure et simple de certains acteurs clés pouvant entraîner des révoltes favorables à la clandestinité et défavorables à la formalisation durable. Nos recherches soulèvent également la problématique de l’éthique autour de l’égalité dans l’accès aux ressources. À Kalamon, l’obtention par l’entreprise AMPELLA d’un permis d’exploration a entraîné la fermeture des sites existants et les populations sont ainsi amenées à y mener des opérations clandestines. Une sorte de réponse aux entreprises minières dont les actions de développement sont jugées mitigées comparativement à l’orpaillage dont les revenus profitent équitablement aux communautés. C’est ce que semble dire N. Traoré (2002, p. 148) en soulignant que l’égalité d’accès aux ressources est au cœur du débat sur le secteur artisanal et sur l’extractivisme en tant qu’idéologie, se référant au caractère prédateur du secteur industriel dont la politique de compensation a été imposée par les revendications des travailleurs et les contestations communautaires. Par ailleurs, notre étude a fait cas de la capacité de l’orpaillage à être un facteur de développement communautaire en permettant de réaliser d’importants investissements et actions de développement. Ce constat rejoint celui de OCDE (2021, p. 10) qui signale qu’au Mali les mairies ou les coopératives des orpailleurs prélèvent une taxe sur la production pour le développement communautaire.

Conclusion

28L’attention de l’opinion publique a été notamment focalisée sur les impacts environnementaux négatifs induits par l’orpaillage. Si le développement de l’orpaillage artisanal, principalement informel, suscite diverses inquiétudes quant à sa soutenabilité sociale et environnementale, la réflexion devait être de plus en plus portée sur la capacité de cette activité à être un levier économique durable dans les milieux ruraux plutôt que d’appeler aux seules mesures coercitives mises en place par l’État pour l’endiguer. Il est bon de savoir que cette activité est régulée par des mécanismes de gestion mis en place de concert entre les propriétaires terriens, les populations autochtones et les orpailleurs étrangers. Ces normes informelles témoignent des formes de dialogues ou des stratégies que développent ces acteurs pour favoriser l’exploitation de ces ressources minières. Ces mécanismes comportent certes des insuffisances mais il faut aussi reconnaitre que le manque de volonté de l’État à soutenir la gestion participative contribue à la création de zones de ‘non responsabilité’ où les opérateurs organisent l’exploitation des ressources minières sans répondre de ses conséquences. Face à cette situation, il est nécessaire de faire une analyse géo-anthropologique des faits qui concourent en l’enracinement de ce phénomène et de songer à la création de cellules de réflexion pouvant permettre l’élaboration d’un nouveau corpus de discours et de pratiques à la croisée entre des sphères traditionnelles et modernes permettant de faire évoluer les représentations sur l’orpaillage en Côte d’Ivoire.

Haut de page

Bibliographie

Arnaldi Di Balme L., Lanzano C., 2013. « Entrepreneurs de la frontière » : le rôle des comptoirs privés dans les sites d'extraction artisanale de l'or au Burkina Faso. Politique africaine [accessible sur Cairn], n° 131, p. 27-49. URL: https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2013-3-page-27.htm - DOI: https://doi.org/10.3917/polaf.131.0027

Arnaldi di Balme L., Lanzano C., 2014. Gouverner l’éphémère Étude sur l’organisation technique et politique de deux sites d’orpaillage (Bantara et Gombélèdougou, Burkina Faso). Etude Récit n°37, Labo citoyennetés, 71 p.

Choquet C., 2018. Orpaillage « artisanal » et mutations locales En Haute-Guinée [Accessible sur le site du Gemdev]. Hommes & Libertés, n° 184, p. 36-38. URL: https://www.gemdev.org/wp-content/uploads/2018/12/Choquet-2018-HL184-Orpaillage-artisanal-.pdf

Keita A., 2017. Orpaillage et accès aux ressources naturelles et foncières au Mali [En ligne]. IQAM-CIRDIS, 29 p. URL: https://www.ieim.uqam.ca/IMG/pdf/cahier_cirdis_-_no2017_-_01.pdf

Konan K.H., Martin A.D., Kra K.J., 2018. Migration, orpaillage et dynamique de l’espace à Fodio dans le département de Boundiali au nord de la Côte d’Ivoire. BALUKI, Revue de Sciences géographiques, d’environnement et d’aménagement (LAGEA), vol. 2, n° 4, p. 132-148.

Konan K.H., 2019. Les enjeux de la cohabitation entre les industries minières aurifères et orpailleurs clandestins : cas du secteur de Tongon au Nord de la Côte d’Ivoire [accessible sur Academia]. ANYASA Revue des Lettres et Sciences Humaines Laboratoire de Recherche sur la Dynamique des Milieux et des Sociétés, p. 50-63. URL: https://www.academia.edu/41665557/Les_enjeux_de_la_cohabitation_entre_des_industries_mini%C3%A8res_aurif%C3%A8res_et_orpailleurs_clandestins_cas_du_secteur_de_Tongon_au_Nord_de_la_C%C3%B4te_d_Ivoire

Lanzano C., Arnaldi di Balme L., 2017. Des « puits burkinabè » en Haute Guinée : processus et enjeux de la circulation de savoirs techniques dans le secteur minier artisanal. Autrepart [Accessible sur Cairn], n° 82, p. 87-108. URL: https://www.cairn.info/revue-autrepart-2017-2-page-87.htm - DOI: https://doi.org/10.3917/autr.082.0087

Medinilla A., Karkar, P., Zongo T., 2020. Encadrer à nouveau l’artisanat minier au Burkina Faso. Vers une approche contextualisée. Ecdpm, Document de réflexion [En ligne] n° 270, 29 p. URL: https://ecdpm.org/fr/publications/encadrer-artisanat-minier-burkina-faso-approche-contextualisee/

Ministère du plan et du développement, Institut national de la République de Côte d'Ivoire, 2014. Loi N° 2014-138 du 24 mars 2014 portant code minier [Accessible sur Droit Afrique], 44 p. URL: https://www.droit-afrique.com/uploads/RCI-Code-minier-2014.pdf

Ministère de l’industrie et des mines, 2014. Programme de rationalisation de l'orpaillage [Accessible en ligne]. Abidjan, 3 p. URL: http://mines.gouv.ci/wp-content/themes/Newsmag/doc/programme_rationalisation_or.pdf

Ouedraogo L., 2019. Orpaillage artisanal et développement rural. Doctorat, Université de Laval, Québec, 152 p.

OCDE, 2021. Améliorer la gestion des risques dans les chaines d’approvisionnement de l’or produit au Burkina Faso, Mali et Niger [En ligne], 44 p. URL: http://mneguidelines.oecd.org/Ameliorer-la-gestion-des-risques-dans-les-chaines-d-approvisionnement-de-l-or-produit-au-Burkina-Faso-Mali-et-Niger.pdf

PAX, CDJP, Haki na Amani, 2015. Exploiter (dans) le désordre – Cartographie sécuritaire du secteur aurifère à Mambasa occidental [En ligne]. PAX Pays-Bas, Commission Diocésaine Justice et Paix du diocèse de Wamba & le réseau Haki na Amani Numéro de série PAX2015/006, 72 p. URL: https://paxforpeace.nl/media/download/exploiter-dans-le-desordre-v4-web.pdf

Sangare O., Mundler P., Ouedraogo L.S., 2016. Institutions informelles et gouvernance de proximité dans l’orpaillage artisanal. Un cas d’étude au Burkina Faso. Revue Gouvernance / Governance Review [Accessible sur Erudit], vol. 13, n° 2, p. 53–73. URI : https://id.erudit.org/iderudit/1039240ar - DOI : https://doi.org/10.7202/1039240ar

Sawadogo E., Dapola E.C.D.†, 2021. Enjeux de la mutation des techniques artisanales sur la formalisation de l’exploitation de l’or au Burkina Faso. EchoGéo [En ligne], n° 58. URL: https://journals.openedition.org/echogeo/22710 - DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.22710

Soko C., 2019. L’économie minière de l’orpaillage artisanal dans les sociétés post-conflit : jeux des acteurs et enjeux de développement et de coopération internationale. Étude de cas en Côte d’Ivoire. Revue Organisations & Territoires [En ligne], vol. 28, n° 1, p. 61-79. URL: https://revues.uqac.ca/index.php/revueot/article/view/1023 - DOI: https://doi.org/10.1522/revueot.v28n1.1023

Traore N., 2002. Arène de l’orpaillage : acteurs et enjeux des centrales d’achat d’or de Kadiolo, au Mali. Revue Internationale des Etudes de Développement [En ligne], p. 147-172. URL: http://journals.openedition.org/ried/1040 - DOI: https://doi.org/10.4000/ried.1040

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Carte de la zone d’étude
Crédits Auteurs : K.H. Konan et I.A. Bissa, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Illustration 2 - Système de fonctionnement d’une unité d’exploitation, le yaar
Crédits Auteur : K.H. Konan, 2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24335/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Illustration 3 - Typologie d’exploitation de l’or : alluvionnaire à Zanikahan (gauche) et granitique avec puit à Gôgô (droite)
Crédits Auteur : K.H. Konan, août et décembre 2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24335/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Illustration 4 - Un comptoir à Zanikahan
Crédits Auteur : K.H. Konan, décembre 2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24335/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 5 - Partie du yaar réservée à la commercialisation d’articles divers
Crédits Auteur : K.H. Konan, décembre 2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24335/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 963k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kouamé Hyacinthe Konan, « La gouvernance de l’orpaillage clandestin dans les localités ivoiriennes frontalières du Mali et du Burkina Faso »EchoGéo [En ligne], 62 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/24335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.24335

Haut de page

Auteur

Kouamé Hyacinthe Konan

Kouamé Hyacinthe Konan, konanhyacinth@gmail.com, est maître de Conférences à l’Université Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo (Côte d’Ivoire). Il a récemment publié :
- Konan K.H., Sogodogo A., 2022. Social mediation and violent extremism in border areas in northern Côte d'Ivoire: an analysis based on vulnerabilities in the farmers’ world. American Journal of Innovative Research and Applied Sciences, vol. 14, p. 207-212.
- Konan K.H., Guéhi Z.E.D, 2021. L’extrémisme violent au nord de la Côte d’Ivoire : entre absence de l’Etat et guerre de l’orpaillage. Kafoudal, la Revue des Sciences Sociales de l’Université Peleforo Gon Coulibaly, p. 41-60.
- Konan K.H., Amalaman D. M., 2021. Le code minier ivoirien à l’épreuve de l’orpaillage clandestin : le cas de Fodio, Poungbè et Ziévasso au Nord de la Côte d’Ivoire. La revue des Sciences Sociales Kafoudal, vol. 3, n° 1, p.20-30.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search