Navigation – Plan du site

Accueilnumeros62Sur le ChampMulti-spécificité, mobilités past...

Sur le Champ

Multi-spécificité, mobilités pastorales et environnement en Mongolie

Résultats d’une enquête de terrain dans le désert de Gobi (Mongolie, province de Bayanhongor, district de Shinejinst)
Jeanne Riaudel

Résumés

Le pastoralisme mongol se caractérise par une mobilité humaine et animale importante à l’échelle annuelle mais aussi quotidienne. Ces mobilités sont conditionnées par de nombreux facteurs économiques, sociaux, culturels et environnementaux. Cet article cherche à exposer la méthodologie et à explorer les résultats d’une enquête de terrain de trois mois dans le district de Shinejinst dans la province de Bayanhongor, autour des dynamiques et des enjeux d’un modèle économique pastoral nomade fondé sur la mobilité de troupeaux multi-spécifiques, en s’interrogeant sur la capacité d’adaptation humaine et animale aux nouvelles contraintes environnementales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le domaine des Mongolian Studies, de plus en plus de travaux issus de différentes disciplines (Sternberg et al., 2011 ; Darbalaevaet al., 2020 ; Han et al., 2021), s’inquiètent des impacts possibles des évolutions climatiques sur l’environnement et la biodiversité, mais aussi de leurs conséquences sur les pratiques pastorales mongoles qui reposent sur l’équilibre entre des conditions extrêmes d’élevage et la clémence du climat. En effet, la variabilité croissante du climat observée ces dernières années (Sternberg et al., 2022), ainsi que de l’intensification de la pression sur les ressources pastorales, notamment lié à l’accroissement général du cheptel mongol depuis les années 2000, semblent rendre ce type d’activité de plus en plus difficile à mener pour les éleveurs. C’est en tout cas une des grandes difficultés que les éleveurs relèvent dans le désert de Gobi, notamment dans la province de Bayanhongor.

2Cependant, la majorité de ces travaux étudie généralement le pastoralisme soit de manière globale, comme par exemple les travaux d’Amarsanaa Altasan (Altansan, 2013), soit en se concentrant sur un aspect particulier tel que l’environnement, l’élevage ou encore les pratiques culturelles quotidiennes. Mais une approche abordant les relations entre les différents éléments qui constituent le pastoralisme, tel que la développe Charlotte Marchina dans sa thèse (Marchina, 2015) en proposant d’étudier non plus le pastoralisme mongol mais, bien « la communauté » humaine et non-humaine qui se forme dans ce contexte pastoral reste marginale. Nous proposons ici de poursuivre cette approche cette fois en empruntant des méthodes principalement liées à la géographie, mais également à l’ethnologie, pour mieux mettre en avant l’écosystème de relations qui s’opère entre les Hommes, les différentes espèces présentes sur le territoire observé, et l’environnement.

3Cet article a ainsi pour objectif principal de chercher à mieux cerner la place de l’environnement dans l’analyse des interactions humaines et animales en s’appuyant sur l’analyse de leurs parcours et des discours pastoraux. Dans cette perspective, il se concentrera sur les différentes territorialités humaines et animales à différentes échelles spatiales et temporelles, dans l’objectif de transposer l’idée d’une « ethnographie multi-spécifique » (Marchina, 2019) à la géographie pour tenter de mieux cerner la place de l’environnement dans l’analyse des interactions humains-animaux.

4Après une présentation du contexte historique, économique, social et environnemental dans lequel s’inscrit cette enquête, nous chercherons à définir les différents modes de régulation des parcours annuels observés, avant de finir par observer l’interdépendance des mobilités multi-spécifiques des différents groupes cohabitant sur ce territoire.

5La méthodologie et les quelques résultats présentés ici se concentreront sur un terrain de recherche mené dans le cadre d’un stage de Master 1 encadré par le projet ANR PastoDiv au sein de l’UMR Paloc dans le district de Shinejinst au sud de la région de Bayanhongor en Mongolie méridionale, dans le désert de Gobi (illustration 1) réalisé entre janvier et avril 2022.

Illustration 1 – Carte de localisation : la région de Bayanhongor, une région rurale d’élevage entre déserts et montagnes

Illustration 1 – Carte de localisation : la région de Bayanhongor, une région rurale d’élevage entre déserts et montagnes

La translittération utilisée pour les termes mongols et les toponymes est consultable en annexe. Quand un terme est connu avec une graphie qui ne correspond pas à notre méthode de translittération, nous utiliserons sa transcription courante (par exemple Gobi et non pas Gov’).

Données : Site Mongolia GIS data - URL: https://marine.rutgers.edu/​~cfree/​gis-data/​mongolia-gis-data/​ (consulté en 2020) ; Site Statistician Madelyn nagdsan san – URL: https://www.1212.mn (consulté en 2020).
Auteur : Jeanne Riaudel, 2022.

6La zone d’étude se caractérise par un paysage de steppe désertique et par un climat aride continental extrême avec des amplitudes de température allant de -40 °C en hiver, à +30 °C en été. Les précipitations moyennes annuelles, majoritairement des averses brutales estivales, sont inférieures à 100 mm par an (Devienne, 2013). Le paysage est composé de hauts plateaux autour de 1 800 m d’altitude, entrecoupés de hautes montagnes rocailleuses s’élevant à plus de 2 000 m. Le couvert végétal est peu dense, ce qui n’empêche pas à l’élevage ovin et caprin de représenter 80 % de l’économie de la région d’après les chiffres d’AVSF.

7Shinejinst est un village de 2 400 habitants, particulièrement isolé, à un peu plus de 200 km de la capitale de province Bayanhongor, à deux jours de route d’Oulan-Bator. Les données reposent principalement sur des entretiens et des observations issues d’un séjour chez deux familles d’éleveurs, localisées au sud du centre de district (sumyn töv), avec l’aide d’un, puis d’une, interprète francophone. Cette recherche, menée en géographie, a ainsi emprunté des méthodes à l’anthropologie et à l’ethnologie avec l’utilisation de l’observation participante, et de nombreux entretiens informels menés avec les deux familles enquêtées. Parallèlement, la réalisation et l’analyse de plusieurs cartes des mobilités pastorales quotidiennes (construites à l’aide de points GPS récoltés sur place puis exploités a posteriori sur un SIG) participent à la dimension géographique de cette enquête.

8Les deux familles enquêtées étaient chacune sur leur campement d’hiver (övöljöö) respectif. La première famille était un couple retraité d’une cinquantaine d’années, localisée à une centaine de kilomètres du village au Puits de Suhai (Suhain hudag). La proximité d’un puits et de la route principale expliquait cependant les nombreuses visites quotidiennes sur le campement. Ce couple est toujours en activité pour aider leur fils et sa femme, jeunes parents d’une vingtaine d’années, dont le campement se situait à une vingtaine de minutes à moto. Il élevait ensemble un cheptel d’environ 1 200 têtes : environ 900 chèvres, 160 moutons et une centaine de chameaux qui, dans cette région, correspond à la moyenne supérieure d’un cheptel. La deuxième famille était un couple d’une quarantaine d’années, vivant à une petite heure en voiture du village. Outre une centaine de chameaux, ils élevaient environ 200 moutons et chèvres et une vingtaine de chevaux. Le campement était situé à Hajuu Hudag, dans une zone nettement plus montagneuse que la première. Nous désignerons les familles par le nom de leur campement d’hiver : famille du Puits de Suhai et famille de Hajuu Hudag. Un contexte marqué par la dé-collectivisation et par une situation écologique perçue comme de plus en plus variable

D’un déséquilibre politique

9Afin de mieux cerner les enjeux actuels, commençons par étudier le contexte historique à l’échelle du pays. En 1924, le gouvernement mongol en place proclame la République Populaire de Mongolie. Le pays fonctionne alors sous forte influence soviétique, avec une centralisation très importante des activités : à chaque éleveur est attribuée une tâche particulière avec un nombre de bêtes défini par les autorités de Moscou qui s’appuient sur des travaux de zootechnie russes. Les éleveurs n’ont alors a priori plus de troupeaux multispécifiques. Par exemple, le doyen de la famille du Puits de Suhai, âgé d’une cinquantaine d’années était en charge des chameaux. En 1990, suite à la chute du communisme le gouvernement entreprend une transition économique vers le libéralisme et l’économie de marché. Cela implique immédiatement une restructuration des modes de production avec le démantèlement des coopératives (negdel), la privation du cheptel et des abris d’hiver et de printemps, ainsi que l’affaiblissement des institutions impliquant un retour à l’élevage familial (Devienne, 2013). Le bétail est distribué aux éleveurs ; la famille du Puits de Suhai m’a ainsi expliqué avoir reçu 13 chameaux, 3 moutons et 8 chèvres par personne.

10Le pastoralisme mongol se caractérise aujourd’hui par une répartition de la propriété foncière commune, héritée de cette période de transition : même si la terre est restée propriété étatique, le démantèlement des coopératives en 1992 a conduit à la décentralisation de la gestion de l’accès aux parcours pastoraux. Ces réformes de décollectivisation ont conduit à l’absence d’opportunités d’emplois hors agriculture ce qui explique la très forte augmentation du nombre d’éleveurs à l’échelle nationale, passant de 17 % à 35 % entre 1990 et 1995 (Mearns, 2004). L’absence de régulation et d’organisation des effectifs animaliers a rendu difficile le rétablissement d’une coordination autonome et non centralisée de la gestion des parcours pastoraux annuels et quotidiens (Devienne, 2013). Pour subvenir à leurs besoins, les éleveurs multiplient le nombre d’animaux autant qu’ils en ont les moyens, conduisant à l’accroissement rapide du cheptel mongol global : estimé à 20 millions dans les années 1990 puis à plus de 80 millions dans les années 2010, avant de diminuer légèrement. En 2022, il est estimé à 60 millions de têtes de bétail (Sternberg et al., 2022). Ainsi, aujourd’hui, chaque famille connaît une organisation propre, adaptée à ses besoins particuliers, du fait de l’effondrement du système collectiviste. Les deux familles enquêtées sont deux exemples qui illustrent la diversité des organisations et situations pastorales, nous y reviendrons.

… à un déséquilibre écologique

11Cet accroissement brutal du nombre de bêtes parcourant les pâturages n’a pas été sans effet environnemental. Concernant l’état des pâturages mongols, une majorité des travaux scientifiques, tant en sciences humaines qu’en sciences naturelles, ont été réalisés dans une perspective évolutive sous le prisme de la transition du régime soviétique vers le régime républicain actuel (Gardelle, 2010 ; Finke, 2004 ; Blanc et al., 2013). Bien des études autour des années 2000 s’attachent à décrire les nouvelles stratégies pastorales d’adaptation au nouveau régime (Finke, 2004). Ces travaux constatent généralement un déplacement endémique des instances décisionnelles du niveau collectif vers le niveau individuel. Cette approche historique est intéressante pour l’analyse des adaptations pastorales à l’environnement. Concernant les politiques de préservation des ressources du sol mongol, plusieurs études (Mearns, 2004 ; Upton, 2012) démontrent l’utilité de l’action collective ; les missions actuelles au niveau local et national semblent d’ailleurs indiquer un retour du mouvement vers le collectif (Sternberg, 2009).

12Face à cette situation, la famille de Hajuu Hudag explique adapter sa stratégie pastorale quotidiennement en fonction du climat. Par exemple, après la grande sécheresse de 2008 qui a décimé les troupeaux de bovins et d’équidés de la région, le couple a abandonné l’élevage bovin qui nécessite plus de ressources que n’en offre le territoire, pour éviter un investissement important face à un risque de perte trop élevé. Pour eux, l’adaptation est la condition de poursuite de cette activité sur ce territoire. Le climat leur échappe, ils n’ont pas de moyens d’action sur ces phénomènes.

13Ces évolutions climatiques impactent aussi la biodiversité : depuis les années 2000, les éleveurs voient de moins en moins de gazelles, de bouquetins et de marmottes, suite à une succession d’années très sèches. D’un autre côté, ils observent tous une augmentation d’attaque de prédateurs tels que les loups, les lynx ou les renards, alors qu’auparavant ces animaux évitaient de s’approcher de l’Homme. Le mari de la famille de Hajuu Hudag m’explique qu’avant les années 200, il laissait son troupeau seul dans les montagnes la nuit. Cet été, il a été victime d’une attaque de loups alors qu’il était sur un pâturage de secours. Ce problème ne touche pas que le petit bétail (bog mal) : en 2021, 17 chamelons (botgo) ont disparu. Les éleveurs s’organisent en laissant des éclairages sur le campement, en gardant leur fusil avec eux, parfois en disposant des pièges. En montagne, on retrouve souvent des sacs plastiques accrochés autour du campement pour éloigner les prédateurs, comme dans l’illustration 2.

Illustration 2 - Installation contre les prédateurs en zone de montagne

Illustration 2 - Installation contre les prédateurs en zone de montagne

Autour des campements en montagne, on trouve systématiquement ce type d’installation pour essayer de faire fuir les prédateurs (principalement loups et renards).

Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 18 février 2022.

14Ces observations conduisent le plus souvent à une remise en mouvement et à un allongement des parcours qui ne correspond plus à la régularité et à la saisonnalité de naguère. Les éleveurs expliquent que la norme n’est plus la stabilité des parcours annuels mais bien l’adaptation à la situation climatique pour chercher les meilleurs pâturages.

Perceptions locales des difficultés climatiques et environnementales

  • 1 La grande majorité des éleveurs sont nés à la campagne dans des familles d’éleveurs.
  • 2 On parle de pâturage de secours pour définir un lieu d’établissement du campement en dehors de la z (...)

15Sur la question des changements climatiques (tsag agaaryn öörchlölt), les éleveurs s’accordent : les conditions météorologiques et environnementales qu’ils connaissent depuis leur enfance1 ont changé. Cependant, compte tenu des grands bouleversements politiques de ces trente dernières années, la situation économique et les changements de modèle d’élevage ont sans doute participé au bouleversement de la culture pastorale mongole. Les familles remarquent qu’elles ont recours quasiment tous les ans à des pâturages de secours (otor)2 depuis les années 2000, ce qui peut révéler une dégradation des conditions d’élevage dans cette région.

16Ces évolutions environnementales se perçoivent selon eux à plusieurs niveaux. La première difficulté est celle d’une variabilité annuelle du climat et d’un spectre des intempéries largement accrus. Les éleveurs remarquent que les vents sont plus violents qu’avant, notamment au printemps, la saison (uliral) la plus pénible avec des tempêtes récurrentes. Depuis 2001, la météo est devenue imprévisible : si l’année 2022 est une année très douce, l’hiver 2020-2021 a été l’un des plus rudes que les éleveurs aient connus. Les deux familles expliquent également distinguer avec difficulté les changements de saison, avec des températures qui peuvent s’adoucir puis redevenir très froides d’un coup. Ils observent un automne très long, sans neige, puis des neiges très tardives jusqu’à fin juin. L’été est lui de plus en plus court, ce qui raccourcit le temps des réserves en vue de l’hiver pour le bétail. Dans le désert de Gobi, les intempéries principales adviennent l’été. S’il ne pleut pas assez, les ressources nutritives seront insuffisantes pour que le bétail, toutes espèces confondues, résiste aux rudes hivers.

17Durant l’année, l’eau est généralement prise au puits, ou à la source sur les campements d’été (zuslan). Les éleveurs expliquent qu’il n’y a pas de problème avec les puits, mais que le débit de plusieurs sources a diminué quand elles ne se sont pas déjà asséchées. La famille du Puits de Suhai m’a expliqué que les endroits les plus humides de la région risquent alors d’être surexploités par les éleveurs des environs, ce qui conduit à une sur-sollicitation de la terre, piétinée par plusieurs troupeaux (süreg), ce qui épuise les sols bien plus rapidement qu’en temps normal. Les pâturages se régénèrent donc plus lentement, un phénomène aggravé en cas de sécheresses consécutives. Les conséquences majeures de ces évolutions climatiques se trouvent dans une diminution de la diversité des plantes appétantes pour le bétail. Par exemple, en zone de steppe désertique, le couple de Hajuu Hudag explique ne plus trouver de zeergene, de shar shavag (une plante très appréciée du bétail), ni de zagzgaldai. Les animaux élevés survivent dans de rudes conditions avec peu d’apports énergétiques quotidiens. Concernant le petit bétail et les chevaux, si les éleveurs en ont la capacité financière, ils compensent ces manques en affourageant les individus les plus faibles. Dans ces conditions, l’élevage de chameaux, un animal particulièrement résistant et adapté aux conditions climatiques du Désert de Gobi, prend tout son sens, quand l’élevage du petit bétail ou des chevaux devient plus complexe et nécessite de remonter vers le nord.

  • 3 Selon l’émission du 19 janvier 2022 de la chaîne MNB.

18À ces observations, les éleveurs en viennent rapidement à formuler leur inquiétude quant aux impacts écologiques d’une mine d’or installée dans le district depuis quelques années. Selon AVSF, cette mine est l’un des enjeux les plus conflictuels de la région, notamment en raison de l’exploitation outrancière des réserves d’eau existantes (1 200 tonnes d’eau par jour, selon les éleveurs). Cette mine, située au croisement de différentes zones protégées, entre le parc national de Goviin-ih et de Gobi Gurvan Saihan, occupe une surface de 30 km23. Outre la place qu’elle prend, le bruit qu’elle fait, la poussière qu’elle produit, et les quantités d’eau qu’elle utilise, les éleveurs soutiennent que la mine agit de manière irrespectueuse envers leur activité en dérangeant les troupeaux quand ils boivent ou avec l’ouverture de grandes pistes qui complexifient l’accès aux bons pâturages. Ils expliquent que les petites rivières ne coulent plus. La mine se situe d’ailleurs à proximité d’Ehiin gol, une source où l’eau est assez abondante pour pouvoir alimenter quelques cultures et une petite production maraîchère locale. Plusieurs éleveurs témoignent aussi de la baisse des effectifs de leur troupeau de chameaux, dépassant parfois les 50 %, à cause du manque d’eau, alors que l’État ne délivre pas d’autorisation pour la construction de nouveaux puits. Les éleveurs expliquent que c’est le mode de vie nomade qui permet de préserver l’écosystème et ses ressources. Le stationnement d’un groupe humain ne peut alors mener selon eux qu’à l’épuisement des ressources. Les éleveurs s’inquiètent également de la division que crée cette entreprise dans le district. Les jeunes préfèrent souvent avoir du travail, quand les éleveurs s’opposent à cette perte de pâturages. La famille de Hajuu Hudag explique que, jusqu’en 2019, leur campement de printemps se situait sur la zone minière actuelle, mais les pâturages se sont rapidement asséchés (huraishih) et épuisés (dussan) : les plantes ne poussent plus.

  • 4 Le bag est la plus petite unité administrative. On retrouve au-dessus le sum, équivalent du distric (...)

19Cette méfiance des éleveurs s’ajoute à leur sentiment d’abandon et de désintérêt envers leur situation de la part de l’État, depuis la nouvelle loi de 2017 sur la gestion des ressources naturelles qui autorise l’État à délivrer des licences d’exploitation minière sans concertation préalable avec les locaux. Auparavant, seule l’administration des bags4 et des districts (sum) avaient ce pouvoir. Cette centralisation des décisions minières installe une grande distance entre les éleveurs et la gestion de leur territoire, qu’ils ne maîtrisent plus. C’est d’autant plus vrai dans un district comme Shinejinst, extrêmement isolé. Pour faire entendre leur voix, les éleveurs doivent engager des déplacements coûteux, ce qui réduit considérablement leur marge de manœuvre sur leur territoire (nutag).

Régulation et régularité des parcours

Différentes instances régulatrices

20Les mobilités pastorales nomades annuelles dans cette région s’organisent de manière flexible en fonction de nombreux facteurs géographiques et écologiques, politiques et culturels. Mais ceux-ci dépendent aussi de multiples situations individuelles. Elles sont également soumises à une forte saisonnalité (Blanc et al., 2013) marquée notamment par la météo et les horloges biologiques des animaux (période de reproduction, mises bas, lactation...). Il s’agit de comprendre dans un premier temps quels sont les différents modes de régulation qui conditionnent ces mobilités.

21Ces mobilités sont en premier lieu influencées par une régulation étatique assez importante. La première condition pour exercer cette activité est de posséder au moins un certificat pour un campement d’hiver et/ou de printemps, qui leur octroie le droit de stationnement annuel sur cet espace. Cet emplacement n’est pas nécessairement utilisé chaque année mais il permet d’y entreposer quelques biens inutiles au quotidien durant les autres saisons (selles, fourrage, ustensiles, matériel, deuxième yourte...). L’État encourage également la création de groupes d’éleveurs d’un même territoire (PUGs). Ces exigences étatiques cherchent à la fois à favoriser le développement économique, et à préserver un écosystème fragile, en considérant qu’une utilisation durable des pâturages passe par une mobilité organisée, et non plus décidée uniquement à l’échelle individuelle. En cas d’hiver particulièrement rude (zud) ou de sécheresse (gan), ce sont les différentes instances administratives qui peuvent autoriser des mobilités exceptionnelles pour aller sur les pâturages de secours. S’il est facile de se déplacer entre les districts, les changements de provinces ou une installation dans un parc national protégé requièrent une autorisation, généralement de la province (aimag) concernée. En dehors de ce type de mobilités, il semble difficile pour l’État d’avoir un réel contrôle sur ce type de territoire isolé. Le contrôle est ainsi délégué à l’échelle du bag, probablement la plus efficace ; dans le cas de Shinejinst, il s’agit d’une unité administrative gérée par et pour l’élevage. Elle fonctionne principalement grâce aux dons publics annuels, et, dans le cas d’Uurty gol, elle n’est constituée que d’éleveurs. Dans la salle de réunion du centre du bag, on trouve ainsi un commandement datant de 2017 imposant aux éleveurs de changer de campement à chaque saison afin de préserver les pâturages pour les années suivantes. Le non- respect de cet arrêté pouvant conduire à l’intervention des autorités. Hormis ces mesures, les éleveurs interrogés affirment qu’il n’y a aucune autre forme de contrôle sur les mobilités pastorales.

22Même si les éleveurs expliquent avoir de plus en plus recours aux pâturages de secours – nous y reviendrons – on ne peut cependant pas parler de mobilités opportunistes semblables au contexte pastoral sahélien (Hiya Maidawa et al., 2016). D’autres formes de régulation existent en parallèle : l’analyse des mobilités annuelles des deux familles enquêtées montre que l’organisation familiale propre à chaque ménage influe beaucoup sur les parcours. Ce sont ici les réseaux familiaux qui donnent de la marge de manœuvre aux éleveurs.

23La famille du Puits de Suhai a ainsi un campement principal par saison. Seul le campement d’hiver est fixé administrativement par un certificat. Le campement de printemps (havarjaa) est situé dans une plaine, assez éloignée des autres groupes. Le camp d’été est plus distant, vers le centre de bag, proche d’une petite rivière qui offre un accès facile à l’eau. L’ensemble de la famille (ail) se retrouve sur le même campement (hot ail), pour pouvoir mettre ensemble tout le petit bétail, se répartir plus simplement les tâches pastorales et partager en famille les joies de la saison la plus douce. Le campement d’automne est assez proche de celui d’été, pour pouvoir continuer d’utiliser la source d’eau, avant qu’elle ne gèle. Cette famille explique n’avoir jamais changé d’itinéraire depuis la décollectivisation.

24Ce modèle de nomadisation stable n’est cependant pas partagé par tous. La famille de Hajuu Hudag explique ne pas avoir de parcours défini : cela dépend du climat, du nombre de bêtes, des opportunités, et surtout de la quête du meilleur pâturage possible : on cherche de « l’herbe blanche » (tsagaan ovs), c’est-à-dire du mongolj et du hyalgan en été. L’année précédente, ils ont ainsi parcouru plus de 500 km avec leurs chevaux et le petit bétail. Après plusieurs sécheresses consécutives, c’est la première fois depuis cinq ans qu’ils reviennent dans leur district. Ils expliquent qu’au-delà de 100 km de leur endroit d’origine, les animaux sont plus difficiles à gérer. Le couple ne manque pas de préciser qu’il est rare que des familles nomadisent autant. Le plus simple, si l’herbe manque, est d’affourager les animaux. Cet hiver, ils sont restés deux mois sur leur campement d’hiver, que l’on voit sur l’illustration 3, plus confortable avec une grande yourte, une cabane en pierre et un grand abri. Une dynamique récurrente se dégage néanmoins de leur description : ils passent en général l’été à proximité d’un village ou d’une ville, puis ils se rapprochent des montagnes à l’automne. En hiver, ils vont soit à Segs Tsagaan Bogt, soit sur leur campement d’hiver personnel. La localisation du campement de printemps est variable selon les températures.

Illustration 3 - Campement d’hiver de la famille de Hajuu Hudag

Illustration 3 - Campement d’hiver de la famille de Hajuu Hudag

Ce campement d’hiver (övöljöö) se matérialise par une grande yourte qui n’est jamais déplacée, deux piquets d’attaches (où le chien de garde est alors attaché), une cabane (ambart) en pierre et un abri en bois derrière le troupeau de mouton déjà rentré et installé pour la nuit.

Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 19 février 2022.

25Enfin, les deux familles expliquent que pour les choix de parcours quotidiens du petit bétail, il n’y a ni calendrier de pâturage, ni aucune forme de contrôle sur leur utilisation sinon une régulation « de fait » : on n’envoie pas son troupeau trop près d’un autre campement. Chacun sait à peu près quel espace utilise ses voisins et l’évitera en conséquence. Chacun sait également dans quelle zone il faut surveiller avec plus d’assiduité son troupeau. L’enjeu principal étant que les troupeaux ne se mélangent pas. Il s’agit ici de régulations pratiques qui conditionnent également les parcours annuels, puisqu’il est convenu que l’on ne s’installe pas trop près d’un campement déjà fixé ou dont on sait qu’il est régulièrement utilisé.

26Les deux modèles d’organisation pastorale ici présentés ne correspondent alors plus à ce que décrivent les études de Fernandez-Gimenez et Batbuyan, ou encore Mearns (Fernandez-Gimenez et Batbuyan, 2004 ; Mearns, 2004), qui s’accordent pour dire que le démantèlement des collectifs d’éleveurs en 1991 et l’autorisation de déplacements sur des pâturages nominatifs (sur les campements d’hiver), ont introduit une grande différenciation touchant les ménages pauvres, devenus beaucoup plus mobiles. En l’occurrence, les deux familles enquêtées, toutes deux relativement aisées, n’ont néanmoins pas le même modèle de nomadisation. En outre, les familles les plus aisées sont souvent celles qui possèdent les plus grands troupeaux de petit bétail, ce qui implique une consommation rapide des pâturages et donc des déplacements plus fréquents.

Diversité des mobilités : temps, espèces et environnement

27Au quotidien, le facteur le plus déterminant en ce qui concerne le choix des parcours humains ou animaux, reste cependant celui de l’environnement. Tout d’abord, dans ce contexte désertique, l’accès plus ou moins facile à l’eau influence très largement les organisations pastorales. Dans son livre Nomad’s Land (2019), Charlotte Marchina explique que les sécheresses estivales (gan) ont tendance à concentrer les éleveurs autour des quelques ressources en eau, conduisant ponctuellement à une forme de surpâturage. Dans la région étudiée, l’accès à l’eau est limité à l’usage des puits fonctionnels, ce qui crée une concentration importante des éleveurs à l’échelle du district. Sur l’illustration 4 (gauche), aucune plante appétante n’est visible autour du puits. Pourtant, il n’est pas envisageable d’installer un campement loin d’une source d’eau. Or, le nombre de puits praticable a largement diminué depuis la chute du communisme, suite au désengagement de l’État pour leur entretien. Le nombre d’éleveurs dépendants d’une même source d’eau (neg usnyhan) a aussi amplement augmenté. Les éleveurs s’organisent donc pour se répartir l’accès à l’eau et les pâturages qui en dépendent. La présence – certes ponctuelle – de neige facilite les mobilités et dispense les éleveurs d’abreuver quotidiennement le bétail, comme on le voit sur l’illustration 4 (droite) où les bêtes boivent la neige des pâturages.

28Le troupeau de petit bétail se rend au puits après une journée sur les pâturages, alors qu'il n'y a plus de neige. Le sol a été largement labouré par les troupeaux et plus aucune plante intéressante n’est présente à cet endroit.

Illustration 4 – L’élevage au quotidien dans la famille de Hajuu Hudag

Illustration 4 – L’élevage au quotidien dans la famille de Hajuu Hudag

À gauche : Le troupeau de petit bétail se rend au puits après une journée sur les pâturages, alors qu'il n'y a plus de neige. Le sol a été largement labouré par les troupeaux et plus aucune plante intéressante n’est présente à cet endroit.
À droite : Les chèvres mangent la neige restante sur les pâturages pour s'abreuver dans la journée.

Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 9 et 16 mars 2022.

29L’eau étant l’une des premières contraintes des mobilités pastorales, l’environnement désertique rend la dépendance humain-animal d’autant plus forte que c’est l’humain qui organise l’accès des animaux à l’eau. Les chameaux, libres pour certains quasiment toute l’année, sont ainsi contraints de revenir à leur source d’eau connue, souvent le puits du campement d’hiver, ce qui permet aux éleveurs d’éviter qu’ils ne partent trop loin.

30Au-delà des contraintes hydriques, les dates de nomadisation saisonnières dépendent de la météo et sont donc fluctuantes. Par exemple, cette année, le couple de Hajuu Hudag pensait aller sur le campement de printemps juste après la fin du nouvel an mongol (tsagaan sar), à la mi- février. Ils n’y sont finalement allés que fin mars suite à une rechute des températures. L’enjeu de la nomadisation de printemps est de déménager avant que les premières herbes du campement d’hiver ne poussent pour préserver l’année suivante. En automne, ils ne se rendent au campement d’hiver qu’après les premières neiges, pour que les animaux n’aient pas trop chaud. Il n’est ainsi pas réellement possible d’anticiper ni l’endroit ni la date d’un déplacement.

  • 5 Les éleveurs possèdent souvent deux yourtes : une grande yourte fixe, placée soit au village soit s (...)

31Les nomadisations se font d’ailleurs parfois en plusieurs temps. Ce même couple a par exemple décidé de monter leur petite yourte5 sur le campement de printemps, tout en restant sur leur campement d’hiver. Seuls les chamelons étaient présents, entravés par la patte, avec leur mère (voir l’illustration 5). Cette décision a été prise après l’adoucissement des températures alors que les éleveurs voisins commençaient les uns après les autres à nomadiser et à investir les lieux. Cependant, une rechute brutale des températures a retardé le déménagement humain, ovin et caprin, d’environ un mois.

Illustration 5 - Futur campement de printemps et chamelons de la famille Hajuu Hudag

Illustration 5 - Futur campement de printemps et chamelons de la famille Hajuu Hudag

Un éleveur ramène un chamelon et sa mère sur le futur campement de printemps. La yourte n’a pas de cheminée : elle n’est pas encore habitée.

Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 16 mars 2022.

  • 6 Le doyen explique qu’un tel déménagement (nüüdel) nécessite environ une semaine pour déplacer l’ens (...)

32Par ailleurs, compte tenu de l’augmentation de la variabilité annuelle du climat et notamment de la diminution des précipitations, la majorité des éleveurs de la région ont eu recours ces dernières années à des pâturages de secours sur des périodes allant de quelques jours à plusieurs mois. Par exemple, la famille du Puits de Suhai, a nomadisé à Segs Tsagaan Bogt, dans le parc national de Goviin Ih, à plus de 200 km au sud de son campement d’hiver. Après un été très sec, elle savait que les pâturages n’étaient pas assez fournis pour subvenir aux besoins des bêtes. Malgré la difficulté d’accès de cet endroit6, l’ensemble de la famille y est allé plus de cinq fois depuis 1999.

33Ces observations sembleraient donc illustrer un phénomène ponctuel lié à des situations exceptionnelles. On ne peut cependant conclure de ces observations que les adaptations pastorales liées à des phénomènes climatiques tels que ces sécheresses, soient uniquement temporaires. En effet, dans leur étude sur les mobilités des troupeaux en Afrique de l'Ouest, Bassett et Turner (2007) observent que les modifications pérennes des mobilités pastorales résultent d’une série d’ajustements sociaux et agro-écologiques qui s’opèrent à l’échelle de la décennie ou de la génération. Ce pourrait donc être les premiers signes de modifications pour l’instant ponctuelles, mais qui tendront peut-être à se pérenniser, des pratiques pastorales nomades.

34Les résultats de cette enquête montrent enfin que l’analyse des mobilités annuelles humaine nécessite un travail sur plusieurs années. Les éleveurs peinent souvent à se remémorer la temporalité et plus généralement l’histoire de leurs déplacements au-delà de deux ans. Les modifications des tendances de nomadisation sont alors difficiles à évaluer. La plupart des nomades avec qui j’ai pu en discuter se disent plus mobiles qu’auparavant à cause de la variabilité du climat. Parfois, ils ne définissent même plus leurs déplacements très éloignés comme exceptionnels. Pour eux, il est devenu normal de se déplacer loin, en dépit des contraintes engendrées, et des difficultés à créer et conserver des réseaux d’entraide et de communication quand les distances augmentent.

Gérer les besoins d’un cheptel multispécifique : la diversité des situations selon les espèces animales

35À l’échelle annuelle, tous les animaux ne sont pas toujours concernés par les mêmes déplacements. Les troupeaux de petit bétail peuvent être divisés pour répartir le travail. C’est ce qu’a fait la famille de Hajuu Hudag au printemps 2020, au moment de la naissance des chevreaux. Elle a laissé le troupeau des petits et des mères à la femme du couple, et les mâles et les chevaux au mari. Les éleveurs soulignent cependant que c’est un fonctionnement assez exceptionnel, car il est beaucoup plus facile d’être deux sur un même campement. Ils l’ont adopté parce que le troupeau était particulièrement grand. Ils affourageaient alors les mères pour ne pas avoir à les envoyer paître dans la journée.

  • 7 Ce sont des opérations très chronophages et qui demandent beaucoup d’investissement : ce sont des a (...)

36Les chameaux peuvent également avoir un traitement différencié. Lors de petites nomadisations (5 à 15 km), on ne se donne en général pas la peine de les déplacer7. Si les distances sont plus grandes, on rassemble le troupeau pour le rapprocher du futur campement, puis on nomadise. Lors de nomadisations exceptionnelles (otor), il peut arriver de laisser les chameaux sur place, sous la surveillance d’un éleveur voisin, à la fois pour alléger la charge du déménagement, mais aussi pour éviter de faire découvrir des pâturages éloignés et potentiellement plus riches aux animaux, qui pourraient par la suite être tentés d’y revenir. Mais cela implique de ne pas avoir de travail de traite, de reproduction ou de futures naissances. En outre, les chameaux n’ont pas exactement la même alimentation que le petit bétail et les chevaux ; les éleveurs expliquent qu’il est plus difficile de gérer simultanément plusieurs espèces qui n’ont pas les mêmes pâturages. Les chameaux mangent de l’herbe, mais aussi des arbres (zag (saxaul), tooroi...) et des plantes plus hautes (hargana...). Ils préfèrent ainsi les pâturages de steppe. Leur peau très dure et leurs poils très denses et épais les protègent du vent et du froid sans nécessairement chercher un abri supplémentaire (Valdenaire, 1999). La steppe désertique n’est en revanche pas l’habitat naturel du petit bétail qui préfère largement la montagne où il est protégé des intempéries, quand le désert est trop sec, trop venteux et trop poussiéreux.

37Ces choix de gestion pastorale se décident néanmoins à l’échelle de la famille ; il ne s’agit pas de décrire ici une organisation systématique.

Au quotidien : des mobilités humaines et animales interdépendantes

Description des mobilités quotidiennes ordinaires

38Les mobilités pastorales humaines et animales s’analysent également à l’échelle quotidienne. Elles sont alors conditionnées par différents facteurs. Il s’agit ici de comprendre le lien d’interdépendance entre les éleveurs, leurs animaux et l’environnement sous le prisme des parcours quotidiens autour du campement.

39Commençons par décrire l’organisation pastorale quotidienne observée lors des deux mois d’enquêtes. Une journée pastorale d’hiver se déroule souvent ainsi : le couple se lève entre 7h30 et 8h pour aller traire les chamelles s’il y en a, puis les abreuver et les séparer de leurs petits. S’il y a des chevaux, ils sont nourris et abreuvés. La matinée peut aussi être l’occasion de rapprocher certains chameaux si nécessaire. Le petit bétail est ensuite séparé, entre adultes et nouveaux nés, et les plus grands sont envoyés sur les pâturages pour la journée. Le troupeau est guidé jusqu’à 15h environ, puis il rentre de lui-même au campement. C’est enfin le temps de reconstituer les groupes de chameaux et de vérifier leur position. Ce travail chamelier permet aux éleveurs d’avoir une représentation mentale quotidienne des mouvements du bétail et de l’état des pâturages, dans un rayon souvent beaucoup plus grand que celui d’un élevage de bovins ou d’équidés. Les besoins nutritifs et hydriques des animaux définissent la distance qu’ils peuvent parcourir. Par exemple, les chevaux peuvent parcourir jusqu’à 30 km en un jour, quand les chameaux, physiologiquement mieux adaptés à la steppe désertique, peuvent parcourir plus de 60 km par jour (Devienne, 2013). Plus les chameaux s’éloignent du campement, plus leur groupe est solidaire, tandis que les chameaux proches du campement se réorganisent sans cesse, contraignant les éleveurs à les restructurer continuellement pour avoir un contrôle sur leur reproduction. C’est ce que montre l’illustration 6.

Illustration 6 - Vue sur la steppe et les groupes de chameaux

Illustration 6 - Vue sur la steppe et les groupes de chameaux

Dans la plaine sont gardés certains groupes de chameaux qui s’organisent eux-mêmes en différents groupes. On devine, dans la moitié supérieure droite de l’image, le déplacement d’un groupe de chameau par un éleveur en moto vers son campement.

Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 6 mars 2022.

40L’illustration 7 cherche à cartographier ce comportement instinctif, qui accroît exponentiellement la difficulté des éleveurs à retrouver leurs animaux en fonction de la distance parcourue par ces derniers. Les chameaux n’ont pas le sens du lien au propriétaire : dans un groupe, les individus appartiennent généralement à différents éleveurs. Ce comportement contrarie donc continuellement les obligations pastorales humaines. Sur la carte, l’éleveur cherche à rassembler l’ensemble de ses chameaux. Avant de déplacer chaque groupe de chameaux, il faut d’abord isoler les siens : les déplacements sont tous précédés d’une séparation des chameaux de la famille des autres individus. Compte tenu de l’éparpillement des groupes et de la distance, il a fallu l’aide d’un autre éleveur pour finir l’opération avant la nuit.

Illustration 7 - Parcours du 19 février 2022 de la famille de Hajuu Hudag

Illustration 7 - Parcours du 19 février 2022 de la famille de Hajuu Hudag

Ce trajet a été réalisé dans le contexte de début de la période de naissances. Il s’agissait de rapprocher du campement les chamelles pleines et proches du terme. L’éleveur est parti dans cette direction après avoir appelé un voisin qui les avait aperçues la veille. Les éleveurs en profitent souvent pour vérifier l’organisation des groupes déjà présents dans la steppe, ce qui explique son passage, à l’aller, dans les différents groupes ponctuant le paysage.

Données : Carte réalisée sur QGIS avec les données de terrain récoltés à Hajuu Hudag.
Auteur : Jeanne Riaudel, 2022.

41Les éleveurs ont généralement une idée de la localisation de chaque groupe de chameaux en fonction de la direction qu’il a pris et de ses habitudes de pâturage. Ils peuvent pourtant parfois consacrer plusieurs jours à les chercher, avec l’aide des éleveurs voisins qui signalent leur position s’ils les croisent. En période de reproduction et de vêlage, la vigilance des éleveurs sur les troupeaux est accrue : il ne se passe pas un jour sans qu’ils n’aillent réorganiser les groupes de la plaine. Les équidés sont beaucoup plus solidaires et restent en principe dans la plaine qui leur est plus hospitalière, moins abrasive pour leurs sabots. On profite des trajets concernant les chameaux pour vérifier leur position.

42Un troupeau peut pâturer jusqu’à deux jours au même endroit avant de se déplacer. L’été, les campements libèrent l’espace hivernal, préservant l’espace pour la saison froide. Pour choisir un itinéraire, les éleveurs s’organisent en fonction des tâches de la journée. S’il faut partir au village ou aller chercher un groupe de chameaux éloignés, on préférera un trajet où les animaux sont plus autonomes. Le climat pèse aussi dans la décision : s’il fait beau, le troupeau sera plutôt envoyé vers la steppe ; en cas de mauvais temps on préfère la montagne pour l’abri qu’elle offre aux animaux. En somme, les itinéraires quotidiens s’organisent selon de nombreux critères qu’on ne peut résumer à une simple gestion raisonnée des pâturages, et chaque espace est utilisé de manière spécifique par les animaux.

43Par ailleurs, l’évolution des moyens de locomotion – l’utilisation croissante de la moto ces dernières décennies – a beaucoup influé sur l’organisation pastorale des mobilités et sur le rapport des éleveurs à leur territoire. Ils doivent maîtriser le relief pour optimiser leurs trajets (ce qu’un animal de monte exige moins) et limiter le risque d’accident. Les mobilités animales sont aujourd’hui plus facilement contrôlées. Les pistes présentes dans le paysage influencent aussi les itinéraires des animaux. Lorsqu’ils en croisent une, quelle que soit l’espèce, ils se mettent souvent à marcher en file indienne. En l’absence de ces tracés, les animaux se meuvent de manière beaucoup plus dispersée. Les endroits fréquemment foulés par le petit bétail portent alors la marque visuelle de leur passage, inscrivant les mobilités quotidiennes dans le paysage, comme sur l’illustration 8.

Illustration 8 - Pistes du petit bétail

Illustration 8 - Pistes du petit bétail

Parcours proche du campement, régulièrement emprunté par le petit bétail pour se rendre dans la montagne. Les pistes ont été créées à la fois par le troupeau mais aussi par la moto qui les accompagne parfois.

Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 10 mars 2022.

44Chaque espèce et chaque groupe ont ainsi leurs territoires de prédilection, définis en tension entre un intérêt écologico-climatique et l’intentionnalité humaine de les orienter plutôt vers un espace particulier.

Mobilités saisonnières et mobilités exceptionnelles

45Les mobilités quotidiennes humaines et animales dépendent aussi de la saison. Le petit bétail nécessite plus de surveillance pendant la période des naissances, à partir de fin janvier. Les futures mères sont une source d’agitation pour le troupeau : elles bougent beaucoup et avancent plus vite, entraînant le troupeau avec elles. Si une chèvre ou une brebis met bas sur les pâturages, il faut aller chercher le bébé et ramener la mère. En dehors de cette période, les éleveurs laissent pâturer le petit bétail seul s’ils sont sur un campement connu. Ailleurs, ils gardent le troupeau au moins les premiers jours pour qu’il prenne ses marques.

  • 8 Selon les éleveurs, le prêt des bêtes ne change rien ni pour eux ni pour les animaux : ces derniers (...)

46Les chameaux sont beaucoup plus autonomes. Ils vivent loin du campement, sur les pâturages éloignés (zelüüd). S’ils ont soif, ils se rapprochent pour profiter du puits rempli pour le petit bétail. Les éleveurs veillent toute l’année à ce qu’aucun de leurs individus ne s’éloigne trop. Rassembler un troupeau de chameaux d’environ 300 têtes, prend entre un et deux jours de travail intense. Si le campement n’est pas sur le territoire habituel, les éleveurs gardent toujours un chameau attaché près d’eux pour motiver le troupeau à ne pas retourner vers les pâturages connus. En temps normal, seules les chamelles traites sont gardées sur le campement. En période de reproduction, les mobilités et la composition des groupes exigent un plus grand contrôle des éleveurs, qui mettent les chamelles fertiles avec un mâle reproducteur. Lors de la période de rut, il arrive qu’un éleveur prête son chameau reproducteur (buur) à son voisin. L’éleveur qui reçoit le mâle regroupe ses chamelles et est responsable du groupe, notamment des mouvements du chameau reproducteur, un animal particulièrement dangereux en période de rut8. Les mouvements des chameaux sont alors très contrôlés.

  • 9 Ce comportement est cependant aussi observé par les éleveurs de yacks, où les femelles s’éloignent (...)

47Fin février, le regroupement des chamelles pleines qui vont mettre bas commence. Il faut vérifier que tout se passe bien et garder les chamelles près du campement. Ce travail, illustré par l’illustration 9, est extrêmement prenant : localiser les chamelles, aller les chercher, les regrouper, les ramener. Déplacer un groupe de chameaux n’est pas chose aisée. C’est un animal beaucoup plus froid qu’un cheval. Les éleveurs font pression avec des huchements, sifflements, des bruits de klaxon et de moteurs, ou avec des pierres trouvées sur le chemin. Il s’agit aussi de réfréner le comportement instinctif des chamelles qui, lorsqu’elles sont sur le point de mettre bas, s’enfuient (shilreh) pour retourner vers l’endroit où elles étaient avant d’avoir été rapprochées du campement9. Garder les chamelles proches permet de surveiller la mise-bas et d’éviter les attaques de prédateur. Ramener un animal nouveau-né sur un pâturage éloigné est très chronophage, car les chamelons marchent à peine et les distances sont souvent longues (jusqu’à une cinquantaine de kilomètres du campement).

Illustration 9 - Parcours du 21 février 2022 de la famille de Hajuu Hudag

Illustration 9 - Parcours du 21 février 2022 de la famille de Hajuu Hudag

On y voit le parcours de Lhagvasuren du 21 février 2022 réalisé en moto pour aller chercher un groupe de chameaux et le rapprocher du campement. C’est aussi l’occasion d’aller vérifier l’état d’un autre groupe de chameaux avec un chameau reproducteur, ce qui explique son petit détour vers les montagnes.

Données : Carte réalisée sur QGIS avec les données de terrain récoltées à Hajuu Hudag.
Auteur : Jeanne Riaudel, 2022.

48L’illustration 9 illustre le trajet d’un éleveur qui cherche à rapprocher un groupe de chamelles pleines vers le campement. On ne met pas les chamelles sur le campement car il n’y a presque plus de plantes appétentes, tout a été mangé et piétiné par le petit bétail. Les éleveurs veillent à conserver un équilibre entre confort humain et nécessité animale.

49Les juments ne fuguent pas pour mettre bas, du fait du rôle beaucoup plus protecteur de l’étalon. Les chevaux ont un plus fort instinct grégaire. Dans la steppe, lorsqu’on arrive à hauteur d’un troupeau, les équidés se regroupent d’eux-mêmes et s’enfuient au galop. C’est l’exact inverse des chameaux qui restent impassibles au passage d’une moto. L’élevage de chameaux oblige ainsi les éleveurs à élargir la connaissance de leur région puisqu’ils parcourent des distances bien plus grandes. On pourrait parler d’une appréhension spécifique du territoire.

Les contraintes qu’engendre la semi-liberté des troupeaux

  • 10 Les éleveurs m’ont expliqué que si un chameau reproducteur monte une chamelle pleine (et donc proch (...)

50On peut s’interroger sur la capacité humaine d’avoir un contrôle sur les mobilités du bétail et sur les moyens de pression dont les éleveurs disposent sur les animaux dans le contexte de cette organisation pastorale extensive particulièrement ouverte. À l’inverse, la question de la capacité de mouvement des animaux se pose. Nous venons de décrire un contrôle des mobilités opposé à l’imaginaire occidental des animaux « semi-sauvages » (c’est-à-dire très peu manipulés par l’humain) qu’implique souvent l’idée du pastoralisme nomade. Les animaux parcourent effectivement des distances non délimitées, mais toujours sous contrôle humain. Si ce contrôle est perdu, c’est une erreur de l’éleveur qui peut aboutir à des conséquences plus ou moins graves. Par exemple, si un chameau en rut se retrouve dans un groupe de chamelles déjà pleines10, c’est une erreur du propriétaire du chameau, qui peut mener à des tensions entre voisins. Le parcours des animaux, quelle que soit l’espèce, est bien censé être sous contrôle constant.

51L’illustration 10 illustre le travail quotidien effectué chaque matin en période de naissance avec les troupeaux de chamelles pour surveiller leurs déplacements, réorganiser les groupes, rassembler les individus et en éloigner d’autres. Une fois le chamelon né, sa mobilité est immédiatement restreinte pour éviter que sa mère ne s’éloigne avec lui.

Illustration 10 - Parcours du 8 mars 2022 de la famille de Hajuu Hudag

Illustration 10 - Parcours du 8 mars 2022 de la famille de Hajuu Hudag

Cette carte illustre l'organisation des différents groupes de chameaux dans la matinée du 8 mars 2022 (en moto). On voit que l’éleveur cherche à rassembler l’ensemble de ses chameaux présents sur la steppe et à les séparer des autres pour éviter qu’ils ne s’organisent en petits groupes compacts et ne partent ensemble vers le sud, en direction opposée au campement.

Données : Carte réalisée sur QGIS avec les données de terrain récoltées à Hajuu Hudag. Auteur : Jeanne Riaudel, 2022.

52Pour immobiliser plus ou moins des individus, les éleveurs utilisent plusieurs types d’entraves comme par exemple une corde liant les deux antérieurs (tushaatai temee) pour les chamelles proches de leur terme ou une corde nez-antérieur (tatuurdsan temee) qui contraint la marche du chameau et l’empêche de mordre. À la différence des chevaux, les chameaux ne sont jamais enfermés. Pour les équidés, les éleveurs utilisent plutôt une entrave à trois pattes (chödör), avec deux antérieurs et un postérieur.

53Les infrastructures présentes sur les campements telles que des enclos en pierre, des barrières en métal ou des cordes d’attache sont d’autres outils d’immobilisation du bétail. Ce type d’équipement contraint à la fois les mobilités animales et humaines puisque ce sont des infrastructures qui, en général, ne se déplacent pas. Il faut donc être sur un campement particulier pour y avoir accès. Les mobilités humaines dépendent ainsi de facteurs sociaux, climatiques, économiques et culturels, mais se placent également en interdépendance permanente, en tension constante avec les mobilités animales.

Conclusion

54Si l’importance et l’impact des évolutions du climat et de la mine d’or ne sont plus discutés par les éleveurs qui témoignent tous d’une grande perception des changements environnementaux, les adaptations concrètes et pérennes qui y sont liées restent difficiles à identifier. Ces dernières doivent se lire selon des échelles de temps et d’espaces différentes, comme dans tous les systèmes pastoraux en zone aride. Les mobilités quotidiennes humaines et animales s’organisent autour du caractère multispécifique des troupeaux, qui expriment chacun des besoins différents. Chaque espèce a un mode propre, spécifique, d’occupation et de consommation de l’espace. Il est également bon de souligner l’importance des réseaux d’entraide entre éleveurs voisins en vertu d’une utilisation partagée des pâturages et de l’eau, ainsi que l’influence de l’environnement, dans ces déplacements.

55Ces mobilités connaissent en outre différents modèles saisonniers. Selon la saison et l’organisation familiale en place, les déplacements quotidiens auront une régularité différente. Il ne faudrait pas sous-estimer l’étude des deux modèles décrits ici sur un temps plus long, qui permettrait une meilleure compréhension des adaptations pastorales aux différentes situations climatiques annuelles.

56Enfin, la description des mobilités pastorales quotidiennes peut fournir des éléments de réflexion pour évaluer les stratégies annuelles d’adaptation sur le territoire en question et l’effet du climat sur la gestion des troupeaux. Elle serait intéressante à comparer avec des études similaires sur d’autres espaces, avec d’autres types de stratégie de mobilité et de gestion du bétail, pour vérifier ou non une diversité dans les techniques d’adaptation des pratiques à un environnement particulier. Au-delà du fait que l’analyse du caractère multi-spécifique du cheptel mongol permet d’observer une exploitation complémentaire des ressources, une géographie de la multi-spécificité pourrait également permettre de mieux cerner l’appréhension que chacun fait d’un espace partagé, de mieux cerner la politique des différents groupes vivants sur un territoire défini.

Annexe. Table des translittérations

Source : Marchina C., 2019. Nomad’s land : éleveurs, animaux et paysages chez les peuples mongols. Le Kremlin-Bicêtre, Zones sensibles, 224 p.

Cyrillique

Translittération

Prononciation

А,а

A, a

a

Б, б

B, b

b

В, в

V, v

v

Г, г

G, g

g (« gare »)

Д, д

D, d

d

Е, е

Ye, ye

Ё, ё

Yo, yo

yo

Ж, ж

J, j

dj

З, з

Z, z

dz

И, и

I, i

i

Й, й

I, i

y (« yak »)

К, к

K, k

k

Л, л

L, l

l

М, м

M, m

m

Н, н

N, n

n

О, о

O, o

o

Ө,ө

Ö, ö

eu

П, п

P, p

p

Р, р

R, r

r

С, с

S, s

s

Т, т

T, t

t

У, у

U, u

entre o et ou

Ү, ү

Ü, ü

entre u et ou

Ф, ф

F, f

f

Х, х

H, h

entre « ich » et « ach » (en allemand)

Ц, ц

Ts, ts

ts

Ч, ч

Ch, ch

tch

Ш, ш

Sh, sh

ch

Щ, щ

Shch,

shch ch (« chien »)

Ъ

‘‘

[signe dur : ne se prononce pas]

Ы, ы

Y, y

i

Ь

[signe mou : palatalise la consonne qui précède]

Э, э

E, e

é, è

Ю, ю

Yu, yu

you

Я, я

Ya, ya

ya

Haut de page

Bibliographie

Altansan A., 2013. Profession : éleveur. L’économie domestique d’une famille mongole aujourd’hui. Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], n° 43-44. URL: http://journals.openedition.org/emscat/2049 - DOI: https://doi.org/10.4000/emscat.2049

Blanc M., Oriol C., Devienne S., 2013. Un siècle d’évolution du système pastoral de la steppe désertique de Mongolie : diminution de la mobilité des troupeaux, dérégulation de l’accès aux parcours et crise de surpâturage. Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], n° 43-44. URL: http://journals.openedition.org/emscat/2154 - DOI: https://doi.org/10.4000/emscat.2154

Bassett T.J., Turner M.D., 2007. Sudden Shift or Migratory Drift? FulBe Herd Movements to the Sudano-Guinean Region of West Africa. Human Ecology, n° 35, p.33–49.

Darbalaeva D., Mikheeva A., Zhamyanova Y., 2020. The socio-economic consequences of the desertification processes in Mongolia. E3S Web of Conferences [En ligne], vol. 164. URL: https://www.e3s-conferences.org/articles/e3sconf/abs/2020/24/e3sconf_tpacee2020_11001/e3sconf_tpacee2020_11001.html - DOI: https://doi.org/10.1051/e3sconf/202016411001

Devienne, S., 2013. Régulation de l’accès aux parcours et évolution des systèmes pastoraux en Mongolie. Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], n° 43-44. URL: http://journals.openedition.org/emscat/2104 - DOI : https://doi.org/10.4000/emscat.2104

Fernandez-Gimenez M., Batbuyan B., 2004. Law and Disorder: Local Implementation of Mongolia’s Land Law. Development and Change, n° 35.

Finke P., 2004. Le pastoralisme dans l’ouest de la Mongolie : contraintes, motivations et variations. Cahiers d’Asie centrale, n° 11-12, p.245-65.

Gardelle L., 2010. Pasteurs nomades de Mongolie : des sociétés nomades et des États. Paris, Buchet-Chastel, 192 p.

Han J., Dai H., Gu Z., 2021. Sandstorms and desertification in Mongolia, an example of future climate events: a review. Environmental Chemistry Letters [En ligne], vol. 19, n° 6 p. 4063-4073. URL : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34335128/ - DOI: https://doi.org/10.1007/s10311-021-01285-w

Hiya Maidawa M., Andres L, Yamba B, Lebailly P, 2016. Mobilité pastorale au Sahel et en Afrique de l’Ouest : essai de synthèse [Accessible sur internet). Journées scientifiques de l'Université Abdou moumouni de Niamey. URL: https://orbi.uliege.be/handle/2268/194584 - Permalien: https://hdl.handle.net/2268/194584

Legrand J., 2011. Mongols et nomades : société, histoire, culture. Textes, communications, articles (1973-2011). Oulan-Bator, Admon, 546 p.

Maire A., 2012. La Mongolie en quête d’indépendance : une utilisation stratégique du développement minier. Paris, L’Harmattan, 347 p.

Marchina C., 2015. Faire communauté. Étude anthropologique des relations entre les éleveurs et leurs animaux chez les peuples mongols (d’après l’exemple des Halh de Mongolie et des Bouriates d’Aga, Russie). Thèse de doctorat, Inalco.

Marchina C., 2019. Nomad’s land : éleveurs, animaux et paysages chez les peuples mongols. Le Kremlin-Bicêtre, Zones sensibles, 224 p.

Marchina C., 2020. La bosse de l’élevage de chameaux : Un savoir-faire délicat en Mongolie contemporaine [Accessible sur internet]. In Agut-Labordère D., Redon B. (dir.), Les vaisseaux du désert et des steppes : Les camélidés dans l’Antiquité (Camelus dromedarius et Camelus bactrianus). Lyon, MOM Éditions, p. 265-281. URL: https://books.openedition.org/momeditions/8602 - DOI: https://doi.org/10.4000/books.momeditions.8602

Marchina C., Fossier C., 2013. Study of Human-Animal Interactions in Siberian Pastoral Systems via GIS (Geographic Information Systems) [Accessible sur HAL]. Dimensions of social life: Anthropological perspectives on social relations and culture, n° 4, p. 613-625 URL: https://hal-inalco.archives-ouvertes.fr/hal-01374929/document

Mayer B., 2015. Migrations internes en Mongolie : le climat, oui, mais pas seulement ! In Cournil C., Vlassopoulos C. (dir.), Mobilité humaine et environnement : du global au local. Versailles, Éditions Quæ, p. 277-294.

Mearns R., 2004. Sustaining Livelihoods on Mongolia’s Pastoral Commons: Insights from a Participatory Poverty Assessment. Development and Change, vol. 35, n° 1, p. 107-139.

Sternberg T., Mayaud J., et Ahearn A., 2022. Herd It in the Gobi: Deserting Pastoralism? Land, vol. 11, n° 6.

Sternberg T., Renchin T., Middleton N., Thomas D., 2011. Tracking desertification on the Mongolian steppe through NDVI and field-survey data. International Journal of Digital Earth [En ligne], vol. 4, n° 1, p. 50-64. DOI: https://doi.org/10.1080/17538940903506006

Upton C., 2012. Managing Mongolia's Commons: Land Reforms, Social Contexts, and Institutional Change. Society & Natural Resources [En ligne], vol. 25, n° 2, p. 156-175. URL: https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/08941920.2011.597494 - DOI: https://doi.org/10.1080/08941920.2011.597494

Valdenaire P., 1999, Le chameau mongol : une vision productiviste pendant la période post-révolutionnaire. Nomadic Peoples, vol. 3, n° 1, p. 50-93.

Haut de page

Notes

1 La grande majorité des éleveurs sont nés à la campagne dans des familles d’éleveurs.

2 On parle de pâturage de secours pour définir un lieu d’établissement du campement en dehors de la zone habituelle de nomadisation et potentiellement épargnée par les irrégularités climatiques.

3 Selon l’émission du 19 janvier 2022 de la chaîne MNB.

4 Le bag est la plus petite unité administrative. On retrouve au-dessus le sum, équivalent du district, puis l’aimag, équivalent de la région ou de la province.

5 Les éleveurs possèdent souvent deux yourtes : une grande yourte fixe, placée soit au village soit sur le campement d’hiver, et une deuxième, plus petite et plus pratique, pour se déplacer, qu’ils montent et démontent au cours de l’année.

6 Le doyen explique qu’un tel déménagement (nüüdel) nécessite environ une semaine pour déplacer l’ensemble des animaux et les différents groupes familiaux.

7 Ce sont des opérations très chronophages et qui demandent beaucoup d’investissement : ce sont des animaux très mobiles et dont les déplacements n’ont pas vraiment de limites (si ce n’est la limite du désert avec le hangai). Le principal travail qu’exige l’élevage extensif de chameau est d’éviter qu’ils partent trop loin.

8 Selon les éleveurs, le prêt des bêtes ne change rien ni pour eux ni pour les animaux : ces derniers se comportent de la même manière avec tout le monde et les éleveurs s’occupent de tous les animaux à l’identique

9 Ce comportement est cependant aussi observé par les éleveurs de yacks, où les femelles s’éloignent et s’isolent de leur troupeau pour mettre bas alors qu’elles sont sur les pâturages.

10 Les éleveurs m’ont expliqué que si un chameau reproducteur monte une chamelle pleine (et donc proche du terme), cela présente un fort risque de perte du bébé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 – Carte de localisation : la région de Bayanhongor, une région rurale d’élevage entre déserts et montagnes
Légende La translittération utilisée pour les termes mongols et les toponymes est consultable en annexe. Quand un terme est connu avec une graphie qui ne correspond pas à notre méthode de translittération, nous utiliserons sa transcription courante (par exemple Gobi et non pas Gov’).
Crédits Données : Site Mongolia GIS data - URL: https://marine.rutgers.edu/​~cfree/​gis-data/​mongolia-gis-data/​ (consulté en 2020) ; Site Statistician Madelyn nagdsan san – URL: https://www.1212.mn (consulté en 2020). Auteur : Jeanne Riaudel, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Illustration 2 - Installation contre les prédateurs en zone de montagne
Légende Autour des campements en montagne, on trouve systématiquement ce type d’installation pour essayer de faire fuir les prédateurs (principalement loups et renards).
Crédits Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 18 février 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 771k
Titre Illustration 3 - Campement d’hiver de la famille de Hajuu Hudag
Légende Ce campement d’hiver (övöljöö) se matérialise par une grande yourte qui n’est jamais déplacée, deux piquets d’attaches (où le chien de garde est alors attaché), une cabane (ambart) en pierre et un abri en bois derrière le troupeau de mouton déjà rentré et installé pour la nuit.
Crédits Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 19 février 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24361/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Titre Illustration 4 – L’élevage au quotidien dans la famille de Hajuu Hudag
Légende À gauche : Le troupeau de petit bétail se rend au puits après une journée sur les pâturages, alors qu'il n'y a plus de neige. Le sol a été largement labouré par les troupeaux et plus aucune plante intéressante n’est présente à cet endroit. À droite : Les chèvres mangent la neige restante sur les pâturages pour s'abreuver dans la journée.
Crédits Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 9 et 16 mars 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24361/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Illustration 5 - Futur campement de printemps et chamelons de la famille Hajuu Hudag
Légende Un éleveur ramène un chamelon et sa mère sur le futur campement de printemps. La yourte n’a pas de cheminée : elle n’est pas encore habitée.
Crédits Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 16 mars 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24361/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Illustration 6 - Vue sur la steppe et les groupes de chameaux
Légende Dans la plaine sont gardés certains groupes de chameaux qui s’organisent eux-mêmes en différents groupes. On devine, dans la moitié supérieure droite de l’image, le déplacement d’un groupe de chameau par un éleveur en moto vers son campement.
Crédits Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 6 mars 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24361/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Illustration 7 - Parcours du 19 février 2022 de la famille de Hajuu Hudag
Légende Ce trajet a été réalisé dans le contexte de début de la période de naissances. Il s’agissait de rapprocher du campement les chamelles pleines et proches du terme. L’éleveur est parti dans cette direction après avoir appelé un voisin qui les avait aperçues la veille. Les éleveurs en profitent souvent pour vérifier l’organisation des groupes déjà présents dans la steppe, ce qui explique son passage, à l’aller, dans les différents groupes ponctuant le paysage.
Crédits Données : Carte réalisée sur QGIS avec les données de terrain récoltés à Hajuu Hudag.Auteur : Jeanne Riaudel, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24361/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Illustration 8 - Pistes du petit bétail
Légende Parcours proche du campement, régulièrement emprunté par le petit bétail pour se rendre dans la montagne. Les pistes ont été créées à la fois par le troupeau mais aussi par la moto qui les accompagne parfois.
Crédits Auteur : Jeanne Riaudel, Hajuu Hudag, 10 mars 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24361/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Illustration 9 - Parcours du 21 février 2022 de la famille de Hajuu Hudag
Légende On y voit le parcours de Lhagvasuren du 21 février 2022 réalisé en moto pour aller chercher un groupe de chameaux et le rapprocher du campement. C’est aussi l’occasion d’aller vérifier l’état d’un autre groupe de chameaux avec un chameau reproducteur, ce qui explique son petit détour vers les montagnes.
Crédits Données : Carte réalisée sur QGIS avec les données de terrain récoltées à Hajuu Hudag.Auteur : Jeanne Riaudel, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24361/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Illustration 10 - Parcours du 8 mars 2022 de la famille de Hajuu Hudag
Légende Cette carte illustre l'organisation des différents groupes de chameaux dans la matinée du 8 mars 2022 (en moto). On voit que l’éleveur cherche à rassembler l’ensemble de ses chameaux présents sur la steppe et à les séparer des autres pour éviter qu’ils ne s’organisent en petits groupes compacts et ne partent ensemble vers le sud, en direction opposée au campement.
Crédits Données : Carte réalisée sur QGIS avec les données de terrain récoltées à Hajuu Hudag. Auteur : Jeanne Riaudel, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/24361/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Riaudel, « Multi-spécificité, mobilités pastorales et environnement en Mongolie »EchoGéo [En ligne], 62 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/24361 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.24361

Haut de page

Auteur

Jeanne Riaudel

Jeanne Riaudel, jeanneriaudel@orange.fr, est étudiante en M2 à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Christine Raimond (UMR 8586 Prodig) et Charlotte Marchina (UMR IFRAE).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search